Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Première partie. Pluralité d'esquisses pour un autoportrait

L’autoportrait dans l’épitaphe de l’auteur : l’exemple d’Étienne Pasquier

Jean-Pierre Dupouy

Résumé

Une vie aussi éloignée du mespris que de l’envie : quand Étienne Pasquier rédige, à l’âge de quatre-vingts ans, sa propre épitaphe, il ne se contente pas de désigner à la postérité les faits les plus marquants de son existence et les traits les plus saillants de sa personnalité, il entend aussi donner rétrospectivement à son œuvre d’écrivain une assise éthique, politique et religieuse. Il met ainsi la touche finale à la construction de son éthos, en se présentant comme l’incarnation d’une heureuse « médiocrité ». L’œuvre sera d’autant plus digne de foi qu’elle aura été produite par un esprit droit, celui d’un homme de bien ayant conduit sa vie en se tenant à égale distance de l’obscurité et de l’ostentation.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Deux épitaphes composées par le poète pour lui-même sont bien connues : celle de Villon, dans le Testament, et celle de Scarron, parue l’année même de sa mort, en 16601. L’une et l’autre oscillent entre commisération et auto-dérision : Villon se montre en Povre petit escollier, poète indigent tué par l’amour2, et le passant est prié de ne pas troubler la première nuit / Que le pauvre Scaron sommeille. Bien différente dans sa facture et dans ses desseins est l’auto-épitaphe que Pasquier publie en 16103 : aucun apitoiement, même distancié, sur son sort, mais le sentiment d’une existence accomplie, parvenue avec bonheur à son terme. Son poème constitue une forme particulière d’autoportrait, régie par les lois propres à l’épitaphe poétique et assujettie au projet de l’écrivain de mettre la dernière main à l’élaboration de son éthos4.

Pasquier prend soin de dater son épitaphe : juillet 1609. À l’évidence, si l’on veut bien croire à la véracité de cette date, le texte a été composé pour pa...

Auteur

Est maître de conférences en Littérature française de la Renaissance à l’université de Bretagne Occidentale. Ses travaux portent en particulier sur l’œuvre de l’avocat et écrivain Étienne Pasquier (1529-1615) et sur les relations entre droit et littérature au XVIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540