Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Charles Collé (1709-1783)

 | 
Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval
, 
Dominique Quéro

Troisième partie. Amis et ennemis

Des « bureaux d’esprit » à « Mlle Fadasse », les femmes de lettres à travers le Journal de Charles Collé

Charlotte Simonin

Texte intégral

  • 1 Charles Collé, Journal historique, édité par Honoré Bonhomme, Paris, 1868 (tome I, septembre 1748 (...)
  • 2 H. Bonhomme explique : « D’un autre côté, pour faciliter les recherches dans un ouvrage qui renfer (...)
  • 3 Voir en particulier l’article de M.-E. Plagnol-Diéval, « La Comédie nouvelle vue par Collé dans so (...)

1Depuis sa parution posthume en 1807, et surtout depuis son édition due à Honoré Bonhomme en 1868 chez Didot1, le Journal et Mémoires de Charles Collé sur les hommes de lettres, les ouvrages dramatiques et les événements les plus mémorables du règne de Louis XV (1748-1772) en son titre entier – offre une mine de renseignements sur la République des Lettres au temps des Lumières, aisément exploitable grâce à sa « table alphabétique et analytique2 » ; beaucoup de chercheurs l’utilisent aujourd’hui encore. Toutefois, l’on se contentait souvent jusqu’ici d’y picorer une citation piquante, sans tenter une approche plus globale de ces quelque mille deux cent soixante-treize pages, ce qui serait à la fois plus satisfaisant intellectuellement, et plus fidèle à la complexité de Charles Collé, « sujet merveilleusement vain » peut-être, mais « divers et ondoyant » à coup sûr, pour reprendre l’expression de Montaigne. Dans le sillage d’études globales sur l’ensemble touffu, volumineux et contrasté, du Journal3, nous nous pencherons ici sur la question de la place des femmes de lettres dans ces trois volumes. Nous proposerons d’abord un relevé panoramique, que nous analyserons ensuite pour en dégager les spécificités.

  • 4 Collé, Journal, t. I, p. 38.
  • 5 Ibid., t. I, p. 84-85.
  • 6 Ibid., t. I, p. 96.
  • 7 Ibid., t. I, p. 99.
  • 8 Ibid., t. I, p. 100.
  • 9 Ibid., t. I, p. 151.
  • 10 Ibid., t. I, p. 188-197.
  • 11 Ibid., t. I, p. 298-299.
  • 12 Ibid., t. I, p. 321.
  • 13 Ibid., t. I, p. 408.
  • 14 Ibid., t. II, p. 5.
  • 15 Ibid., t. II, p. 17.
  • 16 Ibid., t. II, p. 28.
  • 17 Ibid., t. III, p. 42.
  • 18 Ibid., t. III, p. 109.
  • 19 Ibid., t. III, p. 169.
  • 20 Ibid., t. III, p. 301.
  • 21 Ibid., t. III, p. 323.
  • 22 Ibid., t. III, p. 344-345.

2Précisons d’emblée que nous entendons ici « femmes de lettres » au sens large, donc non seulement les romancières, poétesses et dramaturges, mais aussi les femmes de science ou les salonnières. Au fil des pages qui vont de 1748 à 1772, nous croisons donc, par ordre chronologique et en nous en tenant à la première occurrence, en décembre 1748 Mme Du Châtelet4, en juillet 1749 Mme Du Bocage5, en septembre 1749 Mme de Villedieu6, Mme Favart7 et Mme de Tencin8, en avril 1750 la duchesse du Maine9, en juin 1750 Mme de Graffigny10, en mars 1751 Mme de Vieux-Maisons11, en juin 1751 Mme Denis12, en mars 1754 Mlle de Scudéry13, en février 1755 Ninon de Lenclos14, en mai 1755 Mme de La Fayette15, en septembre 1755 Marie-Anne Barbier16, en août 1765 Mlle de Lespinasse17, en octobre 1766, Mme de Montesson18, en novembre 1767 Mme Geoffrin19, en mars 1771 Mme Rozet et Mme Chaumont20, en juillet 1771 une « demoiselle Mazarelly21 », et en mars 1772 Mme Necker22.

  • 23 La BnF détient plusieurs exemplaires des Amants sans le savoir, comédie en trois actes et en prose (...)

3Le total, assez important, s’élève donc à vingt noms, et s’étend sur la totalité des vingt-quatre ans du Journal, de la toute première année, 1748, à la toute dernière, 1772, soit donc en moyenne presque un par an. Si certaines de ces femmes sont très connues comme Mlle de Scudéry ou Mme Du Châtelet, d’autres le sont moins, comme Marie-Catherine Desjardins, dite de Villedieu, ou Anne-Marie Du Bocage, voire pas du tout comme la « demoiselle Mazarelly », devenue marquise de Saint-Chamond par son mariage, et auteur des Amants sans le savoir23. Elles appartiennent au XVIIe siècle pour quatre d’entre elles (La Fayette, Ninon de Lenclos, Scudery, Villedieu) et au XVIIIe siècle pour les seize autres : les auteures du Moyen Âge ou du XVIe siècle, comme Christine de Pisan, Pernette Du Guillet, Louise Labé et Marguerite de Navarre, sont absentes.

  • 24 Nous ne rappelons pas la première occurrence, donnée précédemment.
  • 25 Collé, Journal, t. III, p. 193.
  • 26 Ibid., t. I, p. 311.
  • 27 Ibid., t. I, p. 111.

4Si certaines sont juste nommées (Mlle de Scudéry), et que beaucoup ne figurent qu’à travers une brève anecdote (Ninon de Lenclos, Vieux-Maisons), d’autres se voient évoquées, rapidement certes, mais à plusieurs reprises24 (Mme Denis en juin 1751 et en avril 176825, Mme Favart en septembre 1749 et en avril 175126, Mme de Tencin en septembre et décembre 174927).

  • 28 Pour éviter les doublons, nous nous permettons de renvoyer à trois articles à paraître, où nous an (...)

5Certaines, plus rares, se voient consacrer, à plusieurs reprises, plusieurs pages comme Mme Du Bocage, Mme Du Châtelet et Mme de Graffigny28. Pour Émilie, Collé ne s’intéresse qu’à sa vie privée : amours avec Voltaire, puis Saint-Lambert, grossesse inattendue, et mort tragique. Il ne cite pas une seule de ses œuvres, ne lui rend aucun hommage intellectuel. Pour Mme Du Bocage, il pourfend avec la dernière énergie sa tragédie des Amazones, lui déniant tout mérite littéraire, poussant jusqu’à en écrire un pastiche, Tragiflasque, joué à Bagnolet en 1754. Par ailleurs, il dénonce sa vanité ridicule lors de sa visite à Londres où elle a souhaité être présentée au roi. Pour l’auteur des Lettres d’une Péruvienne, il se montre un peu plus amène, risque quelques demi-compliments à propos de Cénie ou de La Fille d’Aristide, tout en déclarant aussi qu’elle n’entend rien au théâtre, ou qu’elle a été aidée pour la rédaction de ses œuvres : il révèle à sa mort en 1758 qu’elle était de ses (rares) amis, ce qui demeure imperceptible à la lecture du Journal.

  • 29 Pour une édition récente, voir Femmes dramaturges en France (1650-1750), Pièces choisies, tome I ((...)
  • 30 Cette pièce de 56 pages qui a eu peu de succès a néanmoins été publiée, ce qui paraît logique si l (...)
  • 31 « […] ces femmes l’avaient présentée aux Comédiens, […] elles étaient venues aux répétitions, et [ (...)

6Trois ne sont pas même nommées, seules leurs œuvres l’étant, soit que leur célébrité rende la mention de leur nom superflue, soit à l’inverse qu’elles demeurent inconnues : ainsi en va-t-il du roman de Zayde pour Mme de La Fayette, de la tragédie en cinq actes et en alexandrins d’Arrie et Petus29 pour Marie-Anne Barbier ou de la comédie en un acte et en prose de L’Heureuse rencontre30 pour Mesdames Rozet et Chaumont, « deux femmes de libraire », que même l’actrice de la Comédie-Française Mme Préville ne peut nommer à Collé, mais que Barbier identifie dans une note31.

  • 32 Cette pièce en cinq actes et en vers à laquelle Mme Denis travaille depuis l’été 1747 s’appelle d’ (...)
  • 33 « Le vaudeville des Savoyards court beaucoup, il a contribué au succès prodigieux du début de la d (...)
  • 34 « L’on a encore donné Pharamond à M. Rochon, l’auteur de La Matinée à la mode. Une Mlle L’Espinass (...)
  • 35 Voir Julie De Lespinasse, Lettres à Condorcet, Paris, 1992, et Lettres, La Table Ronde, Paris, 199 (...)
  • 36 « Avant de partir pour la campagne, j’ai laissé M. le Duc d’Orléans dans la disposition où il étai (...)
  • 37 « Ce gros Thomas parle d’ailleurs comme un gros philosophe de ce temps-ci, des femmes célèbres de (...)
  • 38 « Mme de Tencin est morte dans les premiers jours de ce mois-ci. Elle a fait son légataire univers (...)
  • 39 Si l’on demeure pourtant surpris que Collé, friand de nouvelles théâtrales, ne raille pas, comme l (...)

7Surtout, beaucoup de celles que nous considérons aujourd’hui d’évidence comme des femmes de lettres, et que nous avons donc incluses dans notre relevé, n’apparaissent pas comme telles dans le Journal. Mme Denis est « la nièce de Voltaire », mais non une éventuelle collaboratrice du grand homme ou l’auteur d’une comédie32. Justine Favart n’est qu’une actrice, une « petite impure » qui « danse avec des mouvements lascifs et dégoûtants33 », et non la collaboratrice de son époux et de Voisenon, et librettiste à part entière. Julie de Lespinasse est « une Mlle L’Espinasse, qui vit dans le grand monde34 » et non une grande épistolière35. Charlotte de Montesson se contente d’être la maîtresse du duc d’Orléans36. Quant à Suzanne Necker, cette femme « très ridiculement précieuse », elle « tient chez elle un bureau subalterne d’esprit37 ». Enfin, Claudine Guérin de Tencin est évoquée pour sa succession spoliée par l’indélicat médecin Astruc et non comme romancière à succès38. Ces six exemples pourraient étonner ; Collé chercherait-il à dissimuler ou nier les œuvres de ses consœurs ? En fait, il paraît très plausible que le diariste ait de bonne foi ignoré leurs écrits, soit parce qu’ils ne sont parus qu’après la publication du Journal, à la fin du XVIIIe siècle pour Mme de Montesson ou au XIXe siècle pour Mlle de Lespinasse et Mme Necker, soit parce que, même s’il s’agissait d’ouvrages contemporains du Journal, seuls quelques happy few en avaient connaissance (pièce non publiée et non jouée pour Mme Denis39, confusion avec l’époux ou les collaborateurs pour Mme Favart ou parution sous l’anonymat pour Mme de Tencin).

  • 40 « Le 10 [septembre], je présentai à Grandval Aménophis, tragédie ; dont le sujet est tiré de Carme (...)
  • 41 « Il [Bret] a tiré le principal trait de son caractère du roman de Zaïde ; et c’est, à mon avis, c (...)
  • 42 « Cette tragédie, par le fond, ressemble à tout, il n’y a aucune situation neuve. C’est Andromaque(...)

8En outre, même lorsque les œuvres d’auteures sont bien évoquées, c’est souvent à propos d’œuvres… masculines auxquelles Collé reproche leurs reprises sinon leurs plagiats ; Saurin imiterait le roman Carmente de Mme de Villedieu dans Aménophis40, Antoine Bret celui de Zayde de Mme de La Fayette dans sa comédie Le Jaloux41 et Voltaire la tragédie d’Arrie et Petus de Marie-Anne Barbier dans L’Orphelin de la Chine42. Les œuvres féminines interviennent alors plus comme prétextes ou contextes que comme textes.

  • 43 Ibid., t. II, p. 352.
  • 44 Ibid., t. I, p. 226.
  • 45 Ibid., t. I, p. 439-440.

9Pour plus d’exhaustivité, il faudrait ajouter à ces femmes de lettres ayant réellement existé les femmes imaginaires, comme la mythique toulousaine Clémence Isaure43, ou encore celles inventées par Collé lui-même et évoquées dans son Journal. Dans sa Foire du Parnasse, il met en scène, dans son « Magasin de fadeurs », « Mlle Fadasse, marchande de madrigaux et de pain d’épices, de bouquets pour Iris, d’anis de Verdun, d’éloges sucrés et de toutes sortes de dragées pour les femmes et les petits-enfants. » Entre le « Sieur Galimathia, et son magasin d’amphigouris », le « Sieur Libertini, et son magasin d’ordures » et « un café du Parnasse », « Mlle Fadasse » voisine aussi avec « la veuve du sieur Deprofundis » qui, dans son « Magasin de vers tristes », « fait et vend toutes sortes d’épitaphes, à la dernière mode, et des épithalames pour les mariages, [qui] fait des romances, des élégies et des cantiques qui ne sont pas spirituels : elle compose son opium elle-même, et guérit toutes sortes d’insomnies44 ». Dans une pièce qu’il a écrite, Les Amants déguisés, « farce en vaudevilles », figure « une fille qui, composant des vers et se croyant seule, fait sa déclaration elle-même par ses vers à celui dont elle est aimée45 ».

  • 46 « Ce n’était pas le tout que d’arriver, il était bien aussi difficile de l’amener au but ; avec un (...)
  • 47 « Mme l’intendante le fut à toute outrance dans cette circonstance nécessaire ; car l’exempt, qui (...)
  • 48 Le Littré explique « Bureau d’esprit, se dit d’un salon qui passe pour recevoir des causeurs très (...)
  • 49 Collé, Journal, t. III, p. 187, note 2.
  • 50 Ibid., t. III, p. 344-345.

10Comment Collé désigne-t-il les femmes de lettres ? Si Honoré Bonhomme dans sa « table analytique » mentionne bien par exemple « femme auteur », pour Mme de Graffigny, ou « femme célèbre », pour Mme Geoffrin, ce n’est en revanche pas le cas de Collé qui n’use d’aucune expression ou périphrase comparable, ni jamais des termes « auteur » ou « dramaturge » au féminin. Les deux seules fois, pour tout son Journal, où il emploie deux substantifs savants au féminin, c’est avec une intention railleuse manifeste, et reconnaissons-le, avec une remarquable efficacité ironique dans l’antithèse. Lorsqu’il parle de Mme Du Châtelet comme de « cette grande physicienne46 », c’est non pas pour louer ses travaux sur Newton et Leibniz mais plutôt à la manière des leçons de physique expérimentales de Pangloss à Paquette dans le Candide de Voltaire : les qualités physiques d’Emilie sont en l’occurrence celles qu’elle déploie pour convaincre son époux de redevenir son amant pour respecter les « bienséances » alors qu’elle est déjà enceinte de Saint-Lambert. La seconde fois, une quinzaine d’années plus tard, s’il dépeint comme « philosophe » la Clairon, l’actrice de la Comédie-Française, accompagnée à la prison du For-l’Evêque par son amie Mme de Sauvigny, c’est pour dénoncer ce qu’il considère comme son inconduite et son hybris, ainsi que sa proximité, bien sûr, avec les Encyclopédistes honnis47. Enfin, Collé parle, là encore moqueusement, de « bureau d’esprit48 » : « [bureau d’esprit] de la feue Dame Geoffrin49 », et même « bureau subalterne d’esprit50 » de Mme Necker.

  • 51 Il n’évoque ni Mme de Sévigné, ni, du côté de ses contemporaines, Mlle de Lussan ou Mme de Gomez.
  • 52 Voir l’article de Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval « Anecdotes et bons mots dans le Journal de Coll (...)
  • 53 Quelques exemples suffisent : « Ce M. de Morand a fait Téglis et Childéric, deux tragédies au-dess (...)
  • 54 Démarche qu’il a parfois l’honnêteté d’effectuer lui-même. Indiquant que « M. de Beaumarchais a pr (...)
  • 55 Pour une mise en application de ces principes sur le cas de Mme de Graffigny, voir C. Simonin « Te (...)
  • 56 Certes, ces deux femmes sont évoquées uniquement à travers leurs deux œuvres, Arrie et Petus et Za (...)
  • 57 Cette culture existe chez beaucoup de membres de la République des Lettres de l’époque, voir par e (...)
  • 58 « Ma femme, dont le goût est si sûr et le tact si fin avait été, pour le fond et pour les détails (...)

11Pour clore ce rapide panorama, six remarques. Premièrement, absence du Moyen Âge et du XVIe siècle, faible présence du XVIIe et sur-représentation de l’époque contemporaine ainsi que désintérêt presque total pour les romancières, poétesses, nouvellistes, et autres épistolières51 ; les femmes évoquées dans le Journal sont surtout des contemporaines, essentiellement des dramaturges et souvent des figures de la République des Lettres de l’époque, par leurs écrits, leurs salons ou leurs amours… Collé diariste est avant tout un « théâtromane » et un homme de son temps, amateur de ragots52 : se pencherait-on sur les hommes de lettres dans ce Journal que les mêmes remarques s’avéreraient. Deuxièmement, ses remarques sont presque uniformément négatives : il se montre au mieux dubitatif, narquois le plus souvent, et violemment satirique parfois. On peut conclure indubitablement à la misogynie de Collé, mais il faut la rapporter à sa plus générale misanthropie : les auteurs masculins là encore, sauf quelques exceptions, comme Guimond de la Touche, ne sont pas traités différemment ni mieux que leurs consœurs53. Troisièmement, et ce point découle des précédents, on mesure l’importance de considérer, autant que faire se peut, le Journal dans son entier, dans sa variété et sa complexité, plutôt que d’en extraire telle unique remarque perfidement savoureuse au risque de se méprendre ; une lecture autotextuelle, pour reprendre le terme genettien, permet de tempérer telle affirmation volontiers catégorique et péremptoire du Journal, en rapportant ou confrontant l’auteur à ses propres dires, souvent contradictoires54, sur le même sujet ou sur le même auteur55. Quatrièmement, cette lecture exhaustive du Journal paraît d’autant plus nécessaire que l’index d’Honoré Bonhomme, bien qu’il permette un efficace repérage, ne contient en l’occurrence ni Marie-Anne Barbier, ni Mme de La Fayette56, ni Mlle de Scudery, ni Mlle de Lespinasse, ni Mme Necker, ni Clémence Isaure, c’est-à-dire tout de même un quart des références relevées, qui échapperaient donc à qui n’aurait pas pris la peine de lire les trois volumes. En outre, même pour les femmes mentionnées, les références données par Bonhomme sont parfois incomplètes ; c’est par exemple le cas pour Françoise de Graffigny pour qui il en a omis plusieurs. Cinquièmement, ce survol montre l’étendue de la culture littéraire de Collé, capable de mobiliser au fil de la plume un extraordinaire magasin mental de références57. Sixièmement, et dernièrement, afin de terminer, fidèle à l’esprit de Collé, sur une note paradoxale, il faut reconnaître que ce diariste si volontiers injuste et misogyne sait admirablement célébrer, avec émotion et admiration, la femme aimée avec qui il partagea sa vie de longues années. Et c’est, selon lui, aux talents de celle-ci pour les lettres qu’il doit tous ses succès en la matière, comme il n’hésite pas à le répéter58. Une telle profession de foi philogyne et maritale résonne rarement chez les auteurs :

  • 59 Ibid., t. I, p. 387-388 [il s’agit d’une observation de deux pages, datée de 1780 et insérée entre (...)

Je jure que jusque-là, je ne me jugeais capable que de faire des parades, genre que dès lors je méprisais au fond du cœur, tout en m’égayant à en faire. Quand ma femme m’excitait à tenter de m’élever jusqu’à la comédie, je lui soutenais avec vivacité, et une intime persuasion, que je serais un présomptueux et un sot de m’en croire le talent. Vaincu par elle, je fis du sujet de Nicaise une comédie, que je ne voulais traiter qu’en parade. La scène tendre et passionnée du galant escroc, que je me croyais hors d’état d’écrire (n’ayant jamais traité que des gaietés) me fit composer l’acte de La Veuve, et cet acte me fit oser Dupuis et Desronais ; et le tout par les encouragements et les sollicitations très vives de ma femme. Je puis dire avec la dernière vérité, que sans elle je n’aurais pas connu mes forces, et que sans ses critiques judicieuses, fines et son goût délicat, mes ouvrages auraient été pleins de défauts et peut-être grossiers et rebutants : je dois prodigieusement à ses conseils. Je suis peut-être l’unique auteur de comédies qui ait rencontré dans sa femme un conseil aussi sûr, des lumières aussi délicates, et si je puis le dire, une espèce d’instinct pour la vraie comédie59.

Notes

1 Charles Collé, Journal historique, édité par Honoré Bonhomme, Paris, 1868 (tome I, septembre 1748 – décembre 1754 ; tome II, janvier 1755 – décembre 1764 ; tome III, janvier 1765 – septembre-octobre 1772). Nous nous référons à cette édition pour tout cet article, et l’abrégeons en « Collé, Journal », avec mention du tome et de la page.

2 H. Bonhomme explique : « D’un autre côté, pour faciliter les recherches dans un ouvrage qui renferme un si grand nombre de faits, d’anecdotes et de noms propres, nous avons clos notre travail par une Table analytique détaillée, mode d’indication qui manque trop souvent aux recueils de l’espèce, bien qu’il réponde à un besoin généralement reconnu » (Collé, Journal., t. I, p. 5).

3 Voir en particulier l’article de M.-E. Plagnol-Diéval, « La Comédie nouvelle vue par Collé dans son Journal », in J. Dagen, C. François-Giappiconi et S. Marchand (dir.), La Chaussée, Destouches et la comédie nouvelle au XVIIIe siècle, Paris, PUPS, 2012, p. 353-364.

4 Collé, Journal, t. I, p. 38.

5 Ibid., t. I, p. 84-85.

6 Ibid., t. I, p. 96.

7 Ibid., t. I, p. 99.

8 Ibid., t. I, p. 100.

9 Ibid., t. I, p. 151.

10 Ibid., t. I, p. 188-197.

11 Ibid., t. I, p. 298-299.

12 Ibid., t. I, p. 321.

13 Ibid., t. I, p. 408.

14 Ibid., t. II, p. 5.

15 Ibid., t. II, p. 17.

16 Ibid., t. II, p. 28.

17 Ibid., t. III, p. 42.

18 Ibid., t. III, p. 109.

19 Ibid., t. III, p. 169.

20 Ibid., t. III, p. 301.

21 Ibid., t. III, p. 323.

22 Ibid., t. III, p. 344-345.

23 La BnF détient plusieurs exemplaires des Amants sans le savoir, comédie en trois actes et en prose, Paris, Monory, 1771 (YF 6954 ; 8 Yth 576 ; 8 Yth 577 ; 8 Yth 578) et en propose même un exemplaire numérisé en ligne.

24 Nous ne rappelons pas la première occurrence, donnée précédemment.

25 Collé, Journal, t. III, p. 193.

26 Ibid., t. I, p. 311.

27 Ibid., t. I, p. 111.

28 Pour éviter les doublons, nous nous permettons de renvoyer à trois articles à paraître, où nous analysons plus précisément les remarques de Collé sur chacune de ces auteures. Voir C. Simonin, « “Folle”, “Femelle” ou “Minerve des sciences” ? Discours critiques des XVIIIe et XIXe siècles sur Émilie Du Châtelet », « D’“Amazone du Parnasse” en Tragiflasque, la réception contrastée de la tragédie d’Anne-Marie Du Bocage » et « Textes, mensonges et idéaux, les vérités labiles du Journal de Collé ».

29 Pour une édition récente, voir Femmes dramaturges en France (1650-1750), Pièces choisies, tome I (L’Amoureux extravagant de Françoise Pascal, Le Favori de Marie-Catherine Desjardins [Mme de Villedieu], Rare-en-tout de Anne de la Roche Guilhen, Laodamie reine d’Epire de Catherine Bernard, Arrie et Pétus de Marie-Anne Barbier, Cénie de Françoise de Graffigny), textes établis, présentés et annotés par Perry Gethner, Paris-Seattle-Tübingen, Gunter Narr Verlag, Biblio 17, 1993.

30 Cette pièce de 56 pages qui a eu peu de succès a néanmoins été publiée, ce qui paraît logique si les auteures étaient bien, comme l’affirme Collé, « femmes de libraires ». La BnF détient un certain nombre d’exemplaires de la première édition (Paris, Veuve Duchesne, 1771) : 8 Yth 8503 ; 8 Yth 8503 (Bis) ; 8 Yth 8504, 8 Rec 51 (22,151), Z Rothschild 5114 ; 8 yth 19724. L’Heureuse rencontre a aussi été imprimée en Belgique (Bruxelles, J. Van den Berghem, 1771 ; 8 RF 13156) et même rééditée en 28 pages en 1774 à Paris chez Didot l’aîné (8 RF 9809 ; GD 22368). Cependant, pour ces deux dernières éditions, le catalogue de la BnF donne toujours pour les auteurs le nom de Rozet, associé non plus à Chaumont, mais à celui de Cécile-Françoise Falconnet.

31 « […] ces femmes l’avaient présentée aux Comédiens, […] elles étaient venues aux répétitions, et […] elles avaient leurs entrées pour un an ; mais elle [Mme Préville] ne m’a pas pu dire leurs noms » (Collé, Journal, t. III, p. 301).

32 Cette pièce en cinq actes et en vers à laquelle Mme Denis travaille depuis l’été 1747 s’appelle d’abord La Petite Maîtresse ou La Femme à la mode, puis La Coquette punie. Lue le 6 avril 1750 devant un auditoire nombreux chez Mme de Graffigny, la pièce ne sera ni publiée, ni conservée, bien que Mme Denis ait tenté de la faire accepter à la Comédie-Française à l’automne 1752 en s’appuyant sur le maréchal de Richelieu. Voir C. Simonin et D. Smith, « Du nouveau sur Mme Denis, les apports de la Correspondance de Mme de Graffigny », Cahiers Voltaire no 4, Ferney-Voltaire, 2005, p. 25-56, plus spécifiquement p. 39-44.

33 « Le vaudeville des Savoyards court beaucoup, il a contribué au succès prodigieux du début de la demoiselle Gentilly [sic], à la Comédie-Italienne. Cette petite impure, qui n’a pour tous talents que d’être une médiocre danseuse, mais aussi une impudente créature, est la femme de Favart, auteur de très jolis opéras-comiques, et entre autres, de La Chercheuse d’esprit. Elle n’a pour le théâtre ni intelligence, ni habitude, en lui ôtant le chant et la danse ; elle chante un vaudeville avec une indécence rebutante, et danse avec des mouvements lascifs et dégoûtants pour les gens qui ont le moins de délicatesse » (Collé, Journal, t. I, p. 99).

34 « L’on a encore donné Pharamond à M. Rochon, l’auteur de La Matinée à la mode. Une Mlle L’Espinasse, qui vit dans le grand monde, m’a assuré aussi que cette tragédie était d’un gentilhomme nommé Dunan ; elle a bien assez l’air d’une pièce de qualité, mais il résulte de toutes ces accusations-là que l’auteur n’est point connu » (Ibid., t. III, p. 42).

35 Voir Julie De Lespinasse, Lettres à Condorcet, Paris, 1992, et Lettres, La Table Ronde, Paris, 1998.

36 « Avant de partir pour la campagne, j’ai laissé M. le Duc d’Orléans dans la disposition où il était de faire mettre mon poème en musique par Monsigny, pour le faire exécuter, cet été, à Villers‑Cotterêts. Mme la Marquise de Montesson y jouera le principal rôle ; et suivant toute apparence, elle en joue dès à présent un qui lui paraît mille fois, je pense, plus intéressant. La Cour et la Ville veulent qu’elle soit à présent la maîtresse du prince » (Collé, Journal, t. III, octobre 1766, p. 109).

37 « Ce gros Thomas parle d’ailleurs comme un gros philosophe de ce temps-ci, des femmes célèbres de celui de Louis XIV ; il préfère à toutes ces femmes illustres une Madame Necker, qui a été jadis maîtresse d’école à Genève, et qui régente à Paris la nouvelle philosophie, qu’elle n’entend pas. C’est une femme, à la vérité, un peu plus instruite que les autres, mais sans esprit, sans sentiment à elle, et qui jure sur la parole de ses maîtres, messieurs les encyclopédistes, auxquels elle donne souvent à manger, car son mari est un riche banquier. Elle tient chez elle un bureau subalterne d’esprit ; très ridiculement précieuse, au demeurant. C’est cette femme dégagée des sens, à ce qu’elle prétend, qui trouve à redire à la manière que le créateur nous a donnée pour créer nous-mêmes des hommes ; elle ne la trouve pas assez pure, assez propre ; elle voudrait une autre manière, une autre façon d’amener la génération ; elle l’a dit, et tous nos jeunes amoureux sont dans des transes mortelles que Dieu n’aille suivre ses conseils, et ne change ses anciennes lois que les amants trouvent très agréables et très gracieuses, et que j’ai eu moi-même la bêtise, ainsi que tout le monde, de trouver très délicieuses dans le temps que j’étais soumis à ces tant bonnes lois » (Ibid., t. III, p. 344-345).

38 « Mme de Tencin est morte dans les premiers jours de ce mois-ci. Elle a fait son légataire universel son frère le cardinal de Tencin, mais à peine lui laisse-t-elle de quoi payer les legs particuliers. Le médecin Astruc, à qui l’on prétend qu’elle a remis, de la main à la main, beaucoup d’effets mobiliers, est grièvement soupçonné d’avoir volé la succession. L’on en parle sur ce ton dans le monde, et il n’y a qu’une voix sur cette spoliation. S’il ne l’a pas faite, du moins n’a-t-il eu aucune délicatesse, riche comme il est d’environ un million, d’accepter deux cents ou deux cent quarante mille livres, à quoi l’on prétend que montent les effets que lui a remis Mme de Tencin, dont quelques-uns des héritiers sont mals à leur aise, témoin M. d’Argental » (Ibid., t. I, p. 111).

39 Si l’on demeure pourtant surpris que Collé, friand de nouvelles théâtrales, ne raille pas, comme le tout Paris, l’hybris de Mme Denis, il faut préciser que le Journal de Collé pour les années 1752 et 1753 a disparu. Une « Note des éditeurs » (Ibid., t. II, p. 1) explique : « Nous avons dit, à la note de la « Notice sur la vie et les ouvrages de Collé », tome Ier, page xxiv [en fait p. 27], que nous ne possédions pas les années 1752 et 1753 de son Journal. Nous souhaitons que les personnes qui les ont, n’en privent pas plus longtemps le public. » En effet, précédemment, au tome I (p. 27) une note signée de Barbier précise : « Deux des [volumes] suivants ont été prêtés à une personne qui ne les a point rendus » et, à la suite, une note de Bonhomme ajoute : « Malgré l’activité de nos recherches, reprises à diverses dates et poursuivies jusqu’à ce jour, nous n’avons pu parvenir à retrouver les deux volumes en question lesquels se rattachent aux années 1752, 1753, 1761 et 1762. » Retrouvé au début du XXe siècle, le Journal historique inédit pour les années 1761 et 1762 a été publié par Adolphe Van Bever (Paris, Mercure de France, 1911).

40 « Le 10 [septembre], je présentai à Grandval Aménophis, tragédie ; dont le sujet est tiré de Carmente, petit roman de Madame de Villedieu » (Collé, Journal, t. I, p. 96).

41 « Il [Bret] a tiré le principal trait de son caractère du roman de Zaïde ; et c’est, à mon avis, ce qui a fait tomber sa pièce avec quelques autres défauts qui y ont aussi contribué. L’on ne peut guère se prêter, et surtout dans ce temps-ci, où la galanterie et la débauche même ont pris la place de l’amour, on ne peut pas, dis-je, se prêter à la manie d’un jaloux, qui l’est d’un rival mort, surtout quand cette jalousie singulière fait presque le fond de la pièce, au lieu d’occuper tout au plus une scène » ; « Comme le défaut sur lequel on voulait prévenir le public, en s’étayant de l’autorité du roman de Zaïde, s’étendait presque sur toute la pièce, rien n’a pu parer à ce vice de fond » (Ibid., t. II, p. 17 et 19).

42 « Cette tragédie, par le fond, ressemble à tout, il n’y a aucune situation neuve. C’est Andromaque, Clytemnestre, Les Troyennes, Arrie et Petus, etc. » ; « Ce qu’elle a de plus révoltant, c’est comme je l’ai dit, que les situations étant toutes pillées, tantôt vous vous trouvez transporté dans la tragédie d’Andromaque ; un moment après, dans le rôle de Clytemnestre, dans Iphigénie ; l’instant d’ensuite, vous êtes aux Troyennes ; et au dénouement, vous croyez entendre celui d’Arrie et Petus, ce salmigondis de plagiat est infiniment dégoûtant pour ceux qui connaissent leur théâtre » ; « On le voit ensuite amoureux comme Pyrrhus, dans l’Andromaque de Racine, et le grand Gengiskan [sic], ce guerrier farouche, se laisse attendrir par la scène d’Arrie et Petus, et finit (sans doute pour donner une idée de sa politique) par prendre l’Orphelin de la Chine sous sa protection et en faire son successeur à l’empire » (Ibid., t. II, p. 28, 29 et 31).

43 Ibid., t. II, p. 352.

44 Ibid., t. I, p. 226.

45 Ibid., t. I, p. 439-440.

46 « Ce n’était pas le tout que d’arriver, il était bien aussi difficile de l’amener au but ; avec un peu de peine, il y est venu, et le tout s’est passé à la satisfaction de cette grande physicienne. Sur cela, quelqu’un disait : « Mais quelle diable d’envie a donc pris à madame Du Châtelet de coucher avec son mari ? » « Vous verrez, répondit-on, que c’est une envie de femme grosse ! » (Ibid., t. I, p. 68-69).

47 « Mme l’intendante le fut à toute outrance dans cette circonstance nécessaire ; car l’exempt, qui ne voulut point démordre de sa prétention d’accompagner sa prisonnière, se plaça sur le devant en vis-à-vis de Mme de Sauvigny, qui fit mettre dans le fond son illustre amie et sa philosophe (ce sont ses propres expressions), et elle se mit sur les genoux de l’amitié et de la philosophie. C’est dans cet ordre que ces deux femmes à sentiments arrivèrent ensemble au For-l’Evêque, à la porte duquel ces deux héroïnes en larmes, sans doute, se séparèrent » (Ibid., t. III, p. 31).

48 Le Littré explique « Bureau d’esprit, se dit d’un salon qui passe pour recevoir des causeurs très spirituels. »

49 Collé, Journal, t. III, p. 187, note 2.

50 Ibid., t. III, p. 344-345.

51 Il n’évoque ni Mme de Sévigné, ni, du côté de ses contemporaines, Mlle de Lussan ou Mme de Gomez.

52 Voir l’article de Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval « Anecdotes et bons mots dans le Journal de Collé », in Anecdotes, Faits-divers, Contes et Nouvelles, 1700-1820, actes du colloque d’Exeter (septembre 1998), Malcolm Cook et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval (dir.), French Studies of the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Bern, Berlin…, Peter Lang, 2000, p. 125-146.

53 Quelques exemples suffisent : « Ce M. de Morand a fait Téglis et Childéric, deux tragédies au-dessous de la médiocrité la plus incurable, et même un peu plus qu’au-dessous » (Collé, Journal, t. I, p. 13) ; « Indépendamment, au reste de la bassesse de son style, qui est révoltant, sa comédie [Les visites du Jour de l’An de Vadé] est sans la plus légère apparence de fond, sans imagination, sans caractère et sans comique » (Ibid., t. I, p. 43-44) ; « C’[Oreste de Voltaire] est la tragédie de Sophocle et celle de Longepierre refondues, et mises, s’il est permis de s’exprimer ainsi, en compote » (Ibid., t. I, p. 120).

54 Démarche qu’il a parfois l’honnêteté d’effectuer lui-même. Indiquant que « M. de Beaumarchais a prouvé à ne pouvoir en douter par son drame [Eugénie] qu’il n’a ni génie, ni talent, ni esprit », il ajoute en note : « Je suis bien revenu de l’opinion que j’avais de Beaumarchais ; c’est moi qui suis une bête de l’avoir jugé sans esprit » (Ibid., t. III, p. 124).

55 Pour une mise en application de ces principes sur le cas de Mme de Graffigny, voir C. Simonin « Textes, mensonges et idéaux : les vérités labiles du Journal de Collé », à paraître.

56 Certes, ces deux femmes sont évoquées uniquement à travers leurs deux œuvres, Arrie et Petus et Zayde, mais ces dernières ne figurent pas davantage dans la table analytique.

57 Cette culture existe chez beaucoup de membres de la République des Lettres de l’époque, voir par exemple E. Showalter, « Mme de Graffigny, reader of fiction », Eighteenth Century Fiction, 13, 2-3, 2001, p. 461-476.

58 « Ma femme, dont le goût est si sûr et le tact si fin avait été, pour le fond et pour les détails de ma pièce, d’une sévérité impitoyable » (Collé, Journal, t. II, p. 277) ; « J’établirai pour mes juges : Mlle Quinault, Saurin, M. de Montigny, M. le duc de Nivernois, et M. le duc d’Orléans, sans compter ma femme, qui vaut mieux encore que tous ces juges-là, qui sont excellents cependant. Mais l’extrême intérêt qu’elle prend à la chose lui donne plus de lumière que le grand sens, le goût et le tact de ceux que je viens de nommer » (Ibid., t. III, juin 1765, p. 34).

59 Ibid., t. I, p. 387-388 [il s’agit d’une observation de deux pages, datée de 1780 et insérée entre l’année 1753 et l’année 1754].

Auteur

Enseignante en CPGE au Lycée Poincaré (Nancy). Ses travaux portent sur l’écriture féminine sous l’Ancien Régime. Elle a notamment publié « “Pompon Newton” versus “Marie Chiffon” ? Émilie du Châtelet (1706-1749) et Françoise de Graffigny (1695-1758) en miroir, et au miroir de leurs contemporains », in Émilie du Châtelet, éclairages et documents nouveaux, études réunies par Ulla Kölving et Olivier Courcelles, Ferney-Voltaire, 2008, p. 61-83.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540