Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Artus de Bretagne au Moyen Âge

Artus de Bretagne : un roman de la jeunesse et de la désinvolture

Sébastien Douchet et Valérie Naudet

Résumé

Trop nombreux sont les personnages d’Artus de Bretagne qui revendiquent leur jeunesse comme une qualité pour qu’il soit possible de ne voir dans cette période de la vie qu’un simple thème romanesque. En ce tout début de XIVe siècle, venant après les premiers romans en vers puis les grandes sommes en prose, l’auteur entreprend de se dégager de cet héritage un peu lourd et de rajeunir le genre, avec désinvolture et humour. À partir de l’étude des seuils romanesques et de la mise en évidence de l’importance de la jeunesse des personnages, qui se démarquent des modèles antérieurs, l’article examine comment le roman recycle et neutralise la matière ancienne, par exemple l’aventure merveilleuse et le motif du déguisement, avec légèreté, sur le mode du divertissement, ce qui permet de comprendre la place du rire dans l’œuvre. Cette légèreté de traitement se retrouve à l’échelle de la formule, comme le montre l’exemple du lors veïssiez épique, vidé de sa force originelle. Ce jeu si marquant avec la tradition littéraire semble être une caractéristique suffisamment prégnante de ce roman pour qu’au moins l’un des témoins manuscrits à avoir conservé cette version du texte cherche à la retranscrire dans la matérialité du codex (BnF fr. 761). Au contraire l’illustrateur du manuscrit carpentrassien, dans sa recherche du détail exact, témoigne d’une lecture très attentive au contenu narratif, mais pas à sa forme.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Hector, ce dist Artus, nous sommes jones1 ! » Cette exhortation enthousiaste introduit dans Artus de Bretagne une notion centrale pour sa compréhension. Artus, Florence, Hector et bien d’autres personnages sont qualifiés de « jones » du début à la fin de ce roman, qui est sans conteste un roman de la jeunesse2, plus encore qu’Érec et Énide ou que le Conte du Graal, qui lançaient des jeunes en aventure, et davantage que les romans arthuriens de la seconde génération qui inventaient des fils à ceux qui furent les jeunes héros de la première génération.

Dans Artus de Bretagne, les chevaliers ne sont plus preux et vaillants, mais « gentil et noble et jone », les demoiselles ne sont plus belles et courtoises mais « douce et gracieuse et jone » ou même « jone et tendre ». C’est, nous dit le texte, « par jonesce » qu’Artus et ses compagnons sont partis en aventure3. La jeunesse et sa fougue sont le moteur qui lance l’action romanesque et non la beauté éblouissante de chevaliers rencontrés...

Auteurs

Sébastien Douchet est agrégé de Lettres Modernes et ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay Saint-Cloud. Maître de conférences en langue et littérature du Moyen Âge à l’université d’Aix-Marseille, il a consacré sa thèse de doctorat à la représentation de l’espace dans le roman arthurien en vers de la fin XIIe siècle et du début du XIIIe siècle. Également diplômé de troisième cycle d’histoire de l’art médiéval, il s’intéresse à l’enluminure et aux liens texte/image dans les manuscrits médiévaux occidentaux. Ses recherches actuelles portent sur la lecture et la réception des manuscrits médiévaux à l’époque classique à travers l’étude de la bibliothèque d’une famille d’aristocrates lettrés du xviie siècle, les Gallaup de Chasteuil, dont une grande partie est conservée à la Bibliothèque Inguimbertine de Carpentras. Il est membre du CUER MA, groupe de recherche sur la littérature du Moyen Âge affilié au CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA 4235).
Valérie Naudet, agrégée de Lettres Modernes, est actuellement professeur de langue et de littérature du Moyen Âge à l’université d’Aix-Marseille et responsable du CUER MA, le groupe de recherche des médiévistes du CIELAM (Centre interdisciplinaire d’étude des littératures d’Aix-Marseille, EA 4235). Elle est spécialisée dans l’étude du genre épique médiéval, depuis les chansons de gestes les plus anciennes jusqu’aux avatars les plus récents que sont les mises en prose. Son activité de recherche sur ces poèmes se répartit essentiellement entre l’édition de texte et l’approche stylistique, notamment avec l’étude des discours rapportés ou les problèmes de versification. Par ailleurs, elle s’est intéressée à la réception du Moyen Âge aux XVIe et XVIIe siècles à travers l’étude de la bibliothèque de gentilshommes provençaux. Ces travaux sont menés en collaboration avec Sébastien Douchet. C’est dans le cadre de ces démarches auprès des bibliothèques qu’ils ont trouvé, à la bibliothèque-musée Inguimbertine de Carpentras, le manuscrit 403 qui fait de l’étude contenue dans ce volume.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540