Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'atelier de Louis Guilloux

 | 
Madeleine Frédéric
, 
Michèle Touret

Deuxième section. Réflexions sur le métier

Quand Louis Guilloux lit Les Fleurs de Tarbes

Michèle Touret

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Est-ce bien le moment, en 1941, de s’intéresser à des questions de langue, de méditer sur le lieu commun et le cliché ? Même si leur réflexion sur les conditions de l’art et la rhétorique est entamée depuis un temps, la correspondance entre Paulhan et Guilloux à ce propos peut paraître insolite. Insolite, sans doute, déplacée, certainement pas. Pour l’un et l’autre, parler de la littérature, c’est aussi et surtout parler du pouvoir – ou de l’impuissance de la parole. Or, comment se faire une idée définitive de ce qu’on peut dire, de ce qu’il faut dire dans ces circonstances1 ?

Jean Paulhan s’est tu comme écrivain après le début des années vingt, il continue à méditer sur la littérature. Louis Guilloux, lui, que les paroles ordinaires ont toujours passionné, ne se sent pas de taille à batailler publiquement sur des questions générales mais il ne cesse d’expérimenter de nouvelles formes de création. Peu versé dans la théorie, il note discrètement dans ses Carnets, ses pensées sur la li...

Auteur

Professeur émérite de l’université Rennes 2. Auteur d’un livre sur Cendrars (Cendrars et le désir du roman, Slatkine), elle a écrit de nombreux articles sur cet auteur. Mais aussi sur Beckett, Claude Simon, Vailland, Louis Guilloux ainsi que sur des questions d’histoire littéraire, etc. Elle a dirigé L’Histoire de la littérature française du XXe siècle (Presses universitaires de Rennes, tome 1, 200, tome 2, 2008). Elle participe à l’édition de deux volumes des œuvres de Cendrars dans la Bibliothèque de la Pléiade.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540