Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Troisième partie. Le corps en action

Vox, conditio sine qua non…

Sandrine Bueche

Texte intégral

  • 1 Rhétorique à Hérennius, III, 27 : Non sum nescius quantum susceperim negotii qui […] imitari scrip (...)

« Je n’ignore pas l’importance de la tâche que j’ai entreprise, […] moi qui m’efforce de reproduire par l’écriture ce qu’est la voix1. »

  • 2 Aulu-Gelle (Nuits attiques, V, 15), Plutarque (Opinions des philosophes, IV, 19-20) et même Galien (...)
  • 3 Hippocrate, Des chairs, 18, 1 (Littré, VIII, 606-609) ; Lucrèce, De la nature, IV, 549-570 ; Cicér (...)

1La réalité de la voix antique peut paraître inaccessible, qu’il s’agisse de la définir philosophiquement2 ou d’en décrire les mécanismes physiques3. Dans cet article, nous ne porterons pas notre attention sur ces aspects-là, déjà abondamment traités, mais nous nous attacherons à mettre en lumière l’importance qu’accordaient les Anciens à la voix tout en précisant leurs motivations. Cicéron et Quintilien, les deux plus grands spécialistes de la question oratoire traitée par l’un dans le Brutus, le De l’orateur et L’orateur, par l’autre dans les Institutions oratoires, constituent nos auteurs de référence. Nous mettrons donc le monde romain et rhétorique à l’honneur sans toutefois nous interdire de puiser chez les Grecs, maîtres en matière d’éloquence, et chez des auteurs étrangers au Forum, tels que les auteurs satiriques, les poètes, les médecins ou bien encore les philosophes, dont les réflexions enrichissent notre recherche.

Importance de l’actio et de la voix

Lapalissade

  • 4 Cicéron, De l’orateur, III, 15, 57 ; Iliade, IX, 438-443.
  • 5 Iliade, I, 249 : « µέλιτος γλήκίων [...] αὐδή »
  • 6 Plutarque, De l’éducation des enfants, 6, 3f - 4a.
  • 7 Soranos, Maladie des femmes, II, 8 : « ‘Eλληνίδα δέ, χάριν τοῦ τῇ καλλίστῃ διαλέκτῳ ἐθισθῆναι τò τ (...)

2La civilisation gréco-romaine a laissé une large place à la parole ; cette affirmation n’est plus à démontrer. Tacite (qui ne parle pas), Théophraste (à la parole divine) ou bien encore Jean Chrysostome (à la bouche d’or) ne pourraient que le confirmer au vu de leur cognomen. Phoenix4, le maître d’éloquence d’Achille ou bien encore Nestor « à la parole plus douce que le miel5 » ne le démentiraient pas. L’éloquence occupait une place primordiale dans une culture où l’homme accompli devait savoir, avec pour seule arme sa voix, entraîner le vote d’une assemblée, conquérir la faveur de la foule, persuader un tribunal, exhorter ses troupes. Ainsi, très tôt déjà, bien avant l’âge requis pour s’adonner aux études de rhétorique, véritable couronnement du cursus scolaire, la vie de l’enfant était conditionnée par l’importance que revêtait la voix. Plutarque nous apprend que dans les familles de l’élite, le choix de la nourrice était intimement lié au souci d’assurer une certaine pureté de langage à l’enfant : la nourrice se devait d’être grecque et de posséder une voix très claire6. Soranos d’Éphèse le confirme : « Ce sera une Grecque, pour que le nourrisson s’habitue avec elle à la plus belle des langues7. » Ce souci se retrouve chez Quintilien qui conseille de confier l’enfant à une femme qui parle correctement :

  • 8 Quintilien, I, 1, 4-5 : Ante omnia ne sit uitiosus sermo nutricibus […]. Has primum audiet puer, h (...)

« Avant tout, choisissez des nourrices qui n’aient point un langage vicieux […]. Ce sont elles que l’enfant entendra d’abord, ce sont elles dont il essayera d’imiter et de reproduire les paroles ; et naturellement les impressions que nous recevons dans le premier âge sont les plus profondes […]. Que l’enfant ne s’accoutume donc pas, si jeune qu’il soit, à un langage qu’il lui faudra désapprendre8. »

Derrière l’évidence…

  • 9 Quintilien, XI, 3, 1 ; Ciceron, De l’invention, I, 7, 9.
  • 10 Aristote, Rhétorique, III, 1403b26 – 1404a19.
  • 11 Plutarque, Démosthène, 7, 5.
  • 12 Quintilien, XI, 3, 6.
  • 13 Cicéron, L’orateur, 17, 56 ; De l’orateur, III, 56, 213 ; Brutus, 38, 142 ; Longin, Art rhétorique(...)
  • 14 Pseudo-Plutarque, op. cit., 848b.
  • 15 Démosthène, Sur la couronne, 280 ; 308 ; 313 ; Sur les forfaitures de l’ambassade, 338-339.
  • 16 Tacite, Dialogue des orateurs, 31.

3Des cinq parties de l’art oratoire, la plus importante est l’actio (ou pronuntiatio9), qui règle à la fois la gestuelle, les mimiques et la voix de l’orateur. Aristote, qui fut le premier à synthétiser cette exigence sous le nom d’ὑπóκρισις, en louait les avantages utiles autant à l’acteur qu’à l’orateur tout en mettant en garde contre son usage grossier et superflu au détriment des faits eux-mêmes10. L’opinion de Démosthène est plus subtile. Selon Plutarque, il aurait expliqué combien l’art de l’acteur ajoutait d’ornement et de grâce au discours, et à quel point il fallait éviter de le négliger11. Pour lui, l’actio n’était pas seulement la partie principale de l’éloquence, mais la seule et l’unique12. Quand on lui demanda quel élément devait occuper la première place dans l’art oratoire, il donna à l’actio non seulement la palme, mais aussi la deuxième et troisième place13. Notre orateur savait cependant nuancer son avis selon les circonstances. Pris d’une extinction de voix, il aurait déclaré que si les acteurs étaient jugés sur leur voix, les orateurs devaient l’être uniquement sur leur opinion14. De même, il reprocha à Eschine ses vocalises en lui rappelant que ce n’était nullement au ton de la voix que l’orateur devait accorder de l’importance mais à son honnêteté, sans se comporter comme un vulgaire acteur ou un simple héraut. Il l’accusait aussi d’exercer sa voix au lieu de contribuer, par ses discours, au bien-être de la collectivité et du citoyen15. Du côté romain, certains rejoignirent Démosthène en affirmant qu’il valait mieux que l’orateur étudie les sciences traitant du bien et du mal, du juste et de l’injuste, plutôt qu’il se livre à de vulgaires exercices de voix dans les écoles de rhéteurs16.

  • 17 Selon Denys d’Halicarnasse, l’absence d’actio prive les qualités d’un discours de toute utilité (D (...)
  • 18 Cicéron, Brutus, 29, 110.
  • 19 Cicéron, op. cit., 38, 142 : Nulla res magis penetrat in animos eosque fingit format flectit, tales (...)
  • 20 Cicéron, De l’orateur, III, 56, 213 ; L’orateur, 17, 56.
  • 21 Cicéron, Brutus, 66, 234-235.
  • 22 Quintilien, XI, 3, 2.
  • 23 Rhétorique à Hérennius, III, 19.

4Nombreux sont ceux qui, à la suite de Démosthène, traitèrent de la question en soulignant l’importance primordiale de l’actio dans l’art oratoire17. Cicéron, le premier, affirma qu’il ne suffisait pas d’être pertinent, ni encore de parer ses phrases de beaux mots ; il fallait relever son discours non seulement par des gestes et des mimiques adaptées, mais surtout par une voix de circonstance18 : « Rien ne pénètre mieux [que la voix] les âmes, les façonne, les forme et les pétrit ; elle fait en sorte que les orateurs apparaissent tels qu’ils le veulent19. » Beaucoup d’hommes, sans autre qualité que la maîtrise de l’actio, auraient ainsi eu du succès alors que d’autres, plus habiles à discourir mais négligeant l’actio, auraient passé pour ne pas savoir parler20. Ainsi, un certain Cnaeus Lentulus avait donné, grâce à son actio, l’impression d’un talent de parole très supérieur à celui qu’il possédait en réalité21. Pour Quintilien, il était également évident que la forme devait primer le fond ; l’orateur ne pouvait émouvoir sans utiliser son corps entier, et surtout sa voix22. L’auteur de la Rhétorique à Hérennius est moins catégorique. S’il admet que l’actio offre de grands avantages, il refuse de la dissocier des autres parties de l’art oratoire, si intimement liées que l’une ne peut avoir de poids sans l’aide de l’autre23.

  • 24 Cicéron, L’orateur, 18, 60 ; De l’orateur, I, 59, 251.
  • 25 Cicéron, De l’orateur, III, 60, 224 : Ad actionis autem usum atque laudem maximam sine dubio parte (...)
  • 26 Cicéron, Brutus, 75, 261.
  • 27 Cicéron, op. cit., 68, 239.
  • 28 Cicéron, De l’orateur, III, 56, 214.

5Et si dans l’art oratoire, l’actio prime, c’est la voix elle-même qui l’emporte, dans celle-ci, sur les mimiques et la gestuelle ; elle constitue ainsi la qualité primordiale dont tout orateur doit faire preuve. Cicéron se plaît à le répéter24 : « Quant à l’heureux emploi de l’action oratoire, c’est la voix qui détient, sans aucun doute, le rôle le plus important25. » Dans son œuvre, les qualités vocales des hommes politiques et d’autres grands orateurs les caractérisent avant leur physionomie ou leur gestuelle. Ainsi, la voix de César apportait une certaine magnificence à son actio26, celle de Pompée l’emportait par sa beauté27 et l’expressivité de Caius Gracchus parvenait même à tirer les larmes de ses adversaires28.

Raisons de cette importance

La voix traîtresse

  • 29 Pline, Histoire naturelle, XI, 112, 271 : Vox in homine magnam voltus habet partem. Adgnoscimus ea (...)
  • 30 Achille Tatios, Leucippé et Clitophon, 2, 8, 2.
  • 31 Quintilien, XI, 3, 9.
  • 32 Plutarque, Vie de Démosthène, 11, 2, 850 e-f.
  • 33 Cicéron, op. cit., III, 57, 216.
  • 34 Cicéron, Brutus, 31, 117.
  • 35 Cicéron, op. cit., 80, 277.

6Après avoir démontré l’importance de la voix chez l’orateur, il convient maintenant d’en expliquer l’origine. Chaque homme possède un timbre de voix, une hauteur ou bien encore une inflexion qui lui est propre si bien que la voix constitue une part essentielle de notre être. Pline expliquait déjà que l’on se fait reconnaître autant par notre voix que par notre apparence car « la voix humaine constitue un élément important de la physionomie : avant d’apercevoir une personne, ne la reconnaissons-nous pas à sa voix aussi bien que par nos yeux ? Et il y a dans la nature autant de voix que de mortels, et chacun a la sienne comme il a son visage29 ». Le romancier grec Achille Tatios assimilera d’ailleurs la voix au reflet (skiva) de l’âme30. Quintilien l’avait constaté : si les mots ont beaucoup de poids, la voix ajoute une valeur propre aux idées exprimées31. Plutarque racontait comment Démosthène, doutant de la sincérité d’un client potentiel, avait observé le son de sa voix, celle d’un homme battu et maltraité, avant d’accepter de le défendre32. Quant à Cicéron, il explique que la voix vibre différemment selon le mouvement de l’âme qui l’anime33. Ainsi, il associait la façon de vivre négligée et dure de Quintus Aelius Tubero, petit-fils de Paul Émile, à sa manière de parler, l’une étant révélatrice de l’autre34. À l’instar de Démosthène, il semblait aussi être passé maître dans l’art de découvrir les véritables sentiments des hommes au travers de leur voix. Il racontait comment la voix trop calme et nonchalante de Calidius l’avait trahi, lui qui simulait avoir découvert les preuves d’un attentat dirigé contre lui35.

7Pour l’Anonyme latin (ive siècle apr. J.-C.), l’examen du timbre permet de saisir très finement le caractère :

  • 36 Anonyme, Traité de Physiognomonie, 78. Éd. de André J. (Belles-Lettres, 1981, p. 110-112) et tradu (...)

« Ceux qui ont une voix grave et fêlée analogue au son que rend un vase fêlé, sont sots et voraces. Un timbre désagréable, qu’il soit assuré ou ressemble au bêlement des moutons, indique la sottise. Ceux dont la voix passe du grave à l’aigu ont les pleurs faciles et un caractère lugubre. Ceux qui ont une voix aiguë et sèche sont retors et rusés. Ceux qui ont une voix aiguë et molle sont efféminés. Ceux qui émettent comme d’une caverne une voix grave et ferme ont un caractère viril et généreux. Ceux qui ont une voix posée et grave sont calmes, plaisants, affables. Ils ont aussi un caractère droit. Ceux qui ont la voix haut perchée comme les oiseaux sont portés à l’amour, futiles et légers. Une voix brisée, grêle et larmoyante, indique la tristesse, l’avarice et le soupçon. Ceux qui parlent du nez et émettent des sons nasillards sont menteurs, malveillants, jaloux, et se réjouissent des malheurs d’autrui. Une voix tendue et forte, associée à une sorte de sonorité fêlée, est signe de violence, injustice et misanthropie. Un débit traînant marque l’indolence, précipité, l’irréflexion. […] Ce que nous avons dit jusqu’ici des contraires, en jugeant que, dans la plupart des cas, le mieux était le juste milieu, doit être affirmé aussi pour les mouvements du corps et de la voix, c’est-à-dire considérer l’excès comme un mal et juger le juste milieu et la mesure comme ce qu’il y a de mieux36. »

La voix perfide

  • 37 Cicéron, L’orateur, 17, 55.
  • 38 Quintilien, XI, 3, 61-62.
  • 39 Quintilien, XI, 3, 154.
  • 40 Cicéron, De l’orateur, III, 58, 217-219 ; Quintilien, XI, 3, 63-65.

8Une très grande maîtrise de l’organe vocal était donc requise afin de savoir persuader, charmer et émouvoir, sans jamais se laisser trahir. Selon Cicéron, la voix comporte autant de variations que de sentiments. L’orateur se doit donc d’en user pour laisser entendre plus qu’il n’en dit en optant pour un ton de voix qui correspond au sentiment qu’il veut exprimer ou provoquer chez l’auditeur37. Quintilien reprend l’idée : la voix – vecteur des états d’âme de l’orateur dans l’esprit des auditeurs – vibre selon les mouvements de l’âme, qui peuvent être feints ou sincères38. Ainsi, l’orateur saura se concilier l’auditoire en laissant transparaître sa moralité au travers de sa voix39. Nos deux experts iront même plus loin dans leurs investigations, jusqu’à répertorier chaque sentiment et y attribuer un ton bien déterminé. Lorsque l’orateur expose simplement les faits, sa voix doit se faire naturelle, d’un ton moyen, entre l’aigu et le grave. Par contre, s’il se met en colère, son débit deviendra rapide, en hachant les mots, sur un ton aigu, sombre et âpre. S’il doit simuler la joie, il parlera de manière douce, tendre, sereine et calme, avec une sorte d’allégresse. S’il s’agit de susciter l’animosité, il faut parler lentement tout comme pour les flatteries, les aveux et les excuses qui nécessitent un ton calme et paisible. Dans la crainte et la honte, on retiendra sa voix, en parlant à voix basse, de manière hésitante mais l’abattement doit s’exprimer sans pathétique, d’une voix profondément grave et uniforme. Il en va de même pour ceux qui apportent des conseils, des promesses et des consolations, auxquels on recommande un ton grave40.

Instrument complexe

  • 41 Aristote, Rhétorique, III, 1408b 4-11.
  • 42 Aristote, op. cit., III, 1414a 14-17.
  • 43 Cicéron, op. cit., III, 8, 30.
  • 44 Quintilien, XI, 3, 175-176.

9Par contre, pour Aristote, la voix est un outil complexe à utiliser avec beaucoup plus de subtilité. Il conseille de ne pas combiner les mots et le ton afin de ne pas affaiblir une démonstration par des redondances inutiles. Selon lui, exprimer des choses dures avec douceur, et des choses douces en termes durs, c’est au contraire ce qui aide le discours à convaincre41. En exagérant l’actio, notamment en discourant avec une voix forte, la précision ferait défaut42. Un certain César semble avoir suivi les conseils du philosophe43. Il traitait les sujets tragiques presque sur un ton comique et les sujets tristes de manière légère. L’homme apparaissait pourtant comme un innovateur aux yeux de Cicéron qui semble ne pas avoir pris en considération les conseils d’Aristote. De même, Quintilien attribuait non seulement à des idées mais aussi à chaque mot le ton qui pouvait lui seoir au mieux. Il conseillait par exemple de prononcer « pauvret » d’une voix humble mais « courageux » d’une voix énergique44 !

La voix idéale

  • 45 Cicéron, L’orateur, 2, 7.

10Jusqu’à présent, nous avons tenté de démontrer à quel point la voix revêtait une importance considérable dans la société antique, en omettant les critères esthétiques auxquels devaient répondre cette voix. À la manière de Cicéron qui a tenté de peindre l’orateur idéal45, nous essayerons de réunir chacune des qualités qui embellissaient la voix, tout en gardant à l’esprit que la réunion de toutes ces qualités était sans doute impossible et peut-être même sans charme.

Imperceptibles qualités…

  • 46 Quintilien, XI, 3, 52 ; XI, 3, 184 ; Cicéron, op. cit., 28, 99.
  • 47 Quintilien, XI, 3, 161-162 ; XI, 3, 41.
  • 48 Cicéron, De l’orateur, III, 25, 98.
  • 49 Plutarque, Cicéron, 5, 6 (863c).
  • 50 Quintilien, XI, 3, 181 : Regnare maxime modum.
  • 51 Quintilien, XI, 3, 43 : Nam prima est observatio recte pronuntiandi aequalitas […].
  • 52 Cicéron, L’orateur, 7, 23.
  • 53 Cicéron, De l’orateur, III, 60, 225. Voir aussi Quintilien, I, 10, 27-28 ; Plutarque, Du contrôle (...)
  • 54 Anonyme, Traité de physiognomonie : […] medietatem ac temperamentum optimum […].
  • 55 Anonyme, op. cit. : Qui incipinut a gravi voce et in acutam desinunt, faciles ad fletum ac lugubri (...)

11Premièrement, la voix idéale antique devait être empreinte de mesure (temperentia et aequabilitas46), signe d’éducation, de maîtrise de soi, de sagesse et de sérieux. Elle devait être proche de la langue parlée usuelle47 ; les hauteurs tonales trop aiguës, pourtant appréciées du public48, ou trop basses étaient à proscrire, tout comme les volumes trop forts, considérés comme un signe de faiblesse49, ou trop faibles. Quintilien décrit très clairement ce principe : « Ce qui doit régner avant tout, c’est la mesure50 » et « la première loi à observer pour une bonne action est la régularité […]51 ». Cicéron, de son côté, prenait l’exemple de l’orateur par excellence, Démosthène, car personne n’était plus tempéré que lui52. Afin d’illustrer tout l’art de la modération, il évoquait l’anecdote de Caius Gracchus qui parlait accompagné d’un flûtiste, placé tout près de lui et chargé de le rappeler d’une note lorsqu’il se laissait aller à forcer dans l’aigu ou dans le grave53. L’Anonyme latin considère également, même au ive siècle apr. J.-C., qu’en ce qui concerne les mouvements de la voix, il faut considérer « le juste milieu et la mesure comme ce qu’il y a de mieux54 » si bien que « ceux qui passent du grave à l’aigu sont [perçus] comme ayant un caractère lugubre et larmoyant55 ».

  • 56 Cicéron, De l’orateur, III, 57, 215-216. Quintilien, XI, 3, 45 ; XI, 3, 150 ; XI, 3, 161-173.
  • 57 Denys d’Halicarnasse, Les orateurs antiques, III, 13, 2.
  • 58 Quintilien, XI, 3, 61 : Iam enim tempus est dicendi quae sit apta pronuntiatio : quae certe ea est (...)

12La beauté d’un discours résidait également dans la capacité de l’orateur à s’adapter56 au sujet traité, au public à conquérir ou bien encore à la partie du discours abordée. Cette notion de convenance était connue sous le terme grec πρέπον et latin decorum. Ainsi, l’orateur devait avoir une sûreté de jugement lui permettant de discerner, dans chaque circonstance, le ton à adopter. C’est ce que reprochait un certain Philonicos à Isocrate qui imposait toujours à ses personnages les mêmes attitudes, dénuées de toute convenance57. Comme le résume avec concision Quintilien : « Il est maintenant temps de dire quelle est la forme d’action oratoire requise : c’est assurément celle qui est adaptée au sujet58. »

  • 59 Cicéron, De l’orateur, III, 61, 227 ; Brutus, 66, 233.
  • 60 Cicéron, L’orateur, 21, 69-70 ; 29, 100.
  • 61 Quintilien, XI, 3, 183 ; XI, 3, 43-44 ; Horace, Satire, III, 7-8.

13Toutefois, à des qualités telles que la tempérance et la convenance devait également s’ajouter la variété. Savoir jongler avec les différents tons, c’était surtout maintenir l’attention de ses auditeurs, tout en donnant de l’agrément à l’action, sans fatiguer mais en charmant les oreilles59. Il fallait donc être capable d’utiliser, avec la même maîtrise, chacun des trois tons60 en veillant toutefois à ne pas sauter trop souvent d’un ton à l’autre61.

  • 62 CicÉron, L’orateur, 18, 57-58 ; 51, 173 ; 55, 183-184 ; De l’orateur, III, 50, 196 ; Quintilien, X (...)
  • 63 Cicéron, De l’orateur, III, 10, 37.
  • 64 Cicéron, op. cit., III, 11, 40.
  • 65 Cicéron, op. cit., III, 14, 52 ; Brutus, 37, 140 ; 46, 171-172. Cicéron, De l’orateur, III, 12, 44
  • 66 Cicéron, op. cit., III, 13, 48 ; Brutus, 58, 210-211 ; 73, 259 ; 77, 267.
  • 67 Cicéron, De l’orateur, III, 11, 42 ; Brutus, 36, 137 ; 79, 273 ; Quintilien, XI, 3, 10-11.
  • 68 Par exemple : Cicéron, Brutus, 28, 108 ; 35, 135 ; 45, 166 ; 64, 228 ; 66, 233.

14Enfin, la voix de l’orateur devait être empreinte d’une certaine latinité, un cantus obscurior62, c’est-à-dire un chant assourdi qui, par un accent placé à la fin de chaque mot, procurait une légère ondulation mélodieuse. Il est cependant ardu de définir cette caractéristique à laquelle Cicéron attachait tant d’importance. En effet, parler un bon latin, c’était employer de belles tournures de phrase63, mais aussi régler sa prononciation, sa respiration et même le son de sa voix64. Même si certains intervenants étrangers le négligeaient, dicere latine était la condition sine qua non de tout orateur puisque tout citoyen romain se devait de savoir parler avec un subtil accent urbain65. Cette manière de s’exprimer était innée et ne dépendait pas des études accomplies ou d’une technique mais de la simple pratique car c’est de père en fils, à l’intérieur des foyers, et par la lecture des vieux auteurs, que se transmettait cette élégance de langage66. Outre la finesse, l’élégance et la pureté de cette voix, on pouvait également y déceler une teinte d’archaïsme, qualité recherchée (et bien souvent feinte) car elle rappelait l’époque des ancêtres67. Bref, le plus beau compliment dont on pouvait gratifier un orateur était de vanter sa manière de dicere latine68.

  • 69 Par exemple : Cicéron, op. cit., 9, 38 ; 12, 50 ; 15, 58 ; De l’orateur, III, 26, 103 ; Homère, A, (...)
  • 70 Par exemple : Cicéron, Brutus, 66, 235 ; 68, 241 ; Lettres à Atticus, IV, 15, 6 (Belles Lettres CX (...)
  • 71 Par exemple : Cicéron, Brutus, 70, 247 ; 88, 303 ; 66, 234 ; 27, 105 ; 92, 317 ; De l’orateur, I, (...)
  • 72 S’il ne fallait garder que quelques passages significatifs de l’idéal esthétique des orateurs, en (...)

15En définitive, la voix de l’orateur ne devait pas simplement être douce (suavis)69, ample (magna)70 et sonore (canora)71, trois qualités vocales qui se dégagent de nos lectures ; elle devait aussi répondre à des critères bien établis : mesure, convenance, variété et latinité. Bien sûr, il s’agit là de critères très vagues, théoriques et sans surprise, qui ne nous permettent pas d’imaginer les sonorités que pouvait entendre le public romain, et ce d’autant plus que les Anciens eux-mêmes peinaient à distinguer ce qui faisait le charme d’une voix72.

Flagrants défauts…

16Si la voix idéale n’était pas clairement définie par les orateurs mais résidait dans un savant mélange de qualités très abstraites, les textes sont par contre beaucoup plus loquaces au sujet de ce que la voix ne devait pas être.

  • 73 Quintilien, XI, 3, 57 ; Perse, Satires, 1, 63-64 ; Pline le Jeune, II, 14, 12-13 ; Pétrone, Le Sat (...)
  • 74 Quintilien, XI, 3, 60.
  • 75 Cicéron, L’orateur, 9, 28-29.
  • 76 Quintilien, V, 12, 21 ; XI, 3, 57-59.
  • 77 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, IV, 13.
  • 78 Cicéron, Des lois, II, 15, 38-39 ; Quintilien, I, 10, 31. Voir aussi Tacite, Dialogue des orateurs(...)
  • 79 Quintilien, I, 10, 33 ;Properce, II, 22, 15-16 ; Plutarque, Dialogue sur l’amour, 16 (759 b).
  • 80 Cicéron, L’orateur, 8, 27 ; Plutarque, Démosthène, 11, 3 ; Aulu-Gelle, op. cit., I, 5, 1. Sur le s (...)
  • 81 Quintilien, XII, 10, 12.
  • 82 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, I, 5, 2-3 ; Macrobe, Saturnales, III, 13, 4.

17Un monde de différences résidait entre ce que prônaient les spécialistes de la question oratoire et le goût du public car la mode asiatique se répandait, au tribunal comme dans les écoles et coïncidait avec ce que réclamait l’auditoire73. Les spécialistes condamnaient l’orateur qui, au lieu de discourir vigoureusement, s’adonnait à un langage mou et coulant, mélodies forcées et grossières, exact contraire de l’accent imperceptible et naturel qu’était le cantus obscurior74. Cette manie demeurait à l’opposé de l’exigence attique qui prônait une expression pleine de gravitas romaine75. D’une part, ces modulations rapprochaient l’orateur d’un vulgaire histrion, ou même d’un ivrogne ou d’un débauché et, d’autre part, ce chant était incapable d’émouvoir ou de persuader76. On pensait aussi que l’art était capable d’agir sur les sens77 et les airs asiatiques étaient renommés pour les excès qu’ils provoquaient dont, notamment, la dégénérescence des états grecs selon Cicéron et la perte de virilité des hommes pour Quintilien78. L’un des sujets de déclamation les plus répandus était d’ailleurs celui du hautboïste qui, ayant joué des airs phrygiens, était accusé de la mort d’un prêtre qui s’était suicidé lors d’une cérémonie79. Tout l’art de l’orateur consistait donc à allier subtilement à une voix qui se voulait douce une certaine virilité. La tâche n’était pas aisée puisque même les plus grands orateurs n’étaient pas à l’abri des critiques. Démosthène était critiqué comme étant efféminé, à la bouche souillée et trop molle80, tandis que Cicéron avait également essuyé quelques reproches portant sur ses manières trop asiatiques, redondantes et molles ne convenant pas à un homme81. Hortensius, l’un des grands rivaux de Cicéron, ne s’était-il pas fait traiter de femme à cause de son raffinement oratoire excessif et sa voix molle82 ?

  • 83 Cicéron, Brutus, 58, 211 ; De l’orateur, III, 12, 45.
  • 84 Cicéron, op. cit., III, 11, 41 ; Quintilien, XI, 3, 32.
  • 85 Quintilien, I, 8, 1-2 ; XI, 3, 19.
  • 86 Rhétorique à Hérennius, III, 22.
  • 87 Virgile, Enéide, 4, 667.
  • 88 Quintilien, I, 10, 31.
  • 89 Anonyme, Traité de physiognomonie : Qui acutam vocem cum siccitate promunt, versipelles ac subdoli (...)
  • 90 Anonyme, op. cit. : Qui in modum avium vocem intendunt, proni in venerem, inanes facilesque sunt.

18Pourquoi les voix trop suaves étaient-elles en disgrâce ? Cela résulte probablement de leur assimilation à des voix féminines. En effet, outre l’exemple de Cornélie, mère des Gracques, au langage si pur, et de Laelia et ses filles qui parlaient avec élégance, pureté et naturel83, rares sont les témoignages élogieux qu’ait laissé la littérature latine sur les voix de femmes jugées discordantes et malsaines84. Certes, un timbre obscurci aboutit à un meilleur rendement vocal et une voix grave revêt des connotations d’affirmation et de domination, mais le mépris que ressentaient les orateurs à l’égard des voix féminines découlait surtout du statut inférieur de la femme dans la société antique. Quintilien critiquait d’ailleurs ouvertement les voix de femmes, comme celles des eunuques et des malades, pour la seule et unique raison qu’elles n’étaient pas masculines85 alors que l’auteur de la Rhétorique à Hérennius considérait qu’elles manquaient de tenue et ne convenaient pas à la mâle dignité de l’orateur86. D’autre part, la hauteur excessive de leur voix n’était pas sans rappeler les ululements asiatiques87 qui dépassaient les seuils d’intensité que supporte la bienséance et la tempérance, mais aussi la musique de théâtre si efféminée88. Cette vision perdure jusqu’au ive siècle apr. J.-C. puisque l’Anonyme latin affirme que les voix aiguës et molles sont le signe d’un caractère efféminé et d’une tendance à la ruse et la fourberie89. Les voix haut perchées, comme celles des oiseaux, sont même révélatrices d’une certaine futilité, légèreté et attrait pour les choses de l’amour90.

Conclusion

  • 91 Cicéron, De l’orateur, III, 7, 25.
  • 92 Horace, Satire, I, 2, 1-4.
  • 93 Cicéron, Pour Archias, 8, 17 ; Macrobe, Saturnales, III, 14, 11-13.
  • 94 Tacite, Dialogue des orateurs, 26, 3.
  • 95 Sénèque, Lettres à Lucilius, XIX-XX, 114, 1-15.

19Nous semblons enfin être parvenus au point le plus important de l’exposé puisque Cicéron affirmait que ce qui avait le plus de poids dans un discours, c’était le dernier mot, celui qu’il fallait donc prononcer avec le plus grand soin91… En définitive, si la voix fait et révèle l’homme, comme nous l’avons démontré, l’estime que l’on a de celle-ci reflète bien plus encore les valeurs d’une société. Ainsi, l’évincement des voix decorae et temperatae des orateurs, dans le cœur du public, par les tons plus extravagants de la scène révèle un changement dans les mœurs dès le ier siècle av. J.-C. L’idéal antique de juste mesure commence à vaciller au moment où sont adulés des artistes connus pour leur voix haut perchée et efféminée tels que le chanteur Tigellius le Sarde92, favori de César, et l’acteur Roscius93, défendu par Cicéron. Au ier siècle apr. J.-C, Tacite94 et Sénèque95 ne pourront plus qu’assister à la démesure et la corruption de l’éloquence de leur temps.

20Accorder une telle importance à la voix et préférer la forme au fond, c’était une pratique d’une modernité déconcertante. C’était placer l’Homme au centre en lui donnant les moyens de mettre en valeur ses capacités propres tout en ayant compris que la voix est un élément au travers duquel une quantité d’informations non verbales sont transmises. C’était surtout prendre le temps de privilégier le beau plutôt que l’utile, c’était se donner le loisir de prendre des chemins détournés pour atteindre son but…

Notes

1 Rhétorique à Hérennius, III, 27 : Non sum nescius quantum susceperim negotii qui […] imitari scriptura conatus sim voces.

2 Aulu-Gelle (Nuits attiques, V, 15), Plutarque (Opinions des philosophes, IV, 19-20) et même Galien (De l’histoire de la philosophie, 27 = Kühn, XIX, 310-313) ont d’ailleurs procédé à une synthèse des différentes conceptions de la voix émanant des principaux courants philosophiques de l’époque.

3 Hippocrate, Des chairs, 18, 1 (Littré, VIII, 606-609) ; Lucrèce, De la nature, IV, 549-570 ; Cicéron, De la nature des dieux, II, 59 ; Tusculanes, I, 16, 37 ; Pline, Histoire naturelle, XI, 112, 266 ; Galien, Définitions médicales, 123 (= Kühn, XIX, 380-381).

4 Cicéron, De l’orateur, III, 15, 57 ; Iliade, IX, 438-443.

5 Iliade, I, 249 : « µέλιτος γλήκίων [...] αὐδή »

6 Plutarque, De l’éducation des enfants, 6, 3f - 4a.

7 Soranos, Maladie des femmes, II, 8 : « ‘Eλληνίδα δέ, χάριν τοῦ τῇ καλλίστῃ διαλέκτῳ ἐθισθῆναι τò τρεφóµενον ὑπ’ αὐτῆς »

8 Quintilien, I, 1, 4-5 : Ante omnia ne sit uitiosus sermo nutricibus […]. Has primum audiet puer, harum uerba effingere imitando conabitur. Et natura tenacissimi sumus eorum, quae rudibus animis percepimus […]. Non adsuescat ergo, ne dum infans quidem est, sermoni qui dediscendus sit.

9 Quintilien, XI, 3, 1 ; Ciceron, De l’invention, I, 7, 9.

10 Aristote, Rhétorique, III, 1403b26 – 1404a19.

11 Plutarque, Démosthène, 7, 5.

12 Quintilien, XI, 3, 6.

13 Cicéron, L’orateur, 17, 56 ; De l’orateur, III, 56, 213 ; Brutus, 38, 142 ; Longin, Art rhétorique, fragment 48, 378-382 ; Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs, 845b ; Philodème, Rhétorique I, p. 196, 3 (Sudhaus) ; Valère Maxime, VIII, 10.

14 Pseudo-Plutarque, op. cit., 848b.

15 Démosthène, Sur la couronne, 280 ; 308 ; 313 ; Sur les forfaitures de l’ambassade, 338-339.

16 Tacite, Dialogue des orateurs, 31.

17 Selon Denys d’Halicarnasse, l’absence d’actio prive les qualités d’un discours de toute utilité (Démosthène, V, 53, 1 et 3) tandis qu’Apulée considérait que la voix est plus apte à charmer les esprits que les oreilles (Florides, XVII, 13-14).

18 Cicéron, Brutus, 29, 110.

19 Cicéron, op. cit., 38, 142 : Nulla res magis penetrat in animos eosque fingit format flectit, talesque oratores videri facit, quales ipsi se videri volunt.

20 Cicéron, De l’orateur, III, 56, 213 ; L’orateur, 17, 56.

21 Cicéron, Brutus, 66, 234-235.

22 Quintilien, XI, 3, 2.

23 Rhétorique à Hérennius, III, 19.

24 Cicéron, L’orateur, 18, 60 ; De l’orateur, I, 59, 251.

25 Cicéron, De l’orateur, III, 60, 224 : Ad actionis autem usum atque laudem maximam sine dubio partem vox obtinet […].

26 Cicéron, Brutus, 75, 261.

27 Cicéron, op. cit., 68, 239.

28 Cicéron, De l’orateur, III, 56, 214.

29 Pline, Histoire naturelle, XI, 112, 271 : Vox in homine magnam voltus habet partem. Adgnoscimus ea prius quam cernamus non aliter quam oculis, totidemque sunt hae, quot in rerum natura mortales, et sua cuique sicut facies.

30 Achille Tatios, Leucippé et Clitophon, 2, 8, 2.

31 Quintilien, XI, 3, 9.

32 Plutarque, Vie de Démosthène, 11, 2, 850 e-f.

33 Cicéron, op. cit., III, 57, 216.

34 Cicéron, Brutus, 31, 117.

35 Cicéron, op. cit., 80, 277.

36 Anonyme, Traité de Physiognomonie, 78. Éd. de André J. (Belles-Lettres, 1981, p. 110-112) et traduction de Biville Fr. (« Ce que révèle la voix : analyse de quelques voix romaines transmises par la littérature latine », Bollettino di studi latini, 26, 1996, p. 63-64).

37 Cicéron, L’orateur, 17, 55.

38 Quintilien, XI, 3, 61-62.

39 Quintilien, XI, 3, 154.

40 Cicéron, De l’orateur, III, 58, 217-219 ; Quintilien, XI, 3, 63-65.

41 Aristote, Rhétorique, III, 1408b 4-11.

42 Aristote, op. cit., III, 1414a 14-17.

43 Cicéron, op. cit., III, 8, 30.

44 Quintilien, XI, 3, 175-176.

45 Cicéron, L’orateur, 2, 7.

46 Quintilien, XI, 3, 52 ; XI, 3, 184 ; Cicéron, op. cit., 28, 99.

47 Quintilien, XI, 3, 161-162 ; XI, 3, 41.

48 Cicéron, De l’orateur, III, 25, 98.

49 Plutarque, Cicéron, 5, 6 (863c).

50 Quintilien, XI, 3, 181 : Regnare maxime modum.

51 Quintilien, XI, 3, 43 : Nam prima est observatio recte pronuntiandi aequalitas […].

52 Cicéron, L’orateur, 7, 23.

53 Cicéron, De l’orateur, III, 60, 225. Voir aussi Quintilien, I, 10, 27-28 ; Plutarque, Du contrôle de la colère, 6, 456a ; Tiberius Gracchus, 2, 6, 825b ; Aulu-Gelle, Nuits attiques, I, 11, 10-16 ; Valère Maxime, VIII, 10, 1.

54 Anonyme, Traité de physiognomonie : […] medietatem ac temperamentum optimum […].

55 Anonyme, op. cit. : Qui incipinut a gravi voce et in acutam desinunt, faciles ad fletum ac lugubri animo sunt.

56 Cicéron, De l’orateur, III, 57, 215-216. Quintilien, XI, 3, 45 ; XI, 3, 150 ; XI, 3, 161-173.

57 Denys d’Halicarnasse, Les orateurs antiques, III, 13, 2.

58 Quintilien, XI, 3, 61 : Iam enim tempus est dicendi quae sit apta pronuntiatio : quae certe ea est quae iis de quibus dicimus accommodatur.

59 Cicéron, De l’orateur, III, 61, 227 ; Brutus, 66, 233.

60 Cicéron, L’orateur, 21, 69-70 ; 29, 100.

61 Quintilien, XI, 3, 183 ; XI, 3, 43-44 ; Horace, Satire, III, 7-8.

62 CicÉron, L’orateur, 18, 57-58 ; 51, 173 ; 55, 183-184 ; De l’orateur, III, 50, 196 ; Quintilien, XI, 3, 60 ; XI, 3, 172. Voir aussi Baudot A., Musiciens romains de l’Antiquité, Paris, Klincksieck, Presses de l’université de Montréal, 1973, p. 91-92 ; Dupont F., L’acteur-roi ou le théâtre dans la Rome antique, Paris, Belles Lettres, 1985, p. 200.

63 Cicéron, De l’orateur, III, 10, 37.

64 Cicéron, op. cit., III, 11, 40.

65 Cicéron, op. cit., III, 14, 52 ; Brutus, 37, 140 ; 46, 171-172. Cicéron, De l’orateur, III, 12, 44.

66 Cicéron, op. cit., III, 13, 48 ; Brutus, 58, 210-211 ; 73, 259 ; 77, 267.

67 Cicéron, De l’orateur, III, 11, 42 ; Brutus, 36, 137 ; 79, 273 ; Quintilien, XI, 3, 10-11.

68 Par exemple : Cicéron, Brutus, 28, 108 ; 35, 135 ; 45, 166 ; 64, 228 ; 66, 233.

69 Par exemple : Cicéron, op. cit., 9, 38 ; 12, 50 ; 15, 58 ; De l’orateur, III, 26, 103 ; Homère, A, 249 ; Quintilien, XI, 3, 16 ; Galien, Sur les causes des symptômes, I (= Kühn, VII, 121).

70 Par exemple : Cicéron, Brutus, 66, 235 ; 68, 241 ; Lettres à Atticus, IV, 15, 6 (Belles Lettres CXLII).

71 Par exemple : Cicéron, Brutus, 70, 247 ; 88, 303 ; 66, 234 ; 27, 105 ; 92, 317 ; De l’orateur, I, 34, 157.

72 S’il ne fallait garder que quelques passages significatifs de l’idéal esthétique des orateurs, en voici deux : Quintilien, XI, 3, 30-31 ; XI, 3, 40.

73 Quintilien, XI, 3, 57 ; Perse, Satires, 1, 63-64 ; Pline le Jeune, II, 14, 12-13 ; Pétrone, Le Satiricon, 44, 9.

74 Quintilien, XI, 3, 60.

75 Cicéron, L’orateur, 9, 28-29.

76 Quintilien, V, 12, 21 ; XI, 3, 57-59.

77 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, IV, 13.

78 Cicéron, Des lois, II, 15, 38-39 ; Quintilien, I, 10, 31. Voir aussi Tacite, Dialogue des orateurs, 26, 3 ; Sénèque, Lettres à Lucilius, XIX-XX, 114, 1-15 ; Quintilien, VIII, 3, 56 ; X, 1, 129 ; Lucien, Le maître de Rhétorique, 12, 13 (Iacobitz, III).

79 Quintilien, I, 10, 33 ;Properce, II, 22, 15-16 ; Plutarque, Dialogue sur l’amour, 16 (759 b).

80 Cicéron, L’orateur, 8, 27 ; Plutarque, Démosthène, 11, 3 ; Aulu-Gelle, op. cit., I, 5, 1. Sur le surnom Batalos donné par Eschine à Démosthène, voir notamment : Eschine, Contre Timarque, 126, 131, 164 ; Démosthène, Sur la couronne, 180 ; Plutarque, Démosthène, 4, 5-8 ; ainsi que Hérodote, Histoires, IV, 155

81 Quintilien, XII, 10, 12.

82 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, I, 5, 2-3 ; Macrobe, Saturnales, III, 13, 4.

83 Cicéron, Brutus, 58, 211 ; De l’orateur, III, 12, 45.

84 Cicéron, op. cit., III, 11, 41 ; Quintilien, XI, 3, 32.

85 Quintilien, I, 8, 1-2 ; XI, 3, 19.

86 Rhétorique à Hérennius, III, 22.

87 Virgile, Enéide, 4, 667.

88 Quintilien, I, 10, 31.

89 Anonyme, Traité de physiognomonie : Qui acutam vocem cum siccitate promunt, versipelles ac subdoli sunt. Qui acutam et mollem habent vocem eff eminati sunt.

90 Anonyme, op. cit. : Qui in modum avium vocem intendunt, proni in venerem, inanes facilesque sunt.

91 Cicéron, De l’orateur, III, 7, 25.

92 Horace, Satire, I, 2, 1-4.

93 Cicéron, Pour Archias, 8, 17 ; Macrobe, Saturnales, III, 14, 11-13.

94 Tacite, Dialogue des orateurs, 26, 3.

95 Sénèque, Lettres à Lucilius, XIX-XX, 114, 1-15.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540