Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'autoportrait dans la littérature française

 | 
Élisabeth Gaucher-Rémond
, 
Jean Garapon

Première partie. Pluralité d'esquisses pour un autoportrait

Les démons familiers de Froissart, ou les éclairages croisés de la fable et de l’histoire

Didier Lechat

Résumé

L’article confronte les représentations différentes que Jean Froissart donne de lui-même dans deux œuvres de genres différents : La Prison amoureuse, dit lyrico-narratif composé à la demande de Wenceslas de Brabant, et Le Voyage en Béarn, récit historique tiré du livre III des Chroniques. Le portrait que le narrateur donne de lui-même dans l’œuvre poétique recourt au masque d’une persona : il emprunte bon nombre de ses éléments aux clichés associés à la figure du clerc, dont on retrouve certains traits chez ses contemporains. Quand sont mentionnées des caractéristiques individuelles du narrateur, comme sa mélancolie, c’est essentiellement pour souligner le lien spéculaire qui le rattache à la figure de son commanditaire. Dans Le Voyage en Béarn, la présentation que l’auteur donne de lui-même multiplie les détails référentiels précis, au plan sociologique de son identité et au sujet de ses pratiques d’écriture. Mais, là encore, une affinité élective avec son protecteur du moment, Gaston Fébus, permet à Froissart de mettre sa propre personnalité en lumière par un jeu d’éclairage indirect. Le récit concernant le génie Horton, sorte de conte fantastique inséré dans Le Voyage en Béarn, offre à l’historien l’occasion de délivrer une vision rêvée et déformante de lui-même, à l’instar de ce que permettent les récits mythologiques ou pseudo-mythologiques dans ses œuvres poétiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Froissart s’invite dans la plupart de ses œuvres, et il s’y fait une place de premier choix même quand il n’en est pas le personnage principal. On a relevé depuis longtemps la tonalité quasi autobiographique de ses récits à insertions lyriques, particulièrement remarquable dans le diptyque formé par L’Espinette amoureuse et Le Joli Buisson de Jonece, et on ne peut manquer d’être frappé par la mise en scène de lui-même à laquelle l’auteur procède dans les deux derniers livres des Chroniques. La critique a élaboré à propos des dits de Froissart, et de ceux écrits auparavant par Guillaume de Machaut, le concept de « pseudo-autobiographie1 » ; le rôle important que l’auteur joue lui-même dans les livres III et IV des Chroniques a fait faire à plus d’une reprise le rapprochement entre ce type d’écriture à la première personne et la pratique du mémorialiste2. Toutefois, l’omniprésence de l’auteur dans son texte ne fait pas de Froissart lui-même la « matière de son livre », à la maniè...

Auteur

Est maître de conférences à l’université de Caen Basse-Normandie. Il a publié chez Champion en 2005 un ouvrage sur l’écriture à la première personne à la fin du Moyen Âge : « Dire par fiction », Métamorphoses du je chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et Christine de Pizan. Ses recherches ont essentiellement porté jusqu’ici sur les questions de l’autoreprésentation de l’auteur, du réemploi des matériaux antiques, de l’art poétique et de l’insertion lyrique. Il prépare en collaboration avec Dominique Demartini une édition et traduction du Livre du duc des vrais amants de Christine de Pizan, à paraître chez « Champion classiques, Moyen Âge ». Ses travaux en cours portent sur la réutilisation de Valère Maxime à travers la traduction française qui en a été procurée à la fin du XIVe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540