Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'atelier de Louis Guilloux

 | 
Madeleine Frédéric
, 
Michèle Touret

Première section. Le travail du romanesque

Louis Guilloux, une écriture à hauteur d’homme (le romancier et ses personnages)

Grégoire Leménager

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il y a tout de même un mystère chez Louis Guilloux ; et c’est le fait qu’il n’a jamais su – ou pu ou voulu – rééditer le coup d’éclat du Sang noir. Un phénomène d’autant plus étonnant que, dans son laborieux parcours pour « devenir romancier1 », il semblait avoir enfin trouvé, avec ce formidable roman de la maturité, un ton, une verve, une esthétique, et plus largement une poétique capables de forcer l’attention2. C’est celle que Philippe Roger appelle une « poétique du pire », qui rompt avec la tendresse de la plupart des premiers livres3 : « avec Le Sang noir, tout bascule. Le jeu de patience se renverse en un jeu de massacre4 ».

On sait que Guilloux avait pensé à donner au roman de Cripure une suite, qui n’a jamais vu le jour. Mais il ne s’agit pas que de cela. Car en faisant réapparaître certains de ses personnages, Le Jeu de patience offre bien, à sa manière, une suite au Sang noir. Simplement, il le fait à sa manière, précisément, et qui n’est déjà plus celle du point d’orgue d...

Auteur

Agrégé de Lettres modernes, ancien élève de l’école Normale Fontenay-Saint-Cloud, il est actuellement journaliste au service littéraire du Nouvel Observateur.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540