Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Artus de Bretagne : xvie-xixe siècles

L’Artus de Bretagne de Delvau

Philippe Ménard

Résumé

En 1859 a été imprimée dans la Nouvelle Bibliothèque bleue à l’instigation d’Alfred Delvau, une plaquette de 41 pages, intitulée Artus de Bretagne, qui donne une version considérablement abrégée du roman médiéval. À partir de l’examen des sources possibles à partir desquelles l’habile polygraphe a travaillé (Tressan, l’incunable de 1493 et l’édition de 1584), l’article étudie les innovations introduites par Delvau, souligne le ton idyllique et poétique de l’ouvrage, montre comment les personnages féminins sont retravaillés, et contribue à la réévaluation de cette version, qui permet à la vieille histoire de prendre un bain de jouvence.

Texte intégral

  • 1 Voir Ph. Ménard, « La réception des Quatre fils Aymon au milieu du XIXe siècle », D. Quéruel (dir. (...)
  • 2 Voir le solide travail d’A. Martin, La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789), Oxford, Vo (...)

1Revenons vers Delvau pour un nouvel examen1. En 1859 a été imprimée dans la Nouvelle Bibliothèque bleue, à l’instigation d’un habile polygraphe, Alfred Delvau, une petite plaquette de 41 pages intitulée Artus de Bretagne (illustration 1). À la fin de cet opuscule se trouve mentionnée la date de 1493. Est-il vrai que Delvau et son équipe d’écrivains se soient inspirés, comme ils le suggèrent, d’une version aussi ancienne, l’incunable de 1493 ? Ou bien, au contraire, auraient-ils pris pour modèle seulement le récit imprimé par le comte de Tressan en novembre 1776 dans la Bibliothèque universelle des romans (p. 27-60), puis repris en 1782 dans son Corps d’extraits de romans de chevalerie (t. I, p. 184-217), qui condense à l’extrême et remanie profondément le roman médiéval2 ? Une fois la source de Delvau et de ses collaborateurs précisée, il conviendra d’étudier à la fois le contenu du texte et sa facture. Tentons l’entreprise.

Ill. 1. Couverture de la plaquette de Delvau.

  • 3 Une étudiante coréenne, Hye-Young Tcho, a esquissé sous ma direction une telle étude dans une thès (...)

2Avant d’entrer dans le vif du sujet précisons que nous nous fondons sur un certain nombre de sondages. Une comparaison exhaustive du texte de Delvau avec le manuscrit original fr. 761 de la BnF, avec l’incunable de 1493, dont il reste plusieurs exemplaires, notamment un à Colmar, un autre en Autriche, à Vienne, avec la dernière édition du roman faite au XVIe siècle, celle de 1584, et puis avec le récit de Tressan n’était pas possible. Ce serait un gros sujet de thèse3.

  • 4 N. Cazauran et C Ferlampin-Acher, Artus de Bretagne, op. cit., p. IX, note 8.

3Pour le présent travail j’ai choisi de délaisser d’abord les personnages secondaires, puis les nombreux combats et les aventures extraordinaires qui occupent une place importante dans les versions anciennes et qui emplissent encore les deux tiers du texte de Delvau et d’étudier surtout les scènes d’amour et les sentiments des personnages féminins de première grandeur. Nicole Cazauran a justement signalé quelques-unes des innovations de Delvau dans une note de son introduction au fac-similé4. J’ai souhaité examiner les trois créatures féminines les plus importantes, Jeannette, Péronne et Florence, qui traversent l’existence d’Artus, héros placé par le destin entre plusieurs femmes.

L’œuvre de Delvau

4Delvau est un infatigable polygraphe, né en 1825, mort en 1867. C’est un touche-à-tout, qui a multiplié les publications, parfois piquantes ou érotiques, sur Paris et son histoire (illustration 2). Citons quelques titres : Un mari au XVIIe siècle, 1845 ; Grandeur et décadence des grisettes, 1848 ; Ledru-Rollin : sa vie politique, 1848 ; La Présidence s’il vous plaît ! par un républicain de la vieille, 1848 ; À bas le suffrage universel ! 1850 ; Histoire de la Révolution de Février, 1850 ; Au bord de la Bièvre. Impressions et souvenirs, 1854, nouvelle édition, 1873, précédée d’une bibliographie des ouvrages de l’auteur ; Les Chimères, 1859 ; Mémoires d’un vieux sou, 1859 ; Les dessous de Paris, 1860 ; Dictionnaire topographique, historique et étymologique des rues de Paris, dans Le Nouveau Paris, 1860 ; Histoire anecdotique des cafés et cabarets de Paris, avec dessins et eaux-fortes de Gustave Courbet et Léopold Flameng, 1862 ; Lettres de Junius, coups de plume sincères sur la littérature contemporaine, 1862 ; Les amours buissonnières, roman parisien, 1863 ; Les Cythères parisiennes, histoire anecdotique des bals de Paris, avec vingt-quatre eaux-fortes et un frontispice de Félicien Rops et d’Émile Thérond, 1864 ; Dictionnaire érotique moderne, avec frontispice de Félicien Rops, 1864 ; Gérard de Nerval, sa vie et ses œuvres, avec eau-forte de G. Staal, 1865 ; Mémoires d’une honnête fille, 1865 ; Le Théâtre érotique français sous le Bas-Empire, 1865 ; Françoise, chapitre inédit de L’histoire des quatre sergents de La Rochelle, avec eau-forte d’Émile Thérond, 1865 ; Histoire anecdotique des barrières de Paris, avec dix eaux-fortes d’Émile Thérond, 1865 ; Le Fumier d’Ennius, avec frontispice de Léopold Flameng, 1866 ; Dictionnaire de la langue verte. Argots parisiens comparés, 1866 ; Le grand et le petit trottoir, roman parisien, 1866 ; Aucassin et Nicolette, roman de chevalerie provençal-picard, avec traduction par Alfred Delvau, 1866 ; Les Heures parisiennes, avec vingt-cinq eaux-fortes d’Émile Bénassit, 1866 ; Henry Murger et la Bohème, 1866 ; Du Pont des Arts au Pont de Kehl (Reisebilder d’un Parisien), 1866 ; Les Lions du jour, Physionomies parisiennes, avec des eaux-fortes de Félicien Rops, 1867 ; Les Plaisirs de Paris, Guide pratique et illustré, 1867 ; Les Sonneurs de Sonnets, 1540-1866, étude, 1867 ; La porte du paradis. Ma première leçon de boxe. Je me tuerai demain. Feu André-André. L’Héritier du mandarin, etc., 1867 ; Collection des romans de chevalerie mis en prose française moderne, 2 vol., 1869 ; Les Cocottes de mon grand-père, 1884 ; Miss Fauvette, 1894 ; Fouterie de poète, 1903.

Ill. 2. Portrait d’Alfred Delvau.

  • 5 Dans I. Diu, E. Parinet et F. Vielliard (dir.), Mémoires de chevaliers, Édition, diffusion et réce (...)

5Laissons ici de côté toutes ces œuvres, sauf les Romans de chevalerie mis en prose, rassemblés en deux volumes en 1869, mais qui furent publiés sous forme de plaquettes séparées une dizaine d’années auparavant. Artus de Bretagne est sorti dans la Nouvelle Bibliothèque bleue en 1859. Eu égard à la variété des titres et à la rapidité de sortie de ces publications il est impossible que Delvau ait été le seul rédacteur de l’ensemble. Le titre originel indique, d’ailleurs, que Delvau était le directeur, et non le seul auteur. On lit, en effet : Bibliothèque bleue, romans de chevalerie des XIIe, XIIIe, XIVe, XVe et XVIe siècles, publiés sur les meilleurs textes par une société de gens de lettres sous la direction d’Alfred Delvau, Paris, éd. J. Bry Aîné, 1860. Ces divers rédacteurs resteront toujours anonymes. Comme je l’ai déjà signalé dans mon étude sur « L’écriture de Delvau5 », vingt-neuf fascicules ont été publiés en 1859 et en 1860, signe qu’il s’agit d’une importante entreprise collective. Aucun écrivain n’aurait pu publier tout seul autant d’adaptations en si peu de temps. Mais, faute de connaître l’identité des rédacteurs, par la force des choses nous sommes obligés de mettre l’ensemble sous le nom de Delvau.

L’Artus de Delvau, un texte abrégé

  • 6 Cote V 12068. Il provient de la Bibliothèque des Dominicains. Je remercie Christine Ferlampin-Ache (...)
  • 7 Cote Ink. 11. F. 35. Il a été numérisé et l’on peut le consulter directement sur le web : http://s (...)

6D’abord, quelques considérations démontrant que le récit mis sous le nom de Delvau est une version abrégée. Pour des raisons de mise en page les plaquettes de Delvau sont courtes. Elles ne dépassent guère la cinquantaine de pages, ici quarante-huit. Quand l’adaptation est plus courte (quarante et une pages pour le texte même d’Artus), se trouvent ajoutés d’autres éléments : ici trois pages empruntées au comte de Tressan sur l’origine des romans, puis des extraits d’un Noël bourguignon que Delvau a entendu chanter par des vendangeurs à Clos-Genôve en Côte-d’Or. Chaque fascicule possède trois cahiers de huit feuillets, soit seize pages. L’ensemble s’étend donc sur quarante-huit pages. Le nombre de pages du texte de Delvau s’avère très mince par rapport à la longueur du ms. 761 du fonds français de la BnF (première moitié du XIVe siècle), qui compte 143 folios (illustration 3). Même observation pour ce qui est du rapport à l’incunable de 1493 conservé à la bibliothèque municipale de Colmar6 ou à la Nationalbibliothek de Vienne7 (illustration 4). Les incunables ne sont pas paginés, mais on peut aisément deviner leur longueur. Le dernier folio de l’incunable de Colmar apparaît sur l’image 144 de la bibliothèque de Colmar (qui reproduit deux pages par image). Le texte commence à l’image 7 de la bibliothèque. Il faut donc compter 137 doubles pages, c’est-à-dire 274 folios. Le fac-similé de l’édition de 1584 publié par N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher en 1996 aux Presses de l’École normale supérieure s’étend sur 288 pages (illustration 5). Chez le comte de Tressan (illustration 6) le roman est également très réduit. Dans son Corps d’Extraits des romans de chevalerie (Paris, 1782) le texte d’Artus va de la page 187 à la page 217, soit trente pages. À elles seules ces observations sur l’étendue du texte dans les principales versions sont révélatrices.

Ill. 3. BnF, fr. 761, fol. 1.

Ill. 4. Incunable de Vienne.

Ill. 5. Début de l’édition de 1584.

Ill. 6. Portrait du comte de Tressan.

Rapports de l’adaptation de Delvau et de celle de Tressan

7Le texte de Delvau s’inspire-t-il de l’adaptation de Tressan ? Non, pour ce qui est des aventures chevaleresques du héros, qui occupent l’essentiel du roman. En effet, Tressan les élimine avec une souveraine indifférence. Il n’en décrit aucune. À la fin de son récit il déclare : « Nous regrettons d’avoir passé sous silence les détails d’un tournoi » (p. 216). En fait, c’est une masse considérable d’affrontements guerriers, c’est toute la vie chevaleresque d’Artus dont Tressan a fait l’économie. Sur ce point Delvau diffère profondément de son devancier immédiat.

  • 8 Voir L. Harf-Lancner, Les fées au Moyen Âge, Paris, Champion, 1984, p. 40-42 et 381-409.

8De même, l’adaptateur du XIXe siècle délaisse complètement les affabulations de Tressan, qui prête des maléfices à la fée Proserpine. Elle trouble la tendre Jeannette par des songes terrifiants, elle inquiète aussi Artus, contraint de partir pour ne point aggraver le mal de la jeune femme. Proserpine est présentée comme « l’ennemie de Jeannette » (p. 215). À peine Artus est-il parti que la jeune fille retrouve la santé. Pour le duc de Bretagne et sa femme elle devrait épouser leur fils. Elle est tendrement accueillie par eux. Certes, le départ d’Arthur la fait souffrir. Mais Tressan imagine joliment son aspect : « un silence modeste, une douce mélancolie, ses bras quelquefois étendus vers la duchesse, tout la fait également plaindre et respecter » (p. 214). Le dénouement du récit chez Tressan est tout à fait original. Les exploits d’Arthur triomphent de la fée Proserpine. Elle est ramenée, prisonnière, en Bretagne. Elle demande pardon. Elle fait connaître la véritable identité de Jeannette et de sa mère, qui sont des princesses malheureuses qu’elle a persécutées. Ainsi la fée maléfique devient au dénouement une fée bienfaisante. Schéma connu8. Dès lors Arthur peut épouser Jeannette. Il donne Florence pour épouse à son ami Hector et Proserpine à son compagnon Gouvernau. Ce dénouement très original, d’ailleurs très bref, énoncé en quelques lignes par Tressan, n’a pas été repris par Delvau. L’adaptateur du XIXe siècle n’est donc pas un imitateur simple et naïf. Il ne déforme pas profondément, comme Tressan, la trame du vieux roman.

9Toutefois un chapitre entier, l’aventure de Péronne avec le bel Aymard, antérieure à son mariage avec Artus, complètement inventée par Tressan, a paru intéressant à Delvau. Il l’a emprunté tel quel. Il l’a littéralement recopié mot à mot. Entre les deux textes les différences sont minuscules : là où Tressan comparait Aymard à un « faucon », Delvau emploie le mot « épervier ». Plus loin, alors que Tressan disait qu’à la sortie du souterrain le jeune chevalier déposait Péronne « sur un sopha », Delvau dit plus simplement « sur un lit ». Tout le reste est rigoureusement identique.

  • 9 B. Guidot, « La manière d’Alfred Delvau », art. cité, p. 21.

10Les textes anciens n’expliquaient pas comment la jeune fille promise à Artus n’était plus « pucelle ». Ils restaient discrets à ce sujet. Tressan a eu l’idée extravagante d’inventer un incendie dans le château de la famille de Péronne et d’imaginer qu’un sauveur, un soupirant, le jeune et ardent Aymard, tout en arrachant la jeune fille aux flammes et à la fumée, tout en la serrant sur son corps, profite sans vergogne de son évanouissement. Il devient ici un pompier trop galant. On pourrait parler de viol. Cette aventure amoureuse a tellement plu à Delvau, alors qu’elle est de troisième ordre dans l’économie de l’œuvre de Tressan, qu’il l’a mise quasiment en exergue et il en a fait exécuter un dessin qui orne la couverture de la plaquette. Elle s’accordait profondément avec le goût de la dramatisation qui le caractérise et que Bernard Guidot a bien mis en lumière9 (illustration 7). L’image présente la chambre de la jeune fille envahie par la fumée et par les flammes, le jeune Aymard, qui vole à son secours, qui la prend dans ses bras (premier élément important), qui la serre contre lui, qui lui parle avec grandiloquence, comme chez Tressan. Le texte de Delvau lui fait dire : « Ah ! princesse, s’écria-t-il d’une voix entrecoupée, les Dieux sont trop justes pour vous laisser périr ! » (p. 7). Aymard évite les flammes en empruntant un souterrain (deuxième élément à la fois important pour le mouvement de l’action, mais aussi romanesque et romantique), puis dans sa course il heurte des objets entreposés là (des peaux de tigres et des panaches). Le texte ajoute, quand la jeune fille prend la parole pour raconter son odyssée : « Il chancelle, nous tombons tous deux, et je reste dans ses bras sans connaissance » (troisième élément : l’évanouissement, qui apporte une excuse pudique à la jeune fille). Ensuite le texte use d’images à la fois évocatrices et réservées : « L’instant d’après je me sens blessée, et je pousse un cri ; je crois sentir une rose brûlante qui me ferme les lèvres, je m’évanouis à nouveau… » (trois points de suspension dans le texte). Ce baiser d’amour sur les lèvres est une invention de Tressan, qui a plu à l’équipe de Delvau. Le texte ajoute « Aymar veut me relever, les tresses de soie, les plumes entrelacées nous font retomber encore, et ce n’est qu’après de longs efforts qu’Aymar parvient enfin à nous dégager » (p. 7).

Ill. 7. Péronne & Aymard chez Delvau.

11La scène vécue et racontée par la jeune femme ne manque pas d’une certaine délicatesse. Mais ce récit constitue une innovation assez extraordinaire, entièrement rédigée par Tressan. Il ne faut pas juger du style de Delvau en se fondant sur ce passage recopié, de bout en bout, mais qui montre qu’un érotisme discret convenait non seulement à l’écrivain du XVIIIe siècle, mais aussi au rédacteur plus moderne de l’époque romantique.

Delvau, l’incunable de 1493 et l’édition de 1584

  • 10 Grenoble, Drevet, 1932, p. 30.

12Tressan « résumait à l’extrême » comme a dit Jacoubet dans son étude Comment le XVIIIe siècle lisait les romans de chevalerie10. L’amour d’Artus pour Jeannette ne constituait que la première partie du roman médiéval. Le héros devait multiplier les prouesses et trouver une héroïne digne de lui (or Jeannette vivait dans l’abandon et la misère). Tressan a radicalement modifié les perspectives. Il a fait de Jeannette la seule héroïne. Il a gaillardement supprimé Florence. Renonçant aux aventures qui emplissent le roman, il a fait de son récit un conte d’amour partagé, malgré la différence de situation des deux personnages. Ce faisant il s’avère plus moderne d’inspiration que Delvau, qui suit le cadre ancien, et qui remplace Jeannette par Florence dans la partie centrale et dans la fin du roman.

13Sans entrer dans une foule de détails secondaires, signalons simplement le dénouement. Chez Delvau, comme dans les textes anciens, Artus épouse la belle Florence, de haute lignée, et non la tendre Jeannette, plus simple, plus spontanée, dénuée de fortune et qui n’est pas fille de roi. Toutefois le texte s’arrête au mariage des deux héros. Les chapitres présents à la fin dans l’incunable (Colmar et Vienne ainsi que l’imprimé de 1584, p. 283-288) décrivant le tournoi qui suit les noces, le couronnement d’Artus après la mort du roi Emendus et la mort du héros à trente-deux ans sont absents du roman du XIXe siècle.

  • 11 Voir sur les localisations de cette édition l’article de S. Cappello dans le présent volume.
  • 12 Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, Genève, Droz, 1954, p. (...)

14Faut-il croire ce que dit Delvau ? Faut-il penser qu’il a eu sous les yeux un exemplaire de l’incunable aujourd’hui disparu ? Après avoir consulté un savant expert dans le domaine des incunables, Dominique Coq, ancien élève de l’École des chartes, actuellement Chef du Bureau du Patrimoine au ministère de la Culture, qui continue d’étudier les incunables et de rédiger des catalogues à leur sujet, j’ai cessé de prendre au pied de la lettre ce que dit Delvau ou un de ses séides. Il est invraisemblable que Delvau se soit rendu à Colmar ou à Vienne. Certes, la date de 1493 est donnée à la fin de l’adaptation, mais D. Coq ne croit pas à la consultation d’un incunable aujourd’hui disparu. Cela lui semble impossible. À ses yeux depuis le XVIIIe siècle on prend soin de ces vieux livres. On ne les jette plus. Il ne pense pas non plus que Delvau l’ait consulté chez un collectionneur privé, comme je l’ai d’abord pensé. Il croit à une simple allusion (pour donner davantage de poids au récit), et non à une véritable consultation. D. Coq a trouvé, au demeurant, un troisième exemplaire de l’incunable, en plus de celui de Colmar et de celui de Vienne. Il se trouve à la bibliothèque Vaticane (cote Prop. Fide. II. 109)11. Il estime que si Delvau fait allusion à l’édition de 1493 d’Artus de Bretagne, c’est parce que son existence lui a été révélée par le célèbre Manuel du Libraire de J. Ch. Brunet. La première édition du Manuel du libraire en trois volumes date de 1810. La cinquième édition refondue est sortie en 1860. L’ouvrage a été sans cesse complété et réimprimé. L’incunable qui se trouve actuellement à l’Österreichische Nationalbibliothek de Vienne a été acheté à la vente des livres du duc de La Vallière (qui a eu lieu en 1783 et en 1784 ; vente de 1784 no 4023) et il a donc été mentionné dans toutes les bibliographies, y compris le Manuel du Libraire de Brunet (t. I, p. 519). Il est toujours cité par les bibliographes, y compris par Brian Woledge12.

  • 13 Sans compter les éditions perdues. Voir son article dans le présent volume.

15L’hypothèse présentée par D. Coq est vraisemblable et paraît convaincante. Dès lors il faut croire que Delvau s’est inspiré, en plus de Tressan, d’une édition du XVIe siècle, d’ailleurs très voisine de l’incunable. Toutes ces publications se ressemblent et se recopient assez fidèlement. Il y en a eu un certain nombre. En consultant la Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500 de B. Woledge et son Supplément (Genève, Droz, 1975) on relève douze éditions du XVIe siècle depuis 1502 jusqu’à 1584. Sergio Cappello en dénombre quinze13. Huit se trouvent mentionnées par Brunet. On observe qu’il y a un exemplaire de l’édition de 1514 à Chantilly et un autre de l’édition de 1584 à la bibliothèque de l’Arsenal. Je laisse à d’autres le soin de poursuivre l’enquête et de préciser l’exemplaire exact dont s’est servie l’équipe de Delvau. Il est vraisemblable que l’exemplaire consulté doit être celui de l’Arsenal. L’adaptateur romantique a dû faire comme le comte de Tressan et consulter la prodigieuse bibliothèque rassemblée en ce lieu par le marquis de Paulmy (on affirme qu’en 1785 ce très grand collectionneur possédait 2 412 manuscrits). Il suffit de lire le tome I du Catalogue des manuscrits de la Bibliothèque de l’Arsenal de Henry Martin (Paris, Plon, 1900) pour en comprendre l’extraordinaire ampleur. Présentement sur le site de la BnF la bibliothèque de l’Arsenal a déclaré posséder 12 000 manuscrits, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Les manuscrits français des fonds anciens vont du no 2 000 au no 7 465. Il me suffit de présenter ici cette conjecture. Tout en laissant à d’autres le soin de la vérifier, je tourne maintenant mes regards vers Delvau, son esprit et les innovations qu’il apporte par rapport aux imprimés anciens, à l’incunable et à l’édition de 1584.

Les innovations de Delvau

16Dans la scène où Jeannette prend la place de Péronne dans le lit d’Artus pour la nuit de noces, un nouvel accent apparaît, celui de la sensualité. Aucun érotisme n’était présent dans les textes du Moyen Âge. Seule une miniature du manuscrit 403 de la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras (f° 7) présente Jeannette, nue, entrant gaillardement dans le lit où repose déjà Artus (illustration 8). L’image est plaisante, mais elle s’avère très éloignée du texte. Dans la représentation figurée on note l’absence de courtine fermant le lit : tout se passe en plein jour, et non dans l’obscurité, comme le déclare le roman. La création de l’illustrateur est très loin du texte. Manifestement l’artiste voulait divertir les lecteurs. Chez Delvau on voit, comme chez ses prédécesseurs, Jeannette placer à son doigt la bague donnée par Artus, qui est une émeraude, puis mettre à son chevet la charte qui lui apporte un riche douaire. Mais ensuite apparaît dans le texte une nouveauté : elle embrasse Artus sur la bouche. Un peu plus tard elle fait de même, quand Artus s’est endormi, avant de quitter promptement le lit conjugal (p. 9). Ces baisers donnés à Artus sont absents des manuscrits médiévaux, des incunables et des éditions antérieures. Rien de semblable non plus chez Tressan (p. 205), qui reste très discret sur la nuit de noces. Il se garde de la raconter.

Ill. 8. Carpentras, ms. 403, fol. 7, Jeannette entre dans le lit d’Artus.

17Les écrivains du XIXe siècle gardent, néanmoins, une certaine retenue. Ils ne décrivent pas l’acte sexuel lui-même, mais ils ne voilent pas la sensualité. Depuis le Moyen Âge les mœurs ont-elles changé ? Ce sont plutôt les convenances. On ne se soucie plus guère des interdits de la religion. Delvau dit : « Jamais caresses plus ardentes ne furent échangées » ou encore « Les caresses furent longues et savoureuses, si longues et si savoureuses même, que fatigué, non rassasié, l’heureux Artus s’endormit en songeant au Paradis » (p. 9). On se souvient que cette antithèse piquante provient d’une Satire de Juvénal parlant de Messaline, l’épouse dévergondée de l’empereur Claude, « lassata viris, sed non satiata, recessit » (VI, 130). L’auteur du XIXe siècle ne se souvenait sans doute plus de l’origine de l’expression. L’adaptateur paraît très moderne d’inspiration. Il donne la parole au jeune Artus pendant la nuit de noces. Ce doit être un discours intérieur, une réflexion intime : « On m’avait trompé, murmura-t-il, enivré. Cette rose a tous ses parfums et toutes ses épines… Nulle main profane n’a essayé de la cueillir » (p. 9). Rien de semblable chez Tressan, qui n’évoque pas le plaisir pris par les deux personnages et qui déclare : « Nous croyons devoir soustraire beaucoup de petits détails dont l’auteur paroit s’occuper avec complaisance » (p. 205). Il ne s’agit nullement de détails sensuels. Ce sont diverses précisions sur la scène. Les textes antérieurs évoquent la manière dont Jeannette est introduite dans le lit nuptial. Il y a, certes, quelques menues différences entre d’une part le manuscrit fr. 761 inconnu de Tressan, et d’autre part l’incunable de 1493 et l’édition de 1584 au sujet des personnes qui font entrer Jeannette dans le lit. Ce sont des personnages féminins qui ne sont pas identifiés précisément dans le manuscrit (« les dames et les damoiseles » ms. BnF fr. 761, f° 7), et dans les textes imprimés. Mais pour l’essentiel le récit est identique : obscurité de la chambre près du lit (les « courtines » sont tirées et l’on ne voit rien dans le lit), intervention de la mère de Péronne disant à Artus de ne pas parler à sa fille dans le lit car elle est « honteuse », entendons « pudique », paroles du duc de Bretagne à Artus à propos du montant du douaire et de la bague à remettre à l’épousée. Tressan ne dit pas qu’Artus veut s’approcher de celle qu’il croit son épouse et que celle-ci réclame auparavant sa dot et sa bague. Il reste discret sur ce point. Delvau va plus loin. Quand Jeannette a reçu la dot et la bague, « pour toute réponse elle baisa tendrement son amant sur sa bouche » (p. 9). Innovation de l’auteur du XIXe siècle.

Le personnage de Jeannette

18Dans tous les textes Jeannette apparaît douce et tendre, emplie de sincérité et de bonne foi. La scène où elle revoit Artus quand il revient chez son père ne manque pas de délicatesse dans le chapitre XXXVI du texte de Delvau. De même le chapitre XXXVII, lorsqu’elle décide d’accompagner le duc et la duchesse pour le mariage du héros avec Florence. Artus étant revenu auprès de ses parents, un festin lui est offert. Jeannette en est absente. Elle apparaît à la fin de la journée et « allant droit à son ami Artus lui lança ses bras autour du cou et l’étreignit sans pouvoir sonner mot » (chap. XXXVI, p. 36). La joie de revoir celui qu’elle aime empêche la jeune fille de parler. Elle est oppressée de bonheur. Notation délicate et juste. Quand elle réussit à prendre la parole, elle évoque le passé et les soins touchants qu’a eus pour elle la mère d’Artus, qui l’a réconfortée et l’a sauvée du désespoir. Mais Jeannette se leurre en croyant qu’Artus est revenu pour toujours : « Vous êtes revenu et vous n’allez plus nous quitter. » Il la détrompe immédiatement en lui déclarant : « Je vous quitterai, ma belle amie Jeannette. La vie est faite d’arrivées et de départs. » Jeannette se montre alors très digne. Elle soupire, constate qu’icibas les « joies sont de courte durée », que Dieu est « cruel », mais elle réclame de pouvoir suivre Artus : « Je serai votre amie, votre sœur, votre fille, votre servante. » Cette confusion des vocables traduit bien la complexité des sentiments de la jeune fille. Elle ajoute qu’elle l’aimera « sans rendre votre femme jalouse ». Nul ne l’avait dit avant Delvau. Elle veut vivre et mourir avec lui. Elle refuse de rester dans la solitude et dans « le veuvage de mon âme ». Cette dernière expression est une jolie trouvaille. Sur ces mots elle se met à pleurer. Artus, attendri, l’attire à lui, la prend dans ses bras, l’embrasse sur les yeux et se met lui-même à pleurer. Scène charmante, où deux cœurs battent à l’unisson et où les larmes traduisent leur émotion réciproque. Le rédacteur français a bien senti l’amour partagé des deux personnages en cette heure de retrouvailles et il l’a joliment exprimé.

  • 14 Voir le fac-similé cité de l’édition de 1584, de N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher, op. cit., p. 2 (...)

19Tout cela est absent des romans anciens, y compris de l’édition de 158414. La scène des retrouvailles y est beaucoup plus simple. Jeannette ne s’imagine pas qu’Artus soit revenu pour toujours. Elle comprend qu’il a trouvé une femme « meilleure et plus gentille que je ne suis » (p. 243). Elle déclare : « Sire, tout m’agrée, j’ay grande joye de vostre bien, je m’offre de vous aymer et servir de bon cueur, car vous estes mon seigneur et je suis vostre fille » (p. 243). Entendons « fille » au sens de « servante ». Delvau n’a pas compris ce dernier mot. Il lui a donné sa valeur traditionnelle. La scène des pleurs réciproques de Jeannette et d’Artus existe déjà dans l’imprimé. Mais les paroles les plus jolies de Jeannette refusant de rester dans la solitude et promettant à Artus de vivre et mourir avec lui sont de l’invention de Delvau. On relève une plus grande sensibilité et un art d’écrire assez subtil à mesure que l’on avance dans le temps et que l’on arrive à l’époque moderne.

20Chez Delvau l’attitude de Jeannette ne manque ni de complexité ni de délicatesse quand elle déclare qu’elle veut accompagner le duc et la duchesse aux épousailles de leur fils. La duchesse lui disait de rester là et « de se résigner à l’oubli ». Jeannette répond avec « un clair et mélancolique sourire qui trahissait l’angélique pureté de son âme » (p. 37) qu’elle aime Artus pour lui, et non pour elle-même, qu’elle sera heureuse de son bonheur, qu’elle n’éprouvera aucune jalousie, qu’elle n’a jamais menti et qu’elle aimera la femme d’Artus avec « désintéressement ». Elle ajoute : « C’est mon seigneur et mon ami ; ce n’est ni mon amant, ni mon mari. » Elle achève ses propos en disant : « Emmenez-moi, je vous en supplie… Je veux vivre où vivra Artus et mourir où il mourra. » Ces propos ont évidemment de la grandeur. Ils sont tous de l’invention de Delvau. Une femme comme Jeannette se signale par un comportement exceptionnel. Jeannette est presque une sainte par son détachement, son oubli de soi, son désir de contribuer au bonheur de celui qu’elle aime, son acceptation de la souffrance. La figure de Jeannette est considérablement idéalisée par l’auteur du XIXe siècle. Aucun de ses prédécesseurs n’était allé aussi loin. C’est sans doute un effet du romantisme que de donner une telle intensité et une telle grandeur à l’amour.

Le ton idyllique et poétique de Delvau

21Le ton idyllique lors de la seconde rencontre d’Artus et de Jeannette dans le chapitre III du texte de Delvau est remarquable (illustrations 9 et 10).

22L’image de l’incunable conservé à Colmar qui illustre cette scène est dépourvue de toute poésie. C’est une scène de conversation entre gens du monde. Avant Delvau la rencontre est présentée avec une certaine poésie, mais plus rapidement. Le manuscrit 761 dit au folio 3 à propos de Jeannette :

Ill. 9. Carpentras, ms. 403, fol. 3 v°, Rencontre d’Artus et de Jeannette.

Ill. 10. Colmar V 12068, CD 1, image 8, Rencontre d’Artus et de Jeannette.

Si fu revenue ja en sa biauté. Et quant Artus la vit, si li plut la moitié plus que quant il la vit premierement. Si la prist Artus par la main et s’assistrent a une part entr’eus. II. seulement, et la dame et Gouvernau furent d’autre part. Si fu bele la matinee et clere et la rousee grant. Si chantoient cil oiselet par samblant le plus douz chant du monde par cele forest haut et cler, si que li dui enfant s’esjoïssoient en grant leece de cuer pour le dous temps, comme cil qui estoient jone et a qui il ne falloit fors que jouer et rire et qui s’entramoient moult de bon cuer sanz vilenie et sanz mal que li uns pensast vers l’autre.

23L’incunable de 1493 donne un texte voisin :

et fu toute revenue en sa beauté. Et quant Artus la vit, si luy pleut plus la moitié que quant il la vit premierement ; si la print par la main et s’assirent a une part entre eulx seullement, et la dame et Gouvernau furent d’autre part. Si fu belle matinée clere et la rosee grande, si chanterent lez oiseletz par la forest hault et cler si que les deux enfans s’en esjouissoient en grant liesce de cueur pour le doulx temps, comme ceulx qui estoient jeunes et a qui il ne failloit que jouer et rire et qui s’entreaymoyent de bon cueur sans villanie et sans mal que l’ung eust vers l’autre.

24L’édition de 1584 en est très proche. Elle donne, elle aussi, une esquisse. Il suffit de la citer pour mesurer les notations nouvelles apportées par Delvau :

  • 15 Voir N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher, Artus de Bretagne, op. cit., p. 6.

et fut toute revenue en sa beauté, et quant Artus la vit, elle luy pleut plus que quant il la vit premierement, si la print par la main et s’assirent a un (sic) part belle et claire, et la rosee grande, si chantoient les oysellets par la forest, si que les deux enfans s’en esjouissoient en grand liesse pour le doux temps, comme ceux qui estoient jeunes et a qui ne failloit que jouer et rire, et qui s’entr’aymoient de bon cuer, sans vilennie que l’un eust vers l’autre15.

25Le récit de Tressan est presque identique :

Jeannette étoit toute reconfortée et revenue en sa fleur de beauté. Quand Artus la vit, elle lui plut encore plus qu’à la première fois, si la prit par la main et s’assirent ensemble sur le gazon. La matinée belle et claire étoit, et la rosée grande ; les oiselets chantoient par la forêt, l’aubépine et l’églantier embaumoient l’air, si que les deux enfans s’en éjouissoient en grand liesse pour le doux temps, comme ceux qui étoient jeunes et à qui ne falloit encore que jouer et rire, quoique ja s’entre-aimassent de bon cœur sans mal que l’un eut à l’autre en son penser (p. 193).

26Chez Delvau l’évocation est plus développée :

Jeannette, surtout, fleur délicate que la misère commençait à pâlir, Jeannette avait reçu de ce réconfort un attrait nouveau. Sa santé lui était vite revenue, et avec la santé la joie sur les joues et sur le cœur. Elle était déjà bien belle ; mais cette fois Artus fut émerveillé de la trouver plus belle encore.
Il la prit alors par la main, doucement, bien doucement, en la regardant de ses yeux les plus tendres, et tous deux allèrent s’asseoir sur le gazon voisin, à quelques pas de Gouvernau et de la dame de la Tour. La matinée était belle, claire et souriante. La rosée scintillait en diamants à la pointe de toutes les herbes. Les oiselets chantaient par la forêt leurs plus douces chansons. L’aubépine et l’églantier embaumaient l’air, déjà chargé des âpres et fortifiantes senteurs des chênes. C’était, en un mot, comme une fête donnée par la nature en l’honneur de ces deux beaux jeunes adolescents, qui ne connaissaient de la vie que son aurore et son printemps, c’est-à-dire les jeux et les rires, les caresses et les chansons. Artus et Jeannette s’entr’aimaient à leur insu, et de la façon la plus innocente et la plus chaste, de bon cœur et de loyal cœur, sans penser à mal ni l’un ni l’autre, comme s’entr’aiment les oiseaux et les fleurs (p. 3).

  • 16 Paris, Presses Universitaires de France, 1923.

27Comme on le voit au premier regard, l’adaptation de Delvau apporte du neuf. Dans l’imprimé de 1584 étaient rapidement évoqués la clarté du matin, la rosée, le chant des petits oiseaux. Déjà l’allégresse de la Nature répondait aux sentiments des deux jeunes tourtereaux. Delvau ajoute des adjectifs : « souriant » et « doux ». Le climat de douceur et de tendresse existait dans la brève esquisse médiévale. Chez Delvau le mouvement équilibré des phrases et le rythme harmonieux proviennent peut-être de Chateaubriand, le grand modèle de tous les Romantiques. La scène fait penser à Daphnis et Chloé. Comme dans le roman de Longus, on voit des adolescents ingénus et des amoureux innocents, qui se rencontrent au sein d’une nature accueillante. Non sans grâce et fraîcheur le rédacteur d’Artus de Bretagne retrouve les accents de l’idylle antique en peignant des amours ingénues, une tendresse réciproque, des baisers échangés, motifs classiques de l’atmosphère idyllique. Dans sa thèse sur Le comte de Tressan et les origines du genre troubadour16, Henri Jacoubet a bien mis en lumière l’inspiration de plusieurs auteurs du XVIIIe siècle qui considèrent le Moyen Âge comme le bon vieux temps, et qui évoquent l’ingénuité native des commencements. À ses yeux le motif du « baiser dans sa première innocence » est vivant dans les textes (p. 113). Il revit chez Delvau, mais avec plus d’éclat et plus de charme. Ce Moyen Âge travesti n’est pas dépourvu de poésie : des diminutifs créent un climat de tendresse. De même les références aux oiseaux et aux fleurs. Le motif du printemps était déjà esquissé dans les textes anciens. Le manuscrit 761 signalait rapidement la clarté du matin, la rosée abondante et le chant des oiselets. L’imprimé de 1584 montrait un peu plus de sensibilité. Delvau vibre davantage. Chez lui point de délayage superflu. Aucune faute de goût. Tout y est : décor champêtre, vie bucolique, amour tendre et naïf, fraîcheur d’un sentiment naissant, charme de l’innocence. Il y a incontestablement chez Delvau des enjolivements absents des textes antérieurs. Faut-il parler de « style troubadour » ? On peut et l’on doit se poser la question.

  • 17 Paris, Les Belles Lettres, 1929.
  • 18 Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985.

28Sur l’esprit « troubadour » Henri Jacoubet a écrit un livre utile, Le genre troubadour et les origines françaises du romantisme17 et un savant historien de l’art, François Pupil, a rédigé une étude, version abrégée d’une ample thèse de doctorat d’État, Le style troubadour ou la nostalgie du bon vieux temps18. Certes, ce travail est surtout tourné vers l’histoire de l’art français. Mais les deux derniers chapitres sont intitulés « L’émotion » et « L’amour troubadour ». L’auteur voit bien la présence dans cet art d’une « sensibilité élégiaque » (p. 526) ; il note dans les œuvres « des amoureux impubères » (p. 527). Il relève l’attrait puissant pour ce que l’on appelait alors le « bon vieux temps » (p. 526-527), une « réelle nostalgie des origines » (p. 526), le goût d’un Moyen Âge embelli et idéalisé, héroïque et chevaleresque, empli de galanterie et de merveilleux. « L’amour chaste » (p. 528) a retenu l’attention des artistes. On retrouve plusieurs de ces éléments dans l’écriture de Delvau. Mais il s’y mêle aussi des accents romantiques. Ainsi les frémissements de jalousie de Florence lorsqu’elle voit pour la première fois Jeannette à la fin du roman.

Florence ou la grande dame jalouse de sa rivale

29Quelques mots sur ce personnage. Certes, il y a des évocations d’une fine psychologie concernant Florence dans l’imprimé de 1584, que Delvau a reprises. Ainsi le débat amoureux entre Florence et Artus, où la jeune femme presse vivement le héros de déclarer ses sentiments (fac-similé cité, p. 188-190), avec le motif de la déclaration amoureuse menée de bout en bout par l’héroïne, véritable femme d’action (chapitre LXI, « Comme Artus et Florence parlerent ensemble a l’entree de la forest »). C’est un des grands moments du récit que l’adaptateur romantique a un peu renouvelé (chapitre XXIV, p. 15) en y ajoutant quelque touche érotique (l’adverbe « voluptueusement ») et quelques images (ainsi à propos des deux amoureux silencieux comparés à deux souches dans l’âtre « se consumant en silence »). La scène se passe chez Delvau dans un verger (p. 25). Mais l’essentiel reste semblable. Les ajouts sont réduits.

30Plus importants sont les brefs et intenses sentiments de jalousie qui traversent l’âme de Florence à la vue de Jeannette, toujours tendrement éprise d’Artus à la fin du roman. Les sentiments d’inquiétude et de jalousie de Florence étaient quasiment absents des textes antérieurs. L’édition de 1584 dit simplement qu’ayant appris les sentiments d’Artus et de Jeannette dans le passé (chapitre LXXXIV), Florence décide immédiatement de supprimer ce souci en faisant immédiatement épouser Gouvernau à Jeannette (p. 278-279). Elle déclare à Artus et Jeannette qu’il faut « amender » (« réparer ») le passé. Puis aussitôt elle dit à Gouvernau : « Je vous donne Jannette a femme et à vous Jannette je vous donne Gouvernau a mari, si le fiancez des maintenant » (p. 279). Gouvernau demande l’autorisation à son seigneur. Artus confirme. Florence fait appeler un chapelain. Sur-le-champ « Gouvernau fut fiancé a Jeannette » (p. 279). La situation était déjà rapidement dénouée dans l’incunable (Colmar V 12068, CD 3, image 0138). Il n’était pas question d’amender le passé. Immédiatement « Florence se doubta que Jehanenette ne luy soustraist Artus aucunement, si s’avisa et y pourveut moult sagement ». L’affaire est réglée en un tour de main. Florence s’impose comme une femme d’action (illustration 11).

31Delvau prend davantage de temps et étoffe par des touches diverses la psychologie de ses personnages. Alors que Jeannette est calme, Florence se montre autoritaire et passionnée. Son comportement est suggéré par quelques traits comme « avec impétuosité » (p. 38), « d’un air farouche » (p. 40). Différence de tempérament, et aussi de condition sociale. Elle n’ignore pas l’effet qu’elle produit sur les autres. Quand elle entre dans la salle des festins elle est « rayonnante » (p. 39). Elle a conscience de sa beauté et de sa condition supérieure (elle est une grande dame). Artus lui déclare : « Vous n’avez pas le droit d’être aussi rayonnante, aussi irrésistiblement belle » (p. 39). Mais très vite elle sent « se réveiller toute sa jalousie ». Elle fait un mouvement pour s’éloigner de « sa rivale » (le terme indique ce qu’elle pense en elle-même). Jeannette, bonne et généreuse fille, la félicite de sa beauté et la complimente d’avoir choisi Artus pour époux. Florence a envie de la « rabrouer », mais elle ne cède pas à cette tentation. Elle possède de la bonté. Comme l’a dit le texte auparavant, « Dieu n’a pas permis qu’une vilaine âme se logeât dans un noble corps » (p. 38). C’était une antique croyance ! Le narrateur consacre tout un développement à la jalousie en amour au début du chapitre XXXV :

Jalousie ! vilain mal ! mal des plus nobles comme des plus vulgaires créatures. Nul ne peut s’en défendre fors les indifférents. Mais comme l’amour est une folie, les énamourés se laissent aller à toutes les folies qui naissent forcément de celle-là. La jalousie est le ver qui ronge et gâte les plus beaux fruits, les meilleures natures, les plus droites, les plus loyales (p. 38).

Ill. 11. Colmar V 12068, CV 3, image 0138, Florence marie Jeannette.

32Tout cela est nouveau. Rien de tel dans les incunables ni dans l’édition de 1584. L’invention de la jalousie inquiète de Florence introduit une notable différence entre les deux héroïnes. Si toutes les deux étaient simplement des amoureuses paisibles et souriantes, on trouverait peut-être quelque monotonie à la peinture.

33Quand les deux femmes se voient, Florence parle à Jeannette « avec hauteur ». Avant Delvau il n’y a rien de semblable. Point de jalousie dans l’incunable ou la version du XVIe siècle. Seulement une certaine précipitation chez Florence, qui se hâte de marier Jeannette à Gouvernau, le compagnon d’Arthur, de leur donner un royaume pour faire disparaître promptement tout risque de rivalité en amour. Au plan psychologique apparaît un incontestable progrès chez Delvau.

34Notons chez Delvau la délicatesse de Jeannette, qui prend l’initiative de feindre d’aimer Gouvernau et de craindre d’en être repoussée en raison de sa modeste origine (p. 40). Jolie scène tout en nuances, où Jeannette persuade délicatement Florence qu’elle n’est pas sa rivale et qu’elle aime secrètement Gouvernau. Les propos de Jeannette, son ton charmant (elle appelle Florence « sœur » et elle justifie ce qualificatif en disant que « toutes les femmes qui aiment et qui souffrent de l’amour sont sœurs » p. 40) retiennent l’attention du lecteur. Le dialogue entre les deux femmes est mené de main de maître. Comme toujours dans les scènes d’amour on discerne des quiproquos.

35Dans les incunables le mariage d’Artus et de Florence est célébré en grande pompe (illustration 12). L’image de l’incunable de 1493 suggère la magnificence de la cérémonie. La scène est évoquée en trois lignes dans le dernier chapitre de Delvau (p. 41). Le narrateur moderne ne s’y intéresse pas car c’est une cérémonie officielle, où les analyses psychologiques ne peuvent aller très loin. Il signale très rapidement les fêtes nuptiales, sans parler du tournoi, il consacre trois lignes à la nuit de noces, qui a lieu à minuit et où, selon l’usage les nouveaux mariés sont conduits dans leur chambre par leurs parents et leurs amis. Il signale que cette nuit-là fut engendré un fils, qui devint empereur de Constantinople. Il n’évoque nullement la mort rapide des deux héros, moyen rudimentaire de mettre fin à l’histoire chez les auteurs du Moyen Âge en supprimant les deux personnages. Delvau ne va pas jusqu’à cette dernière extrémité (illustration 13).

Ill. 12. Colmar V 12068, CD 3, image 0140, Mariage d’Artus et de Florence.

Ill. 13. Colmar V 12068, CD 2, image 0144, Fin du texte, Tombeau des héros.

36Les ajouts de Delvau sont divers. Il y entre des éléments classiques, par moments académiques, mais il s’y mêle aussi un souffle nouveau, parfois ironique, parfois érotique. On trouve chez lui une certaine délicatesse de touche, pour peindre brièvement, mais assez joliment des héroïnes à la fois charmantes et différentes, Jeannette et Florence, ou bien pour faire sentir une atmosphère sensuelle : ainsi au sujet du seigneur de la Lande, sensible à « la fraîche haleine » (p. 16) de la Dame de Roussillon ou bien pour Hector, contemplant, fasciné, pendant le repas, une belle hôtesse, qu’il voudrait tenir dans ses bras « bouche-à-bouche, cœur à cœur » (p. 15). Le narrateur commente la situation en ces termes : « C’était un morceau friand et à chaque instant l’eau de la concupiscence lui venait à la bouche » (p. 14). En quelques traits rapides les personnages secondaires sont joliment croqués. Le maréchal de Mirepoix qui avait calomnié la Dame de Roussillon est abattu par Artus et reconnaît sa défaite : « Je vous remercie d’avoir abattu ma superbe » (p. 20). On pourrait citer d’autres traits piquants, bien sentis et bien écrits.

  • 19 L’expression se retrouve ailleurs chez Delvau, par exemple dans Guérin de Montglave (p. 12), passa (...)

37Malgré l’influence très importante exercée par Tressan, le rédacteur du XIXe siècle, qui vivait à une époque de profonds bouleversements poétiques, n’adhère plus à toutes les règles du bien dire des siècles anciens. Certes, chez lui point d’expressivité violente, d’images hardies qui étonnent ou éblouissent, de syntaxe heurtée, comme chez Victor Hugo. Souvent apparaît une élégance surannée, de bonne compagnie, quasiment néo-classique (ainsi Jeannette est dite « blanche comme lis » p. 18), exprimée dans une prose parfois lisse et sans arêtes. À propos de Jeannette il est noté « l’angélique pureté de son âme » (p. 37). On la compare à « une fleur délicate que la misère commençait à pâlir » (p. 3). Le vocabulaire n’a nullement la variété prodigieuse du langage de Hugo. Mais des images piquantes ou touchantes apparaissent. Des trouvailles embellissent l’expression. Le sens de la formule et de l’antithèse est présent dans le texte : « le repos me fatigue et l’immobilité m’ennuie » déclare le héros (p. 2). Les grands moments du récit, descriptions de la nature au printemps, scènes de rencontres ou de séparations, de baisers et d’union sexuelle où les êtres se tiennent comme dit notre texte « bouche-à-bouche et cœur à cœur » (p. 15)19 témoignent d’une grande sensibilité. Les accents de la passion sont bien rendus : ainsi le sire de la Lande parlant à la dame de Roussillon lui dit : « J’ai faim de votre amour et soif de votre cœur » (p. 17). Les frémissements du style sont indéniables. On ne les trouvait pas dans les manuscrits et les incunables du Moyen Âge. Il faut en savoir gré aux écrivains rassemblés par Delvau qui ont donné une incontestable vivacité au vieux roman de chevalerie.

  • 20 Dans Le colportage de librairie en France sous le Second Empire. Grands colporteurs et culture pop (...)

38À qui sont destinées les adaptations de la Nouvelle bibliothèque bleue de Delvau ? À des lecteurs simples, comme les petits opuscules imprimés jadis à Troyes ? Le roman d’Artus appartiendrait-il à la littérature de colportage étudiée, entre autres, par Jean-Jacques Darmon20 ? Ferait-il partie dès lors de la culture populaire ? Il faut répondre par la négative. Il semble que le style de Delvau et de ses collaborateurs ne soit pas destiné à la clientèle des campagnes. L’équipe réunie sous la houlette de Delvau a de plus hautes ambitions. D’ailleurs, le roman ne figure pas parmi les textes mentionnés par Darmon aux pages 145-157 de son étude sous le titre Types anciens modernisés. Malgré la publication sous forme de plaquettes, malgré le titre de « Nouvelle bibliothèque bleue », ces adaptations sont destinées à des lecteurs cultivés de la classe moyenne ou supérieure. Elles ne sont pas faites pour des enfants ou pour des ignorants. Elles n’ont pas été diffusées par les commis voyageurs qui inondaient alors d’opuscules simples les masses rurales.

  • 21 Aucassin et Nicolette, Paris, 1866, p. XX.

39Delvau déclare qu’il s’oppose à la Bibliothèque universelle des romans qu’il qualifie de « mascarade littéraire dans laquelle les farouches héros des légendes carolingiennes défilent costumés en mousquetaires21 ». Dans l’étude sur les romans de chevalerie qui ouvre l’édition publiée en 1869, il prétend rester fidèle aux originaux. Il affirme conserver « les matériaux principaux » (p. I). Il déclare qu’il respecte le style ancien et qu’il refuse d’habiller les œuvres à la moderne : « Les vieilles chansons doivent être chantées sur de vieux airs » (p. VI). Cette perspective ne manque pas de beauté, même si elle n’est pas vraiment respectée. Elle témoigne en tout cas que le directeur de l’équipe ne souhaite pas trop moderniser les textes du passé. Il veut en rester « l’humble translateur » (p. I). À vrai dire, il lui est impossible de réaliser ce beau programme. Mais il est méritoire d’y avoir pensé. C’est en tout cas le signe indubitable qu’il écrit pour des lettrés.

  • 22 T. II, Paris, Didot, 1892, p. 697.

40On ne doit pas avoir pour Delvau et ses collaborateurs l’excessive sévérité de Léon Gautier dans ses Épopées françaises22. Le médiéviste estime que Delvau a « dramatisé » à tort les vieux récits, qu’il les « a habillés à la moderne », qu’il leur a donné « cet air gauche d’un paysan égaré dans des vêtements bourgeois ». Il juge qu’il a non pas renouvelé, mais « défiguré » les anciens récits. Ces jugements déplacés sont à la fois approximatifs et profondément injustes. Delvau ne manque pas de talent. Il a le sens des réparties ironiques. Ni l’humour ni la sensibilité ne lui font défaut. Il procède, certes, à des simplifications et à des raccourcissements. Mais la masse des combats chevaleresques dans les textes anciens pouvait légitimement lui paraître excessive. En ce domaine les abrègements semblent justifiés. Même si notre métier est d’étudier les textes du Moyen Âge, même s’ils méritent qu’on les aime et qu’on les vénère, il faut être sensible aussi au talent des Modernes qui ont renouvelé les anciens récits. L’adaptateur du XIXe siècle laisse parler à bon escient son imagination et son cœur. Sous sa plume la vieille histoire prend un bain de jouvence. Elle se rapproche de nos sensibilités. Ce n’est pas un mince mérite.

Notes

1 Voir Ph. Ménard, « La réception des Quatre fils Aymon au milieu du XIXe siècle », D. Quéruel (dir.), Entre Épopée et Légende, Les Quatre fils Aymon ou Renaut de Montauban, Langres, 2000, édition D. Guéniot, coll. « Hommes et textes en Champagne », t. II, p. 199-228 ; Ph. Ménard, « L’écriture de Delvau », I. Diu, E. Parinet et F. Vielliard (dir.), Mémoires de chevaliers, Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie, du XVIIe au XXe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 151-170. Sur Delvau adaptateur de chansons de geste voir les nombreuses et excellentes études de B. Guidot, « Huon de Bordeaux : l’épisode de l’embuscade liminaire chez Tressan et chez Delvau », Mélanges de langue et de littérature françaises du Moyen Âge offerts à Pierre Demarolle, Paris, Champion, 1998, p. 263-274 ; « La formation spirituelle de l’Adversaire dans le Fier-à-Bras d’Alfred Delvau : une étrange tonalité et de curieux croisements », Gouvernement des hommes, Gouvernement des âmes. Mélanges offerts à Ch. Brucker, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 2007, p. 313-322 ; « De la chanson de geste au roman populaire, Quelques aperçus fondés sur Milles et Amys, réécriture d’Alfred Delvau », M. J. Ailes, A. E. Cobby et P. S. Noble (dir.), The Chanson de Geste and its Reception. Essays presented to Philip E. Bennett by members of the Société Rencesvals, Edinburgh, Société Rencesvals, British Branch, 2012, p. 55-72 ; « Traits novateurs, initiatives, intuitions et saillies d’Alfred Delvau dans sa réécriture d’Ogier le Danois », M. L. Wrigth, N. J. Lacy et R. T. Pickens (dir.), « Moult a sans et vallour », Studies in Medieval French Literature in Honor of William W. Kibler, Amsterdam/New York, Rodopi, 2012, p. 157-178 et surtout la remarquable étude « La manière d’Alfred Delvau », Cahiers de recherche médiévale, n° 12, 2005, p. 83-101.

2 Voir le solide travail d’A. Martin, La Bibliothèque universelle des romans (1775-1789), Oxford, Voltaire Foundation, 1985, p. 100. Voir aussi la bonne tesi di laurea de P. Roman, « I Romans de chevalerie della Biblioteca universelle des romans (1775-1789) », Venezia, Università degli Studi di Venezia, Facolta di Lettere e Filologia, Dipartimento di Italianistica e Filologia romanza, 1988, thèse dirigée par M. Eusebi, p. 116. Elle signale que le comte de Tressan a utilisé comme source l’Histoire des merveilleux faits du preux et vaillant chevalier Artus de Bretagne, Paris, Nicolas Bonfons, 1584 (édition conservée à la bibliothèque de l’Arsenal, Rés. 4°, B L. 4242. C’est par erreur que P. Roman parle de la BnF. Il y a aussi un autre exemplaire à l’Arsenal sous la cote B L 4243). Le premier exemplaire a appartenu à la marquise de Pompadour. Ce texte a été réimprimé en fac-similé par N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher, Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de Paris, Nicolas Bonfons, 1584, Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1996. Tressan travaillait pour le comte de Paulmy, initiateur de la Bibliothèque universelle des romans, dont la bibliothèque personnelle a servi de point de départ à la bibliothèque actuelle de l’Arsenal. On trouve donc normalement les sources de Tressan en ce lieu. Sur Artus dans la Bibliothèque universelle des romans, voir les articles de F. Maillet et V. Sigu dans le présent volume.

3 Une étudiante coréenne, Hye-Young Tcho, a esquissé sous ma direction une telle étude dans une thèse soutenue en 1994, La survie du roman d’Artus de Bretagne, Du Moyen Âge au XIXe siècle (Paris-Sorbonne), mais elle n’a pas longuement étudié l’œuvre de Delvau. La thèse se trouve, non point à la bibliothèque des thèses de l’université de Paris-Sorbonne, mais à la Bibliothèque centrale de la Sorbonne, sous forme de micro-fiches.

4 N. Cazauran et C Ferlampin-Acher, Artus de Bretagne, op. cit., p. IX, note 8.

5 Dans I. Diu, E. Parinet et F. Vielliard (dir.), Mémoires de chevaliers, Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie, du XVIIe au XXe siècle, Paris, École des chartes, 2007, p. 151-170.

6 Cote V 12068. Il provient de la Bibliothèque des Dominicains. Je remercie Christine Ferlampin-Acher d’avoir eu l’obligeance de m’en fournir une version numérisée.

7 Cote Ink. 11. F. 35. Il a été numérisé et l’on peut le consulter directement sur le web : http://search. obvsg.at/primo_library/libweb/action/dlDisplay.do?onCampus=false&docId=ONB_aleph_acc003824771&vid=ONB&lang=ger&institution=ONB.

8 Voir L. Harf-Lancner, Les fées au Moyen Âge, Paris, Champion, 1984, p. 40-42 et 381-409.

9 B. Guidot, « La manière d’Alfred Delvau », art. cité, p. 21.

10 Grenoble, Drevet, 1932, p. 30.

11 Voir sur les localisations de cette édition l’article de S. Cappello dans le présent volume.

12 Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500, Genève, Droz, 1954, p. 92.

13 Sans compter les éditions perdues. Voir son article dans le présent volume.

14 Voir le fac-similé cité de l’édition de 1584, de N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher, op. cit., p. 243.

15 Voir N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher, Artus de Bretagne, op. cit., p. 6.

16 Paris, Presses Universitaires de France, 1923.

17 Paris, Les Belles Lettres, 1929.

18 Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1985.

19 L’expression se retrouve ailleurs chez Delvau, par exemple dans Guérin de Montglave (p. 12), passage cité par B. Guidot, « La manière d’Alfred Delvau », art. cité, p. 28.

20 Dans Le colportage de librairie en France sous le Second Empire. Grands colporteurs et culture populaire, Paris, Plon, 1972.

21 Aucassin et Nicolette, Paris, 1866, p. XX.

22 T. II, Paris, Didot, 1892, p. 697.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. Couverture de la plaquette de Delvau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Légende Ill. 2. Portrait d’Alfred Delvau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Ill. 3. BnF, fr. 761, fol. 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Ill. 4. Incunable de Vienne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Ill. 5. Début de l’édition de 1584.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Ill. 6. Portrait du comte de Tressan.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Ill. 7. Péronne & Aymard chez Delvau.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Légende Ill. 8. Carpentras, ms. 403, fol. 7, Jeannette entre dans le lit d’Artus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Ill. 9. Carpentras, ms. 403, fol. 3 v°, Rencontre d’Artus et de Jeannette.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Ill. 10. Colmar V 12068, CD 1, image 8, Rencontre d’Artus et de Jeannette.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Ill. 11. Colmar V 12068, CV 3, image 0138, Florence marie Jeannette.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Ill. 12. Colmar V 12068, CD 3, image 0140, Mariage d’Artus et de Florence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Ill. 13. Colmar V 12068, CD 2, image 0144, Fin du texte, Tombeau des héros.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54360/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 237k

Auteur

Professeur émérite à l’université Paris 4-Sorbonne. Il a dirigé de très nombreuses thèses, dont celle de Christine Ferlampin-Acher. Il a publié d’importants travaux, touchant à des domaines variés. Il a publié entre autres Le rire et le sourire dans le roman courtois en France au Moyen Âge, Genève, Droz, 1969 ; Les poésies de Guillaume le Vinier, Genève, Droz, 1983 ; Syntaxe de l’ancien français, Bordeaux, Bière, 1973 (souvent réédité) ; Fabliaux français du Moyen Âge, Genève, Droz, 1979 ; Les lais de Marie de France, contes d’amour et d’aventures du Moyen Âge, Paris, PUF, 1979 ; Les fabliaux, contes à rire du Moyen Âge, Paris, PUF, 1983 ; Dictionnaire étymologique et historique de la langue française, en collaboration avec E. Baumgartner, Paris, Le Livre de Poche et la Pochothèque, 1996. Il a dirigé de vastes entreprises d’édition, dont celles du Tristan en prose (éd. du manuscrit de Vienne, 9 tomes parus chez Droz de 1987 à 1997, Ph. Ménard ayant édité le t. I ; éd. du manuscrit BnF fr. 757 paru chez Champion en 5 tomes, de 1997 à 2007), ainsi que l’édition du Devisement du Monde de Marco Polo (Genève, Droz, 6 volumes, parus de 2001 à 2009). Ses travaux portent actuellement sur Marco Polo et les voyageurs en Orient (Marco Polo : à la découverte du monde, Paris, Glénat, 2007 ; Marco Polo : à la découverte de l’Asie, Paris, Glénat, 2009 ; Le voyage en Asie d’Odoric de Pordenone, traduit par Jean Le Long, A. Andreose et Ph. Ménard [éd.], Genève, Droz, 2010). En 1998, deux volumes d’hommages lui ont été offerts (Miscellanea mediaevalia, Mélanges offerts à Philippe Ménard, études réunies par J. Cl. Faucon, A. Labbé et D. Quéruel, Paris, Champion, 1998).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site