Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Artus de Bretagne : xvie-xixe siècles

Perspectives

Christine Ferlampin-Acher

Résumé

Le choix du manuscrit BnF fr. 761 comme manuscrit de base pour une édition d’Artus de Bretagne : éléments de réflexion sur l’existence d’une version V.I et sur le nom de l’épée d’Artus L’intérêt du manuscrit BnF fr. 761 d’Artus de Bretagne a été montré par S. Spilsbury. C’est lui que C. Ferlampin-Acher a choisi pour son édition, à paraître chez Champion. Cependant l’examen de la tradition manuscrite, si elle confirme la valeur de ce témoin, invite aussi à le relativiser. L’examen des fins données par les différents manuscrits permet en effet d’émettre l’hypothèse d’une version V. I, qui se terminerait avant le siège de la Blanche (Clere) Tour et met en évidence l’intérêt du manuscrit de Bruxelles, ce que confirme l’examen de l’erreur, commune à plusieurs manuscrits, sur le nom de l’épée, Clarence, parfois appelée aussi Trenchefer.

Texte intégral

  • 1 Voir C. Ferlampin-Acher (dir.), Perceforest, un roman arthurien et sa réception, Rennes, Presses U (...)

1La réception d’Artus est représentative du sort qu’ont connu les romans arthuriens tardifs (même s’il n’est pas complètement arthurien, même s’il n’est pas si tardif que cela). Sa réception passe par des éditions, de la fin du XVe au XVIe siècle, avec une parution tardive, qui n’a pas vraiment trouvé son public chez Nicolas Oudot en 1628 ; elle passe aussi par une traduction à la Renaissance (en anglais) et par un résumé dans la Bibliothèque universelle des romans de Tressan : on retrouve certaines de ses étapes dans le cas de Perceforest ou Isaïe le Triste1. Cependant quelques particularités me semblent devoir être mises en lumière à l’issue de ces travaux : la durée et la complexité de la réception médiévale, la vivacité de la production imprimée de 1493 à 1628, la reprise par Delvau, et l’intérêt tardif de la recherche actuelle.

  • 2 Voir, pour quelques pistes, mon art. cité : « Le noir et la merveille dans les miniatures d’Artus (...)

2Artus est le seul des romans arthuriens tardifs à donner lieu à autant de versions qui présentent des suites, inachevées ou non. Cette ouverture est le signe du dynamisme de sa réception médiévale, mais celle-ci s’épuise au XVe siècle, lorsque le récit est débordé, au-delà de la biographie du héros principal, par une matière qui tend à s’effilocher, faute d’un enjeu ultime annoncé dès le début. La diversité des fins, le jeu des réécritures, font que chaque témoin de la tradition manuscrite est intéressant en soi et mériterait une étude approfondie. Si le manuscrit A, qui est la plus ancienne copie en bon état de la version se terminant par le tournoi escamoté, est confirmé comme manuscrit de base satisfaisant pour une édition, il n’en demeure pas moins que les études réunies dans ce volume ont aussi souligné l’intérêt d’autres copies : B, qui était prévu pour être un codex luxueusement orné mais dont les miniatures n’ont pas été réalisées, témoigne peut-être d’une version V.I ; C et Ny ont des programmes iconographiques qui méritent des études particulières2. Le manuscrit de Turin, certes fortement endommagé, laisse deviner des grisailles, dont l’esthétique semble tout à fait différente de celle qui est mise en œuvre par les autres témoins ornés de miniatures colorées. P1, le plus tardif des manuscrits, contemporain des imprimés, copié par une femme, peut-être dans le cadre privé, soulève des questions quant aux pratiques de copie tardives.

  • 3 Faute peut-être d’un enracinement géographique et légendaire : Artus fait tout ce qu’il peut dans (...)

3L’identification des éditions du XVIe siècle est une tâche ardue : en ce qui concerne Artus, S. Cappello met désormais à la disposition des chercheurs un bilan solide. Il suggère aussi quelques pistes de vérification, mais l’état des lieux est désormais établi, qui permet, conjointement à l’étude des bois gravés, de dessiner des échanges, des transmissions. Si les datations restent encore incertaines pour certaines éditions, la chronologie relative est en partie assurée. S. Cappello et M.-D. Leclerc ont émis des hypothèses concernant des éditions perdues, qui peut-être seront identifiées un jour. L’étude des bois et celle de la chapitration ont souligné l’intérêt de l’édition princeps, qui mériterait d’autres études particulières, tout comme la dernière édition, celle de Nicolas Oudot de 1628, qui suggère qu’Artus n’a pas su s’imposer à tous les publics. Même si la présentation des manuscrits et des éditions laisse penser que l’origine sociale et la culture des lecteurs se sont diversifiées, il semble qu’Artus ne soit jamais devenu une œuvre populaire. Son destin n’est pas celui des Quatre fils Aymon3.

4L’existence d’une traduction en anglais, si elle rappelle que le nom d’Arthur a pu servir la diffusion du texte, met surtout en évidence le rôle de Lord Berners et l’importance de Calais comme plate-forme où s’opèrent des transferts culturels et linguistiques de part et d’autre de la Manche. Les traductions comme celles d’Artus ou des Chroniques de Froissart par Berners invitent aussi à réfléchir sur leur rôle dans le développement d’une langue littéraire vernaculaire outre Manche et à souligner l’influence que le « second Lord » a pu exercer non seulement sur l’historiographie anglaise mais aussi sur les représentations féeriques et imaginaires.

  • 4 Dans son compte-rendu d’Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de Paris, Nicolas Bonfons, 1584(...)

5Les reprises par Tressan et Delvau mettent en évidence des projets voisins mais différents, et un public dont les contours, cernés par les pratiques éditoriales et la réécriture des textes, restent encore incertains. La présence d’Artus à faible coût dans les salles de vente au XVIIIe siècle, les quelques mentions qui circulent, souvent pour condamner les romans, laissent penser que la réception de ce texte, souterraine, est peut-être plus importante que ce qu’on peut imaginer devant ces témoignages ténus : Artus, dévalorisé, démonétisé, semble avoir néanmoins été lu, ou du moins connu, ne serait-ce que par son nom, souvent confondu avec celui du roi. Les éditions du XVIe siècle lui ont peut-être assuré une survie silencieuse, honteuse, même si les témoins manquent quant à ces lectures supposées, qu’on imagine clandestines, de produits culturels dévalorisés. La question est de savoir si les possesseurs de romans les lisaient… Comme le rappelle M. Bideaux au sujet de la marquise de Pompadour, qui possédait une édition d’Artus aujourd’hui conservée à l’Arsenal : « L’a-t-elle jamais lu ? Elle y aurait trouvé, parmi bien des merveilles, la figure de la jeune Jeannette qui triomphe un temps à la cour en favorite, en amie reconnue, honorée et richement pourvue4. » En ce qui concerne l’évolution du genre romanesque, Artus a joué un rôle notable dans l’émergence de la féerie. Même si cette dimension fabuleuse gêne Lord Berners, même si Tressan en dénonce « la machine si grossière », la féerie d’Artus, portée par une créature au nom de déesse antique, a pu séduire à la Renaissance, par sa tentative d’amalgamer traditions folkloriques et savoir mythologique. On peut penser qu’Artus n’aurait pas connu le même succès si Proserpine avait porté un autre nom.

6Enfin, la dimension idéologique, que V. Sigu retrouve dans la version de la Bibliothèque universelle des romans, ne doit pas être sous-estimée, le récit étant suffisamment plastique (ce qui n’est pas le cas des récits du Graal) pour recevoir une coloration discrète mais originale à chaque étape de sa réception. L’hypothèse de V. Sigu concernant la dénonciation du train de la vie de la reine à travers la mention de la ruine de la famille de Jeannette rappelle que, dès Chrétien de Troyes et la mention qu’il fait du sort du père de Perceval, la vie chevaleresque, dispendieuse, a été l’objet de réserves. De toute évidence la féerie et la fiction sont loin de neutraliser les lectures idéologiques : peut-être même les ont-elles libérées. Dès les premières versions, la géographie partiellement réaliste et la mention de titres (comme celui du roi de Majorque) suggèrent au lecteur d’établir des ponts entre la fiction et le réel. Entre la première version manuscrite et les suites, la Bretagne est devenue française : rien de surprenant à ce que le roman se fasse plus favorable à la France. La matière arthurienne n’est pas neutre à la fin du Moyen Âge : entre la première version, qui maintient la balance égale entre France et Angleterre, avant la guerre de Cent Ans, et les versions suivantes, produites pendant le conflit ou à sa fin, la dimension pro-française s’est accentuée, mais pour Lord Berners, la coloration anglaise, inévitable pour un héros nommé Arthur, joue pleinement. Sans oublier que même dans ce roman discret sur le plan religieux, qui met à l’écart le Graal et propose un récit de chevalerie qu’on serait tenté de qualifier de laïque, la réception témoigne de susceptibilités ou de prudences, et le diable vient se nicher, comme souvent, dans les détails… Prenons un exemple.

  • 5 D. Carraz, L’Ordre du Temple dans la Basse Vallée du Rhône, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, (...)
  • 6 « Artus de Bretagne : un succès de librairie au XVIe siècle », art. cité.

7À Argençon, le texte médiéval envoie ses héros dormir au Temple, c’est-à-dire dans une demeure appartenant aux Chevaliers du Temple (§ 461,245 « prendre le temple », § 466,16 « au temple »). Ce détail est mentionné dans la partie de la version courte qui termine A (manuscrit daté des années 1325-1340). Dans le début du texte, même s’il est souvent question d’Argençon/Argences (le nom prend les deux formes), jamais on ne parle d’un « temple » ; seule la première suite (si l’on accepte l’hypothèse de l’existence de V.I), aux § 461 et 466, évoque ce « temple ». Si V.I est selon moi composée autour de 1299 (et de toute façon avant 1312), la première suite est antérieure aux années 1325-1340, pendant lesquelles A est copié : elle serait donc contemporaine de la dissolution de l’Ordre des Templiers et une telle mention n’est certainement pas neutre. Que signifie-t-elle ? Faut-il y voir une allusion à la commanderie d’Argence, près d’Arles5 ? Étant donné l’itinéraire d’Artus, qui arrive dans cette cité après le tournoi de Vienne près de Lyon, ce n’est pas impossible. L’absence de mention lors des premiers épisodes et la double mention de l’hôtel pris au Temple à la fin du texte donné par A invitent à proposer une hypothèse : V.I a été composée avant que ne commencent les difficultés de l’Ordre, la suite ajoutée par V.II (en particulier dans A), étant postérieure et introduisant ce détail, en apparence anodin, mais qui n’est peut-être pas neutre dans ce nouveau contexte. Après tout, les déboires à la Tour Ténébreuse de l’abbé avec le seigneur local invitaient déjà dans V.I à réfléchir sur les rapports conflictuels entre les pouvoirs. La première mention du « temple » est reprise dans l’édition de 1493, non plus pour désigner un espace où l’on loge, mais un lieu de culte (« si fist Artus prendre le temple pour espouser et Gouvernau a Saint Germain l’abbaye », ce qui correspond au § 461,245 de A), la deuxième mention disparaissant (« Lors s’arma le roy Alixandre et manda aux contes qu’ilz venissent »), la dimension guerrière étant alors trop nette pour être compatible avec le temple comme lieu de culte. Dans l’édition de 1584, le temple est clairement un lieu de culte dans le premier cas (« Artus fist parer le temple pour espouser Gouvernau à Sainct Germain l’abbaye » f. 149), le deuxième passage étant identique à l’édition princeps. Faut-il voir dans ce détail un argument en faveur de l’hypothèse naguère proposée par Nicole Cazauran, constatant que dans l’édition de 1584 « les messes se font rares et […] les cloches se taisent6 » ? Elle posait en effet la question : « Faut-il supposer un réformé à l’œuvre ou tout bonnement, en des temps troublés, le souci de mettre quelque distance entre les pratiques catholiques et le charmes des fictions ? » Pour ce qui est des emplois de « temple », la date de l’édition princeps, 1493, invite à la prudence, mais la question se pose des lecteurs qui, plus tard, tout au long du XVIe siècle, au plus fort des guerres de religion, ont lu le texte, sans oublier que les premiers imprimeurs, lyonnais pour les deux incunables, ont pu être attirés par ce texte, qui accordait – ce qui n’est pas fréquent dans les romans arthuriens – une importance notable à Lyon, à l’occasion du tournoi de Vienne. Le temple et Lyon n’évoquent pas la même chose pour le lettré breton du début du XIVe siècle, l’éditeur lyonnais de la fin du XVe et le lecteur contemporain des guerres de religion.

8Se dessinent alors parfois d’étonnantes convergences dans la réception.

9Ainsi pourquoi Christine de Pizan dit-elle, dans Le Debat de deux amans rédigé vers 1400, comme le mentionne A. Hoernel, qu’Artus a chevauché en Allemagne ?

  • 7 Christine de Pisan, Le Debat de. II. Amans, ms. BnF fr. 1740, XVe siècle, f° 25 r °.

Aussi Artus, qui fu duc de Bretaigne,
Pour Flourance, qui puis fu sa compaigne,
Il chevaucha et France et Allemagne
Et maintes terres,
En mains beaulx fais et en maintes grans guerres,
Tout pour Amours, qui le mettoit es erres
D’avoir honneur ; pour ce emprenoit ses erres7.

  • 8 F. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 153.
  • 9 E. Hicks et T. Moreau, « L’Epistre à la Reine de Christine de Pizan (1405) », Clio. Histoire ‚ fem (...)

10Pour la rime ? Peut-être. Dans le texte médiéval, l’Empire Germanique est géographiquement absent ; si le Danemark, où se rend Artus, fait partie des terres de la mère de Florence, à la frontière avec l’Empire, ce dernier n’est guère à l’honneur et Artus n’est jamais montré le traversant. La toponymie est française, méridionale… mais en aucun cas germanique, si ce n’est Luques d’Autriche, triste mère de Péronne la dévergondée, qui porte un nom surprenant. Il n’est pas exclu que cette dame, qui achète la virginité de Jeannette, soit nommée d’après la cité italienne de Lucques, réputée pour ses banquiers, guelfe avant sa prise par les Pisans (gibelins) en 1314. Une Luques d’Autriche serait doublement liée à l’Empire, et dans un roman favorable à la France, elle serait logiquement dévalorisée. Artus ne traverse donc pas l’Allemagne. Cependant à l’époque où Christine de Pizan a pu avoir l’occasion de lire le texte, l’histoire de Péronne est susceptible d’évoquer, contemporaine, celle d’Isabeau de Bavière et son mariage en 1385 (donc postérieurement à la date du premier témoin A), avec Charles VI : son père, le duc de Bavière, a en effet refusé pour sa fille l’examen des matrones en usage en France, évitant l’humiliation d’un examen prénuptial à sa fille et le risque d’un renvoi en Bavière si d’aventure on lui trouvait des défauts physiques8. Christine de Pizan a dédié une des ses œuvres à Isabeau en 14059, suggérant que dans la querelle du Roman de la Rose, la reine et la poétesse sont du même parti. Pour Christine, l’histoire d’Artus est liée à l’Allemagne : dans le roman médiéval, ce n’est pas vraiment le cas, mais dans la lecture qu’en fait la poétesse, c’est peut-être plus l’histoire de Péronne d’Autriche qui retient l’attention (et nous retrouvons la double lecture possible pour ce roman construit en deux parties). Décrivant Artus comme un roman d’amour, attirant l’attention sur l’histoire de Péronne (pas celle de Jeannette, pas celle de Florence), sans jugement négatif, Christine, peut-être, trouve l’occasion, par cette rime en apparence anodine, de prendre le parti de la reine. En cela elle rejoint Florence, qui, dans le texte médiéval, prend la défense de Péronne, amoureuse et jeune, et justifie sa liberté de mœurs (§ 17,35ss). Ainsi Péronne la dévergondée, de Florence à Christine, peut elle être défendue, et ce n’est pas sans raison que Tressan lui inventera beaucoup plus tard une belle histoire d’amour avec Aymar. Paradoxalement, ce même Tressan, comme l’a montré V. Sigu, profitera aussi de son résumé d’Artus pour dénoncer Marie-Antoinette, rapprochée d’Isabeau et vitupérée. De Christine de Pizan à Tressan, c’est toujours d’Isabeau qu’il est question, mais le point de vue a bien changé !

  • 10 Art. cité note 4.

11Comme le concluait M. Bideau dans son compte-rendu du fac-similé de l’édition de 158410, « Il faut lire Artus ». Artus, qui vaut peut-être même la peine d’être lu et relu de près.

Notes

1 Voir C. Ferlampin-Acher (dir.), Perceforest, un roman arthurien et sa réception, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

2 Voir, pour quelques pistes, mon art. cité : « Le noir et la merveille dans les miniatures d’Artus de Bretagne (manuscrits BnF fr. 761, Carpentras BM 104, New York Public Library Spencer 34 et Turin Biblioteca Nazionale Universitaria L. III. 31) ».

3 Faute peut-être d’un enracinement géographique et légendaire : Artus fait tout ce qu’il peut dans sa première partie pour ne pas être « breton » ; il invente une pseudo-mythologie solaire, portée par Proserpine et l’étymologie du « souci », peut-être trop savante, subtile, pour s’implanter dans le légendaire. Son cas est donc tout à fait différent de celui des Quatre fils Aymon : voir sur ce texte D. Quéruel (dir.), Entre épopée et légende : Les quatre fils Aymon ou Renaut de Montauban, Langres, Dominique Guéniot éditeur, coll. « Hommes et textes en Champagne », 2 vol., 2000.

4 Dans son compte-rendu d’Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de Paris, Nicolas Bonfons, 1584, Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, no 47, 1998, p. 129-131.

5 D. Carraz, L’Ordre du Temple dans la Basse Vallée du Rhône, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2005.

6 « Artus de Bretagne : un succès de librairie au XVIe siècle », art. cité.

7 Christine de Pisan, Le Debat de. II. Amans, ms. BnF fr. 1740, XVe siècle, f° 25 r °.

8 F. Autrand, Charles VI, Paris, Fayard, 1986, p. 153.

9 E. Hicks et T. Moreau, « L’Epistre à la Reine de Christine de Pizan (1405) », Clio. Histoire ‚ femmes et sociétés [en ligne], 5|1997, mis en ligne le 31 mai 2005, consulté le 18 novembre 2014. URL : http://clio.revues.org/417;DOI:10.4000/clio.417.

10 Art. cité note 4.

Auteur

Christine Ferlampin-Acher, agrégée de Lettres Modernes et ancienne élève de l’École normale supérieure de Paris, est professeur à l’université de Rennes et membre senior de l’Institut Universitaire de France. Ses travaux, à la fois des éditions de textes et des études littéraires, portent surtout sur le roman médiéval (Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose [XIIIe-XIVe siècles], Paris, Presses de l’Université Paris Sorbonne, 2002 ; Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Champion, 2003 ; Le roman de Tristan en prose, t. V, Paris, Champion, 2007 ; Guillaume d’Angleterre, Paris, Champion, Champion Classiques, 2007 ; Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2010 ; Guillaume de Palerne, Paris, Garnier Classiques, 2012). Elle est actuellement responsable du projet LATE (Littérature Arthurienne Tardive en Europe) et prépare l’édition d’Artus de Bretagne, à paraître chez Champion.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site