Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Deuxième partie. Pluralité de genres pour un autoportrait

L’autoportrait de Commynes dans ses Mémoires

Jean Dufournet

Résumé

Commencés à la demande de l’archevêque Angelo Cato pour évoquer les faits du roi Louis XI, les Mémoires de Commynes, qui créent un nouveau genre historique, se développent rapidement en une sorte de triptyque autour des trois figures princières de Louis XI, de Charles de Bourgogne et d’Édouard IV d’Angleterre, et surtout se constituent en mémoire de soi, au risque de passer pour une apologie, en une sorte d’égophanie. Tout est vu et dit dans l’éclairage et le prisme du je. Dès le prologue, Commynes insiste sur sa riche expérience et sur les pertes et les douleurs qu’il a subies depuis le trépas de son maître. Les Mémoires retracent, souvent en filigrane, son éducation politique ; ils indiquent, sans s’attarder, les qualités qui ont fait de lui un grand conseiller des princes et évoquent plus longuement des épisodes où son rôle a été prépondérant (entrevue de Péronne en 1465, rencontre de Picquigny en 1475). Souvent à demi-mot, Commynes glisse dans son texte des confidences qui nous dévoilent sa nostalgie de la patrie perdue et son désir d’avoir un ami intime à qui se confier totalement.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Commencés à la demande de l’archevêque Angelo Cato pour évoquer la personne et les faits de Louis XI, les Mémoires de Commynes, qui créent un nouveau genre historique, se développent rapidement en une sorte de triptyque autour de Louis XI, de Charles de Bourgogne et d’Édouard IV, et même en un polyptyque avec Angelo Cato en destinataire et grand témoin, et avec Commynes en auteur. Il faut tout de suite ajouter qu’ils se constituent en mémoire de soi, au risque de passer pour une apologie. C’est une égophanie : tout est vu et dit dans l’éclairage et le prisme du je. Dès le prologue, Commynes insiste sur sa riche expérience et sur les pertes et les douleurs qu’il a subies depuis le trépas de son maître. De son œuvre se dégagent trois axes qui ressortissent à l’autoportrait. Tout d’abord, les Mémoires retracent, souvent en filigrane, par des épisodes et des détails choisis à dessein, l’éducation politique de l’auteur, son initiation à un monde difficile et dur, telle que Commynes l’a r...

Auteur

A été professeur émérite à l’université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle à partir de 1994. Membre de l’Académie royale de Belgique et de l’Académie des lettres et des sciences de Finlande, docteur honoris causa de l’université de Budapest, directeur de cinq collections scientifiques aux éditions Champion (Paris) et de deux revues d’études médiévales (Revue des langues romanes, Le Moyen Âge), conseiller littéraire chez G.-F. Flammarion, il a travaillé sur l’ensemble de la littérature médiévale, plus particulièrement sur le Roman de Renart, les historiens (Villehardouin, Robert de Clari, Henri de Valenciennes, Commynes…), le roman « gothique » (Jean Renart, Renaut, Philippe de Rémy), le théâtre du XIIIe siècle, la poésie de Conon de Béthune à Rutebeuf et Villon… Parmi les 538 titres de sa bibliographie, il a laissé de nombreuses éditions bilingues de textes appartenant à différents genres. Ses travaux sur Philippe de Commynes et l’écriture historiographique (en dernière date, Commynes en ses Mémoires, Paris, Champion, 2011) font autorité, tant en France qu’à l’étranger, auprès des médiévistes comme de tous ceux qui s’intéressent aux mémorialistes d’Ancien Régime.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540