Version classiqueVersion mobile

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Deuxième partie. Images de la vieillesse

Petite vieille ou noble dame : portraits de femmes âgées sous l’Empire romain

Michel Fuchs

Texte intégral

  • 1 Rebetez S., « Les deux mosaïques figurées et le laraire de Vallon (Fribourg, Suisse) », Antike Wel (...)
  • 2 Flutsch L., Niffeler U. et Rossi F. (dir.), La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, V, É (...)
  • 3 Bianchi Bandinelli R., Rome, Le centre du pouvoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 95-99, fig. 111 ; An (...)

1La découverte de la mosaïque dite de Bacchus et d’Ariane dans l’établissement romain de Vallon (Fribourg) à proximité d’Avenches, fut l’occasion de s’interroger sur trois portraits en médaillons en alternance avec trois masques de théâtre1. Ils entourent une scène dans laquelle un satyre soulève le vêtement d’une Ariane devenue ménade à son réveil sur l’île de Naxos (fig. 1). Vers le fond de la pièce, la tête d’une femme d’âge mûr coiffée selon la mode antonine des années 140-150 voisine celle d’une jeune femme adoptant les mèches de l’impératrice Faustine la Jeune entre 160 et 170 apr. J.-C. À l’entrée de la salle, directement après le seuil, au centre (fig. 2), une troisième tête leur fait pendant, d’abord interprétée comme celle d’un homme qui serait coiffé à la manière trajane, dans le sens de la tête de jeune homme en bronze de Prilly (VD) conservée à Berne2. L’étude attentive du portrait fribourgeois amène à y voir non pas un homme, mais bien une femme coiffée avec une raie centrale et un mouvement de mèches qui n’est pas sans faire penser à un portrait fameux de Rome, une dame âgée aux mèches caractéristiques (fig. 3)3. Ce n’est pas seulement la forme de la coiffure qu’il faut considérer, mais aussi les couleurs adoptées, entre le violet et le blanc, et les rides profondément marquées sur le visage représenté : cernes au double rang de tesselles, ailes du nez soulignées, bouche aux commissures accentuées, menton et joues creusées.

  • 4 Fuchs M., « Place aux dieux ! La chapelle domestique de Vallon sous l’Empire romain », AZ, Balade (...)

2Le commanditaire n’a donc pas voulu illustrer le maître de maison, le pater familias, sa femme et sa fille dans une pièce à l’aménagement particulier : celle-ci a reçu des armoires sur les côtés, sans doute surmontées de bibliothèques, une petite table ronde et une banquette en sigma, la chapelle domestique4. C’est le cycle des ans, par la lignée des femmes, la grand-mère occupant une place prééminente, à l’entrée de la pièce. Un tel choix invite à s’interroger sur la position de la femme âgée dans le monde romain du iie siècle apr. J.-C., et plus particulièrement sur l’iconographie qui lui est accordée.

Figure 1 : Vallon (FR), salle de la petite mosaïque. In situ. Pavement dit de Bacchus et d’Ariane, troisième quart du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Rebetez S., op. cit., fig. 11.

Figure 1 : Vallon (FR), salle de la petite mosaïque. In situ. Pavement dit de Bacchus et d’Ariane, troisième quart du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Rebetez S., op. cit., fig. 11.
  • 5 Brandt H., Wird auch silbern mein Haar. Eine Geschichte des Alters in der Antike, München, Beck C. (...)
  • 6 Parkin T. G., op. cit., p. 81-84, 89.

3La question a été abordée dans des études récentes, du moins à travers les textes et en partie à travers l’iconographie que l’on en connaît5. Chacun s’accorde à relever que son statut et la perception que l’on en a sont loin d’être glorieux dans la société grecque et romaine, sous la République puis sous l’Empire. Dans la littérature antique d’ailleurs, l’aspect physique de la vieillesse, que ce soit celle des hommes ou des femmes, est surtout critiqué, par Cicéron autant que par Juvénal ; les vieux sont traités sur un mode stéréotypé, en insistant sur les infirmités dues à l’âge, laissant de côté l’aspect social6.

  • 7 Brandt H., op. cit., p. 135 ; Cokayne K., Experiencing Old Age in Ancient Rome, London, New York, (...)
  • 8 Aux paragraphes 133-154 du livre IV de son Onomastikon, Julius Pollux dénombre 76 masques liés à l (...)

4La représentation de la femme âgée dans la comédie stigmatise ce lourd héritage : que ce soit chez Ménandre ou chez Plaute, pour ne citer qu’eux, elle est laide, bavarde, ivrogne, courtisane sur le retour, maquerelle, sorcière, entremetteuse, servante, nourrice, mauvaise épouse7. Si l’on en croit le catalogue des masques de Julius Pollux8, rhéteur et grammairien sous Commode, trois masques comiques féminins représentent une vieille femme, la mince dite la louve, la grosse et la gardienne de la maison ou la servante, décrite comme mince et pointue :

  • 9 Soukaras Y et Loisy R., op. cit., p. 106.

« 28. La vieille femme mince dite la louve est assez grande avec des rides fines et nombreuses. Elle est blanche, un peu pâle et elle regarde de travers.
29. La vieille femme grosse a de larges rides à cause de son embonpoint et elle porte une cordelette autour de ses cheveux.
30. La vieille femme gardienne de la maison a le nez camus et elle a deux dents sur chaque mâchoire9. »

  • 10 Magicienne : De Caro S. (dir.), Il Museo Archeologico Nazionale di Napoli, Napoli, Electa Napoli, (...)

5Ces masques correspondent à autant de types familiers du public romain. Le masque de la vieille femme grosse se trouve même illustré sur une mosaïque trouvée dans la Maison dite de Cicéron à Pompéi et signée par Dioscoride de Samos ; certains ont voulu y voir une scène de consultation de magicienne, mais c’est bien plutôt une scène de dîneuses à laquelle on a droit, en compagnie de la vieille buveuse tenant fermement son canthare, scène probablement tirée d’une pièce du même nom de Ménandre, les Synaristosai10.

  • 11 Pour la vieille servante et l’ivrogne : Brandt H., op. cit., fig. 35, 39, 40, 76 ; Cokayne K., op.(...)

6L’imagerie ne s’est d’ailleurs pas privée de reproduire le motif canonique de la vieille dès l’époque hellénistique, de la servante au retour du marché avec son cabas à l’ivrogne accrochée à son flacon, la proverbiale anus ebria11. La revêche, la vieille sorcière radoteuse, qui va raconter l’histoire d’Amour et de Psyché dans les Métamorphoses d’Apulée, a droit à un portrait qui résume parfaitement les caractéristiques de ce type de femme âgée (IV, 25-27) : en colère, le visage sévère, elle jure en parlant à la jeune fille prisonnière des brigands, la menace de la brûler vive, se fait appeler « petite mère » (mi parens) puis, après l’avoir entendue, devient diseuse de bonne aventure en interprétant ses rêves, lui propose enfin de lui changer les idées en lui racontant des histoires de bonnes femmes ; commence alors le conte d’Amour et de Psyché.

Figure 2 : Tête de la vieille dame de la petite mosaïque de Vallon. In situ. Photo Service archéologique de l’État de Fribourg.

Figure 2 : Tête de la vieille dame de la petite mosaïque de Vallon. In situ. Photo Service archéologique de l’État de Fribourg.

7Si la vision caricaturale de la vieille est celle qui a le plus de succès dans les groupes sculptés ou peints et dans la littérature, Pollux mentionne tout de même quatre masques tragiques de vieilles femmes dans son Onomastikon, la vieille à la longue chevelure tombante et blanche, la femme libre et deux sortes de servantes :

  • 12 Soukaras Y et Loisy R., op. cit., p. 104.

« 18. La vieille femme à la longue chevelure blanche et tombante dépasse toutes les autres en âge et dignité. La chevelure est blanche, l’onkos moyen et elle est un peu pâle. Autrefois, on disait d’elle qu’elle avait les cheveux mal teints.
19. La femme libre, un peu mûre, est assez blonde, de corpulence moyenne, elle a un petit onkos et elle est poilue aux aisselles, ce qui est un signe de malheur.
20. Celle qui est un peu mûre et fait des travaux de ménage domestiques porte une coiffure en peau de mouton au lieu de l’onkos et ses chairs sont molles.
21. Celle qui fait des travaux ménagers a les cheveux tonsurés, un onkos réduit ; elle est blanche, presque blême, ses cheveux sont partiellement blancs12. »

Figure 3 : Tête de femme âgée conservée au Vatican, dépôt du Museo Laterano, fin du ier siècle ou début du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Bianchi Bandinelli R., op. cit., fig. 111.

Figure 3 : Tête de femme âgée conservée au Vatican, dépôt du Museo Laterano, fin du ier siècle ou début du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Bianchi Bandinelli R., op. cit., fig. 111.

8Une recherche attentive devrait permettre de sérier les tableaux et les masques tragiques se rapportant à ces descriptions. Contentons-nous pour l’instant de souligner que celles-ci reflètent le côté typé que vont prendre les portraits sous l’Empire, se calquant sur le modèle du portrait impérial, instrument du pouvoir. Quomodo fabula sic vita disait très justement Sénèque en parlant du théâtre qu’est la vie (Lettres à Lucilius, 77, 19).

  • 13 Voir Croz J.-F., Les portraits sculptés de Romains en Grèce et en Italie de Cynoscéphales à Actium (...)

9Dès la République, ce qui différencie le portrait romain du portrait grec, c’est la recherche de l’individualité, l’affirmation d’une identité, marquée par un refus d’estomper les effets du vieillissement en accentuant la pérennité d’une fonction ou d’une vertu ; les marques caractéristiques de l’âge sont affichées13. La recherche du kalos gerôn n’est pas primordiale.

  • 14 Voelke-Viscardi G., op. cit., p. 82, 86-87 : le temps des origines rustiques est un âge d’or pour (...)

10L’art du portrait à Rome s’enracine dans une conscience beaucoup plus restrictive de l’individualité, dans le sens où il ne cherche pas à situer l’individu par rapport à des valeurs, mais par rapport à d’autres individus. L’individu est défini par rapport à ses actes et non par son excellence. À cela s’ajoute bien sûr le sérieux de bon aloi, la gravitas et l’austeritas. La fin de la République voit la promotion du portrait en concomitance avec la montée des individualismes, le tout représenté sous des formes connues et codifiées, suivant le principe de l’individuum, de l’indivisible, et du typus, de la figure porteuse d’un caractère. La volonté de vérisme des homines novi va dès lors chercher à se rapprocher du modèle idéal du vieux Romain aux vertus campagnardes14. Si ce discours vaut pour les hommes, en est-il de même pour les femmes ?

  • 15 Voir par ex. Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., Le monde des Césars. Portraits romains, Genève, He (...)

11Plusieurs portraits de femmes âgées nous sont parvenus. Cependant, très peu d’entre eux nous procurent l’âge des personnes représentées par l’intermédiaire d’une inscription. C’est l’analyse du visage lui-même qui la plupart du temps fournit les indications nécessaires pour le reconnaître. Coiffure et vêtements ne montreront par ailleurs aucun signe typique de l’âge, excepté, peut-être, la coupe de cheveux de la femme âgée de Vallon et du Musée grégorien du Latran (fig. 2-3). La consultation des catalogues de portraits et de sculptures fait de son côté clairement apparaître que la représentation de la vieillesse vaut autant pour les hommes que pour les femmes au temps de la République et que cette tradition se poursuit au moins jusque sous Tibère sinon même au début du règne de Claude15. Cela ne signifie pas que le portrait de personnes âgées disparaît par la suite, mais il est atténué ou plutôt idéalisé ; les traits sont moins marqués qu’ils ne le sont encore sous les empereurs julio-claudiens (fig. 4).

  • 16 Bossert M., Die Rundskulpturen von Aventicum, Bern, Stämpfli, 1983, p. 28-29, pl. 23.

12C’est de l’époque tibérienne que date le buste d’une femme âgée trouvé à Avenches, dans l’insula 10, un quartier proche du forum ayant livré les traces d’une activité d’atelier de tailleurs de pierre ; le traitement local, sensible autant dans la facture de la sculpture que par le port d’un torque, signe de l’aristocratie celtique, suit le réalisme de tradition républicaine dans le rendu de la bouche et des yeux reflétant l’âge avancé de la dame (fig. 5)16.

  • 17 Matheson S. B., op. cit., p. 131, fig. 8, 6-7.

13L’histoire des portraits de femmes libres et d’affranchies s’avère malgré tout moins complexe que celle des effigies d’impératrices et autres femmes de la famille impériale. Voyons le cas de Livie morte en 29 apr. J.-C. à 86 ans. Elle a donc atteint un âge tout à fait respectable pour l’Antiquité. Toutefois, aucun auteur ne nous parle de son apparence physique sinon pour souligner qu’Auguste était fasciné par sa beauté ; Tacite, sous Trajan, rappelant la mort de Livie, parle uniquement de son grand âge (aetate extrema), mais ne dit rien de son apparence (Annales, 5, 1). Un portrait de l’impératrice des années 20 av. J.-C. a été utilisé pour un groupe sculpté érigé après la mort d’Auguste en 14 apr. J.-C. : l’impératrice a plus de 60 ans, mais son apparence reste celle d’une jeune femme. Un seul portrait conservé à Barcelone et provenant d’Ampurias, montre les traits d’une Livie âgée, probablement œuvre d’un artiste local à partir du type IV de ses portraits officiels, lancé lorsqu’elle avait une quarantaine d’années, entre 20 et 10 av. J.-C. (fig. 6)17.

  • 18 Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., p. 254-255 ; Valeri C., « Le portrait de Plotine à Ge (...)

14La tradition des portraits idéalisés d’impératrices va se poursuivre jusqu’à la fin de l’Empire, à quelques exceptions près, dont celle significative de Plotine, l’épouse de Trajan. Née entre 62 et 72 apr. J.-C., elle meurt en 121-122 apr. J.-C. ; elle avait donc autour de 60 ans. En 112 apr. J.-C., une série monétaire la montre marquée par l’âge en compagnie de Vesta, manifestant par la présence de la déesse la pureté de sa vie familiale. Les portraits qui ont suivi cette période visent un certain réalisme, qui fait d’elle une matrone, non pas vieille, mais portant noblement le poids des ans ; un portrait de Genève en a gardé le reflet tout en idéalisant les traits d’une Plotine divinisée sous Hadrien18.

  • 19 Varner E. R., « Domitia Longina and the Politics of Portraiture », AJA, 99, 1995, p. 187-206 ; Dal (...)
  • 20 Matheson S. B., op. cit., p. 132.

15Un autre cas rare de portrait d’impératrice âgée est à signaler, c’est celui de Domitia Longina, l’épouse de Domitien, qui va vivre jusque sous le principat d’Hadrien. Le type III de ses portraits, créé après la mort du fils de Vespasien, montre d’indéniables signes de vieillesse : rides du nez et des lèvres, cernes sous les yeux, sous la très reconnaissable coiffure montée de la famille impériale flavienne. Toutes les copies de cette version du portrait de Domitia datent de l’époque de Trajan. On a expliqué cet attachement de Trajan à Domitia par le fait que l’assassinat de Domitien lui avait valu l’accession au pouvoir19. Une autre interprétation veut que ce fut ainsi le moyen de la montrer toujours en faveur à la cour impériale, malgré la damnatio memoriae de son époux qui conduit, rappelons-le, à la suppression de tous les portraits existants du condamné, aussi bien en public qu’en privé20. Si les deux propositions sont à retenir, elles ne rendent à notre avis pas complètement compte de ce qui transparaît de la volonté de Trajan et des officines impériales sous son règne.

Figure 4 : Matrone âgée de la fin de la République. Marbre de Carrare. Tête de la fin du ier siècle av. J.-C. conservée à Genève, Musée d’art et d’histoire. Tiré de Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., pl. 7.

Figure 4 : Matrone âgée de la fin de la République. Marbre de Carrare. Tête de la fin du ier siècle av. J.-C. conservée à Genève, Musée d’art et d’histoire. Tiré de Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., pl. 7.

Figure 5 : Statuette de vieille dame au torque. Calcaire jaune. Tête d’époque tibérienne trouvée dans l’insula 10 d’Avenches, conservée au Musée romain d’Avenches. Tiré de Bossert M., op. cit., pl. 23.

Figure 5 : Statuette de vieille dame au torque. Calcaire jaune. Tête d’époque tibérienne trouvée dans l’insula 10 d’Avenches, conservée au Musée romain d’Avenches. Tiré de Bossert M., op. cit., pl. 23.

Figure 6 : Portrait de Livie provenant d’Ampurias et conservé au Musée archéologique de Barcelone. Tiré de Matheson S. B., op. cit., fig. 8.6.

Figure 6 : Portrait de Livie provenant d’Ampurias et conservé au Musée archéologique de Barcelone. Tiré de Matheson S. B., op. cit., fig. 8.6.
  • 21 Lahusen G., Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom : literarische und epigraphische Zeugnisse, Rom, (...)
  • 22 Padgett J. M. (dir.), op. cit., fig. p. 35, n° 8, fig. p. 41, n° 9 ; Winkes R., op. cit., fig. 22  (...)
  • 23 Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 130-131, cat. n° 53.
  • 24 Boschung D, von Hesberg H. et Linfert A., Die antiken Skulpturen in Chatsworth sowie in Dunham Mas (...)

16Dans l’art du portrait, il est deux tendances connues du règne de Trajan qu’il est bon de relever ici : on y assiste tout d’abord à un retour marqué vers le traitement sans concession du visage sur le mode républicain, laissant apparentes les marques du temps ; par ailleurs, les portraits de Trajan vont être souvent imités, jusqu’au plus flagrant des exemples donné par l’empereur Constantin21. La réapparition de portraits fortement individualisés s’accompagne bien sûr de représentations de femmes âgées, de la statue en pied d’une femme riche en marbre du Pentélique dans la collection de l’Université de Princeton à celle d’une autre dame de Pouzzoles conservée à Boston, d’un buste en bronze de Chiavenna à la coiffe en résille typique de l’époque trajane, sans doute réalisé à partir d’un masque funéraire, au portrait d’une femme âgée traité en hermès tardivement et arborant la coiffure en toupet caractéristique de Plotine22. Conservé à Bâle, le buste d’une dame âgée, enveloppée d’une tunique et d’un manteau à la manière républicaine, donne la noble vision et la beauté d’un portrait se rapprochant de celui de Matidia, la mère de Sabine, l’épouse d’Hadrien (fig. 7)23. Dans son rendu vériste encore sous influence trajane, la figure doit dater des environs de 120 apr. J.-C., précédant le buste d’une dame âgée d’époque trajane sculpté à la fin du règne d’Hadrien ; là, les traits ne sont plus aussi marqués qu’au début du iie siècle, s’adoucissent et adoptent les principes mis en place par l’empereur philhellène24.

17Le phénomène de la renaissance républicaine de la fin du ier siècle et surtout sous le règne de Trajan est bien connu. La romanité qui s’en dégage est déjà suggérée par un Pline l’Ancien lorsqu’il dit son regret de voir disparaître les traits individualisés tels que les faisaient les artistes d’autrefois, à l’époque où les portraits étaient parfaitement ressemblants et parvenaient ainsi à se transmettre à travers les âges (Histoire Naturelle, 35, 4). Réapparu avec Vespasien, mais surtout évident sous Nerva et encore plus sous Trajan, tous deux proches du Sénat, ce conseil des anciens, des senes, le phénomène rend à nouveau honneur, du point de vue féminin, à la mère, à la grand-mère, à la matrone. Du côté masculin, Trajan fait un pas de plus en voulant mettre sous contrôle impérial le sénat et les statues honorifiques des hauts personnages. Il n’est pas sans intérêt de noter que c’est précisément au début du iie siècle que Tacite rappelle dans ses Annales (III, 76, 1-4) une pompa funebris exemplaire : dans son testament, Junie, la nièce fortunée de Caton, sœur de Brutus, avait inscrit presque tous les grands noms de Rome en oubliant celui de l’empereur ; « Tibère n’en prit pas ombrage et n’empêcha pas de la louer du haut des rostres, ni de rehausser l’éclat de ses funérailles par les honneurs accoutumés. En tête, on porta les images de vingt familles illustres : les Manlius, les Quinctius, et d’autres noms d’une égale noblesse y parurent. » Sous la République, Salluste (Guerre de Jugurtha, 85) souligne le fait que Marius n’avait pas d’imagines maiorum, signe qu’il était un homo novus ; Cicéron (Loi agraire, 2, 1, 1) va jusqu’à dire qu’un homo novus qui n’a pas d’imagines maiorum peut être gêné dans sa carrière par manque de recommandations et de garanties de capacités. Après la dynastie des Flaviens, les préoccupations des homines novi n’ont plus cours. Il était nécessaire de se distancier d’une telle vision et Trajan, tel que le reflète le texte de Tacite, prime l’inscription de la personne dans une lignée, dans une succession de générations, avec la volonté de montrer l’ancienneté de la famille.

Figure 7 : Buste de vieille dame conservé à Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig, vers 120 apr. J.-C. Tiré de Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 130.

Figure 7 : Buste de vieille dame conservé à Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig, vers 120 apr. J.-C. Tiré de Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 130.
  • 25 Bianchi Bandinelli R., op. cit., p. 100-101, fig. 109.
  • 26 « Griechenland : Kein graues Haar », Antike Welt, 38, 1, 2007, p. 4.

18L’épouse de l’empereur va dès lors porter haut les vertus de la famille. Pline le Jeune n’hésite pas à qualifier Plotine de sanctissima femina (Lettres, 9, 28, 1). Dans son Panégyrique de Trajan (3, 5), Pline met en avant le statut d’épouse du pontifex maximus que remplit Plotine ; c’est son véritable rôle public. Elle est la figure même de la piété, ce sentiment très romain de reconnaissance et d’accomplissement des devoirs envers les dieux, la patrie, les parents. L’impératrice représente la matrone romaine par excellence ; elle est la garante, la représentante de la pietas. La coiffure stricte tout en étant élevée qui la définit en est la meilleure illustration. C’est certainement sous une telle influence qu’il faut lire l’un des portraits peints de femme âgée du Fayoum (fig. 8), sur lequel les années ont certes laissé leur marque, mais où priment l’ovale du visage, la gravité des traits et les lignes ordonnées de la coiffure25. On notera la chevelure noire de la dame, ce qui n’est pas sans faire penser aux analyses récentes démontrant l’usage dans l’Antiquité grecque et romaine d’une pâte utilisée pour retrouver momentanément la couleur originale des cheveux, un mélange d’oxyde de plomb, de cristaux de chaux et de sulfure de plomb, sorte de succédané de mélanine naturelle26.

  • 27 Gasparri C., Le pitture della Caupona del Pavone (Monumenti della pittura antica scoperti in Itali (...)
  • 28 Baharal D., Victory of Propaganda, The Dynastic Aspect of the Imperial Propaganda of the Severi : (...)
  • 29 Arias P. E., « Anna Perenna », LIMC I, 1, 1981, p. 794-795.

19Les portraits marqués par la vieillesse, sans idéalisation aucune, auront tendance à disparaître dès la fin du règne d’Hadrien. Une dame aux cheveux blancs apparaît toutefois dans un contexte sévérien à Ostie, dans l’Auberge du Paon, pièce IX. S’agirait-il du portrait de la propriétaire ou d’un membre âgé de la famille ? L’étude attentive de la peinture incite à répondre par la négative27. Au registre inférieur d’une paroi décorée de panneaux juxtaposés, une femme figure au centre de la composition, regard dirigé vers l’entrée de la pièce. Sa coiffure est élaborée à la manière de Faustine la Jeune reprise par Julia Domna28 et, fait remarquable, elle est de teinte blanchâtre. Elle tient des deux mains ce que nous proposons d’interpréter comme une conque : rougeâtre, mise en évidence, elle renvoie à la concha Sidonidis d’Ovide (Métamorphoses, X, 267) ou au Sidonium Ostrum d’Horace (Epîtres, I, 10, 26), à la pourpre de Sidon, le vieux port de la province de Syrie. C’est de Sidon que viennent Didon et Anna sa sœur. Comme nous l’apprend Ovide (Fastes, III, 523-696), Anna Perenna est fêtée le 15 mars pour l’an nouveau, dans un bois sacré près du Tibre, avec force beuveries et chants obscènes. Arrivée en costume tyrien dans le Latium, la Sidonienne Anna, sœur de Didon, est reçue par Énée ; elle doit fuir son palais à la suite des menaces de Lavinia son épouse, puis est recueillie dans les eaux du fleuve Numicius et réapparaît aux gens qui la cherchaient en nymphe Anna Perenna29. Une statue la représentait à Rome en gentille petite vieille, elle qui a su mystifier le dieu Mars. La dame aux cheveux blancs du petit salon de l’Auberge du Paon d’Ostie, qui dirige son regard vers la salle de réception voisine où sera érigé un comptoir à boissons, est vraisemblablement l’évocation d’Anna Perenna et de sa fête au bord du Tibre, non le portrait réaliste de la petite mère de la maisonnée.

Figure 8 : Portrait de femme âgée du Fayoum sur bois peint à l’encaustique, Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlungen, 120-140 apr. J.-C. Tiré de Bianchi Bandinelli R., op. cit., fig. 109.

Figure 8 : Portrait de femme âgée du Fayoum sur bois peint à l’encaustique, Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlungen, 120-140 apr. J.-C. Tiré de Bianchi Bandinelli R., op. cit., fig. 109.
  • 30 Scholl A., Die antiken Skulpturen in Farnborough Hall sowie in Althorp House, Blenheim Palace, Lym (...)
  • 31 Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., p. 200-203, pl. 45 ; les auteurs ne retiennent pas l’ (...)
  • 32 Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 194-195.
  • 33 Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 239.

20Des figures individualisées de vieilles dames refont surface vers le milieu du iiie siècle, en même temps qu’une nouvelle vague de vérisme dans l’art du portrait. Si les marques de la vieillesse sont affichées sur un portrait de matrone que l’on rapprochera fortement de la tête de Marcia Otacilia Severa, l’épouse de Philippe l’Arabe30, elles sont clairement identifiables sur un autre portrait conservé à Genève, peut-être celui d’Herennia Cupressenia Etruscilla, femme de Trajan Dèce, empereur entre 249 et 250 apr. J.-C. (fig. 9)31 ; se référant directement à Trajan, l’empereur-soldat avait la volonté de restaurer l’unité morale de l’Empire autour de la religion traditionnelle. Son vœu l’a sans doute conduit à donner à son épouse un rôle identique à celui que tenait Plotine, investie de la pietas, qui est comme inscrite dans une chevelure stricte, mais de son temps. Dans le même mouvement, il faut encore signaler le portrait d’une dame âgée qui rappelle les portraits sévériens mais dont le bas de la coiffure et les marques de vieillesse incitent à le dater entre 250 et 260 apr. J.-C. ; il pourrait s’agir d’Egnatia Mariniana, épouse de Valérien, empereur entre 253 et 257 apr. J.-C.32. Une étude poussée mériterait d’être menée autour des portraits féminins de la fin du iiie siècle et de l’Antiquité tardive. Un portrait de femme âgée du Fayoum, provenant d’er-Rubayat, incite à voir le retour à une expression individuelle, à la marque sans détour de la vieillesse dans la première moitié du ive siècle33 : la dame exhibe une coiffure semée de cheveux blancs, aux contours qui respectent le canon lancé par Hélène, la mère de Constantin, ou Fausta, son épouse ; la vieillesse s’affiche à nouveau dans un contexte de retour aux valeurs fondatrices de Rome, de faveurs données aux sénateurs.

  • 34 Matheson S. B., op. cit., p. 134-135.

21En conclusion, il convient de souligner à quel point les portraits de femmes, et plus particulièrement de femmes âgées, incarnent les vertus de la matrone romaine, piété avant tout, mais aussi fidélité et chasteté34. Sur une inscription funéraire (CIL, VIII, 7384), une grand-mère, morte à 81 ans, est nommée innocens, castissima, praestans, rarissima ; elle est qualifiée par ses petits-enfants, neveux et nièces, comme celle qui procure les plus doux soins, conservatrix dulcissima. Sur une deuxième inscription (CIL, VI, 1478), une autre grand-mère est qualifiée d’avia carissima educatrix dulcissima.

22À l’importance donnée à la femme âgée comme épouse et mère sur les reliefs funéraires d’affranchis en particulier – source du plus grand nombre de portraits féminins à côté des effigies impériales et seul moment souvent où les femmes de cette position sociale acquéraient une aura publique par la facture même de leur portrait –, il faut ajouter la dimension apportée par le modèle des impératrices, qui sont non seulement mères mais assurent la continuité de la dynastie.

Figure 9 : Portrait de femme âgée, marbre conservé à Genève (MAH), milieu du iiie siècle apr. J.-C. Tiré de Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., pl. 45.

Figure 9 : Portrait de femme âgée, marbre conservé à Genève (MAH), milieu du iiie siècle apr. J.-C. Tiré de Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., pl. 45.
  • 35 Kockel V., Porträtreliefs stadtrömischer Grabbauten, Ein Beitrag zur Geschichte und zum Verständni (...)

23C’est précisément cette valeur de la famille qui est magnifiée dans la salle du laraire de Vallon (fig. 1) ou encore sur le relief Mattei conservé au Musée national romain de Rome (fig. 10)35 : à l’origine composé de cinq personnages – manque un homme sur la droite –, il montre une succession de femmes qui adoptent chacune les traits et la coiffure de leur temps. Plus fortement que les hommes, les femmes disent les âges de la vie, la succession des générations, le soin apporté aux Lares de la maison, dans le respect du mos maiorum. Montrant leur statut dans la société, les vieilles dames sont enfin ivres de la gravitas et de la nobilitas de la matrone idéale.

Figure 10 : Relief Mattei conservé à Rome, Museo Nazionale Romano : composé de cinq figures à l’origine, il présente trois figures féminines avec coiffure tardo-flavienne, trajane puis antonine (au centre), deuxième quart du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Brandt H., op. cit., fig. 75.

Figure 10 : Relief Mattei conservé à Rome, Museo Nazionale Romano : composé de cinq figures à l’origine, il présente trois figures féminines avec coiffure tardo-flavienne, trajane puis antonine (au centre), deuxième quart du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Brandt H., op. cit., fig. 75.

Notes

1 Rebetez S., « Les deux mosaïques figurées et le laraire de Vallon (Fribourg, Suisse) », Antike Welt, 23, 1992, p. 3-29 ; Fuchs M., Vallon. Musée et mosaïques romaines, Fribourg, Musée romain de Vallon, 2000, p. 29-30 ; Fuchs M., « La mosaïque dite de Bacchus et d’Ariane à Vallon », La mosaïque grécoromaine VIII, Actes du VIIIe Colloque international pour l’étude de la mosaïque antique et médiévale, Lausanne, 6-11 octobre 1997 (CAR 85-86), Paunier D. et Schmidt C. (dir.), Lausanne, Cahiers d’archéologie romande, 2001, p. 190-204.

2 Flutsch L., Niffeler U. et Rossi F. (dir.), La Suisse du Paléolithique à l’aube du Moyen Âge, V, Époque romaine, Bâle, Société suisse de préhistoire et d’archéologie, 2002, p. 256, fig. 300, 3.

3 Bianchi Bandinelli R., Rome, Le centre du pouvoir, Paris, Gallimard, 1969, p. 95-99, fig. 111 ; Andreae B., L’art de l’ancienne Rome, Paris, Lucien Mazenod, 1973, fig. 399.

4 Fuchs M., « Place aux dieux ! La chapelle domestique de Vallon sous l’Empire romain », A>Z, Balade archéologique en terre fribourgeoise, Fribourg, Service archéologique de l’État de Fribourg, 2005, p. 182-189.

5 Brandt H., Wird auch silbern mein Haar. Eine Geschichte des Alters in der Antike, München, Beck C. H., 2002, en part. p. 176-208 (« Poesie, Philosophie und Kunst : Bilder vom Alter und von Alten ») ; Fejfer J., « Ancestral aspects of the Roman honorary statue », Images of Ancestors, Munk Højte J. (dir.), Aarhus-Aarhus University Press, 2002, p. 247-256 ; Flower H. I., « Were women ever ‘Ancestors’ in Republican Rome ? », Munk Højte J., op. cit., p. 159-184 ; Laes Ch., « À la recherche de la vieillesse dans l’Antiquité gréco-romaine », L’Antiquité Classique, 74, 2005, p. 243-255 ; Laurence R., « Gender, age, and identity : the female life course at Pompeii », Age and Ageing in the Roman Empire (JRA, Suppl. 65), Harlow M. et Laurence R. (dir.), Portsmouth, Journal of Roman Archaeology, 2007, p. 95-110 ; Matheson S. B., « The Elder Claudia, Older women in Roman art », I Claudia II, Women in Roman Art and Society, Kleiner D. E. E. et Matheson S. B. (dir.), Austin, University of Texas Press, 2000, p. 125138 ; Parkin T. G., Old Age in the Roman World. A Cultural and Social History, Baltimore, London, The Johns Hopkins University Press, 2003, en part. p. 57-89 (« Old age and the Romans : images and attitudes ») ; Voelke-Viscardi G., « L’image des Anciens dans l’Histoire Naturelle de Pline et la peinture de portraits au ier siècle apr. J.-C. », Nova studia Latina Lausanniensia : de Rome à nos jours, Mudry P. et Thévenaz O. (dir.), Lausanne, Études de Lettres, 2004, p. 79-92. Voir aussi Brommer F., « Zu den römischen Ahnenbildern », Römische Porträts, von Heintze H. (dir.), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1974, p. 336-348 (= MDAI[R] 60-61, 1953-1954, p. 163-171) ; Mattioli U. (dir.), Senectus, La vecchiaia nel mondo classico, II, Roma, Bologna, Pàtron, 1995 ; Suder W., Geras, Old Age in Greco-Roman Antiquity, A Classified Bibliography, Wroclaw, Profil, 1991.

6 Parkin T. G., op. cit., p. 81-84, 89.

7 Brandt H., op. cit., p. 135 ; Cokayne K., Experiencing Old Age in Ancient Rome, London, New York, Routledge, 2003, p. 134-152 (« Abuse of old women »).

8 Aux paragraphes 133-154 du livre IV de son Onomastikon, Julius Pollux dénombre 76 masques liés à la tragédie, à la satire et à la comédie : Soukaras Y. et Loisy R., « Catalogue des masques de théâtre d’après Julius Pollux (Onomastikon, livre IV, paragraphes 133-154) », Le goût du théâtre à Rome et en Gaule romaine Catalogue d’exposition, Landes Ch. (dir.), Lattes, Imago/Musée archéologique de Lattes, 1989, p. 103-108.

9 Soukaras Y et Loisy R., op. cit., p. 106.

10 Magicienne : De Caro S. (dir.), Il Museo Archeologico Nazionale di Napoli, Napoli, Electa Napoli, 1994, p. 141 ; Varone A., Pompéi, Paris, Pierre Terrail, 1995, p. 182-183. Dîneuse (en dernier lieu) : Dunbabin K. M. D., Mosaics of the Greek and Roman World, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 44-46, fig. 44.

11 Pour la vieille servante et l’ivrogne : Brandt H., op. cit., fig. 35, 39, 40, 76 ; Cokayne K., op. cit., p. 148149, pl. 13 ; Spiteris T., Art de Chypre des origines à l’époque romaine, Paris, Cercle d’art, 1970, p. 203 ; la statue bien connue de la femme âgée tenant poulet et corbeille au Metropolitan Museum de New York est interprétée comme une participante d’un culte en l’honneur de Dionysos, en route pour son sanctuaire, par Amedick R., « Unwürdige Greisinnen », MDAI (R), 102, 1995, p. 141-170, en part. p. 153-154.

12 Soukaras Y et Loisy R., op. cit., p. 104.

13 Voir Croz J.-F., Les portraits sculptés de Romains en Grèce et en Italie de Cynoscéphales à Actium (197-31 av. J.-C.), Essai sur les perspectives idéologiques de l’art du portrait, Paris, Budapest, Torino, L’Harmattan, 2002.

14 Voelke-Viscardi G., op. cit., p. 82, 86-87 : le temps des origines rustiques est un âge d’or pour Pline l’Ancien.

15 Voir par ex. Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., Le monde des Césars. Portraits romains, Genève, Hellas et Roma, 1982, pl. 7-8 ; Jucker H. et Willers D. (dir.), Gesichter. Griechische und römische Bildnisse aus Schweizer Besitz, Ausstellung im Bernischen Historischen Museum vom 6 November 1982 bis 6 Februar 1983, Bern, Archäologisches Seminar der Universität Bern, 19833 ; Padgett J. M. (dir.), Roman Sculpture in the Art Museum Princeton University, Princeton, Art Museum Princeton University, 2001 ; Poulsen V., Les portraits romains I-II, Copenhague, Glyptothèque Ny Carlsberg, 1973-1974, en part. I, n° 76, 80, 98, 102.

16 Bossert M., Die Rundskulpturen von Aventicum, Bern, Stämpfli, 1983, p. 28-29, pl. 23.

17 Matheson S. B., op. cit., p. 131, fig. 8, 6-7.

18 Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., p. 254-255 ; Valeri C., « Le portrait de Plotine à Genève et la décoration statuaire des Thermes de la Porta Marina », Ostia, port et porte de la Rome antique, Descoeudres J.-P. (dir.), Genève, Musées d’art et d’histoire, Georg, 2001, p. 303-307, 427, en part. 306, fig. 8.

19 Varner E. R., « Domitia Longina and the Politics of Portraiture », AJA, 99, 1995, p. 187-206 ; Daltrop G., Hausmann U. et Wegner M., Die Flavier. Vespasian, Titus, Doimitian, Nerva, Julia Titi, Domitilla, Domitia, Berlin, Gebr. Mann, 1966, en part. p. 124, pl. 56-57 (tête de Domitia des années 90 et tête de Domitia du Musée des Thermes à Rome, provenant des environs de Terracina, du début de la période trajane).

20 Matheson S. B., op. cit., p. 132.

21 Lahusen G., Untersuchungen zur Ehrenstatue in Rom : literarische und epigraphische Zeugnisse, Rom, Bretschneider G., 1983 ; Hanfmann G. M. A., « Observations on Roman portraiture », Latomus, 11, 1952, p. 203 s. ; Winkes R., « Physiognomonia : Probleme der Charakterinterpretation römischer Portraits », ANRW I, 4, 1973, p. 899-926.

22 Padgett J. M. (dir.), op. cit., fig. p. 35, n° 8, fig. p. 41, n° 9 ; Winkes R., op. cit., fig. 22 ; Fejfer J. et Southworth E., The Ince Blundell Collection of Classical Sculpture, I, The Portraits, London, Her Majesty’s Stationery Office, 1991, cat. n° 3, pl. 5.

23 Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 130-131, cat. n° 53.

24 Boschung D, von Hesberg H. et Linfert A., Die antiken Skulpturen in Chatsworth sowie in Dunham Massey und Withington Hall, Mainz, von Zabern Ph., 1997, p. 62, cat. n° 55, pl. 53.

25 Bianchi Bandinelli R., op. cit., p. 100-101, fig. 109.

26 « Griechenland : Kein graues Haar », Antike Welt, 38, 1, 2007, p. 4.

27 Gasparri C., Le pitture della Caupona del Pavone (Monumenti della pittura antica scoperti in Italia III, Ostia IV), Roma, Libreria dello Stato, 1970, p. 22-25, pl. X ; Fuchs M., La Maison de l’Amour et des Saisons. Construction et décor d’un quartier d’Avenches : l’insula 10 et la peinture murale d’époque sévérienne, thèse déposée à l’université de Lausanne, Lausanne, 2003, p. 665-669.

28 Baharal D., Victory of Propaganda, The Dynastic Aspect of the Imperial Propaganda of the Severi : the Literary and Archaeological Evidence AD 193-235 (BAR International Series 657), Oxford, British Archaeological Reports, 1996, p. 31.

29 Arias P. E., « Anna Perenna », LIMC I, 1, 1981, p. 794-795.

30 Scholl A., Die antiken Skulpturen in Farnborough Hall sowie in Althorp House, Blenheim Palace, Lyme Park und Penrice Castle, Mainz, Ph. von Zabern, 1995, pl. 55-56.

31 Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., p. 200-203, pl. 45 ; les auteurs ne retiennent pas l’identification avec l’épouse de Dèce.

32 Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 194-195.

33 Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 239.

34 Matheson S. B., op. cit., p. 134-135.

35 Kockel V., Porträtreliefs stadtrömischer Grabbauten, Ein Beitrag zur Geschichte und zum Verständnis des spätrepublikanisch-frühkaiserzeitlichen Privatporträts, Mainz, von Zabern Ph., 1993, p. 209 s., pl. 123.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Vallon (FR), salle de la petite mosaïque. In situ. Pavement dit de Bacchus et d’Ariane, troisième quart du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Rebetez S., op. cit., fig. 11.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 2 : Tête de la vieille dame de la petite mosaïque de Vallon. In situ. Photo Service archéologique de l’État de Fribourg.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-2.png
Fichier image/png, 3,1M
Titre Figure 3 : Tête de femme âgée conservée au Vatican, dépôt du Museo Laterano, fin du ier siècle ou début du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Bianchi Bandinelli R., op. cit., fig. 111.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Titre Figure 4 : Matrone âgée de la fin de la République. Marbre de Carrare. Tête de la fin du ier siècle av. J.-C. conservée à Genève, Musée d’art et d’histoire. Tiré de Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., pl. 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-4.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Figure 5 : Statuette de vieille dame au torque. Calcaire jaune. Tête d’époque tibérienne trouvée dans l’insula 10 d’Avenches, conservée au Musée romain d’Avenches. Tiré de Bossert M., op. cit., pl. 23.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-5.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Figure 6 : Portrait de Livie provenant d’Ampurias et conservé au Musée archéologique de Barcelone. Tiré de Matheson S. B., op. cit., fig. 8.6.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 7 : Buste de vieille dame conservé à Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig, vers 120 apr. J.-C. Tiré de Jucker H. et Willers D. (dir.), op. cit., p. 130.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-7.png
Fichier image/png, 3,0M
Titre Figure 8 : Portrait de femme âgée du Fayoum sur bois peint à l’encaustique, Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlungen, 120-140 apr. J.-C. Tiré de Bianchi Bandinelli R., op. cit., fig. 109.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-8.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Figure 9 : Portrait de femme âgée, marbre conservé à Genève (MAH), milieu du iiie siècle apr. J.-C. Tiré de Chamay J., Frel J. et Maier J.-L., op. cit., pl. 45.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-9.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 10 : Relief Mattei conservé à Rome, Museo Nazionale Romano : composé de cinq figures à l’origine, il présente trois figures féminines avec coiffure tardo-flavienne, trajane puis antonine (au centre), deuxième quart du iie siècle apr. J.-C. Tiré de Brandt H., op. cit., fig. 75.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5422/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search