Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Cinquième partie. Études physiognomoniques

Le portrait du mélancolique dans les Problèmes du Pseudo-Aristote et les traités aristotéliciens 1

Gwenaëlle Le Person

Texte intégral

  • 1 Abréviations (Lorsqu’il s’agit d’une note ou d’un commentaire du (...)
  • 2 Certains considèrent que ce traité est l’extrait d’une œuvre perdue de Thé (...)
  • 3 P , 953a10-11. Le Pseudo-Aristote cite, entre autres personnag (...)

1 « Pour quelle raison […], s’interroge le Pseudo-Aristote dans la section XXX, 1 2 des Problèmes , tous ceux qui ont été des hommes d’exception (περιττοὶ), en ce qui regarde la philosophie, la science de l’État, la poésie ou les arts 3  », sont-ils mélancoliques (µελαγχολικοὶ ;) ?

  • 4 P , 953a30.
  • 5 Pigeaud J., P, p. 21.
  • 6 Le terme fait vraisemblablement référence à la situation de la bile dans l (...)
  • 7 Le terme krasis est important car il fait référence au mélange (...)
  • 8 Toute substance présente en effet de telles qualités : l’eau, le fer, la p (...)
  • 9 P , 954b9.

2 En posant ce problème, l’auteur part du postulat selon lequel être mélancolique (µελαγχολικóς) relève avant tout d’une complexion (φύσις) spécifique 4 dont la caractéristique principale est d’être dominée par une humeur : la bile noire (µέλαινα χολή). Manifestement, le Pseudo-Aristote partage les théories hippocratiques sur le schéma humoral mais s’éloigne néanmoins de la pensée médicale s’agissant de la mélancolie. Tandis que les médecins la considèrent comme une pathologie qui naît de la prépondérance de la bile noire dans le corps, l’auteur des Problèmes pense qu’elle définit une nature (φύσις) particulière. On ne devient donc pas mélancolique, on l’est ou pas depuis toujours. Il existe, par conséquent, une « santé du mélancolique 5  ». Si la bile noire est froide par essence et « n’est pas en surface (ἐπιπóλαιος) 6  », le mélange (κρᾶσις) 7 de cette humeur mêle aussi, comme toute essence (φύσις) 8 , le chaud et le froid. Ainsi, parce que la bile noire peut être très froide ou très chaude en très peu de temps, son mélange est instable (ἀνωµαλέω) 9 . Quelles répercussions cette ἀνωµαλία du mélange initial a-t-elle sur le comportement, sur le caractère et sur le physique des atrabilaires ?

3 Le portrait du mélancolique, d’abord analysé sous l’angle d’approche de la section XXX, 1 des Problèmes , est complété par l’apport de certains textes aristotéliciens, comme les Petits traités d’Histoire naturelle , qui exposent, plus succinctement cependant, la question de l’influence de la bile noire sur le caractère et le physique des individus dont elle domine le mélange humoral.

Les états du mélancolique sont fonction des dérèglements de l’humeur

  • 10 P , 953b25-28.
  • 11 Le mot renvoie à la puissance, à la force d’action du vin.
  • 12 PO , 1454a22-28. Aristote rapporte que la ressemblance et la (...)

4 La personnalité du mélancolique est difficile à saisir tant elle présente de multiples aspects. Pour mieux la caractériser, le Pseudo-Aristote fait appel à un comparateur : le vin. Celui-ci a une nature (φύσις) identique à celle du mélange de la bile noire présentant notamment la caractéristique d’être plein de souffle (πνεῦµα) 10 . Le πνεῦµα est à l’origine de la puissance (δύναµις) 11 du vin et de la bile, et l’un des effets de cette puissance est précisément de produire une grande variété d’états (ἢθη). L’ἦθος se rapporte au caractère, à la personnalité d’un individu, à ce qui le détermine et le distingue des autres 12 .

  • 13 Dans le Corpus Hippocratique , la mania (...)

5 Le vin absorbé en grande quantité transforme les caractères de façon graduelle et permet d’imaginer les différents caractères qu’est susceptible de présenter le mélancolique. En buvant un peu de vin, un homme généralement silencieux peut devenir bavard, montrer plus d’ardeur s’il en boit davantage et devenir injurieux (ὑβριστής) s’il en ingère en plus grande quantité encore jusqu’à tomber dans la µανία 13 . Mais, tandis que le vin pris en grande quantité modifie (µεταβάλλω) graduellement les caractères de manière éphémère, c’est-à-dire le temps des effets de l’alcool sur l’organisme, le mélancolique peut présenter une infinité de personnalités tout au long de sa vie. Contrairement au vin qui agit par « accident », temporairement, la bile noire agit par essence durablement et met l’homme dans des états « exceptionnels ». La personnalité de l’atrabilaire se définit ainsi dans la constance de l’inconstance.

6 Cette palette d’états est, selon l’auteur des Problèmes , réalisée et réglementée par les mutations de qualité et de quantité de l’humeur qui dépendent aussi du mélange initial :

  • 14 P , 954a26-30.

« Donc, chez la plupart des gens, née de l’alimentation quotidienne, elle (la bile noire) ne modifie nullement leur caractère […] mais quant à ceux qui possèdent, dans leur nature (φύσις), un tel mélange constitué, ils présentent spontanément des caractères de toutes sortes, chaque individu différant selon le mélange 14 . »

7Toute modification excessive de température, qu’il s’agisse d’un refroidissement ou d’un échauffement, contribue, en même temps que la bile devient trop abondante dans le corps, à transformer la personnalité du mélancolique.

Les personnalités du mélancolique

8Selon le Pseudo-Aristote, le sujet atrabilaire peut présenter trois types de personnalités.

  • 15 Ce point de vue est également perceptible dans SV , 457a (...)
  • 16 Le terme môros qualifie celui qui est hébété, ahuri. (...)
  • 17 L’association des adjectifs µανικοὶ et εὐφήεῖς est également présente (...)
  • 18 P, 954a30-35.
  • 19 Cela suggère que le Pseudo-Aristote partage la représentation hippocratique selon la (...)

9 Lorsque la bile noire est froide et en abondance dans le corps, les fonctions vitales sont ralenties 15 , ce qui a des répercussions sur le comportement et le raisonnement des atrabilaires : ils sont nonchalants (νωθροὶ) et hébétés (µωροὶ) 16 . En revanche, lorsqu’elle est en trop grande quantité et trop chaude, ces hommes sont emportés (µανικοὶ), doués en de nombreux domaines (εὐφήεῖς) 17 , enclins à l’amour (ἐρωτικοὶ), changeants (εὐκίνητοι) au gré de leurs impulsions (πρòς τοὺς θήµοὺς) et de leurs désirs (λάλοι) et parfois bavards (τὰς ἐπιθήµιάς) 18 , les fonctions vitales étant alors particulièrement réactives 19 .

  • 20 C’est ainsi que Pigeaud J. traduit le terme µανικοὶ, « menacés de foli (...)
  • 21 Ce traité s’inscrit dans le système de pensée aristotélicien, ce qui p (...)
  • 22 Le pluriel désigne les prophétesses. Le singulier est devenu un nom co (...)
  • 23 Bakis serait le nom d’un ancien devin béotien. Par extension, (...)
  • 24 P, 954a34-38.

10 L’auteur des Problèmes présente ici deux types de personnalités atrabilaires opposées qui sont dues à la qualité du mélange de la bile noire dans le corps. Les premiers sont des µωροὶ, des individus faisant preuve d’une certaine sottise, tandis que les seconds présentent de bonnes dispositions (εὐφήεῖς) et sont dotés de talents qui leur permettent de s’illustrer dans certains domaines. Le terme µανικοὶ, qui traduit généralement l’idée de délire, semble plutôt faire référence ici à un comportement d’extrême agitation ; cette exaltation intense du corps et de leur raison menace ces individus, parfois talentueux, de folie, ainsi que le souligne J. Pigeaud 20 . L’état d’excitation furieuse est dû à l’échauffement de la bile dans le corps, comme le confirme la tendance des atrabilaires à céder aux impulsions de leur thumos , à suivre leurs émotions à défaut de la raison. Les pulsions sexuelles auxquelles ils sont soumis, de même que leurs fréquentes logorrhées sont l’expression de cette difficile maîtrise d’eux-mêmes. Le rapport à la mania est réitéré plus loin dans le texte. L’auteur précise en effet que beaucoup de ces mélancoliques « emportés » sont atteints de maladies qui les rendent maniaques (µανικοὶς) ou inspirés (ἐνθοήσιαστκοῖς) car la chaleur qui les envahit est proche du siège de l’intelligence (τοῦ νοεροῦ τóποή) 21 . Le fait d’être maniaque est ici présenté comme un symptôme, voire une séquelle d’une maladie de la bile noire. Le risque de folie est mis à exécution lorsque la chaleur de l’organisme augmente et touche le siège de la raison. L’individu n’est alors plus maître de lui-même comme le confirme le parallèle avec l’état d’enthousiasme dans lequel se trouvent, par exemple, les fidèles du rituel dionysiaque lorsqu’ils courent, bondissent et se livrent à des danses particulièrement agitées, exprimant ainsi leur entière possession par la divinité. Les Sibylles (ίβήλλαι) 22 , les devins (Bάκιδες) 23 et tous les inspirés (ἔνθεοι) sont d’ailleurs, selon le Pseudo-Aristote, ceux qui représentent le mieux ce type de personnalité mélancolique « quand leur état ne vient pas d’une maladie mais du mélange de leur nature (φύσις) 24  ». Cette réflexion suppose que la phusis détermine aussi, en partie, la pratique de certains arts et, de fait, le statut social de quelques individus. C’est ce qui crée l’exceptionnalité du mélancolique de type maniaque : il possède des dons rares qui le différencient des autres dans le domaine de la mantique notamment.

  • 25 Le terme ἔκτοπος signifie « éloigné de », « étranger » et semble se rapporte ici au (...)
  • 26 La traduction de τò µέσον n’est pas évidente : se réfère-t-elle à l’af (...)

11 Enfin, le Pseudo-Aristote met en évidence un troisième type d’état mélancolique qui caractérise des individus plus sensés (φρονιµώτεροι) et moins excentriques (ἔκτοποι) 25 , tout en l’emportant sur les autres dans bien des domaines, les uns dans la culture, les autres dans les arts, d’autres encore dans la gestion de la cité. Dans ce classement des trois types de personnalités mélancoliques, cette dernière pourrait être rangée entre les deux premières car elle constitue un état d’être intermédiaire qui est le fait d’un flux modéré (τò µέσον) de chaleur dans le corps 26 . Si tous les mélancoliques ne présentent pas un mélange initial identique, ils sont néanmoins susceptibles de passer d’une personnalité à une autre selon les dérèglements de l’humeur dont leur organisme est atteint. Ces trois états caractérisent à la fois la personnalité initiale du mélancolique et celle qu’il est capable de montrer lorsque la bile noire se modifie en quantité et en qualité. Le tableau suivant récapitule les trois types de personnalités relevant de la phusis atrabilaire.

Les états mélancoliques selon le Pseudo-Aristote

Le portrait moral et physique du mélancolique

  • 27 P , 954b5. Ce terme, dont il s’agit de la première occur (...)

12 Ce qui intéresse le Pseudo-Aristote c’est le rapport du corps au mélange, relation physiologique qui induit la manière d’être de l’individu. La grande variabilité des états (ἕξις) 27 du mélancolique, soumis aux dérèglements de la bile noire, engendre une inconstance (ἀνωµαλία) des réactions face à des événements ou à des émotions comme la peur.

  • 28 P, 954b.
  • 29 Cf. Pigeaud J, P, note 54, p (...)
  • 30 L’athymie marque l’absence des fonctions du thumos donc (...)
  • 31 L’euthymie est, à l’opposé de l’athymie ou de la dysthymie, un état d’euphorie.
  • 32 Les manuscrits donnent τὰ πάλαια λεχθέντα. Forster E. S. (...)
  • 33 Le rapport superficialité/profondeur se réfère aux affections éprouvées : elles sont (...)
  • 34 C’est la première fois dans le texte que le terme semble désigner un type de personn (...)

13 Le sujet dont le mélange est froid devient lâche (δειλóς) face au danger car « il a frayé la voie à la peur et la peur refroidit 28  ». La faible température du corps a créé les conditions idéales pour que la peur s’empare de l’individu puisque celle-ci est considérée comme le fait d’un refroidissement de l’organisme. Dans le cas d’un mélange plus chaud en revanche, la peur rétablit l’équilibre si bien que, face au danger, l’homme est terrifié mais demeure impassible (καὶ ἐν αὐτῷ καὶ ἀπαθῆ) 29 . Ce même mécanisme s’applique pour d’autres sentiments et d’autres émotions ce qui explique les changements brutaux auxquels peut être soumis le mélancolique. Les athymies (ἀθήµία) de la vie quotidienne 30 , les états d’affliction (λήπέω) ou, au contraire, d’euthymie 31 que tous les hommes, pas seulement les mélancoliques, éprouvent parfois sans raison apparente, ont des causes physiologiques propres aux variations des qualités de l’humeur. Car dans le mélange de chacun se trouve un peu de la puissance ((δύναµις) de la bile noire. Ces affections peuvent exister superficiellement (ἐπιπóλαια) 32 chez tout un chacun mais sont sans commune mesure avec ceux qui en sont affectés en profondeur (εἰς βάθος) 33 comme les mélancoliques. Les individus qui ont une petite part du mélange de la bile noire dans leur organisme ont donc une complexion moyenne (µέσοι τὴν φύσνι), c’est-à-dire qu’ils ne se distinguent pas de la plupart des gens alors que les sujets ayant un mélange dont la concentration est forte mais atténuée sont des êtres d’exception (περιττοι). Enfin, ceux qui ont un mélange très concentré sont mélancoliques au plus haut degré (µελαγχολικοί εἰσὶ λίαν) 34 .

  • 35 P , 953b32-33.
  • 36 PB , 954a 6-8.
  • 37 Le souffle est une des propriétés de la bile noire, qui dit excès de bile dit aussi (...)
  • 38 PB , 954 a 9-11.
  • 39 SV , 457a29.
  • 40 SV , 457a ; P , 25 ; P (...)
  • 41 SV, 456a.
  • 42 SV , 457b.
  • 43 PB, III, 25.
  • 44 PB, III, 25.
  • 45 SV , 457a.

14 Il n’existe pas un portrait mais des portraits du mélancolique. Le Pseudo-Aristote use d’ailleurs assez fréquemment de l’expression « la plupart d’entre eux (οἱ πλεῖστοι) » ou « beaucoup (d’entre eux) (πολλοὶ) » ce qui suppose que tous les sujets mélancoliques ne se ressemblent pas. Il constate ainsi que « les mélancoliques, pour la plupart, sont obsédés par le sexe (λάγνι εἰσίν) 35  » et que « la plupart sont secs (σκληφροὶ) et ont les veines saillantes (αἱ φλέβες ἐξέχοήσιν) 36  » à cause de la trop grande quantité de souffle (pneuma) contenu dans leur corps. Le fait d’être plus porté au sexe que d’autres individus caractérise, on l’a vu précédemment, les mélancoliques du troisième état, ceux qui présentent un excès et un échauffement important de l’humeur. On pourrait s’attendre à ce que ce trait de la personnalité concerne tous les mélancoliques dans la mesure où une des caractéristiques de l’atrabilaire est précisément d’avoir un excès de souffle dans le corps 37 . De la même façon, il serait logique que tous soient maigres. Mais l’auteur bute sur ce problème et ne parvient pas à expliquer « pourquoi les atrabilaires ne sont pas tous décharnés et n’ont pas tous le teint foncé (µέλανες) mais seulement ceux qui ont trop d’humeurs malignes (οἱ µᾶλλον κακóχήµοι) 38  ». Aristote répond à cette question dans le traité du Sommeil et de la veille  : contrairement au Pseudo-Aristote, il ne distingue pas différents états atrabilaires et considère que tous les mélancoliques sont secs. Il l’explique par l’effet de la bile noire qui, naturellement froide, refroidit le siège de la nutrition et les autres parties du corps : ils sont voraces (βρωτικοὶ) mais « leur corps est comme s’il n’absorbait rien 39  ». Les rapports établis entre le mécanisme de la digestion et les effets de la bile permettent également de comprendre, selon Aristote, pourquoi les mélancoliques dorment peu ou mal 40 . Pour le biologiste, le sommeil est lié au processus nutritif et digestif : dès que la nourriture est ingurgitée, elle est stockée dans des lieux spécifiques puis, mêlée au sang, elle est évaporée dans les vaisseaux 41 pour se porter jusqu’à la tête où, après s’être condensée, elle retombe, froide, vers les parties basses du corps 42 . Deux conditions essentielles sont nécessaires à l’endormissement : l’humidité et la chaleur 43 , mais s’il manque l’une des deux, il est difficile voire impossible de s’endormir ; or, chez l’individu atrabilaire, l’humidité est nulle ou faible 44 . Le mélancolique est insomniaque car la froideur de l’organisme refroidit et assèche l’humide nécessaire au sommeil 45 .

  • 46 SV , 459a12.
  • 47 R , 459a22.
  • 48 Durant le sommeil et les rêves, les sens ne fonctionnent pas comme à l (...)
  • 49 Il est ici rapporté au processus de nutrition-digestion.

15 Si les mélancoliques dorment peu, cela ne les empêche pas de rêver. Selon le biologiste, « le rêve est une affection (πò πάθος) de la sensibilité (τοῦ αἰσθητικοῦ) 46 […] en tant qu’elle est douée d’imagination (ᾖ φανταστικóν) 47  ». L’imagination est le mouvement (κίνησις) produit par la sensation en acte, ce qui signifie qu’elle découle de cette dernière mais qu’elle se distingue cependant de la sensibilité seule 48 . Le rêve relève d’un certain mouvement de l’âme (ψήχή), et sa nature de la vitesse de déplacement de la psukhê . La formation des rêves n’est possible que lorsque le déplacement de la psukhê , né de l’échauffement du corps 49 , n’est pas trop violent :

  • 50 R , 461a21 (trad. modifiée de Mugnier R. qui traduit τετ (...)
  • 51 R , 461a14-25.

« Tout comme dans un liquide, si on l’agite beaucoup, tantôt aucune image n’apparaît, tantôt il en paraît une tout à fait déformée, de sorte que l’objet se montre autre qu’il n’est, tandis que si le liquide est en repos, les images sont nettes et visibles ; de même aussi, dans le sommeil, tantôt les images et les mouvements qui naissent de la veille et qui proviennent des sensations sont tout à faits annulés, quand le mouvement dont il est question est trop considérable, tantôt les visions (αἱ ὄψεις) qui se produisent sont troublées 50 (τεταραγµέναι) et monstrueuses (τερατώδεις), et les rêves sont malsains (οὐκ ἐρρωµένια τὰ ἐνύπνια), par exemple chez les mélancoliques et ceux qui ont de la fièvre et chez ceux qui sont ivres. En effet, toutes les affections de ce genre, qui sont flatueuses (πνεήµατώδη), produisent un mouvement (κίνησιν) considérable et du trouble (ταραχήν) 51  »

  • 52 Dans l’ Éthique à Nicomaque , Aristote rappelle que le m (...)
  • 53 Voir le tableau des états atrabilaires ci-dessus.
  • 54 C’est ce qui fait dire au Pseudo-Aristote que «  la veille est plutôt (...)

16 Les rêves qui naissent d’un mouvement violent de la psukhê révèlent un état troublé de l’âme. L’individu est alors soumis à ses pulsions, notamment sexuelles, à la monstruosité et à la sauvagerie de ses visions 52 . On retrouve ici le rapport établi entre l’action du vin et la puissance de la bile noire dans le traité des Problèmes  : les visions effrayantes atteignent les mélancoliques comme les gens ivres. Aristote considère que ces rêves interviennent quand la psukhê est particulièrement agitée ce qui, pour le Pseudo-Aristote, est une des caractéristiques des mélancoliques « emportés 53  ». Mais, ainsi qu’il l’a été souligné précédemment, le biologiste n’établit pas une telle distinction. Les atrabilaires dorment mal parce que leur psukhê étant toujours en mouvement 54 , ils appliquent leur attention à mille et une choses qui entraînent un enchaînement de questions compromettant de ce fait toute chance d’endormissement.

  • 55 PB, XI, 38, 903b. Louis P. traduit µελαγχολικοὶ ; par «  (...)
  • 56 PB, XI, 38, 903b.
  • 57 P , 954a35-38.

17 Ce trouble de l’âme est également évoqué dans un passage des Problèmes où le Pseudo-Aristote se demande : « Pourquoi les bègues (οἱ ἰσχνóφωνοι) sont-ils mélancoliques 55  ? » La question du lien entre la mélancolie et le bégaiement évoque l’influence que les dérèglements de la bile noire peuvent avoir sur les sens et sur certaines fonctions, comme le langage, qui constituent également un bon indicateur de l’état de la psukhê . Les mélancoliques éprouveraient donc certaines difficultés à s’exprimer ou à maîtriser leur débit de paroles. Pour l’auteur des Problèmes , cela est dû au fait qu’ils ont tendance à suivre tout de suite ce que leur suggère leur imagination : « Car chez eux le désir de parler précède la possibilité de le faire, parce que l’âme sait trop vite ce qui lui paraît (τῷ φανέντι) à faire 56 . » Le bégaiement naît, non de la volonté, mais de l’impossibilité pour l’individu de mettre en parole la succession trop rapide d’images ou d’idées que lui soumet sa psukhê . Les mêmes mécanismes physiologiques sont donc à l’œuvre s’agissant des bègues et des mélancoliques, ce qui explique le rapprochement effectué par le biologiste. Mais son analyse va plus loin : le verbe φαίνω, qui qualifie ici l’action de la psukhê , signifie « faire paraître, rendre visible », « annoncer, présager », et suggère l’existence d’un lien entre le mélancolique et la mantique. Il s’avère en effet que si la tendance du mélancolique à suivre les phantasiai le rend irraisonné, il est en revanche plus intuitif et plus apte à saisir le futur, ce qui explique également le rapport effectué, dans la section XXX des Problèmes 57 entre cet d’état mélancolique de type « maniaque » et les Sibylles, les devins et l’ensemble des entheoi .

Le mélancolique et la mantique

18Ces spécificités contribuent à faire du mélancolique un individu tourné vers l’avenir, disposant de peu de capacité à porter sa réflexion sur des faits passés :

  • 58 MR , 453a.

« Certaines personnes se troublent (παρενοχλεῖν) quand elles ne peuvent se ressouvenir (ἀναµνησθῆναι), tout en suspendant complètement leur pensée (τὴν διάνοιαν), et en ne s’efforçant pas moins de ne plus faire acte de réminiscence ; et ce sont surtout les mélancoliques (τοὺς µελαγχολικούς) qui se troublent ainsi car les images (φαντάσµατα) les excitent au plus haut point (κινεῖ µάλιστα). Ce qui fait que la réminiscence n’est pas en leur pouvoir, c’est que, comme ceux qui sont lancés dans quelque chose ne peuvent plus l’arrêter, de même aussi celui qui fait acte de réminiscence et qui fait une recherche met en branle quelque organe corporel où réside l’affection 58 . »

19 Le trouble qui affecte leur psukhê est assez singulier : leur pensée étant suspendue, ils vivent sous le règne de l’imagination.

  • 59 Pour Aristote, ce qui prouve que la mémoire est une affection corporel (...)
  • 60 EN , 1154b12.
  • 61 EN , 1150b26.
  • 62 EN , 1150b28.
  • 63 EN , 1152a19. Le mélancolique ne peut délibérer puisque sa (...)
  • 64 Dans le Problème XXX, abordant les différentes personnal (...)

20 L’acte de mémoire implique une recherche de souvenirs aux tréfonds de soi 59  ; l’inconstance de l’humeur noire, les changements et le trouble qu’elle provoque empêchent l’individu de faire ce travail. La recherche d’images propres au passé suppose en effet leur relative fixité et une stabilité de la psukhê que le mélancolique ne possède pas, sa psukhê étant soumise à un mouvement vif et assaillie d’images. Cette excitation psychique est transmise à l’ensemble du sôma ce qui explique pourquoi le mélancolique a souvent un comportement peu vertueux. À plusieurs reprises, la morale aristotélicienne condamne le caractère singulier de l’atrabilaire. Il est présenté comme un débauché 60 , faisant preuve d’intempérance (ἀκρασία) et comme un individu violent (ἀκρατής) 61 soumis à ses pulsions. Enclin à suivre son imagination (τῇ φαντασίᾳ) 62 , il est donc incapable de délibérer (οὐδέ βοήλεήτικóς ὅλως) 63 , ne peut suivre ni tenir durablement une conversation sensée et trouve difficilement sa place dans la cité 64 . Mais si son comportement est moralement répréhensible, il est néanmoins perfectible, ce qui atténue l’aspect péjoratif de ce portrait. Dans un autre contexte, ces défauts sont finalement des qualités.

  • 65 Les facultés du mélancolique sont comparées à celle de l’aveugle qui, libéré du sens (...)
  • 66 EE , 1248a39-41.
  • 67 Croissant J., op . cit (...)
  • 68 Croissant J., op . cit (...)

21 En effet, si le travail du logos , de la délibération, est impossible pour les mélancoliques, cela fournit la possibilité à la partie divine de la psukhê de se manifester librement : « Car la raison (τοῦ λóγοή) des mélancoliques est désengagée (ἀπολήοµένοή) […] ceux-ci sont plus portés à suivre la partie divine de leur psukhê 65 , celle qui leur envoie des rêves qui sont vrais 66 .   » Aristote ne quitte pas le champ du rationnel : sa « θεία µοῖρα reste bien une θεία φύσις 67  » car les mécanismes à l’œuvre s’expliquent selon la complexion spécifique de l’individu. Le principe divin qui est en jeu chez les mélancoliques est le principe immanent à leur psukhê 68 . L’auteur rapporte aussi qu’

  • 69 Aristote , Éthique à Eudème , 1248a30-33 ( (...)

« […] au dire des Anciens, on appelle bienheureux (εὐτήχεῖς) ceux qui suivent leur impulsion (ὁρµήσωσι) et réussissent sans être rationnels (ἂλογοι). Et il ne leur convient pas de délibérer car ils possèdent un principe supérieur au raisonnement (τοῦ νοῦ) et à la délibération (τῆς βοήλεύσεως), les enthousiastes (ἐνθοήσιασµóν) ont un principe semblable mais n’atteignent pas les bienheureux, d’autres ont le raisonnement mais non ce principe, et ils ne possèdent pas l’enthousiasme 69  ».

22Les atrabilaires sont donc assimilés à des bienheureux car ils réussissent des choses sans l’intervention de la raison, en suivant leurs désirs ou leur intuition. S’ils sont proches des enthousiastes car les mêmes facultés sont mises en action, ils s’en détachent cependant car ils vont plus loin dans la « captation » des images que le divin leur donne à voir : leurs songes ont un caractère prophétique.

23Pour Aristote, il ne fait aucun doute que cette aptitude singulière provient de leur nature bavarde et bilieuse qui provoque des visions de toutes sortes :

  • 70 Les manuscrits notent différentes expressions mais tous semblent mettr (...)
  • 71 DIV , 463b17-22.

« Car à cause du fait qu’ils sont mus en nombreuses et diverses façons, ils tombent sur des visions semblables à la réalité, leur chance en cette situation étant comme ceux qui jouent à pair 70  ; comme en effet, dit aussi le proverbe : “si tu tires beaucoup de flèches, tu toucheras tantôt ici tantôt là”, cela arrive aussi dans ces circonstances 71 . »

  • 72 Pigeaud J. précise que le mélancolique est « à la traîne des images »  (...)

24 Aristote souligne une nouvelle fois l’agitation qui saisit la psukhê et fait défiler les images dont le mélancolique subit le flot 72 . Comme dans l’ Éthique à Eudème , si le mécanisme physiologique et psychique qui explique cette particularité de l’atrabilaire est identique à celui des bienheureux, Aristote ne croit pas à l’influence directe d’une divinité :

  • 73 DIV , 464a18-22.

« Ces mouvements (αἱ κινήσεις) provoquent des visions (φαντάσµατα), à partir desquelles on prévoit (προορῶσι) ce qui va arriver à propos de telles choses. Et voilà pourquoi cette affection échoit aux premiers venus (τοῖς τήχοῦσι) et non aux plus sensés (τοῖς φρονιµωτάτοις). C’est pendant le jour et chez les sages qu’elle se produirait, si c’était la divinité (ὁ θέος) qui l’envoyait. Voici comment, selon toute vraisemblance, le premier venu prévoit ; la pensée (ἡ διάνοια) des gens de cette sorte, en effet, n’est pas occupée par la réflexion (φροντιστική) mais elle est comme déserte et vide de tout, et une fois mise en mouvement, elle se laisse agir selon le mouvement 73 . »

  • 74 Aristote , De l’âme , III, 3.

25 Le verbe προοράω, « voir en avance », rappelle que la manière dont prophétisent ces « premiers rencontrés » se fait par le biais des images qui s’offrent à eux en quantité, générées par les intenses mouvements de leur psukhê . Comme l’aveugle peut mieux se souvenir car il est libéré des images du présent, les mélancoliques ont cette aptitude à voir ce qui va arriver car leur raison est désengagée, laissant ainsi libre cours à l’exercice des autres parties de la psukhê , et notamment à la partie sensible douée d’imagination 74 . La mantique suppose une proximité, une mise en contact qu’ils ont la capacité de créer :

  • 75 DIV , 464b4-5.

« Les mélancoliques, à cause de leur force (διὰ τò σφοδρóν), comme des gens qui tirent de loin, tirent juste (εὔτοχοὶ). Et à cause de leur aptitude à être changés rapidement (διὰ τò µεταβλητικòν), le contigu (τò ἐχóµενον) leur apparaît, car, comme les poèmes de Philaegide et les fous (οἱ ἐµµανεῖς) disent et pensent le contigu dans le semblable, par exemple Aphrodite (phrodite), de même aussi ils mettent en contact en allant de l’avant. Et de plus, à cause de la très grande force, leur mouvement n’est pas détourné par un autre mouvement 75 . »

  • 76 Croissant J., op . cit (...)
  • 77 Nous reprenons le terme traduit par Pigeaud J., (...)
  • 78 Aristote , Physique , V, 227a6. (...)
  • 79 Aristote , Métaphysique , K 1069a1-5. (...)
  • 80 Pigeaud J., P, p. 70.
  • 81 P , 954a.

26 La force dont il est question ici est celle qui se rapporte à l’humeur dominante, la bile noire. Elle permet le mouvement et donne du sens : « Une fois produit, le mouvement imaginatif a une force telle qu’il ne se laisse dominer par aucun autre mouvement. Cette agitation interne donne aux mélancoliques des visions variées et multiples 76 . » Aristote compare les facultés du mélancolique à celle du tireur à l’arc : comme celui qui tire juste, le sujet atrabilaire est habile à deviner (εὐστοχέω) les choses. Cela ne tient pas à la visée, d’où le rapport avec celui qui tire de loin, mais à la force qu’il a en lui, à ses aptitudes. Ses facultés sont notamment celles de « mettre les choses en contact » : du fait de son tempérament métablétique 77 , le contigu lui apparaît. Le mot ἐχóµενος est employé dans les traités de Physique 78 et de Métaphysique où il est ainsi défini : « Est contigu, tout ce qui étant consécutif, est en contact 79 .   » Dans le rapport au temps, le futur est contigu au présent ; ce qui apparaît au mélancolique est donc ce qui vient à la suite du présent, c’est-à-dire des visions de l’avenir. La spécificité de l’atrabilaire est de « mettre en contact en allant de l’avant » : il pense « le contigu dans le semblable 80  », c’est-à-dire qu’il pense le futur selon ce que le présent lui donne à voir. Il met en contact des espaces-temps, cette contiguïté étant assurée par le mouvement qui l’agite. Il est l’élément central, indispensable, qui permet ce contact. Cette spécificité est également évoquée par le Pseudo-Aristote, dans la section XXX, 1 des Problèmes , qui fait des poètes des mélancoliques au côté des Sibylles et des devins 81 . La mantique comme la poésie suppose un désengagement de la raison pour laisser s’exprimer la partie sensible de la psukhê douée d’imagination.

27 Tandis que le mélancolique est présenté dans les Problèmes comme un individu susceptible de montrer différentes personnalités en fonction de la nature très variable du mélange qui le constitue, les traités aristotéliciens n’évoquent systématiquement qu’un seul type d’atrabilaire, individu au caractère irritable et au comportement agité, qui correspond à la personnalité de type maniaque mise en évidence par le Pseudo-Aristote. Aristote ne mentionne pas la palette d’états que peut présenter le mélancolique mais souligne cependant la nature instable de la bile noire et ses répercussions sur l’organisme. Si, par l’évocation des divers caractères atrabilaires, le texte des Problèmes se démarque des traités aristotéliciens, il suit, pour le reste, la ligne de pensée de ces derniers et la même logique de raisonnement.

28 Le mélancolique est décrit comme un individu de bon appétit et pourtant particulièrement maigre du fait de la bile noire qui refroidit le siège de la nutrition. L’inconstance de l’humeur a aussi des conséquences sur son caractère et sa personnalité : il est présenté comme un intempérant, un individu excessif au comportement très agité. Aristote en dresse un portrait moral particulièrement péjoratif, très éloigné de l’idéal citoyen qu’il prône, faisant de lui un débauché sous l’emprise d’émotions qui le portent à la recherche constante du plaisir. La comparaison entre le vin et la bile noire est systématiquement reprise pour montrer l’instabilité de sa personnalité. Si l’inconstance est le principal trait de caractère du mélancolique, c’est qu’il en va ainsi de son raisonnement, souvent altéré, qui l’empêche de tenir des discours sensés et, surtout, de montrer de la maîtrise de soi. Sa raison étant désengagée, il ne peut lui obéir ; il est dès lors enclin à suivre son imagination. Mais si cette spécificité intellectuelle est un inconvénient en politique, pour administrer et gérer les biens de la cité, elle peut cependant constituer un avantage dans la mesure où, par son aptitude à voir l’avenir, le mélancolique est utile à la polis . Les Sibylles, les devins, les prophétesses comme la Pythie sont ainsi supposés être, selon le Pseudo-Aristote, des atrabilaires.

29Les traités livrent beaucoup plus de renseignements sur le portrait moral du mélancolique que sur son aspect physique. Il demeure cependant difficile d’en dresser un portrait fidèle. C’est un individu dont la personnalité est complexe parce qu’inconstante, tantôt bête et nonchalant, tantôt capable de tenir des propos sensés et de modérer ses pulsions, tantôt enclin à suivre son imagination et ses pulsions faisant de lui un emporté. Sa personnalité est marquée par une très forte polarité comme il en va de la bile noire qui détermine une telle complexion.

Notes

1 Abréviations (Lorsqu’il s’agit d’une note ou d’un commentaire du traducteur, le nom de ce dernier est indiqué avant l’abréviation de l’ouvrage) :
P = Aristote , Problème XXX , 1 , traduction, présentation et notes par Pigeaud J., L’homme de génie et la mélancolie , Paris, Rivages, 1988.
PB = Aristote , Problèmes , texte établi et traduit par Louis P., I-XXXVIII, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1991, 1993 et 1994.
DIV = Aristote , De la divination dans le sommeil , traduit et présenté par Pigeaud J., La vérité des songes , Paris, Rivages, 1995.
SV = Aristote , Du sommeil et de la veille , texte établi et traduit par Mugnier R., Petits traités d’histoire naturelle , CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1953.
R = Aristote , Des rêves , texte établi et traduit par Mugnier R., Petits traités d’histoire naturelle , op . cit .
MR = Aristote , De la mémoire et de la réminiscence , texte établi et traduit par Mugnier R., Petits traités d’histoire naturelle , op . cit.
PO = Aristote , Poétique , traduction, introduction et notes de Gernez B., Paris, Les Belles Lettres, 2002.
EE = Aristote , Éthique à Eudème , traduit par Decarie V., Paris, Vrin – Presses de l’université de Montréal, 1978.
EN = Aristote , Éthique à Nicomaque , traduit par Tricot J., Paris, Vrin, 1997.

2 Certains considèrent que ce traité est l’extrait d’une œuvre perdue de Théophraste (Cf. Müri W., « Melancholia und schwarze Galle », Mus . Helv ., 10, 1953, p. 21-38), d’autres l’attribuent à Aristote (Cf. Croissant J., Aristote et les mystères , Liège, Paris, Faculté de philosophie et Lettres de l’université de Liège, 1932, p. 87 ; Flacelière R., « Héraclès ou Héraclite », in Hommage à Marie Delcourt , coll. « Latomus 114 », Bruxelles, 1970, p. 207-210). Rappelons que, dans l’Antiquité, l’auteur de ce traité a toujours été identifié à Aristote (Cf. Cicéron , Tusculanes , I, 80 ; Plutarque , Vie de Lysandre , 2,5 ; Aulu-Gelle , Nuits Attiques , XIX, 4 ; XX, 4).

3 P , 953a10-11. Le Pseudo-Aristote cite, entre autres personnages illustres, Lysandre, Ajax, Bellérophon, Héraclès mais également Empédocle, Platon et Socrate.

4 P , 953a30.

5 Pigeaud J., P, p. 21.

6 Le terme fait vraisemblablement référence à la situation de la bile dans le corps. Celle-ci se situerait au centre du sôma et non à ses extrémités ou à sa surface constituée par l’enveloppe dermique. Cf. SV , 456b- 457a.

7 Le terme krasis est important car il fait référence au mélange humoral. Il est cependant difficile de savoir ce qu’il désigne exactement pour le Pseudo-Aristote : s’agit-il du mélange que constitue la bile noire en tant que substance ou du mélange des humeurs dans lequel la bile noire est dominante ? Cf. Pigeaud J., P, p. 21.

8 Toute substance présente en effet de telles qualités : l’eau, le fer, la pierre qui ont une phusis froide peuvent ainsi devenir très chauds par l’action du feu par exemple, cf. P , 954a13-20.

9 P , 954b9.

10 P , 953b25-28.

11 Le mot renvoie à la puissance, à la force d’action du vin.

12 PO , 1454a22-28. Aristote rapporte que la ressemblance et la constance sont des caractéristiques du caractère. Le caractère se définit donc aussi par la régularité de l’être.

13 Dans le Corpus Hippocratique , la mania est présentée comme une pathologie : elle fait généralement référence à un comportement d’extrême agitation accompagné de troubles du raisonnement. Elle a été définie par Pigeaud J., ( Folie et cures de la folie chez les médecins de l’Antiquité gréco-romaine, la manie , Paris, les Belles Lettres, 1987, p. 29), comme « le mot le plus général pour désigner la folie, quelques sens que l’on donne à ce mot, et quelques formes que l’on prête aux manifestations de la folie ». Dans ce contexte, elle fait vraisemblablement référence à une forme d’excitation furieuse, à un comportement excessif et outrancier plus fort que ce que qualifie l’état d’ hubris et qui pourrait laisser penser que l’individu n’est plus maître de lui-même, qu’il a perdu ses facultés de raisonnement.

14 P , 954a26-30.

15 Ce point de vue est également perceptible dans SV , 457a29.

16 Le terme môros qualifie celui qui est hébété, ahuri. Pigeaud J., P , p. 114 note 24, rappelle que la môrôsis , état de stupidité, est définie plus tard par Rufus d’Éphèse comme une perte de mémoire et de raisonnement.

17 L’association des adjectifs µανικοὶ et εὐφήεῖς est également présente dans PO , 17, 1455a33-34 : « Aussi l’art poétique est le fait d’hommes naturellement doués (εὐφήοῦ) ou en proie au délire (µανικοὶ) : les premiers se modèlent aisément, les autres sont capables de sortir d’eux-mêmes (ἐκστατικοί). » Le poète doit être capable de rendre compte des émotions afin que chacun puisse se retrouver en ses vers. Pour ce faire, il doit être apte à ressentir soit parce qu’il est doué, c’est-à-dire qu’il dispose d’une capacité naturelle à s’identifier, soit parce qu’il possède une nature extatique, c’est-à-dire qu’il est capable d’être autre, de « sortir de lui-même » car sa raison est altérée (mania) . Pour l’auteur du Problème XXX, ces deux aspects relèvent d’une même phusis , la phusis mélancolique.

18 P, 954a30-35.

19 Cela suggère que le Pseudo-Aristote partage la représentation hippocratique selon laquelle l’excès de bile dans le corps concourt au réchauffement de celle-ci qui a, ici, pour conséquence un changement de personnalité.

20 C’est ainsi que Pigeaud J. traduit le terme µανικοὶ, « menacés de folie », cf. Pigeaud J., P , p. 97.

21 Ce traité s’inscrit dans le système de pensée aristotélicien, ce qui permet de penser que le lieu de l’intelligence dont parle l’auteur est le cœur. Le νóος auquel il est fait référence est défini par Aristote, dans le traité De l’âme (III, 4 et 5), comme une partie de la ψήχή dont le siège est le cœur.

22 Le pluriel désigne les prophétesses. Le singulier est devenu un nom commun pour désigner la prophétesse mais semble originellement être un nom propre. Il est mentionné pour la première fois chez Héraclite , Fragment 92, Diels-Kranz. Cf. Plutarque , Sur les oracles de la Pythie , 6.

23 Bakis serait le nom d’un ancien devin béotien. Par extension, les Bakides sont des devins, cf. Hérodote , VIII, 20.

24 P, 954a34-38.

25 Le terme ἔκτοπος signifie « éloigné de », « étranger » et semble se rapporte ici au caractère exceptionnel, singulier, du mélancolique.

26 La traduction de τò µέσον n’est pas évidente : se réfère-t-elle à l’afflux de chaleur ou à un lieu spécifique du corps ? Pigeaud J., P , note 51, p. 123, pense que la poussée de chaleur s’arrête à un état moyen tandis que Louis P., PB, XXX , notes 30 et 31, p. 33, considère que le terme fait référence au milieu du corps. Nous pensons qu’il s’agit des deux à la fois : plus la bile est échauffée, plus elle gagne la surface du corps et échauffe le siège de l’intelligence. Une chaleur moyenne altère modérément la raison et ne parvient pas à gagner la surface du corps. En revanche, une température élevée provoque une forte altération de l’intelligence si bien que la bile gagne la surface du corps jusqu’à provoquer une éruption d’ulcères comme chez Héraclès par exemple (Cf. P , 953a18).

27 P , 954b5. Ce terme, dont il s’agit de la première occurrence dans le texte, est à préciser : Aristote ne fait plus référence à la phusis mais à une manière d’être qu’induit cependant cette phusis suivant le mélange dont elle est constituée.

28 P, 954b.

29 Cf. Pigeaud J, P, note 54, p. 124 qui précise la traduction : l’homme ressent la peur et pourtant celle-ci ne le trouble pas.

30 L’athymie marque l’absence des fonctions du thumos donc d’énergie vitale, d’élan, d’entrain. L’athymie est synonyme de découragement, de dégoût.

31 L’euthymie est, à l’opposé de l’athymie ou de la dysthymie, un état d’euphorie.

32 Les manuscrits donnent τὰ πάλαια λεχθέντα. Forster E. S., The works of Aristotle , VII, Problemata (Oxford, Clarendon Press, 1927), corrige par ἐπιπóλαια, opposant ainsi les maladies « superficielles » et celles qui atteignent l’individu en profondeur (εἰς βάθος).

33 Le rapport superficialité/profondeur se réfère aux affections éprouvées : elles sont superficielles chez les uns pour qui elles se traduisent seulement par un malaise temporaire, mais profondes chez les mélancoliques chez qui elles sont à l’origine des modifications de la personnalité. Il s’agit donc moins, semble t-il, d’une localisation corporelle (en surface, en profondeur) que de la valeur accordée à l’ampleur et à l’aspect chronique du mal.

34 C’est la première fois dans le texte que le terme semble désigner un type de personnalité : le mélancolique.

35 P , 953b32-33.

36 PB , 954a 6-8.

37 Le souffle est une des propriétés de la bile noire, qui dit excès de bile dit aussi excès de souffle.

38 PB , 954 a 9-11.

39 SV , 457a29.

40 SV , 457a ; P , 25 ; P , 917a ; R, 461a22.

41 SV, 456a.

42 SV , 457b.

43 PB, III, 25.

44 PB, III, 25.

45 SV , 457a.

46 SV , 459a12.

47 R , 459a22.

48 Durant le sommeil et les rêves, les sens ne fonctionnent pas comme à l’état de veille. En cela, le rêve ne peut relever de la sensibilité seule, cf. Aristote , De l’âme , III, 3.

49 Il est ici rapporté au processus de nutrition-digestion.

50 R , 461a21 (trad. modifiée de Mugnier R. qui traduit τεταραγµέναι par « effrayantes » ; nous préférons le terme « troublées »).

51 R , 461a14-25.

52 Dans l’ Éthique à Nicomaque , Aristote rappelle que le mélancolique vit dans un perpétuel état d’irritation (daknô) dû à son tempérament de telle sorte qu’il est toujours en proie à un désir violent : sa recherche excessive du plaisir et notamment du désir corporel, fait de lui un homme licencieux (akolatos) et négligent (phaulos) . Les pulsions sexuelles du mélancolique qui, dans le Problème IV, 30, 880, sont expliquées plus spécifiquement d’un point de vue biologique, sont dans l’ Éthique à Nicomaque rendues d’un point de vue moral. Le mélancolique est présenté comme un débauché, incapable de maîtriser ses pulsions.

53 Voir le tableau des états atrabilaires ci-dessus.

54 C’est ce qui fait dire au Pseudo-Aristote que «  la veille est plutôt que le sommeil la cause de la vie  » ( PB, XV, III, 916b). Lorsque l’âme est peu active, elle est comme en sommeil. L’insomnie des mélancoliques souligne ce trait de leur tempérament qui les rend vivants, ce mouvement violent de la psukhê qui fait d’eux des êtres vifs et intuitifs.

55 PB, XI, 38, 903b. Louis P. traduit µελαγχολικοὶ ; par « nerveux » ce qui, au terme de la lecture de cet extrait, est bien pensé.

56 PB, XI, 38, 903b.

57 P , 954a35-38.

58 MR , 453a.

59 Pour Aristote, ce qui prouve que la mémoire est une affection corporelle est notamment l’influence de l’âge : ceux qui sont trop jeunes et ceux qui sont trop vieux sont sans mémoire, soit que certaines parties du corps sont en cours de développement, soit qu’elles sont en train de dépérir. MR , 453b.

60 EN , 1154b12.

61 EN , 1150b26.

62 EN , 1150b28.

63 EN , 1152a19. Le mélancolique ne peut délibérer puisque sa pensée est suspendue, cf. MR , 453b.

64 Dans le Problème XXX, abordant les différentes personnalités des mélancoliques, le Pseudo-Aristote dit des hommes du second état qu’ils excellent dans les arts et la gestion de la cité. Dans cet extrait en revanche, l’auteur semble plutôt faire référence aux mélancoliques de type maniaque.

65 Les facultés du mélancolique sont comparées à celle de l’aveugle qui, libéré du sens de la vue, non pollué par les images, se souvient mieux. L’altération d’une faculté lui permet d’en développer une autre plus intensément.

66 EE , 1248a39-41.

67 Croissant J., op . cit ., p. 29.

68 Croissant J., op . cit ., p. 30 : « Ni la chance ni la divination par les songes ne sont le fait d’une inspiration divine et elles sont conditionnées par des facteurs qui n’ont rien de noble mais elles découlent cependant en droite ligne de ce que l’homme possède de plus divin. » Croissant J. évoque la chance car Aristote montre, dans l’ Éthique à Eudème , que l’enthousiasme, la divination par les songes et la chance sont trois aspects de l’activité de la psukhê , en dehors de l’activité rationnelle, qui s’expliquent par le jeu des trois facultés. Il n’existe donc pas de différence fondamentale entre elles.

69 Aristote , Éthique à Eudème , 1248a30-33 (trad. Le Person G.).

70 Les manuscrits notent différentes expressions mais tous semblent mettre en avant l’idée d’une compétition. Pigeaud J. ( P , note 30, p. 135) suppose que la réussite des mélancoliques dans le sommeil ressemble à la réussite de ceux qui cherche à atteindre leurs objectifs avec constance. Il choisit la correction de Schneider et opte pour le jeu de pair : un joueur possède une certaine quantité de pièces dans une main et le joueur adverse doit deviner si son nombre est pair ou impair et le nombre de pièces en main. Lorsqu’il devine avec exactitude, il emporte tout, dans le cas contraire, il donne le même nombre de pièces que celles qui étaient en main.

71 DIV , 463b17-22.

72 Pigeaud J. précise que le mélancolique est « à la traîne des images » : il les subit mais c’est aussi par sa nature et sa force qu’il les crée (cf. Pigeaud J., P , p. 53).

73 DIV , 464a18-22.

74 Aristote , De l’âme , III, 3.

75 DIV , 464b4-5.

76 Croissant J., op . cit ., p. 40. Selon Pigeaud J., ( P , p. 48), l’auteur compare l’humeur qui produit de la force (donc des visions) au noos qui contraint le foie dans le Timée ou à la Muse qui contraint le poète dans l’ Ion ( Platon , Timée , 70-72 ; Ion , 533-536).

77 Nous reprenons le terme traduit par Pigeaud J., P , p. 69. Il se rapporte à l’inconstance de l’humeur et à l’instabilité des mélancoliques.

78 Aristote , Physique , V, 227a6.

79 Aristote , Métaphysique , K 1069a1-5.

80 Pigeaud J., P, p. 70.

81 P , 954a.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5441/img-1.png
Fichier image/png, 13k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540