Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La captivité des prisonniers de guerre

 | 
Jean-Claude Catherine

La captivité de guerre est-elle organisée ?

Prisonniers de guerre alliés aux mains des Allemands1

Christian Streit

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Idéologie nazie et traitement des prisonniers de guerre

  • 1 Jean-Paul Quernez a traduit cette communication en français et en a été le lecteur, en l'absence d (...)

1Lorsqu'en octobre 1939 les premiers prisonniers de guerre polonais sont arrivés dans les camps du Reich, la Chancellerie du parti national-socialiste s'est empressée d'attirer l'attention des permanents du Parti sur les dangers particuliers qu'entraînait cette situation selon l'idéologie du Parti :

  • 2 BA Koblenz, NSD 3/8, Verfügungen — Anordnungen — Bekanntgaben, hrsg. von der Parteikanzlei, Okt. 1 (...)

« L'utilisation et l'hébergement de grandes quantités de prisonniers exigent que l'on fournisse au peuple une explication intensive sur les périls qu'il y a à se mélanger avec des étrangers. Le maintien de la pureté du sang allemand est un commandement national-socialiste. Celui qui pèche contre ce commandement perd honneur et considération. C'est pourquoi tous les responsables se feront un devoir d'éduquer particulièrement toutes les femmes et les jeunes filles pour qu'elles observent envers les étrangers une attitude nationale-socialiste consciente de sa race2. »

  • 3 Nürnberger Dokument 172-USSR, dans Der Ρrozeβ gegen die Hauptkriegsverbrecher vor dem Internationa (...)

2L'instruction de la Chancellerie du Parti fait apparaître que, dès le début, des aspects idéologiques ont joué un rôle important dans la façon de traiter les prisonniers de guerre aux mains des Allemands. Avant l'attaque contre l'URSS, le parti nazi n'a réussi que de façon limitée à avoir de l'influence sur le traitement des prisonniers de guerre. Bien que la Pologne, sitôt conquise, ait été transformée en terrain d'exercice de la politique raciale nationale-socialiste, cela n'a pas eu d'effet immédiat sur le traitement des prisonniers polonais. La raison principale en était qu'Hitler ne laissait le champ libre à la réalisation de cette politique raciale que là où il n'y avait pas de risques. Que l'Allemagne soit liée par la Convention de Genève de 1929 était pratiquement sans importance pour Hitler quand il s'agissait du traitement des prisonniers polonais. Par principe il n'était prêt à respecter des traités que dans la mesure où ils lui étaient utiles. Il partageait les critiques des cercles du Parti qui prétendaient que les prisonniers polonais étaient trop bien traités. Martin Bormann, chef de la Chancellerie du Parti, confident d'Hitler, notait en octobre 1940 : « Le Führer souligne le bas niveau de vie de bien des paysans allemands qui ne peuvent se permettre de la viande aux repas que quelques jours par an. À cause de je ne sais quel règlement, les prisonniers polonais seraient malheureusement mieux nourris3. » « Je ne sais quel règlement », cela voulait dire les dispositions imposées par la Convention de Genève. Malgré quelques sorties de ce genre, Hitler ne pensait pas sérieusement imposer aux prisonniers polonais le traitement désiré par le Parti, par crainte de déclencher en réponse des représailles des puissances occidentales contre les prisonniers allemands. Jusqu'à la fin de la guerre, cette crainte a freiné les violations des droits internationaux dans le traitement des prisonniers polonais et occidentaux.

Hiérarchisation du traitement des prisonniers de guerre

  • 4 Voir en outre Rüdiger Overmans, „Die Kriegsgefangenenpolitik des Deutschen Reiches 1939 bis 1945", (...)
  • 5 Symon Datner, Crimes against POWs. Responsibility of the Wehrmacht, Varsovie, 1964, p. 99-136.

3Il faut souligner que, peu après, seule une petite partie des prisonniers polonais restait protégée par la Convention de Genève. En mai 1940, environ 300 000 prisonniers polonais ont été libérés de captivité pour être envoyés aux travaux forcés civils. Perdant alors la protection des accords de Genève, ils ont été soumis aux pratiques inhumaines de la politique nationale-socialiste en Pologne4. Environ 60 000 Polonais, surtout des officiers, mais aussi des prisonniers contraints de travailler pour la Wehrmacht, sont demeurés en captivité. Jusqu'à la fin de la guerre, ils ont été traités pour l'essentiel selon les clauses de la Convention de Genève. Toutefois Himmler a réussi à mettre la main sur ceux des prisonniers qu'il jugeait particulièrement dangereux. Il a convenu avec le Haut Commandement de la Wehrmacht qu'elle laisserait transférer ces prisonniers en camp de concentration où, en règle générale, on les a exécutés5. Mais, par comparaison avec les prisonniers soviétiques, peu de prisonniers polonais furent victimes de ces mesures. Même les Juifs restés en captivité vécurent la fin de la guerre, tandis que les Juifs « libérés » se retrouvèrent dans les chambres à gaz avec les autres Juifs polonais.

  • 6 Yves Durand, „Vichy und der, Reichseinsatz'", dans Ulrich Herbert (dir.), Europa und der, Reichsei (...)

4La victoire sur le front de l'Ouest a augmenté considérablement le nombre de prisonniers aux mains des Allemands. Rien que pour la France, 1,6 million de prisonniers ont été envoyés en Allemagne. Bien que leur traitement ait correspondu dans l'ensemble aux accords de Genève, la partie allemande s'est efforcée avant tout de saper leurs droits, quand ils limitaient l'exploitation de leur force de travail. Sur ce plan, le gouvernement de Vichy a fait des concessions énormes. Il a toléré que des officiers et des sous-officiers soient contraints de travailler, contrairement aux clauses de la Convention. Lorsqu'un nombre croissant de prisonniers français se plaignaient d'être contraints de travailler dans des usines d'armement, en violation des textes internationaux, un ministre du gouvernement de Vichy français, chargé des questions de prisonniers notait, après un entretien avec l'ambassadeur Scapini6 : « Le gouvernement français convient avec M. Scapini de n'exprimer aucune plainte dans les cas où des prisonniers ont été utilisés dans l'industrie d'armement. M. Scapini doit informer les Allemands avec beaucoup de prudence, sans compromettre le gouvernement de Vichy. »

  • 7 Voir en outre Christian Streit, Keine Kameraden. Die Wehrmacht und die sowjetischen Kriegsgefangen (...)

5Donc les prisonniers français avaient moins de droits que les prisonniers britanniques et plus tard américains, qui ont été les seuls à rester sous la pleine protection de la Convention de Genève. Dans l'ensemble, jusqu'à l'été 1941, à la suite de décisions qui ne relevaient nullement de revendications d'Hitler, est née parmi les prisonniers des diverses nations ennemies une hiérarchie de droits différents et de protections juridiques différentes7. Tout en haut, on trouve les Anglais et plus tard les Américains. Avec des droits moindres, les Français et les Belges, et tout en bas les Polonais.

  • 8 Streit, Keine Kameraden, p. 70.

6En avril 1941, un nouveau groupe de prisonniers est arrivé dans les camps, les Serbes. Le chef d'état-major de l'armée de terre dresse alors dans son journal le constat suivant : « On doit très bien traiter l'armée grecque, on doit maltraiter les officiers serbes8. » Les Serbes ont été mis au même niveau que les Polonais. On doit cependant constater que, s'ils ont été plus mal traités, ils n'ont subi dans l'ensemble aucune menace pour leur existence. Des meurtres arbitraires n'ont en général pas été tolérés, les Serbes et les Polonais recevaient des rations correspondant à la Convention de Genève, et leurs camps ont pu être inspectés par les représentants de la Croix-Rouge internationale.

Les ordres pour une guerre d'extermination contre l'URSS

  • 9 Streit, Keine Kameraden, p. 34 et suiv.

7Dès les premiers mois de 1941, lorsqu'on entreprit la planification détaillée de la guerre contre l'URSS, il n'était nullement question de quelque droit que ce soit pour les prisonniers de guerre soviétiques. Hitler ne rencontra aucune opposition dans la façon dont il envisageait la conduite de la guerre, que ses annonces soient faites au Haut Commandement de la Wehrmacht, à l'armée de terre ou bien, le 31 mars 1941, devant 250 généraux du front de l'Est à qui il tint un discours d'une franchise sans précédent9 :

« Le bolchévisme, c'est la criminalité des associaux. Il nous faut abandonner l'idée d'une camaraderie militaire. Avant comme après, le communiste n'est pas un camarade. Il s'agit d'une guerre d'extermination. Les commissaires sont des criminels et il faudra les traiter comme tels. »

  • 10 Streit, Keine Kameraden, p. 35 ; 42-44.
  • 11 Texte dans Gerd R. Ueberschär, Wolfram Wette (dir.),,Unternehmen Barbarossa'. Der deutsche Uberfal (...)
  • 12 Streit, Keine Kameraden, p. 83-87. Hürter, Heerführer, p. 393-404.

8Lors des procès de Nuremberg et dans leurs Mémoires, quelques-uns des généraux présents ont prétendu qu'après le départ d'Hitler, il y aurait eu une véhémente protestation contre la conduite de la guerre que l'on exigeait de l'armée de terre10. Grâce à des documents accessibles aujourd'hui, nous savons qu'il n'y a pas eu de protestation et que, bien plus, les objectifs de guerre cités par Hitler étaient dans une large mesure approuvés par les généraux. La guerre d'extermination philosophique commandée trouve son expression la plus claire dans « l'ordre sur les commissaires » préparé par le commandement militaire11. On lit : « Il faut s'attendre à ce que les commissaires politiques traitent nos prisonniers de façon haineuse, cruelle et inhumaine. Nous ne considérerons pas ces commissaires comme des soldats. Ils devront être éliminés. » Cela signifiait qu'une partie bien définie de l'armée ennemie devait être liquidée sans autre procédure. Le commandement de la Wehrmacht transformait ainsi les soldats en complices de la SS pour éliminer des adversaires politiques. Après la guerre, les militaires concernés ont assuré avec force que cet ordre n'avait jamais été exécuté. En exploitant les documents recueillis, on constate aujourd'hui que les commissaires faits prisonniers ont, en règle générale, été fusillés, jusqu'à l'annulation de cet ordre en mai 194212.

  • 13 Streit, Keine Kameraden, p. 79.

9Des mois avant l'attaque contre l'URSS, il était évident que non seulement les commissaires (organes du PC dans l'Armée rouge), mais aussi tous les prisonniers de guerre soviétiques devaient être traités sans humanité. Dès mars 1941, dans les armées allemandes l'affaire était tranchée : le maintien en vie des foules de prisonniers attendues serait un objectif subalterne. On pouvait lire dans des ordres aux armées : « Les prisonniers de guerre ne peuvent recevoir que la nourriture strictement nécessaire. On doit les nourrir avec les moyens les plus élémentaires13. »

  • 14 Streit, Keine Kameraden, p. 62-65. Voir aussi Christian Gerlach, Kalkulierte Morde. Die deutsche W (...)

10Il faut voir cela dans le contexte des projets d'exploitation des territoires conquis. Ils étaient en préparation à l'époque, et le Haut Commandement de la Wehrmacht qui en avait eu connaissance écrit dans un compte-rendu de réunion : « Sans aucun doute des dizaines de millions d'êtres humains vont mourir de faim si nous puisons dans ce pays ce qui nous est nécessaire14. » Il était inévitable que les prisonniers de guerre soient les premières victimes de cette politique.

11Quand il fallait décider de leur destin, des objectifs idéologiques, militaires et économiques se croisaient. Les mesures à prendre avaient des conséquences mortelles pour les prisonniers car elles étaient acceptées, non seulement par des nazis convaincus, mais aussi par des généraux conservateurs qui faisaient partie des adversaires d'Hitler. Ils considéraient que tous les moyens étaient permis pour détruire le bolchévisme tout comme pour assurer un « moral de guerre » en nourrissant correctement le peuple allemand.

  • 15 Streit, Keine Kameraden, p. 224-232.
  • 16 Citation complète dans Ueberschär, Wette,, Unternehmen Barbarossa', p. 354.

12Cela a été facilité par le peu d'importance que les militaires du Commandement accordaient aux principes du droit international. L'argument était que l'URSS n'avait pas signé la Convention de Genève, et en conséquence on avait les mains totalement libres dans la façon de traiter les prisonniers soviétiques15. De toute façon, l'URSS ne ferait pas de prisonniers. Nulle part n'est évoqué le fait que, si elle n'a pas signé la convention sur les prisonniers, elle a quand même ratifié celle de 1929 sur les blessés, et cela liait clairement l'Allemagne dans la façon de traiter les prisonniers. En outre, le Commandement ne pouvait pas ignorer totalement que le droit international, tel qu'il s'est développé à l'époque moderne, est contraignant à l'échelle universelle et que les prisonniers doivent être traités « avec humanité ». Les ordres concernant le traitement des prisonniers, et qui émanaient surtout du Haut Commandement de la Wehrmacht, ne cachaient pas, dès avant le début des combats, que l'« humanité » n'était pas ce qu'on attendait des soldats. Dans une circulaire sur la surveillance des prisonniers, on peut lire16 :

« Le soldat soviétique qui se retrouve prisonnier, même s'il apparaît extérieurement inoffensif, utilisera toutes les occasions de manifester sa haine pour ce qui est allemand. Les directives suivantes sont à respecter : intervention sans ménagement au moindre signe d'insubordination et de désobéissance ! Pour briser la résistance, on fera sans pitié usage des armes. On tirera sans sommation sur tout prisonnier qui s'enfuit. »

  • 17 Ueberschàr, Wette,, Unternehmen Barbarossa', p. 352.

13En septembre 1941, le Haut Commandement de la Wehrmacht poursuivait son explication dans une déclaration de principe : « En règle générale, l'usage des armes envers les prisonniers soviétiques est considéré comme légitime17. »

L'extermination des prisonniers soviétiques

  • 18 Streit, Keine Kameraden, p. 131.

14Les conséquences de ces ordres sont devenues visibles dès les premières semaines du front de l'Est. En août 1941, le comte von Moltke, une des plus remarquables figures de la Résistance allemande, écrivait à sa femme : « Les nouvelles de l'Est sont à nouveau épouvantables. On entend sans cesse parler de transports de prisonniers, de Juifs où seulement 20 % arrivent à destination, de camps de prisonniers où règne la famine, de la propagation du typhus ou d'autres épidémies liées aux carences18. »

  • 19 Streit, Keine Kameraden, p. 171.

15La majorité des 3,5 millions de prisonniers de 1941 ont été contraints de marcher des centaines de kilomètres pour atteindre les camps. Des milliers de prisonniers épuisés ont été abattus quand ils s'effondraient à bout de forces. Des commandants d'unité se sont indignés contre ces pratiques, mais ce n'était pas l'opinion de tous. Un représentant du Haut Commandement de la Wehrmacht a noté en octobre 1941 : « La 6e armée du maréchal von Reichenau a donné l'ordre de fusiller tous les prisonniers de guerre qui tombent d'épuisement19. »

  • 20 Streit, Keine Kameraden, p. 171-177.
  • 21 Streit, Keine Kameraden, p. 136.
  • 22 Streit, Keine Kameraden, p. 134.

16L'hébergement des prisonniers n'avait pratiquement pas été préparé20. Sur le territoire du Reich et en Pologne occupée, on s'était contenté de délimiter sur des champs de manœuvre militaires de grands espaces où les prisonniers devaient construire eux-mêmes leurs abris. Comme ils n'avaient presque pas de matériel à leur disposition, à l'arrivée de l'hiver, ils croupissaient dans des trous qu'ils avaient creusés eux-mêmes, et cela aussi bien dans la lande de Lunebourg qu'en Pologne occupée ou en Russie. Dans ces conditions, la mortalité a atteint dès octobre 1941 une dimension épouvantable. Dans une note du 19 octobre 1941, on peut lire cette phrase du commandant militaire de la Pologne occupée : « Le Haut Commandement de la Wehrmacht sait qu'on ne peut pas arrêter la mort massive des prisonniers de guerre puisque ceux-ci sont à bout de forces21. » Il y avait alors déjà 54 000 morts parmi les prisonniers soviétiques en Pologne occupée. Rien que dans les 10 jours suivants, jusqu'au 30 octobre, on a recensé 45 690 décès supplémentaires, soit presque 4 600 par jour22.

  • 23 Streit, Keine Kameraden, p. 128.
  • 24 Streit, Keine Kameraden, p. 244-246.
  • 25 Streit, Keine Kameraden, p. 249-253.

17Début février 1942, sur les 3,5 millions de prisonniers de l'année 1941, plus de 2 millions étaient morts23. En tout, sur 5 730 000 prisonniers soviétiques, environ 3,3 millions (soit plus de 57 %) sont morts en captivité aux mains des Allemands24. Parmi tous les prisonniers de la Seconde Guerre mondiale, ce sont eux qui ont subi le pire destin. Il faut souligner avec insistance que l'immensité du sacrifice dépend d'abord de la décision d'assurer au peuple allemand un niveau d'alimentation équivalent à celui du temps de paix, et cela aux dépens des peuples de l'Est. Jusqu'à la fin de la guerre, la population allemande a eu des rations alimentaires nettement supérieures à celles des prisonniers soviétiques25. Par contre, en URSS les prisonniers de guerre allemands touchaient les mêmes quantités que la population soviétique dont ils partageaient la misère. Il faut ajouter que les nazis fanatiques, d'Hitler au simple membre du Parti, ont pleinement approuvé dès le début les massacres collectifs.

  • 26 Streit, Keine Kameraden, p. 231 et suiv. Texte du mémoire cité dans Ueberschär, Wette,, Unternehme (...)

18Dans les documents officiels, on attire sans cesse l'attention sur des efforts pour modifier le traitement des prisonniers soviétiques. C'est le comte Moltke, déjà évoqué, qui a impulsé la tentative sans doute la plus importante. En septembre 1941, l'amiral Canaris, chef du contre-espionnage allemand, s'est opposé aux méthodes du Commandement en s'appuyant sur un mémoire préparé par Moltke26. La réponse du chef du Haut Commandement, le maréchal Keitel, fut aussi brève que claire : « Ces inquiétudes correspondent aux conceptions militaires d'une guerre de chevaliers ! Ici, il s'agit de détruire une philosophie ! C'est pourquoi j'approuve et je couvre les mesures prises. »

  • 27 Voir en outre Streit, Keine Kameraden, p. 87-105. Reinhard Otto, Wehrmacht, Gestapo und sowjetisch (...)

19La critique de Canaris et la réponse de Keitel renvoient aux massacres de masse dont ont été victimes jusque-là des dizaines de milliers de prisonniers soviétiques27. Dès la mi-juillet 1941, Heydrich et le Haut Commandement de la Wehrmacht s'étaient mis d'accord pour faire éliminer des groupes précis de prisonniers soviétiques par des commandos spéciaux de la Gestapo. Étaient considérés comme « éléments politiquement insupportables » entre autres :

20« Tous les permanents jouant un rôle de premier plan au PC de l'URSS et dans les organisations satellites, tous les intellectuels russo-soviétiques, tous les Juifs, toutes les personnes enregistrées comme agitateurs ou communistes fanatiques. » La mise en œuvre de cette directive a eu des conséquences d'une efficacité meurtrière. Rien qu'au camp de concentration de Sachsenhausen, plus de 10 000 prisonniers soviétiques ont été fusillés avant fin octobre 1941. En tout, au moins 140 000 soldats soviétiques ont été victimes de ces meurtres.

L'exploitation économique des prisonniers soviétiques

  • 28 Streit, Keine Kameraden, p. 200-210.
  • 29 Streit, Keine Kameraden, p. 145 et suiv.

21Si les décès massifs ont fini par diminuer au printemps 1942 et si les exécutions massives ont été un peu réduites, il ne faut pas attribuer cela aux protestations de Canaris ou à une prise de conscience de principes humanitaires. Dès octobre 1941, il était devenu évident que l'économie de guerre allemande dépendait obligatoirement de la force de travail des prisonniers soviétiques28. Il est caractéristique que le Commandement allemand, même alors, n'était pas prêt à améliorer de façon décisive l'alimentation des prisonniers. Gôring qui, en tant que chef du Plan quadriennal, dirigeait le Service de la main-d'œuvre, décréta en novembre 1941 : « Alimentation : création de sa subsistance personnelle (chats, chevaux, etc.). Hébergement et entretien : c'est un peu mieux que chez eux où une partie des gens habitent dans des grottes29. »

  • 30 Streit, Keine Kameraden, p. 293.
  • 31 BA Koblenz, NSD 3/16, p. 542 et suiv., 11 mai 1943.

22Il a fallu peu à peu améliorer « la subsistance personnelle », comme par exemple « le pain russe », constitué pour moitié de remplissage de farine de paille. Bien que le monde économique se soit constamment plaint de la faible capacité physique des prisonniers, le Commandement allemand n'était pas prêt à leur donner les mêmes rations qu'à la population allemande. Jusqu'à la fin de la guerre, mois après mois, des milliers de prisonniers soviétiques sont morts. Sur 230 000 prisonniers anglais et américains, pendant toute la guerre il n'y a eu que 8 348 morts, soit 3,6 % (rappel : 57 % pour les Soviétiques)30. La mortalité a été d'autant plus élevée que beaucoup trop d'entrepreneurs ont suivi la devise du Gauleiter Sauckel, chargé du Service de la main-d'œuvre : « Le principe supérieur demeure : soutirer aux peuples de l'Est autant de travail que possible31. »

  • 32 Foreign Relations of the United States, 1941, vol. 1, Washington, 1958, p. 1009-1011 ; 1023.

23Des observateurs critiques s'étaient rendus compte très tôt que la politique allemande envers les prisonniers soviétiques menaçait aussi les autres prisonniers de guerre. Dès avant l'entrée des USA dans la guerre, le gouvernement américain s'est efforcé de faire adhérer l'URSS à la Convention de Genève. Le ministre des Affaires étrangères Cordell Hull donnait les raisons suivantes à son ambassadeur à Moscou32 : « Des informations nous parviennent qui nous font conclure que, si cette évolution continue, non seulement le traitement des Soviétiques, mais aussi celui de tous les autres prisonniers de guerre en Allemagne s'aggravera. »

  • 33 Streit, Keine Kameraden, p. 260-267.

24Il s'est avéré que les craintes de Hull n'étaient que trop fondées. Le traitement des prisonniers politiques étant déterminé d'abord par des considérations idéologiques, le parti nazi avait pu faire valoir dès le début sa très forte influence. Ce travail a été facilité par le responsable des prisonniers de guerre au Haut Commandement de la Wehrmacht, le général Hermann Reinecke, un nazi fanatique toujours à l'écoute des désirs du Parti33.

25Grâce aux colis reçus et à la générosité de leurs compatriotes, les prisonniers anglais et américains ont, pour l'essentiel, été toujours mieux nourris que la population allemande, et cela irritait les Gauleiter. À cela s'ajoutait la critique croissante de certains industriels qui cherchaient des possibilités de contraindre les prisonniers non soviétiques à fournir plus de travail en les privant de nourriture ou en recourant à d'autres moyens coercitifs.

Durcissement généralisé et brutalités

  • 34 Streit, Keine Kameraden, p. 265.

26En août 1944, le général Reinecke finit par donner l'ordre suivant : désormais, pour tous les prisonniers de guerre, les rations complètes dépendront de la somme de travail fourni, ce qui auparavant était le cas pour les Soviétiques. Dans le même temps, les personnels de surveillance sont invités à intervenir contre les prisonniers « paresseux » « avec énergie et sans pitié » et en les menaçant de punition34 : « Des infractions mineures commises par le personnel de surveillance dans le traitement des prisonniers de guerre ne feront pas l'objet de poursuites, dans la mesure où elles servent à augmenter la production. » Cela ne signifie rien d'autre que l'on a maintenant le droit de rouer de coups les prisonniers de guerre. Face à la défaite annoncée et à la volonté des fanatiques d'entraîner le peuple allemand dans leur chute, le danger de représailles envers les Allemands prisonniers perdait de son poids.

  • 35 Streit, Keine Kameraden, p. 255-258 ; Overmans, Kriegsgefangenenpolitik, p. 861 et suiv.

27L'exemple fourni par le traitement des prisonniers soviétiques finit par menacer la vie de groupes entiers de prisonniers. Le nombre élevé d'évasions avait toujours été un sujet de contrariété pour la direction nationale-socialiste : en août 1942, le nombre des évadés « avec succès » s'élevait déjà à 78 00035. Les prisonniers soviétiques étaient au début fusillés par principe. À partir du printemps 1942, dans « des cas moins graves » ils furent « seulement » envoyés en camps de concentration. (Rappel : selon la Convention de Genève, une tentative d'évasion entraînait la mise aux arrêts possible.)

28En mars 1944, la ligne dure finit par triompher. Le Haut Commandement de la Wehrmacht donna l'ordre que les officiers et sous-officiers qui ne travaillaient pas, considérés dans le vocabulaire nazi comme des « bouches inutiles », devaient être remis à la Gestapo quand ils étaient repris après une évasion. Le Commandement de la Sûreté du Reich ajouta : « Les Services de la Police d'État transféreront les prisonniers au camp de concentration de Mauthausen. Le commandant du camp sera informé que ce transfert se déroule dans le cadre de l'opération "Kugel : balle de fusil". » À Mauthausen, environ 5 000 prisonniers de guerre de toutes les nations ennemies sont morts sous la torture.

  • 36 Overmans, Kriegsgefangenenpolitik, p. 862.

29Dans cette réglementation, le Haut Commandement de la Wehrmacht s'était réservé la décision au cas par cas en ce qui concerne le destin des prisonniers anglais et américains. Peu après, on a constaté que la Convention de Genève ne protégeait même plus les sommets de la hiérarchie des prisonniers. À la fin mars 1944, 66 pilotes anglais se sont évadés. Arrêtés, 50 d'entre eux ont été fusillés, sur ordre d'Hitler, par des fonctionnaires de la Gestapo36.

  • 37 Voir sur ce sujet Gerhard Schreiber, Die italienischen Militärinternierten im deutschen Machtberei (...)

30En septembre 1943, l'Italie rompt l'alliance avec l'Allemagne et conclut un armistice avec les Alliés. La Wehrmacht monte une action éclair et fait 725 000 prisonniers italiens37. Immédiatement on a vu l'efficacité du modèle inauguré pour les prisonniers soviétiques. L'application de la Convention de Genève est refusée aux « internés militaires italiens » qui sont sous-alimentés et traités de façon inhumaine, exactement comme les prisonniers soviétiques. Dès le début, la « trahison » des Italiens a provoqué une réaction de haine des Allemands. Lorsque les troupes italiennes qui occupaient l'île grecque de Kephallenia ont résisté à leur capture par les Allemands, Hitler a donné l'ordre de ne faire aucun prisonnier, ce qui est exécuté avec une obéissance aveugle. Plus de 4 000 Italiens qui s'étaient rendus ont été fusillés. C'est un des grands massacres de la guerre qui n'ont laissé aucune trace dans la mémoire allemande.

  • 38 Cité dans Luigi Cajani, "Appunti per una storia degli Internati Militari Italiani in mano tedesca (...)

31Environ 600 000 Italiens ont été internés sur le territoire du Reich. À la fin de l'hiver 1943-1944, leur état de santé suscitait de grandes inquiétudes. Après avoir inspecté les camps de prisonniers de la région de Berlin, un représentant de la Croix-Rouge internationale notait dans son rapport38 : « La situation alimentaire est extrêmement mauvaise. L'homme de confiance des prisonniers français a déclaré qu'il avait déjà vu une telle situation en 1941 à l'arrivée des prisonniers russes. »

  • 39 BA Koblenz, R 3/1820, Bl. 114.

32L'ordre suivant du Haut Commandement de la Wehrmacht caractérise le comportement des dirigeants allemands envers les internés militaires39 :

« Suite aux multiples plaintes concernant la paresse des internés italiens, le Fuhrer exige que le personnel de surveillance les contraigne à des travaux intensifs en recourant à des règles de sévérité. En conséquence, si les résultats sont insuffisants, on réduira la nourriture pour toute l'unité de travail, sans se préoccuper des individus qui auront montré de la bonne volonté. Tous les commandants qui n'interviendront pas avec sévérité devront rendre des comptes au Haut Commandement de la Wehrmacht. »

33En conséquence, il y a eu beaucoup plus d'internés italiens à mourir que de prisonniers polonais ou serbes. Ils ont été victimes de « représailles » haineuses, parce que le gouvernement italien, conformément aux intérêts vitaux de son peuple, avait quitté une guerre déjà perdue.

  • 40 Nurnbg. Dok. 606-D, IMG vol. XXXV, p. 181-186.

34Après tout cela, il est peu étonnant que, dans la phase finale de la guerre, Hitler évoque l'idée de dénoncer totalement la Convention de Genève40. Il espérait que les soldats allemands combattraient avec fanatisme s'ils ne pouvaient pas compter sur un traitement humain en captivité, et que l'on pourrait exploiter les prisonniers alliés encore plus brutalement. Le général Jodl, le conseiller militaire le plus proche d'Hitler, et l'amiral Dônitz, commandant en chef de la Marine, repoussèrent cette idée. Bien qu'ils aient été tous deux complices d'une série de violations des droits de l'homme, ils pensaient aux prisonniers allemands et n'ont pas voulu franchir le pas d'une élimination totale du droit international en temps de guerre.

35Au total, environ 10 millions de soldats ont été plus ou moins longtemps prisonniers en Allemagne et environ 3 millions y sont morts. Ce fait est très vite sorti de la conscience allemande. Les souffrances des Allemands pendant et après la guerre, les souffrances des prisonniers de guerre allemands, surtout en URSS, la volonté d'oublier pour des raisons politiques et le désir de refouler ont eu pour effet que le destin des prisonniers soviétiques est largement resté inconnu, alors qu'à certains égards on peut établir un parallèle et un lien avec le génocide des Juifs.

36Quand on s'est souvenu par la suite des crimes commis sur les prisonniers, on les a attribués, avec gêne, à un « mauvais esprit national-socialiste » abstrait. On ne peut pas oublier que cela ne concerne pas des crimes commis par quelques rares fonctionnaires fanatiques de la Gestapo qui agissaient dans le secret le plus strict. Beaucoup d'Allemands y ont participé d'une manière ou d'une autre :

  • des commandants de camps exprimaient l'idée que « ce serait tout à fait bien si les prisonniers disparaissaient41 » ;
  • des sentinelles ont fusillé des prisonniers, personne ne les en ayant empêchés ;
  • des entrepreneurs ont fait des bénéfices en donnant aux prisonniers encore moins de nourriture que ce qui était prescrit ;
  • des contremaîtres ont frappé les prisonniers épuisés ;
  • des adolescents excités ont jeté des pierres sur les prisonniers soviétiques et les internés italiens ;
  • il y a eu aussi ces civils qui, pendant l'été 1941, faisaient leur excursion du dimanche dans la lande du Lunebourg pour jouer les badauds et reluquer des « sous-hommes » affamés dans les camps de Bergen Belsen et de Stukenbrock42.

37Mais on n'a pas le droit d'oublier que d'autres Allemands ont continué à rester des êtres humains, des officiers ont tenté de modifier des ordres infâmes, de simples soldats n'ont pas répercuté les ordres, des hommes et des femmes ont glissé un morceau de pain à un prisonnier affamé, des paysans ont partagé leur table familiale avec les prisonniers qu'ils employaient.

  • 43 Lettre de Moltke à Lionel Curtis, 18 avril 1942 : Freya von Moltke, Michael Balfour, Julian Frisby (...)

38Tous ont agi en risquant d'être dénoncés par un des trop nombreux fanatiques et d'être sévèrement punis. Ils étaient une minorité courageuse. Ils ont contribué à redresser l'image de l'homme dans le cœur de ses semblables, ce que le comte Moltke définissait comme le but essentiel de la résistance à Hitler43.

Notes

1 Jean-Paul Quernez a traduit cette communication en français et en a été le lecteur, en l'absence de l'auteur.

2 BA Koblenz, NSD 3/8, Verfügungen — Anordnungen — Bekanntgaben, hrsg. von der Parteikanzlei, Okt. 1938.

3 Nürnberger Dokument 172-USSR, dans Der Ρrozeβ gegen die Hauptkriegsverbrecher vor dem Internationalen Militärgerichtshof Nürnberg 14. Oktober 1945 — 1. Oktober 1946, vol. 39, Nürnberg, 1949, p. 429.

4 Voir en outre Rüdiger Overmans, „Die Kriegsgefangenenpolitik des Deutschen Reiches 1939 bis 1945", dans Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, vol. 9, 2, Die deutsche Kriegsgesellschaft 1939 bis 1945. Ausbeutung, Deutungen, Awgrenzung, München, 2005, p. 743-755.

5 Symon Datner, Crimes against POWs. Responsibility of the Wehrmacht, Varsovie, 1964, p. 99-136.

6 Yves Durand, „Vichy und der, Reichseinsatz'", dans Ulrich Herbert (dir.), Europa und der, Reichseinsatz. Ausländische Zivilarbeiter, Kriegsgefangene und KZ-Häftlinge in Deutschland 1938-1945, Essen, 1991, p. 197.

7 Voir en outre Christian Streit, Keine Kameraden. Die Wehrmacht und die sowjetischen Kriegsgefangenen 1941-1945, 3e édition augmentée, Bonn, 1997, p. 69-72. Overmans, Kriegsgefangenenpolitik, op. cit.

8 Streit, Keine Kameraden, p. 70.

9 Streit, Keine Kameraden, p. 34 et suiv.

10 Streit, Keine Kameraden, p. 35 ; 42-44.

11 Texte dans Gerd R. Ueberschär, Wolfram Wette (dir.),,Unternehmen Barbarossa'. Der deutsche Uberfall auf die Sowjetunion 1941, Paderborn, 1984, p. 313 et suiv. Pour la genèse de l'ordre, voir Streit, Keine Kameraden, p. 44-49. Pour l'état le plus actuel de la recherche, Johannes Hürter, Hitlers Heerführer. Die deutsche Oberbefehlshaber im Krieg gegen die Sowjetunion 1941/42, München, 2006, p. 258-261.

12 Streit, Keine Kameraden, p. 83-87. Hürter, Heerführer, p. 393-404.

13 Streit, Keine Kameraden, p. 79.

14 Streit, Keine Kameraden, p. 62-65. Voir aussi Christian Gerlach, Kalkulierte Morde. Die deutsche Wirtschafts- und Vernichtungspolitik in Weiβruβland 1941 bis 1944, Hamburg, 1999.

15 Streit, Keine Kameraden, p. 224-232.

16 Citation complète dans Ueberschär, Wette,, Unternehmen Barbarossa', p. 354.

17 Ueberschàr, Wette,, Unternehmen Barbarossa', p. 352.

18 Streit, Keine Kameraden, p. 131.

19 Streit, Keine Kameraden, p. 171.

20 Streit, Keine Kameraden, p. 171-177.

21 Streit, Keine Kameraden, p. 136.

22 Streit, Keine Kameraden, p. 134.

23 Streit, Keine Kameraden, p. 128.

24 Streit, Keine Kameraden, p. 244-246.

25 Streit, Keine Kameraden, p. 249-253.

26 Streit, Keine Kameraden, p. 231 et suiv. Texte du mémoire cité dans Ueberschär, Wette,, Unternehmen Barbarossa', p. 355 et suiv.

27 Voir en outre Streit, Keine Kameraden, p. 87-105. Reinhard Otto, Wehrmacht, Gestapo und sowjetische Kriegsgefangene im deutschen Reichsgebiet 1941/42, München, 1998.

28 Streit, Keine Kameraden, p. 200-210.

29 Streit, Keine Kameraden, p. 145 et suiv.

30 Streit, Keine Kameraden, p. 293.

31 BA Koblenz, NSD 3/16, p. 542 et suiv., 11 mai 1943.

32 Foreign Relations of the United States, 1941, vol. 1, Washington, 1958, p. 1009-1011 ; 1023.

33 Streit, Keine Kameraden, p. 260-267.

34 Streit, Keine Kameraden, p. 265.

35 Streit, Keine Kameraden, p. 255-258 ; Overmans, Kriegsgefangenenpolitik, p. 861 et suiv.

36 Overmans, Kriegsgefangenenpolitik, p. 862.

37 Voir sur ce sujet Gerhard Schreiber, Die italienischen Militärinternierten im deutschen Machtbereich 1943 bis 1945. Verraten, verachtet, vergessen !, Munchen, 1989.

38 Cité dans Luigi Cajani, "Appunti per una storia degli Internati Militari Italiani in mano tedesca (1943-1945) attraverso le fonti d'archivo", dans I militari italiani internati dai tedeschi dopo l'8 settembre 1943, Firenze, 1986, p. 115.

39 BA Koblenz, R 3/1820, Bl. 114.

40 Nurnbg. Dok. 606-D, IMG vol. XXXV, p. 181-186.

41 Streit, Keine Kameraden, note 213, p. 370 et suiv.

42 Karl Hüser, Reinhard Otto, Das Stammlager 326 (VIK) Senne 1941-1945, Bielefeld, 1992, p. 98.

43 Lettre de Moltke à Lionel Curtis, 18 avril 1942 : Freya von Moltke, Michael Balfour, Julian Frisby, Helmuth James von Moltke 1907-1945. Anwalt der Zukunft, Stuttgart, 1975.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540