Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Première partie. Pluralité d'esquisses pour un autoportrait

Les autoportraits de Christine de Pizan

Liliane Dulac et Christine Reno

Résumé

Très souvent utilisé dans les études consacrées aux œuvres de Christine de Pizan, le terme autoportrait a été pris dans des acceptions très diverses. Si l’extrême plasticité de cette métaphore fait qu’elle est en elle-même un instrument de description peu précis, nous avons tenté de montrer qu’elle paraît cependant très appropriée pour désigner tout à la fois l’insistance que met notre auteur à inscrire une image d’elle-même dans ses œuvres, la cohérence et la singularité de cette représentation qu’elle sait imposer à ses lecteurs, et la richesse des moyens qui la produisent. Très majoritairement, ces moyens sont ceux du récit, qu’il prenne ou non une forme allégorique, et ces narrations, dont la forme se renouvelle d’une œuvre à l’autre, présentent en même temps l’étonnante particularité de construire un personnage permanent et bien identifiable, tout en le plaçant sous des éclairages très différents. Mais peut-être, paradoxalement, l’image d’elle-même que donne Christine est-elle plus proche du lecteur, plus familière, quand elle n’est plus soutenue par un récit autobiographique, mais éclatée en éléments discrets, souvent très concrets, qui composent un portrait presque subliminal.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les actes du IIIe colloque international Christine de Pizan, parus en 2000 sous le titre Au Champ des escriptures1, comportent une première section de sept articles intitulée « Autoportraits » : ces quelque 120 pages traitent de questions qui se rapportent à la plupart des grandes œuvres de Christine, depuis le premier recueil lyrique qu’elle a constitué, les Cent Ballades2 (1402), jusqu’à ses derniers traités politiques, le Livre du corps de Policie3 et le Livre de paix4 (1407 et 1413). Sont également prises en considération dans certaines de ces études les enluminures des nombreux manuscrits originaux où l’auteur est représenté : elles ont en effet valeur d’autoportraits, puisqu’elles ont été préparées selon les indications de Christine pour orner les manuscrits confectionnés dans son atelier personnel5. Elles sont d’ailleurs d’autant plus dignes d’attention que beaucoup d’entre elles sont d’excellents témoins de l’art du début du XVe siècle. Ce rapprochement entre représentations...

Auteurs

Maître de conférences honoraire à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, a consacré une grande partie de son enseignement à la préparation des concours de l’enseignement secondaire (langue et littérature du Moyen Âge). Ses travaux de recherche ont porté principalement sur Christine de Pizan (Christine de Pizan, numéro spécial de la Revue des langues romanes, 1988, avec Jean Dufournet ; Une Femme de lettres au Moyen Âge. Études autour de Christine de Pizan, 1995, avec Bernard Ribémont ; L’Advision Cristine, 2001, édition critique, avec Christine Reno, ainsi que de nombreux articles sur cet auteur). Elle a consacré d’autres études à la littérature narrative (sur Le Vair Palefroi, Erec et Enide, Merlin) et donné une édition avec traduction de La Chatelaine de Vergy (avec J. Dufournet). Sa traduction du Livre des trois Vertus, de Christine de Pizan, est parue dans Voix de femmes au Moyen Âge : savoir, mystique, poésie, amour, sorcellerie : XIIe-XVe siècle (dir. Danielle Régnier-Bohler, Robert Laffont, 2006). Elle a entrepris une édition critique d’une œuvre inédite de Christine de Pizan, les Heures de contemplacion sur la Passion (avec la collaboration de René Stuip et de Earl Jeffrey Richards).
Ancienne élève de l’université de Yale, a soutenu un Ph. D. sur « Self and Society in L’Avision-Christine de Christine de Pizan ». Elle est professeur au département de Français et d’Études francophones de Vassar College (Poughkeepsie, New York). Son enseignement porte notamment sur les femmes au Moyen Âge et à la Renaissance et sur l’étude des manuscrits médiévaux. Elle a rédigé de nombreux articles et co-dirigé plusieurs ouvrages sur Christine de Pizan. Elle a édité avec Liliane Dulac le Livre de l’Advision Cristine (Champion, 2001), dont elle a découvert un manuscrit qui comporte une préface inédite. Elle travaille depuis plusieurs années avec une équipe internationale de chercheurs à une étude de tous les manuscrits des œuvres de Christine de Pizan publiés sous la direction de l’auteur. En collaboration avec Gilbert Ouy et Inès Villela-Petit, elle a publié chez Brepols en 2012, L’Album Christine de Pizan, une étude très complète des manuscrits originaux de Christine de Pizan. Christine Reno a participé régulièrement à des séminaires sur les femmes à l’université Paris-Diderot (Paris 7) et fait partie de l’équipe éditoriale des Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes dirigée par Bernard Ribémont.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540