Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

La perception du temps au quotidien

Cloches, horloges et mesures du temps dans les proverbes et locutions en moyen français

Maria Colombo Timelli

Résumé

Période d’une grande créativité lexicale et phraséologique, le moyen français a encore enrichi le patrimoine de locutions et proverbes que l’ancien français lui avait légué. Sur la base des dictionnaires et répertoires aujourd’hui à la disposition des chercheurs, on a essayé d’offrir un specimen de cette richesse proverbiale et locutionnelle, centrée non seulement sur les deux mots qui donnent le titre à ce volume (« cloches » et « horloges »), mais en élargissant le corpus à un vaste réseau de termes rapportés à l’expression du temps.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La journée du Moyen Âge était réglée, dans les villes et dans les bourgs, ainsi que dans les monastères, par les sonneries des cloches de l’église : celles-ci sonnaient Matines à minuit, Laudes à 3 heures, Prime à 6 heures, Tierce à 9 heures, Sixte à midi, None à 15 heures, Vêpres à 18 heures, Complies à 21 heures ; et de fait, c’est sur les heures canoniales que se fonde la division de la journée. C’est pourquoi, dans une recherche linguistique comme la nôtre, fondée sur les mots-clés des locutions et proverbes, il faudra intégrer aux « cloches » de l’intitulé bien d’autres lemmes.

Les horloges n’étaient pas absolument inconnues, mais elles demeuraient rares, et les jaquemarts n’apparurent pas avant le XIVe siècle sur les édifices, les beffrois ou les églises : c’est ce qui explique sans doute l’extrême rareté du mot dans les expressions figées de l’ancien et du moyen français (1re attestation du substantif horloge vers 1380-1390). Dans ce cas aussi, il faudra recourir aux noms des ...

Auteur

Professeur d’Histoire de la langue française et de Philologie française à l’université de Milan, elle s’occupe en particulier d’édition de textes en moyen français (romans arthuriens en prose, traités de grammaire latine) ; récemment, elle a fourni l’édition du recueil de proverbes de Jean Miélot (1456) et a étudié la présence et la fonction des proverbes et locutions dans quelques textes narratifs des XVe et XVIe siècles.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540