Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Première partie. Pluralité d'esquisses pour un autoportrait

Introspection et diffraction : les autoportraits de René d’Anjou, entre allégorie et arts figurés

Florence Bouchet

Abstract

En dépit d’une tradition ancienne, René d’Anjou s’est sans doute davantage dépeint dans ses écrits que dans des œuvres picturales, encore qu’il ait aussi fait réaliser divers portraits par ses artistes attitrés. Il s’agira donc de réfléchir au statut éthique de l’autoportrait ou de ce qu’on peut considérer comme tel dans l’œuvre allégorique de René (Mortifiement de vaine plaisance, Cœur d’amour épris) ainsi que dans les représentations figurées commandées et contrôlées par le duc d’Anjou (notamment ses livres d’heures, son tombeau). L’autoportrait éclaté qui peut résulter de cette confrontation entre textes et figurations, replacé dans le contexte culturel et spirituel du XVe siècle, restitue (quitte à les schématiser) les tensions internes de l’être, partagé entre vie mondaine et aspiration à l’élévation mystique.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Je vis un jour, à Barleduc, qu’on presentoit au Roy François second, pour la recommandation de la mémoire de René, Roy de Sicile, un pourtraict qu’il avoit luy-mesmes fait de soy. Pourquoy n’est-il loisible de mesme à un chacun de se peindre de la plume, comme il se peignoit d’un creon1 ?

Il est tout à fait intéressant que Montaigne, pour justifier son désir de se peindre lui-même2 dans les Essais, ait recours à l’analogie avec tel autoportrait peint que l’on attribuait à René d’Anjou. C’est un témoignage, vers la fin du XVIe siècle, de la tradition qui avait déjà consacré en aimable peintre amateur le « bon roi René ». Si cette opinion a depuis été révisée3, il reste vrai que René d’Anjou, à travers le « diptyque du cœur4 » que constituent Le Mortifiement de vaine plaisance (1455) et le Livre du Cœur d’amour épris (1457), s’est bien livré à une forme d’introspection allégorique, en sorte qu’on peut étudier comment il se peignait de la plume, sinon du pinceau5. Il reste vrai aussi qu...

Author

Professeur de Littérature française du Moyen Âge à l’université de Toulouse 2 – Le Mirail, est spécialiste des XIVe et XVe siècles. Elle a notamment édité le Livre du Cœur d’amour épris de René d’Anjou (Livre de poche « lettres gothiques », 2003), le Quadrilogue invectif d’Alain Chartier (Champion, 2011) et publié un essai sur Le discours sur la lecture en France aux XIVe et XVe siècles : pratiques, poétique, imaginaire (Champion, 2008).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Terms of use: http://www.openedition.org/6540