Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'artifice dans les lettres et les arts

 | 
Élisabeth Lavezzi
, 
Timothée Picard

Les artifices de l'écriture

Artifice romanesque et fabrique médiévale de la fiction : tâtonnement lexical et réflexivité d’un art de l’illusion dans Amadas et Ydoine

Fabienne Pomel

Texte intégral

  • 1 Entre 1190 et 1230. Voir Hasenohr G. et Zink M., Dictionnaire des lettres françaises : le Moyen Âg (...)

1Étudier l’artifice et la fiction dans Amadas et Ydoine, roman de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle1 tient de la gageure : comme aucun des deux mots n’est encore apparu dans la langue, aucun n’apparaît a fortiori dans ce récit. Pourtant, avant même que le vocabulaire littéraire spécialisé ne se fixe, cette œuvre constitue un terrain privilégié d’exploration de ces deux notions. Un aperçu du vocabulaire de la fiction et de l’artifice à l’époque médiévale permet de situer par comparaison les termes utilisés dans ce texte et d’apprécier comment il exhibe des artifices liés à la magie, au théâtre et à la fabulation féminine, autant de domaines qui, par analogie, signifient la fabrication de la fiction conçue comme artifice. Le roman, en effet, multiplie jusqu’à saturation les procédés et subterfuges visant à créer une illusion : indices d’un savoir-faire détenu par les personnages, ils signifient leur pouvoir d’invention et leur ingéniosité, mais aussi facteurs de tromperie, ils montrent l’ambivalence des figures qui les déploient, l’héroïne, trois sorcières, un chevalier faé (de l’autre monde). En dernière instance, le narrateur, qui réfléchit ainsi à la dualité de la fiction romanesque associée au mensonge et à l’art diabolique de l’illusion, se révèle maître des artifices.

Autour de la notion d’artifice : histoires de mots

  • 2 Dictionnaire Historique de la Langue Française, Rey A. (dir.), Paris, Le Robert, 1992. Dorénavant (...)
  • 3 Lechat D., « Dire par fiction ». Métamorphoses du je chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et (...)
  • 4 Sont intitulés « dits » des textes (1250-fin XVe) dont la réception est dite, et non chantée, par (...)

2Apparu en 1223, le mot fiction qui « est un emprunt au latin impérial fictio, “action de façonner, création”, et par figure “action de feindre et son résultat”2 », désigne aussi l’œuvre littéraire, par métonymie. « Le terme de fiction émerge en langue française au XIIIe siècle, et son emploi en tant que quasi-synonyme du mot fable s’affirme au cours du XIVe siècle3 », note Didier Lechat, qui observe la corrélation de cette apparition avec l’essor du je dans le genre des dits4, l’affirmation du rôle de l’auteur comme artisan ou faiseur, la réécriture des fables mythologiques et le développement d’une réflexivité sur l’activité poétique.

  • 5 L’Archiloge Sophie est considéré comme le premier traité de rhétorique en français, inspiré des ar (...)
  • 6 Poetrie est l’« art de la fiction littéraire et de la versification » selon le Dictionnaire du Moy (...)
  • 7 Voir Lechat D., « Dire par fiction ». Métamorphoses du je chez Guillaume de Machaut, Jean Froissar (...)
  • 8 Jacques Legrand, Archiloge Sophie, Le Livre des bonnes mœurs, Beltran E. (éd.), Paris, Éditions Ho (...)
  • 9 Ibid., p. 154-155. Dans ces pages, Legrand prolonge la réflexion de Macrobe (fin IVe -1re moitié d (...)
  • 10 Titre de chapitre : « Comment se doit entendre la dessus dicte ficcion », Jacques Legrand, Archilo (...)
  • 11 Nicole Oresme, Le Livre de l’Éthique d’Aristote. Commentaires (c. 1370, 267) (1370). Site de l’ATI (...)

3Il faut cependant attendre le seuil du XVe pour que, dans L’Archiloge Sophie5 de Jacques Legrand (vers 1360 – entre 1415 et 1418), le mot fiction soit associé à une première théorisation en langue française qui tend à assimiler fiction et poetrie6, fiction et fable, voire fiction et allégorie7. Cet écrivain emploie en effet fiction au sens d’expression couverte adaptée à un propos : « faire fictions fondées en raison et en la semblance des choses desquelles on veut parler », c’est « faindre hystoires ou autres choses selon le propos du quel on veult parler », parler « couvertement et par faintes paroles8 » (p. 149). Il utilise plus particulièrement ce mot dans son prologue pour qualifier le scénario narratif allégorique qui sert de cadre : le personnage de Philo, en quête de l’amour de Sophie, prétend transcrire les paroles de cette dernière qu’il aurait écoutées avec ravissement. Il relève l’utilisation de fictions dans la Bible et chez les Pères de l’Église et il adopte une perspective de défense de leur fonction philosophico-didactique contre l’accusation de mensonge : au XVe siècle, la légitimité de la fiction n’est pas encore acquise9. Significativement, la fiction du prologue de son traité fait d’emblée l’objet d’une glose, et assure une légitimation du texte en le plaçant sous le signe du désir de savoir10. Aux notions de façonnage, d’invention et d’imagination, peut donc s’adjoindre une forte valeur négative de tromperie, mensonge ou dissimulation dont il s’agit de se défaire. « Ficcion est quant l’en veult faire apparoir fausseté comme se ce fust verité », observe d’ailleurs Nicole Oresme (vers 1320 ?-1382)11. Cette double polarité se retrouve dans les sens et emplois des mots art et artifice.

  • 12 Voir DHLF, article Artifice.

4Le mot artifice, emprunté au latin, apparaît aussi au XIIIe siècle, plus tardivement que art, avec lequel il présente de nombreux sens communs. Comme art, il peut signifier le savoir-faire au sens d’ingéniosité, le procédé technique en général, et en particulier celui d’imitation de la vie ou par métonymie, dans un sens résultatif, le produit de cette ingéniosité, machine, instrument ou œuvre d’art. Comme art, artifice peut revêtir un sens péjoratif de ruse et de tromperie : cette première spécialisation aurait ensuite reculé au profit du sens de moyen ingénieux, avant de se spécialiser à partir du XVIe dans le domaine des éclairages et des feux12.

  • 13 Pour les corpus électroniques, voir la Base Frantext, utilisée via le DMF ; Corpus Garnier électro (...)
  • 14 Garnier électronique (Corpus de la littérature narrative médiévale) et ATILF. DMF.
  • 15 Il s’agit de considérations sur l’amour loyal : « Mais quant le cuer n’est au semblant semblable,/ (...)
  • 16 Christine De Pizan, L’Advision Cristine (1405), Reno C. et Dulac L. (éd.), Paris, Éditions Honoré (...)

5L’examen rapide des occurrences des mots art et artifice dans les corpus électroniques disponibles confirme leur oscillation entre, d’une part, des emplois laudatifs et esthétiques, mettant en avant ordre, harmonie ou perfection, et, d’autre part, des emplois péjoratifs associés à illusion, tromperie, fraude ou duplicité13. Quelques observations s’imposent : art se voit doté de compléments de nom valorisants (art de médecine, de chevalerie, de science) ou désignant des activités sujettes à suspicion (art de nigromance, d’alchimie, de pyromancie14) ; il en est de même pour les adjectifs associés, souvent dépréciatifs comme mauvais, dyabolique, magicale ou faux, plus rarement laudatifs comme soutil ou divin ; la concurrence fréquente de art avec savoir et engin renforce ce constat d’ambivalence. Dans Le Bréviaire des Nobles, Alain Chartier (1385-1430) associe fiction et art dans un contexte de duplicité et de fraude amoureuse : « C’est fiction plaine de mauvais art15. » De même, citant Valère Maxime dans L’Advision Cristine, Christine de Pizan (1365-1430 ?) emploie art dans un contexte dépréciatif pour décrire le personnage allégorique de Fraude : « sa tricherie barateuse est ung mal mucié et espieur de qui les forces tres efficiaus sont mentir et decepvoir, comme elle se esjouisse en mençonges et fallaces, qui sont les faulx outilz de son soubtil art16 ».

6Quant à artifice, il rime fréquemment avec edifice pour désigner une construction architecturale digne de louange par ses qualités techniques ou esthétiques et son statut d’œuvre d’art, transcendant le temps par son harmonie et sa beauté. Ainsi André de la Vigne (1470 ?-1526 ?) évoque le château Saint-Ange :

  • 17 André De La Vigne, Le Voyage à Naples, Slerca A. (éd.), Milan, Vita e pensiero, Biblioteca del via (...)

Durant ce temps, un grant pan de muraille
Sans vïolence cheult du Chasteau Sainct Ange,
Lequel est fait a grans pierres de taille,
Par artifice merveilleux et estrange17.

7Guillaume de Digulleville (1295-ap. 1358) décrit le temple de Salomon, sorte d’archétype d’architecture parfaite (dimensions, matériaux, etc.) qui vise à restituer une harmonie divine :

  • 18 Guillaume De Digulleville, Pèlerinage de l’Ame (1355), Stürzinger J.-J. (éd.), Londres, Roxburghe (...)

Le roy Salmon, ce me semble,
Fist de Jherusalem le temple,
Tout le fist de pierre marbre,
De bois imputrible inardable,
Onc ne fut fait tel edifice
Par main de mortel artifice18.

8La rime d’artifice avec office renforce parfois l’idée d’ordonnancement et d’harmonie, comme dans le Chemin de longue étude de Christine de Pizan, où la poétesse contemple les sphères célestes :

  • 19 Christine De Pizan, Le Chemin de longue étude (1402), Tarnowski A. (trad. et éd.), Paris, Le Livre (...)

Et toute de desir ardoie
De comprendre, s’il peut estre,
Tout quanque veoie en cel estre,
Et ce bel et noble artifice
Qui tant bien fait son droit office
Meü par une ordenance isnelle
D’une composicion belle19.

  • 20 Respectivement, « Je suis souffisant et propice, / Sans obice / De monter en divinité, / Car je su (...)

9Artifice peut donc désigner l’œuvre divin ou un chef-d’œuvre humain (architecture, vêtement, art) qui réfère à une personne, un lieu ou un objet. Doté par Dieu d’une beauté suprême, Lucifer se dit divin artifice dans Le Vieil Testament et, d’après le Trosne d’Honneur de Jean Molinet (1435-1507), la dame est le chief d’œuvre et des dieux l’artifice. Olivier de la Marche (1426-1502) parle d’un sarcueil de grant artifice dans Le Chevalier délibéré et, dans Le Quadriloge invectif, Chartier évoque un vêtement de merveilleux artifice20.

  • 21 Nicole Oresme, Le Livre de l’Éthique d’Aristote. Commentaires, op. cit., c. 1370, 120 (ATILF) : «  (...)

10Le sens de métier, attesté depuis 1318 mais abandonné au XVIIe siècle selon le DHLF, apparaît chez Oresme, où artifice, souvent coordonné à mestier, condicion, labeur, renvoie au travail et au savoir-faire de chaque activité21. Olivier de la Marche emploie artifice pour signifier des moyens techniques destinés à produire une illusion, lors d’entremets spectaculaires entre les plats d’un festin tels qu’en organisait la cour de Bourgogne :

  • 22 Olivier De La Marche, Mémoires, III, c. 1470, 137 et 118 (ATILF).

Le tiers et derrenier entremectz pour celluy jour fut ung grant dromadaire qui entra parmy la salle, faict auprès le vif par tel artifice, qu’il sembloit mieulx vif que aultrement. […] Ladicte salle fut aidée [décorée] de candelabres de bois peinctz de blanc et de bleu, et ès deux boutz de ladicte salle pendoient deux chandeliers moult soubtivement faictz ; car dedans l’artifice de chascun povoit estre ung homme non veu22.

11Mais l’illusion associée à artifice vise parfois la tromperie. Michault Taillevent (entre 1390 et 1395 – entre 1448 et 1458) l’utilise avec œuvre sofisticque et faincte fiction pour décrire le cheval de Troie, tant le stratagème trompeur que la machine de guerre :

  • 23 Michault Taillevent, Un poème de Michault Taillevent sur la prise de Luxembourg, (compos. 1443, 1r (...)

Encore fut-elle essillie [détruite]
Par fraude et par deception [tromperie]
En cuidant ce qui n’estoit mye [ce qui nétait pas vrai]
Ains estoit faincte fiction.
Car ceulx du siege un artifice
Firent d’un grant cheval de fust [bois].
Pour faire a Palas sacrefice,
Et ainsi cuidant que vray fust, […]
Ainsy, sur fourme pacifique,
Par le cheval qui fut rechupt [reçu],
Et par celle œuvre sofisticque,
Furent ceux de Troyes dechupt23.

12Dans le Policratique, à propos des ars d’enchanterie, Denis Foulechat (actif dans la seconde moitié du XIVe siècle) substitue malefices à artifices :

  • 24 Denis Foulechat, Le Policraticus de Jean de Salisbury (1372), l. 1-3, Brucker C. (éd.), Genève, Dr (...)

Et ja lonc temps a que les sains peres commandèrent que ceuls qui se mesloient de ars d’enchanterie et de teles tromperies et illusions nuysans et de diverses manieres de mathematique reprouvee feussent getéz et boutez hors de leur cours, pour ce que ces artefices et, a mieulx dire, malefices, de une fausse et damnable familiarité de dyables as hommes et des hommes as dyables il savoient estre venuz et enseigniez24.

13Bien que art et artifice ne se cantonnent pas aux domaines technique ou artistique, le second semble plus spécialisé et apparenté à fiction.

Art et son champ lexical dans Amadas et Ydoine

  • 25 Amadas et Ydoine est un roman en vers du XIIIe siècle qui raconte des aventures à rebondissements (...)
  • 26 Les citations extraites de ce roman sont toutes tirées de Amadas et Ydoine, roman du XIIIe siècle, (...)

14Dans Amadas et Ydoine, art25 présente huit occurrences, liées à la magie, voire à l’action diabolique et la misogynie26. L’art de la magie est d’abord le savoir-faire des sorcières qu’Ydoine appelle pour l’aider à préserver sa virginité en mettant en scène une fausse prédiction des Parques :

De sa part cascune li dist
Que tant sevent d’art et d’engin
Que toute li trairont a cief [mener à terme]
Sa volenté a terme brief. (v. 2015-2018)

15Suivent des exemples : vol nocturne, maîtrise des eaux et de la fertilité, notamment végétale, résurrection des morts, métamorphoses, manipulation des songes, ébranlement de murailles, inversion du cours des eaux, etc. Art désigne plus précisément leur pouvoir de métamorphose :

(sevent)
Des vis l’une a l’ autre figure
Müer par art et par figure,
Homme faire asne devenir […] (v. 2031-2033)

16Employé avec mauvais, art condense les facultés magiques, péjorativement connotées, quand il signifie le bestournement, cet étonnant pouvoir de subvertir les lois de la nature :

Ne puis dire ne conter
La disme part [le dixième], ne raconter,
Qu’eles sevent de mauvais ars :
De sages font sos et musars [irréfléchis] ;
Tant ont [tant] grant sens [que] mult m’esmervel. (v. 2039-2043)

  • 27 On lit « de grant sens » (v. 2022 et 2043), et « de nigremance/Sevent entr’eles toute l’oevre » (v (...)

17Dans ces pages, art est à associé à sens, oevre et nigremance : ce savoir-faire tient tant de l’action magique que de l’ingéniosité27. Employé au pluriel et associé à engin, encantement et apparillement dans le récit des préparatifs des noces, il a l’acception de mise en œuvre concrète des savoirs et compétences magiques :

Atornent leur encantement
Et leur grant apparillement,
Leurs ars et leur engin divers […] (v. 2057-2059)

18Ydoine semble à l’agonie alors qu’elle n’est que sous le coup d’un maléfice du chevalier faé depuis qu’elle a son anneau au doigt ; Amadas pense alors se suicider par désespoir amoureux après la mort prochaine d’Ydoine ; mais, afin de le convaincre de prier pour son âme plutôt que de se supprimer, celle-ci s’invente des péchés et s’accuse en particulier d’un triple infanticide, prétendant avoir agi sous influence diabolique : « par l’art d’anemi l’ai fait » (v. 5107) ; comme le souligne l’expression voisine, « par sen atisement [sur son injonction] » (v. 5109), art signifie alors la manipulation des diables.

19Quant à la misogynie, elle nourrit le contexte où art désigne le savoir-faire trompeur des femmes en général, sans spécification ; dans une première diatribe, le narrateur accuse les femmes de mensonge, duplicité et tromperie : « Venimeuse est la plus pasivle/Que nule n’est sans art orible » (v. 3615-3616). Il ajoute dans la seconde :

De leurs œuvres et de leur sens
Et de leur art mult me purpens
Comment avient et que ce doit
Que plus tost un de nous deçoit,
Qui savons toute leur boidie,
Leur fausseté, leur tricerie […]
Se mult set mal engin et art,
Dou bien ira de l’autre part. (v. 7049-7054, v. 7095-7096)

20Coordonné à enginneuse et decevans (v. 7037-7038), artilleuse qualifie la femme, maîtresse en tromperie dont l’homme est victime. Pratiqué par les figures négatives des sorcières, des diables et des femmes, art qui désigne un pouvoir de manipulation et de tromperie, est toujours péjoratif. Le champ lexical qui l’accompagne (engin, fainte/faintise, fable, controeve, sens, etc.) signifie la faculté de tromperie et le mensonge ; et quand ils désignent l’ingéniosité, engin et faintise sont employés dans un sens péjoratif ou en dénégation avec la préposition sans.

21Plus spécifiquement littéraire, fable pris au sens de récit oral fabuleux et associé à controeve désigne une invention ingénieuse, un subterfuge ou un stratagème adroit :

  • 28 L’éditeur propose un verbe (« si fier c’on troeve »), que nous modifions en substantif. Nous tradu (...)

Que ja mais jor c’aiés a vivre
En fable, n’en cançon, n’ en livre
N’orés aussi fiere controeve28 (v. 1997-1999)

  • 29 Le verbe est aussi utilisé lorsqu’Ydoine tente de convaincre le comte de rompre le mariage par le (...)

22Controver s’inscrit aussi dans un contexte de récit oral inouï quand, comme on l’a vu plus haut, pour détourner Amadas du suicide, Ydoine se prétend infanticide et adultère, fiction du moi avant l’heure29 :

  • 30 Nous traduisons les vers 4971-4973 : « Elle s’imagine le tromper par ruse, afin qu’il ne la tienne (...)

N’oïstes mais, en nule vie,
Si fine loiauté d’ amie.
La ou est Amors bien se proeve.
Par grant amor fait et controeve
Estrange mençoigne de soi,
Par loiauté et par grant foi.
Por garir de mort son ami
Veut tel cose faindre de li
Dont el le quide par boisdie
Decevoir si qu’il a s’amie
Ne la tiegne si com il seut ;
Car a croire faire li veut
Une grant mençoigne de soi
Qu’a concreé en son secroi
Pour li metre de mort a vie30. (v. 4963-4977)

23Mot rare, artimage est utilisé dans l’épisode qui raconte comment, déguisées en Parques, les sorcières font intrusion dans la chambre du comte pour lui faire croire qu’il est sous le coup d’une fatalité lui interdisant la sexualité :

Es vous les trois par artimage
Devant le comte apertement,
Laiens c’onques li cuens nel sot [sache],
C’uis ne fenestre n’i desclot. (v. 2074-2077)

  • 31 « Par l’artimage des auctours » (Siege de Troies, Richel. 375, f° 96c). « D’un blanc esmail fu fai (...)

24Absent du DMF et du corpus numérique Garnier, artimage est présent chez Godefroy et chez Greimas ; Greimas, qui rappelle l’étymologie latine, artem magicam, et Godefroy dans un bref article, mentionnent seulement le sens de magie, avec trois attestations en dehors de notre roman, toujours dans la tournure « par artimage » et deux fois avec image à la rime dans un contexte où il s’agit de statues31. À la manière d’un mot-valise, ce terme ne pourrait-il pas désigner l’art de l’image artificielle, trompeuse ou illusoire ? L’anagramme de magie avec image relevée par J. Cerquiglini, renforce la notion d’illusion visuelle. Du coup, artimage est bien adapté à l’illusion visuelle et à l’interrogation sur le vrai et le faux, dans la scène où, sous forme de Parques, les trois sorcières plongent le comte dans un état second : encanté et enfantosmé (v. 2083 et 2153), paralysé et muet, il ignore s’il rêve ou veille, et se demande si ce qu’il voit est réel.

25Le mot art dans ce roman apparaît donc toujours dans un contexte de manipulation de la réalité, soit par la magie, soit par la distorsion de la perception d’autrui au moyen du langage ou de l’action, dans le but de créer une illusion. Or celle-ci est précisément placée au cœur du roman : elle apparaît comme le moteur principal du récit. Ydoine, les sorcières et le chevalier faé l’organisent et la maîtrisent parfaitement, de même qu’en dernière instance, le narrateur lui-même, dans une œuvre où les rebondissements et les coups de théâtre foisonnent.

La fabrique de la fiction romanesque

  • 32 Pour une étude complémentaire, voir Pomel F., « Le roman comme machine à illusion. Figures et outi (...)

26Les procédés ingénieux et trompeurs, nommés artifices, auxquels recourent les personnages du roman relèvent principalement de la magie, du théâtre et de la fabulation verbale, qui, tous, visent l’illusion et la manipulation ; en voici un aperçu32.

  • 33 Elles « se muent a merveille En belles figures de fées ; Si se tiegnent a Destinees » (v. 2089-209 (...)
  • 34 Voir v. 5744-5802, p. 217.

27La magie permet aux sorcières, métamorphosées, de se faire passer pour des Parques, et au chevalier de faire croire qu’Ydoine est décédée grâce à l’anneau qui la fait tomber en fainte mort ou catalepsie (v. 6414 et 6630). À l’occasion, la magie n’est pas étrangère aux procédés théâtraux ; les sorcières en Parques font penser à un acteur en costume33 ; le banquet qu’elles faignent et controevent (v. 2149), écho à un rituel folklorique d’offrandes propitiatoires, amène le récit qui expose les défaillances ayant présidé à la destinée du comte et qui lui fait croire en une prédestination malheureuse du couple : Clotho aurait interdit à Ydoine toute joie d’amour parce qu’on aurait oublié une cuillère à sa naissance, et parce qu’on aurait oublié un couteau, Atropos aurait menacé de mort le comte s’il consommait son mariage. De même, le chevalier, qui use d’un anneau magique, opère un échange d’anneaux : il prend celui d’Ydoine pour faire croire à Amadas qu’il a obtenu son amour34 ; un faux rapt permet cet échange et l’anneau, fausse preuve, sert à éprouver l’amour d’Amadas.

  • 35 Son attitude est nommée voisdie (v. 2443), et son comportement ainsi décrit : « malades durement s (...)
  • 36 Voir v. 2950-2966 et 7125-7250, respectivement p. 132 et 259.
  • 37 « Car a croire faire li veut Un grant mençoigne de soi » (v. 4974-4975). Le mot boisdie (v. 4971) (...)

28Ydoine elle-même est excellente actrice, voire metteur en scène : elle se déguise « com bien vraie pelerine » (v. 3015) et suggère la même ruse à Amadas qui se travestit en pèlerin de Jérusalem ; pendant la nuit de ses noces, elle feint pleurs, supplications et maladie pour persuader le comte de son sort fatal35. Par souci des convenances, elle feint aussi de rencontrer comme par hasard Garin ou Amadas, et convoque le conseil pour son remariage avec Amadas. Elle s’illustre en particulier dans la fabulation : elle imagine le scénario des Parques et le suggère aux sorcières ; pour justifier son pèlerinage à Rome, elle invoque des pseudo-songes dont l’un d’incubation (saint Pierre lui aurait révélé la malédiction que les trois Destinées font peser sur elle et le comte36) ; elle s’invente encore une vie de pécheresse37.

29Magie, songes et fable, pour nous hétérogènes, sont souvent traités ensemble par les auteurs médiévaux car ils y voient des arts ou des procédés d’illusion qui visent à faire croire, par exemple, au comte qu’il risque sa vie en consommant le mariage, à Amadas qu’il a perdu Ydoine (« ne set que croire ne que non », v. 573) et qui, en général, tendent à ébranler le rapport à la réalité. Ydoine utilise des fictions préalablement racontées pour donner une apparence d’authenticité à ses stratégies : la prédiction, inventée de toutes pièces, trouve un écho dans le pseudo-songe d’incubation. Dans une veine analogue, les sorcières mêlent vérités et mensonges : « Por mix faire le croire / Que leur oevre soit toute voire / Aventures contées ont. » Ainsi se développe un fonctionnement autoréférentiel : est autoréférentielle, en effet, la démonstration illusoire d’Ydoine, qui a d’abord mis en scène l’intervention des sorcières en fausses Parques pour faire croire au comte qu’il est sous le coup d’une fatalité et risque la mort s’il accomplit l’acte sexuel, puis qui rappelle cette fausse fatalité à l’intérieur du songe d’incubation qu’elle prétend avoir eu à Rome, afin d’accréditer la prédiction inventée.

  • 38 Amadas et Ydoine, v. 1036-1095, p. 66.
  • 39 Voir Wolf-Bonvin R., « Ydoine ou la muance d’Atropos », Textus. De la tradition latine à l’esthéti (...)
  • 40 Voir Leupin A., Fiction et incarnation. Littérature et théologie au Moyen-âge, Paris, Flammarion, (...)
  • 41 Walton K. L., Mimesis as make-believe. On the foundations of the representational arts, Harvard, H (...)

30Les artificieux comme les maîtres de la magie, sorcières et chevalier faé, ou comme Ydoine, tous spécialistes de l’illusion, sont des doubles du romancier. Celui-ci conçoit aussi des trompe-l’œil et des coups de théâtre : au début du récit, Ydoine s’éprend d’Amadas qu’elle croit mort, mais qui n’est qu’évanoui38. Le romancier orchestre les renversements récurrents, dont Fortune est l’archétype. Les maîtres des illusions se prétendent maîtres des destinées : les sorcières, le chevalier faé et le romancier disent tisser les destinées ; et comme l’a montré R. Wolf-Bonvin, Ydoine est un avatar humanisé des Parques39. In fine, le créateur d’artifices usurpe le pouvoir divin de présider aux destinées, ou feint de l’usurper. Or l’imitation illusoire et l’usurpation relèvent du diabolique, ce qu’A. Leupin a bien étudié dans l’univers arthurien40. Le romancier tente peut-être de se dédouaner : ses propos misogynes, certes habituels au Moyen Âge, lui permettent de rejeter sur les figures féminines le soupçon qui pèse sur la figure du fabulateur, simultanément et paradoxalement féminisé. C’est un manipulateur : il mobilise et annexe tous les artifices possibles pour exercer un art de la fiction comme art du faire-croire et de l’illusion ; avant les théoriciens modernes comme Kendall L. Walton, c’est définir la fiction, comme make-believe41.

  • 42 La pseudépigraphie est l’écriture du faux ; Froissart écrit par exemple de faux mythes ovidiens.

31Dès les débuts du genre, le cas d’Amadas et Ydoine montre que le roman en français résulte d’un art de la fiction dont l’artifice est exhibé ; car, bien qu’aucun vocabulaire méta-littéraire n’existe encore et qu’une théorisation des rapports entre fiction et artifice soit à peine esquissée, l’auto-réflexivité du roman et de la fiction émerge à la faveur du traitement thématique et narratif de l’illusion. Au XIVe siècle, Froissart (1337-1404) s’inscrit dans la même lignée en pratiquant la réécriture de mythes ovidiens et la pseudépigraphie42 ; ses récits, dont les histoires sont tantôt réellement, tantôt prétendument, tirées des Métamorphoses, illustrent la topique de l’illusion et alimentent la conception de la fable mensongère ; de façon privilégiée, ces textes invitent à réfléchir à l’art de la fiction : maître de l’illusion et de l’artifice, Froissart ne serait-il pas semblable au miroitier ? De façon analogue, le récit allégorique place en son cœur la notion d’artifice, raison pour laquelle les critiques de la fin du XIXe et du début du XXe siècle ont décrié cette forme narrative ; sa nature artificielle est notamment rendue sensible dès son ouverture par la convention d’un songe qui, à la fois, sert de cadre à l’histoire et en fait le produit d’une imagination ; outre ces deux fonctions, cet artifice est propice à l’auto-réflexivité puisque, sur un mode métaphorique, il inclut une genèse fictive de l’œuvre dans l’œuvre ellemême. En l’absence de discours théorique, les romanciers et auteurs de fictions ont ainsi intégré de manière thématique, narrative et analogique la question de l’illusion dans l’action romanesque pour caractériser leur art comme artifice.

Notes

1 Entre 1190 et 1230. Voir Hasenohr G. et Zink M., Dictionnaire des lettres françaises : le Moyen Âge, Paris, Fayard, coll. « La Pochothèque », 1992.

2 Dictionnaire Historique de la Langue Française, Rey A. (dir.), Paris, Le Robert, 1992. Dorénavant DHLF.

3 Lechat D., « Dire par fiction ». Métamorphoses du je chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et Christine de Pizan, Paris, Éditions Honoré Champion, 2005, p. 12.

4 Sont intitulés « dits » des textes (1250-fin XVe) dont la réception est dite, et non chantée, par opposition à la chanson. Ils sont très divers, de caractère didactique, moral, voire allégorique mais aussi amoureux, notamment à partir du XIVe siècle, où ils enchâssent parfois des formes lyriques comme chez Froissart et Machaut.

5 L’Archiloge Sophie est considéré comme le premier traité de rhétorique en français, inspiré des arts rhétoriques antiques ; il s’agit d’une somme encyclopédique inachevée, structurée autour des sept arts libéraux, présentée à l’intérieur d’une fiction allégorique (prosopopée de Sophie) et continuée par Le Livre des bonnes mœurs (remède contre les sept péchés capitaux).

6 Poetrie est l’« art de la fiction littéraire et de la versification » selon le Dictionnaire du Moyen Français ouvrage élaboré par le Laboratoire ATILF du CNRS (« Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française ») et de l’université de Lorraine ; il s’agit d’un dictionnaire électronique librement accessible par Internet [www.atilf.fr/dmf]. Dorénavant DMF.

7 Voir Lechat D., « Dire par fiction ». Métamorphoses du je chez Guillaume de Machaut, Jean Froissart et Christine de Pizan, op. cit., p. 51 sq.

8 Jacques Legrand, Archiloge Sophie, Le Livre des bonnes mœurs, Beltran E. (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, 1986, p. 149 pour les trois citations. La première rédaction est datée entre 1404 et 1410.

9 Ibid., p. 154-155. Dans ces pages, Legrand prolonge la réflexion de Macrobe (fin IVe -1re moitié du Ve siècle) dans le Commentaire au Songe de Scipion.

10 Titre de chapitre : « Comment se doit entendre la dessus dicte ficcion », Jacques Legrand, Archiloge Sophie, Le Livre des bonnes mœurs, op. cit., p. 27-28.

11 Nicole Oresme, Le Livre de l’Éthique d’Aristote. Commentaires (c. 1370, 267) (1370). Site de l’ATILF ; Base textuelle Frantext, no 5903. Oresme est un traducteur et un commentateur d’Aristote.

12 Voir DHLF, article Artifice.

13 Pour les corpus électroniques, voir la Base Frantext, utilisée via le DMF ; Corpus Garnier électronique (Corpus de la littérature narrative médiévale) ; Gallica (BnF). Une recherche effectuée via le DMF et la base Frantext fournit 16 occurrences dont 6 chez le seul Oresme. [http://www.frantext.fr/scripts/moyen_francais/browserb.exe?14;s=16776960;r=1;%20target=_top].

14 Garnier électronique (Corpus de la littérature narrative médiévale) et ATILF. DMF.

15 Il s’agit de considérations sur l’amour loyal : « Mais quant le cuer n’est au semblant semblable,/C’est fictïon plaine de mauvais art,/Qui descueuvre sa fraude tost ou tart/Et dont ne vient a soy n’a autry bien », Chartier A., Le Breviaire des Nobles (compos. 1424, 1re éd. 1489), The Poetical Works of Alain Chartier, Laidlaw J. C. (éd.), Cambridge, University Press, 1974, (v. 202-205). « Mais quand le cœur ne concorde/s’accorde pas avec la physionomie, c’est un artifice plein de ruse perverse, dont il ne résulte aucun bien ni pour soi ni pour autrui. » ; nous traduisons.

16 Christine De Pizan, L’Advision Cristine (1405), Reno C. et Dulac L. (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, 2001, p. 44, l. 4-7. La première Dame couronnée, Libéra (France) évoque Fraude : « Et comme le dit Valère Le Grand dans son IXe livre, “sa tricherie perfide est un mal caché et sans cesse aux aguets, dont les forces très efficaces sont l’art de mentir et de tromper, puisqu’elle se plaît aux mensonges et tromperies, qui sont les instruments fourbes de son art subtil” », traduction d’Anne Paupert, Régnier-bohler D. (dir.) Voix de femmes au Moyen-âge, Savoir, mystique, poésie, aour, sorcellerie XIIe - XVe siècles, Paris, Robert Laffont, 2006, p. 449-450.

17 André De La Vigne, Le Voyage à Naples, Slerca A. (éd.), Milan, Vita e pensiero, Biblioteca del viaggio in Italia, 11, 1981 p. 234. Base textuelle Frantext, no 0702.

18 Guillaume De Digulleville, Pèlerinage de l’Ame (1355), Stürzinger J.-J. (éd.), Londres, Roxburghe Club Appendice 1, 1895, p. 369, v. 89-94. Accessible dans le Corpus électronique Garnier ou dans Gallica.

19 Christine De Pizan, Le Chemin de longue étude (1402), Tarnowski A. (trad. et éd.), Paris, Le Livre de Poche, coll. « Lettres gothiques », 2000, v. 1984-1990. A. Tarnowski traduit ainsi : « (je) brûlais du désir de comprendre, si je le pouvais, tout ce qui se présentait à mes yeux. Je m’abandonnais tout entière à la contemplation de cette belle et noble œuvre d’art qui remplit si exactement son office, dans son mouvement rapide, réglé, selon une composition splendide », ibid. p. 207.

20 Respectivement, « Je suis souffisant et propice, / Sans obice / De monter en divinité, / Car je suis divin artifice, / Sans eclipse, / Regnant a perpétuité ; / Nul n’est precedent ma beaulté / En dignité […] », Le Mistere du Vieil Testament (compos. vers 1450-1500, 1re éd. vers 1500), de Rothschild J. (éd.), Paris, Librairie Firmin Didot, 1878-1891, t. 1, v. 326-333. Jean Molinet, Trosne d’Honneur, Site Garnier, p. 531. « [J]e rencontray eu mon chemin/Ung sarcueil de grant artifice/Ou fut le chancellier rolin ». Olivier de la Marche, Le Chevalier délibéré (compos. 1483, 1re éd. 1488), Lippmann F. (éd.), Londres, Bibliographical Society, 1898, p. 39. Le Quadriloge Invectif, Bouchet F. (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, 2011, l. 23, p. 10.

21 Nicole Oresme, Le Livre de l’Éthique d’Aristote. Commentaires, op. cit., c. 1370, 120 (ATILF) : « Item, aussi comme du boisviceur [celui qui sonne de la trompette], juglëeur et de l’ymagier et de chascun menesterel en son artifice il est aucun fait et aucune operacion et en l’œuvre est le bien et la parfeccion. »

22 Olivier De La Marche, Mémoires, III, c. 1470, 137 et 118 (ATILF).

23 Michault Taillevent, Un poème de Michault Taillevent sur la prise de Luxembourg, (compos. 1443, 1re éd. 1938), Lefort É. (éd.), Cahiers Luxembourgeois, 1938, p. 35, v. 505-520.

24 Denis Foulechat, Le Policraticus de Jean de Salisbury (1372), l. 1-3, Brucker C. (éd.), Genève, Droz, 1994, p. 121.

25 Amadas et Ydoine est un roman en vers du XIIIe siècle qui raconte des aventures à rebondissements multiples. Amadas, amoureux d’Ydoine, d’abord éconduit, se voit imposer une qualification chevaleresque, mais apprenant à son retour d’aventures qu’Ydoine est promise au duc de Nevers, il devient fou. Ydoine invente de son côté diverses ruses pour préserver sa virginité, sauver Amadas de la folie, et enfin obtenir l’annulation de son mariage. Le roman décline aussi une série de variations sur le thème de la fausse mort que connaissent tour à tour les deux protagonistes.

26 Les citations extraites de ce roman sont toutes tirées de Amadas et Ydoine, roman du XIIIe siècle, Reinhard J. R. (éd.), Paris, Éditions Honoré Champion, 1926 ; elles sont suivies de l’indication des vers. Voir la traduction de J. C. Aubailly dans Amadas et Ydoine, Paris, Éditions Honoré Champion, 1986. Une édition bilingue est en préparation par C. Ferlampin-Acher et D. Hüe.

27 On lit « de grant sens » (v. 2022 et 2043), et « de nigremance/Sevent entr’eles toute l’oevre » (v. 2008-2009).

28 L’éditeur propose un verbe (« si fier c’on troeve »), que nous modifions en substantif. Nous traduisons : « Jamais nul jour de votre vie vous ne trouverez dans un récit, une chanson ou dans un livre une invention aussi audacieuse. »

29 Le verbe est aussi utilisé lorsqu’Ydoine tente de convaincre le comte de rompre le mariage par le pseudo-songe d’incubation : « Son sens et son engin esproeve / Estrangement fait et controeve / Une mervilleuse matire / Et dist […] » (v. 7127-7130).

30 Nous traduisons les vers 4971-4973 : « Elle s’imagine le tromper par ruse, afin qu’il ne la tienne plus pour son amie, comme c’était le cas auparavant. »

31 « Par l’artimage des auctours » (Siege de Troies, Richel. 375, f° 96c). « D’un blanc esmail fu fais l’image / Assise en l’or par artimage » (Floire et Blanceflor, 1er vers., 445, du Méril). « Es vous les. III. par artimage Devant le conte apertement » (Amadas et Ydoine, Richel. 375, f° 319c). « Et lor temples et lor auteus / Destruist Karles, fors. I. ymage / Ki fu faite par artimage » (Mousk., Chron., 6455, Reiff), Godefroy (Site Garnier). Godefroy F., Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du XIe au XVe siècles, 10 vol. , 1880-1895 ; Greimas A. J., Dictionnaire de l’ancien français, Paris, Larousse, 1969. Le dictionnaire de Godefroy cite justement Amadas et Ydoine.

32 Pour une étude complémentaire, voir Pomel F., « Le roman comme machine à illusion. Figures et outils de l’“engin” fictionnel dans Amadas et Ydoine », Pomel F. (dir.), Engins et machines. L’imaginaire mécanique dans les textes médiévaux, PUR, 2015, p. 243-259.

33 Elles « se muent a merveille En belles figures de fées ; Si se tiegnent a Destinees » (v. 2089-2091) ; Clotho est « com fausse destinée » (v. 2190).

34 Voir v. 5744-5802, p. 217.

35 Son attitude est nommée voisdie (v. 2443), et son comportement ainsi décrit : « malades durement se faint » (v. 7004) et « Malades par samblant » (v. 7108).

36 Voir v. 2950-2966 et 7125-7250, respectivement p. 132 et 259.

37 « Car a croire faire li veut Un grant mençoigne de soi » (v. 4974-4975). Le mot boisdie (v. 4971) désigne aussi cette stratégie.

38 Amadas et Ydoine, v. 1036-1095, p. 66.

39 Voir Wolf-Bonvin R., « Ydoine ou la muance d’Atropos », Textus. De la tradition latine à l’esthétique du roman médiéval. Le Bel Inconnu. Amadas et Ydoine, Paris, Éditions Honoré Champion, 2008, p. 253-266.

40 Voir Leupin A., Fiction et incarnation. Littérature et théologie au Moyen-âge, Paris, Flammarion, 1993.

41 Walton K. L., Mimesis as make-believe. On the foundations of the representational arts, Harvard, Harvard University Press, 1993.

42 La pseudépigraphie est l’écriture du faux ; Froissart écrit par exemple de faux mythes ovidiens.

Auteur

Membre du CELLAM, maître de conférences à Rennes 2, Fabienne Pomel est spécialiste de l’écriture et de la lecture allégoriques (les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville, le Roman de la Rose, les œuvres de Christine de Pizan, les récits de voyages dans l’au-delà) et des réécritures des textes arthuriens médiévaux au XXe siècle. Elle a publié aux PUR Lectures du Roman de la Rose de Guillaume de Lorris (2012) et une série de recueils issus des programmes du séminaire du CETM sur des objets emblématiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540