Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'artifice dans les lettres et les arts

 | 
Élisabeth Lavezzi
, 
Timothée Picard

Techniques

La guerre selon Clausewitz : un art sans artifice

Daniel Dauvois

Texte intégral

  • 1 Composé entre 1816 et 1830, l’ouvrage est édité de façon posthume entre 1832-1837 ; sa première tra (...)
  • 2 VK, p. 200.
  • 3 DG, p. 145. La guerre leur ressemble car elle est une activité portant sur un objet qui vit et réag (...)
  • 4 DG, p. 117.
  • 5 Ibid., p. 146.
  • 6 Dans sa Préface, Clausewitz concède, pour ses recherches, une forme scientifique qui consiste « à e (...)
  • 7 C’est le titre du livre II (DG, p. 115).
  • 8 C’est l’objet du chapitre X (intitulé « Die List », autrement dit « la ruse », « l’artifice ») du l (...)

1Au chapitre III du livre II de son De la guerre (Vom Kriege, 1832-18371), Carl Clausewitz (1780-1831) pose la question de savoir s’il faut concevoir et écrire « art de la guerre » ou bien « science de la guerre ». Il conclut qu’il est plus juste (passender2) d’employer la première expression que la seconde. Même s’il compare ensuite la guerre au commerce et à la politique3, il nous faut rendre raison de cette préférence de l’art sur la science, d’autant que le chapitre premier du même livre II s’intitulait déjà : Division de l’art de la guerre (Einteilung der Kriegskunst4). Or cette raison, qui fait de la guerre autre chose que l’un des beaux-arts mais aussi et surtout que l’un des arts mécaniques5 ne peut elle-même se comprendre qu’à partir de la distinction qu’il faut tout d’abord poser entre l’étude scientifique6 de la guerre considérée dans sa physionomie générale et dans sa nature, à laquelle Clausewitz consacre son livre I, et la Théorie de la guerre (Über die Theorie des Krieges7) qui concerne l’emploi du savoir au service de la « conduite de la guerre » ; celle-ci doit appartenir au stratège, au chef de guerre, et sa détention doit lui permettre en augmentant la puissance de ses forces armées de l’emporter sur son adversaire : son but est la victoire. Comprenons que le savoir sur la guerre se distingue du savoir pour la guerre ; c’est ce dernier savoir, évolué en pouvoir, comme nous le verrons, qui constitue proprement un art, doté de ses règles générales, de ses principes d’application pratique, éventuellement ravivé par un génie qui saura en transgresser les rapports mécaniques d’obéissance. Nous cherchons à comprendre alors, s’il est ainsi vrai qu’il opte plutôt pour l’art que pour la science quand il s’agit de définir ce que doit être une conduite de la guerre, pourquoi Clausewitz proscrit8 en général tout ce qui est artifice, ruse, stratagème sur le théâtre guerrier : comment peut-on être pour l’art et contre l’artifice ? Nous allons vérifier qu’il y va de l’essence même de la guerre et de son statut si singulier de connaissable.

La guerre est un art

  • 9 Au sens large, cet art comprend aussi recrutement, entraînement ou mobilisation (DG, p. 118).
  • 10 Idem. (VK, livre II, chap. 1, p. 168 : « Die Kriegskunst (im eigentlichen Sinne) wird also die Kuns (...)

2Rappelons tout d’abord comment Clausewitz ressaisit l’art de la guerre stricto sensu9 en rappelant que la guerre est par essence un combat (Kampf) : « l’art de la guerre est donc l’art de savoir se servir au combat de moyens déterminés, et nous ne saurions mieux le désigner qu’en le nommant conduite de la guerre10 ».

3Le savoir-faire, équivalent provisoire pour l’art, du stratège est ainsi d’essence téléologique : il consiste à solliciter les moyens idoines à l’obtention d’une fin qui demeure invariablement la victoire. Cette mobilisation s’insère toutefois dans la téléologie plus large, par laquelle se conçoivent les rapports entre guerre et politique, tandis qu’elle s’analyse à son tour en tactique et stratégie. Voyons ces deux points.

  • 11 D’où cette définition inaugurale de la guerre comme « un acte de violence (Akt der Gewalt) destiné (...)

4Un rapport de moyen à fin caractérise en effet la distinction du Ziel militaire et du Zweck politique : le but restrictivement militaire qu’est le désarmement de l’ennemi reste toujours subordonné au but politique supérieur qu’est l’exécution de notre volonté par l’adversaire11. Cette ordination, qui est une relation simple de primauté constante du politique sur le militaire, n’est cependant rien de stable ni d’unitaire, car l’adversaire sur lequel viennent porter les calculs de moyens à fin, reste jusqu’au terme de la lutte un vouloir vivant et indépendant, imprévisible dans ses réactions et désireux de nous infliger la réciproque de ce que nous recherchons de lui imposer. Ainsi l’efficace des moyens permettant d’atteindre la fin n’est jamais entièrement assurée, et l’on ne sait pas exactement quand une dépense estimée excessive de force oblige un ennemi à renoncer à son but politique. En conséquence aucune représentation préalable de la conduite de la guerre ne saurait prétendre épuiser cognitivement son objet ni le soumettre définitivement aux règles et aux principes sous lesquels le chef militaire prétend l’emporter. Comme dans la plupart des arts, les règles se changent incessamment parmi leur application de sorte que l’art militaire consiste plutôt dans leur transgression que dans l’acceptation continuée de leur empire.

  • 12 Ibid., p. 118 (trad. modifiée). Les italiques sont de Clausewitz. (VK, livre II, chap. 1, p. 169 : (...)

5L’instable subordination des moyens à la fin poursuivie se répète pour l’essentiel à l’échelle plus fine où se distinguent les deux aspects théoriques fondamentaux de la conduite de la guerre, la tactique et la stratégie. Clausewitz en fixe ainsi la signification : « D’après notre classification, la tactique est donc la doctrine (Lehre) relative à l’usage des forces armées dans l’engagement. La stratégie est la doctrine relative à l’usage des engagements pour le but (Zweck) de la guerre12. »

  • 13 DG, p. 77.

6L’engagement, c’est l’emploi de la force armée dans le combat13, de sorte qu’à la guerre tout doit être rapporté au combat et à son impérieuse nécessité, afin de tenter de détruire par la force l’armée adverse. La tactique fait connaître comment combattre et la stratégie comment exploiter les combats pour finir par désarmer l’adversaire. Ainsi, jusque sur le théâtre plus fin du champ de bataille, Clausewitz manifeste-t-il le souci de ménager deux ordres de déterminations : d’une part, la guerre reste dans son principe une activité théorique, elle a besoin de règles à appliquer et de connaissances sans lesquelles sa conduite est aveugle ; d’autre part, ces règles et ces principes de connaissance ne valent que dans la mesure exacte où ils permettent d’atteindre une fin intrinsèquement incertaine, et qu’il s’agit non pas de représenter mais de précipiter. Règles et principes, comme éléments d’une doctrine de guerre, sont les agents et les moyens d’un pouvoir plutôt que des anticipations véridiques. Ils valent non comme ce qui sait avoir raison sur le terrain mais comme ce qui augmente une puissance d’agir et détermine à son avantage le rapport conflictuel des forces. La guerre s’apparente ainsi à un art plutôt qu’à une science, dans la mesure où les savoirs qui s’y doivent impliquer ne sauraient valoir s’ils ne prennent la forme de pouvoirs.

  • 14 DG, Livre II, chap. 4, p. 147-152.
  • 15 DG, Livre I, chap. 7, p. 109-111.

7La conduite stratégique de la guerre doit se méfier de toute méthode et ne pas dégénérer en ce que Clausewitz nomme le méthodisme14 (Methodismus), qui signifie une action réglée par des procédés constants, ce qui ne convient à la rigueur qu’au département de la tactique. Car la guerre est un objet très particulier, dont la réalité s’éloigne nécessairement de la pensée. Toute activité militaire est constamment simple à programmer et à représenter a priori – il suffit de tourner le flanc gauche de l’adversaire, de passer la colline, etc. – mais elle est tout aussi bien extraordinairement difficile à réaliser. Ainsi à la guerre, la valeur essentielle est dans la réalisation, non dans la conception. Clausewitz nomme friction15 (Friktion) tout ce qui empêche les plans de devenir réalité militaire dans l’effectivité des combats : dans le danger constant, les efforts et les hasards, l’imprévisibilité des actions adverses, l’ignorance relative de l’état exact de ses propres forces, tout ce qui fait la guerre réelle et non pas celle qu’on lit dans les livres. Par la friction, la guerre s’écarte de son concept et se disjoint du connaissable objectif qu’elle est a priori. Du point de vue du savoir, le plan et son exécution ne diffèrent pas essentiellement, mais la guerre effective n’est justement pas un tel objet docile et transparent aux procédures théoriques. Le savoir ne s’y applique pas afin de se convertir en action, de sorte que la conduite de la guerre n’est pas une technologie.

8Que du savoir ne se déduise pas le pouvoir, rapproche le propos de Clausewitz de la conception kantienne de l’art, qui repose sur la distinction tranchée entre pouvoir et savoir :

  • 16 Kant E., Critique de la faculté de juger (Kritik der Urteilskraft, 1790), § 43, 2, Philonenko A. (t (...)

Et de même ce que l’on peut, dès qu’on sait seulement ce qui doit être fait, et que l’on connaît suffisamment l’effet recherché, ne s’appelle pas de l’art. Seul ce qu’on ne possède pas l’habileté de faire, même si on le connaît de la manière la plus parfaite, relève de l’art16.

9En art, du savoir au pouvoir la conclusion n’est pas bonne. Le stratège ne sera l’homme ni d’une méthode d’action, ni de principes intangibles que la matière vive de la guerre devrait passivement accueillir. Cependant Clausewitz se sépare de Kant sur le point de l’intransitivité du savoir vers le pouvoir, qu’il n’accorde pas : le génie guerrier sait précisément transformer ce qui est de l’ordre d’un savoir en ce qui est de l’ordre d’un pouvoir, en intensité énergétique, en volonté constante et en forces morales tendues plus efficacement vers la fin. Comprenons qu’il s’agit non d’une application mais d’une métamorphose du savoir, en tant qu’il s’insère dans l’efficience des rapports téléologiques. Le savoir doit se faire pouvoir, la connaissance se faire volonté, afin de modifier les rapports de forces dans les engagements et leurs séries. Alors que l’architecte calcule la force d’un arc-boutant à partir de vérités apprises et de procédés techniques qui lui restent extérieurs, le stratège doit vivre avec toute sa science sans cesse mobilisée, d’où procèdent comme par une maturation biologique les décisions instantanées que la situation réclame :

  • 17 DG, Livre II, chap. 2, p. 142. (VK, livre II, chap. 2, p. 197-198 : « Das Wissen muss sich also dur (...)

Cette assimilation parfaite avec son propre esprit et sa propre vie métamorphose le savoir en un véritable pouvoir. Voilà la raison pour laquelle tout semble si facile aux hommes qui excellent à la guerre et pourquoi on attribue leur art au talent naturel17.

  • 18 DG, Livre I, chap. 3, p. 84-102.
  • 19 Ibid., p. 102.

10Nous aurons à revenir sur cette réapparition18 du génie guerrier ; concluons seulement à présent sur l’art de la guerre : le bien-fondé de cette appellation résulte de ce que la guerre ne saurait être un objet de considérations purement théoriques, qui en manqueraient l’essentielle effectivité ; pour bien faire, les règles, en tant qu’anticipations normatives de l’agir, ne peuvent qu’être transgressées, le talent de ces transgressions se nommant ainsi le génie ; parvenir à ses fins impose de métamorphoser le savoir en pouvoir, autrement dit de convertir quelque supposée supériorité doctrinale en surcroît d’intensité volontaire par laquelle l’issue des engagements tourne en sa faveur. La guerre reste un conflit de volontés où il s’agit de réduire finalement celle de l’adversaire à son propre gré. Mais avec cela, l’activité supérieure de l’esprit persiste à être requise du stratège, règles et principes doivent être connus et dominés en une théorie antérieure, mais non pas extérieure au réel de la guerre : la conduite de la guerre est un art, car elle réclame dans son auteur la fusion de l’intellect et du sentiment, de l’âme et de l’esprit, de sorte que la supériorité des plans et des manœuvres antérieurement conçus et sans cesse adaptés à la fluctuation des forces de terrain vienne s’identifier à la résolution et à la fermeté19 qui permettent seules de finir par l’emporter. Afin de contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté, il faut planifier, manœuvrer et combattre, ainsi développer un art de la guerre d’allure essentiellement stratégique.

Valeur de l’artifice

  • 20 « Die List », c’est la ruse, l’artifice, le truc du prestidigitateur ; d’ailleurs Clausewitz précis (...)
  • 21 DG, p. 181.
  • 22 Ibid., p. 212. (VK, livre III, chap. 10, p. 283 : « List setzt eine versteckte Absicht voraus und s (...)

11Dans cet art, la place de ce que Clausewitz nomme die List20 (ruse, artifice) se trouve ménagée au livre III, consacré précisément à la stratégie, laquelle établit le plan de guerre et y subordonne la série éventuelle des actions propres à conduire vers sa perfection21. Le chapitre X, qui est consacré aux ruses et artifices de guerre, fait suite à un chapitre sur la surprise (Überraschung) avec laquelle il présente, comme nous allons le préciser, quelques continuité et affinité. Notons d’emblée qu’avec die List, nous avons affaire à une sorte d’artifice qui équivaut à de la tromperie, ce qui appelle génériquement l’idée d’une espèce de mal moral : « La ruse suppose une intention dissimulée et s’oppose par conséquent à l’attitude droite, simple, c’est-à-dire directe22. »

  • 23 Idem (trad. modifiée). La traduction de « List » par « stratagème » est acceptable en contexte hell (...)

12Cette connotation morale ne semble toutefois point être un fait intentionnel chez Clausewitz, dans la mesure où lui importent essentiellement la réalisation et l’atteinte des buts pour lesquels sont mobilisés les moyens en cause. Or de ce point de vue, les avantages des artifices et des pièges militaires qui sont susceptibles d’être tendus à l’adversaire apparaissent indéniables : dans l’intention stratégique d’emporter une suite d’engagements sur l’adversaire, la rivalité proprement spéculaire qui découle du fait que l’adversaire s’emploie semblablement à notre égard, semble ne pouvoir être déjouée à notre avantage que dans cette exacte mesure où notre volonté sait anticiper la volonté adverse sans en revanche se rendre pour elle prévisible. Or l’agencement de surprises, de stratagèmes et de ruses paraît remplir assez exactement cette fonction asymétrique. Clausewitz paraît d’ailleurs tout d’abord, non pas le concéder, mais bien l’affirmer fermement : « À première vue, il semble que c’est avec raison que la stratégie a emprunté son nom au stratagème (von der List) […] ce terme est resté celui qui correspond à son essence (Wesen) la plus profonde23. » Un peu plus loin, il renchérit :

  • 24 Idem. (Idem : « … keine subjective Naturanlageso geeignet, die strategische Tätigkeit zu leiten und (...)

aucune disposition naturelle ne paraît plus apte que la ruse à diriger et à animer l’activité stratégique. Le désir très général de surprendre, dont nous avons parlé au précédent chapitre, permet déjà cette conclusion ; car toute surprise implique un certain degré de ruse, si faible soit-il24.

  • 25 Idem (trad. modifiée). Nous avons mis « artifice » pour « verschlagener Tätigkeit ». (Idem : « Aber (...)

13Ces premières vues ne sont toutefois absolument pas celles que partage l’auteur. Clausewitz laisse immédiatement tomber sans autre précaution le verdict : « Mais quel que soit notre penchant à voir les chefs de guerre se surpasser en artifice, en habileté et en ruse, il faut reconnaître que ces qualités se manifestent peu dans l’histoire25. »

14À la rigueur, elles peuvent prendre quelque couleur positive dans la région tactique, qui éclaire l’effectivité des combats, mais elles n’ont guère de valeur stratégique. Plusieurs raisons le font concevoir. En premier lieu, la guerre ne saurait consister en de simples paroles, par lesquelles une tromperie serait suscitée ; elle implique plus généralement un usage nécessaire de la force et ne saurait consister dans le déploiement de simples signes destinés à donner le change des forces signifiées et à les rendre présentes pour un adversaire. Clausewitz récuse ainsi la diffusion de fausses nouvelles et de plans erronés, dont l’efficacité sur les décisions de l’adversaire est toujours empêchée par la défiance chronique qu’il conçoit à l’égard de son ennemi ; plus profondément, il soutient qu’on ne peut espérer vaincre militairement par de simples artifices discursifs, en faisant l’économie de la décisive violence des combats. La guerre ne renoncera pas à son essence intime d’acte de violence.

  • 26 Ibid., p. 213. (Ibid., livre III, chap. 10, p. 285 : « Mit einem Wort : es fehlt den Steinen im str (...)

15En second lieu, Clausewitz condamne la pure et simple gesticulation ou démonstration militaire, c’est-à-dire les mouvements de troupes et les dispositions de terrain préparant les engagements militaires, qui sont perceptibles de l’ennemi et par lesquels ce dernier pourra être trompé quant à la réalité des intentions stratégiques qui en ont médité la fin véritable. Et en ce point Clausewitz affirme fondamentalement que ces apparences, pour être en effet trompeuses, sont, à la guerre, trop coûteuses à fabriquer. Pour donner, quant à la forme de l’engagement, à quelque stratège adverse le sentiment qu’on va attaquer au centre de ses lignes, laissant moins fournies les ailes de mon dispositif de combat, il faut réellement déplacer des forces considérables, peut-être en cela désorganiser provisoirement les lignes d’opération et de communication ; cela prend un temps que l’urgence de la lutte et de l’adaptation incessante aux décisions adverses rendra impossible à récupérer. La fabrication de l’apparaître affaiblit l’occupation de l’espace, elle affecte la puissance militaire elle-même et interdit de jouer la partie avec quelque coup d’avance. Autrement dit, dans cette exacte mesure où la guerre est une affaire sérieuse et sans légèreté, l’apparaître des forces militaires tend à coïncider avec leur être et leur puissance. Elles se montrent telles qu’en elles-mêmes elles sont. Tout l’effort pour dissocier ce qu’elles montrent de ce qu’elles sont et pour engendrer l’artifice d’apparences trompeuses, emporte avec lui ce qu’il est chargé de masquer : il faut, d’une façon ou d’une autre, réaliser en effet ce que les apparences montrent, de sorte qu’elles ne peuvent se constituer en un voile pur à l’égard de l’usage intentionnel de la puissance. Clausewitz suscite la comparaison du jeu d’échecs : « En un mot : les pièces de l’échiquier sont dépourvues de cette agilité qui est l’élément même de la ruse et de l’astuce26. »

16Comprenons qu’aux échecs, comme à la guerre, les pièges que l’on tend à l’adversaire contraignent de modifier, pour ce faire, la disposition de ses pièces, de sorte que l’on s’affaiblit stratégiquement pour un gain tactique incertain. En outre, les forces militaires sont nombreuses, difficiles à déplacer et à replacer, lentes à obéir parfaitement, et leur inertie leur interdit les mouvements de virevolte légers et sans conséquence. L’artifice guerrier, comme fabrication d’un voile léger de fausses apparences, destiné à tromper l’ennemi sans affecter le trompeur lui-même, est quelque chose d’impossible. À la guerre, on ne masque pas sa volonté mais on doit plutôt la démontrer sans cesse.

Le génie guerrier

  • 27 VK, p. 129-150.
  • 28 Clausewitz use de l’expression française.

17Cette impossibilité d’un artifice qui ne ferait pas réellement ce qu’il prétend seulement paraître et qui se libérerait de l’inertie des forces dont il veut masquer l’usage, se conçoit encore mieux à la lumière des qualités qui sont requises du chef de guerre afin d’exceller dans son art, et dont l’unité forme ce talent artiste qu’est le génie. Au chapitre III du livre I, intitulé Le Génie guerrier (Der kriegerische Genius27), Clausewitz distingue deux traits essentiels, le coup d’œil et la résolution, qui permettent au chef de guerre de dominer les incertitudes et les hasards des champs de bataille et des théâtres d’opérations. Le premier trait préside aux décisions rapides et correctes qui doivent être prises en tenant compte d’une masse d’informations impossible à synthétiser, des doutes quant aux mouvements précis de l’adversaire, des incertitudes sur l’effectivité et les tendances actuelles des combats ; il s’agit, et davantage par une inspection de l’esprit que par une observation sensible, d’aller à l’essentiel et, saisissant la vérité de l’instant, de décider ce que la situation et l’âme changeante de la lutte réclament afin d’anticiper et de répondre à l’activité de la partie adverse, par là de tendre efficacement et constamment vers ses buts stratégiques propres. Le coup d’œil28 permet de faire de l’instant décisif un kaïros très opportun où l’engagement des forces vient se glisser harmonieusement pour amplifier les effets de sa puissance. Il révèle donc une adéquation maintenue du pouvoir de juger à la fluctuation et aux vicissitudes de la lutte, et en cela il maintient un rapport de vérité à son égard. Il lui faut en outre être rapide, lorsqu’un long examen laisserait nécessairement passer le moment opportun pour différer et manœuvrer, pour anticiper ou réagir. Les changements et les incertitudes de la guerre font que la vérité de l’instant est sans épaisseur ni durée ; hésiter, tarder et donner à la réflexion tout son temps, voilà donc des fautes qui dépriment le bon usage des forces. Le coup d’œil équivaut ainsi à la facilité d’un pouvoir de décision droit par lequel le stratège épouse intuitivement le cours des choses sans cesse renouvelé. On conçoit dès lors qu’accorder du temps à la facticité d’apparences trompeuses détache de la vérité du terrain ; l’artifice demande de produire du faux, lorsque le devoir de tous les instants est de demeurer dans le vrai. Il ne convient donc pas avec l’art de la guerre et de sa conduite.

  • 29 DG, p. 88 (trad. modifiée). (VK, Livre I, chap. 3, p. 134 : « Diese entsteht erst durch den Akt des (...)

18La résolution, seconde qualité du génie guerrier, appartient aussi à l’esprit, c’est un courage devant ses responsabilités, et non pas devant le feu et les dangers du champ de bataille. Elle implique de s’engager entièrement, de toute sa volonté, dans les choix décisifs que le coup d’œil a permis, et de pousser à fond tout ce qui est commencé. Elle résulte d’une unité devenue de l’entendement qui sait et de la volonté qui peut : « Celle-ci ne jaillit que d’une démarche de l’entendement qui, rendant consciente la nécessité de l’audace, détermine la volonté29. »

  • 30 Ibid., p. 89.
  • 31 Le génie guerrier sait conférer au corps gigantesque de la force armée une âme dépliée en sentiment (...)
  • 32 Ibid., p. 53-54.

19À la guerre, chaque coup doit donner tout ce qu’il peut, et la réussite dans l’atteinte des buts vers lesquels les moyens sont employés, est le seul critère du génie militaire. Il faut donc savoir persévérer et s’opiniâtrer dans une direction d’action qui en devient de ce fait une direction droite. Les coups non résolus et qui ne sont pas portés à fond, dévalorisent le sens véridique d’où ils s’étaient amorcés. Clausewitz enrobe ainsi la résolution30 de toute une série d’équivalents plus ou moins approchants, énergie, fermeté, persévérance, force de caractère, qui expriment conjointement le sérieux de la guerre et la nécessité où y sont toutes les activités d’apparaître dans leur puissance maximale, ce qui comprend toujours les forces morales au principe de l’usage des forces physiques. Ainsi, dans l’engagement des forces, la volonté du stratège doit-elle communiquer sa détermination résolue à l’ensemble des masses mises en mouvement31, de telle sorte que chacune, dans sa direction d’action, tende à l’expression d’un maximum de puissance. La résolution dit ce devoir de conformité de la volonté stratégique à sa propre perfection, qui rend possible l’atteinte des buts propres de la guerre, en mettant les moyens à la hauteur des enjeux. On observera ici, d’une part, que cette conformité à l’égard d’un idéal de soi métamorphose et prolonge transitivement la conformité de l’entendement aux fluctuations et aux vicissitudes du théâtre, et l’on pourra parler d’une vérité du vouloir, à laquelle s’opposera derechef la fausseté de l’artifice ; d’autre part, les conséquences pratiques de cette résolution du vouloir, qui sont reconduites à l’expression d’un maximum de puissance et de profondeur d’action, ressemblent dans le détail de leur ordre stratégique et tactique à ce que Clausewitz énonce au début de son ouvrage des tendances internes à la guerre considérée en général et dans son essence, lesquelles la porte vers un déploiement extrême des forces et vers l’illimitation de la manifestation de la violence32. Dans cette tendance portée vers les extrêmes dans l’usage de la violence se tient le principe de compréhension du sérieux de la guerre, qui se retrouve donc sur les théâtres plus fins de l’analyse stratégique, voire tactique. Ainsi toute espèce de légèreté et d’agilité consistant à se raviser après s’être disposé à l’engagement, à déplacer ses forces non afin qu’elles se portent à fond vers leur but mais pour les reprendre et réordonner après avoir trompé un adversaire, se voit nécessairement bannie des règles stratégiques efficaces : l’artifice contrevient au sérieux de la guerre, parce qu’il fait agir superficiellement et sans intention de poursuivre jusqu’au bout. La volonté s’y tient comme dissociée de sa perfection, ce qui ne s’accorde pas avec les guerres modernes, qui sont les affaires les plus violentes et les plus sérieuses. Les ruses et les pièges n’y peuvent survenir que de manière tactique, rare, annexe ; ces artifices sont des actions superficielles consistant à se montrer tel que l’on n’est pas, en difformité à l’égard du concept de la guerre.

  • 33 Les trois actions réciproques sont présentées au tout début de l’ouvrage (ibid., Livre I, chap. 1, (...)

20Concluons à partir du rappel des actions réciproques33 que les adversaires tendent à s’infliger à la guerre et qui conduit celle-ci, conformément à son concept, vers l’illimitation dans l’usage de la force. Chacun fait la loi de l’autre et recherche essentiellement à abattre la force de la volonté ennemie, toujours mouvante, ce qui rend difficile l’estime de sa force de résistance, et contraint à davantage de puissance manifestée afin de s’assurer la prépondérance. C’est ce rapport résolu de la volonté adverse à l’égard de l’usage des forces dont elle dispose qu’il s’agit de défaire : il faut l’atteindre dans son pouvoir. Ainsi, dans la conduite de la guerre, il faut impérieusement atteindre ses buts, qui concernent ce que peuvent les adversaires et qui rendent bonnes les décisions portées dans leur direction : le savoir s’ordonne donc au règne des fins et doit se subordonner aux rapports de pouvoir. De ce que l’entendement soit de ce fait au service de la volonté, il résulte que la conduite de la guerre est un art et non une science. Cet art ressemble davantage aux beaux-arts qu’aux arts mécaniques du fait que le pouvoir volontaire n’y est pas l’application d’un savoir théorique mais sa métamorphose : le connaître particulier dont la guerre est l’objet doit s’altérer en résolution du vouloir pour exercer sa détermination. C’est dans cette fusion des termes opposés que le génie guerrier trouve le principe de son talent. Il s’écartera donc du souci de l’artifice qui dissocie ce qui se fait de ce qui se sait et incline à se montrer tel qu’on n’est pas. À la guerre, les apparences doivent démontrer la puissance et incarner la résolution du vouloir à abaisser le pouvoir adverse. Elles participent de cette logique de la guerre qui conduit le pouvoir de la volonté propre à sans cesse rechercher d’être plus, de s’augmenter toujours afin de déprimer le pouvoir adverse. Il faut donc réunir et tenter de fondre toutes ses déterminations, et ainsi se refuser à tout rapport déontologique de dissociation à l’égard de soi. Un art sans artifice.

Notes

1 Composé entre 1816 et 1830, l’ouvrage est édité de façon posthume entre 1832-1837 ; sa première traduction française date de 1886. Nous nous référons à l’édition Clausewitz C., Vom Kriege, Bonn, F. Dümmlers Verlag, 1952, que nous abrégeons désormais en VK ; nous reprenons la traduction de D. Naville, De la guerre, Paris, Les Éditions de Minuit, 1955, que nous modifions parfois, et que nous abrégeons désormais en DG.

2 VK, p. 200.

3 DG, p. 145. La guerre leur ressemble car elle est une activité portant sur un objet qui vit et réagit (VK, p. 201).

4 DG, p. 117.

5 Ibid., p. 146.

6 Dans sa Préface, Clausewitz concède, pour ses recherches, une forme scientifique qui consiste « à explorer l’essence des phénomènes guerriers » (« das Wesen der kriegerischen Erscheinungen zu erforschen »), VK, p. 82. Nous traduisons.

7 C’est le titre du livre II (DG, p. 115).

8 C’est l’objet du chapitre X (intitulé « Die List », autrement dit « la ruse », « l’artifice ») du livre III (DG, p. 212-213), dont la leçon s’anticipe déjà au chapitre IX, consacré à la surprise.

9 Au sens large, cet art comprend aussi recrutement, entraînement ou mobilisation (DG, p. 118).

10 Idem. (VK, livre II, chap. 1, p. 168 : « Die Kriegskunst (im eigentlichen Sinne) wird also die Kunst sein, sich der gegebenen mittel im Kampf zu bedienen, und wir können sie nicht besser als mit dem Namen Kriegsfûhrung bezeichnen. »)

11 D’où cette définition inaugurale de la guerre comme « un acte de violence (Akt der Gewalt) destiné à contraindre l’adversaire à exécuter notre volonté » (DG, p. 51).

12 Ibid., p. 118 (trad. modifiée). Les italiques sont de Clausewitz. (VK, livre II, chap. 1, p. 169 : « Es ist also nach unserer Einleitung die Taktik die Lehre vom Gebrauch der Streitkräfte im Gefecht, die Strategie die Lzhre vom Gebrauch der Gefechte zum Zweck des Krieges. »)

13 DG, p. 77.

14 DG, Livre II, chap. 4, p. 147-152.

15 DG, Livre I, chap. 7, p. 109-111.

16 Kant E., Critique de la faculté de juger (Kritik der Urteilskraft, 1790), § 43, 2, Philonenko A. (trad. de l’allemand), Paris, Vrin, 1968, p. 135.

17 DG, Livre II, chap. 2, p. 142. (VK, livre II, chap. 2, p. 197-198 : « Das Wissen muss sich also durch vollkommene Assimilation mit dem eigenen Geist und Leben in ein wahres Können verwandeln. Das ist der Grund, warum es bei den im Kriege ausgezeichneten Männern so leicht vorkommt, und alles dem natürlichen Talent zu geschrieben wird. »)

18 DG, Livre I, chap. 3, p. 84-102.

19 Ibid., p. 102.

20 « Die List », c’est la ruse, l’artifice, le truc du prestidigitateur ; d’ailleurs Clausewitz précise au premier paragraphe de ce chapitre X que « la ruse est ainsi un tour de passe-passe avec des opérations » (DG, p. 212, trad. modifiée), « so ist die List ein Taschenspielerei mit Handlungen » (VK, p. 283). Naville traduit par « relatif à des actes » l’expression « mit Handlungen », qui désigne les opérations militaires. En matière militaire, Kriegslist équivaut assez exactement au stratagème.

21 DG, p. 181.

22 Ibid., p. 212. (VK, livre III, chap. 10, p. 283 : « List setzt eine versteckte Absicht voraus und steht also der geraden, schlichten, das ist unmittelbaren Handlungsweise entgegen. »)

23 Idem (trad. modifiée). La traduction de « List » par « stratagème » est acceptable en contexte hellénique, mais « Wesen » doit être rendu par « essence » plutôt que « nature ». (Idem : « Auf den ersten Blick scheint es nicht mit Unrecht zu sein, dass die Strategie ihren Namen von der List bekommen […] dieser Name doch noch auf ihr eigentlichtes Wesen deute. »)

24 Idem. (Idem : « … keine subjective Naturanlageso geeignet, die strategische Tätigkeit zu leiten und zu beleben, als die List. Schon das allgemeine Bedürfnis zu überraschen, wovon wir im vorigen Kapitel gesprochen haben, weist darauf in ; denne jedem Überraschen liegt ein wenn auch noch so geriger Grad von List zum Grunde ».)

25 Idem (trad. modifiée). Nous avons mis « artifice » pour « verschlagener Tätigkeit ». (Idem : « Aber so sehr man gewissermassen das Bedürfnis fühlt, die Handelnden im Kriege an verschlagener Tätigkeit, Gewandheit und List sich einanderüberbieten zu sehen, so muss man doch gestehen dass diese Eigenschaften sich in der Geschichte wenig zeigen. »)

26 Ibid., p. 213. (Ibid., livre III, chap. 10, p. 285 : « Mit einem Wort : es fehlt den Steinen im strategischen Schachbrett die Beweglichkeit, welche das Element der List und Verschlagenheit ist. »)

27 VK, p. 129-150.

28 Clausewitz use de l’expression française.

29 DG, p. 88 (trad. modifiée). (VK, Livre I, chap. 3, p. 134 : « Diese entsteht erst durch den Akt des Verstandes, der die Notwendigkeit des Wagens zum Bewusstsein bringt und durch sie den Willen bestimmt. »)

30 Ibid., p. 89.

31 Le génie guerrier sait conférer au corps gigantesque de la force armée une âme dépliée en sentiments enthousiastes et qui porte vers la victoire (ibid., p. 91).

32 Ibid., p. 53-54.

33 Les trois actions réciproques sont présentées au tout début de l’ouvrage (ibid., Livre I, chap. 1, § 3-5, p. 52-54). Elles concernent la montée vers les extrêmes et l’illimitation : dans la manifestation de la violence, le désarmement de l’ennemi, la répression de la force de sa volonté.

Auteur

Ancien élève de l’ENS Ulm ; il enseigne la philosophie en Première Supérieure au lycée Lakanal de Sceaux. Ses travaux portent principalement sur la théorie de l’art à l’âge classique et il a édité le Traité sur la peinture de B. Dupuy du Grez (Vrin, 2011). Il réfléchit aussi sur la théorie de la guerre et a publié récemment « De l’usage de la violence chez Clausewitz » dans le collectif Guerre et violence (Temps des cerises, 2014).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540