Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'atelier de Louis Guilloux

 | 
Madeleine Frédéric
, 
Michèle Touret

Deuxième section. Les formes transfrontalières

Louis Guilloux, description et cinéma

Bérénice Dartevelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Bien longtemps, les enjeux politiques propres à la littérature prolétarienne à laquelle Guilloux a été assimilé nolens volens ont éclipsé dans une large mesure les enjeux proprement littéraires de l’œuvre. On a investigué les questions d’authenticité, les questions sociologiques, et l’on avait peut-être trop perdu de vue ce qui est le propre de la littérature, à savoir l’esthétique, comme l’a dit Guilloux lui-même :

Ou bien, on est philosophe et on se borne à exprimer des idées ou à analyser des sentiments – et alors, pourquoi ne pas user de la forme propre aux philosophes, de la dissertation ? Ou bien alors on est artiste, c’est-à-dire que l’on exprime encore des sentiments et des idées, mais en tenant compte de la forme1.

Notre travail nous a amenée à nous pencher sur l’œuvre de Guilloux par le truchement de la description. Ce choix peut sembler étonnant dans la mesure où le descriptif constitue a priori un registre relativement sous-représenté dans la plupart de ses œuvres, mais no...

Auteur

Bérénice Dartevelle a travaillé sur Louis Guilloux dans le cadre des dernières années d’études en langue et littérature françaises et romanes à l’université libre de Bruxelles ; elle travaille comme chargée d’édition aux Éditions de Vinelande, Belgique.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540