Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Deuxième partie. Pluralité de genres pour un autoportrait

L’autoportrait dans la Relation de captivité d’Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly

Agnès Cousson

Abstract

Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, religieuse de Port-Royal, écrit sa relation de captivité en 1665, au retour d’une détention de dix mois chez les Annonciades de Boulogne, suite à son refus de signer le Formulaire condamnant Cinq propositions attribuées à Jansénius. Elle est alors en captivité collective à Port-Royal des Champs, avec les autres moniales résistantes. L’identité de l’auteur, les règles morales et conventuelles auxquelles elle est soumise, son appartenance à une communauté persécutée, la nature même du texte, un écrit obligé, rédigé à des fins historiographiques, soulèvent plusieurs questions : d’abord la possibilité d’existence de l’autoportrait, ses modalités d’expression et ses finalités dans ce contexte particulier, la représentativité de la description de soi ensuite. Que signifie l’image de soi donnée par l’auteur ? Permet-elle d’accéder à sa personnalité intime ?

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly1 achève sa relation de captivité le 28 novembre 1665, quelques semaines après sa détention de dix mois au couvent des Annonciades de Boulogne, où elle fut envoyée sur les ordres de l’archevêque de Paris, Hardouin de Péréfixe, suite à son refus de signer le Formulaire condamnant les Cinq propositions attribuées à Jansénius2. Son récit, qui suit un ordre chronologique, commence par son départ en captivité, le 26 août 16643, et s’achève sur son retour à Port-Royal des Champs, le 3 juillet 1665. Elle y retrouve ses compagnes résistantes.

Sa relation s’inscrit dans le travail historiographique collectif entrepris pour servir à l’histoire de Port-Royal. En la rédigeant, Angélique de Saint-Jean fait acte d’obéissance aux autorités de sa communauté : « Puisqu’on me le commande, je marquerai les choses dont je me puis souvenir, encore qu’il n’y ait rien de fort important. » Ce rejet sur un tiers de la responsabilité de l’acte d’écrire, courant à une é...

Author

Est maître de conférences en Langue et Littérature françaises à l’IUT de Quimper et rattachée au centre d’étude des Correspondances et des Journaux intimes de l’université de Bretagne Occidentale (Brest). Ses recherches portent sur le XVIIe siècle, avec un prolongement aux écrits du XVIIIe siècle, autour des thématiques suivantes : Port-Royal, les genres personnels féminins (correspondances religieuses et mondaines, mémoires, récits de vie), l’intimité et l’expression personnelle à l’Âge Classique, l’éducation, la morale et la culture au XVIIe siècle. Elle vient de publier sa thèse L’Écriture de soi. Lettres et récits autobiographiques des religieuses de Port-Royal. Angélique et Agnès Arnauld, Angélique de Saint-Jean Arnauld d’Andilly, Jacqueline Pascal (avec une préface de Philippe Sellier, Paris, Champion, octobre 2012). Elle est, depuis 2013, membre du Comité de rédaction de la revue internationale de l’Association Interdisciplinaire de Recherche sur l’Épistolaire (AIRE), Épistolaire (dir. G. Haroche-Bouzinac).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540