Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Cinquième partie. Études physiognomoniques

La physiognomonie antique : bref état des lieux

Jérôme Wilgaux

Texte intégral

  • 1 Philostrate, Apollonius de Tyane. Sa vie, ses voyages, ses prodiges, trad. par Chassang A., Paris, (...)

« Pour ce qui concerne les jeunes gens eux-mêmes, on apprend (s’ils sont purs et aptes à devenir philosophes) en observant leur physionomie. Car les yeux indiquent souvent le caractère des hommes, et les sourcils et les joues offrent à une observation attentive bien des signes, où des savants qui ont étudié la nature peuvent voir le fond du cœur des hommes, ainsi qu’on voit les visages dans un miroir1. »

  • 2 La physiognomonie est généralement présentée comme relevant du domaine des tekhnai ; sur ce terme, (...)

1Ainsi s’exprime un roi indien, dans le récit de Philostrate, lors d’une conversation avec Apollonius de Tyane, et ces indications témoignent tout à la fois de l’intérêt accordé dans l’Antiquité à la physiognomonie et des difficultés propres à cet art2. Car si le corps – et plus particulièrement le visage – peut dévoiler ce qu’est la véritable nature d’un homme, au plus profond de son être, seuls des experts sont habilités à un examen que l’ouvrage associe, par l’intermédiaire des Indiens, au merveilleux et à la maîtrise la plus parfaite qui soit de la sagesse.

  • 3 Il existe plusieurs présentations générales, en français, de la physiognomonie antique, auxquelles (...)
  • 4 Voir notamment Ginzburg C., Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, (...)

2Pour le dire brièvement, la physiognomonie est l’art de porter un jugement sur les personnes à partir de leur apparence physique, et ainsi de leur attribuer un caractère particulier3. En tant que telle, cette démarche s’inscrit pleinement dans le paradigme indiciaire tel qu’il a été défini par Carlo Ginzburg – les réalités des corps et des êtres ne pouvant être déchiffrées qu’au travers de traces, de symptômes, d’indices4 – et dont les textes divinatoires mésopotamiens, rédigés à partir du iiie millénaire, constituent selon lui les plus anciennes attestations.

  • 5 Förster R., Scriptores physiognomonici graeci et latini, Lipsiae, Teubner, 1893, 2 vol. (rééd. 199 (...)

3En ce qui concerne l’Antiquité gréco-romaine, les sources majeures ont été rassemblées par Richard Förster pour le compte de la Bibliotheca Teubneriana, dans un ouvrage publié pour la première fois en 18935. J’en présenterai ici le contenu et, tout en renvoyant à quelques études essentielles, j’essaierai de démontrer ce qui justifie l’attention croissante que ces pages suscitent de la part des antiquisants, en évoquant les principales pistes de recherche offertes par ces sources.

  • 6 Ce traité, traduit en anglais, en italien et en allemand, n’a pas encore fait l’objet de traductio (...)

4Le premier tome, après une longue introduction, s’ouvre sur le plus ancien traité de physiognomonie conservé, les Physiognômonika, attribué par la tradition à Aristote et donc transmis au sein des œuvres de ce dernier6. La datation et la construction de l’ouvrage, d’ailleurs incomplet dans son état actuel, ne sont pas cependant sans poser un certain nombre de problèmes, bien représentatifs des difficultés rencontrées aujourd’hui par les antiquisants lorsqu’il s’agit de reconstituer l’histoire et la diffusion de cette discipline. Indiquons simplement ici qu’une majorité de chercheurs considère qu’il s’agit d’une œuvre du iiie siècle av. J.-C. qui pourrait correspondre aux Physiognômonika signalés à la fin de ce siècle par Ariston de Céos dans son catalogue des œuvres aristotéliciennes. Il est par ailleurs généralement aussi admis que nous avons affaire à deux traités distincts (chap. 1 à 3 puis 4 à 6). L’ouvrage passe en revue les parties du corps, les principaux signes et leurs interprétations, dresse un catalogue des caractères et des signes qui permettent de les identifier, mais accompagne également ces descriptions de remarques méthodologiques qui permettent bien souvent de nuancer les interprétations proposées.

  • 7 Voir les n° 39 à 62 du Sylloge de Förster R., op. cit., t. II, p. 256-271.
  • 8 Cf. Evans E., Physiognomics in the Ancient World, « Transactions of the American Philosophical Soc (...)

5Quels que soient les auteurs et la date de ces Physiognômonika, il convient de ne pas oublier que l’un des textes les plus importants pour comprendre la démarche physiognomonique n’appartient pas à cet ouvrage, mais aux Premiers analytiques (II, 27), et que le corpus aristotélicien contient en fait de nombreux passages d’inspiration clairement physiognomonique7. L’œuvre attribuée au Stagirite ne fut pas dès lors sans influencer les traités ultérieurs, et contribua sans doute à la popularité de cette discipline, manifeste dans les premiers siècles de notre ère8.

  • 9 Cf. Quet M.-H., « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité politique de (...)
  • 10 Cf. Mesk J., « Die Beispiele in Polemons Physiognomik », WS, 50, 1933, p. 51-67.
  • 11 Swain S. (dir.), Seeing the Face, Seeing the Soul. Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity (...)
  • 12 Le traité de Polémon était déjà aux centres des riches réflexions menées par Gleason M. W., Making (...)

6À la suite du Pseudo-Aristote, R. Förster nous livre la version arabe d’un traité publié par Marcus Antonius Polemo au iie siècle apr. J.-C., l’original grec ayant été perdu. Issu d’une famille illustre, Polémon de Laodicée (c. 88144 apr. J.-C.) était un sophiste et rhéteur particulièrement réputé en son temps. Proche du pouvoir, célèbre pour avoir fait bénéficier les Smyrniotes des largesses d’Hadrien, il évoque d’ailleurs dans ce traité un voyage en Orient accompli aux côtés de cet empereur, en 123-124 (ou bien en 129)9. Riche en comparaisons zoologiques et accordant une grande place à l’interprétation des yeux, l’ouvrage mérite également l’attention par les nombreuses anecdotes rapportées par l’auteur, qui renvoient à ses expériences personnelles et démontrent tout ce qu’un physiognomoniste peut retirer comme avantages de la pratique de sa discipline, toute l’utilité de la prise en compte des signes du corps dans les relations sociales et politiques, les activités professionnelles, la vie quotidienne10 ; la possibilité offerte par la physiognomonie de stigmatiser ses adversaires, de découvrir la vraie nature des personnes rencontrées, de distinguer les vertueux des débauchés ou bien encore de reconnaître un menteur à son apparence, s’accompagne ainsi de la description d’un certain nombre de ses contemporains. La version arabe en notre possession, rédigée à Damas au xive siècle, malheureusement incomplète et de mauvaise qualité, est accompagnée dans l’édition de R. Förster d’une traduction latine réalisée par George Hoffmann en 1887 ; une traduction anglaise, complétée par de nombreuses études, vient d’être publiée à Oxford sous la direction de Simon Swain11, et inspirera sans aucun doute de nouvelles analyses12.

  • 13 Cf. Dictionnaire des philosophes antiques, I, s.v. « Adamantios », Follet S., p. 51-53.

7Viennent ensuite, toujours dans l’édition de R. Förster, un abrégé en langue grecque du texte de Polémon réalisé par un rhéteur du ive siècle apr. J.-C., nommé Adamantios, dont nous savons peu de choses13, ainsi qu’une autre version abrégée d’époque byzantine, proche de la précédente et désignée traditionnellement sous le nom de Pseudo-Polémon (xe siècle).

  • 14 Le traité en sa possession était d’ailleurs manifestement plus important que celui qui nous a été (...)
  • 15 Cf. Misener G., « Loxus, Physician and Physiognomist », Classical Philology, 1906, 18-1, 1923, p. (...)

8Le second tome de l’édition Förster débute par le Traité de physiognomonie de l’Anonyme latin, attribué au xixe siècle à Apulée, mais désormais daté de la seconde moitié du ive siècle apr. J.-C. Il s’agit du seul traité antique pour lequel une traduction française est aujourd’hui à notre disposition ; publiée en 1981 par Jacques André dans la collection des Universités de France, elle est accompagnée d’une riche introduction qui constitue encore aujourd’hui l’une des présentations les plus claires, de ce traité bien sûr, mais aussi de la physiognomonie antique de manière plus générale. Remarquons simplement ici que l’Anonyme latin procède à une compilation des écrits précédents et s’inspire explicitement d’Aristote14, de Loxos (un physiognomoniste grec, qui peut être daté du ve siècle ou de la première moitié du ive siècle15), ainsi que de Polémon, pour lequel les références concordent bien avec les différentes versions que nous possédons de son œuvre.

9R. Förster publie ensuite plusieurs courts traités traduits de l’arabe en latin, notamment les Secreti secretorum, supposés être les conseils physiognomoniques donnés par Aristote à Alexandre le grand. Un bref traité byzantin complète le tout. Et puis, surtout, de la page 233 à 352, R. Förster a rassemblé environ 200 extraits d’œuvres antiques, grecques et latines, liés d’une manière ou d’une autre à la physiognomonie : nous y trouvons des mentions de signes, accompagnés de leurs interprétations, des explications, des anecdotes diverses, des critiques de la physiognomonie, etc. Le tout est complété par des index grecs et latins particulièrement utiles.

10L’ouvrage, vieux de plus d’un siècle, a gardé jusqu’à aujourd’hui tout son intérêt, mais ne peut cependant être considéré comme exhaustif. D’autres sources témoignent également de la popularité et de la diversité des pratiques physiognomoniques antiques. Les écrits de L. Flavius Philostratus, pour nous contenter de ce seul exemple, n’ont pas été pris en compte par R. Förster ; plusieurs passages de son œuvre font pourtant explicitement référence à l’interprétation des signes du corps – c’est par l’un d’eux que commence d’ailleurs cet article –, et l’un de ses ouvrages, De la gymnastique, sans doute rédigé vers 220 apr. J.-C., peut être considéré comme un véritable traité de physiognomonie :

  • 16 Philostrate, De la gymnastique, 25, trad. Ch. Daremberg.

« (Le gymnaste) doit posséder l’art de distinguer le caractère moral d’après les yeux : cet art apprend à discerner les hommes paresseux de ceux qui résistent aux fatigues ; les hommes dissimulés, ou peu endurants, ou faibles ; car les yeux noirs indiquent tels traits de caractère ; les yeux bruns, gris ou sanguinolents en indiquent d’autres ; les yeux fauves, les yeux pointillés, les yeux proéminents ou enfoncés donnent encore d’autres signes ; la nature, en effet, indique les saisons par les astres, et le caractère par les yeux16. »

11La suite du texte montre que le gymnaste doit en fait examiner la totalité du corps – et non pas seulement le visage – du jeune garçon qui souhaite devenir un athlète, ses chevilles, sa poitrine… mais aussi ses humeurs, son sang, dont il doit vérifier la pureté, associant ainsi à la pratique physiognomonique celle du médecin.

  • 17 Cf. Dion Chrysostome, Discours, 33, 51 : « Le caractère et les dispositions sont mis à jour par de (...)

12Cette présentation rapide permet ainsi de mettre en valeur le grand nombre de sources à notre disposition, ainsi que leur diversité. La démarche physiognomonique, plus ou moins théorisée selon les cas, plus ou moins problématisée par les auteurs des traités eux-mêmes, nous confronte non pas à un discours unique, mais à une pluralité de discours sur le corps, plus ou moins dépendants les uns des autres, plus ou moins en concurrence les uns avec les autres. Lors de l’examen des corps, les caractéristiques retenues comme pertinentes sont tout autant variables que les interprétations proposées : il peut s’agir de traits physiques constants (par exemple la forme du visage, du nez, des oreilles), des aspects de l’apparence qui peuvent être modifiés, varier avec le temps, tels que la coiffure, la barbe, ou bien encore des habitudes comportementales, des gestes, des expressions, des postures, des attitudes17.

13Il s’agit de déchiffrer les corps en prenant en compte la totalité des signes visibles, de sorte qu’en fin de compte, ce ne sont pas tant des traits particuliers qui deviennent signifiants que l’apparence d’un individu dans son ensemble. Prenons l’exemple d’une anecdote rapportée par Polémon de Laodicée :

  • 18 Polémon de Laodicée, Traité de physiognomonie, chap. 68. Trad. fr. par Sauvaget J. dans Robert L., (...)

« Sache que je fus en Pamphylie, dans une ville appelée Pergè où se trouvait, en dehors de la ville, un temple appelé le Temple d’Artémis, merveilleux de grandeur, de beauté et de construction : les gens y venaient en pélerinage depuis les régions les plus reculées du pays. Le costume des femmes de cette terre est tel qu’elles s’habillent de blanc, de pourpre et autres vêtements semblables et que chacune d’elles s’enveloppe d’une grande mailhafa qui la recouvre tout entière, ne laissant voir que ses yeux et son nez. Je vis là, entre les autres, une femme qui entrait dans ce temple, et sur laquelle était le signe qu’un grand malheur allait la frapper bientôt. Ceux de mes voisins que j’en informai s’étonnèrent fort : comment avais-je pu reconnaître cela à la seule vue de ses yeux et du bout de son nez, au point de leur dire qu’un malheur épouvantable allait bientôt frapper cette femme ? Le signe était que ses narines et son nez s’étaient obscurcis et étaient agités de mouvements, ses yeux ouverts au delà de toute proportion et devenus verts, sa tête remuait fortement, et ses pieds, dans sa marche, se posaient comme si elle ne les déplaçait qu’avec douleur. On n’a jamais vu ces signes sur quelqu’un qui ne soit pas fou, sans être sûr qu’un malheur allait lui arriver. Comme je la regardais, voici qu’une autre femme courut à elle en toute hâte en criant, et l’informa que sa fille, qui était l’être qu’elle chérissait le plus et qui était son seul enfant, était tombée dans le puits de la maison et s’était noyée. En l’entendant, la femme rejeta loin d’elle les voiles qui lui couvraient le visage et ses bijoux, se déchira le sein, puis se dépouilla de ses vêtements jusqu’à être nue, tout en poussant des cris et partit droit devant elle en criant : “Hélas ! ma fille !” Même la chemise égyptienne, ou de travail grec, qu’elle avait sous ses vêtements, était tombée : des gens accoururent et lui donnèrent des vêtements de ce temple, dont ils la couvrirent18. »

  • 19 Voir l’article de Dasen V., infra.

14Riche en indications sur la vie quotidienne, ce récit montre qu’un vêtement qui recouvre la presque totalité du corps n’empêche pas le physiognomoniste de pratiquer son art et, en l’occurrence, de prévoir l’avenir ; il est en effet capable de saisir grâce à plusieurs signes l’agitation de cette femme, comme si le corps pouvait exprimer une souffrance avant même que l’âme n’ait pris connaissance des événements malheureux qui se sont produits. Comme souvent, c’est l’absence de maîtrise, de contrôle de soi, qui est au cœur de l’interprétation proposée, mais alors que de nombreux passages physiognomoniques pourraient plus pertinemment être rapprochés de la médecine, comme nous l’avons vu, ou de la morale, nous sommes ici confrontés à une démarche relevant de la mantique et, plus précisément, de la palmomancie, l’interprétation divinatoire des mouvements du corps19. Cette lecture divinatoire des signes du corps n’est d’ailleurs pas isolée et se retrouve dans plusieurs spécialités mentionnées par les auteurs antiques, notamment la metôposkopia (l’examen des traits du visage) ou bien encore la cheiroskopia, la lecture des lignes de la main.

15Le premier texte retenu par R. Förster dans son Sylloge locorum physiognomonicorum, opposant le comportement du brave à celui du lâche, appartient également à cette catégorie de textes physiognomoniques qui ne s’intéressent pas tant aux particularités physiques qu’aux émotions du corps, à ses mouvements et à ses réactions :

  • 20 Iliade, chant XIII, 274-286, éd. CUF, trad. Mazon L.

« Et Idoménée, le chef des Crétois, à son tour le regarde et dit :
« Je connais ta valeur : pourquoi parler ainsi ? Imaginons qu’aujourd’hui, près des nefs, on nous rassemble, nous tous, les preux, pour aller à un aguet – c’est là surtout que se fait voir le courage des guerriers ; c’est là que se révèlent et le lâche et le brave. Le lâche, son teint prend toutes les couleurs ; son cœur au fond de lui ne le laisse pas demeurer en place, immobile ; il faut qu’il change de posture, qu’il se tienne accroupi, un moment sur un pied, un moment sur l’autre ; et son cœur palpite à grands coups dans sa poitrine, quand il songe aux déesses du trépas ; on entend claquer ses dents. Le brave, au contraire, on ne le voit pas changer de couleur, ni se troubler bien fort, dès qu’il a pris son poste dans un aguet de guerre. Il n’a plus qu’un vœu : être engagé au plus vite dans la sinistre mêlée20. »

  • 21 Le jugement porté par le physiognomoniste renvoie, pour reprendre les termes de Winkler J. J. (Dés (...)
  • 22 Voir notamment la documentation papyrologique provenant de l’Égypte ptolémaïque et romaine, où les (...)
  • 23 Voir, sur ce dernier point, l’article récent de Ruzé F. consacré aux laconophiles athéniens (« “La (...)

16La physiognomonie, par définition, repose sur l’affirmation d’un rapport entre le corps et l’âme, sur la possibilité accordée au corps d’exprimer des qualités psychologiques et morales. De fait, comme le montre ce passage de l’Iliade, au fil des textes, au fil des interprétations proposées, certains comportements sont donc valorisés, d’autres au contraire sont stigmatisés, certaines apparences sont respectables, bénéfiques, d’autres sont honteuses, inquiétantes, et ces jugements, ces catégorisations21, renvoient bien sûr à des normes sociales intériorisées, incorporées, dont le respect permet d’établir des hiérarchies. Les textes physiognomoniques témoignent ainsi, bien sûr, de l’importance du regard porté sur les corps dans le monde antique : si, dans des sociétés où les homonymies sont fréquentes, les descriptions physiques jouent un rôle essentiel dans l’identification des individus22, de manière plus générale la représentation que chacun donne de lui-même est censée définir son identité sociale, ses appartenances communautaires, ses positionnements politiques23. Plusieurs études ont eu l’occasion de démontrer que, dans les sociétés antiques, un contrôle social constant passe par l’examen des corps, des attitudes, des apparences ; citons ici Paul Zanker, à propos d’Athènes :

  • 24 Zanker P., The Mask of Socrates. The Image of the Intellectual in Antiquity, Berkeley, University (...)

« In Classical Athens, the appearance and behavior in public of all citizens was governed by strict rules. These applied to how one should correctly walk, stand or sit, as well as the proper drapping of one’s garnment, position and movements of arms and heads, styles of hair and beard, eye movements, and the volume and modulation of the voice : in short, every element of an individual’s behavior and presentation, in accordance with his sex, age, and place in society. It is difficult to us to imagine this degree of regimentation. […] The meaning of this is clear : the physical appearance of the citizenry should reflect the order of society and the moral perfection of the individual in accord with the traditions of kalokagathia24. »

  • 25 Dans cette perspective, les vêtements, d’évidence peu présents dans les analyses physiognomoniques (...)

17Il est donc possible pour l’historien de développer une sémiologie des discours antiques sur le corps pour analyser précisément quelles sont les apparences que chacun veut donner de lui-même lors des interactions sociales, en quoi les gestes, les attitudes sont révélateurs des identités et des hiérarchies sociales, des codes sociaux et des modes de sensibilité, et nul doute que la physiognomonie antique nous offre de ce point de vue une ample documentation insuffisamment exploitée jusqu’à présent25.

  • 26 Laurand V., « Les hésitations méthodologiques du Pseudo-Aristote et de l’Anonyme latin », La physi (...)

18Mais cette perspective sociale et culturelle ne peut s’affranchir d’une prise en compte approfondie de la dimension philosophique de ces traités. Dans deux articles récents, Valéry Laurand s’est précisément intéressé aux méthodes mises en œuvre par les physiognomonistes et aux hésitations dont ils font preuve lorsqu’il s’agit de dresser un catalogue de signes et de significations, d’étudier ce qu’il en est de leur harmonie, de leurs contradictions, et donc de leur hiérarchisation ; il ne s’agit pas simplement pour les auteurs de ces traités de démontrer leurs connaissances mais de questionner la possibilité d’un tel savoir, les conditions qui le rendent possible26.

19Décomposition d’un individu en traits significatifs, dont la combinaison permet de définir un type particulier ; importance accordée aux relations plus qu’aux termes eux-mêmes ; recherche de correspondances, d’analogies ; déductions qui prennent la forme de véritables syllogismes… La méthode physiognomonique, naviguant constamment entre l’unité d’un homme et du caractère recherché et la pluralité des signes à prendre en compte – c’est-à-dire la pluralité des signes associés à un caractère particulier, et la pluralité des signes lisibles sur chaque individu –, se veut bien évidemment la plus rigoureuse possible et permet dès lors d’interroger de manière originale les représentations antiques de la personne et de ses composantes.

20Il n’en reste pas moins que l’interprétation proposée pour chaque signe reste le plus souvent élémentaire, que les réflexions sont construites sur tout un ensemble de prémisses, implicites ou explicites, qui sont autant de lieux communs (le lion est courageux, le Celte est belliqueux…), et que nous y retrouvons sans peine les oppositions fondamentales, bien connues, de la culture gréco-romaine : le juste milieu opposé à l’excessif, l’harmonie à la dysharmonie et à l’irrégularité, la maîtrise et le contrôle de soi à la débauche, le masculin au féminin, avec la volonté de stigmatiser tout comportement qui relèverait de la mollesse, d’une transgression des valeurs et des comportements associés à la virilité. De ce point de vue, les textes physiognomoniques nous confrontent constamment à une tension entre représentations traditionnelles et savoir systématisé, développant sa propre logique et recherchant la plus grande cohérence.

  • 27 Trois autres méthodes peuvent être distinguées : la méthode zoologique associe hommes et animaux, (...)
  • 28 Voir par exemple Pseudo-Aristote, 805a24-28 ; Anonyme latin, 9.

21Afin d’entrer dans le détail des interprétations proposées, je réserverai mes analyses au seul monde grec et évoquerai l’une des méthodes utilisées par les physiognomonistes27, celle dite « ethnologique28 » ; citons-en tout d’abord quelques applications dans les Physiognômonika du Pseudo-Aristote :

  • 29 Pseudo-Aristote, 812a13-19 (trad. pers.).
  • 30 Pseudo-Aristote, 806b16-18 (trad. pers.)

« Ceux qui sont trop basanés sont lâches, cf. les Égyptiens, les Éthiopiens. Ceux qui sont trop pâles sont lâches, cf. les femmes. La couleur révélatrice du courage doit être intermédiaire entre celles-ci. Ceux d’un teint jaunâtre sont pleins d’ardeur, cf. les lions ; les rougeâtres sont d’une grande fourberie, cf. les renards ; ceux qui sont plutôt pâles et ont le teint brouillé sont lâches, cf. l’affection suscitée par la peur29. »
« Ceux qui vivent dans le nord ont les cheveux secs et sont courageux, ceux qui vivent dans le sud sont lâches et portent une chevelure soyeuse30. »

  • 31 Voir Sassi M. M., The Science of Man in Ancient Greece, Chicago, The University of Chicago Press, (...)
  • 32 Voir notamment Isaac B., The Invention of Racism in Classical Antiquity, Princeton, Princeton Univ (...)
  • 33 Voir par exemple Xénophon, Helléniques, III, 4, 19.

22La méthode ethnologique attribue aux différents peuples des caractères ainsi que des traits physiques (la couleur de la peau et la chevelure notamment) qui leur sont propres ; en conséquence, le Grec qui possède l’un de ces traits physiques possède également le caractère qui lui est associé. Dans l’inventaire des peuples pris en considération, le Nord est très simplement opposé au Sud : de manière générale, les peuples des contrées septentrionales (les Scythes, les Thraces…) sont valeureux et impulsifs, tandis que les peuples des contrées méridionales (les Égyptiens, les Éthiopiens…) sont lâches, perfides et caractérisés par une certaine mollesse. Le point de vue est hellénocentrique et androcentré : le juste milieu est incarné par le citoyen grec maître de lui-même31. Les traits qui sont retenus sont ceux qui s’éloignent le plus des réalités grecques, et nous retrouvons les stéréotypes habituels de la littérature grecque32 : c’est bien parce que les Éthiopiens et les Égyptiens sont traditionnellement perçus comme lâches, que la peau de couleur noire peut être considérée comme un signe de lâcheté ; mais, dans le même temps, les Barbares à la peau trop blanche sont eux aussi stigmatisés, car assimilés aux femmes33. Sont donc courageux ceux qui ne sont ni trop noirs ni trop pâles.

  • 34 Voir par exemple Pseudo-Aristote, Physiognômonika, 813b8 sqq. ; Anonyme latin, 2 et 12.

23Ces jugements péremptoires paraissaient d’autant plus fondés qu’ils pouvaient recevoir des explications naturelles. De même que les différences individuelles pouvaient être expliquées à partir de considérations physiologiques, accordant un rôle privilégié au sang ou au quatre humeurs34, la méthode ethnologique s’appuyait plus ou moins explicitement sur ce qu’il est convenu d’appeler la théorie des climats, la diversité des physiques et des caractères étant attribuée à l’influence exercée par le milieu naturel :

  • 35 Polybe, Histoire, IV, 21, trad. Roussel D.

« La nature nous contraint tous, nous autres humains, à ressembler au climat sous lequel nous vivons. Ainsi et non autrement s’explique le fait que selon la nation à laquelle nous appartenons et les distances qui les séparent d’entre elles, nous différons à tel point les uns des autres par la complexion, la constitution physique et la couleur de la peau, ainsi que par la plupart de nos occupations35. »

  • 36 Voir, dans le Sylloge de Förster R., les n° 10, 12-17, 31, 33-35, 55, 59-61, 65, 67-68, 113, 114, (...)
  • 37 Voir dernièrement Calame Cl., « Énoncer la nature humaine en construisant le monde habité : le rac (...)
  • 38 Airs, eaux, lieux, 12-16.

24À l’instar de ce passage de Polybe, de nombreux textes grecs développent cette théorie36, mais le plus élaboré est sans nul doute le traité hippocratique, Airs, eaux, lieux, daté de la seconde moitié du ve siècle, et donc antérieur aux traités physiognomoniques conservés. Ce traité médical, pour le dire en quelques mots, invite le médecin itinérant à tenir compte de l’impact de l’environnement sur la santé des populations, leur physiologie, leurs traits physiques, mais aussi leurs caractères37. C’est parce que le climat est doux et tempéré en Asie, pour prendre cet exemple, et que toute violence y est absente, que les hommes y sont également peu contrastés physiquement et pacifiques. Point capital cependant, si les caractères peuvent être expliqués par les climats, ils le sont aussi par les régimes politiques38. La preuve en est que les Asiatiques non soumis à des rois (les Grecs des cités implantées en Asie mineure) sont les plus combatifs de tous. Dès le début du traité, l’auteur indique d’ailleurs que le médecin doit prendre en compte les caractéristiques du milieu naturel, mais aussi les habitudes alimentaires et sportives, pour soigner les malades.

  • 39 L’uniformité qui caractérise chaque peuple barbare pourrait se retrouver au sein de chaque État gr (...)
  • 40 Voir notamment Ayache L., « Macrocéphales : le retour du naturel ? », Le normal et le pathologique (...)

25La méthode ethnologique est peu employée par le Pseudo-Aristote ; il est vrai qu’elle pose problème, car appliquée aux Barbares eux-mêmes, elle est purement tautologique, tandis qu’appliquée aux Grecs, elle est pour le moins paradoxale puisqu’elle implique qu’un Grec puisse ressembler en tout à un Barbare. Bref, chaque peuple barbare se caractériserait par des traits physiques et psychologiques spécifiques, uniformes, tandis que les Grecs seraient au contraire caractérisés par la diversité des traits et des caractères, et pourraient être considérés comme une sorte de synthèse, de mélange des autres peuples39. Le regard porté sur les Barbares dans les Physiognômonika du Pseudo-Aristote ne repose donc pas sur des oppositions radicales, mais sur une valorisation quelque peu ambiguë de la position médiane aux dépens des extrêmes. Cette vision de l’altérité est d’autant plus riche d’enseignements que la succession des générations et l’unité des peuples s’inscrivent dans des permanences tout à la fois données et construites, faites d’hérédités et d’habitudes, des caractères acquis pouvant d’ailleurs devenir héréditaires40. Au-delà de ce que nous enseigne la seule méthode ethnologique, c’est donc bien le rapport entre nature et culture que ces sources nous permettent d’interroger, et à travers celui-ci la question des déterminations individuelles et collectives, telles qu’elles sont envisagées par les cultures grecque et romaine.

  • 41 Voir la bibliographie proposée infra.

26Concluons ces remarques en soulignant le fait que cette présentation générale des sources physiognomoniques ne prétend pas être autre chose qu’un survol rapide, et que les études publiées au cours des dernières années, par leur nombre comme par la diversité des thèmes traités, témoignent de la richesse de ces textes et des opportunités qu’ils nous offrent pour développer une approche originale du monde antique41. Puisqu’il est clair que se développe aujourd’hui une histoire des systèmes symboliques, qui se propose d’étudier les codes sociaux, les signes d’identité, les modes de sensibilité, de manière générale les systèmes de valeurs et de représentations, nul doute que les sources physiognomoniques ont beaucoup à apporter en ce domaine.

Notes

1 Philostrate, Apollonius de Tyane. Sa vie, ses voyages, ses prodiges, trad. par Chassang A., Paris, Sand, 1995, p. 76.

2 La physiognomonie est généralement présentée comme relevant du domaine des tekhnai ; sur ce terme, voir dernièrement Vitrac B., « De l’infinie variété et de l’innombrable multitude des tekhnai et des artes », Mètis, n.s., 5, 2007, p. 11-26.

3 Il existe plusieurs présentations générales, en français, de la physiognomonie antique, auxquelles le lecteur peut également se reporter, notamment Dagron G., « Image de bête ou image de dieu. La physiognomonie animale dans la tradition grecque et ses avatars byzantins », Poikilia. Études offertes à Jean-Pierre Vernant, Paris, EHESS, 1987, p. 69-80. Marganne M.-H., « De la physiognomonie dans l’Antiquité gréco-romaine », Rhétoriques du corps, Dubois Ph. et Winkin Y. (dir.), Bruxelles, De Boeck-Wesmael, 1988, p. 13-24 ; Byl S., « La physiognomonie dans l’Antiquité grecque », Euphrosyne, n.s. 31, 2003, p. 227-236 ; et récemment Zucker A., « La physiognomonie antique et le langage animal du corps », Actes du XXXVIIIe Congrès international de l’Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur (Nice, 27, 28,29 mai 2005), Zucker A. et Olivi M.-C. (dir.), Nice, université Nice-Sophia Antipolis, 2006, p. 63-87.

4 Voir notamment Ginzburg C., Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989.

5 Förster R., Scriptores physiognomonici graeci et latini, Lipsiae, Teubner, 1893, 2 vol. (rééd. 1994).

6 Ce traité, traduit en anglais, en italien et en allemand, n’a pas encore fait l’objet de traduction française. En regard du texte grec, Förster R. publie la traduction latine rédigée au xiiie siècle par Bartholomé de Messine.

7 Voir les n° 39 à 62 du Sylloge de Förster R., op. cit., t. II, p. 256-271.

8 Cf. Evans E., Physiognomics in the Ancient World, « Transactions of the American Philosophical Society », ns 59/5, Philadelphia, 1969.

9 Cf. Quet M.-H., « Le sophiste M. Antonius Polémon de Laodicée, éminente personnalité politique de l’Asie romaine du iie siècle », Les élites et leurs facettes. Les élites locales dans le monde hellénistique et romain, Cébeillac-Gervasoni M. et Lamoine L. (dir.), (collection de l’École française de Rome, 309), Rome, Clermont-Ferrand, 2003, p. 401-443.

10 Cf. Mesk J., « Die Beispiele in Polemons Physiognomik », WS, 50, 1933, p. 51-67.

11 Swain S. (dir.), Seeing the Face, Seeing the Soul. Polemon’s Physiognomy from Classical Antiquity to Medieval Islam, Oxford, Oxford University Press, 2007. Abdellatif Ghouirgate, de l’université de Nantes, prépare actuellement une traduction française du manuscrit arabe.

12 Le traité de Polémon était déjà aux centres des riches réflexions menées par Gleason M. W., Making Men. Sophists and Self-Representation in Ancient Rome, Princeton, Princeton University Press, 1994.

13 Cf. Dictionnaire des philosophes antiques, I, s.v. « Adamantios », Follet S., p. 51-53.

14 Le traité en sa possession était d’ailleurs manifestement plus important que celui qui nous a été transmis.

15 Cf. Misener G., « Loxus, Physician and Physiognomist », Classical Philology, 1906, 18-1, 1923, p. 1-22. Selon Boys-Stones G., cependant, Loxos devait appartenir à l’école péripatéticienne (« Physiognomony and ancient psychological theory », Swain S., op. cit., p. 59).

16 Philostrate, De la gymnastique, 25, trad. Ch. Daremberg.

17 Cf. Dion Chrysostome, Discours, 33, 51 : « Le caractère et les dispositions sont mis à jour par des signes d’intempérance tels que la voix, le regard, le maintien, et en particulier par ces détails qui semblent bien petits et insignifiants, comme une coupe de cheveux, une façon de se promener… » (trad. Bost-Pouderon C., « Dion de Pruse et la physiognomonie dans le Discours XXXIII », REA, 105, 2003, p. 161).

18 Polémon de Laodicée, Traité de physiognomonie, chap. 68. Trad. fr. par Sauvaget J. dans Robert L., Hellenica, V, Adrien-Maisonneuve, 1948, p. 66-67.

19 Voir l’article de Dasen V., infra.

20 Iliade, chant XIII, 274-286, éd. CUF, trad. Mazon L.

21 Le jugement porté par le physiognomoniste renvoie, pour reprendre les termes de Winkler J. J. (Désir et contraintes en Grèce ancienne, Paris, EPEL, 2005, p. 96-97), non pas tant à une catégorie d’actes qu’à une catégorie de personnes, l’humanité se décomposant en un certain nombre de caractères, de types moraux (le courageux, le lâche, l’impudent, le débauché, l’irascible…). Voir également Le Breton D., Des visages. Essai d’anthropologie, Paris, Métailié, 2003, p. 72 : « Un inventaire systématique des signes physiques renvoient méthodiquement à une somme de catégories morales préétablies. »

22 Voir notamment la documentation papyrologique provenant de l’Égypte ptolémaïque et romaine, où les signalements anatomiques pullulent et où nous retrouvons le vocabulaire varié et détaillé utilisé dans les traités physiognomoniques, cf. Hunt A. S. et Edgar E. C., Select Papyri, I, Private Documents, Loeb Classical Library, Cambridge (Mass.), London, Harvard University Press, 1932.

23 Voir, sur ce dernier point, l’article récent de Ruzé F. consacré aux laconophiles athéniens (« “Lacôniser” à Athènes : à propos des Guêpes d’Aristophane », Athènes et le politique. Dans le sillage de Claude Mossé, Schmitt Pantel P. et de Polignac Fr. (dir.), Paris, Albin Michel, 2007, p. 249-270.

24 Zanker P., The Mask of Socrates. The Image of the Intellectual in Antiquity, Berkeley, University of California Press, 1995, p. 48-49.

25 Dans cette perspective, les vêtements, d’évidence peu présents dans les analyses physiognomoniques, doivent également faire l’objet d’études approfondies, cf. Gherchanoc Fl., Huet V., « Pratiques politiques et culturelles du vêtement. Essai historiographique », Revue historique, 309, 1, 2007, p. 3-30, ainsi que les articles consacrés aux vêtements antiques publiés dans les numéros suivants de la Revue historique. Sur l’utilisation des sources physiognomoniques pour une étude des règles de civilité, je me permets de renvoyer à mon propre article, « De l’examen des corps à celui des vêtements, les règles de civilité en Grèce ancienne », à paraître dans la revue Mètis, n.s. 6, 2008.

26 Laurand V., « Les hésitations méthodologiques du Pseudo-Aristote et de l’Anonyme latin », La physiognomonie. Problèmes philosophiques d’une pseudo-science, Bouton C., Laurand V. et Raïd L. (dir.), Paris, Kimé, 2005, p. 17-44 ; Laurand V., « Du morcellement à la totalité du corps : lecture et interprétation des signes physiognomoniques chez le Pseudo-Aristote et chez les Stoïciens », Penser et représenter le corps, Prost F. et Wilgaux J. (dir.), Rennes, PUR, 2006, p. 191-207. Voir également Manetti G., Theories of the Sign in Classical Antiquity, Bloomington-Indianapolis, Indiana University Press, 1993.

27 Trois autres méthodes peuvent être distinguées : la méthode zoologique associe hommes et animaux, en ce sens que les hommes qui ressemblent à tel ou tel animal possèdent également le caractère de ce dernier. L’homme qui ressemble à un lion, par exemple, est courageux. La méthode anatomique, ou éthologique, prend pour point de départ la manifestation d’émotions, de vices ou de vertus, pour en déterminer les signes les plus apparents. Pour prendre un exemple, lorsqu’un homme est en colère, son teint est rougeaud, ses sourcils sont dressés et menaçants ; dès lors, celui qui manifestera constamment de tels signes sera considéré comme appartenant à la catégorie des irascibles. La « méthode philosophique », comme son nom l’indique, est réservée au philosophe accompli et demande une connaissance précise et maîtrisée des caractères et de leurs associations : la jalousie par exemple, en l’absence de tout signe révélateur, peut néanmoins être déduite de la reconnaissance d’autres traits de caractère qui lui sont nécessairement liés, par exemple le fait d’être prompt à la colère et d’avoir un esprit étroit et chagrin (sur cette dernière méthode, voir notamment Pseudo-Aristote, Physiognômonika, 807a3-11).

28 Voir par exemple Pseudo-Aristote, 805a24-28 ; Anonyme latin, 9.

29 Pseudo-Aristote, 812a13-19 (trad. pers.).

30 Pseudo-Aristote, 806b16-18 (trad. pers.)

31 Voir Sassi M. M., The Science of Man in Ancient Greece, Chicago, The University of Chicago Press, 2001.

32 Voir notamment Isaac B., The Invention of Racism in Classical Antiquity, Princeton, Princeton University Press, 2004.

33 Voir par exemple Xénophon, Helléniques, III, 4, 19.

34 Voir par exemple Pseudo-Aristote, Physiognômonika, 813b8 sqq. ; Anonyme latin, 2 et 12.

35 Polybe, Histoire, IV, 21, trad. Roussel D.

36 Voir, dans le Sylloge de Förster R., les n° 10, 12-17, 31, 33-35, 55, 59-61, 65, 67-68, 113, 114, 121, 139, 142-143, 145.

37 Voir dernièrement Calame Cl., « Énoncer la nature humaine en construisant le monde habité : le racisme bien tempéré d’Hippocrate », Masques d’autorité. Fiction et pragmatique dans la poétique grecque antique, Paris, Les Belles Lettres, 2005, p. 237-273.

38 Airs, eaux, lieux, 12-16.

39 L’uniformité qui caractérise chaque peuple barbare pourrait se retrouver au sein de chaque État grec – cités, ethnè ou royaumes –, cf. Pseudo-Aristote, Physiognômonika, 808a ; Platon, République, IV, 11, 435e.

40 Voir notamment Ayache L., « Macrocéphales : le retour du naturel ? », Le normal et le pathologique dans la Collection hippocratique. Actes du Xe colloque international hippocratique (Nice, 6-8 octobre 1999), Thivel A. et Zucker A. (dir.), Nice, Publications de la Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines de Nice-Sophia Antipolis, 2002, II, p. 433-444 ; Pigeaud J., « Remarques sur l’inné et l’acquis dans le Corpus hippocratique », Poétiques du corps. Aux origines de la médecine, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 131-148.

41 Voir la bibliographie proposée infra.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540