Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Artus de Bretagne au Moyen Âge

Le compagnonnage chevaleresque dans Artus de Bretagne

Corinne Denoyelle

Résumé

À la différence d’un Lancelot ou d’un Tristan, du moins dans les premiers romans qui décrivent leurs aventures, Artus de Bretagne n’est pas un chevalier solitaire mais un jeune noble représentatif de manière hyperbolique du compagnonnage aristocratique de la société médiévale, tout particulièrement mis en scène dans ce roman. En effet, les personnages n’y sont que rarement seuls, ils ont les compagnons qui siéent à leur rang et dont le dévouement renforce leur exceptionnelle personnalité. Qu’ils se mettent à son service, qu’ils le suivent par admiration ou qu’ils doublent ses aventures sur un mode mineur, les compagnons d’Artus forment autour de lui un vaste éventail de personnalités. Cet article examine les manifestations de cette sociabilité courtoise, la manière dont les compagnons se situent les uns par rapport aux autres à l’intérieur du groupe formé dans la mouvance du héros. Face aux aventures dans lesquelles il est engagé, ce groupe évolue et son organisation se modifie sous l’influence de quelques fortes personnalités qui disputent discrètement à Artus son leadership. Celui-ci semble finalement disparaître au milieu des autres personnages, comme si, trop parfait, il donnait moins de prise au récit. Au niveau du dialogue en particulier il s’efface petit à petit au profit de meilleurs parleurs que lui, quoique, de manière paradoxale, son autorité morale et militaire ne cesse jamais d’être affirmée.

Texte intégral

  • 1 Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de 1584, N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher (éd.), Paris (...)

1Un des exploits d’Artus de Bretagne1 qu’on oublie peut-être souvent de compter à son actif est que, non content de tuer monstres et chevaliers félons ou d’anéantir des armées entières, il ajoute, à chacun de ses pas, de nouveaux amis plus prestigieux les uns que les autres aux compagnons qu’il doit déjà à son lignage. À la différence d’un Lancelot ou d’un Tristan, du moins dans les premiers romans qui décrivent leurs aventures, Artus n’est pas un chevalier solitaire mais, de manière hyperbolique, un jeune noble représentatif du compagnonnage aristocratique de la société médiévale, tout particulièrement mis en scène dans ce roman.

2Artus est accompagné dès le début du récit : tout d’abord par son maître Gouvernau qui va devenir de plus en plus nettement son alter ego au point d’épouser à sa place sa première maîtresse ; par son cousin Hector, fait chevalier contre la volonté de son père en même temps que le héros. Cette rupture avec l’ordre paternel montre la création d’une nouvelle relation sociale fondée sur le mérite plus que sur le lignage. Après son départ de Bretagne, Artus s’allie au sire de la Lande, par lequel il devient l’ami du sire de Beaujeu, du Dauphin, du jeune roi Alexandre de Malogres, du comte de Nevers et du comte de Forest à l’occasion du tournoi de Vienne. En terre de Sorelois, il sauve d’abord l’oncle de Marguerite, se lie à Josseran, chevalier du château de la Brosse, aux terres dévastées par un monstre. Ses exploits lui valent le compagnonnage de Brisebarre, un des hommes les plus loyaux du roi Emendus, de Crestelin, le neveu de Brisebarre, de Milles de Valfondée, un de ses hommes, puis de Philippe de Sabarie et de son oncle, le roi d’Orquanie, sans parler de maître Étienne, à la fois compagnon, pair dans le monde de la clergie et mentor d’Artus à la cour du roi Emendus. Cette amitié s’enrichit aussi des ennemis vaincus survivants comme le maréchal de Mirepoix, Roland de Bigorre ou Clérembaut, ancien sénéchal du duc de Malaquis, qui finissent par changer de camp. On y ajoutera les sénéchaux de Philippe, d’Hector, de Florence, du duc de Bretagne, c’est-à-dire Climençon, Nevelon, messire Octe, Olivier, et leurs neveux ; les rois de Normal et de Valfondée ; les écuyers Baudoin et Jacquet, et même un bourgeois, Emery d’Argençon, et un vilain qui guide un moment Artus et combat à ses côtés. Sur la soixantaine de personnages que compte ce roman, près de la moitié fait partie de la joyeuse troupe d’Artus. Ainsi le final avec toute la troupe rassemblée pour combattre les hommes de l’Empereur est une apothéose de l’amitié.

3Ce compagnonnage n’est pas singulier, leurs ennemis face à eux sont aussi rassemblés en diverses solidarités : le duc de Bigorre est accompagné par Ysembert de Bigorre, son neveu, par le seigneur du Pont, qui est le neveu du neveu du duc de Bigorre, par Roland de Bigorre… l’Empereur et son frère se trouvent eux-mêmes au milieu d’un large réseau d’alliances et d’amitiés. Les femmes ne sont pas en reste, Proserpine est accompagnée de trois autres fées quand elle baptise Florence. Quant à cette dernière, si elle est au départ entourée d’un conseil entièrement masculin, on la voit à la fin du roman évoluer au sein d’une cour féminine, constituée au moins de la reine d’Orquanie et de Marguerite d’Argençon, signe peut-être de sa propre progression royale.

4L’amitié qui unit Artus à ses hommes et sur laquelle je me consacrerai uniquement ici, est essentiellement une entraide militaire qui passe par des alliances et une solidarité active au sein d’une assemblée. Dès qu’un chevalier est mis en difficulté, les autres se précipitent à son secours. Au plan narratif, les exploits et surtout les difficultés des personnages secondaires servent à mettre en valeur la force du héros, le seul à même d’abattre les principaux ennemis et d’écarter le danger.

Et quand le duc vit ce, il fut fort courroucé, si trouva Hector lequel avoit abbattu deux de ses chevaliers. Adonc le ferit si fort qu’à peu qu’il ne l’estonna, et Hector le ferit si vertueusement sur le heaume qu [’il] luy fendit sur le heaume jusques à la chair tellement que le cheval l’emporta le col baissant devant Artus. Quant Artus le vit, il cogneut que cestoit le duc, si le ferit si roydement sur le col qu’il luy jetta la teste à terre, et Gouvernau la receut (p. 63).

5Le geste d’Artus complète et parfait celui d’Hector. Les combats fonctionnent comme une sorte de ballet, sertissant les beaux coups d’Artus au milieu de ceux de ses compagnons.

6Cette amitié, fondée sur le mérite d’Artus, véritable force centripète, est plus précieuse aux yeux des chevaliers que les responsabilités sociales et féodales qui leur incombent puisqu’ils n’hésitent pas à quitter leurs mauvais amis au profit d’Artus et sont déchirés entre le désir de partir à l’aventure avec lui et la nécessité de remplir leur devoir. Ainsi Hector se plaint-il à Artus quand celui-ci le quitte, lui laissant le comté du Breuil :

Lors dist Artus à Hector : « Cousin, soyez preud’homme avec vos gens et vos barons. Pensez de bien faire, à Dieu. » Et quant Hector l’ouyt, il luy dist : « Sire, ja Dieu ne plaise, que terre ne femme ne me tienne que je ne voyse avec vous. – Non ferez Hector, dist Artus, gardez vostre terre et vous accointez de vos Barons » (p. 66).

  • 2 À la fin du roman, un certain nombre de hauts faits sont accomplis en l’absence d’Artus, en partic (...)

7En effet, le héros n’est pas un héros s’il n’accomplit pas lui-même les plus importants des exploits et la solitude est nécessaire à sa grandeur2. La place du héros au sein du groupe ainsi formé est donc par essence problématique : il agglomère par ses talents une troupe de compagnons dévoués à sa suite mais il doit se réaliser seul si bien qu’Artus semble disparaître finalement au milieu des autres personnages, comme si, trop parfait, il donnait moins de prise au récit. Au niveau du dialogue en particulier, il semble petit à petit s’effacer au profit de meilleurs parleurs que lui. Notre étude se centrera sur la dimension dialogale de ce compagnonnage en ce qu’elle révèle les rapports de force à l’intérieur du groupe qui unit le héros éponyme à ses compagnons.

Les manifestations dialogales de l’amitié

8Cette amitié se manifeste par des échanges ou des scènes typiques, instauration d’alliances guerrières, interpellations sur le champ de bataille, moments de détente passés ensemble, soucis partagés, décisions discutées. L’engagement enthousiaste des personnages secondaires aux côtés d’Artus entraîne un certain nombre de phrases récurrentes, clichés qui viennent scander l’évolution de leurs relations. Ils commencent par des déclarations solennelles d’amitié, ainsi l’engagement d’Hector :

« Si vous en allez, dist Hector, je m’en yray avec vous, & ne vous faudray jamaisjusques au mourir. – Cousin, dist Artus, ce me plaist » (p. 11).

9ou celui d’Alexandre de Malogres :

« Cher Sire et amy, je vous prie que vous veniez avec moy et je vous promets comme roy que vous et moy serons bon compagnons et bons amys et vous aimeray et tiendray cher de tout mon pouvoir et si vous donneray terre si bonne et si grande qu’il vous suffira, octroyez le moi, doux amy », lors l’acolla. Quant Artus l’ouyt, il souzrit et luy dist : « Monseigneur, grand mercy et pleust à Dieu tout puissant… » (p. 51).

10Sans oublier par exemple aussi la déclaration d’amitié solennelle du roi d’Orquanie et de Philippe :

« Amy, je vous prie que soyez desormais de mon hostel et de ma salle et que prenniez de moy robbes et chevaux et je vous prometz que je vous feray amy bon et entier et serons de vous et de moy compagnons et amys » (p. 134).

  • 3 Voir par exemple, p. 106, p. 143.

11Inversement, on retrouve aussi régulièrement les plaintes systématiques des personnages lorsqu’Artus prétend les quitter : soit qu’ils protestent d’être envoyés en mission loin de lui, soit qu’ils aimeraient l’accompagner dans ses aventures3. Gouvernau se plaint ainsi quand Artus lui demande de le laisser un moment pour prendre un autre itinéraire :

Quand Gouvernau l’ouyt, il fut courroucé et dist : « Monseigneur je vous ay nourry d’enfance et servy jusques à maintenant, et vous me deboutez de vostre compagnie qui ay laissé mon pays et mes amis pour vous, c’est dureté que me faictes. Comment retourneray je à vostre pere, si vous mourez en ceste besongne, je n’y retournerois pour l’or du monde. – N’en parlez plus, dist Artus, car je veux qu’ainsi soit faict. » Et quand Gouvernau vit qu’ainsi seroit il n’en parla plus… (p. 67).

12Les personnages secondaires, un moment écartés revendiquent une relation quotidienne ou la plus constante possible. En effet cette amitié suppose d’abord de se battre ensemble, mais aussi de vivre ensemble et surtout de parler ensemble.

  • 4 Voir C. Denoyelle, « La fonction dramatique du dialogue dans les romans médiévaux », Cahiers de Na (...)

13De quoi parlent les personnages quand ils sont réunis ? Une bonne part de leurs dialogues ou de leurs polylogues consistent en des commentaires laudatifs des exploits d’Artus. Ils analysent ainsi régulièrement ses faits d’arme et ces commentaires viennent souvent en conclusion d’une séquence où ils jouent le rôle analytique4 d’un mot de la fin.

Si fut la nouvelle espandue par le pays jusques à maistre Estienne et Brisebarre qu’un chevalier a un escu blanc avoit tout seul desconfit quinze chevaliers. « C’est Artus, dist le maistre, qui tant a de valeur en luy. – C’est un vaillant chevalier, dist Brisebarre. – C’est le meilleur du monde, dist le maistre. » Artus chevauchoit tousjours… (p. 107).

14Les amis sont là pour s’extasier et leur bref dialogue vient signifier un exploit avant qu’un autre ne s’amorce.

15Comme dans tous les romans de chevalerie, les commentaires en fin de séquence sont particulièrement présents après une assemblée. Tous ceux qui rejouent les combats après qu’ils ont eu lieu n’ont que son nom à la bouche : Artus est le sujet de conversation par excellence. Ainsi lorsque Florence rassemble ses privés, Étienne, le roi d’Orquanie et Philippe, le seul thème qui passe le niveau du discours direct est Artus : « Si parlerent de moult de choses et le roy demanda des nouvelles d’Artus à maistre Estienne » (p. 179). On considérera à ce titre comme significative la leçon singulière de l’imprimé par rapport au manuscrit : dans une conversation où le manuscrit notait qu’ils parlaient « d’assez d’autres choses », l’imprimé écrit : « Sur ce poinct rompit Florence les parolles de ceste chose, si parlerent d’Artus tant qu’il fut temps qu’Artus s’en retournast et print congé de Florence et des barons » (p. 201). En dehors d’Artus, les autres sujets semblent disqualifiés.

16Toutefois ces commentaires laudatifs sont réciproques et Artus sait aussi admirer les exploits de ses amis et les saluer d’une phrase pleine d’humour, ce qui contribue à l’atmosphère enjouée de ce roman :

  • 5 Brisebarre, qui n’avait pas manqué de se moquer d’Étienne quand le clerc affirmait vouloir devenir (...)

Si vit que Gouvernau en fendit jusques à la ceinture. Lors Artus commença à rire et dist : « Ce maistre chastie fort les disciples, il leur lit plus d’une leçon, je luy ayderay. » Et Baudoin dist : « Au besoin voit on l’amy, or faictes bien » (p. 170)5.

Si [Hector] se fiert en eux, & leur coupe piedz & poings, & et fait voler testes, & met par terre chevaux & Sarrazins à merveilles. Et quant Artus le vit, il rist et dist : « Seigneurs, laissez ma part, vous prenez tout, ce n’est loyauté ne bien party » (p. 248).

17Reprenant par antiphrase les attributs de chacun de ses amis (la clergie de Gouvernau, la loyauté lignagère de son cousin), Artus manifeste dans le roman un humour bienvenu qui allège ce que les exploits successifs peuvent avoir de monotone. Car telle est la force d’âme de ces hommes hors du commun d’être capables de se moquer même dans l’adversité. On se référera en particulier à cette scène où les héros enfermés dans la tour du neveu du duc de Bigorre, assiégés et affamés par les odeurs de nourriture qui s’échappent de la cuisine, se mettent à plaisanter sur leur faim jusqu’à ce qu’Artus imagine un plan de fuite. Ce polylogue, qui souligne l’exploit par antiphrase, nous permet aussi de voir comment les personnages se caractérisent par leur parole, qu’il s’agisse du contenu ou des actes de langage qu’ils privilégient, et quelle est la place d’Artus parmi eux :

Lors dist Baudouyn : « Hé Dieu, que je fusse voluntiers [keus] de ceste viande, car je mangerois avant que mon maistre. – Et moy aussi dit Jaquet. » Et il estoit nonne passee et noz gens n’avoient mangé de tout ce jour. Lors dist Josseran : « J’ay eu bon phisicien, je suis guary, je mangerois voluntiers. – Moi aussi, dist Gouvernau. – Venez avant, dist Baudouyn, et beuvez de ceste fumee comme je fais, si vous passera la faim. » Adonc allerent voir dont la fumee venoit. Et quant Artus vit le beau lieu si fort et si riche et il ouyt tourner les mortiers et demander vins et espices, il dist à Brisebarre : « Amy, leans faict bon, ces [keus] sont bien embesongnez, ils ont besoin d’ayde, je leur veux aller ayder. » Et quand Gouvernau l’ouyt, il dist qu’il tourneroit voluntiers la broche. « Quel valet, dist Brisebarre, il auroit tost batu son maistre. » Lors commencerent à rire. « Il n’y à qu’à bien faire, dist Artus, je y veux aller et mettray du sel en la souppe. – Vous estes bon [keus], dist Baudouyn, vous vendez tripes à bon marché » (p. 98).

18Tous renchérissent sur la boutade lancée par Baudouin. Il n’est pas indifférent que ce thème plaisant du repas soit introduit par les deux écuyers, Baudouin et Jacquet. Leur statut subalterne les rapproche de ces sujets bas et des plaisanteries. On constatera de la même manière qu’ils s’expriment tous deux sur le mode de l’irréel alors qu’Artus, qui n’est pas un héros pour rien, envisage de passer à l’action et intervient dans la conversation sur un mode beaucoup plus promissif : « je leur veux aller ayder ». Les trois autres chevaliers, Josseran, Gouvernau et Brisebarre ne sont pas en reste cependant pour les plaisanteries sur ce thème. C’est rare de la part de Josseran qui n’a plus par la suite une place très importante dans les conversations, ou de la part de Gouvernau, mais c’est très caractéristique de Brisebarre, dont les interventions font souvent rire tout le monde. Tel Rainouart, tel Obélix, tel Ron Weasley, Brisebarre a toutes les caractéristiques de l’ami du héros, irréfléchi, jovial et très fort. Artus intervient peu sur le plan de la conversation, mais il est celui qui passe à l’action. Les propos des personnages visent donc à les caractériser de même que leur place dans le déroulement de la conversation. S’il est assez surprenant que des personnages très modestes ouvrent la conversation, les interventions de Josseran, Gouvernau et Brisebarre, sur le mode du « moi aussi », sont tout à fait caractéristiques du rôle discursif des personnages secondaires.

La part conversationnelle des personnages secondaires

19La plupart des interventions des personnages secondaires dans les conversations se greffent sur les propos d’autrui par le renchérissement. Ils commentent la situation après un autre et s’engagent dans l’action à venir après qu’une décision a été annoncée par un autre. C’est le mode d’intervention et d’expression privilégié des compagnons d’Artus, la manière essentielle qu’a choisie l’auteur pour mettre les personnages en scène au sein du groupe.

20En effet, dans les dialogues les plus sérieux et les plus importants au point de vue de la progression dramatique, on constate que le groupe est organisé discursivement de manière assez semblable à l’extrait suivant, au cours duquel une conversation importante est engagée entre deux personnages, au sein de laquelle les autres personnages font une intrusion pour renchérir :

  • 6 Voir aussi par exemple p. 255 les interventions belliqueuses du sire de Beaujeu et du comte de Mon (...)

Si les monstra Artus à ses compagnons tant que messire Clarembaut dist à Artus, lequel cogneut ces banieres : « Celles gens qui viennent ne sont pour vostre bien : car c’est messire Pierre Cornu, frere de monseigneur le duc, qui vient le secourir. – Hector, dist Artus, si nous attendons qu’ils soient ensemble nous aurons apres trop affaire : mais allons luy au devant par celle forest, et luy monstrons quels gens nous sommes. – Vous avez bien dict, dist messire Octes, armons nous. – Sire, dist Artus, faictes armer voz gens le plus coyement que pourrez que ceux de dehors ne le sçachent point et entrons secrettement en celle forest que ceux qui viennent ne s’en donnent garde jusques à ce que soyons sur eux. – Vous dictes bien, dirent les autres et ainsi le firent » (p. 59)6.

21Messire Octe n’intervient ici que pour renchérir sur un propos. Sa réplique, gratuite, vient accentuer les données de la conversation. Son commentaire n’a qu’un aspect très secondaire, il est là pour signifier la présence et la participation d’un autre personnage et son accord.

Le lendemain au matin se leverent les Barons, & s’assemblerent tous au palais. Si dist Hector à Artus : « Ceux de la dehors vousissent bien dormir car ilz n’ont qui les resveille. Vous estes trop aneanty. Allons à eux, si nous verront. – Nous ne faisons pas noz devoirs, dist Climençon, yssons hors vigoureusement & nous assemblons à eux. – Ainsi soit, dist Artus, allez aux armes » (p. 219).

22La conversation commence par un reproche d’Hector à Artus. L’intervention de Climençon n’a d’autres raisons d’être que de montrer l’accord à cette position de tous les autres barons, explicitement rassemblés dans les lignes précédentes. Climençon ici est le représentant de la communauté, dont l’avis est signifié par cette intrusion.

23On retrouve le même procédé d’insertion des personnages secondaires dans une situation plus stratégiquement développée quand un messager demande à Artus d’aller voir son seigneur malade :

Et quant Artus l’ouyt, il luy dist : « Amy, et comme luy pourray je donner santé quant il est griefvement malade : car de cecy ne sçay je riens ? – Sire, dist le valet, venez et il vous sçaura dire de sa maladie la maniere. – Et y pourray je mettre conseil, dist Artus ? – Ouy dist le valet, si avez la hardiesse et la valeur. – Amy, dist Artus, attendez jusques à demain, et je prendray congé de ses barons meshuy. – Sire, dist le valet, sommes nous maintenant en Bretaigne ? Venez, je m’en vois : mais tant veux je bien que sçachez mon seigneur de sa mort. – De malle mort puisse il mourir, dict le Roy, tant aura il faict mourir de gens sans raison, aussi veut il faire mourir cestuy, ainsi aurons perdue sa compagnie. – Voire, dict Brisebarre, pleust à Dieu que j’en tinse icy la teste. – Sire, dict le valet, si je devois respondre à roy, je vous respondrois que ne maudissiez point monseigneur devant moy. Et vous, sire chevalier qui en demandez la teste, vous ne la viendrez pas querir pour vostre pesant d’or, vous la voudriez avoir mais que plus ne vous coutast, vous n’eustes oncques tant de valeur que vous y vinssiez : car vous n’oseriez. » Puis dict à Artus : « Sire chevalier, vous me faictes demourez, viendrez vous ou non ? » (p. 143).

24Dans cet extrait, les commentaires sont plus développés dramatiquement et sont plus polémiques : ils contribuent à créer une ambiance de violence. Le roi d’Orquanie ajoute une malédiction sur laquelle renchérit Brisebarre. Les personnages secondaires veulent protéger Artus d’une action dangereuse, ce qui est très généreux de leur part mais évidemment parfaitement inutile. Bien sûr, ces interventions servent à renforcer les antagonismes et ainsi à mettre en valeur le courage d’Artus qui part au-devant du danger. L’intrusion donne un aspect naturel au dialogue et fait repartir la conversation.

  • 7 Voir C. Denoyelle, Poétique du dialogue médiéval, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, (...)

25Ce procédé d’écriture destiné à signifier le groupe et la participation de chacun à la conversation est récurrent. Les intrusions peuvent tout particulièrement avoir pour fonction de manifester un engagement auprès du héros. Le dialogue tourne alors au polylogue paradigmatique7 : sans bousculer la conversation, les personnages déroulent les uns après les autres le paradigme des répliques possibles, identiques et potentiellement interchangeables, montées en parallèle.

Et quant Artus les vit, il demanda à Josseran s’il les cognoissoit. « Sire, dist il, c’est messire Firmont et tout son pouvoir, qui est cousin germain au neveu du Dux, et frere au chevalier occis, lequel vient à vous pour vostre mal, il n’y à que de nous mettre en avant et faire nostre devoir devant que mourir. – Voire, dist Brisebarre, je feray mon devoir. – Aussi feray je, dist Gouvernau » (p. 93).

26La présence conversationnelle des personnages secondaires est ainsi de l’ordre de l’intrusion soit pour ajouter un commentaire soit pour s’engager. Ce commentaire est le plus souvent du type « moi aussi ». Certains cependant sont dotés d’une plus grande latitude dans les actes de langage auxquels ils ont accès. Les personnages se spécialisent dans des rôles discursifs qui les distinguent et contribuent à les caractériser. Au plus bas de la hiérarchie conversationnelle, certains personnages sont cités mais n’apparaissent quasiment pas dans les dialogues. D’autres se limitent essentiellement à des commentaires : Climençon, Philippe, Brisebarre, Josseran. Mieux situés dans le système du personnel romanesque, Hector, Gouvernau peuvent initier un dialogue. Ce dernier, du fait de sa posture magistrale, a parfois aussi le mot de la fin. Les personnages les plus nobles, le roi d’Orquanie, maître Étienne, l’archevêque ont l’autorité sociale nécessaire pour commencer et clore une conversation.

La part conversationnelle d’Artus

27Comme se situe Artus dans ce cadre discursif ? Il a en apparence le rôle du chef, mais discursivement, son influence est bien moindre que sur les champs de bataille. Au début du roman, il est celui qui peut clore le dialogue. Son rôle est de dépasser les commentaires pour prendre les décisions :

Lors prindrent congé et monterent à cheval et s’en allerent devisant de ceste besongne. « Adonc, dist Hector, Artus, grand trahison vous a été faicte, et je iray sur elle avant la Pasque et ne luy demourra ville ne chasteau que je ne luy mette tout par terre. – Par la foy que je doy à Dieu, dist Gouvernau, si ce fust un homme aussi bien que c’est une femme je luy ostasse la teste de dessus les espaules avant que je beusse ne mangeasse. – Seigneurs, dist Artus, il nous convient mener ceste besongne sagement » (p. 16).

28Aux reproches belliqueux de ses compagnons, Artus oppose la sagesse du chef de lignage et oriente leur colère vers une stratégie plus constructive. De la même manière, il sait intervenir à bon escient pour résoudre un conflit entre Gouvernau et Hector :

Lors revint Artus à Hector et le voulut frapper : mais Hector dit : « Et qu’est-ce, mon cousin ? Estes vous courroucé contre moy ? – Ouy fort, dist Artus, car Gouvernau vous remonstroit vostre folie, et vous l’avez frappé devant moy, dont il me poise. – Sire, dit Hector, j’en fuis marry, mais il m’avoit courroucé. – Or soyez en paix doresnavant, dist Artus, ou par la foy que je doy à monseigneur mon pere, le premier qui commencera perdra ma compagnie. Gouvernau, dist Artus, venez avant et amendez à Hector ce que vous l’avez frappé. – Monseigneur, dist Gouvernau, voluntiers. » Lors osta Gouvernau son heaume et luy amenda. « Cousin Hector, dist Artus, amendez luy. – Volentiers, dist Hector, car il me poise de ce qu’a esté entre nous. » Lors s’accollerent et baiserent et se tindrent bonne compagnie (p. 35).

29Artus manifeste ainsi l’autorité morale d’un chef. Il décide qui il emmène à sa suite, il refuse à tel ou tel malgré ses protestations récurrentes. Son rôle discursif entraîne une sorte de protocole respectueux pour lui adresser la parole. À deux reprises au moins, on voit les personnages hésiter et se concerter avant de l’aborder alors qu’il est plongé dans ses pensées :

Adonc entra Artus en une grand pensée et lui dura longuement, tant que Hector le vit, lequel appella Gouvernau et lui dist : « Amy, ne voyez vous pas comme Artus est en pensée, appelez le, si ferez bien. – Sire, je me doute fort qu’il ne lui ennuyast, mais appellez le. » Lors Hector appella Artus (p. 21).

30Plus loin, c’est Étienne, le plus autorisé du groupe, qui commence le dialogue.

Et le jeune roy le mettoit assez à raison : mais il ne pouvoit respondre qu’à grand’peine. Lors le Roy et Philippe appelerent le maistre et luy dirent : « Sire, que peut avoir Artus ? car depuis que son cheval a esté cheut, il ne parle aucunement, ny ne sçavons qu’il a, il nous poise beaucoup. – Allons, dist le maistre, et parlons à luy » (p. 245).

31Toutefois, ces signes d’autorité symboliques ne masquent pas complètement son éviction parfois totale des conversations. Certes, son silence provient aussi de son statut de chef qui le place d’abord en situation d’écoute. En effet, dans le cadre féodal, il se soumet de bon cœur au conseil et laisse ses meilleurs conseillers lui indiquer ce qu’il doit faire :

Et quant il les vit venir, il descendit vers ses compagnons et leur dist : « Seigneurs, tout le monde est en ce pays, comme ferons nous ? – Sire, dist Brisebarre, il n’y a que de monstrer qui chevalier sera, il n’y a nul de nous qui ne vaille un chevalier. – Amy, dist Hector, si je me puis mesler, vous serez tout empesché de conter les morts. – Or y perra, dist Artus, voyez en cy venir soixante ou plus qui nous viennent esveiller. – Laissez les venir », dist Gouvernau (p. 248).

32Cette conversation présente le modèle idéal d’un seigneur face à ses hommes : Artus expose un problème, deux de ses hommes l’encouragent à choisir l’affrontement. Il admet l’engagement guerrier dans une réplique conclusive : « or y perra », sur laquelle renchérit Gouvernau. Sa position discursive est donc modeste, car il laisse ses hommes proposer des solutions, mais décisive, car c’est lui qui introduit et clôt le débat.

  • 8 Et quand le maistre vit ce, il dist : « Ha, sire, pour Dieu, pardonnez-nous : car nous sommes à no (...)

33Son rôle est particulièrement intéressant quand il se confronte (amicalement car on ne voit guère de tension entre eux) à Étienne. Avant que ce dernier en visite en France ne se définisse comme l’un des hommes subordonnés au jeune Breton8, et laisse à ce dernier le soin de décider de l’emploi de ses talents, il est généralement en situation de concurrence avec Artus sur le plan de la gestion du dialogue.

34En effet, c’est souvent Étienne qui a l’initiative ou le mot de la fin d’un dialogue dont la gestion devrait normalement revenir à Artus. Par exemple, quand tous les chevaliers s’engagent auprès de Florence à favoriser son mariage avec Artus aux dépens de l’empereur, Étienne vient clore la conversation, comme si les remerciements d’Artus étaient insuffisants :

« Donc, dist Florence, voudriez vous bien souffrir peine et peril de corps mais que je l’eusse à seigneur ? – Ouy, dist il [Brisebarre]. – Et vous austres feriez vous ainsi ? » Ils respondirent à une voix « ouy. – Et comment en serois je seure ? dist elle. – Dame, dirent ils, nous le vous promettons sur le corps ». Lors dist Florence : « Artus, vous avez ceans de bons amis. – Madame, je les remercie et Dieu me les garde. Je leur deserviray quand je le pourray. – Je vous en croy, dist Maistre Estienne, car le cœur avez large. » Sur ce poinct rompit Florence les parolles de ceste chose, si parlerent d’[assez d’autres choses] (p. 200-201).

35Florence anime la conversation en distribuant la parole, mais c’est le clerc qui conclut après le remerciement général d’Artus. Certes il est indiqué que la conversation se prolonge, cependant la voix qui porte le point d’orgue final est bien celle d’Étienne.

36De même dans des conversations plus stratégiques, Étienne s’immisce toujours derrière la parole d’Artus comme pour la renforcer :

Quand ils furent venus, l’Abbé dist à Artus : « Sire, […] et ce à faict le neveu au duc de Bigorre, qui nous a osté toutes nos rentes, et nous a affamez et m’a occis mon frere monseigneur d’Argençon et ma niece desheritee et la donra à un garson barbier à ceste Magdaleine et prendra les hommages des barons. Si m’en plains à Dieu et à vous. – Je y mettray peine, dist Artus, et aideray à conseiller la damoyselle. – Sire, dist maistre Estienne, vous ferez bien et dictes ce que gentilhomme doit dire. » Lors dist Brisebarre : « Artus, nous yrons à la court vous et moy, si verrez le Roy de Sorelois et sa baronnie ; aussi verrez madame Florence, qui vous retiendra son chevalier avec cent que nous sommes, dont je suis le moins suffisant, si en sera la compagnie plus forte et je vous promets compagnie loyalle. » Et quant Artus l’ouyt il se print à rire et dist : « Amy, je vous mercie, je suis bien chevalier à madame quelque part que je sois : mais en la court ne puis aller, ains yray en une forest pour quelque besongne que j’ay entreprinse. » Lors Josseran luy demanda ou ce seroit : « A la Tour tenebreuse, dist Artus. » Quant Brisebarre l’ouyt, il luy dist : « Sire, laissez ceste entreprinse : car tout le pouvoir du monde ne l’acheveroie pas, si ferez folie de l’entreprendre. » Lors le maistre dist : « Il à grand cueur et entreprend grand chose, Dieu luy soit en ayde, Brisebarre, laissez le puis qu’il l’à entreprins, nul ne l’en garderoit. » Adonc Brisebarre dist : « J’yray avec luy. – Et moi aussi, dist Josseran. – Je vous en mercie, dist Artus, je ne meneray avec moy que mon escuyer. – De par Dieu soit, dist le maistre, moy et Brisebarre yrons à la court, et Josseran, messire Marques, Gouvernau et Jaquet garderont le chasteau. – Vous distes bien, dist Artus. » Lors retournerent au palays (p. 105-106).

37Ce dialogue présente certains des traits que nous venons de mettre en lumière en ce qui concerne les interventions des compagnons pour commenter ou pour s’engager, mais il montre surtout le rôle très particulier d’Étienne dans ses trois interventions. La première vient commenter l’engagement d’Artus auprès de Marguerite d’Argençon, comme s’il était nécessaire qu’Estienne conclue cette séquence dialogale. La deuxième fait cesser la polémique entre Artus et Brisebarre en renforçant le parti du héros d’une manière impérative qui ne permet pas de discussion. La dernière met un terme aux engagements des compagnons, distribue les tâches d’une manière là encore nette et claire, comme si Artus ne voyait que ce qui le concernait directement mais qu’Étienne avait, lui, une vision plus générale de la situation. Alors que l’autorité d’Artus est disputée par un Brisebarre enthousiaste, Étienne est celui qui la soutient mais qui, ce faisant, la subordonne à la sienne.

38Dans bien des circonstances d’ailleurs, Artus n’a plus qu’un rôle discursif secondaire face à Étienne. À la cour du roi Emendus tout particulièrement, où Artus n’est qu’un chevalier étranger, de petite noblesse, isolé, le clerc est nettement celui qui dirige et ménage la place discursive de son ami. Ainsi lors d’une agréable soirée passée à la cour d’Emendus à laquelle participe Artus au milieu des rois, Étienne manipule la conversation et se trouve à l’origine de la toute petite réplique dévolue au héros :

Si s’assist le roy Emendus et les quatre roys sur une couche de samy, le roi d’Orquanie tenoit Artus par la main et luy faisoit grand feste et luy portoit honneur et ainsi qu’ils parloient entra leans l’Archevesque avec le roy, et maistre Estienne vint devant le roy et luy dist : « Monseigneur, ma dame vostre fille m’envoye à vous, car on luy à dit que monseigneur le roy d’Orquanie qui cy est à prins le tournoy à demain contre le conte de l’Isle perdue. […] – Madame, dist le roy de Valfondée, faict bien d’y venir et je l’en loue et le roy lui donnera volontiers congé. – Voire, dist le roy Emendus, quant il vous plaist, mais je doute de la chaleur ou de la presse des chevaliers, de ce la garderons nous bien. – Sire, dist le maistre, encor requiert la dame qu’elle à retenu Artus qui la est tournoye : car la dame le veut demain voir au tournoy. […] – Il me plaist bien, dist le roy. » Et quant Artus l’ouyt, il en eut grand joye et dist que au commandement de Madame est il « et la remercie quant elle me tient son chevalier, car je suis sien ». « – Sire, dist le maistre, puis que les chevaliers de madame seront demain à la route d’Artus, il seroit bon qu’il se vint jouer avec ceux pour s’accointer d’eux et pour parler ensemble […]. – Ce n’est que bien, dist le roy d’Orquanie, allez y et vous y accointez des gentils hommes. […] » Si voulut bien le roy qu’il y allast et pour ce que le maistre ne le hastoit pas d’y aller qu’on ne s’en aperceust en aucune maniere, ne Artus ne s’osoit mouvoir. Lors luy dist le roy d’Orquanie : « Prenez congé du roy et des autres » et il le fist (p. 186-187).

39On constate dans cette scène que ce groupe de rois fonctionne discursivement de la même manière que les compagnons d’Artus : le roi de Valfondée intervient librement dans la conversation engagée entre son fils et le roi Emendus. Son accord n’est pas requis mais il peut permettre de faciliter l’approbation du roi. Artus est ici le plus modeste personnage de tous ceux qui sont rassemblés (tous des rois) et malgré tous les honneurs que lui fait le roi d’Orquanie, il n’est pas en mesure d’avoir l’initiative de la parole. D’autre part le héros joue aussi le rôle de l’amoureux transi, paralysé à l’idée d’aller voir sa dame, et il faut que le roi d’Orquanie lui donne l’ordre de bouger pour qu’il s’en aille. Le contraste est net avec l’aisance d’Étienne, mandaté par Florence.

40La faiblesse discursive d’Artus devient une véritable absence dans la suite du roman. Même alors que son rôle stratégique ne cesse d’être réaffirmé, son rôle discursif reste minime, voire nul :

Et quand le maistre eut ce dict, le roy de Valfondée dist : « Vous avez bien dist et sagement parlé, et ainsi conseille qu’il soit faict. – Aussi fais je », dist l’archevesque. Si furent tous de cest accord. Lors le roy de Valfondée dist à Artus : « Sire, nous vous establissons à ceste chose conduire et mener, si soyez preud’hom : car nous vous chargeons ceste noble dame en garde. […] De nous ne de noz gens n’avez vous garde : car je vous prometz qu’il n’y aura ja espée tirée de par nous. – Non, dist le roy d’Orquanie. – Grand mercy, seigneurs, dist Florence. » Lors ilz establirent Artus seigneur et chef de ceste affaire mener ; puis se partirent du conseil (p. 212).

  • 9 Voir aussi p. 206-207, quand le conseil de Florence se réunit avec Artus alors que le roi Emendus (...)

41Étienne fait un long discours dans lequel il explique la situation. Son père, le roi de Valfondée, et l’archevêque font une intrusion à la fin du discours pour donner leur avis. Puis le roi de Valfondée donne de manière performative la responsabilité stratégique à Artus. Bien qu’explicitement interpellé, celui-ci ne répond pas. Le roi d’Orquanie fait un commentaire pour renchérir. Florence remercie ses hommes. Artus n’a pas un mot pour saluer ou remercier ses compagnons du risque qu’ils prennent pour leur honneur et pour leur vie9.

42Cet effacement discursif correspond aussi au relatif effacement narratif du héros, face à des compagnons d’armes toujours plus enthousiastes et toujours plus belliqueux. Le Dauphin en particulier rejoint Hector et Brisebarre dans l’envie permanente d’en découdre. On notera en effet que les grandes décisions stratégiques qui suivent ne sont pas toujours prises par Artus. Florence demande que l’on envoie Marques d’Argençon en ambassade auprès du roi Emendus (p. 219). La décision d’enlever Emendus et de l’emporter dans le camp de ses ennemis est prise par maître Étienne, soutenu par Brisebarre, Philippe et Gouvernau. Ils n’en informent Artus qu’au matin (p. 228-229). Plus loin, il est absent lors de l’ambassade du roi Jonas (p. 258-259), il n’intervient pas dans la mêlée qui s’ensuit ; il ne participe pas non plus au conseil qui en découle et qui aboutira à la décision d’attaquer nuitamment le camp de l’empereur, sur une suggestion d’Étienne, appuyée par Florence (p. 259).

43Cette exclusion stratégique à la fin du roman a son pendant thématique. De la même manière en effet, dans le cadre ludique d’une chevauchée matinale, Étienne devient le centre de la conversation quand les autres compagnons mettent à l’épreuve ses raisonnements en matière de casuistique amoureuse (p. 235-236). Artus, qui avait lancé la conversation en demandant « Vous firent amours onc veiller une nuict ? », s’efface tout de suite au profit des personnages secondaires, narrativement plus disponibles aux plaisanteries, et des prouesses rhétoriques d’Étienne. Philippe tout particulièrement se plaît à questionner le clerc sur ses amours : « par la foy que devez à Dieu, quelle fut la chose pour quoy vous l’aymastes onc le plus ? » ; « Voire, or ne scavez si elle vous aime ne si elle vous porte loyauté ? » ; « Or sire maistre, or me dictes lequel auriez vous plus cher : l’amour d’elle sans loyauté, ou loyauté sans amour ? » Hector renchérit à l’une de ces questions et Brisebarre fait un bref commentaire. Artus est peut-être trop sage pour être intéressant à écouter, ses amours sont sans doute trop parfaites pour être ainsi soumises à discussion. Il reste une référence morale mais c’est son compagnon qui offre un moment de bravoure rhétorique.

44Ainsi ce compagnonnage chevaleresque prend une forme bicéphale. Si Artus en est le cœur et la dynamique, il n’est que sporadiquement le détenteur de l’autorité discursive. Alors que ses compagnons sont souvent maintenus dans les bornes étroites du commentaire intrusif et du renchérissement, lui-même laisse fréquemment la direction de la conversation à maître Étienne voire au roi d’Orquanie. Toutefois, théoriquement du moins, il est l’âme de ce groupe comme le montre cette remarque du roman : « Si entrerent en leur chemin menant grand joye, comme jeunes gens qui avoient à seigneur homme doux, jeune, courtois et de grand pouvoir, si chantoient et devisoient » (p. 235). Une image idéale est donnée de ce compagnonnage viril : celui d’une unité harmonieuse, non sans taquinerie, grâce à l’énergie vitale que diffuse dans le groupe son leader.

Notes

1 Artus de Bretagne, fac-similé de l’édition de 1584, N. Cazauran et C. Ferlampin-Acher (éd.), Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1996. Nous avons respecté la graphie de cette édition en adoptant les corrections proposées par les éditrices sur la base des manuscrits en les signalant par des crochets. Les abréviations ont été réduites, les lettres i, j ; u, v distinguées et la ponctuation a été modernisée.

2 À la fin du roman, un certain nombre de hauts faits sont accomplis en l’absence d’Artus, en particulier l’enlèvement du roi Emendus, p. 228-229, ce qui pose question sur la réelle supériorité d’Artus dans son groupe.

3 Voir par exemple, p. 106, p. 143.

4 Voir C. Denoyelle, « La fonction dramatique du dialogue dans les romans médiévaux », Cahiers de Narratologie, mis en ligne le 22 décembre 2010, URL: http://narratologie.revues.org/6219.

5 Brisebarre, qui n’avait pas manqué de se moquer d’Étienne quand le clerc affirmait vouloir devenir chevalier, reprend la même plaisanterie : « Icy a bon maistre, il corrige bien ses disciples » (p. 248).

6 Voir aussi par exemple p. 255 les interventions belliqueuses du sire de Beaujeu et du comte de Montbelial à la suite du Dauphin.

7 Voir C. Denoyelle, Poétique du dialogue médiéval, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 87.

8 Et quand le maistre vit ce, il dist : « Ha, sire, pour Dieu, pardonnez-nous : car nous sommes à nostre seigneur qui cy est et tenons de luy… » (p. 238).

9 Voir aussi p. 206-207, quand le conseil de Florence se réunit avec Artus alors que le roi Emendus a réaffirmé sa décision de s’allier avec l’empereur. Le petit groupe décide d’entrer en résistance active mais alors que tous prennent la parole pour s’engager dans la lutte à ses côtés, Artus ne parle pas.

Auteur

Corinne Denoyelle a fait sa thèse à l’université de Paris 3-La Sorbonne Nouvelle et est désormais professeur de littérature et de langue françaises du Moyen Âge à l’université de Toronto au Canada. Spécialiste des dialogues romanesques, elle a publié La Poétique du dialogue médiéval en 2010 et De l’oral à l’écrit : le dialogue à travers les genres romanesque et théâtral en 2013. Sa recherche principale porte sur les formes complexes de dialogues dans la littérature médiévale narrative dans une démarche à mi-chemin entre la linguistique pragmatique et la littérature. Elle participe aussi au groupe de recherche « Marqueurs pragmatiques et oralité en linguistique historique du français », dirigé par Amalia Rodríguez Somolinos à Madrid.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site