Version classiqueVersion mobile

Artus de Bretagne, du manuscrit à l'imprimé (xive-xixe siècle)

 | 
Christine Ferlampin-Acher

Première partie. Artus de Bretagne au Moyen Âge

Le compagnonnage chevaleresque dans Artus de Bretagne

Corinne Denoyelle

Résumé

À la différence d’un Lancelot ou d’un Tristan, du moins dans les premiers romans qui décrivent leurs aventures, Artus de Bretagne n’est pas un chevalier solitaire mais un jeune noble représentatif de manière hyperbolique du compagnonnage aristocratique de la société médiévale, tout particulièrement mis en scène dans ce roman. En effet, les personnages n’y sont que rarement seuls, ils ont les compagnons qui siéent à leur rang et dont le dévouement renforce leur exceptionnelle personnalité. Qu’ils se mettent à son service, qu’ils le suivent par admiration ou qu’ils doublent ses aventures sur un mode mineur, les compagnons d’Artus forment autour de lui un vaste éventail de personnalités. Cet article examine les manifestations de cette sociabilité courtoise, la manière dont les compagnons se situent les uns par rapport aux autres à l’intérieur du groupe formé dans la mouvance du héros. Face aux aventures dans lesquelles il est engagé, ce groupe évolue et son organisation se modifie sous l’influence de quelques fortes personnalités qui disputent discrètement à Artus son leadership. Celui-ci semble finalement disparaître au milieu des autres personnages, comme si, trop parfait, il donnait moins de prise au récit. Au niveau du dialogue en particulier il s’efface petit à petit au profit de meilleurs parleurs que lui, quoique, de manière paradoxale, son autorité morale et militaire ne cesse jamais d’être affirmée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un des exploits d’Artus de Bretagne1 qu’on oublie peut-être souvent de compter à son actif est que, non content de tuer monstres et chevaliers félons ou d’anéantir des armées entières, il ajoute, à chacun de ses pas, de nouveaux amis plus prestigieux les uns que les autres aux compagnons qu’il doit déjà à son lignage. À la différence d’un Lancelot ou d’un Tristan, du moins dans les premiers romans qui décrivent leurs aventures, Artus n’est pas un chevalier solitaire mais, de manière hyperbolique, un jeune noble représentatif du compagnonnage aristocratique de la société médiévale, tout particulièrement mis en scène dans ce roman.

Artus est accompagné dès le début du récit : tout d’abord par son maître Gouvernau qui va devenir de plus en plus nettement son alter ego au point d’épouser à sa place sa première maîtresse ; par son cousin Hector, fait chevalier contre la volonté de son père en même temps que le héros. Cette rupture avec l’ordre paternel montre la création d’une nouvelle re...

Auteur

Corinne Denoyelle a fait sa thèse à l’université de Paris 3-La Sorbonne Nouvelle et est désormais professeur de littérature et de langue françaises du Moyen Âge à l’université de Toronto au Canada. Spécialiste des dialogues romanesques, elle a publié La Poétique du dialogue médiéval en 2010 et De l’oral à l’écrit : le dialogue à travers les genres romanesque et théâtral en 2013. Sa recherche principale porte sur les formes complexes de dialogues dans la littérature médiévale narrative dans une démarche à mi-chemin entre la linguistique pragmatique et la littérature. Elle participe aussi au groupe de recherche « Marqueurs pragmatiques et oralité en linguistique historique du français », dirigé par Amalia Rodríguez Somolinos à Madrid.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search