Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Première partie. Pluralité d'esquisses pour un autoportrait

Les illustrations du Chevalier délibéré : autoportrait ou création de personnage ?

Catherine Emerson

Résumé

Cette contribution examine les instructions à l’illustrateur qui apparaissent dans certains manuscrits du Chevalier délibéré d’Olivier de La Marche. Ces instructions sont supposées être celles de l’auteur même, mais est-il possible de savoir si le portrait qu’il y fait de son narrateur/protagoniste est un autoportrait ? Nous comparons les instructions à la description du narrateur, aux illustrations qui accompagnent les différents manuscrits et éditions de l’œuvre et à d’autres portraits de La Marche afin de pouvoir éclaircir la question de la relation entre l’auteur et son narrateur à la fin du XVe siècle.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le Chevalier délibéré, poème allégorique d’Olivier de La Marche (1426 ?– 1502), a obtenu un succès relativement grand. Nous en connaissons une vingtaine de manuscrits, dont quatorze au moins datent du premier siècle après la composition de l’ouvrage1. La plupart d’entre eux sont des objets de luxe, avec des miniatures et destinés à la haute aristocratie. Il y a aussi toute une foule d’éditions incunables – la plupart illustrées de xylographies – ainsi que des traductions en néerlandais, en espagnol et en anglais2. La diffusion de ce texte, favorisée par l’essor de l’imprimerie, nous rappelle qu’à la fin du quinzième et au début du seizième siècle, le livre est devenu un objet d’échange économique, susceptible d’atteindre un plus grand public qu’auparavant. En même temps et par conséquent, l’auteur est de moins en moins maître de son ouvrage. Il en va de même pour l’éditeur, dont l’investissement, souvent considérable de temps et d’argent, pour traduire un ouvrage manuscrit en caract...

Auteur

Est maître de conférences en Langue et Littérature françaises à l’université nationale d’Irlande à Galway. Elle a publié un ouvrage sur les Mémoires d’Olivier de La Marche (Boydell, 2004). Elle travaille actuellement sur la réception d’œuvres médiévales à des époques ultérieures et surtout sur Denis Sauvage, traducteur et éditeur de plusieurs historiographes français dont La Marche et Philippe de Commynes au seizième siècle. Elle est membre du comité de rédaction de la série « Medieval Identities, Socio-Cultural Spaces », chez Brepols.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540