Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Première partie. Pluralité d'esquisses pour un autoportrait

Le Page disgracié ou le portrait d’un artiste en enfant et très jeune homme

Enjeux de lecture

Florence Orwat

Résumé

Le Page disgracié, de Tristan L’Hermite, publié en 1642, ne laisse pas d’intriguer la critique, qui s’interroge régulièrement sur le statut générique d’une œuvre singulière. L’emploi de la première personne pour raconter l’histoire d’une enfance et d’une adolescence turbulentes, très rare dans la littérature narrative en prose de la première moitié du siècle, peut en effet troubler. Au carrefour des traditions, celle de la mélancolie notamment, le narrateur, qu’il soit ou non identifié à Tristan, propose un portrait de soi qui mérite d’être scruté en ce qu’il orchestre habilement les lieux communs attendus – hérités parfois de l’Antiquité – et les audaces novatrices, lesquelles construisent une figure de l’auteur et de l’artiste appelée à un riche avenir. Reste à comprendre les enjeux d’une telle entreprise. Réel ou fictif, l’autoportrait ciselé tout au long d’un récit auquel il donne son unité nous introduit dans un univers mental dont la cohérence et la vérité ne sauraient être remises en cause. Il est, on le sait, des rêveries qui en disent plus long que les aveux consentis.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque Tristan L’Hermite, âgé d’une quarantaine d’années et fort du succès remporté par La Mariane (1637), publie en 1643 le premier volume du Page disgracié1 qui demeurera sans suite, il en escompte une audience certaine. Le soin, habituel certes, qu’il apporte à la confection de cet ouvrage et dont font état les deux frontispices et la qualité de l’impression2, témoigne de ses ambitions et sans doute aussi de la relation très particulière qu’il entretient avec ce texte, à ses yeux stratégique. L’usage qui est fait du pronom de première personne, dès l’incipit, inscrit le discours dans la catégorie du « récit de vie ». « Cher Thirinte », peut-on y lire, « je connais bien que ma résistance est inutile, et que vous voulez absolument savoir tout le cours de ma vie, et quelles ont été les postures de ma fortune ». Mais très vite s’introduisent dans le chapitre inaugural des dissonances, des décalages, qui brouillent les pistes et remettent en question le statut même du texte, organisé...

Auteur

Est agrégée de Lettres modernes, docteur en Langue et Civilisation françaises du XVIIe siècle (Paris 4-Sorbonne) et membre du CELLF (équipe « Port-Royal et la vie littéraire », animée par le Professeur G. Ferreyrolles). Elle a publié sa thèse chez Champion (2006) et une dizaine d’articles et de communications – la dernière en date ayant fait l’objet d’une publication dans Littératures classiques, « L’Épistolaire au XVIIe siècle », no 71, printemps 2010. Elle a fait paraître un article sur Madame de Sévigné dans le recueil collectif destiné aux étudiants agrégatifs (La première année de correspondance entre Mme de Sévigné et Mme de Grignan, Paris, Classiques Garnier, 2012). Elle enseigne en CPGE au Lycée Pasteur, à Neuilly-sur-Seine, depuis septembre 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540