Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Artus de Bretagne : xvie-xixe siècles

De l’usage des bois gravés dans les éditions d’Artus de Bretagne du xvie siècle

Marie-Dominique Leclerc

Résumé

Au XVIe siècle, on relève une quinzaine d’impressions lyonnaises et parisiennes pour le roman Artus de Bretagne. Or, fait éditorial marquant, toutes sont illustrées, et parfois même abondamment. De la gravure de page de titre à celle de conclusion, c’est tout un appareil iconographique qui se déroule en même temps que le récit dans des combinaisons variées : bois de réemploi, bois gravés spécialement pour l’histoire, mélange de bois spécifiques et de bois opportunistes. Défilent alors, sous les yeux des lecteurs, des rencontres courtoises, des affrontements belliqueux, des scènes de transition, ou des représentations d’autorité dans une pertinence plus ou moins aléatoire ou au contraire judicieuse. Et finalement, toutes ces illustrations tendent à confirmer les valeurs chevaleresques d’Artus, héros preux, vaillant et… amoureux !

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Après les quatorze manuscrits connus d’Artus de Bretagne1, l’histoire poursuivit sa vie éditoriale à Lyon tout d’abord, puis à Paris avec un certain succès puisque c’est une quinzaine d’éditions que l’on peut relever pour le XVIe siècle2. Or, toutes ces impressions sont illustrées, ce qui ne fut pas obligatoirement le cas pour d’autres romans imprimés à la même époque. Dès lors, on peut penser que l’illustration participa de cette réussite éditoriale, ce qui légitime la présente étude et ces quelques interrogations : quels types d’illustrations pour ce roman de chevalerie ? Selon quels procédés éditoriaux et quel agencement ? Pour quelles lectures du public ? Nous tenterons donc une étude de bibliographie matérielle accompagnée, en l’absence de témoignages, de quelques hypothèses sur les attentes des lecteurs.

Un corpus lyonnais

Selon les bibliographies, Artus de Bretagne connut au moins deux éditions incunables lyonnaises, l’une en 1493 chez Jean de La Fontaine, l’autre en 1496, peut...

Auteur

Maître de conférences à l’université de Reims Champagne-Ardenne. Docteur en histoire et civilisations de l’EHESS à Paris, elle a publié de nombreuses études sur la Bibliothèque bleue, les filiations textuelles de romans issus de la littérature médiévale, et sur l’imagerie populaire. Elle s’intéresse plus généralement à la culture populaire dans toutes ses formes d’expression (livrets, images, marionnettes, théâtre rural, lanterne magique, enseignes…).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540