Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'atelier de Louis Guilloux

 | 
Madeleine Frédéric
, 
Michèle Touret

Première section. Le travail du romanesque

Le Labyrinthe de Louis Guilloux : une possibilité de Délivrance ?

Sophie Milquet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Labyrinthe est l’un des textes les plus méconnus et les plus étranges de Louis Guilloux. Paru en revue d’octobre 1952 à janvier 1953, son statut éditorial autant que les questions qu’il aborde lui donnent une place particulière dans l’œuvre de l’écrivain. Nous tenterons ici d’articuler ces deux approches, avant de finir sur des considérations plus formelles.

Statut éditorial

Si Guilloux a fait paraître nombre de ses récits dans des revues, il s’agit ici d’un texte particulièrement long pour être publié hors des maisons d’édition, puisqu’il compte 131 pages dans le format de la revue. Un petit roman, donc. Un autre élément peut étonner : le choix curieux de La Table ronde, fondée par François Mauriac en 1948, revue peu conforme aux orientations idéologiques de l’auteur1.

La correspondance avec Jean Le Marchand, rédacteur en chef de La Table ronde à l’époque où Guilloux y publie, nous apprend que c’est Albert Camus, membre du comité directeur lors du premier numéro, qui le met en relatio...

Auteur

Doctorante à l’Université Libre de Bruxelles, en co-tutelle avec l’Université Rennes 2 Haute Bretagne. Elle prépare actuellement une thèse sur l’expression de la mémoire et de l’identité féminines dans les romans sur la guerre civile espagnole. Elle a publié plusieurs articles sur le sujet et co-dirigé l’ouvrage Femmes en guerres, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Sextant », 2011.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540