Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Artus de Bretagne au Moyen Âge

Mise en page et en images du Petit Artus de Bretagne dans le manuscrit 34, collection Spencer, New York Public Library : une esthétique de la prolifération

Anne-Cécile Le Ribeuz-Koenig

Résumé

L’étude porte sur la mise en page, la mise en images et les choix textuels opérés dans ce manuscrit d’apparat ayant appartenu à un bibliophile illustre, collectionneur de manuscrits arthuriens, Jacques d’Armagnac. S’impose le constat d’un certain conservatisme dans les paragraphes et les rubriques à partir du moment où se maintient un cycle iconographique, par ailleurs absent dans la plupart des manuscrits du XVe siècle. Néanmoins à travers quelques modifications dans les lettrines, les rubriques, et surtout les choix iconographiques et textuels, émerge un nouvel horizon d’attente dont témoignent pour partie d’autres manuscrits du XVe siècle ainsi que la première édition imprimée : émergence d’une finalité morale du roman, mise en avant de l’intertexte arthurien, orientation de la lecture vers celle d’une biographie chevaleresque. Malgré le poids des héritages codicologiques, l’intérêt de ce manuscrit réside dans la manifestation d’une nouvelle esthétique en ce milieu de XVe siècle qui se différencie nettement de celle élaborée dans les manuscrits du XIVe siècle. Pour les livres d’apparat, notre manuscrit marque ainsi le passage d’une esthétique du jeu subtil tout en manque et en creux – comme en témoigne la fin ouverte initiale –, vers une esthétique de la prolifération tant du point de vue visuel – saturation de la page – que du point de vue narratif – trop plein des merveilles, des aventures, des personnages.

Texte intégral

  • 1 The History of the Valiant Knight Arthur of Little Britain, a romance of chivalry originally transl (...)
  • 2 Pour l’analyse des mains et de l’école artistique de ces miniatures, voir L. Delisle, « Une œuvre n (...)

1Le manuscrit 34 fonds Spencer de la New York Public Library est bien connu des historiens de l’art et des spécialistes d’Artus, puisque son programme iconographique est reproduit pour partie dans l’édition de 1814 de la version anglaise donnée par Lord Berners1. Les illustrations dans le style du Maître de Jouvenel des Ursins, précieuses, ont attiré l’attention des historiens de l’art qui y ont décelé deux, voire trois mains, dont peut-être celle d’Évrard d’Espinques2.

  • 3 C. E. Pickford, L’évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscr (...)

2L’autographe en partie effacé sur le dernier feuillet prouve que ce « Livre du Petit Artus » a fait partie de la bibliothèque de Jacques d’Armagnac, bibliophile reconnu et amateur de romans arthuriens qui avait hérité des bibliothèques de son arrière-grand-père, Jean de Berry et de son grand-père Jacques de Bourbon. Jacques d’Armagnac eut à cœur de préserver et compléter cette collection en commandant entre autres le manuscrit 112 de la BnF, somme romanesque arthurienne composée par Micheau Gonnot et étudiée par Cedric Pickford3.

  • 4 The Manuscripts and Patronage of Jacques d’Armagnac duke of Nemours, 1433-1377, University of Pitts (...)

3Parmi la centaine de livres qui composait la bibliothèque, le manuscrit conservé aujourd’hui à New York semble dater du début du patronage du duc de Nemours (1460-1474) – plus précisément selon Susan Amato Blackman, du début de la décennie 1460, d’après le décor et les miniatures4.

4Il s’agit ainsi du seul manuscrit de prestige pour le Petit Artus au XVe siècle, du moins avec un programme iconographique réalisé, parmi les onze manuscrits d’Artus postérieurs au XIVe siècle D’ailleurs c’est le seul de cette période encore exclusivement en parchemin et présentant un décor soigné : de format un peu plus réduit que les deux manuscrits luxueux du XIVe siècle (305 sur 210 mm), il comporte deux cent vingt-deux feuillets, trente-sept miniatures et est écrit sur deux colonnes, ce qui contribue également à son prestige. Il convient de noter dans la galaxie des manuscrits du XVe siècle le plus souvent en papier et à longues lignes, deux autres manuscrits en parchemin, mais dont les illustrations prévues initialement n’ont pas été exécutées, le manuscrit conservé à Bruxelles (Bibliothèque royale, 9088), passé dans la famille de Croy, puis chez Marguerite d’Autriche, et un des deux manuscrits conservés à la Bibliothèque vaticane (Reg. Lat. 738).

5Dans le manuscrit de New York, le caractère très soigné des miniatures réalisées par des maîtres de l’art pictural n’est pas le seul qui frappe ; l’ensemble du décor contribue à produire une impression de richesse et de saturation. Dès la première page, se fait jour une esthétique de la prolifération : marges décorées de rinceaux, lettrines enluminées, miniature de la taille d’une demi-page, rubrique et signe de paragraphe, un pied de mouche filigrané délimitant les séquences, enfin ligne d’écriture inachevée remplie de formes géométriques par le copiste.

6La présente étude est une exploration de l’esthétique de la prolifération dont témoigne ce manuscrit d’Artus tant sur le plan de la mise en page et en images, que sur le plan des choix textuels.

Pieds de mouche, lettrines, rubriques et miniatures

7Le décor dans ce manuscrit se déploie sur trois niveaux :

  • le « paragraphe », signalé non par un retour à la ligne mais par un pied de mouche,

  • la rubrique, suivie d’une lettrine, rubrique qui s’appuie plus sur le texte que sur les miniatures, contrairement à sa fonction dans les manuscrits du XIVe siècle,

  • les illustrations qui ne correspondent pas forcément aux rubriques.

8On constate trois positionnements possibles des rubriques par rapport à ces miniatures : la miniature peut être placée non loin (dans le cadre de la double page), elle peut « remplacer » la rubrique au début d’une nouvelle séquence ou bien elle est placée au milieu d’une séquence assez longue (par exemple lors du récit d’un tournoi).

  • 5 Voici quelques exemples de paragraphes :
    Lors se partirent hector et artus des sales si vindrent a l (...)

9Les principaux paragraphes des manuscrits du XIVe siècle sont présents aussi ici5. Toutefois, on ajoute des césures, dont certaines sont communes au manuscrit français de la BnF fr. 12549, datant du XVe siècle, sur parchemin mais sans image. Ces césures sont placées en particulier lors du départ ou de l’arrivée de personnages, et pour souligner un changement d’interlocuteur, le discours étant alors introduit par une phrase du type « Or X dit », ou bien signalé par la présence en tête de phrase d’une interjection comme « Haa… », ou une adresse, suivie de l’incise « dit X ». L’accent est donc mis sur les paroles des personnages et en particulier celles qui expriment leurs sentiments. Dans les exemples sélectionnés, on constate que l’embrayeur le plus fréquemment employé est « lors », suivi de « adonc ». Il est ainsi mis en valeur une alternance entre discours et déplacements des personnages.

10Les rubriques, dans ce manuscrit, semblent plus proches du texte, et ne constituent que secondairement et pas systématiquement des légendes pour les illustrations. Elles sont soigneusement et régulièrement disposées jusqu’à la fin du texte romanesque. Les rubriques sont toujours assez brèves et annoncent rarement plus de deux épisodes : on a choisi de les multiplier et ainsi de suivre au plus près la progression du texte, peut-être au détriment de la dynamique d’ensemble, un peu masquée par cette avalanche de détails rubriqués.

11Il faut remarquer que la structure du texte annoncée par la rubrique est bien reprise par la mise en paragraphe. Cette cohérence entre l’intitulé des rubriques et le découpage en paragraphes est particulièrement frappante lorsque Florence reçoit les dons des quatre fées, chaque paragraphe soulignant l’intervention d’une d’entre elles, comme la rubrique l’annonce :

Comment les quatre roynes faees donnerent a Florence chacune son don.
« Adonc, dist Proserpine la royne et dames de celles dames … »
« Je vueil, dist elle, que ceste fille ait nom Florence … »
« Si, dist la seconde dame … »
« Se dieu m’aist, dist la tierce, elle sera belle sans nombre … »
« Lors, dist la quarte dame … »
Lors se leverent les dames et s’en alerent…

12Dans ce manuscrit, les images constituent une suite de tableaux qui ponctuent la lecture du récit. On remarque un souci de variation dans leur disposition par rapport au texte. En effet, comme dans les manuscrits du XIVe siècle, les images peuvent illustrer une rubrique et annoncer ainsi visuellement un épisode (miniature no 1, Artus enfant, accompagné de son maître, à la cour de ses parents) ; elles sont susceptibles également d’être placées au milieu d’un épisode narratif long et servir, de la sorte, de pause (miniature no 8, au milieu du récit d’un tournoi devant la dame de Roussillon) ; enfin elles peuvent remplacer une rubrique et signaler ainsi le début d’un nouvel épisode (miniatures nos 17, 18 et 19, les combats d’Artus contre un lion, une géante et un géant). Dans les deux derniers cas, l’image n’est pas couplée avec une rubrique toute proche, mais illustre celle-ci à plusieurs pages d’intervalle. Elle en constitue une sorte de rappel. Le programme iconographique développe celui de rubrication, mais pas seulement au sens où chaque image reçoit une légende rubriquée et souligne ainsi la structure du texte mise en évidence par la rubrique : l’image sert aussi de jalon à l’intérieur d’un passage encadré par des rubriques afin de signaler des micro-épisodes (joute pendant un tournoi ; combats successifs contre trois ennemis merveilleux). L’effort de cohésion que nous avons noté entre paragraphes et rubriques se retrouve donc entre miniatures et rubriques.

  • 6 Sur les récits de tournoi dans Artus, voir dans ce volume l’article de J. Taylor.
  • 7 Sur ces bois, voir dans ce volume l’article de M.-D. Leclerc.

13Ces illustrations d’une haute qualité témoignent d’une lecture attentive du texte. Aux côtés d’un certain nombre d’images topiques, comme les scènes de tournois6 ou de batailles, plusieurs miniatures dans un seul tableau résument les étapes du récit. Peuvent ainsi être qualifiées de cinétiques les illustrations suivantes : la rencontre d’Artus avec Jeannette, la scène des dons des fées à la naissance, la remise d’un manteau à Artus par les dames du tournoi, les différentes merveilles et aventures rencontrées par Artus à la Porte Noire. Ce procédé se retrouve d’ailleurs dans l’édition princeps pour le bois illustrant la conquête de la place forte7. L’autre moyen employé pour offrir une perception de la dynamique narrative à travers les images est de conjoindre deux instantanés. Ainsi l’unique ensemble narratif constitué de deux miniatures compartimentées (miniature no 25) correspond à l’épisode des larrons punis par Artus : c’est un diptyque présentant le crime (un voleur attaque une demoiselle tandis qu’elle soupe) et le châtiment (Artus en armure punit les trente voleurs). Cette composition expressive et frappante montre le rôle de justicier d’Artus. C’est cette miniature qui pourrait être de la main d’Évrard d’Espinques.

14Comme dans les manuscrits du XIVe siècle, le programme iconographique par ses choix d’ouverture (Artus enfant se présentant à ses parents, le duc et la duchesse de Bretagne, à la cour de ceux-ci) et de clôture (mariage d’Artus et de Florence, puis tournoi final) insiste bien sur la destinée d’Artus, de la petite enfance jusqu’au mariage, qui marque son accession définitive au statut d’adulte. Le récit romanesque est bien un récit biographique, et c’est même une biographie chevaleresque, puisque le protagoniste est présenté d’emblée comme d’ascendance noble (miniature no 1), puis mis en scène dans des joutes et combats nombreux, contre toutes sortes d’adversaires. Vingt et une miniatures sur un total de trente-sept représentent en effet des chevaliers portant des armes et parfois en train de combattre.

15Les images spécifiques à ce manuscrit s’attachent à un autre aspect du texte romanesque : la présence d’êtres merveilleux. Proserpine et Étienne sont souvent représentés maîtrisant la magie, le plus souvent au service d’Artus. Mais il est ajouté par rapport aux manuscrits du XIVe siècle des miniatures représentant les combats menés par Artus contre des géants, des lions et des monstres merveilleux (miniatures nos 13, 14, 17, 18, 19 et 20), et aussi Assille le cheval fabuleux (miniatures nos 11 et 13), la barque enchantée au Château d’Hurtebise (miniature no 24). Cet attrait pour le merveilleux est présent dans d’autres manuscrits d’Artus datant du XVe siècle, en particulier ceux présentant une suite longue comme le manuscrit fr. 12549 de la BnF : dans ce manuscrit aussi bien la suite textuelle complétant le récit du XIVe siècle que les rubriques de cette première partie mettent l’accent sur une succession d’aventures merveilleuses multipliant les lieux, êtres et épreuves étranges.

16S’affirme donc à travers le programme iconographique du manuscrit newyorkais, datant de la seconde moitié du XVe siècle, une réception du Petit Artus de Bretagne comme une biographie chevaleresque, mêlant actions de chevalerie et merveilles.

17Que ce soit du point de vue de la mise en paragraphes, en rubriques ou en images, on observe que les divisions des manuscrits du XIVe siècle demeurent pour la plupart dans le manuscrit de New York. Ce qui montre des changements dans la lecture du texte, c’est que l’on ressent le besoin, comme dans le manuscrit de Bruxelles, d’introduire des scansions supplémentaires : on multiplie ainsi les paragraphes, les rubriques, tandis que subsistent un assez grand nombre de miniatures, dont certaines signalent des divisions autonomes. Il n’y a plus de grand bloc de texte dépourvu de toute césure ; sur chaque page ou presque, le lecteur rencontre un nouveau paragraphe, une phrase rubriquée et/ou une illustration. Il se trouve donc aidé dans son parcours du roman page après page. En revanche il devient difficile en feuilletant le manuscrit et en s’attachant seulement aux rubriques et aux illustrations de suivre la dynamique du récit, morcelé en de nombreuses séquences. Ce manuscrit semble donc avoir été composé pour être déchiffré et lu de part en part ; du moins, c’est comme cela que ceux qui ont présidé à sa fabrication en ont pensé la lecture.

18On assiste donc à travers cette mise en page et en images à un effort de rationalisation et de cohérence du découpage du texte en différentes séquences, les images et paragraphes soulignant bien les étapes annoncées dans les rubriques (deux, trois ou quatre). Au niveau de la lecture la plus précise, les paragraphes insistent sur les dialogues et l’expression par les personnages de leurs sentiments. De manière plus globale, le lecteur est invité à percevoir le texte comme une biographie chevaleresque, accumulant les joutes ainsi que les rencontres merveilleuses. L’accent est mis sur le protagoniste Artus, représenté dans presque toutes les miniatures ; les aventures amoureuses passent au second plan. Ces infléchissements dans la réception du roman dans ce manuscrit du XVe siècle annoncent ceux qui seront présents dans l’édition princeps : double valeur textuelle et visuelle des titres de chapitres, hiérarchisation « rationnelle » des épisodes, attrait pour le merveilleux, et, enfin, souci d’édification qui s’affirme dans les choix textuels de clôture que ce soit pour l’imprimé ou pour le manuscrit de New York.

Choix textuels

19De même que le manuscrit de Bruxelles, le manuscrit conservé à New York ne présente pas de lacune remarquable par rapport aux manuscrits du XIVe siècle. En particulier, la conversation entre Marguerite et Étienne (f. 108 v° à 111 r°) est présentée dans une version longue, alors qu’elle est parfois supprimée ou abrégée dans certains manuscrits du XVe. Elle n’est plus toutefois ici mise en valeur par une illustration ; aucune rubrique ne l’annonce, seulement un signe de paragraphe : « Lors advint que quant la court fut ainsi departie le maistre vint a Marguerite et lui demanda s’elle vouloit… » Cet épisode est par la suite découpé en paragraphes, et en son milieu une rubrique met en avant la significations de l’amour : « De plusieurs demandes d’amours que Marguerite d’Argence fist a maistre Estienne et comme il signi[fi]a les scens de cueur. » Nous sommes donc loin de l’intérêt pour les connaissances encyclopédiques vulgarisées, qui semble animer le public du XIVe siècle.

20Ce manuscrit suit donc scrupuleusement le texte du XIVe siècle, même s’il ne le présente pas d’une façon complètement identique, témoignant ainsi d’une évolution du goût. En revanche, il présente une clôture originale du texte, dont seule cette copie garde la trace.

  • 8 Sur ces diverses fins, voir l’article de C. Ferlampin-Acher dans ce volume.
  • 9 Cette transcription conserve strictement les majuscules et les signes/présents dans le manuscrit, m (...)

21En effet, comme dans les autres manuscrits du XVe siècle, le scribe ne reproduit pas la clôture du texte des manuscrits du XIVe siècle. Le manuscrit de Bruxelles l’abrège et propose une fin après les fiançailles d’Artus et de Florence, tandis qu’un ensemble de manuscrits propose un dénouement qui s’achève par la mort des héros, « version commune » que reprendront les imprimés. D’autres manuscrits proposent une « version longue », qui consiste en une multitude d’aventures merveilleuses sans plus de justification romanesque8. Aucun des manuscrits du XVe siècle ne se satisfait de la fin ouverte proposée au XIVe siècle. Dans le manuscrit étudié, pour remédier à l’incomplétude du texte, le scribe a ajouté deux pages (f. 210 v°-212 r°) en guise de conclusion9 :

[…] Lors siffla le maistre et fist venir au tournoy une fumee si grant que l’un ne vit l’autre et tous furent esbaïs dont ce venoit. Et se departirent ceulx du païs du tournoy a tout leur honte et ne conquesterent riens sur les François. Et quant les françois se virent tous seulz, si s’en retournerent en la cité d’argence gais et joieulx.

[Rubrique]
Quant les françois orent eu le prix l’onneur du grant tournoy que les gens du païs avoient commencié par envie et noz gens furent venuz a argence si comme vous avez devant ouy, le fort roy emenidus appella son frere l’arcevesque, tous ses roys, ses princes et barons qui la estoient, et leur dist : « Seigneurs et amis tres chiers, il vous a pleu de vostre bonté, amour et loiauté d’estre venu au besoing de nous et de florence nostre fille. Mais de la peine et travail que vous avés enduré et souffert nous poise il tres grandement, et la mercis grant, nous n’avons mie fait grant perte, excepté du noble roy de normal, qui a esté mort, dont il nous poise, mais nous ne le povons amender et n’y a que de prier dieu pour lui qu’il le reçoive en son saint paradis comme cil qui estoit loial chevalier. Et pour ce, beaulx seigneur que vous estez, noz homes en foy et en loiaulté, et ne savons combien nous avons mais a vivre en ceste mortelle vie, et n’avons nul hoir masle de notre corps qui puisse venir ne succeder au royaume maintenir et gouverner aprés notre trespassement, Et il soit ainsi que artus, que vous veez la, qui a nostre fille florence espousee, laquelle lui fut destinee si comme nostre frere l’arcevesque et le roy d’orquenie/nostre cousin germain et la royne d’ismaelite le sceurent bien oïr. Ilz la porterent si tost qu’elle fu nee a la porte noire ou mont perilleux, et la oïrent la destinee qui lui fut donnee par quatre roynes faees, dont la royne proserpine estoit la souveraine et la plus belle dame du monde, et la noma florence et lui donna qu’elle lui ressembleroit de beaute sans nulle difference. Et lui donna le chastel de la porte noire. Apres lui donna son pavillon ou l’escu blanc [et] l’espee faee est. Et les autres dames lui douerent qu’elle seroit femme au meilleur chevalier du monde, lequel conquerroit l’escu et l’espee faee et acheveroit les aventures au mont perilleux. Et ces dis et parolles nous raporterent par leurs seremens avoir oïes et entendues desdites faees les dessus només, l’arcevesque, le roy d’orquenie et la royne d’ismaelite, qui encores le tesmoignent estre vray. Et en complissant la destinee, elle a esté donnee audit artus et adjugee par vous, qui cy estes presens Comme au meilleur et au plus vaillant chevalier qui vint ou monde. Et vous demandons vostre conseil et advis s’il seroit bon des maintenant que nous le saisisons de nostre royaume et que lui en feisiés homaige comme a souverain seigneur, et s’il vous semble qu’il se puisse faire par raison, nous en avons tres grant joye. » Lors respondirent les roys et les pers au roy emenidus : « Sire, nous disons ainsi que voulenté est bonne et nous est moult aimable, car elle est juste et raisonnable, et se peut bien faire avec raison prontement pour le temps avenu, et ainsi le vous accordons nous et le nous plaist ainsi faire en loyautee. » Et adonc par tres belle et noble ordonnance il firent hommage a artus comme a leur droit seigneur. Et il les receut a moult grant joye en les baisant moult doucement et humblement. Et nulz ne pourroit raconter la joie que le duc et la duchesse de bretaigne avoient quant il veoient leur filz en ceste honneur. Et apres ses choses cria l’en aux queux, Et furent assis le roy emenidus, artus et le duc son pere aus haus dais et les autres roys et barons chascun selon son estat, et la furent servis richement et noblement de viandes et d’entremés. Et tant y avoit d’instru/mens que l’en n’oïst pas dieu tonnant. Et aprés disner commencerent les joustes et les esbatemens des jeunes chevaliers et escuiers, que florence et les autres dames qui estoient aux fenestres des haultes sales regardoient voulentiers. Et dura celle feste quinze jours entiers, que onques mais n’avoit esté faicte si belle. Et avoit artus, le nouvel roy, la coronne en la teste. Au departir de la feste donnerent le roy emenidus et le roy artus moult nobles dons de joyaux aux barons qui la estoient. Et par espareil aux francoys. Et florence donna marveilleusement beaus dons aux dames de France, et icilz les mercia du travail et peine qu’il avoient eu en ce homage. Apres ce prindrent congié le roy de maillogres et le duc de bretaigne et tous les contes et barons de France du royaume indus de artus et de florence. Et maintes douces parolles y furent dictes et maintes larmes plourees, maiz la duchesse de bretaigne en prendre congie de la royne florence, sa fille, li dist : « ma doulce dame fille et amie, je vous commande/a dieu, qui soit garde de vous. Je vous laisse tout quanque je aime en ce monde ! » en ce disant fut cheoicte toute pasmee si ne fussent les dames qui la estoient qui la soustindrent. Et le noble florence avoit le cueur si serré qu’elle ne povoit dire mout. Et ainsi chascun se retourna en sa contree lié et joiant.

22À l’issue du tournoi suivant le mariage d’Artus et de Florence, le roi Emenidus s’adresse à ses vassaux : il les remercie de la peine qu’ils se sont donnée à son service, et regrette la perte du roi de Normal. Cette disparition fait songer le roi Emenidus à la sienne. Il peut être frappé à tout moment. C’est pourquoi il souhaite saisir dès à présent Artus de son royaume : il se lance dès lors dans une biographie élogieuse d’Artus, rappelant à ses barons les prédestinations des fées, et en quoi elles ont été accomplies. Les vassaux saluent la proposition du roi et rendent hommage à Artus. Une fête somptueuse est donnée pendant quinze jours, qui témoigne de la libéralité des deux rois et de la reine ; voir Artus accéder au rang de roi est l’occasion d’une grande joie pour ses parents, le duc et la duchesse de Bretagne. Pour finir, les barons prennent congé. La duchesse manque de s’évanouir en faisant ses adieux à Florence. Chacun s’en retourne chez lui dans la joie.

23Plutôt qu’un tour de magie, le scribe qui écrit cette fin préfère un discours solennel permettant de clore le récit à plusieurs niveaux. Tout d’abord, il souligne que les prédestinations initiales sont réalisées, et que donc la dynamique narrative est arrivée à son terme (comme dans Ysaïe le Triste). Ensuite, nous assistons à l’apothéose sociale d’Artus, qui accède au statut de roi, et qui passe des mains de sa mère à celles de son épouse : le parcours initiatique moral et social du protagoniste est achevé. De plus, la présence des parents d’Artus à son couronnement met cette fin en résonance avec l’ouverture du récit : on insiste d’ailleurs sur les sentiments, joie et vive émotion, du duc et de la duchesse de Bretagne. Le retour à la fin du texte des personnages présents à son ouverture, contribue en soi à assurer la clôture, et permet de tisser un lien renforcé entre la cour de Bretagne (peinte à l’ouverture) et celle du roi Emenidus, cédée à Artus (représentée de manière indirecte à la fin, comme cadre de l’ultime tournoi). Enfin, les derniers mots du texte « lié et joiant », ainsi que le réseau lexical de la joie et de la fête développé dans le dernier paragraphe, placent ce roman dans la continuité d’un certain nombre de romans arthuriens pour ce qui est de la clôture : sont suggérées une joie individuelle, une joie familiale, une joie à l’échelle de la société de cour, et même une joie à l’échelle de la nation (dans le camp « français » pour lequel le narrateur affirme son attachement), puisque chacun s’en va portant la joie chez lui. Une conclusion sous le signe de la joie et de la fête, quand l’harmonie est atteinte ou rétablie est fréquente dans le roman arthurien ; c’est le cas par exemple dans Erec et Enide, de Chrétien de Troyes, et dans Ysaïe le Triste. « Joye » est également le dernier mot du manuscrit BnF fr. 1431, qui l’ajoute à une version brève « commune » d’Artus. Dans ces manuscrits, les scribes répondent ainsi aux attentes du lecteur quant au genre du texte annoncé par les premières lignes : le roman arthurien.

24La fin du manuscrit new-yorkais n’oublie pas non plus l’instruction du lecteur sur la fragilité de tout homme, et sa condition de mortel, fût-il roi : le divertissement romanesque rejoint l’édification morale. Ce souci didactique se retrouvera dans les préfaces qui accompagnent les romans diffusés sous forme imprimée. Une réflexion sur la mort est également présente dans d’autres manuscrits d’Artus du XVe siècle, qui s’achèvent sur la disparition des héros et l’épitaphe qui orne leur tombeau (il s’agit des manuscrits présentant la version « commune »). Dans le manuscrit de New York, la mort du roi de Normal et celle, annoncée sans être effective, du roi Emenidus, permettent le triomphe du nouveau roi, comme garant de la continuité. Ce qui autorise à conjuguer mort et joie. Le roman ne s’achève pas sur un manque, mais sur un trop plein : deux rois pour un royaume, Emenidus et Artus, deux femmes pour aimer Artus, sa mère et son épouse, beaucoup de joie et des cadeaux à profusion. Au contraire, l’« épitaphe » finale du manuscrit conservé à la bibliothèque de l’Arsenal, 2992, instaure un vide, un manque qui est appelé à être comblé par l’écriture, le récit de la vie des personnages.

25La fin élaborée par le scribe correspond donc bien à la mise en page et en images de ce manuscrit : toutes deux témoignent d’une esthétique de la prolifération, et insistent sur le cheminement du protagoniste, de la Bretagne au royaume de Sorelois, de l’enfance à la maturité psychologique, morale et sociale. La prolifération du décor, comme celle des aventures chevaleresques et merveilleuses, va de pair avec un besoin de clôture ; tout espace est comblé par les traits de plume ou bien les explications édifiantes ; le roman n’est plus perçu comme un jeu, au sens d’espace ludique, de divertissement, au sens d’interstices laissant place à une interprétation, mais comme un espace comblé, rempli pour l’édification du lecteur.

26On constate, dans ce manuscrit comme dans l’ensemble des manuscrits du XVe siècle et des imprimés, que les artisans du livre sont moins sensibles au jeu sur les sources et au détachement de l’auteur par rapport à sa matière. Le roman est lu au pied de la lettre, avec moins de recul : on éprouve donc la nécessité de lui donner une fin ou une suite acceptable, plus ou moins conclusive. Le roman est devenu un catalogue d’exploits chevaleresques et d’aventures merveilleuses. La perception du jeu littéraire s’étant estompée, la connivence humoristique entre l’auteur et son lecteur ayant disparu, l’enjeu esthétique du roman s’en trouve amoindri, et un enjeu moral, didactique, doit être explicité et affirmé. Les destinées exemplaires des personnages deviennent un modèle de vie, sinon pratique, du moins spirituelle.

Notes

1 The History of the Valiant Knight Arthur of Little Britain, a romance of chivalry originally translated from french by John Bourchier, Lord Berners, a new edition with a series of plates, from illuminated drawings contained in a valuable ms. of the original romance, E. V. Utterson (éd.), Londres, White, Cochrane and Co., 1814. Sur cette version, voir dans ce volume l’article d’A. Berthelot.

2 Pour l’analyse des mains et de l’école artistique de ces miniatures, voir L. Delisle, « Une œuvre nouvelle du peintre Jean Fouquet », Journal des savants, 1903, p. 273 ; J. L. Shrader (dir.), The Waning of the Middle Ages. An exhibition of French and Netherlandish art from 1350 to 1500, Lawrence, University of Kansas Museum of Art, 1969, p. 17 no 12, planches 42-43; O. Pächt et D. Thoss, Die illuminierte Handschriften des Österreichischen Nationalbibliothek. Vol. I Französische Schule, Vienne, 1974, p. 32-48, fig. 43-73, illustrations III-16, planches en couleur 1-3; E. König, Französische Buchmalerei um 1450: der Jouvenal Maler, der Maler des Genfer Boccaccio und die Änfange Jean Fouquet, Berlin, 1982, p. 253, fig. 221; J. Plummer et G. Clark, The Last Flowering: French Painting in Manuscripts, 1420-1530, New York/Londres, J. Pierpont Morgan Library, 1982, p. 35-36, no 47, fig. 47.

3 C. E. Pickford, L’évolution du roman arthurien en prose vers la fin du Moyen Âge d’après le manuscrit 112 du fonds français de la Bibliothèque nationale, Paris, Nizet, 1960.

4 The Manuscripts and Patronage of Jacques d’Armagnac duke of Nemours, 1433-1377, University of Pittsburg, Ph. D. Thesis, thèse dactylographiée, 1993, en particulier, p. 17, p. 96, p. 281-282 et p. 310-313.

5 Voici quelques exemples de paragraphes :
Lors se partirent hector et artus des sales si vindrent a la court se dist artus a hector alons veoir…
Lors vindrent les dames et les damoiselles l’espousee et firent semblant qu’elle fust couchee…
Lors vint messire ancel et jura a grant paour tout tremblant…
Lors vint le duc et artus si lui dist…
« He dieux, dist la dame, pour dieu ne le creez … »
« Adonc, dist Jehannete, haa madame pour dieu or ne vous courroucez mie … »
« Madame, dist Jehannete, c’est moult forte chose que jeunesse a passer … »
« Fille, dist la mere, tu feras ce que tu vouldras … »
« En nom dieu, dist le Roy, je le vous promez en loi aulte … »
« Haa sire, dist le Roy, elle puet avoir autre que cellui qui lui est destine … »
« Haa, dist la dame, pour riens je ne feroie car il ne connust ja que… »

6 Sur les récits de tournoi dans Artus, voir dans ce volume l’article de J. Taylor.

7 Sur ces bois, voir dans ce volume l’article de M.-D. Leclerc.

8 Sur ces diverses fins, voir l’article de C. Ferlampin-Acher dans ce volume.

9 Cette transcription conserve strictement les majuscules et les signes/présents dans le manuscrit, mais elle ajoute une ponctuation moderne. L’usage des majuscules ne coïncide pas toujours avec ce qui serait attendu si celles-ci avaient une fonction syntaxique.

Auteur

Enseignante agrégée de Lettres à l’université Grenoble-Alpes, a soutenu un travail doctoral intitulé « Écriture et lecture du romanesque à la fin du Moyen Âge. Le Petit Artus de Bretagne. Ysaïe le Triste. Meliador ». Elle poursuit actuellement ses recherches sur les romans français arthuriens des XIVe et XVe siècles, leur réception à travers les manuscrits et imprimés, leur rapport avec l’Histoire.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site