Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Deuxième partie. Pluralité de genres pour un autoportrait

Pratiques littéraires, pratiques sociales, pratiques de soi : les autoportraits mondains dans les recueils de 1659

Charles-Olivier Stiker-Métral

Résumé

La vogue des autoportraits aristocratiques, dont témoigne leur nombre important dans les deux recueils publiés en 1659, s’apparente à une pratique littéraire qui fait usage des ressources d’une langue capable de dire finement les nuances de la psychologie individuelle et les hésitations sur la possibilité de l’introspection et de l’aveu. En figurant l’espace discursif où peut se déployer cette parole sur soi, s’arrêtant au seuil du for intime, le genre élabore un imaginaire des pratiques sociales, en particulier autour des valeurs liées à l’amitié, au naturel, au divertissement. Il correspond aussi à une certaine forme de pratique de soi : cette représentation de soi n’est pas exempte d’une ambition morale, puisqu’elle établit une relation entre les valeurs communes et leurs réalisations individuelles, entre un modèle idéal et les tentatives multiples pour s’y conformer. C’est la subjectivation mondaine elle-même qui est ainsi figurée. En rendant le regard d’autrui nécessaire, l’interaction est investie d’une valeur heuristique et fait de la part visible et sociale du moi la seule qui, au fond, importe. Genre mineur, sans réelle poétique ni véritable postérité, l’autoportrait porte ainsi peut-être la quintessence des ambitions de la littérature mondaine.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La parution concomitante, en 1659, de deux recueils de portraits, Divers portraits et le Recueil de portraits et éloges, a fait parler, dès cette époque elle-même, d’une mode qui a vu, quasi dans le même temps, naître et mourir un genre littéraire, celui du portrait autonome, écrit à la troisième ou à la première personne1. Si Jacqueline Plantié a rendu compte de l’audience de ce genre éphémère, peut-être est-il intéressant de rappeler l’explication de son rapide épuisement, donnée quelques décennies plus tard par le Mercure Galant :

Enfin, l’on peut dire que le combat finit faute de combattants, c’est-à-dire qu’on ne cessa de faire des portraits que lorsqu’il ne se trouva plus personne à Paris qui fût de quelque mérite et de quelque considération dont le portrait ne fût pas fait2.

Il semble, à la lecture de ces lignes postérieures d’une cinquantaine d’années aux deux ouvrages, que le genre soit, par nature, socialement déterminé, réservé à une élite qui publie ainsi une image idéalis...

Auteur

Maître de conférences à l’université Charles-de-Gaulle – Lille 3, est l’auteur de Narcisse contrarié. L’amour propre dans le discours moral en France, 1650-1715 (Paris, Honoré Champion, 2007). Ses travaux portent sur les formes de la connaissance morale à l’époque classique et sur la catégorie de moraliste dans l’Histoire littéraire.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540