Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

L'atelier de Louis Guilloux

 | 
Madeleine Frédéric
, 
Michèle Touret

Première section. Le travail du romanesque

L’art romanesque de Louis Guilloux et le tournant des années 1930

Sylvie Golvet

Das Programm OpenEdition Freemium bietet den abonnierten Benutzern Zugang zu dem Volltext im HTML-, PDF- und ePub-Format. Das Buch kann auch für Privatnutzer über unsere Partnerbuchhändler im PDF- und ePub-Format online erworben werden. Falls die gedruckte Version erhältlich ist, sind die Buchhandlungen auf dieser Seite rechts verlinkt.

Textauszug

Pour entrer en curieuse dans « l’atelier de Louis Guilloux », j’aimerais concentrer mon attention sur un moment de sa période de formation – mais est-ce judicieux de l’appeler ainsi, car Guilloux est peut-être un écrivain en perpétuel auto-apprentissage ? C’est-à-dire sur la fin des années 1920 et le début des années 1930, lorsqu’il prend une décision importante, résumée dans une lettre à Jean Guéhenno du 21 décembre 1930 : « À tous égards, il vaut mieux, je pense, que je me limite à une seule chose, les romans1. »

Pourquoi cette décision et quelle signification lui accorder ? Une reconstitution de ce qui y conduit permet de comprendre certaines difficultés de Guilloux, et ses éventuelles conséquences sur son art romanesque, pour les décennies suivantes.

En tant qu’écrivain, Louis Guilloux doit satisfaire simultanément à plusieurs nécessités. Il doit s’assurer des revenus, et dès 1921, quand il affirme à Jean Grenier qu’il « ne saurai[t] décidément qu’écrire2 », il choisit de ne gagne...

Autor

Sylvie Golvet a soutenu une thèse de littérature sur Louis Guilloux sous la direction de Michèle Touretà l’université Rennes 2, publiée sous le titre Louis Guilloux, Devenir romancier, aux Presses Universitaires de Rennes, en 2010. Actuellement commissaire d’expositions littéraires.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540