Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'atelier de Louis Guilloux

 | 
Madeleine Frédéric
, 
Michèle Touret

Première section. Le travail du romanesque

Les anamorphoses du « je » dans Le Pain des rêves et Le Jeu de patience de Louis Guilloux

Francine Dugast-Portes

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le manuscrit du Pain des rêves préparé par Louis Guilloux est truffé de photographies et de cartes postales ; mais après avoir lu les carnets inédits, on ne saurait confondre le « je » du récit et l’écrivain1 : les « je » sont des choix narratifs. J’en observerai ici les anamorphoses dans Le Pain des rêves et dans Le Jeu de patience, puisque Louis Guilloux a travaillé parallèlement sur les deux ouvrages au cours des années 1930. Les notes de l’auteur et l’examen des textes permettent de voir à quel point les figures d’énonciation sont méditées : nous sommes vraiment dans « l’atelier », face aux identités diverses et flottantes des « je », à la manière dont ils combinent le temps et l’espace, au métatexte dont ils sont le support, à l’engagement scriptural qu’ils incarnent, assorti de « reconsidérations ».

Des « je » flottants

Je ne chercherai donc pas directement Louis Guilloux derrière les « je » énonciateur, scripteur, commentateur des deux ouvrages, même si les transpositions de la...

Auteur

Professeur émérite de l’université Rennes 2, est spécialiste de littérature du XXe siècle. Elle s’intéresse au roman du XXe siècle dans l’évolution de ses formes, de ses thèmes, dans son rapport à l’histoire. Ses articles et ses ouvrages portent sur l’image de l’enfance, les romanciers de l’entre-deux-guerres, sur Colette, Colette Les pouvoirs de l’écriture, sur Louis Guilloux, Simone de Beauvoir, J. Gracq, Le Clézio, ainsi que sur le Nouveau Roman, Le Nouveau Roman, une césure dans l’histoire du récit, sur le roman contemporain, Annie Ernaux. Elle a participé à la composition d’histoires de la littérature : Histoire de la littérature du XXe siècle I et II, M. Touret (dir.), PUR, 2008.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540