Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Artus de Bretagne au Moyen Âge

Artus de Bretagne et la lyrique : chanter et enchanter

Denis Hüe

Résumé

Au cours d’une chevauchée, le clerc Étienne se met à chanter avant d’entamer une discussion de casuistique amoureuse avec Arthur. Ce passage en apparence gratuit est sans doute une des clefs de l’œuvre, en ce qu’il inscrit le roman dans la tradition du débat du clerc chanteur et du chevalier combattant, où la musique et le chant ont un rôle particulier. L’enquête permet d’identifier précisément la chanson d’Étienne et de montrer la musique comme un marqueur de la pratique amoureuse, aussi bien dans la chanson que dans les débats, qui contribue à structurer les enjeux du roman.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Artus de Bretagne partage avec beaucoup des œuvres de la fin du Moyen Âge d’être une sorte de synthèse de toute la littérature qui l’a précédé. Sous une forme plus condensée que le Perceforest, il offre à la fois des fées, une insertion encyclopédique, une géographie imaginaire et parfois réelle – où se côtoient Valfondée la lointaine dont nous a parlé l’épopée, l’Osterriche tout à fait plausible et Nantes qui pour nous autres rennais n’est pas particulièrement exotique ou romanesque – sauf à attendre Julien Gracq ou Jacques Demy. Beaujeu, Nevers, Roussillon, ces noms qui scandent notre lecture constituent à peu de frais un univers qui nous est déjà familier. Tout se passe comme si le roman explorait un nouveau monde imaginaire, ou plutôt s’appropriait le vraisemblable de la géographie occidentale pour l’ouvrir vers un imaginaire romanesque ; et il est vrai que le lecteur médiéviste, probablement comme l’auditeur médiéval, dresse l’oreille en entendant évoquer ces topo/anthroponymes...

Auteur

Professeur de langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance à l’université Rennes 2. Spécialiste de la poésie lyrique de la fin du Moyen Âge, il a consacré sa première thèse à Jean Meschinot et sa thèse d’État au Puy de Rouen (La Poésie Palinodique à Rouen, 1486-1550, Champion, 2002). Les questions d’oralité et de performance l’ont amené à travailler la chanson de geste (Lectures du Couronnement de Louis, Presses Universitaires de Rennes, 2013) aussi bien que le théâtre médiéval : nombreux articles, nombreux textes en ligne sur le site du Centre d’Études des Textes Médiévaux, direction de volumes (Pathelin en Scène, avec D. Smith, Rennes, Presses Universitaires de Rennes 2001, Mainte bele oeuvre faite, mélanges Runnalls, avec M. Longtin et L. Muyr, Orléans, Paradigme, 2005, Le Jeu et l’accessoire, mélanges Michel Rousse, en collaboration avec M. Bouhaïk et J. Koopmans, Paris, Garnier, 2011). Il prépare actuellement l’édition de plusieurs textes théâtraux. C’est autour de ces préoccupations qu’il a pu travailler sur la mise en scène et la mise en voix de textes médiévaux (jeu liturgique du Fils de Getron et chansons de trouvères, avec l’ensemble Diabolus in Musica). Il a participé à plusieurs sessions d’études à Royaumont autour des questions que pose le texte lyrique.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540