Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Usages des cloches : rites, magie et merveilleux

Sons de cloches et autres appels surnaturels dans la littérature médiévale

Marylène Possamaï-Pérez

Zusammenfassung

L’article se livre à une exploration des fonctions du son de la cloche dans la littérature médiévale, qui permet de suivre les traces de la valeur symbolique profonde de ce son de cloche : le signum de l’église chrétienne est signe de Dieu, la cloche, est véritablement comprise comme la voix de Dieu, appel surnaturel relayé par les bras des sonneurs pour éveiller les consciences et conduire les fidèles vers les offices religieux, mais aussi véritable instrument de communication entre Dieu et les hommes, qui peut guider ces derniers dans leur cheminement matériel ou spirituel. On comprend que cette capacité sacralise l’objet, qui de plus est baptisé, et considéré comme un être vivant : on lui attribue des vertus miraculeuses, comme celle d’éloigner les démons ou les tempêtes. On comprend aussi pourquoi sa fabrication a pu être confiée aux artisans les plus habiles, comment sa qualité de « voix de Dieu » a pu l’associer à la justesse du son et comment elle a pu devenir un instrument de musique à part entière.

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Dans le De Nugis Curialium1, Gautier Map raconte un « fait merveilleux », mirabile : c’est l’histoire d’un chevalier qui, en route avec ses compagnons pour participer à un tournoi, entend la cloche d’une chapelle annoncer une messe : « Alors qu’il traversait un bois profond, il entendit de loin une cloche sonner pour la messe du matin. » « Malgré ses compagnons qui cherchaient à l’en dissuader », il les quitte pour assister à la messe. Il rencontre des ermites. Après la célébration, il ne retrouve pas son chemin et erre toute la journée dans la campagne. Il revient passer la nuit « à l’endroit de la messe » – le texte ne précise pas s’il s’agit d’une chapelle, d’une abbaye, d’un monastère… Le même scénario se reproduit le lendemain. Ce n’est que le troisième jour que, conduit par un ermite, il retrouve enfin ses compagnons qui reviennent du tournoi et qui, en le voyant, l’acclament comme un héros : on comprend qu’il a été remplacé par un double surnaturel pendant les combats2. Cet e...

Autor

Professeur de langue et littérature médiévales à l’université Lyon 2-Lumière, elle est spécialisée en latin médiéval, et en particulier a traduit en français le De Nugis Curialium de Gautier Map. Elle a également traduit de l’ancien français en français moderne le Joli Buisson de Jeunesse de Jean Froissart. Elle s’intéresse à la réception de l’Antiquité dans la littérature médiévale, et a publié une thèse sur L’Ovide moralisé, œuvre anonyme du début du XIVe siècle qui traduit intégralement et allégorise les fables des Métamorphoses d’Ovide. Elle a également organisé des colloques sur ce texte : les communications des deux premières journées d’études sont réunies dans un recueil intitulé Nouvelles études sur l’Ovide moralisé. Elle fait partie de l’équipe internationale qui prépare une édition critique de ce texte, d’après tous les manuscrits existants.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540