Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Cinquième partie. Études physiognomoniques

La dépréciation des yeux clairs dans les traités de physiognomonie gréco-romains

Muriel Pardon-Labonnelie

Texte intégral

  • 1 Pour une introduction générale sur ce sujet, cf. Touwaide A., s.v. « Physiognomik », Brill’s Encyc (...)
  • 2 Pour une synthèse sur ce sujet, cf. Barton T. S., Power and Knowledge. Astrology, Physiognomics, a (...)
  • 3 Pour un aperçu de l’influence de la physiognomonie sur les auteurs grecs et romains, cf. Förster R (...)
  • 4 Pour une synthèse sur ce sujet, cf. Marganne M.-H., « De la physiognomonie dans l’Antiquité gréco- (...)

1L’influence des traités de physiognomonie gréco-romains1 sur des domaines aussi divers que la médecine2, la littérature, le théâtre, la rhétorique3 et l’art pictural antiques – voire sur l’identité sociale même des individus4 – n’est désormais plus à démontrer.

  • 5 Les traités de physiognomonie sont accessibles dans Förster R., op. cit., 2 vol., 1994.
  • 6 Cf. par exemple Pseudo-Aristote, Physiognomonie, 6, 807a – 6, 808b (= Hett XIV 98-104 : mention de (...)
  • 7 Sur cet auteur de traités de physiognomonie, cf. Bowie E., s.v. « Polémon 6 », BNP, X, 2007, col. (...)
  • 8 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 2v (= Förster I 98) : De physiognomonia et signis oculi. Cf. (...)
  • 9 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 1 (= Förster I 106) : Scientiae physiognomoniae summa in sig (...)
  • 10 Ibid., 39, t. (= Förster I 102) : De pupillae colore et rebus diuersis antea non expositis. Ce cha (...)
  • 11 André J. : Anonyme latin, Traité de physiognomonie, Paris, Belles Lettres, 1981, p. 13. Pour le dé (...)

2D’après les physiognomonistes5, ce sont les yeux qui offrent les signes les plus intelligibles pour le déchiffrement6. La version latine du long chapitre qui introduit le traité de physiognomonie attribué à Polémon7 est ainsi intitulée « Physiognomonie et signes de l’œil8 » et commence par l’affirmation suivante : « La connaissance de la physiognomonie consiste tout entière dans les signes de l’œil9. » Un chapitre particulier concerne la « couleur de la pupille et divers détails non exposés précédemment10 ». De même, bien que le traité anonyme latin de physiognomonie ne soit pas inauguré par une description des signes donnés par les yeux, puisqu’il décrit les individus a capite ad calcem, il comporte un développement consacré aux yeux qui constitue un peu plus du cinquième du corps du texte11 et qui s’ouvre sur ces mots :

  • 12 Anonyme, Traité de physiognomonie, 20 (= André 66) : Nunc de oculis disputandum est, ubi summa omn (...)

« Il faut maintenant raisonner sur les yeux, qui sont le fondement de toute la physiognomonie. En effet, si les yeux confirment aussi les signes des autres parties du corps, ceux-ci sont alors plus valables et plus sûrs. De fait, c’est d’après les indices (sc. indiciis) tirés des yeux que les physiognomonistes assurent leurs jugements et c’est là le fondement de toute leur autorité12. »

  • 13 Sur ce personnage, cf. Albiniani M. G., s.v. « Leonidas 3 », BNP, VII, 2005, col. 400-401.

3Enfin, d’après une épigramme attribuée à Léonidas de Tarente13, un physiognomoniste aurait été spécialisé dans l’examen des yeux :

  • 14 Anthologie Grecque, 7, 661 (= Waltz V 134) : Εὐσθένεος τὸ µνῆµα φυσιγνώµων ὁ σοφιστής, / δεινὸς ἀπ (...)

« C’est le monument d’Eusthénès : physiognomoniste, ce philosophe si habile à saisir d’après l’œil la pensée elle-même14. »

  • 15 Philostrate, De la gymnastique, 25 (= Daremberg 38) : Γινωσκέτω δὴ τὴν ἐν ὀφθαλµοῖς ἠτικὴν πᾶσαν.
  • 16 L’image de l’œil comme fenêtre de l’âme est également habituelle. Elle est notamment utilisée par (...)

4L’importance accordée aux signes donnés par les yeux se fait sentir dans bien des domaines de la vie courante. Selon Philostrate, le gymnaste doit être expert en physiognomonie : il faut « qu’il connaisse vraiment toute la moralité (sc. ἠτικὴν), qui se trouve dans les yeux15 ». L’expressivité des yeux a une telle importance dans l’art rhétorique que la diffusion des ouvrages cicéroniens a rendu la valeur physiognomonique des yeux proverbiale16 :

  • 17 Cicéron, Des lois, 1, 27 (= de Plinval 15) : Nam et oculi nimis argute quem ad modum animo affecti (...)
  • 18 Cicéron, De l’orateur, 3, 221 (= Bornecque III 93) : Sed in ore sunt omnia, in eo autem ipso domin (...)
  • 19 Cf. notamment Lefèbvre R., « Le miroir de l’âme (Aristote, De insomnis 459b23 - 460a26) », EPh, av (...)
  • 20 Cicéron, L’orateur, 60 (= Yon 22) : Nam ut imago est animi uultus sic indices oculi ; quorum et hi (...)

« Car les yeux également disent très expressément de quelle façon les émotions s’emparent de notre âme17. »
« Cependant, tout est dans le visage, – et dans ce visage même, tout est dominé par les yeux. […] En effet, l’action tout entière est dans l’âme, et le miroir (sc. imago) de l’âme, c’est la physionomie, et ses signes (sc. indices), ce sont les yeux. En effet, c’est la seule partie du corps qui, de tous les mouvements de l’âme, puisse rendre autant d’expressions et de manifestations18. »
« En effet, comme le visage est le miroir (sc. imago) de l’âme19, les yeux en sont les signes (sc. indices) ; les sujets traités modèreront (i.e. temperabunt) leur gaieté ou inversement leur tristesse20. »

  • 21 Cf. Pastoureau M., Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 20022 (2000), p. 24-31.

5Contrairement à ce que laisserait présager sa valorisation actuelle, le bleu est une couleur dépréciée par les Anciens21. Les yeux clairs sont presque systématiquement dévalorisés dans le traité de physiognomonie attribué à Polémon :

  • 22 Sur ce terme, cf. notamment Marganne M.-H., « Glaucome ou cataracte ? Sur l’emploi des dérivés de (...)
  • 23 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 2v (= Förster I 142) : Cum autem praeterea glaucus est, ei s (...)
  • 24 Ibid., 14v (= Förster I 146) : Inter oculos glaucos sunt qui hos liuore superent […] eis malam sod (...)
  • 25 Ibid., 38v (= Förster I 246) : Glaucus in oculo color defectum humanitatis et indolis rigorem indi (...)
  • 26 Pseudo-Polémon, Version latine du Codex Gothanus Arabicus, 24r (= Förster II 151) : Cuius oculi gl (...)
  • 27 Ibid. (= Förster II 152) : Si oculus glaucus paruus, facile mobilis, multum circumspiciens est, po (...)

« Quand il (i.e. l’œil) est en outre gris bleu (sc. glaucus22), vous lui accorderez l’amour du crime et du scandale ainsi que trop peu de prudence23. »
« Parmi les yeux gris bleu (sc. glaucos), il y en a qui les dépassent par la lividité (sc. liuore) ; ceux-là, s’ils ont les mêmes signes que les yeux noirs, vous leur accorderez de mauvaises fréquentations24. »
« La couleur gris bleu (sc. glaucus) dans l’œil indique un défaut d’humanité et une inflexibilité de caractère25 » ; « celui qui a les yeux de couleur gris bleu (sc. glauci) ou blanche est craintif. […] L’œil qui a du jaune dans le gris bleu (sc. glauco) indique la vulgarité des mœurs ; en effet, le gris bleu (sc. glaucum) signifie la stupidité et la faiblesse. […] Cependant, si ce jaune se trouve dans un œil gris bleu (sc. glauco), c’est plus un mal qu’un bien. Le gris bleu (sc. glaucum) indique aussi le mal. […] Celui qui a l’œil gris bleu (sc. glaucum) vert est perfide et mauvais26. »
« Si un œil gris bleu (sc. glaucus) est petit, bouge facilement et regarde beaucoup autour de lui, son propriétaire est très vulgaire27. »

6De même, d’après le traité de physiognomonie anonyme latin,

  • 28 Anonyme, Traité de physiognomonie, 22 (= André 68) : Qui etiam pallent, horum non tam minus sanae (...)
  • 29 Ibid., 22 (= André 69) : Oculi stantes glauci sine splendore indicant hominem dolis et audacia ple (...)
  • 30 Ibid., 23 (= André 70) : Oculi parui trementes glauci sine pudore, sine fide, sine iustitia sunt, (...)
  • 31 Ibid., 24 (= André 71) : Oculi glauci paruas habentes pupillas seruiles, doli plenos, auidos lucri (...)

« les yeux qui sont en outre pâles (sc. pallent) sont ceux des individus dont l’esprit est moins malsain qu’hébété (sc. attonitae)28 ».
« Les yeux fixes, gris bleu (sc. glauci) et sans éclat (sc. sine splendore) indiquent un homme plein de ruse et d’audace, toujours en éveil et à l’affût de la perfidie29. »
« Les yeux petits, tremblotants et gris bleu (sc. glauci) sont sans pudeur, sans foi et sans équité ; en outre, ils se repaissent des malheurs d’autrui30. »
« Les yeux gris bleu (sc. glauci) qui ont de petites pupilles dénoncent un caractère servile, plein de ruse et avide de lucre31. »

  • 32 Rhétorique à Hérennius, 4, 63 (= Achard 214) : Caesium.
  • 33 Térence, Hécyre, 440 (= Marouzeau III 55) : Caesius.
  • 34 Plaute, Curculion, 231 (= Ernout III 77) : Oculis herbeis.

7On constate également un mépris pour les yeux clairs dans les portraits caricaturaux dressés par les écrivains latins. Ainsi, selon la Rhétorique à Hérennius, l’individu laid est rouge, chétif, voûté, un peu crépu, défiguré par une grande cicatrice sur le menton et par ses yeux pers32. Le Callimidès inventé à brûle-pourpoint par la Pamphile de Térence est quant à lui facilement reconnaissable à sa taille, à sa corpulence, à sa chevelure crépue, à son visage à la fois cadavérique et rougeaud ainsi qu’à ses yeux pers33. Enfin, le Charançon de Plaute a un ventre proéminent et les yeux herbei, « couleur d’herbe34 ».

  • 35 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 7, 12 (= Schilling VII 41) : Glauca oculorum acie.
  • 36 Ibid., 7, 24 (= Schilling VII 45) : Oculis glaucis.
  • 37 Ibid., 8, 74 (= Ernout VIII 49) ; 8,75 (= Ernout VIII 49) : Oculis glaucis.

8Les yeux clairs ne sont pas seulement disgracieux dans l’Antiquité romaine. Dans l’œuvre de Pline l’Ancien, les yeux gris bleu caractérisent les êtres monstrueux qui peuplent les confins de l’univers habité. Des hommes du Caucase, aux cheveux blancs dès l’enfance et « au regard gris bleu (sc. glauca oculorum acie), voient mieux de nuit que de jour35 ». Une peuplade sylvestre d’Inde – les Choromades au corps velu et aux dents de chien, qui n’émettent pas de sons articulés mais des cris affreux – a également « les yeux gris bleu (sc. glaucis)36 ». Enfin, en Éthiopie, ce sont les taureaux sauvages et la mantichore qui ont les yeux gris bleu : les premiers ont également une taille et une rapidité exceptionnelles, une gueule qui s’ouvre jusqu’aux oreilles, des cornes mobiles et un cuir invulnérable ; la mantichore est pour sa part célèbre pour sa triple rangée de dents, sa face et ses oreilles d’homme, son corps de lion et sa queue de scorpion37. Les yeux clairs constituent donc parfois l’un des signes de la sauvagerie.

  • 38 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 32 (= Förster I 238) : Glauci.
  • 39 Ibid., 33 (= Förster I 238) : Stibini coloris.
  • 40 Vitruve, De l’architecture, 6, i, 4 (= Callebat VI 7) : Oculis nigris.
  • 41 Ibid., 6, I, 3 (= Callebat VI 6) : Oculis caesis.
  • 42 Ibid. ; cf. Llyod G. E. R., « The hot and the cold, the dry and the wet in Greek philosophy », JHS(...)
  • 43 Cf. Magdelaine C., « Microcosme et macrocosme dans le Corpus hippocratique : réfl exions sur l’hom (...)

9Ce mépris pour les yeux clairs résulte-t-il de leur relative rareté dans le monde méditerranéen ? La version latine du traité de Polémon oppose les yeux « gris bleu38 » des habitants des régions septentrionales aux yeux « couleur d’antimoine39 » des méridionaux. Ce constat a une justification scientifique pour les Anciens. Comme Polémon, Vitruve propose une distinction entre les individus aux « yeux noirs40 » et les individus aux « yeux pers (sc. caesis)41 » : comme la couleur de leurs yeux, la pâleur des habitants du Nord tient à leur faible complexion ; ce sont les individus livrés aux humeurs et aux froids célestes qui ont les yeux clairs42. L’opposition nord-sud semble légitimée par les théories humorales qui assimilent le fonctionnement du corps humain à celui de l’univers43. On peut donc se demander si la dépréciation des yeux clairs ne procède pas autant de leur mauvaise réputation et de leur rareté que d’une conception humorale du processus de la vision.

  • 44 Quintilien, Institution oratoire, 11, 3, 75 (= Cousin VI 243) : Sed in ipso uultu plurimum ualent (...)
  • 45 Ernout A. et Meillet A., s.v. « mānō », Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire de (...)
  • 46 Dans le domaine physique, « émaner » signifie « provenir d’un corps sans que celui-ci diminue sens (...)
  • 47 Cf. Dioclès et Praxagoras ap. Athénée, Deipnosophistes, 2, 46d ; Empédocle ap. Théophraste, Des se (...)

10Lorsque Quintilien affirme que « cependant, dans le visage même, ce qu’il y a de plus expressif, ce sont les yeux, par lesquels émane (sc. emanat) l’âme44 », le rhéteur recourt au verbe emano, dérivé de mano, « couler en gouttes, dégoutter, suinter », « laisser suinter, distiller45 ». Aussi ambigu que le terme français « émaner46 », ce verbe rappelle le rôle primordial que jouent les humeurs dans les explications présocratiques du processus de la vision47.

  • 48 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 779b (= Louis 180) ; Aristote, De la sensation et des sens (...)
  • 49 Aristote, De l’âme, 3, 1, 425a (= Barbotin 67) : ὕδατος.
  • 50 Aristote, Histoire des animaux, 1, 7, 491b (= Louis I 16) : ὑγρόν.

11Dans les traités aristotéliciens, la perception visuelle s’explique par l’« eau48 » car la pupille est constituée d’« eau49 » ou d’« humeur50 ». Le corps humain étant assimilé à un univers miniaturisé, c’est le rapprochement des humeurs oculaires et des humeurs terrestres et maritimes qui permet de comprendre le fonctionnement de l’œil :

  • 51 Ibid., 5, 1, 779b28-33 (= Louis 180) : Τὰ µὲν οὖν ἔχοντα τῶν ὀµµάτων πολὺ τὸ ὑγρόν µελανόµµατά ἐσ (...)

« Ainsi, ceux des yeux qui contiennent beaucoup d’humeur (sc. ὑγρόν) sont noirs parce que les masses épaisses ne sont généralement pas translucides (sc. εὐδίοπτα), alors que ceux qui en contiennent peu sont gris bleus (sc. γλαυκά) ; le phénomène est le même que pour la mer : quand elle est translucide (sc. εὐδίοπτον), elle paraît gris bleu (sc. γλαυκόν) ; quand elle l’est moins, sa couleur est bleu marine (sc. ὑδατῶδες) et quand sa profondeur est insondable, elle paraît noire ou bleu sombre (sc. κυανοειδές)51. »

12Cette distinction justifie les différences d’acuité visuelle ; elle explique notamment le fait que

  • 52 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 779b35 – 5, 1, 780b9 (= Louis 181) : τοῦ τὰ µὲν γλαυκὰ µὴ (...)

« les yeux gris bleu (sc. γλαυκά) n’aient pas une vue perçante le jour et que les yeux noirs n’aient pas une vue perçante la nuit. En effet, les yeux gris bleu (sc. ὑγροῦ), à cause de leur peu d’humeur (sc. γλαυκά), sont plus facilement mis en mouvement par la lumière et les objets vus, parce qu’ils ont de l’humeur (sc. ὑγρόν) et de la transparence (sc. διαφανές). Toutefois, c’est la mise en mouvement de cette partie qui constitue le sens de la vue, parce qu’elle est transparente (sc. διαφανές), et non parce qu’elle est humide (sc. ὑγρόν). En revanche, les yeux noirs, à cause de leur abondance d’humeur (sc. ὑγροῦ), sont moins facilement mis en mouvement. En effet, la lumière nocturne est faible ; en même temps, l’humeur (sc. ὑγρόν) devient généralement difficile à mouvoir durant la nuit. Or il ne faut pas qu’elle ne soit pas mise en mouvement ni qu’elle le soit plus qu’elle ne le doit parce qu’elle est transparente (sc. διαφανές) ; en effet, le mouvement plus fort abolit le mouvement plus faible52. »

  • 53 Cf. par exemple Anonyme, Traité de physiognomonie, 27.

13La théorie du juste milieu justifie certes une condamnation des yeux trop sombres53, mais ce sont avant tout les yeux clairs qui constituent une faiblesse à chaque âge de la vie. Les yeux des nouveau-nés illustrent d’abord la démonstration aristotélicienne :

  • 54 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 780b1-2 (= Louis 182) : τὰ δὲ παιδία δι’ ὀλιγότητα τοῦ ὑγρ (...)
  • 55 Ibid., 5, 1, 779b10-12 (= Louis 180) : τοῦ δὲ γλαυκότερα καὶ µὴ χρόαν ἄλλην ἴσχειν αἴτιον ὅτι ἀσθέ (...)

« Les yeux des jeunes enfants paraissent dans un premier temps gris bleu (sc. γλαυκά) en raison de leur petite quantité de liquide54 » ; « la raison pour laquelle ils (sc. les yeux) sont particulièrement gris bleu (sc. γλαυκότερα) et n’ont pas d’autre couleur est que les organes des jeunes sont fondamentalement faibles et que la couleur gris bleu (sc. γλαυκότης) est une sorte de faiblesse55 ».

14La couleur des yeux des nouveau-nés est néanmoins généralement temporaire :

  • 56 Ibid., 5, 1, 778a26-28 (= Louis 179) : Γλαυκότερα δὲ τὰ ὄµµατα τῶν παιδίων εὐθὺς γενοµένων ἐστὶ πά (...)

« Les yeux des jeunes enfants sont particulièrement gris bleu (sc. γλαυκότερα) immédiatement après la naissance, dans tous les cas, mais ils changent plus tard pour prendre la couleur qui sera naturellement la leur56. »

  • 57 Sur l’intérêt de Galien pour la physiognomonie, cf. Evans E. C., « Galen the physician as physiogn (...)

15Dans le cas contraire, les médecins essaient de la modifier. Le Corpus galénique57 recommande un remède à base de suc de grenade

  • 58 Galien, De la composition des remèdes selon les lieux, 4, 8 (= Kühn XII 740) : πρὸς γλαυκοφθάλµους (...)

« pour ceux qui ont les yeux gris bleu (sc. γλαυκοφθάλµους) : pour qu’ils aient des pupilles noires58 ».

  • 59 Sur ce médecin du iiie siècle, cf. Christmann E., s.v. « Gargilius 4 », BNP, V, 2004, col. 700.
  • 60 Gargilius Martialis, Les remèdes tirés des légumes et des fruits, 54, 7 (= Maire 75) : Oculos infa (...)
  • 61 Sur ce médecin du ve siècle, cf. Touwaide A., s.v. « Theodorus 3 », Der Neue Pauly (DNP), XII / 1, (...)
  • 62 Théodore Priscien, Remèdes usuels, 1, 12, 40 (= Rose 42) : denigrare.
  • 63 Ibid. : Glauci (2 occurrences).
  • 64 Ibid. : Reuocat in naturam.

16Les médecins romains s’inscrivent dans cette tradition médicale. Selon Gargilius Martialis59, les onctions régulières d’avelines rôties broyées et mélangées avec de l’huile permettent que « les yeux pers (sc. caesiorum) des jeunes enfants recouvrent leur couleur noire60 ». Théodore Priscien61 propose explicitement de « noircir62 » les yeux « gris bleu63 » avec du fiel de lapin, un remède qui « les ramène à leur état naturel64 ». Les yeux clairs des adultes passent-ils donc pour des yeux dénaturés dans l’Antiquité gréco-romaine ?

  • 65 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 780a15-16 (= Louis 181) : Tὸ µὲν γὰρ γλαύκωµα γίγνεται µᾶλ (...)
  • 66 Le terme grec ne désigne pas le glaucome actuel, « affection de l’œil caractérisée par une élévati (...)
  • 67 Cf. Galien, Introduction ou le médecin, 16 (= Kühn XIV 775) ; Sept livres de commentaires aux Apho (...)
  • 68 Sur ce médecin du vie siècle, cf. Nutton V., s. v. « Alexander 29 », BNP, I, 2002, col. 484-485.
  • 69 Sur ce compilateur du ixe siècle, cf. Gärtner H. A., s.v. « Léon 10 », BNP, VII, 2005, col. 398.

17Ce sont en tout cas les yeux les plus fragiles. D’après Aristote, « ce sont surtout les yeux gris bleu (sc. γλαύκωµα) qui sont atteints de coloration gris bleu65 (sc. γλαυκοῖς)66 ». Suivant les enseignements du Corpus galénique67, d’Alexandre de Tralles68 et de Léon l’Iatrosophiste69 :

  • 70 Alexandre de Tralles, Trois livres sur les yeux, s.v. « Περὶ ὑποχύµατος » (= Puschmann 156) : γλαυ (...)
  • 71 Léon l’Iatrosophiste, Vue d’ensemble sur la médecine, 3, 35 (= Ermerins 147) : Γλαύκωοίς ἐστιν, ὅτ (...)

« Les colorations gris bleu maladives (sc. γλαυκώσεις) affectent les vieillards, – et plus souvent les yeux gris bleu que ceux qui ont les yeux noirs70. »
« Il y a γλαύκωσις chaque fois que le cristallin seul se coagule, devient plus blanc et gêne la vision : cette affection survient continuellement chez les vieillards et est incurable71. »

18Or, selon Galien et Oribase,

  • 72 Le suffixe -σις invite à penser que la γλαύκωσίς est la maladie du γλαύκωµα. Sur ce suffixe, cf. A (...)
  • 73 Galien, De l’usage des parties, 6 (= Kühn III 786) ; Oribase, Collections médicales, 24, 4, 29 (= (...)

« l’affection nommée “coloration gris bleu maladive” (sc. γλαύκωσις72) par les médecins est la sécheresse et la coagulation excessive du liquide cristallin73 ».

19De fait, les yeux clairs constituent déjà l’un des signes caractéristiques de la vieillesse dans les Corpus hippocratique et aristotélicien :

  • 74 Hippocrate, Prorrhétique II, 20 (= Littré IX 48) : Aἱ δὲ κόραι γλαυκούµεναι, ἢ ἀργυροειδέες γινόμε (...)
  • 75 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 780b6-8 (= Louis 182) : Ἥ τε γὰρ πολιότης ἀσθένειά τίς ἐστ (...)

« Les pupilles devenues gris bleu (sc. γλαυκούµεναι), couleur de l’argent (sc. ἀργυρειδεές) ou bleu sombre (sc. κυάνεαι) ne valent rien74. »
« La canitie est une faiblesse, un manque de coction de l’humeur (sc. ὑγροῦ) du cerveau ; la couleur gris bleu (sc. γλαυκότης) des yeux aussi75. »

20Pour les Anciens, l’humeur oculaire qu’est le « cristallin » ne s’opacifie pas, elle durcit et entrave la vision en se desséchant :

  • 76 Ibid., 5, 1, 780a17-20 (= Louis 181) : Ἔστι δὲ τὸ µὲν γλαύκωµα ξηρότης τις µᾶλλον τῶν ὀµµάτων, διὸ (...)

« La coloration gris bleu (sc. γλαύκωµα) est surtout une sécheresse (sc. ξηρότης) des yeux ; aussi se rencontre-t-elle surtout chez les vieillards. En effet, comme le reste du corps, ces organes se dessèchent (sc. ξηραίνεται) aussi à l’approche de la vieillesse76. »

21La dégénérescence est progressive :

  • 77 Les vieillards souffrent notamment de γλαυκώσιες : cf. Hippocrate, Aphorismes, 3, 31 (= Littré IV (...)
  • 78 Hippocrate, De la vision, 1, 1-2 (= Joly XIII 168 = Littré IX 152-153) : Aἱ ὄψιες αἱ διεφθαρµέναι, (...)

« Les prunelles dégradées qui deviennent spontanément bleu sombre (sc. κυανίτιδες) le deviennent subitement et, lorsqu’elles le sont devenues, il n’y a pas de guérison. En revanche, celles qui deviennent couleur de la mer (sc. θαλασσοειδεῖς) se dégradent peu à peu, à long terme, et l’un des deux yeux se dégrade souvent plus tard, à long terme. […] Quant aux prunelles d’une couleur intermédiaire entre le bleu sombre (sc. κυανίτιδος) et la couleur de la mer (sc. θαλασσοειδέος), si elles le sont devenues chez un jeune individu, elles cessent de l’être lorsqu’il vieillit ; si elles le deviennent chez un vieil individu77, pendant sept ans, il voit encore assez bien les objets très volumineux et très brillants ; il voit de loin, mais sans netteté ; ce qu’il place très près de l’œil, il le voit également ; autrement, il ne voit rien78. »

  • 79 « Affection oculaire aboutissant à l’opacité du cristallin ou à celle de sa capsule ; d’où la divi (...)
  • 80 Sur l’opération de la cataracte, cf. surtout Celse, De la médecine, 7, 7, 14a – 7, 7, 14f.

22De fait, il suffit de pratiquer l’opération de la « cataracte79 » – c’est-à-dire d’abaisser le cristallin – pour que les vieillards recouvrent à la fois des pupilles foncées et une bonne acuité visuelle80.

23Ainsi, en vertu de la conception humorale de la vision, l’œil clair, considéré comme déficient dans l’Antiquité, est généralement le propre de l’être faible, du nouveau-né – individu encore en devenir – ou du vieillard – individu peu à peu desséché : disgracieux, l’œil discrédite l’être civilisé dans la force de l’âge.

  • 81 Pour des exceptions, cf. Pardon-Labonnelie M., « L’œil du maître. Les historiens romains et la dép (...)

24Les adultes qui ont les yeux secs sont donc généralement dépréciés dans les traités de physiognomonie : les yeux clairs indiquent généralement81 un esprit sec.

25La photographie et la filmographie pourraient laisser croire que ce préjugé a de nos jours disparu au profit d’une valorisation des yeux clairs. Il est cependant encore sensible, comme en témoigne par exemple un extrait des Éléments de psycho-diagnostic publiés par Louis Gastin, qui accompagne le schéma d’une « gamme des couleurs des yeux » du commentaire suivant :

  • 82 Gastin L., Éléments de psycho-diagnostic. Le tempérament. La tête et le visage. La main et ce qu’e (...)

« Cette gamme des couleurs va du marron foncé (presque noir), comme signe de l’ardeur et de l’expansion extrêmes des sentiments, au bleu très clair (faïence), signe de la froideur et de la concentration des sentiments, de la sécheresse du cœur82. »

Notes

1 Pour une introduction générale sur ce sujet, cf. Touwaide A., s.v. « Physiognomik », Brill’s Encyclopaedia of the Ancient World. New Pauly (BNP), IX, 2000, col. 225-227 et la bibliographie de Dasen V. et Wilgaux J. en fin de ce volume.

2 Pour une synthèse sur ce sujet, cf. Barton T. S., Power and Knowledge. Astrology, Physiognomics, and Medicine under the Roman Empire, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1994, p. 95-131.

3 Pour un aperçu de l’influence de la physiognomonie sur les auteurs grecs et romains, cf. Förster R., Scriptores Physiognomonici Graeci et Latini, II, Stuttgart, Leipzig, Teubner B. G., 1994, p. 233-352 ; Byl S., « La physiognomonie dans l’Antiquité grecque », Euphrosyne (n. s.), 31, 2003, p. 227-236.

4 Pour une synthèse sur ce sujet, cf. Marganne M.-H., « De la physiognomonie dans l’Antiquité gréco-romaine », Rhétoriques du corps, Dubois Ph. et Winkin Y. (dir.), Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1988, p. 13-24.

5 Les traités de physiognomonie sont accessibles dans Förster R., op. cit., 2 vol., 1994.

6 Cf. par exemple Pseudo-Aristote, Physiognomonie, 6, 807a – 6, 808b (= Hett XIV 98-104 : mention de dix-sept indications sur le caractère données par les yeux) ou les chapitres 5 et 36 des Adamanti physiognomica A et B (respectivement p. 305-347 et 389-391 du tome I de l’édition Förster). Polémon consacre quant à lui tout le livre I de ses travaux aux yeux (p. 106-166 du tome I de l’édition Förster).

7 Sur cet auteur de traités de physiognomonie, cf. Bowie E., s.v. « Polémon 6 », BNP, X, 2007, col. 460-461.

8 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 2v (= Förster I 98) : De physiognomonia et signis oculi. Cf. également les chapitres 5, 27 et 3 de la Pseudopolemonis codicis Gothani Arabici uersio Latina, de la Rasis physiognomoniae versio Latina a Gerardo Cremonensi facta et des Anonymi Byzantini physiognomonica, respectivement p. 150-152, 164-166 et 225-226 dans le tome II de l’édition Förster.

9 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 1 (= Förster I 106) : Scientiae physiognomoniae summa in signis oculi.

10 Ibid., 39, t. (= Förster I 102) : De pupillae colore et rebus diuersis antea non expositis. Ce chapitre se trouve dans les pages 246 à 248 du tome I de l’édition Förster.

11 André J. : Anonyme latin, Traité de physiognomonie, Paris, Belles Lettres, 1981, p. 13. Pour le détail du texte, cf. p. 66-85, paragraphes 20 à 43 (le traité a été divisé en 133 paragraphes). Sur ce point, cf. Laurand V., « Du morcellement à la totalité du corps : lecture et interprétation des signes physiognomoniques chez le Pseudo-Aristote et chez les Stoïciens », Penser et représenter le corps dans l’Antiquité. Actes du colloque international de Rennes (1-4 septembre 2004), Prost Fr. et Wilgaux J. (dir.), Rennes, PUR, 2006, p. 191-207 (spéc. p. 195, 198, 205 à propos du regard).

12 Anonyme, Traité de physiognomonie, 20 (= André 66) : Nunc de oculis disputandum est, ubi summa omnis physiognomoniae constituta est. Nam et aliarum partium signa si oculi affirmauerint, tunc rata magis et certa sunt. Ex oculorum enim indiciis physiognomones sententias suas confirmant et hic omnis eorum est auctoritas constituta.

13 Sur ce personnage, cf. Albiniani M. G., s.v. « Leonidas 3 », BNP, VII, 2005, col. 400-401.

14 Anthologie Grecque, 7, 661 (= Waltz V 134) : Εὐσθένεος τὸ µνῆµα φυσιγνώµων ὁ σοφιστής, / δεινὸς ἀπ’ ὀφθαλµοῦ καὶ τὸ νόηµα µαθεῖν.

15 Philostrate, De la gymnastique, 25 (= Daremberg 38) : Γινωσκέτω δὴ τὴν ἐν ὀφθαλµοῖς ἠτικὴν πᾶσαν.

16 L’image de l’œil comme fenêtre de l’âme est également habituelle. Elle est notamment utilisée par Lactance ; cf. Lactance, L’ouvrage du Dieu créateur, 8, 12 (= Perrin I 155) : Et idcirco mens ac uoluntas ex oculis saepe dinoscitur (« Et c’est pourquoi l’on distingue souvent les dispositions et les intentions d’après les yeux ») ; ibid., 9, 2 (= Perrin I 157) : Visus oculorum intentione animi constat (« La vision des yeux consiste en une tension de l’âme »).

17 Cicéron, Des lois, 1, 27 (= de Plinval 15) : Nam et oculi nimis argute quem ad modum animo affecti simus, loquuntur.

18 Cicéron, De l’orateur, 3, 221 (= Bornecque III 93) : Sed in ore sunt omnia, in eo autem ipso dominatus est omnis oculorum ; […] Animi est enim omnis actio et imago animi uultus, indices oculi. Nam haec est una pars corporis, quae, quot animi motus sunt, tot significationes et commutationes possit efficere. Voir aussi ibidem, 3, 216 ; 3, 222 - 3, 223.

19 Cf. notamment Lefèbvre R., « Le miroir de l’âme (Aristote, De insomnis 459b23 - 460a26) », EPh, avr.-juin 1988, p. 195-206.

20 Cicéron, L’orateur, 60 (= Yon 22) : Nam ut imago est animi uultus sic indices oculi ; quorum et hilaritatis et uicissim tristitiae modum res ipsae de quibus agetur temperabunt. Cf. également Cicéron, Contre Pison, 1 ; Brutus, 110.

21 Cf. Pastoureau M., Bleu. Histoire d’une couleur, Paris, Seuil, 20022 (2000), p. 24-31.

22 Sur ce terme, cf. notamment Marganne M.-H., « Glaucome ou cataracte ? Sur l’emploi des dérivés de ΓΛΑΥΚΟΣ en ophtalmologie antique », HPLS, 1/2, 1979, p. 199-214 ; Gitton V., Pélagonius, Ars ueterinaria. Étude du texte, traduction et commentaire, thèse de doctorat, université Lumière-Lyon II, 1999, p. 192-196 ; Blanc A., « Rendre les nuances de couleur en grec », Couleurs et visions dans l’Antiquité classique, Villard L. (dir.), Rouen, Publications de l’université de Rouen, 2002, p. 1314 ; Pardon M., L’oculistique dans le monde romain. Textes et documents épigraphiques (ier ve siècle apr. J.-C.), thèse de Doctorat, université de Franche-Comté, 2004, p. 166-169.

23 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 2v (= Förster I 142) : Cum autem praeterea glaucus est, ei sceleris amorem et flagitii et parum prudentiae tribuas.

24 Ibid., 14v (= Förster I 146) : Inter oculos glaucos sunt qui hos liuore superent […] eis malam sodalitatem attribuas.

25 Ibid., 38v (= Förster I 246) : Glaucus in oculo color defectum humanitatis et indolis rigorem indicat. […] Glauci qui ad albedinem uergunt timiditatem et metum indicant.

26 Pseudo-Polémon, Version latine du Codex Gothanus Arabicus, 24r (= Förster II 151) : Cuius oculi glauci uel albi coloris sunt, timidus est. […] Oculus qui in glauco fuluum habet, uilitatem morum indicat ; nam glaucum stupiditatem et languorem significat […] Hoc autem si in glauco oculo est, malum plus est quam bonum. Et glaucus oculus malum indicat. […] Qui oculum glaucum uiridem habet, perfidus malus est.

27 Ibid. (= Förster II 152) : Si oculus glaucus paruus, facile mobilis, multum circumspiciens est, possessor uilissimus est.

28 Anonyme, Traité de physiognomonie, 22 (= André 68) : Qui etiam pallent, horum non tam minus sanae mentes sunt quam potius attonitae.

29 Ibid., 22 (= André 69) : Oculi stantes glauci sine splendore indicant hominem dolis et audacia plenum, peruigilem et exquisitorem malitiae.

30 Ibid., 23 (= André 70) : Oculi parui trementes glauci sine pudore, sine fide, sine iustitia sunt, aluntur autem malis alienis.

31 Ibid., 24 (= André 71) : Oculi glauci paruas habentes pupillas seruiles, doli plenos, auidos lucri pronuntiant mores.

32 Rhétorique à Hérennius, 4, 63 (= Achard 214) : Caesium.

33 Térence, Hécyre, 440 (= Marouzeau III 55) : Caesius.

34 Plaute, Curculion, 231 (= Ernout III 77) : Oculis herbeis.

35 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 7, 12 (= Schilling VII 41) : Glauca oculorum acie.

36 Ibid., 7, 24 (= Schilling VII 45) : Oculis glaucis.

37 Ibid., 8, 74 (= Ernout VIII 49) ; 8,75 (= Ernout VIII 49) : Oculis glaucis.

38 Polémon, Livre sur la physiognomonie, 32 (= Förster I 238) : Glauci.

39 Ibid., 33 (= Förster I 238) : Stibini coloris.

40 Vitruve, De l’architecture, 6, i, 4 (= Callebat VI 7) : Oculis nigris.

41 Ibid., 6, I, 3 (= Callebat VI 6) : Oculis caesis.

42 Ibid. ; cf. Llyod G. E. R., « The hot and the cold, the dry and the wet in Greek philosophy », JHS, 84, 1964, p. 92-106.

43 Cf. Magdelaine C., « Microcosme et macrocosme dans le Corpus hippocratique : réfl exions sur l’homme et la maladie », Littérature et médecine, Eidôlon (Cahiers du Laboratoire Pluridisciplinaire de Recherches sur l’Imaginaire appliqué à la Littérature), 50, juillet 1997, p. 11-39.

44 Quintilien, Institution oratoire, 11, 3, 75 (= Cousin VI 243) : Sed in ipso uultu plurimum ualent oculi, per quos maxime animus emanat. Cf. également la suite du passage (ibid., 11, 75-76).

45 Ernout A. et Meillet A., s.v. « mānō », Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, quatrième édition augmentée d’additions et de corrections nouvelles par Jacques André, Paris, Klincksieck, 19944 (1932), p. 384.

46 Dans le domaine physique, « émaner » signifie « provenir d’un corps sans que celui-ci diminue sensiblement de substance » ; dans le domaine spirituel ou moral, le verbe a le sens de « provenir, tirer son origine de » (cf. Imbs P. [dir.], s.v. « Émaner », Trésor de la Langue Française, VII, Paris, CNRS, 1979, p. 872).

47 Cf. Dioclès et Praxagoras ap. Athénée, Deipnosophistes, 2, 46d ; Empédocle ap. Théophraste, Des sens, 7-8 ; Alcmaéon, ibid., 26 ; Démocrite, ibid., 50-55 ; Aristote, Météorologiques, 3, 2, 372a – 3, 4, 375a ; 3, 5, 377a – 3, 6, 378a.

48 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 779b (= Louis 180) ; Aristote, De la sensation et des sensibles, 2, 438a (= Mugnier 26) ; 2, 438b (= Mugnier 27) : ὕδατος.

49 Aristote, De l’âme, 3, 1, 425a (= Barbotin 67) : ὕδατος.

50 Aristote, Histoire des animaux, 1, 7, 491b (= Louis I 16) : ὑγρόν.

51 Ibid., 5, 1, 779b28-33 (= Louis 180) : Τὰ µὲν οὖν ἔχοντα τῶν ὀµµάτων πολὺ τὸ ὑγρόν µελανόµµατά ἐστι διὰ τὸ µὴ εὐδίοπτ’ εἶναι τὰ πολλά, γλαυκὰ δὲ τὰ ὀλίον, καθάπερ φαίνεται καὶ ἐπὶ τῆς θαλάττης τὸ µὲν γὰρ εὐδίοπτον αὐτῆς γλαυκὸν φαίνεται, τὸ δ’ ἧττον ὑδατῶδες, τὸ δὲ µὴ διωρισµένον διὰ βάθος µέλαν καὶ κυανοειδές.

52 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 779b35 – 5, 1, 780b9 (= Louis 181) : τοῦ τὰ µὲν γλαυκὰ µὴ εἶναι ὀξυωπὰ τῆς ἡµέρας, τὰ δὲ µελανόµµατα τῆς νυκτός. Τὰ µὲν γὰρ γλαυκὰ δι’ ὀλιýτητα τοῦ ὑγροῦ κινεῖται µᾶλλον ὑπὸ τοῦ φωτὸς καὶ τῶν ὁρατνῶῶ ᾗ ὑγρὸν καὶ ᾗ διαφανές. Ἔστι δ’ ἡ τούτου τοῦ µορίου κίνησις ὅρασις ᾗ διαφανὲς ἀλλ’ οὐχ ᾗ ὑγρόν. Τὰ δὲ µὲλανόµµατα διὰ πλῆθος τοῦ ὑγροῦ ἧττον κινεῖται.’ Ασθενὲς γὰρ τὸ νυκτερινὸν φῶς ἅµα γὰρ καὶ δυσκι νητον ἐν τῇ νήκτὶ ὅλως γίγνεταλ τὸ ὑγρόν. Δεῖ δὲ οὒτε μὴ κινεῖσθαι αὐτὸ οὒτε μᾶλλον ἢ ᾗ διαφανές ἐκκρούει γὰρ ἡ ἰσχυροτέρα κίνησις τὴν ἀσθενετέραν.

53 Cf. par exemple Anonyme, Traité de physiognomonie, 27.

54 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 780b1-2 (= Louis 182) : τὰ δὲ παιδία δι’ ὀλιγότητα τοῦ ὑγροῦ γλαυκὰ φαίνεται τὸ πρῶτον.

55 Ibid., 5, 1, 779b10-12 (= Louis 180) : τοῦ δὲ γλαυκότερα καὶ µὴ χρόαν ἄλλην ἴσχειν αἴτιον ὅτι ἀσθέστερα τὰ µόρια τῶν νέων, ἀσθένεια δὲ τις ἡ γλαυκότης.

56 Ibid., 5, 1, 778a26-28 (= Louis 179) : Γλαυκότερα δὲ τὰ ὄµµατα τῶν παιδίων εὐθὺς γενοµένων ἐστὶ πάντων, ὕστερον δὲ µεταβάλλει πρὸς τὴν ὑπάρχειν µέλλουσαν φύσιν αὐτοῖς.

57 Sur l’intérêt de Galien pour la physiognomonie, cf. Evans E. C., « Galen the physician as physiognomist », TAPhA, 76, 1945, p. 287-298.

58 Galien, De la composition des remèdes selon les lieux, 4, 8 (= Kühn XII 740) : πρὸς γλαυκοφθάλµους, ὥστε µελαίνας ἔχειν κόρας. Galien propose également, dans le même but, d’enduire les yeux de suc de strychnos, – sorte de morelle à fruits noirs [ibid., 4, 8 (= Kühn XII 802) ; sur cette plante, cf. Dioscoride, Matière Médicale, 4, 70, 1 – 4, 71, 1 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle, 21, 89 ; 21, 177] ou de fleur d’hyoscyamos bleu sombre [Galien, Des remèdes facilement disponibles, 2, 4, 14 (= Kühn XIV 414) ; sur cette plante, cf. Dioscoride, Matière Médicale, 4, 68, 1-2].

59 Sur ce médecin du iiie siècle, cf. Christmann E., s.v. « Gargilius 4 », BNP, V, 2004, col. 700.

60 Gargilius Martialis, Les remèdes tirés des légumes et des fruits, 54, 7 (= Maire 75) : Oculos infantium caesiorum ad colorem nigrum reuocari.

61 Sur ce médecin du ve siècle, cf. Touwaide A., s.v. « Theodorus 3 », Der Neue Pauly (DNP), XII / 1, 2002, col. 335-337.

62 Théodore Priscien, Remèdes usuels, 1, 12, 40 (= Rose 42) : denigrare.

63 Ibid. : Glauci (2 occurrences).

64 Ibid. : Reuocat in naturam.

65 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 780a15-16 (= Louis 181) : Tὸ µὲν γὰρ γλαύκωµα γίγνεται µᾶλλον τοῖς γλαυκοῖς.

66 Le terme grec ne désigne pas le glaucome actuel, « affection de l’œil caractérisée par une élévation de la pression oculaire au dessus de 20 mm de Hg. Elle est due à une gêne de l’écoulement normal de l’humeur aqueuse à travers le réseau trabéculaire situé dans l’angle iridocornéen. Suivant l’état de celui-ci (précisé par gonioscopie) on distingue : – 1° le g. à angle ouvert (comme il l’est normalement) […] ou g. chronique simple, dans lequel l’écoulement de l’humeur est freiné. C’est une affection fréquente, héréditaire, d’évolution insidieuse et lente, caractérisée par (outre l’élévation de la pupille intra-oculaire) la pâleur et l’excavation de la papille et le rétrécissement du champ visuel ; non traitée, elle évolue vers la cécité. – 2° le g. à angle fermé […] par accolement de l’iris à la cornée, dans lequel la résorption de l’humeur aqueuse est impossible ; il est caractérisé par de violente douleurs oculaires avec nausées, vomissements, vision trouble, photophobie, mydriase, rougeur et dureté “en bille de verre” du globe de l’œil. Un traitement d’urgence de ce g. aigu est indispensable pour éviter la perte de la vision » [Delamare J. (dir.), s.v. « Glaucome », Dictionnaire des termes de médecine, Paris, Maloine, 200227 (1900), p. 340].

67 Cf. Galien, Introduction ou le médecin, 16 (= Kühn XIV 775) ; Sept livres de commentaires aux Aphorismes d’Hippocrate, 2, 31 (= Kühn XVII b 651).

68 Sur ce médecin du vie siècle, cf. Nutton V., s. v. « Alexander 29 », BNP, I, 2002, col. 484-485.

69 Sur ce compilateur du ixe siècle, cf. Gärtner H. A., s.v. « Léon 10 », BNP, VII, 2005, col. 398.

70 Alexandre de Tralles, Trois livres sur les yeux, s.v. « Περὶ ὑποχύµατος » (= Puschmann 156) : γλαυκώσεις πρεσβυτέροις συµβαίνουσι καὶ τοις γλαυκοῖς µᾶλλον ἢ τοις µελανφθάλµοις.

71 Léon l’Iatrosophiste, Vue d’ensemble sur la médecine, 3, 35 (= Ermerins 147) : Γλαύκωοίς ἐστιν, ὅταν τὸ κρυσταλλοεις οἷον παγῇ καὶ λευκότερον γένηται καὶ βλάψῃ τὴν ὅρασιν γίνεται δὲ ἐπὶ τῶν γερόντων συνεχῶς καὶ ἐστιν ἀνίατον τὸ πάθος.

72 Le suffixe -σις invite à penser que la γλαύκωσίς est la maladie du γλαύκωµα. Sur ce suffixe, cf. André J., Emprunts et suffixes nominaux en latin, Genève, Droz – Paris, Minard (Centre de recherches d’histoire et de philologie de la IVe section de l’EPHE, 3. Hautes Études du monde gréco-romain, 4), 1971, p. 33-58.

73 Galien, De l’usage des parties, 6 (= Kühn III 786) ; Oribase, Collections médicales, 24, 4, 29 (= Raeder III 15) : τὸ πάθηµα τὸ πρὸς τῶν ἰατρῶν ὀνοµαζόµενον γλαύκωσις ξηρότης µέν ἐστι καὶ πῆξις ἄµετρος τοῦ κρυσταλλοειδοῦς ὑγροῦ. Cf. également Démosthène l’Oculiste ap. Aëtius d’Amida, Livres des médecins, 7, 52.

74 Hippocrate, Prorrhétique II, 20 (= Littré IX 48) : Aἱ δὲ κόραι γλαυκούµεναι, ἢ ἀργυροειδέες γινόμεναι, ἢ κυάνεαι, οὐδὲν χρηστόν.

75 Aristote, Génération des animaux, 5, 1, 780b6-8 (= Louis 182) : Ἥ τε γὰρ πολιότης ἀσθένειά τίς ἐστι τοῦ ὑγροῦ τοῦ ἐν τῷ ἐγκεφάλῳ καὶ ἡ γλαυκότης.

76 Ibid., 5, 1, 780a17-20 (= Louis 181) : Ἔστι δὲ τὸ µὲν γλαύκωµα ξηρότης τις µᾶλλον τῶν ὀµµάτων, διὸ καὶ συµβαίνει µᾶλλον γηράσκουσιν ξηραίνεται γὰρ ὥσπερ καὶ τὸ ἄλλο σῶµα καὶ ταῦτα τὰ µόρια πρὸς τὸ γῆρα.

77 Les vieillards souffrent notamment de γλαυκώσιες : cf. Hippocrate, Aphorismes, 3, 31 (= Littré IV 503).

78 Hippocrate, De la vision, 1, 1-2 (= Joly XIII 168 = Littré IX 152-153) : Aἱ ὄψιες αἱ διεφθαρµέναι, αὐτόµέναι µὲν κυανίτιδες γιγνόµεναι, ἐξαπίνης γίνονται, καὶ ἐπειδὰν γένωνται, οὐκ ἔστιν ἴησις τοιαύτη. Αἱ δὲ θαλασσοειδέες γιγνόµεναι, κατὰ µικρὸν ἐν πολλῷ χρόνῳ διαφθείρονται, καὶ πολλάκις ὁ ἕτερος ὀφθαλµος ἐν πολλῷ χρόνῳ ὕστερον διεφθάρη. [...] Αἱ δὲ µεταξὺ τῆς τε κυανίτιδς καὶ τῆς θαλασσειδοῦς, ἢν, µὲν νέῳ ἐόντι γένωνται, πρεσβυτέρῳ γενοµένῳ καθίστανται∙ ἢν δὲ πρεσβυτέρῳ ἐόντι γίγνωνται, ἐτέων ἑπτὰ βέλτιον ὁρῇ τὰ µεγάλα δὲ πάνυ καὶ λαµπρὰ, καὶ ἀπὸ πρόσθεν, ὁρῇ µὲν, σαφῶς δὲ οὐ, καὶ ὅτι ἄν πάνυ πρὸ αὐτὸν τὸν ὀφθαλµὸν προσθῇ, καὶ, τοῦτο, ἄλλως δὲ οὐδέν.

79 « Affection oculaire aboutissant à l’opacité du cristallin ou à celle de sa capsule ; d’où la division en c. lenticulaire, c. capso-lenticulaire et c. capsulaire. La c. peut-être congénitale, traumatique ou spontanée. On distingue la c. sénile qui débute par le noyau du cristallin et la c. endocrinienne, c. corticale, localisée aux couches périphériques » [Delamare J., s.v. « Cataracte », op. cit., 200227 (1900), p. 137].

80 Sur l’opération de la cataracte, cf. surtout Celse, De la médecine, 7, 7, 14a – 7, 7, 14f.

81 Pour des exceptions, cf. Pardon-Labonnelie M., « L’œil du maître. Les historiens romains et la dépréciation des yeux clairs », Les facettes du pouvoir dans l’Antiquité romaine. Colloque Jeunes Chercheurs (Besançon, ISTA, 4-5 mai 2006), Gonzales A., Guelfucci M.-R. et Guillaumin J.-Y. (dir.), à paraître dans les DHA en 2008.

82 Gastin L., Éléments de psycho-diagnostic. Le tempérament. La tête et le visage. La main et ce qu’elle écrit, Paris, Dayles, 1971, p. 136. Pour un exemple plus récent, cf. Brown S. G., Manuel pratique de morphopsychologie. Le visage, expression du caractère (traduction par Brunet J. de The Practical Art of Face Reading, ouvrage édité en 2000), Paris, Le Courrier du Livre, 2001, p. 42, à propos des yeux « pâles au-dessous ».

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540