Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Deuxième partie. Artus de Bretagne : xvie-xixe siècles

Le « baron confondu » : la réception littéraire d’Artus de Bretagne du temps de Machaut à celui de Rabelais (XIVe-XVIe siècles)

Alexandra Hoernel

Résumé

Ouvrage à succès surpassant tous les romans dits arthuriens par son nombre d’éditions, Artus de Bretagne est aussi le seul à traverser sans faiblir tout le XVIe siècle. Qu’en est-il alors de sa réception ? Au vu de ces éléments, on l’imagine importante, supérieure à celle d’autres romans. Toutefois, un élément considérable vient freiner notre enthousiasme. Comment distinguer avec certitude notre Artus, héros français de la petite Bretagne, du roi Artus, figure légendaire de la Grande-Bretagne ? Voire même des ducs historiques de Bretagne portant ce même prénom ? Car la confusion semble régner dès l’apparition de ce nouvel Artus romanesque. En nous concentrant sur les seules mentions renvoyant avec certitude au « petit Artus », nous verrons alors que la première réception d’Artus de Bretagne a lieu très tôt, puisqu’on le rencontre dès 1364 dans Le Voir Dit de Guillaume de Machaut. Nous le retrouverons encore en 1532, dans l’enfer burlesque du Pantagruel de Rabelais. Enfin, nous montrerons qu’Artus de Bretagne n’a pas échappé à la controverse touchant l’ensemble des romans de chevalerie médiévaux au XVIe siècle, comme en témoigne en 1558 la Destruction de l’orgueil mondain de François Grandin.

Texte intégral

  • 1 Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de 1584, N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher (éd.), Paris, (...)

1Roman à succès daté du tournant des XIIIe et XIVe siècles, Artus de Bretagne1 est conservé dans quatorze manuscrits et diffusé de 1493 à 1628 par une quinzaine d’éditions. Il fera aussi l’objet d’une traduction anglaise donnée vers 1500 par John Bourcier, lord Berners. De la sorte, Artus surpasse tous les romans dits arthuriens (Lancelot en prose, Tristan en prose …), non seulement par son nombre d’éditions, mais surtout parce qu’il est le seul à traverser sans faiblir tout le XVIe siècle. Qu’en est-il alors de sa réception ? Au vu de ces éléments, on l’imagine à juste titre importante, voire même supérieure à celle d’autres romans. Toutefois, un élément considérable vient freiner notre enthousiasme. Comment distinguer avec certitude notre Artus, héros français de la Petite Bretagne, du roi Artus, figure légendaire de la Grande-Bretagne ? Voire même des ducs historiques de Bretagne portant ce même prénom ? Car la confusion semble régner dès l’apparition de ce nouvel Artus romanesque. Et si l’homonymie n’y est pas étrangère, elle est sans doute renforcée par le fait que notre héros, duc de Bretagne, va gagner le royaume de Sorolois, devenant lui aussi le roi Artus. Nous nous proposons de relever les seules mentions renvoyant avec certitude au « petit Artus » afin de les analyser.

  • 2 Voir B. Woledge, Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500 (supplé (...)
  • 3 Voir N. Cazauran, « Artus de Bretagne : un succès de librairie au XVIe siècle », Le Roman à la Rena (...)

2Plusieurs fois remanié, notre ouvrage apparaît sous différents titres qui d’emblée laissent deviner la difficulté de notre entreprise : Artus de Bretagne, Le Petit Artus de Bretagne, Artus le Petit, Artus le Restoré ou encore Artus et Jehannete2. Ce dernier, bien qu’inexact, souligne toute l’importance de cette première aventure amoureuse, sur laquelle s’ouvre notre roman, et qui pourrait, à en croire la critique, former un conte autonome3. Mais revenons aux autres titres qui nous intéressent davantage. Le premier, qui est aussi le plus rencontré est le moins explicite : Artus de Bretagne. Comment ne pas penser aussitôt au roi Arthur ? Pour les autres, l’emploi dès l’intitulé du terme « petit » marque, comme nous le savons, la distanciation entre notre héros et le légendaire roi Arthur (le Grand Artus, roi de Grande-Bretagne), mais peut aussi laisser penser au premier abord, à un récit des enfances du célèbre roi. Sur ce point la traduction anglaise a le mérite de ne pas entretenir le doute sur l’identité du personnage éponyme, marquant clairement la distinction entre petite et grande Bretagne : Arthur of Little Britain. Quant au titre le plus ancien, qui est sans doute Artus le Restoré, il est lui aussi quelque peu équivoque. Car le participe passé « restoré », utilisé ici comme substantif et signifiant « mis à la place de quelqu’un, nouveau », peut aussi bien faire croire au retour d’Arthur comme le veut la légende, qu’à la venue d’un nouveau chevalier qui saura l’égaler en vaillance. C’est bien le cas de notre Artus, né après la chute du royaume breton, donc en marge de l’âge d’or arthurien, et destiné à renouveler les exploits du célèbre roi Arthur.

  • 4 Notons que le roman du Chevalier au Papegaut est le seul roman arthurien dont Arthur lui-même soit (...)
  • 5 À ce propos, voir Geoffroy de Monmouth, La vie de Merlin, trad. I. Jourdan, Castelnau-le-Lez, Clima (...)
  • 6 Voir l’article de J. Taylor dans ce volume.

3On l’a vu, il ne s’agit donc pas pour notre auteur de conter les enfances du vaillant roi comme le fera au XVe siècle le roman du Chevalier au Papegaut4. Il ne s’agit pas non plus de conter le retour d’Arthur (retiré un temps en Avalon) pour rendre aux Bretons leur royauté5. Il s’agit bel et bien de conter l’avènement d’un nouvel Arthur. L’entreprise, peu commune, révèle le succès durable de la légende arthurienne au Moyen Âge, et peut-être la nostalgie d’un temps révolu6. Elle joue aussi de ce jeu de superpositions, même si le récit se place clairement après la mort du roi Arthur : l’incipit donne des indications de lieu et de temps qui permettent de situer des personnages historiques ou considérés comme tels, en faisant appel dans l’édition de 1584 aux « livres » et « Croniques anciennes », qui jouent le rôle d’arguments d’autorité :

Apres la mort du Roy Artus, qui fut noble roy, & ensuyvit & exauca toute la noblesse & chevalerie du monde, comme firent Gauvain & Lancelot, & autres Chevaliers, ainsi que plus a plein est contenu en plusieurs Croniques anciennes : En Bretagne eut un Duc preud’homme & sur tous autres vertueux & puissant & fort d’avoir & d’amys, lequel fut extraict du noble & haut lignage du vaillant chevalier Lancelot du Lac, qui tant fist de si hautes proüesses, comme plus à plein est contenu aux livres qui font mention de sa chevalerie (chap. I, f. 2 r°).

  • 7 Le phénomène est courant. En 1486, le roi d’Angleterre a un fils qu’il nomme Arthur, « en commemora (...)

4Si contrairement aux différents titres, l’incipit n’entretient pas le doute sur l’identité de notre héros, fils du duc Jean de Bretagne, le parallèle entre les deux Artus s’inscrit en filigrane dans le texte. Artus est nommé de la sorte « en la remembrance du roy Artus7 » et un peu plus loin Jeannette, qui sait déjà qu’elle va se substituer à Peronne lors de la nuit de noces d’Artus (s’agirait-il d’une fée ?), va comparer explicitement notre héros au roi Arthur :

sçachez que le Roy Artus fut un bon chevalier & preux et de grand vertu, & vous dis que mon amy est aussi bon, si meilleur n’est, & si ressemble à vous mieux qu’à personne qui vive, d’aller, & de venir, de corps, & de toutes les choses que nul peut ressembler à autre (chap. V, f. 4 v°).

  • 8 L’hystoire des faitz et gestes de noble preux et vaillant chevalier Artus de Bretaigne lequel fut f (...)
  • 9 S. Spilsbury, « Traditional Material in Artus de Bretaigne », P. B. Grout, R. A. Lodge, C. E. Pickf (...)

5Le roman opère un jeu de miroirs entre les deux personnages et cette superposition des deux Artus est encore visible dans le titre de l’édition donnée à Lyon par Olivier Arnoullet en 15568. Si notre chevalier y est clairement présenté comme le « filz au bon duc de Bretaigne », l’épreuve qualifiante qui lui est réservée fait étrangement écho à celle ayant révélé la souveraineté d’Arthur. À l’épreuve de l’épée à retirer d’un perron, se substitue celle qui impose de la retirer d’un fourreau. À Excalibur se substitue « la bonne espee nommée Clerence ». Autant d’éléments qui entretiennent la confusion et placent nos lecteurs en pays de connaissance tout en créant l’impression de la nouveauté par de fines nuances9.

  • 10 S. Spilsbury, « On the date and authorship of Artus de Bretaigne », Romania, no 94, 1973, p. 505-52 (...)

6Mais un troisième Artus historique vient encore amplifier la confusion. Car si l’on en croit Sarah Spilsbury10, l’auteur du texte faisait probablement partie de l’entourage du duc de Bretagne Jean II. Il aurait alors fait d’Artus, le fils du duc Jehan (lui-même présenté comme appartenant à la lignée du célèbre Lancelot du Lac), et de la fille du comte de Lancastre, un personnage romanesque. Notre vaillant héros serait donc une transposition fantaisiste d’Arthur II de Bretagne, devenu sous la plume d’un anonyme un preux chevalier accomplissant de « merveilleux faicts », mettant fin aux enchantements d’une fée, et conquérant une reine et sept royaumes. Notre roman aurait ainsi pour dessein la glorification d’un lignage, celui des ducs de Bretagne, dotés dès l’incipit d’un ancêtre mythique, mais aussi l’éducation des princes par le biais de beaux exemples de conduite chevaleresque.

  • 11 Marie de France, Lais, traduits, présentés et annotés par L. Harf-Lancner, Paris, Librairie Général (...)

7Le procédé ne serait pas nouveau : Marie de France donnait déjà à l’un de ses plus célèbres lais, celui d’Yonec11, une valeur généalogique, en faisant d’un chevalier-oiseau l’ancêtre des seigneurs de Bretagne. Et dès les XIIe et XIIIe siècles, on trouve de nombreux romans lignagers célébrant chacun une grande famille aristocratique et la région qu’elle contrôle, sans forcément faire appel à la féerie : Beuve de Hanstone et Guy de Warewic sont de ceux-là. Usant de la féerie comme Artus de Bretagne, on retrouve Partonopeus de Blois, censé relater les origines des comtes de Blois, mais aussi la légende du Chevalier au Cygne destinée à glorifier le lignage de Bouillon ou encore le roman de Mélusine qui fait d’une fée serpente la prestigieuse ancêtre des Lusignan.

  • 12 À ce propos, voir S. Spilsbury, « Artus de Bretaigne : structure and unity », Romania, no 97, 1976, (...)

8Ainsi, nombreux sont les éléments qui peuvent en partie expliquer le succès durable de notre roman : tout d’abord l’interrogation sur l’identité du héros, personnage purement fictif, nouvel Arthur ou personnage historique, mais également les exploits chevaleresques, les merveilles, avec la présence de la fée Proserpine et du clerc Estienne, le voyage au château de l’Autre Monde et même l’habile entrelacement12 des épisodes qui relie à distance les histoires d’Artus et de Florence dont les amours se veulent exemplaires.

9Tous ces ingrédients peuvent justifier une réception précoce. Car la première réception d’Artus a lieu très tôt, essentiellement dans des pièces lyriques, et dès 1364 on le rencontre dans Le Voir Dit (« le dit de la vérité ») de Guillaume de Machaut. Véritable chef-d’œuvre, ce poème, qui pose la question de l’autobiographie, raconte la douleur de la séparation d’un amant et de sa dame (Toute-Belle). Machaut y célèbre l’amour avec virtuosité : son récit, qui compte plus de 9 000 vers, intègre des lettres en prose et des poèmes lyriques échangés par les amants malheureux. Ce texte à deux voix se donne pour une histoire vraie, celle, suppose-t-on, de Machaut et de Péronne d’Armentières. Quoi qu’il en soit, c’est dans ce cadre d’un amour de loin peu conventionnel, puisque c’est la jeune fille qui se déclare et aime le poète du fait de sa renommée, qu’il est fait mention d’Artus et de Florence :

  • 13 Guillaume de Machaut, Le Voir Dit, éd. et trad. P. Imbs, revues par J. Cerquiglini-Toulet, Paris, L (...)

Car vous savés qu’il a esté maint amant qui amoient ce qu’il n’avoient onques veu, par les biens qu’il en oioient dire ; et depuis venoient a perfection de loial amour, si comme fist Artus de Bretaigne et Florence la fille au roy Emenidys, et maint autre dont je sui certaine que vous avez oÿ parler. Et aussi ai je esperance que quant il plaira a Dieu que je vous voie, de ma partie l’amour ne descroistra point ; car j’ay cuer et volenté de vous faire et dire toutes les douceurs & amours que amie doit faire à amy, loiaument13

  • 14 On pense à « l’amor de lonh » du troubadour Jaufré Rudel qui se serait croisé pour aller présenter (...)
  • 15 Artus voit en songe un « aygle d’or » (chap. XV, f° 12 r°) tandis que Florence voit dans une vision (...)

10Artus et Florence apparaissent dans la lettre VII, adressée par la dame à son ami. Nos héros y illustrent le célèbre motif de l’amour de loin, qui est souvent empreint d’une grande poésie, comme en témoignent les chansons de Jaufré Rudel14. On retrouve effectivement cette dimension dans notre roman : il y a chez Artus de Bretagne une vive exaltation, un rêve d’amour, un élan du cœur qui paraît d’autant plus fort qu’il naît d’une imagination débridée qui pousse chacun des protagonistes vers un être de songes. Mieux encore, chacun n’a vu l’autre que sous la forme d’un animal fabuleux15, ce qui ne les empêche pas de s’aimer. Guillaume de Machaut aura sans doute été sensible à la dimension poétique du motif, mais aussi à la dimension extrêmement paradoxale d’un tel amour.

11Amour qui a également inspiré Christine de Pizan, puisqu’on trouve une nouvelle allusion à Artus de Bretagne dans Le Debat de deux amans rédigé vers 1400. Adressé au duc d’Orléans, le poème relate un différend entre deux seigneurs. L’un vante les bienfaits de l’amour, l’autre en déplore les maux. L’un, un chevalier, manifeste toute l’amertume d’un amour déçu, l’autre, jeune écuyer, se laisse aller à l’idée d’un bonheur parfait. Si la recension des amants malheureux évoque entre autres Pâris et Hélaine, Piramus et Thysbé, Tristan et Yseut, le châtelain de Coucy, ou encore la châtelaine de Vergy, la réponse faite à l’adversaire d’amour renvoie explicitement au roman d’Artus de Bretagne :

  • 16 Christine de Pizan, Le Debat de .II. Amans, ms. BnF fr. 1740, XVe siècle, f° 25 r°.

Aussi Artus, qui fu duc de Bretaigne,
Pour Flourance, qui puis fu sa compaigne,
Il chevaucha et France et Allemagne
Et maintes terres,
En mains beaulx fais et en maintes grans guerres,
Tout pour Amours, qui le mettoit es erres
D’avoir honneur ; pour ce emprenoit ses erres16.

  • 17 Durmart s’éprend de la reine d’Irlande sans l’avoir jamais vue et part à sa recherche.
  • 18 Christine évoque ici les prouesses accomplies par Bertrand du Guesclin (vers 1315-1380) lors du siè (...)
  • 19 Il s’agit soit de Jean I le Meingre, dit Boucicaut, maréchal de France, décédé en 1367, soit de son (...)

12Artus et Florence se retrouvent aux côtés de Lancelot, Florimont d’Albanie et Romadanaple (les héros du roman d’Aymon de Varennes), le « Galoys Durmars et la royne d’Irlande17 », Cleomades, Palamedes, mais aussi « Bertran de Gleaquin18 » et « Boussicault le mareschal19 ». Mêlant allègrement personnages fictifs et historiques, cette liste incarne la fusion entre amour et chevalerie. On y trouve des chevaliers et des couples illustres. Le sentiment amoureux est ainsi présenté comme la source de la prouesse chevaleresque. C’est bien le cas d’Artus, que la quête de la dame aimée transforme en chevalier errant, prêt à braver tous les dangers. D’ailleurs, tous les exploits qu’il accomplit le font monter dans l’échelle sociale. Il se voit très rapidement couronné « Roy des chevaliers » (chap. XXVIII, f° 26 v°), avant de devenir, après la conquête de Florence, le roy Artus régnant sur le royaume de Sorolois.

13Dans notre recension des mentions d’Artus de Bretagne, une ultime œuvre lyrique a encore retenu notre attention. Il s’agit de La Chasse et le Depart d’Amours, attribuée à Octovien de Saint-Gelais (Paris, Antoine Vérard, 1509) et plus particulièrement de « La Departie d’Amours », dont l’auteur serait Blaise d’Auriol. Artus et Florence y apparaissent comme un couple d’amants parfaits dont les amours devront surmonter maintes difficultés avant de se concrétiser :

  • 20 Voir Jean d’Arras, Mélusine ou la noble histoire de Lusignan, roman du XIVe siècle, J.-J. Vincensin (...)
  • 21 Octovien de Saint-Gelais, La chasse d’amours, poème publié en 1509, M. B. Winn (éd.), Genève, Droz, (...)

Pour Raymondin/la belle Melusine
Soufrit grant mal/et grande doléance20
Et aussi feist/Dolin pour Florentine
Et puis Artus pour la belle Florence21.

  • 22 Doon de Mayence est le fils du comte Guy de Mayence et de Marguerite. Il est l’époux de Flandrine ( (...)
  • 23 M. Bideaux, « Compte rendu sur Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de Paris, Nicolas Bonfons (...)
  • 24 Gautier Map, Contes pour les gens de Cour, traduction A. K. Bate, Turnhout, Brepols, 1993.
  • 25 Artus de Bretagne, chap. LXVII, f. 115 r°.

14Les héros d’Artus de Bretagne y sont comparés à ceux du roman de Mélusine et de la geste de Doon de Mayence, Doolin et Flandrine22. Mais Artus de Bretagne est bien oublié aujourd’hui et il en va de même pour Doon de Mayence. De cette liste, seule la sulfureuse figure de la fée des Lusignan a su rester vivante jusqu’à nos jours dans la culture populaire française. La double nature de Mélusine, à la fois humaine par son père et fée par sa mère n’est sans doute pas étrangère à son succès. L’ambiguïté savamment entretenue autour de la fée, tantôt créature positive, tantôt démoniaque a marqué l’imaginaire collectif, tout comme son union avec Raymondin. Ce sont sans doute les ingrédients qui auront fait défaut au Petit Artus de Bretagne. Certes, comme le remarque Michel Bideaux23 à propos de la fée Proserpine : « l’élection d’un tel nom […] est à elle seule un défi aux puissances sombres du surnaturel », néanmoins la fée reste résolument positive et se présente comme la savante organisatrice du destin des héros. Car si cette dernière tente à plusieurs reprises de séduire Artus, comme au château de Hurtebise (« lors l’acola d’un de ses bras, et de l’autre li aplanioit les cheveus »), c’est uniquement pour le mettre à l’épreuve et s’assurer qu’il est bien digne de Florence. Nulle trace donc, dans notre roman, d’une idylle entre Artus et la fée. Seule la subite disparition de Proserpine présente quelques relents de légende mélusinienne. On pense à celle de Henno aux grandes dents, tirée des De Nugis Curialium24 de Gautier Map. Car la femme d’Henno, qui évite l’eau bénite et fuit la consécration, se voit un jour contrainte d’assister à la messe. Aspergée d’eau bénite, elle s’enfuit en s’envolant par le toit, pour ne plus revenir. De même Proserpine, conduite au « moustier » pour épouser l’empereur d’Inde, disparaît au moment de passer l’anneau béni : « et ainsi comme ilz cuyderent mettre l’anneau au doigt de Proserpine, elle s’esvanouyt tellement qu’ilz ne sceurent qu’elle devint, ne ou elle alla25 ». La merveille est donc bien là, mais moins pénétrante, peut-être trop subtile et sans doute noyée dans l’hypertrophie des épisodes épiques qui dominent l’ensemble de notre roman.

  • 26 Andrea Da Barberino est également l’auteur des Reali di Francia, de l’Aspromonte, de la Storie Nerb (...)
  • 27 Andrea Da Barberino, Guerin Mesquin, traduit par Jean de Rochemeure, vers 1500, Cambridge, Fitzwill (...)
  • 28 Voir son bel article : « Les Métamorphoses de Mélusine », Écriture et réécriture du merveilleux fée (...)

15Après les amours d’Artus et de Florence qui ont visiblement inspiré les poètes lyriques, on relève quelques souvenirs de la fée Proserpine, chez Jean de Rochemeure et chez Rabelais. Daté d’environ 1500, le Guerin Mesquin donné par Jean de Rochemeure est l’une des traductions françaises du Guerino Meschino d’Andrea da Barberino26. Conservée dans deux manuscrits se trouvant à Cambridge27, cette traduction « introduit continuellement des apports personnels, qui ne s’arrêtent pas aux gloses linguistiques ou historiques », comme le souligne Anna Maria Babbi28. En effet, Rochemeure se prête à de nombreuses additions, dont certaines empruntées à la littérature chevaleresque. C’est ainsi qu’on y trouve une mention de Proserpine, dans une liste de fées. Guerin va interroger la Sibylle sur sa nature. Du fait de ses métamorphoses, il la soupçonne en effet d’appartenir au monde des faés et d’être une compagne de Proserpine, mais aussi de Mélusine, la Dame d’Avalon, la Dame du Lac, et de Morgane :

  • 29 Guerin Mesquin, trad. Jean de Rochemeure, f° 210 ra. Le texte des manuscrits de Cambridge étant tou (...)

Dame Sibille, fait il […]. J’ey veu quelque chose dont je desire de en sçavoir la verité. J’ey oy parler en mon temps des faees comme de Proserpine comme de Melusine comme de la dame de Avalon, la dame du Lac ou Mourgain la faee ou des pluseurs aultres me suis ymaginé se vous seriés point de celles faees que se font pourter la out elles veulent et se transfourment en une espece maintenent en une aultre, tout ainsi qu’elles veullent fere apparoir ce que n’est mie et pluseurs aultres choses out l’entendement humain est deceu29.

  • 30 Voir son bel ouvrage : Fées, bestes et luitons : croyances et merveilles dans les romans français e (...)

16À travers les paroles de Guerin, Rochemeure nous donne une intéressante définition des êtres « faés » : pour lui, ces derniers possèdent le pouvoir de se transporter où ils veulent et de changer d’apparence à leur guise. De la sorte, ils se font passer pour ce qu’ils ne sont pas et trompent les humains. C’est bien le cas de Proserpine qui possède le don d’ubiquité, peut apparaître et disparaître à sa guise et même se montrer dans les rêves. L’auteur lui attribue un certain nombre d’avatars comme Florence à qui la fée donne de lui ressembler parfaitement : « Je vueil […] qu’elle me ressemble de vis & de corps, d’aller & de venir, & que nul qui nous ayt veuës ne scache cognoistre l’une de l’autre » (chap. XVIII, f. 14 r°). Sans oublier l’automate qui doit s’animer pour couronner le chevalier élu et qui présente lui aussi la même apparence que la fée. Ces jeux de projections traversent l’ensemble du roman comme l’a montré Christine Ferlampin-Acher30, et Rochemeure semble l’avoir remarqué : c’est pourquoi il intègre Proserpine à sa liste, citant les noms des fées médiévales les plus célèbres.

  • 31 Reine des fées, Proserpine va façonner le destin d’Artus et protéger la belle Florence jusqu’à leur (...)
  • 32 François Rabelais (attribué à), Les Chroniques gargantuines, éd. critique par C. Lauvergnat-Gagnièr (...)

17Proserpine, qui est incontestablement une figure clef du roman puisqu’elle tire les ficelles du récit31 comme le fera l’Urgande des Amadis, est encore mentionnée dans les Chroniques gargantuines32 qui paraissent à partir de 1532. Ainsi, dans les Admirables, elle préside à la naissance du géant en compagnie d’autres fées et déesses, parmi lesquelles Cybèle, Bellone, Morgane et l’aïeule de Mélusine :

  • 33 Les Chroniques gargantuines, Les Admirables, chap. VII, p. 179-180.

[…] Or nous dist le compte que tandis que Grant Gosier estoit ainsi eschauffé à chasser après ces bestes, Gallemelle sentit le mal d’enfantement et si ne sçavoit à qui se plaindre, Or estoit elle près de la montaigne des faées […]. Et quant son grant mal la pressa tellement qu’elle ne se sçavoit contenir elle se escria si treshault que toute ladicte montaigne se print à croller comme si la terre eust tremblé. […] mais à chef de temps au dernier cry de Gallemelle, sortirent Morgain Cibelle, Proserpine Abellonne, Ysangrine Cornalline, Ysabelle, Florentine, et Philocatrix qui estoit ayeulle de Melusine, Lesquelles garnies de linges et de tous aultres acoustremens servans à ladicte delivrance de l’enfant se trouvèrent toutes prestes de le recepvoir33.

  • 34 Certains personnages n’appartiennent ni à la féerie, ni à la mythologie et ont une valeur purement (...)

18L’apparition de Proserpine dans cette liste mêlant déesses antiques, figures féeriques et personnages fantaisistes34 peut nous amener à nous demander s’il s’agit de la déesse des saisons (voire des Enfers) ou de la fée d’Artus de Bretagne. Qu’importe, puisque tous ces personnages sortent de « la montaigne des faés » : désormais, féerie et mythologie ne font qu’un. Nos fées médiévales sont devenues des figures mythiques et Proserpine retrouve ici sa fonction de « bonne fée » qui veille sur le héros, comme elle le faisait dans Artus de Bretagne. Qui plus est, sa présence dans un ouvrage dont les intentions sont avant tout comiques et parodiques, prouve la bonne intégration de la fée au folklore, dans les années 1530.

  • 35 François Rabelais, Pantagruel. Les horribles et espoventables faictz et prouesses du tresrenomme Pa (...)
  • 36 Jean de Paris est le héros d’un roman anonyme du même nom paru vers 1495. On suppose qu’il s’agit d (...)
  • 37 L’activité dévolue à Perceforest est en rapport avec son nom. On se souvient que Béthis, roi de Gra (...)
  • 38 Pantagruel, éd. citée, chap. XX, f° p iii v°.

19Et n’oublions pas non plus qu’il s’agit d’une fée que Rabelais connaît avec certitude, puisqu’il place Artus de Bretagne dans l’enfer burlesque de son Pantagruel35 paru vers 1532. Ainsi, c’est lorsque Epistemon fait le récit de ce qu’il a vu dans l’au-delà, que notre chevalier apparaît dans une longue liste de héros désormais réduits à travailler pour gagner leur vie. Placé entre Jean de Paris36 qui « estoyt gresseur de bottes » et Perceforest qui est « porteur de coustretz37 », Artus de Bretaigne y hérite de la tâche non moins ingrate et humiliante de « degresseur de bonnetz ». Comprenons que le vaillant fils du duc de Bretagne devient sous la plume moqueuse de Rabelais, un vulgaire teinturier, un blanchisseur. Car dans cet enfer festif, où le roi est proche de ses sujets, les damnés ne connaissent d’autres supplices que le renversement des conditions sociales : « En ceste façon, ceulx qui avoyent este gros seigneurs en ce monde icy, guaignoyent leur paovre meschante et paillarde vie la bas. Au contraire, les philosophes, et ceulx qui avoyent este indigens en ce monde, de par la estoyent gros seigneurs en leur tour38. » Et la présence d’Artus dans cette interminable liste de damnés, composée essentiellement de guerriers, mais aussi de papes, de philosophes, de poètes et de femmes célèbres, nous apprend combien Artus de Bretagne jouit d’une grande notoriété. Une notoriété qui s’explique, car les hauts faits sont depuis toujours la source principale de l’écriture fictionnelle. D’ailleurs, le Pantagruel ne manque pas de se revendiquer de la matière arthurienne, et ce dès son premier chapitre, qui mentionne Merlin et Galehaut.

  • 39 François Rabelais, Pantagruel, publication critique sur le texte original par V. L. Saulnier, Genèv (...)
  • 40 « La royne respondit que moustarde estoit leur Sangreal et Bausme celeste : duquel mettant quelque (...)

20Mais un décalage survient. Le XVIe siècle n’a plus les mêmes préoccupations et ne se reconnaît pas dans les thèmes authentiques de l’épopée ou du roman médiéval. Naissent alors des réécritures (Sala et Maugin) et des parodies (Rabelais et l’Arioste). Toutefois, on ne parodie bien que ce que l’on continue à aimer. Rabelais maîtrise parfaitement la matière épique et romanesque du Moyen Âge, comme en témoignent le transfert de Gargantua « au pays des Phées par Morgue comme feut jadis Ogier & Artus39… », les nombreuses mentions du « Sangreal40 » c’est-à-dire le Saint Graal ou encore l’allusion à Pacolet renvoyant au roman de Valentin et Orson.

  • 41 Discours non plus melancoliques que divers, de choses mesmement qui appartiennent a notre France : (...)
  • 42 Charles Nodier avait attribué les Discours à Bonaventure Des Périers. La critique actuelle réfute c (...)
  • 43 Discours, chap. 4, f.°15 : Hercule ayant engrossé Pyrene, fille de Bebrix, cette dernière donna nai (...)

21Une autre allusion à Artus de Bretagne se trouve dans les Discours non plus melancoliques que divers41, ouvrage paru à Poitiers en 1556 et qui semble être de plusieurs mains. Parmi les auteurs possibles, on trouve Elie Vinet, Jacques Peletier du Mans et Bonaventure Des Périers42. Quoi qu’il en soit, le chapitre qui nous intéresse est le quatrième, intitulé « Histoire d’Hercules, Pyrene, Bebrix, Brettan, Celtine, Celte, Gaule Celtique ». L’auteur anonyme s’y moque ouvertement du mythe de l’Hercule Gaulois et passe en revue toutes les thèses abordant ce sujet, des plus anciennes aux plus récentes. Y sont alors évoqués de façon grotesque l’accouplement d’Hercule qui serait à l’origine des Gaulois et la relation de ce mythe avec celui de Mélusine43. Car notre écrivain humaniste, qui a vraisemblablement lu les épopées et les romans du Moyen Âge, et qui se réfère aussi bien au De Natura Deorum de Cicéron qu’à Artus de Bretagne, désire avant tout divertir un lectorat auquel il promet d’entrée une œuvre composite :

  • 44 Ibid., chap. 4, f. 14.

Les grans peres de ceus qui ont escrit les par trop veritables histoires de Fierabras, d’Artus de Bretaigne, de Valentin & Orson, des quatre fils Aimon (qui fut leur pere ?) & telles aultres, ont jasé merveilhe d’un je ne sçai qui, qu’ils appellent Hercules (si toutefois n’en y a qu’un, car pour un en trouverés six au 3. livre de Ciceron de la Nature des Dieus, & autres y a, qui en mettent encore plus grand nombre)44

  • 45 Par exemple, dans le chap. 1, f. 2 des Discours, Jean Lemaire De Belges est tourné en dérision et c (...)
  • 46 G.-A. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle : images de la vie du temps, Genève, Droz, 1977, (...)

22Feignant de donner foi aux histoires de Fierabras et d’Artus de Bretagne, qualifiées de « veritables », l’auteur dénonce les faux historiens en quête d’origines mythiques prenant pour exemple les « merveilhe » énoncées sur la filiation d’Hercule. Par ce biais, l’auteur, qui joue d’une ironie très érudite et fait preuve d’une grande finesse dans sa férocité, dénonce de manière détournée l’engouement suscité alors par la littérature chevaleresque. Ainsi, les Discours non plus melancoliques que divers, qui portent une marque rabelaisienne45, tournent certes en ridicule les « vieux romans », mais refusent également, pour reprendre les termes de Gabriel-André Pérouse46, un certain « snobisme humaniste qui veut partout du latin et des Latins, du grec et des Grecs ». Notre anonyme auteur revendique donc une littérature française « moderne », libérée du poids de l’Antiquité mais aussi plus sensée qu’un Artus de Bretagne. On notera encore dans notre extrait cette logique de filiation propre aux humanistes, lorsque l’auteur, abordant la généalogie d’Hercule, s’interroge au passage de manière ironique sur celle des fils Aimon.

  • 47 Sur la réprobation attachée aux romans de chevalerie au XVIe siècle, voir l’article de N. Cazauran, (...)
  • 48 Michel De Montaigne, Essais, livre I, chap. XXVI, M. Rat (éd.), Paris, Garnier, 1962, t. 1, p. 190.
  • 49 François Grandin, Destruction de l’orgueil mondain, ambition des habitz, et autres inventions nouve (...)

23On observe donc que les romans de chevalerie, amplement diffusés grâce à l’imprimerie, n’ont jamais été à la fois autant appréciés et autant blâmés47 qu’au XVIe siècle. Les humanistes et les religieux ne cachent pas leur mépris pour ce genre, accusé de mensonge et de puérilité. La position de Montaigne sur ce point est connue : « tel fatras de livres à quoy l’enfance s’amuse », peut-on lire dans ses Essais48 à propos de la littérature du Moyen Âge. L’emploi du mot « fatras » connoté péjorativement ne laisse pas de doute sur son dédain et Montaigne se flatte ouvertement d’avoir échappé à cette lecture infantile au profit de celle d’Ovide. Si l’anathème jeté par Montaigne est resté célèbre, bien avant lui, d’autres auteurs ont fait part de leur réprobation, comme le moraliste François Grandin. Ce dernier, curé de Saint-Jean-Baptiste d’Angers, émet une critique virulente de ce qu’il considère comme des « romans pleins de paganisme » dans sa Destruction de l’orgueil mondain49, datée de 1558. Car la défense d’une bonne littérature nécessite de définir une frontière entre profane et sacré. Livre mondain, mettant en scène Proserpine, fée païenne au nom évoquant Pluton et les Enfers, notre Artus de Bretagne, visiblement connu de Grandin, ne pouvait qu’apparaître dans une longue liste d’ouvrages considérés comme « alumettes de Sathan » :

Et tant s’en faut que les meres voulussent retirer leurs enfans, & les mariz leurs femmes de telles vanitez, amours immoderez, & choses qui induisent & attirent les personnes à vie dissolue, permettent, souffrent, & commandent qu’ilz lisent livres esquels sont escrites matieres lascives, vilaines, vitieuses & du tout reprouvees. Comme un Lancelot du Lac, le Roman de la Rose, Tristan, Fierabras, Merlin, Florimon, Paris & Vienne, Pierre de Provence & Maguelonne, Melusine, les faceties de Pogge malheureuses & infestissimes, Artus de Bretaigne, Huon de Bourdeaux tous plein de lasciveté pestifere, attirans a vice (f. 54 v° -55 r°).

24Ainsi, lancé dans une violente diatribe contre le luxe exagéré des parures féminines au XVIe siècle (« ambition des habitz » comme annoncé dans le titre), Grandin n’oublie pas de reprocher aux dames leur goût pour les romans qualifiés de « folz et apertz mensonges ». Si dans ce véritable vade-mecum pour l’enfer, le roman allégorique et la facétie humaniste n’ont certes pas été épargnés, c’est malgré tout le roman de chevalerie médiéval et renaissant qui fait essentiellement l’objet de l’attaque. Grandin enjoint mères et maris à interdire respectivement à leurs enfants et épouses la lecture de romans comme Lancelot, Tristan, Melusine, Artus de Bretagne, qui engendrent le vice par leurs « amours immoderez » et peuvent pousser à commettre « fornication secrete ». Les hauts faits sont également décriés : « Brief, vous voyez et apprenez seulement que l’un en tue dix, l’autre trente ; l’autre reçoit cent playes et retourne à la bataille ; l’un arreste toute une armée… » Voilà donc sous la plume acérée du curé Grandin, la célèbre devise « d’armes et d’amour », à laquelle obéit parfaitement notre Artus de Bretagne, bien malmenée !

  • 50 L. Harf-Lancner, « Tristan détristanisé : du Tristan en prose au Nouveau Tristan de Jean Maugin
  • 51 (1554) », Nouvelle Revue du XVIe siècle, no 2, 1984, p. 16-33.
  • 52 Les Mille Imaginations de Cypille, ensuite des Avantures amoureuses de Pollidore, par le sieur de M (...)

25Malgré tout, notre ouvrage traverse sans faiblir tout le XVIe siècle, contrairement à d’autres romans arthuriens qui disparaissent aux alentours de 1530, comme Merlin, le Lancelot en prose ou le Tristan en prose. Ce dernier fera certes l’objet d’une réécriture en 1554 : le Nouveau Tristan de Jean Maugin, mais le roman porte par ses nombreuses références à la mythologie et ses prétentions historiques, la marque des temps modernes. Au point que Laurence Harf-Lancner50 y voit un « Tristan détristanisé ». L’espoir viendra un temps des Amadis de Gaule. Après 1540, le culte chevaleresque de la prouesse, la nostalgie d’un amour absolu semblent acquérir une nouvelle vigueur avec l’adaptation du cycle espagnol des Amadis. Mais le phénomène commence à s’essouffler avant 1580, si l’on en croit Michel Simonin51. Amadis et les autres vieilles histoires de chevaliers comme notre Artus de Bretagne deviennent l’objet de moqueries, tout particulièrement à la fin des guerres de religion. Car ces dernières ont invalidé par leur extrême cruauté les valeurs de l’idéal chevaleresque tant glorifiées par nos vieux romans. On voit alors apparaître de nouvelles parodies, comme le roman comique Francion de Charles Sorel (1623) ou bien les Mille imaginations de Cypille52 du sieur de Mante, publiées à Paris en 1609 et qui nous intéressent tout particulièrement car on y trouve notre dernière mention d’Artus de Bretagne :

Et bref, ô vous vieilles et resveuses proüesses d’Artus de Bretagne, de Jean de Paris, d’Ogier le Danois, de Gallien restauré, Huon de Bordeaux, de Morgant, Regnault, Roland, Maugis, Perseforest et de tous les chevaliers de la table ronde, allez vous coucher et cacher. Toutes vos desconfitures ne sont (pardonnez moy, damoiseaux gracieux et beaux) que des chiquenaudes et nazardes de pages au respect (dy-je) des martellements, brisis, hachis, chamaillis de ces preux Zaphis et Daldremont : leur bras c’est une mort, leur voix c’est un tonnerre, et tous leurs mouvements ne vomissent rien que sang, tuerie, horreur et carnage (f. 50b).

26Poussant la parodie du genre chevaleresque à l’extrême, l’ouvrage emploie un langage métaphorique qui n’est souvent pas à prendre au premier degré. Il met en scène Cyrenee de Zalande (s’agirait-il d’un emprunt au Perceforest ?) pour laquelle le chevalier Ostande « genereux avanturier, damoisel d’eslite, le parangon des plus braves, l’outrepasse des mieux formez et bref fleur de chevalerie » brûle d’amour. Le passage qui nous intéresse apparaît plus loin et met en scène de manière burlesque une forme de joute particulière entre chevaliers : le « combat à la barrière ». Daldremont est à la tête des « six soustenans » et Zaphis des « querellans ». Tous deux s’affrontent et commettent un véritable carnage. La comparaison avec nos chevaliers, Artus de Bretagne, Perceforest, Roland…, dont les hauts faits sont désormais comparés à des « chiquenaudes », marque le rejet définitif des valeurs féodales de la chevalerie.

27Ainsi, qu’elle soit proclamée ou honteuse, la lecture des romans de chevalerie et d’Artus de Bretagne en particulier, a bien eu lieu. Considéré comme un important succès de librairie par la critique, notre roman n’en présente pas moins une réception décevante. Certes, nous avons relevé (entre 1364 et 1609) un certain nombre de témoignages dans des pièces lyriques, des œuvres de fiction, des discours, des traités qui prouvent que notre roman, ses personnages et certains épisodes étaient connus, mais ils sont bien maigres au regard des investigations menées. Si les amours d’Artus et de Florence ont très tôt inspiré les poètes lyriques comme Guillaume de Machaut, Christine de Pizan et Octovien de Saint-Gelais, la fée Proserpine évoquée par Rochemeure et par Rabelais n’a vraisemblablement pas suscité l’intérêt attendu. Rien à voir avec l’importante réception de Mélusine sur la même période. Il faut avouer que le nom même de Proserpine entraîne une préjudiciable confusion entre la déesse antique et la fée. En somme, nos relevés se bornent essentiellement à des listes de romans médiévaux décriés pour leur invraisemblance et leur mauvaise influence, au milieu desquels on rencontre Artus de Bretagne (c’est le cas chez Rabelais, Vinet, Grandin, de Mante).

  • 53 À ce propos, voir J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, Paris, Honoré Champion, 1992, p. 78

28Évidemment nous n’avons pas la prétention d’avoir dressé une liste exhaustive de la réception d’Artus, mais dans notre quête, nous avons été confrontés de manière récurrente à un obstacle majeur : comment, à l’aide d’une simple mention, parvenir à la certitude qu’il s’agisse bien du « petit Artus » ? Car très souvent rien ne permet de le distinguer du mythique roi Arthur, voire même des ducs historiques de Bretagne. Prenons pour exemple un extrait du Testament de Villon, et plus particulièrement la « Ballade des Seigneurs du temps jadis » (1461) dans laquelle il est question d’« Artus le duc de Bretagne ». Ce dernier apparaît dans une énième liste de preux aux côtés du duc de Bourbon et de Charlemagne. Au premier abord, on pense à un personnage de la cour ducale de Bretagne, avant de se souvenir que notre Artus est lui-même fils d’un duc breton. Enfin, on finit par se demander s’il ne pourrait pas s’agir d’un souvenir de la Table Ronde et du fameux roi Artus, et ce d’autant plus que cette « Ballade des Seigneurs » évoque quelques vers plus loin Lancelot. Un Lancelot qui, rappelons-le, est également présenté dans notre Artus de Bretagne comme l’ancêtre du héros éponyme. Enfin, quiconque connaît François Villon sait qu’il était l’homme de la métamorphose, jouant allègrement avec les mots et les doubles sens pour brouiller habilement la lecture de son œuvre53 : il n’aura pu qu’être sensible à l’incertitude entourant le nom d’Artus. Ce qui nous permet d’affirmer que le statut ambigu de notre héros, aux frontières de l’histoire, de la légende et de la fiction, aura sans doute causé à la fois son succès éditorial et sa perte. Car ces fameux jeux de dédoublements qui font toute l’originalité d’Artus de Bretagne semblent se poursuivre chez ses récipiendaires et rendre la réception de l’œuvre quasi insaisissable.

Notes

1 Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de 1584, N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher (éd.), Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1996. Toutes nos citations proviennent de cette édition.

2 Voir B. Woledge, Bibliographie des romans et nouvelles en prose française antérieurs à 1500 (supplément 1954-1973), Genève, Droz, 1975, p. 73-74.

3 Voir N. Cazauran, « Artus de Bretagne : un succès de librairie au XVIe siècle », Le Roman à la Renaissance, Actes du colloque international organisé par M. Simonin (université de Tours, CESR, 1990), publiés par C. de Buzon, Lyon, Réforme, Humanisme, Renaissance, 2012, consultable en ligne : http//www.rhr16.fr/ressources/roman-renaissance.

4 Notons que le roman du Chevalier au Papegaut est le seul roman arthurien dont Arthur lui-même soit le héros. L’ouvrage, original sous bien des aspects, conte de manière rétrospective la jeunesse d’Arthur dont les exploits chevaleresques jouissent déjà d’une grande notoriété.

5 À ce propos, voir Geoffroy de Monmouth, La vie de Merlin, trad. I. Jourdan, Castelnau-le-Lez, Climats, 1996.

6 Voir l’article de J. Taylor dans ce volume.

7 Le phénomène est courant. En 1486, le roi d’Angleterre a un fils qu’il nomme Arthur, « en commemoration et affin qu’il peusist ensieuvyr en vertu, force et proesse le très victorieux Artus, très renommé en Angleterre », voir Jean Molinet, Chroniques, G. Doutrepont et O. Jodogne (éd.), Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1937, t. I, p. 436.

8 L’hystoire des faitz et gestes de noble preux et vaillant chevalier Artus de Bretaigne lequel fut filz au bon duc de Bretaigne. Et comment ledict Artus conquist la porte noire où Proserpine estoit qui luy enseigna l’escu blanc qui estoit au vergier que jamais homme ne peut arracher fors Artus lequel l’eut sans difficulté et l’espée faée que jamais homme ne peut tirer hors du fourreau excepté ledict artus qui la tira legierement, Lyon, Olivier Arnoullet, 1556.

9 S. Spilsbury, « Traditional Material in Artus de Bretaigne », P. B. Grout, R. A. Lodge, C. E. Pickford et E. K. C. Varty (dir.), The Legend of Arthur in the Middle Ages. Studies Presented to A. H. Diverres, Woodbridge, Boydell and Brewer, coll. « Arthurian Studies » VII, 1983, p. 138-193. Le roman use de topoi romanesques éprouvés comme la rencontre de la fée dans la forêt, la substitution de Brangien à Iseut, ou encore l’épreuve du lit périlleux.

10 S. Spilsbury, « On the date and authorship of Artus de Bretaigne », Romania, no 94, 1973, p. 505-523.

11 Marie de France, Lais, traduits, présentés et annotés par L. Harf-Lancner, Paris, Librairie Générale Française, Le livre de Poche/Lettres Gothiques, 1990, p. 182.

12 À ce propos, voir S. Spilsbury, « Artus de Bretaigne : structure and unity », Romania, no 97, 1976, p. 63-76, qui étudie les méthodes de composition utilisées par l’auteur et l’unité de l’ouvrage.

13 Guillaume de Machaut, Le Voir Dit, éd. et trad. P. Imbs, revues par J. Cerquiglini-Toulet, Paris, Librairie Générale Française, Le Livre de Poche/Lettres Gothiques, 1999, p. 160-162 (lettre VII).

14 On pense à « l’amor de lonh » du troubadour Jaufré Rudel qui se serait croisé pour aller présenter ses hommages d’amour à la comtesse de Tripoli, qu’il aimait sans l’avoir vue, s’étant contenté d’entendre décrire ses vertus.

15 Artus voit en songe un « aygle d’or » (chap. XV, f° 12 r°) tandis que Florence voit dans une vision nocturne deux dames portant couronne et annonçant la venue d’un « Leopart qui a sept testes couronnnees d’or, qui a regard de sanglier, & cueur de Lyon » (chap. XXII, f° 16 r°).

16 Christine de Pizan, Le Debat de .II. Amans, ms. BnF fr. 1740, XVe siècle, f° 25 r°.

17 Durmart s’éprend de la reine d’Irlande sans l’avoir jamais vue et part à sa recherche.

18 Christine évoque ici les prouesses accomplies par Bertrand du Guesclin (vers 1315-1380) lors du siège de Rennes (1356-1357), qui furent à l’origine de sa renommée. Immense figure de la guerre de Cent Ans, le connétable incarne le chevalier par excellence.

19 Il s’agit soit de Jean I le Meingre, dit Boucicaut, maréchal de France, décédé en 1367, soit de son fils, Jean II le Meingre, également nommé Boucicaut (1364-1421), célèbre maréchal, auteur de ballades et rondeaux, qui fonda en 1399 une association pour la défense de l’honneur des dames : l’ordre de chevalerie de la Dame blanche à l’écu vert. Nous penchons davantage pour cette seconde hypothèse.

20 Voir Jean d’Arras, Mélusine ou la noble histoire de Lusignan, roman du XIVe siècle, J.-J. Vincensini (éd.), Paris, Librairie Générale Française, Le Livre de Poche/Lettres Gothiques, 2003, p. 696.

21 Octovien de Saint-Gelais, La chasse d’amours, poème publié en 1509, M. B. Winn (éd.), Genève, Droz, Textes littéraires français 322, 1984, III. A., La Departie d’Amours, f° aa6 v°.

22 Doon de Mayence est le fils du comte Guy de Mayence et de Marguerite. Il est l’époux de Flandrine (et non Florentine comme mentionné par erreur par le poète), la fille de l’Aubigant et d’Hélissent. Tous deux sont les parents de douze fils.

23 M. Bideaux, « Compte rendu sur Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de Paris, Nicolas Bonfons, 1584, présenté par Nicole Cazauran et Christine Ferlampin-Acher », Bulletin de l’Association d’étude sur l’humanisme, la réforme et la renaissance, 1998, no 47, p. 130.

24 Gautier Map, Contes pour les gens de Cour, traduction A. K. Bate, Turnhout, Brepols, 1993.

25 Artus de Bretagne, chap. LXVII, f. 115 r°.

26 Andrea Da Barberino est également l’auteur des Reali di Francia, de l’Aspromonte, de la Storie Nerbonesi, de l’Ajolfo del Barbicone et de l’Ugone d’Alvernia. Pour une étude sur le Guerrin Meschino, voir F. Castets, I dodici Canti, épopée romanesque du XVIe siècle, Montpellier, Coulet et fils, Publications de la Société pour l’étude des langues romanes 22, 1908, reprint 1970, p. 453-466.

27 Andrea Da Barberino, Guerin Mesquin, traduit par Jean de Rochemeure, vers 1500, Cambridge, Fitzwilliam Museum, ms. 25 et 26.

28 Voir son bel article : « Les Métamorphoses de Mélusine », Écriture et réécriture du merveilleux féerique. Autour de Mélusine, M. Morris et J.-J. Vincensini (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 133-142.

29 Guerin Mesquin, trad. Jean de Rochemeure, f° 210 ra. Le texte des manuscrits de Cambridge étant toujours inédit, nous empruntons toutes nos citations aux travaux d’Anna Maria Babbi qui en donne des extraits dans ses articles et plus particulièrement dans « La Sibylle dans les traductions françaises du Guerrin Meschino », J. Pigeaud (dir.), Les Sibylles, Actes des VIIIes entretiens de La Garenne Lemot, Nantes, 2005, p. 113-114.

30 Voir son bel ouvrage : Fées, bestes et luitons : croyances et merveilles dans les romans français en prose, XIIIe-XIVe siècles, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, Traditions et croyances, 2002.

31 Reine des fées, Proserpine va façonner le destin d’Artus et protéger la belle Florence jusqu’à leurs noces. « Marraine et maîtresse des destinées », elle est une lointaine préfiguration d’Urgande, la fée protectrice des Amadis.

32 François Rabelais (attribué à), Les Chroniques gargantuines, éd. critique par C. Lauvergnat-Gagnière et G. Demerson, Paris, Nizet, Société des textes français modernes, 186, 1988.

33 Les Chroniques gargantuines, Les Admirables, chap. VII, p. 179-180.

34 Certains personnages n’appartiennent ni à la féerie, ni à la mythologie et ont une valeur purement parodique. C’est le cas d’Ysangrine dont le nom rappelle curieusement un héros du Roman de Renart, le loup Ysengrin.

35 François Rabelais, Pantagruel. Les horribles et espoventables faictz et prouesses du tresrenomme Pantagruel, Roy des Dipsodes, filz du grant geant Gargantua, Composez nouvellement par Maistre Alcofrybas Nasier, Lyon, Claude Nourry, s. d. (BnF, RES-Y2-2146), chap. XX, f. p iii r°.

36 Jean de Paris est le héros d’un roman anonyme du même nom paru vers 1495. On suppose qu’il s’agit du roi Jean, fils de Philippe de Valois, couronné en 1350, et surnommé de Paris dans le roman, car il s’agit de la ville principale des rois de France.

37 L’activité dévolue à Perceforest est en rapport avec son nom. On se souvient que Béthis, roi de Grande-Bretagne, se voyait surnommer Perceforest après avoir traversé une forêt enchantée. Or, les « coustretz » qu’il porte dans le Pantagruel sont des fagots.

38 Pantagruel, éd. citée, chap. XX, f° p iii v°.

39 François Rabelais, Pantagruel, publication critique sur le texte original par V. L. Saulnier, Genève, Droz, 1965, chap. XV, p. 125. Notons que la première version du Pantagruel, précédemment citée, mentionnait Enoch et Elie en lieu et place d’Ogier et Artus (Lyon, Claude Nourry, s. d., chap. XV, f° m r°).

40 « La royne respondit que moustarde estoit leur Sangreal et Bausme celeste : duquel mettant quelque peu dedans les playes des Andouilles terrassées, en bien peu de temps les navrées guerissoient, les mortes resuscitoient » (François Rabelais, Le Quart Livre, édition critique commentée par R. Marichal, Genève, Droz, 1947, chap. XLII, p. 182). Cette parodie parfaitement burlesque opère une désacralisation du Saint Graal (ou plutôt de son contenu mystique, le sang du Christ) comparé à de la moutarde.

41 Discours non plus melancoliques que divers, de choses mesmement qui appartiennent a notre France : & a la fin la maniere de bien & justement entoucher les Lucs et Guiternes, Poitiers, Enguilbert de Marnef, 1556, BnF RES-Z-1110.

42 Charles Nodier avait attribué les Discours à Bonaventure Des Périers. La critique actuelle réfute ce postulat.

43 Discours, chap. 4, f.°15 : Hercule ayant engrossé Pyrene, fille de Bebrix, cette dernière donna naissance à « un beau petit joli serpenteau, & De ceste race serpentine/Est descendue Melusine ».

44 Ibid., chap. 4, f. 14.

45 Par exemple, dans le chap. 1, f. 2 des Discours, Jean Lemaire De Belges est tourné en dérision et comparé à frère Jean des Entommeures : « […] & despuis peu appuyées d’un Jean de Viterbe, d’un autre plus que frere Jean, surnommé le Maire, & d’aultres encores plus nouveaus, que ne doy nommer, autant grans joueurs de rebec, qu’Hippocrene en pissa jamais… ». On rencontre également au chap. 4, f. 15, l’expression typiquement rabelaisienne du « trançon de bonne chere ».

46 G.-A. Pérouse, Nouvelles françaises du XVIe siècle : images de la vie du temps, Genève, Droz, 1977, p. 182.

47 Sur la réprobation attachée aux romans de chevalerie au XVIe siècle, voir l’article de N. Cazauran, « Les romans de chevalerie en France : entre exemple et récréation », M.-T. Jones-Davies (dir.), Le roman de chevalerie au temps de la Renaissance, Paris, Touzot, Centre de recherches sur la Renaissance, 12, 1987, p. 29-48.

48 Michel De Montaigne, Essais, livre I, chap. XXVI, M. Rat (éd.), Paris, Garnier, 1962, t. 1, p. 190.

49 François Grandin, Destruction de l’orgueil mondain, ambition des habitz, et autres inventions nouvelles extraictes de la Saincte Escriture & des anciens docteurs de l’Eglise, Paris, Claude Fremy, 1558.

50 L. Harf-Lancner, « Tristan détristanisé : du Tristan en prose au Nouveau Tristan de Jean Maugin

51 (1554) », Nouvelle Revue du XVIe siècle, no 2, 1984, p. 16-33.

M. Simonin, « La disgrâce d’Amadis », Studi Francesi, no 28, 1, janvier-avril 1984, p. 1-35.

52 Les Mille Imaginations de Cypille, ensuite des Avantures amoureuses de Pollidore, par le sieur de Mante, seigneur de P., Paris, Abraham Saugrain, 1609.

53 À ce propos, voir J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, Paris, Honoré Champion, 1992, p. 78.

Auteur

Docteur en littérature française (Le lignage des fées. Écriture et transmission de la féerie au XVIe siècle, soutenue au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance à Tours en 2011). Ses recherches portent sur la réception et le renouvellement de la topique de la féerie à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance (1400-1600). Elle s’intéresse également à l’histoire du livre et aux rapports entre texte et image dans les manuscrits et les premiers imprimés. Elle participe actuellement à l’édition du Livre XI de l’Amadis de Gaule.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site