Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Emblèmes et fonctions des cloches

Clochettes des parures et des montures : de la redondance à la senefiance

Jean-Marie Fritz

Résumé

Les clochettes ou grelots – qu’il est difficile de distinguer les uns des autres dans un texte littéraire – apparaissent fréquemment sur les harnais des chevaux des Sarrasins dans la chanson de geste et des palefrois des héroïnes dans le roman aux XIIe et XIIIe siècles. Ce détail semble souvent redondant ; il ne fait que rajouter une composante sonore au portrait d’un héros ou d’une héroïne à la puissance ou à la beauté hyperbolique. Mais ces clochettes sont aussi un signe à part entière. Elles peuvent être liées à la sacralité, à la marginalité ou à la féerie ; elles tracent ainsi une limite entre deux univers. De plus, leur tintement n’est pas toujours harmonieux, clair et lumineux, il est également mis en relation avec le monde des ténèbres, comme les clochettes de la maisnie Hellequin. Cette ambivalence acoustique – musique ou bruit, mélodie ou fracas - se vérifierait sur le plan allégorique : les clochettes peuvent être emblèmes d’Orgueil ou d’Humilité, des signes de Coquetterie ou des marques de la Foi.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans son chapitre de L’Automne du Moyen Âge consacré au Sentiment esthétique, Johan Huizinga insiste sur le goût du brillant et du clinquant, notamment à la cour des ducs de Bourgogne :

On retrouve ce goût pour tout ce qui brille dans la parure des costumes, que l’on cherche surtout dans le nombre excessif de pierres précieuses cousues sur les habits […]. Transporté dans le domaine auditif, cet engouement pour les choses brillantes se manifeste par le plaisir naïf que l’on prend aux tintements ou aux cliquetis. La Hire porte un manteau rouge tout chargé de clochettes d’argent, semblables à celles que portent les vaches. À une entrée, en 1465, le capitaine Salazar est accompagné de vingt hommes d’armes dont les chevaux ont le caparaçon garni de grosses clochettes d’argent1.

Pour Huizinga, clochettes et grelots relèvent du futile, du redondant ; ils constituent une surcharge (le sonore n’est qu’une doublure du visuel) et témoignent sur le plan esthétique d’une sorte de naïveté par cette...

Auteur

Professeur de Littérature française du Moyen Âge à l’université de Bourgogne, il a notamment consacré ses recherches, après la représentation et le discours du fou, au paysage sonore dans la littérature française du Moyen Âge (Paysages sonores du Moyen Age. Le versant épistémologique, Paris, Champion, 2000).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540