Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Artus de Bretagne : xvie-xixe siècles

Quelques remarques sur les Chroniques de Froissart et Artus de Bretagne traduits par Lord Berners : rivalité entre histoire et fiction ou cause commune ?

Patricia Victorin

Résumé

On sait que Lord Berners a composé une adaptation en anglais d’Artus de Bretagne, The History of the moost noble and valyaunt knight, Arthur of Lytell Brytayne. Mais c’est surtout pour sa traduction adaptation des Chroniques de Froissart que Lord Berners est connu ; et ce serait, du reste, la seule qui aurait été publiée de son vivant en 1523-25. Faut-il considérer que ces deux adaptations se posent comme rivales, la fiction d’un côté, l’histoire, de l’autre, ou bien au contraire, épousent-elles une cause commune ? À travers une étude comparée des préfaces de ces deux adaptations, l’article étudie les distinctions que Lord Berners opère dans l’écriture en prose en anglais entre écriture de l’histoire et écriture romanesque, « hystorye » et « fayned mater ». L’auteur examine ensuite la visée propagandiste de la traduction anglaise des Chroniques de Froissart, avant de considérer comment histoire et roman viennent se conjoindre pour répondre à un même plaisir nostalgique et un souci commun de transmettre la tradition chevaleresque par la double voie de l’histoire et de la fiction, toutes deux incarnant « the messenger of old times ».

Texte intégral

  • 1 Voir N. F. Blake, William Caxton and English Literary Culture, Bloomsburry Academic, 1991. Voir aus (...)
  • 2 C’est l’hypothèse que formule Arthur B. Ferguson, dans The Indian Summer of English Chivalry. Studi (...)

1« Read Froissart », écrit Caxton dans une enthousiaste invitation adressée aux jeunes nobles anglais. Il convient d’emblée de redonner à William Caxton1 (c. 1422-1491), diplomate, écrivain et surtout imprimeur, qui, le premier, introduisit une presse en Angleterre en 1476 ou 1477, son rôle de premier plan dans la diffusion de monuments de la tradition chevaleresque et de manière indirecte aussi, de Froissart. Rappelons qu’à l’époque si dans le domaine de la poésie anglaise il existe bien un modèle, Chaucer, il n’en va pas de même pour la prose, d’où la nécessité d’adapter et de traduire des œuvres en langue française, espagnole, latine ou autres. Certes, Caxton n’imprima pas les Chroniques de Froissart, et on peut d’ailleurs se demander pourquoi. Est-ce parce qu’il préférait le Brut anglais ou le Polychronicon de Higden2 ? En tout cas c’est lui qui imprima le premier The Canterbury Tales, la Morte d’Arthur de Malory ou encore The Ordre of Chivalry, dans l’épilogue duquel il exhorte les chevaliers et la noblesse à lire Froissart. Voici la célèbre invitation de Caxton recontextualisée:

  • 3 Cité d’après A. B. Ferguson, op. cit., p. 35.

Oh ye knights of England, where is the custom and usage of noble chivalry that was used in those days? What do ye now but go to the bagnios and play at dice? And some not well advised use not honest and good rule against all order of knighthood. Leave this, leave it and read the noble volumes of the Holy Grail, of Launcelot, of Galahad, of Tristram, of Perseforest, of Percival, of Gawain and many more. There shall ye see manhood, courtesy, and gentleness. And look in later days of the noble acts since the conquest, as in the days of King Richard Cœur de Lyon, Edward the First and the Third and his noble sons, Sir Robert Knolles, Sir John Hawkwood, Sir John Chandos, and Sir Walter Manny. Read Froissart. And also behold that victorious and noble king, Harry the Fifth, and the captains under him […] and many others whose names shine gloriously by their virtuous noblesse and acts that they did in honor of the order of chivalry3.

  • 4 Dans la collection Harvard Classics, vol. 35. Ce volume continue d’être édité.

2Au-delà de la dimension exemplaire des Chroniques, le succès toujours vif de Froissart s’explique aussi en grande partie par cette appétence pour les romans de chevalerie en Angleterre à la fin du Moyen Âge, car il n’y a pas de démarcation très nette entre la chevalerie fictive et la chevalerie historique. Les deux offrent un miroir convergent du comportement chevaleresque. Les héros des récits arthuriens, Lancelot, Galaad, Tristan ou Perceforest voisinent avec les héros historiques, Robert Knolles, John Chandos ou Gautier de Mauny, qui peuplent les Chroniques de Froissart. Le champ de la fiction et celui de la fresque historique deviennent des miroirs de chevalerie et de prouesse, sous la plume de Caxton, et cela aura des incidences beaucoup plus tardives, car perdure côté anglais une tradition éditoriale qui mêle Malory et Froissart, comme en témoigne par exemple l’ouvrage édité par Charles W. Eliot, en 1910, Chronicle and Romance. Froissart, Malory, Holinshed4.

  • 5 Sur cette filiation, voir D. Gray, Later Medieval English Literature, Oxford University Press, 2008 (...)
  • 6 La première édition imprimée pour Robert Redborne par William Copland date de 1560 ; la seconde de (...)
  • 7 On a conservé deux éditions, la première imprimée par J. Notary daterait des années 1515.
  • 8 Lord Berners, The first volum of Sir Johan Froyssart of The chronycles of Englande/Fraunce/Spayne, (...)
  • 9 Sur ce sujet, voir l’excellente synthèse de J.-M. Mœglin, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un myt (...)

3On aurait pu s’attendre à ce que Caxton fît paraître Froissart mais il n’en fit rien. C’est John Bourchier dit Lord Berners (c. 1467-1533), diplomate en Espagne et en France, député de Calais de 1520 à sa mort, qui par nombre de points s’inscrit dans la succession de Caxton5, qui va réaliser le vœu de celui-ci en donnant à lire à un public plus large les Chroniques de Froissart. Selon les spécialistes, Lord Berners aurait d’abord composé son adaptation d’Artus de la petite Bretagne, The History of the moost noble and valyaunt knight, Arthur of Lytell Brytayne, à partir de l’imprimé de 1496 de Paris et non de l’imprimé de 1514 de Michel Le Noir, comme cela avait pu être soutenu6. Pour ce qui est de son adaptation de Huon, il semblerait qu’il se soit servi des éditions parisiennes de Le Noir de 1513, 1514 ou 15167. Mais c’est surtout pour sa traduction adaptation des Chroniques de Froissart que Lord Berners est connu8 ; et ce serait, du reste, la seule qui aurait été publiée de son vivant en 1523-1525. Il commença ce travail alors qu’il était lors de la signature du traité de Bruges en 1521 à Calais, où il a sans nul doute établi des contacts avec les imprimeurs continentaux. Il est important de relever le fait que la résidence d’écriture de Berners se situe à Calais, haut lieu chargé d’histoire et de reconstruction mythique9 tant du côté anglais que français, lieu du dévouement des Bourgeois de Calais et de la clémence du roi anglais, Édouard III, grâce à l’intercession de Philippa enceinte qui demande la grâce des courageux Calaisiens.

  • 10 Voir J. Boro, « This rude laboure: Lord Berners’s Translation Methods and Prose Style in Castell of (...)

4Le premier livre des Chroniques a été imprimé trois fois en 1523, 1542 ( ?) et c. 1563. On connaît deux imprimés du second volume, l’un de 1525, l’autre de 1563. Cette traduction aurait été faite à la demande d’Henry VIII en personne. L’inventaire de la bibliothèque de Lord Berners léguée à sa nièce Elisabeth Carew à qui il a dédié son Castell, témoigne de son goût varié pour les textes romanesques et didactiques, ainsi que pour les chroniques : pour les sources françaises, on compte le Lancelot en prose, Alain Chartier, les Chroniques d’Enguerran de Monstrelet, les Chroniques de France et surtout dix copies du premier Livre des Chroniques de Froissart, trois du second livre. Cette importance dévolue aux Chroniques de Froissart tendrait d’ailleurs à montrer comme Joyce Boro10 en a fait l’hypothèse que Lord Berners utilisait différents témoins des Chroniques pour sélectionner et comparer la narration des événements.

5Pour mieux cerner les enjeux des adaptations d’Artus et des Chroniques de Froissart, nous proposerons une étude comparée des deux préfaces de ces textes de Lord Berners afin de mesurer comment l’écart nettement marqué entre les deux textes, l’un romanesque et l’autre historique, tend à se résorber dans une même appétence pour les romans de chevalerie et les hauts faits chevaleresques. Mais auparavant nous ferons un petit détour nécessaire du côté de Caxton qui, dans ses préfaces de la Morte d’Arthur de Malory et du Polychronicon, pose un certain nombre de points importants sur la distinction entre fiction romanesque et vérité historique, qui ne manqueront pas d’éclairer notre lecture des deux préfaces de Lord Berners, dans lesquelles ce dernier reprend pour partie le propos de Caxton. Ainsi nous envisagerons dans un premier temps l’écriture en prose en anglais en distinguant écriture de l’histoire et écriture romanesque, « hystorye » et « fayned mater ». Puis nous examinerons la visée propagandiste de la traduction anglaise des Chroniques de Froissart, avant de considérer comment histoire et roman viennent se conjoindre pour répondre à un même plaisir nostalgique et à un souci commun de transmettre la tradition chevaleresque par la double voie de l’histoire et de la fiction, toutes deux incarnant « the messenger of old times ».

L’écriture en prose en anglais : rivalité ou cause commune entre écriture de l’histoire et écriture romanesque

  • 11 B. Wheeler, « As the French Book Seyeth », Cahiers de recherches médiévales, no 14, 2007, mis en li (...)

6Dans sa préface à la Morte d’Arthur de Malory11, Caxton oppose les fictions inventées autour d’Arthur « feigned and fables » et les chroniques qui ne le mentionnent pas. Dans cette préface, il met en scène un dialogue fictif avec des gentilshommes anglais qui lui demandent instamment d’imprimer les aventures du roi Arthur et du saint Graal, et Caxton de leur répondre ainsi :

To whom I answered that divers men hold opinion that there was no such Arthur, and that all such books as been made of him be feigneid and fables, because that some chronicles make of him no mention, nor remember him nothing, nor of his knights.

7Cette remarque est pour le moins paradoxale sous la plume de Caxton, qui a imprimé le Brut et le Polychronicon, dans lesquels le roi Arthur est mentionné à de nombreuses reprises. Ce à quoi l’un des gentilshommes répond en mentionnant des preuves du contraire : le sépulcre d’Arthur, à Glastonbury, est bien mentionné dans le Polychronicon, et il s’étonne de ce qu’Arthur ne soit pas davantage renommé en Angleterre : « It is a marvel why he is no more renowned in his own country. » C’est dans ce contexte de demande pressante de la classe chevaleresque que Caxton décide d’imprimer la Mort d’Arthur d’après Malory. Il décrit son livre en ces termes:

treateth of the noble acts, feats of arms of chivalry, prowess, hardiness, humanity, love, courtesy, and very gentleness, with many wonderful histories and adventures.

8Au-delà de la dimension exemplaire du récit qui doit tendre un miroir moral, Caxton souligne aussi le plaisir de la lecture des aventures. Les lecteurs y trouveront « many joyous and pleasant histories ».

  • 12 Voir M. Matheson, « Printer and Scribe; Caxton, the Polychronicon and the Brut », Speculum, no 60, (...)

9Dans la préface de son Polychronicon12, Caxton établit clairement les distinctions entre histoire et fiction :

whiche worde hystorye may be descryved thus/ Historye is a perpetuel conservatryce of thoos thynges that have be doone/before this presente tyme/and also a cotydyan witnesse of bienfayttes, or malefaytes/grete Actes/and tryumphal victoryes of all maner peple. And also yf the terryble, feyned Fables of Poetes have moche styred and mœved men to pyte/ and conservynge of Justyce/How moche more is to be supposed/that Hystorye, assertryce (advocate) of veryte/and as moder of alle philosophye/moevynge our maners to vertue/ reformeth and reconcyleth ner hende all thoos men/which thurgh the Infyrmyte of oure mortal nature hath ledde the mooste part of theyr life in Ocyosyte (idleness) and myspended theyr tyme, passed right soone oute of Remembraunce/ of whiche lyf and deth is egal oblyvyon/The fruytes of vertue ben Inmortal/Specyally whanne they been wrapped in the benefyce of Hystoryes.

  • 13 Voir T. H. Crofts, Malory’s Contemporary Audience. The social Reading of Romance in Late Medieval E (...)
  • 14 Ibid. p. 31-59 plus particulièrement. Et du même auteur, voir « Thynges foresayd aledged », K. S. W (...)

10Dans ce passage, Caxton définit la notion d’histoire comme un conservatoire de la mémoire du passé, porteuse aussi des « fruits de vertu », en tant que témoin des hauts faits et des méfaits commis par les hommes. L’histoire est du côté de la vérité (sans mensonge, sine mendacio), elle est digne de remembraunce, et elle relève enfin du témoignage. On retrouve la tripartition cicéronienne entre fabula (la narration fictive), l’historia ou narratio rei gestae, et l’argumentum, lequel, s’il est inventé, pourrait être vrai. D’une certaine manière, Caxton tisse aussi des passerelles entre la matière arthurienne et la matière historique à travers la relique qu’est notamment le sépulcre d’Arthur à Glastonbury, ce « résidu matériel de l’histoire13 » qui conjoint la fabula, l’historia et l’argumentum14.

11Après ce détour par Caxton, qui a posé les jalons des distinctions entre matière arthurienne et matière historique, voyons maintenant ce qu’en fait Lord Berners à travers les choix des textes qu’il souhaite donner à lire à ses contemporains en anglais. Une fois encore, c’est vers les discours préfaciels que nous nous tournerons.

  • 15 C’est à cette occasion que Caxton fait référence à son origine du Kent, dans le cadre du topos de m (...)

12La préface de l’History of the most noble and valyant knyght Arthur of Lytell Brytagne de Lord Berners semble entrer en résonance avec celle de Caxton pour la Morte d’Arthur de Malory et surtout celle du Recuyell of the historyes of Troye dans laquelle Caxton prétend avoir voulu renoncer à son projet après avoir écrit plusieurs cahiers. C’est alors qu’il occupe la fonction de gouverneur de la nation anglaise de Bruges, et ce, depuis 1462, que Caxton commence sa lecture réécriture de Raoul Lefèvre. Ce serait à la demande pressante de la Duchesse de Bourgogne, la duchesse Marguerite d’York, épouse de Charles le Téméraire, qu’il aurait repris son travail de traduction adaptation. Sa préface s’ouvre sur le topos de l’oisiveté mère de tous les vices. Pour échapper à cette oisiveté, Caxton commença la lecture du livre de Raoul Lefèvre, le Recueil des histoires de Troie, librement inspiré du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure. Ce livre contenait « many strange and marvayllous histories where in I had grete pleasyr and delyte as well for the novelte of the fame as for the fayr langage of frenshe ». C’est alors que Caxton prit conscience de sa maîtrise toute relative de la langue française et de la langue anglaise, du fait de son long séjour de trente ans en Bourgogne15. Voyons maintenant comment Lord Berners emprunte aux préfaces de Caxton pour opérer certains déplacements significatifs.

13Dans son prologue à Artus de Bretagne, Lord Berners ouvre son propos sur la notion de plaisir de lecture et le clôt dans le premier paragraphe sur la notion de remembraunce.

14Ainsi ouvre-t-il son prologue:

For as moche as it is delectable to all humayne nature to rede and to here these auncient noble hystoryes of the chyvalrous feates and marciall prowesses of the vyctoryous knights of tymes paste, whose tryumphant dedes, yf wrytinge were not, sholde be had clene out of remembraunce.

15Il présente son projet en ces termes :

I, John Bourghchere knyghte lorde berners have enterprysed to translate out of Frensshe in to our maternall tongue a noble hystory, makynge mencyon of the famous dedes of the ryght valyaunt knyght Arthur…

  • 16 On relèvera l’expression « makynge mencyon » chez Berners, déjà présente chez Caxton (soulignée en (...)

16Alors que Caxton soulignait le fait que les chroniques ne font pas mention du roi Arthur, ce qui était faux et ne pouvait pas manquer de faire sourire ses lecteurs, Lord Berners, au contraire, évoque la noble histoire qui fait mention des exploits du vaillant Arthur de Bretagne16. L’audace est d’autant plus grande que la petite histoire d’Arthur de petite Bretagne est loin de pouvoir se hausser à la hauteur de celle du grand roi Arthur. Lord Berners prétend ensuite avoir envisagé de renoncer à son projet, comme Caxton, mais cette fois, en raison du caractère incroyable de bon nombre d’aventures :

I had determined to have left and gyven up my laboure, for I thoughte it sholde have ben reputed but a folye in me to translate be seming suche e fayned mater, wherin semeth to be so many unpossybylytees.

17Lord Berners déplace le questionnement pour son Artus de Bretagne en y mêlant le topos du renoncement au projet mais non pour des raisons liées à la langue comme l’avait fait Caxton, mais au nom du caractère trop fictif et trop incroyable des aventures qui y sont contées. Certes le récit des aventures d’Artus de Bretagne est par nombre d’aspects incroyable voire « supernaturall », mais il en va de même d’autres récits, comme il le rappelle :

I had redde and seen many a sondrye volume of dyverse noble hystoryes wherin were contained the redoubted dedes of the auncyent invynsyble conquerours and of other ryght famous knyghtes who acheved many a straunge and wonderfull adventure.

18Faut-il y voir une allusion au texte de Malory donné par Caxton ?

19En tout cas, ce constat légitime qu’il poursuive son projet de translatio d’Artus de Bretagne, dès lors qu’il existe d’illustres précédents. Et ce, d’autant plus que ce récit bénéficie du même cœfficient de vérité et d’exemplarité que ses illustres prédécesseurs. « This boke devysed is not with out some maner of trouthe or vertuous entent. » Ce récit est donc bien doté d’une valeur morale, exemplaire, et n’est pas dépourvu d’une manière de vérité. Si l’on voit bien ce qu’il en est de la dimension exemplaire, en revanche le syntagme « maner of trouth » est plus problématique. Dans le cas d’Artus, Berners est confronté au problème du caractère trop nettement fictionnel du récit, récit auquel on ne peut accorder foi. Les choses sont bien différentes avec les Chroniques de Froissart. La préface des Chroniques de Froissart translatées par Lord Berners a pour modèle celle du Polychronicon de Caxton.

20Cette préface de Lord Berners consiste en un long développement sur les bienfaits de l’histoire tant pour l’humanité en son entier, dans la mesure où elle montre la voie de la vertu et de l’honneur, que pour la jeunesse, l’aristocratie ou les princes.

  • 17 Chronicles of Froissart translated out French by Sir John Bourchier, Lord Berners (1523-1525), intr (...)

Wherfore I say, that historie may well be called a divyne provydence; for as the celestyal bodyes above complecte all and at every tyme the universall worlde, the creatures therin conteyned, and all their dedes, semblably so dothe history17.

  • 18 Il reprend ses dires dans la préface des volumes suivants en ces termes: « Since history (as I have (...)

21L’histoire est à ses yeux « the lyght of trouthe, the maystres of the lyfe humayne, the presydent of remembraunce, and the messanger of antiquyte ». Il conclut: « the most profytable thyng in this worlde for the humayne lyfe is hystorie18 ». On voit que l’on est passé de l’expression « some maner of trouth » pour ce qui est d’Artus à « the light of truth » pour Froissart. Il explique pourquoi son choix s’est porté sur Froissart:

And among all other, I redde dilygently the four volumes or bokes of sir Johan Froyssart of the countey of Haynaulte, written in the French tonge, whiche I judged comodyous, necessarie, and profytable to be hadde in Englysshe, si the thez treat of the famous actes done in our parties; that is to say, in Englande, Fraunce, Spaygne, Portyngale, Scotlande, Bretayne, Flaunders, and other places adjoyning; and specially thez redounde to the honoure of Englysshemen.

  • 19 Aux yeux de certains spécialistes, « Lord Berners was more inclined to identify romantic history wi (...)

22Berners accorde une valeur morale aussi bien aux romans qu’aux écrits historiques ou pseudo-historiques qui mettent en scène les hauts faits chevaleresques de chevaliers historiques ou de fiction. On aurait même l’impression que la distinction introduite par Caxton entre histoire et fiction tend à se résorber chez Lord Berners19. Ainsi on retrouve dans sa préface aux Chroniques de Froissart des considérations assez proches de celles développées dans la préface de son Artus.

What pleasure shall it be to the noble gentylmen of Englande to se, beholde, and rede the highe enterprises, famous actes, and glorious dedes done and atchyved by their valyant aunceystours?

  • 20 Voir M. Hattaway, A companion to English Renaissance Literature and Culture, Blackwell, 2003, p. 31 (...)
  • 21 Voir S. Mentz, Romance for Sale in Early Modern England. The Rise of Prose Fiction, Ashgate, 2006, (...)

23Et pourtant, c’est l’époque où le débat portant sur l’authenticité et la véracité que l’on peut accorder au matériau arthurien se répand parmi les chroniqueurs au premier rang desquels on trouve Robert Fabyan, dont les New Chronicles of England and France, écrites dans les années 1490, ne sont publiées qu’en 1516. De même Polydore Virgile, qui compose une histoire de l’Angleterre à la requête d’Henri VIII, s’interroge sur le crédit que l’on doit accorder à la matière arthurienne, héritée du Brut notamment. Parallèlement les humanistes anglais s’interrogent sur les effets moraux de la lecture de fiction20. Ce climat de suspicion autour de la fiction explique que quelques décennies plus tard, le traducteur élisabéthain Thomas Underdown, qui a traduit Les Ethiopiques d’Héliodore, en 1566, défend la morale de son ouvrage où la bonté est récompensée et le crime puni, par opposition aux romans chevaleresques dépourvus de cette dimension : il prend comme exemples La Morte d’Arthur et Artus de Bretagne21. On voit bien que même si Artus et La Morte d’Arthur bénéficient d’un vif succès en Angleterre, les deux œuvres ne cessent de faire l’objet d’interrogations sur leur légitimité morale.

24Au-delà d’un même attrait et du goût pour les hauts faits chevaleresques, le merveilleux, la courtoisie, tant chez Lord Berners lui-même que chez ses lecteurs et les gentilshommes, qu’Artus et les Chroniques peuvent tous deux combler, il est un aspect sur lequel les Chroniques de Froissart se différencient d’Artus, à savoir la portée idéologique et propagandiste, essentielle dans le cas des Chroniques et, plus accessoire, pour ce qui est d’Artus, peut-être en raison de son orientation favorable aux Français.

Les Chroniques de Froissart traduites en anglais et la visée propagandiste

25On peut formuler l’hypothèse que le souhait de donner une place de premier choix à Froissart du côté de Berners et la demande de la royauté qui l’enjoint à traduire les Chroniques en anglais se croisent et se renforcent. Le projet individuel de Lord Berners, dont on sait qu’il descend d’Édouard III, le grand roi d’Angleterre dont Froissart a magnifié le personnage en en faisant une sorte de « restor » du roi Arthur, à la suite de Jean Le Bel, se trouve ainsi conforté par la demande du pouvoir qui entend asseoir sa légitimité et ses prétentions à la couronne de France.

  • 22 Voir S. Echard, Printing the Middle Ages, University of Pennsylvania Press, 2008, plus particulière (...)
  • 23 P. Neville-Sington, Press, Politics and Religion, p. 582 et Richard Pynson, king’s printer (1506-15 (...)
  • 24 Ibid., p. 585. Elle ajoute: « The title-page to Lord Berners’s translation of Jean Froissart’s Chro (...)

26Au fond, pour le dire un peu crûment, le projet de Lord Berners serait de faire comme si Froissart était un écrivain anglais et comme si sa langue maternelle était l’anglais22 : William Paton Ker dira de la version de Berners que « (this) is really Froissart in English, that sounds like Froissart ». Son projet participe aussi d’une propagande de la couronne d’Angleterre qui entend légitimer son règne, glorifier le roi et la classe chevaleresque anglaise. Pamela Neville-Sington a bien souligné que la publication du premier volume des Chroniques en anglais coïncide précisément avec les nouvelles prétentions d’Henry VIII sur l’héritage du royaume de France, lui qui se voit comme le Henry V redivivus23. Rappelons que Lord Berners a accompagné Henry VIII sur le Field of Cloth of Gold, le Camp du Drap d’or, lors de la rencontre diplomatique entre François Ier et Henri VIII, où chacun des souverains a fait assaut de luxe ostentatoire, le 24 juin 1520, dans un lieu situé près de Calais, la dernière possession continentale des Anglais ; cette « emprise » ne va pas sans évoquer toutes les « apertises » d’armes et tout le luxe ornemental qui président aux aventures des Chroniques. En outre, P. Neville-Sington relève que la couronne d’Angleterre a sans nul doute différé la sortie des livres suivants, narrant la fin de la guerre de Cent Ans pour que cela coïncide avec la signature du traité de paix entre la France et l’Angleterre le 30 août 152524. Avec la translatio de John Bourchier, Froissart trouve une place majeure dans l’historiographie anglaise, et ce d’autant plus que ses Chroniques prennent aussi la forme et le moule du roman de chevalerie, bien loin des sèches annales monastiques. Il met le panache et le lustre du roman au service de la narration de l’histoire, en faisant des acteurs de l’histoire des personnages dignes de la fiction romanesque.

27Cet enjeu propagandiste des Chroniques de Froissart recouvre divers aspects. Outre les parallèles établis entre le contexte de la guerre de Cent ans et celui de l’actualité de la publication de l’ouvrage par Berners, il s’agit aussi de présenter le chroniqueur comme le héraut de la nation anglaise et de lui donner la langue dans laquelle on estime qu’il aurait pu, voire dû, s’exprimer. Cette traduction en sympathie de Froissart participera au processus d’invention d’une prose en anglais, une langue capable de se hausser au rang de la littérature et d’endosser une fonction spirituelle en devenant langue de religion dans le contexte complexe de la Réforme.

  • 25 A. Grandsen, Historical writing in England (c. 1307 to the early Sixteenth Century), Cornell Univer (...)
  • 26 Sur tous ces aspects, voir C. Given-Wilson, « Official and semi-official History: The English Evide (...)
  • 27 E. Donald Kennedy, « Romancing the Past: A medieval English Perspective », The Medieval chronicle, (...)

28À défaut de reconstituer le contexte historiographique dans lequel s’inscrit cette traduction des Chroniques de Froissart par Lord Berners, nous reviendrons rapidement ici sur certains points développés par l’historienne Antonia Grandsen25. Dans son ouvrage, Historical Writing in England c. 1307 to the early Sixteenth Century, l’historienne a montré qu’à la fin du Moyen Âge, les Anglais, à l’instar des autres pays européens (Italie, Espagne, France, Flandres…) ont à cœur de conserver la mémoire de leur histoire contemporaine. C’est surtout le fait des clercs au XIVe siècle, puis au XVe siècle, de laïcs provenant de différentes catégories sociales : la noblesse, la bourgeoisie londonienne, les hérauts, et à mesure que l’on s’approche de la fin du XVe siècle, des diplomates. Tous ces historiens se sont attachés à relater les guerres contre l’Ecosse ou contre la France, animés qu’ils étaient par un sentiment dynastique profond. Historiens et chroniqueurs de la fin du Moyen Âge ne se contentent pas d’enregistrer les témoignages oraux, mais ils utilisent aussi beaucoup, et ce, depuis la fin du XIIIe siècle, des documents écrits, parmi lesquels des lettres, des tracts, qui participent d’une véritable propagande. On observe toutefois un déclin des chroniques monastiques au XVe siècle en raison d’une demande plus forte de chroniques en langue vernaculaire, du fait de l’impact du Brut, véritable « chronique nationale », d’abord écrit en anglo-normand, puis en anglais. À partir du début du XVe siècle, en Angleterre, la production et le patronage des travaux historiques se recentrent plus nettement autour de la cour royale26. Dans un article, E. D. Kennedy27 revient sur les rapprochements que l’on peut opérer entre l’historiographie anglaise et française. Comme l’a souligné E. D. Kennedy, s’il y a des divergences entre les deux traditions, un certain nombre de convergences se font jour aux XIVe et XVe siècles : à ses yeux, l’intérêt pour l’histoire chevaleresque se perpétue avec le Brut, notamment, et la traduction de Froissart par Lord Berners. Les différences principales résideraient dans l’emploi de la prose vernaculaire qui s’impose plus tardivement en Angleterre : le déclin de l’anglo-normand – qui occupe ici la position du latin en France – au profit de l’anglais répond à une demande politique dans un contexte fort d’hostilités avec la France et à une demande croissante du lectorat. En outre, la réception et l’utilisation du matériau arthurien divergent aussi en Angleterre et en France. Si le matériau arthurien est bien rattaché à une fiction côté français, il est davantage utilisé en Angleterre à des fins propagandistes et dans une perspective historique.

  • 28 R. M. Smith, Froissart and the English chronicle play, Columbia University Press, 1915. Voir aussi (...)
  • 29 Sur la question de la traduction, voir « John Trevisa : Dialogue between a Lord and a Clerck », J. (...)
  • 30 Sur les relations entre les chroniques de Froissart et la vie du Prince Noir par le héraut Chandos, (...)
  • 31 Dans son ouvrage, The Indian Summer of English Chivalry, éd. citée, A. B. Ferguson, déplore le manq (...)

29Le succès continu des Chroniques de Froissart en Angleterre s’explique surtout par la traduction qu’en propose Lord Berners à la demande d’Henri VIII. Dans un ouvrage déjà ancien, Froissart and the English Chronicle Play28, Robert Metcalf Smith (1886-1952) dresse une synthèse de la réception de Froissart en Angleterre chez les historiens, avant et après la traduction de Lord Berners29. Dans son ouvrage, il montre bien qu’avant la traduction de Berners, le texte des Chroniques est en partie éclipsé par d’autres chroniques anglaises et par les récits des hérauts comme le Prince Noir de John Chandos30. On ne trouve pas d’allusion à Froissart dans les Chronicles of England ; seul Caxton fait référence à Froissart avant la traduction de Lord Berners. Auparavant, on ne trouve que quelques allusions à Froissart chez Robert Fabian, dans ses New Chronicles of England and France (parues en 1516)31. Mais ce dernier s’inspire davantage des Chroniques de France que de celui qu’il nomme John Froysarde. On retrouve aussi Polydore Virgile, historien italien qui réside à la cour d’Henry VII et écrit une Historia anglica pour laquelle il compile le Brut, Fabian, Froissart et Monstrelet. À l’époque des Tudor, on lisait les écrits de Fabian ou de Polydore Virgile : autrement dit la connaissance de Froissart n’était que fragmentaire et passée par le prisme d’un autre historien.

30Après la parution de la traduction de Froissart par Lord Berners, c’est-à-dire après 1523-1525, la présence de Froissart chez les chroniqueurs et historiens anglais s’amplifie. C’est le cas chez Richard Grafton et son History of England, qui insère des pages entières de la traduction de John Bourchier, sur fond de rivalité avec John Stow, qui accuse Grafton d’avoir plagié Froissart. Ralph Holinshed, auteur des Chronicles of England, Scotland and Ireland (1578), a consulté plus de 180 sources pour écrire ses Chroniques ; pour ce qui est plus spécifiquement des règnes d’Édouard III et de Richard II, il s’est surtout inspiré de Froissart dans la traduction de Lord Berners. C’est encore précisément dans les chroniques d’Holinshed, donc dans un Froissart de seconde main, que Shakespeare puisera pour composer son drame Richard II.

31Mais au-delà de cette visée historique et propagandiste anglaise, il est un autre aspect qui conjoint l’appétence pour les Chroniques et pour Artus, le plaisir nostalgique allié au désir de transmettre et de restaurer une tradition chevaleresque par l’histoire et la fiction, toutes deux « the messenger of antiquite ».

Un plaisir nostalgique : transmettre et restaurer une tradition chevaleresque par l’histoire et la fiction, « the messenger of antiquite »

  • 32 « An accident of History: Lord Berners’s translation of Froissart’s Chronicles », The Chaucer Revie (...)

32Dans un article suggestif intitulé « An accident of History : Lord Berners’s translation of Froissart’s Chronicles », George Kane32 s’interroge sur les raisons qui pourraient expliquer pourquoi la narration historique en prose en langue anglaise a été si longuement différée. Une des raisons viendrait de ce que traditionnellement les chroniques anglaises commencent avec la destruction de Troie et embrassent toute l’histoire de l’Angleterre. Ces deux parties nettement distinctes nuisent à la constitution d’une histoire unie. Nous ne reprendrons pas ici les détails de la démonstration. Georges Kane relève plus particulièrement la piété d’antiquaire perceptible dans la traduction de Berners et souligne le caractère volontairement archaïque de la langue de celui-ci : « In a very real sense the English of Berners’s Froissart was already archaic when he wrote it. » Et il poursuit :

Berners could not profitably have learned from his success in translating Froissart because the lesson there available was already obsolete, or in another sense too advanced, premature. To produce it Berners wrote in the 1520s an English prose remarkably similar in grammatical arrangements and tone to the best from fourteenth-century France. He had no influence and no successor of quality until William Morris.

33Ainsi il y aurait dans la translatio de Lord Berners, notamment dans le cas des Chroniques et d’Artus, une volonté de préserver autant que faire se peut les textes dans leur langage d’origine, cette langue du XIVe siècle qui peut apparaître obsolète aux lecteurs du XVIe siècle, et de les donner à lire dans une langue qui aurait été celle, ou proche de celle du XIVe siècle en anglais. Dans cette optique, il nous semble fort probable que la traduction d’Artus de Petite Bretagne ait été un galop d’essai pour John Bourchier, une mise en langue anglaise en quelque sorte, avant le grand œuvre qu’est la traduction de Froissart. Lord Berners a ainsi recréé l’illusion d’un récit en anglais venu du passé, avec la création d’une langue conforme à l’anglais du XIVe siècle.

  • 33 S. Lanier, The Boy’s Froissart, Being Sir John Froissart’s Chronicles, Edited for Boys, New York, S (...)

34Comme l’a souligné Joyce Boro, les productions de Lord Berners postérieures à Artus et aux Chroniques de Froissart s’avèrent bien différentes. Elle montre que les deux traductions de Berners inspirées d’œuvres espagnoles, Le Castell of Love et le Golden Boke, tiré du Libro Aureo de Marco Aurelio, d’Antonio de Guevara, se développent dans un style plus moderne, témoignant de la rhétorique humaniste. Par ces choix de traduction, Lord Berners a convié ses lecteurs à un voyage dans la tradition livresque européenne. Deux strates peuvent être distinguées dans son travail : une tradition dont il veut conserver l’archaïsme, ce dont témoigneraient Artus et les Chroniques, puis une nouvelle strate, plus moderne, plus en prise avec le renouveau de l’humanisme, avec les œuvres empruntées à l’espagnol. L’œuvre de John Bourchier fait parfaitement la jonction entre la littérature de l’Angleterre et celle du continent et symbolise une translatio entre la culture médiévale, dont témoignent Artus, Huon et Froissart, et la culture pré-moderne. Le second point qui nous semble important, c’est qu’il a tissé un lien indéfectible, comme Caxton avant lui, entre la tradition arthurienne et les Chroniques de Froissart, lien qui perdure encore si l’on en juge par les éditions anglo-saxonnes… Ainsi, au XIXe siècle encore, Outre-Atlantique cette fois, Sidney Clopton Lanier (1842-1881), poète et musicien américain, descendant d’ancêtres français et anglais, écrit à l’intention des garçons (comme le titre l’indique) The Boy’s Froissart33 (1878), ouvrage à succès tiré à 13 000 exemplaires, qui condense les Chroniques de Froissart. Deux ans plus tard il publie The Boy’s king Arthur (1880), tiré à 12 000 exemplaires. L’introduction de son Boy’s Froissart s’ouvre sur une thématique assez topique puisque Lanier affirme que la lecture des Chroniques est aussi instructive que récréative et ce, à tous les âges de la vie, de 7 à 77 ans :

Now, Froissart sets the boy’s mind upon manhood and the man’s mind upon boyhood. In reading him the young soul sifts out for itself the splendor, the hardihood, the daring, the valor, the generosity, the boundless conflict and unhindered action, which make up the boy’s early ideal of the man; while a more mature reader goes at once to his simplicity, his gayety, his passion for deeds of arms, his freedom from consciousness and from all internal debate in short, his boyishness. Thus Froissart helps youth forward and age backward.

  • 34 « For herein, » – as old William Caxton, the first English printer, says in his Prologue to Sir Tho (...)

35Mais ce que Lanier écrit par la suite est autrement plus intéressant, car il présente les Chroniques de Froissart comme la continuation du récit arthurien de Malory. Ce faisant, Lanier se situe dans le droit fil de Caxton34, qu’il cite d’ailleurs à la fin de son introduction :

The connection I mean is this: that Froissart’s Chronicle is, in a grave and important sense, a sort of continuation of Malory’s novel. For Malory’s book is, at bottom, a picture of knighthood in the twelfth and thirteenth centuries; while Froissart’s is a picture of knighthood in the fourteenth century.

36Ainsi on voit que le destin commun est bel et bien scellé en Angleterre entre les Chroniques de Froissart et Malory ; les héros de Froissart voisinent avec ceux de la Table Ronde, mais demeure en marge Artus de Petite Bretagne, qui n’a pas droit de cité auprès de ce personnel héroïque et qui continue de voyager en solitaire. Côté français, les Chroniques de Froissart et Artus de Bretagne continuent de cheminer ensemble, sans que leur destin ne se croise même s’ils sont tous deux promis à une belle fortune littéraire.

Notes

1 Voir N. F. Blake, William Caxton and English Literary Culture, Bloomsburry Academic, 1991. Voir aussi A. Mairey, « William Caxton : auteur, éditeur, imprimeur », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, no 19, 2010, p. 123-142.

2 C’est l’hypothèse que formule Arthur B. Ferguson, dans The Indian Summer of English Chivalry. Studies in the decline and transformation of chivalric idealism, Durham, Duke University Press, 1960, p. 68.

3 Cité d’après A. B. Ferguson, op. cit., p. 35.

4 Dans la collection Harvard Classics, vol. 35. Ce volume continue d’être édité.

5 Sur cette filiation, voir D. Gray, Later Medieval English Literature, Oxford University Press, 2008, surtout p. 205 sqq. le chapitre intitulé « Later Prose Romance : Caxton to Berners ».

6 La première édition imprimée pour Robert Redborne par William Copland date de 1560 ; la seconde de Thomas East date de 1582.

7 On a conservé deux éditions, la première imprimée par J. Notary daterait des années 1515.

8 Lord Berners, The first volum of Sir Johan Froyssart of The chronycles of Englande/Fraunce/Spayne, Amsterdam New York, Da Capo Press Theatrum Orbis Terrarum, 1970, fac simile-edition of edition London, 1523-1525.

9 Sur ce sujet, voir l’excellente synthèse de J.-M. Mœglin, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002.

10 Voir J. Boro, « This rude laboure: Lord Berners’s Translation Methods and Prose Style in Castell of Love » Translation and Literature, no 13, 2004, p. 1-23; « Lord Berners and His Books: A New Survey », A. Gillespie (dir.), Huntington Library Quarterly. Special Issue. Early Tudor Literature in Manuscript and Print, no 67, 2004, p. 236-250. Et toujours du même auteur: « John Bourchier (c. 1467-1533) and Romance », M. Pincombe and C. Shrank (dir.), The Oxford Handbook to Tudor Literature, 1485-1603, New York, Oxford University Press, 2009.

11 B. Wheeler, « As the French Book Seyeth », Cahiers de recherches médiévales, no 14, 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 26 septembre 2013. URL : http://crm. revues. org/2661. Le texte de cette préface de Caxton est aisément disponible, dans une version modernisée toutefois : C. W. Eliot (éd.), Prefaces and Prologues to famous Books, coll. « Harvard Classics », vol. XXXIX, (1re édition 1910).

12 Voir M. Matheson, « Printer and Scribe; Caxton, the Polychronicon and the Brut », Speculum, no 60, 1985, p. 593-614.

13 Voir T. H. Crofts, Malory’s Contemporary Audience. The social Reading of Romance in Late Medieval England, Cambridge, D. S. Brewer, 2006, voir plus particulièrement les p. 40-57.

14 Ibid. p. 31-59 plus particulièrement. Et du même auteur, voir « Thynges foresayd aledged », K. S. Whetter et R. Radulescu (dir.), Re-viewing Le Morte Darthur. Texts and Contexts, Characters and Themes, Cambridge, D. S. Brewer, coll. « Arthurian Studies », 2005, p. 50-62.

15 C’est à cette occasion que Caxton fait référence à son origine du Kent, dans le cadre du topos de modestie et d’une langue qu’il considère comme rude et barbare.

16 On relèvera l’expression « makynge mencyon » chez Berners, déjà présente chez Caxton (soulignée en gras dans la citation supra).

17 Chronicles of Froissart translated out French by Sir John Bourchier, Lord Berners (1523-1525), introduction de W. P. Ker, London, D. Nutt, 1901, t. 1 « The Preface of John Bourchier, Knyght, Lord Berners, translatour of this present cronycle », p. 3-7.

18 Il reprend ses dires dans la préface des volumes suivants en ces termes: « Since history (as I have declared in my preface upon the first and second volumes of this Chronicle) is the witness of times, the light of truth, the life of remembrance, the recorder of life, and the messenger of old times, from which innumerable circumstances arise, I do not think the time is mispent, which I have employed, at the high commandment of our most redoubted sovereign lord, Henry the Eighth, king of England and of France, high defender of the Christian faith, & c. about the translation of, now, the four volumes of Sir John Froissart, out of French into our English tongue. »

19 Aux yeux de certains spécialistes, « Lord Berners was more inclined to identify romantic history with romantic fiction, while Caxton, who himself separated those categories imperfectly, nonetheless thought of history as more effective than poetry simply because it added virtue of verity to those virtues that poetry and history shared »; voir F. J. Levy, Tudor Historical Thought, University of Toronto Press, 2004, p. 51-52.

20 Voir M. Hattaway, A companion to English Renaissance Literature and Culture, Blackwell, 2003, p. 317-326 surtout.

21 Voir S. Mentz, Romance for Sale in Early Modern England. The Rise of Prose Fiction, Ashgate, 2006, p. 40.

22 Voir S. Echard, Printing the Middle Ages, University of Pennsylvania Press, 2008, plus particulièrement le chapitre « Froissart’s not French (or Flemish) », p. 162-197.

23 P. Neville-Sington, Press, Politics and Religion, p. 582 et Richard Pynson, king’s printer (1506-1529): printing and propaganda in early Tudor England, Ph. D diss., U. Lond., 1990, p. 128-130.

24 Ibid., p. 585. Elle ajoute: « The title-page to Lord Berners’s translation of Jean Froissart’s Chronicles of the Hundred Years’war states that it was made at the commandment of Henry VIII. Its intention, like Christine de Pisan’s Fayttes of arms and Lytgate’s Troy Book, was to remind Englishmen that France was their traditional enemy and to inspire its readers to feats of glory on the battlefield. »

25 A. Grandsen, Historical writing in England (c. 1307 to the early Sixteenth Century), Cornell University Press, 1974; id., Legends, Tradition and History in medieval England, Cambridge, 1992; id., « Propaganda in English medieval Historiography », Journal of medieval History, no 1, 1975, p. 363-381. Pour une mise en contexte plus exhaustive, on pourra compléter par la lecture d’autres travaux parmi lesquels C. Given-Wilson (dir.), Fourteenth century England, VI, Woodbridge, The Boydell Press, 2010 et tout particulièrement l’article d’A. R. Bell, « Medieval chroniclers as war correspondents during the Hundred Years War », p. 171-182; C. Given-Wilson, Chronicles. The Writing of History in medieval England, London, 2004; J. Taylor, English Historical Literature in the Fourteenth Century, Oxford, 1987.

26 Sur tous ces aspects, voir C. Given-Wilson, « Official and semi-official History: The English Evidence », E. Kooper (dir.), The Medieval Chronicle V, New York, 2008, p. 1-16.

27 E. Donald Kennedy, « Romancing the Past: A medieval English Perspective », The Medieval chronicle, op. cit., p. 13-39. Voir aussi G. Spiegel, Romancing the Past. The Rise of vernacular Prose Historiography in Thirteenth-Century France, University of California Press, 1993.

28 R. M. Smith, Froissart and the English chronicle play, Columbia University Press, 1915. Voir aussi N. Chareyron, « L’influence de Froissart dans l’historiographie, la littérature et l’art en France et en Angleterre », M.-M. Castellani et J.-C. Herbin (dir.), Perspectives médiévales, Actes du Colloque international sur Froissart, Valenciennes 2004, supplément au no 30, 2006, p. 63-79.

29 Sur la question de la traduction, voir « John Trevisa : Dialogue between a Lord and a Clerck », J. A. Burrow et T. Turville-Petre, Book of Middle English, 1re édition 1992, réédit. Blackwell, 2005, p. 235-242.

30 Sur les relations entre les chroniques de Froissart et la vie du Prince Noir par le héraut Chandos, on lira avec profit P. Ainsworth, « Collationnement, montage et jeu-parti : le début de la campagne espagnole du Prince Noir (1366-1367) dans les Chroniques de Froissart », Le Moyen Âge, no 100, 1994, p. 369-411.

31 Dans son ouvrage, The Indian Summer of English Chivalry, éd. citée, A. B. Ferguson, déplore le manque de pittoresque dans la narration historique des chroniqueurs anglais. Il évoque le traitement laconique de Fabian à propos du siège de Calais, qui a donné lieu à un passage haut en couleurs chez Froissart. À ses yeux, « nor did England produce chroniclers of the type and the stature of Joinville or Froissart », p. 9.

32 « An accident of History: Lord Berners’s translation of Froissart’s Chronicles », The Chaucer Review, no 21, 2, 1986, p. 217-225 (p. 224 pour la citation).

33 S. Lanier, The Boy’s Froissart, Being Sir John Froissart’s Chronicles, Edited for Boys, New York, Scribners, 1879.

34 « For herein, » – as old William Caxton, the first English printer, says in his Prologue to Sir Thomas Malory’s history of King Arthur, – for herein may be seen chyvalrye, curtosye, humanyte, frendlynesse, hardynesse, love, frendshyp, cowardyse, murdre, hate, vertue, synne. Doo after the good, and leve the evil, and it shall bring you to good fame and renommee. »

Auteur

Maître de conférences depuis 2000, à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, puis à l’université Paul Valéry (Montpellier 3) depuis 2003. Elle travaille sur la réception du matériau arthurien, les processus de recyclage et le mélange des genres et des sources propres à l’esthétique du Moyen Âge tardif (Ysaïe le Triste. Une Esthétique de la Confluence : Tours, Tombeaux, Vergers et Fontaines, Paris, Champion, 2002 ; Le Conte du Papegau, édition et traduction avec la collaboration d’H. Charpentier, Paris, Champion, Classiques Moyen Âge, 2004). Elle a soutenu en 2013 une Habilitation à diriger des recherches intitulée Poétiques nostalgiques dans la littérature médiévale, du roman arthurien aux Chroniques de Froissart, dans laquelle elle mène un travail sur la réception de Froissart au cours des siècles, du XVe au XIXe principalement, dans l’histoire littéraire, l’iconographie, l’historiographie et chez les écrivains.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site