Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Deuxième partie. Images de la vieillesse

Vieillards et vieilles femmes en Grèce archaïque : de la calvitie et des rides

Patrizia Birchler Emery

Texte intégral

  • 1 Birchler Emery P., L’iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque, thèse de doctorat, universi (...)

1Une étude récente sur l’iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque m’a permis de mettre en évidence les signes utilisés par les imagiers pour représenter le grand âge1. Cet article en livre les principaux résultats.

2Dans ce travail, l’accent n’a pas été mis sur l’image ou la vision de la vieillesse à l’époque archaïque : il ne traite ni des aspects sociaux, comme la place des vieillards dans la société grecque, ni des aspects démographiques ou médicaux (longévité, espérance de vie…), mais s’attache à reconnaître les caractéristiques physiques – ou traits caractérisants – qui définissent le grand âge sur les images, en dégageant leur évolution, leurs combinaisons et leur application à certains types de personnages.

  • 2 Tous les supports d’images ont été pris en considération pour l’étude : vases, pinakes, reliefs en (...)

3Le cadre chronologique de cette étude iconographique, limitée à l’époque archaïque grecque, s’est imposé au cours de la recherche pour des questions matérielles : le grand nombre de représentations pour cette période et les problèmes qu’elles soulevaient constituent un sujet assez vaste pour laisser les images ultérieures de vieillards temporairement de côté2.

4La constitution du corpus d’image a posé d’emblée un problème de méthode : fallait-il se baser sur les textes pour constituer une liste de critères objectifs permettant de reconnaître un vieillard sur une image ? Ou fallait-il au contraire se baser uniquement sur les images, sans avoir recours aux sources écrites, pour tenter d’avoir une approche essentiellement iconographique ? Il faut avouer qu’il est difficile de suivre exclusivement l’une ou l’autre voie. C’est par la combinaison de diverses procédures qu’a été constitué un premier corpus aussi large que possible, incluant toutes les scènes où paraissent des personnages décrits comme vieux dans les textes, ainsi que les représentations de Géras, personnification du grand âge, pour reconnaître les traits caractérisant la vieillesse. Grâce à une étude iconographique poussée, un ensemble de traits pertinents ont été identifiés, ce qui a permis de réduire sensiblement le corpus en procédant par élimination.

5Les traits sélectionnés à travers ces diverses procédures n’ont pas tous le même degré de caractérisation. Certains n’apparaissent que combinés avec d’autres, ou présentent une valeur limitée : leur fonction comme trait caractérisant n’est pas absolue et peut dépendre du contexte ou du support de l’image. Ces traits, au nombre de cinq, peuvent être classés de la manière suivante par ordre de fréquence :

  1. blancheur des cheveux et/ou de la barbe (fig. 1) ;
  2. calvitie (fig. 2) ;
  3. rides (fig. 3) ;
  4. dos voûté + bâton (fig. 4) ;
  5. autres caractéristiques physiques, comme l’émaciation ou l’embonpoint (fig. 5).
  • 3 Si ces deux traits sont utilisés aussi souvent l’un que l’autre dans les images (ils sont d’ailleu (...)
  • 4 Blancheur des cheveux/barbe : 544 exemples ; calvitie : 560 ; rides : 23 ; dos voûté et canne : 21 (...)
  • 5 Les Silènes, Centaures et nains représentés chauves ne sont pas caractérisés comme des vieillards, (...)

6Les deux traits les plus utilisés sont la blancheur des cheveux et la calvitie (toujours sur le haut du front, jamais complète)3. Les trois autres traits, rides, dos voûté et émaciation/embonpoint, sont bien moins fréquents4. Si l’on regarde par contre le degré de caractérisation de ces traits, le tableau change : c’est le dos voûté qui l’emporte, car il peut être utilisé seul pour signifier le grand âge et sur n’importe quel support ; vient ensuite la blancheur des cheveux/barbe, qui caractérise aussi la vieillesse de façon absolue, mais qui ne peut être utilisée sur tous les médias. Les traits c (rides) et e (émaciation/embonpoint) ne signifient le grand âge que lorsqu’ils sont combinés avec d’autres traits. La calvitie a, quant à elle, un très fort degré de caractérisation, mais pas pour tous les personnages qui l’arborent5.

7L’étude du corpus a permis de classer les représentations en quatre groupes : monde divin, monde épique, « vie quotidienne » calquée sur le modèle épique, et vie quotidienne. Les vieillards les plus nombreux se trouvent dans le troisième groupe, « vie quotidienne » calquée sur le modèle épique : il s’agit en majorité de représentations de vieux pères assistant à un départ de guerrier. Le deuxième groupe de vieillards plus important se trouve dans le monde épique (vieux rois, pédagogues, hérauts), tandis que les vieillards divins sont peu nombreux (les dieux, en effet étaient non seulement immortels, mais n’étaient pas soumis au vieillissement) et les vieillards « profanes » encore moins (on retrouve de vieux pères assistant aux funérailles d’un enfant, mais aussi des artisans et des vieux comastes).

8Au-delà des ces catégorisations, l’étude de l’iconographie de la vieillesse pose aussi des questions qui n’ont pas toutes trouvé de réponses. Par exemple, quels éléments influencèrent le choix et l’évolution des traits caractérisants ? Ces traits connaissent-ils des variations selon le contexte iconographique ou le cadre chronologique ? Pourquoi les représentations de vieillesse apparaissent-elles en Grèce à la fin du viie siècle av. J.-C. ? Dans quel contexte pouvait-on voir ces images de vieillards ?

9Nous nous attarderons ici sur la première de ces questions, celle du choix des traits caractérisants. En effet, bien que d’apparence triviale – on pourrait en effet être tenté d’y répondre en disant que les artisans se sont inspirés simplement de la réalité –, elle est d’une grande importance dans la compréhension de l’iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque : on ne le répétera jamais assez, les images qui nous sont parvenues de l’Antiquité grecque ne sont pas des illustrations réalistes de la vie quotidienne, mais nous transmettent un système de pensée cohérent. Leurs éléments constitutifs, comme le choix des détails, sont autant d’indices qui nous permettent de le saisir. Nous nous limiterons au cas de la calvitie et des rides qui constituent les exemples les plus intéressants et les plus parlants.

  • 6 Voir par exemple Schweitzer B., « Studien zur Entstehung des Porträts bei den Griechen », Leipzig, (...)

10Si la prédominance de la calvitie sur des supports d’images tels que les reliefs, les statuettes en bronze ou encore les intailles se comprend aisément, il n’en va pas de même des représentations sur vases ou des reliefs et statuettes en terre cuite. En effet, l’usage de la couleur pouvait permettre de se passer de la calvitie pour caractériser le grand âge, or, ce que l’on observe, c’est que dans la majorité des représentations, les deux traits sont utilisés en combinaison (dans environ 80 % des cas). Ce phénomène a été expliqué surtout par la signification de la calvitie, qui aurait servi à mettre en évidence la connotation négative de la vieillesse : une explication qui ne convainc pas vraiment dans le cas des représentations de Nestor ou de Nérée, par exemple, deux personnages dont la vieillesse est preuve de connaissance et de sagesse6.

  • 7 Nérée : fragments d’amphorisque attique à figures noires (Boston, Museum of Fine Arts 88.827 ; Rea (...)

11Les premières images de vieillards mettent en scène Nérée, des rois, des pédagogues et un artisan, tous chauves7. Le point commun de tous ces personnages est leur appartenance à une génération antérieure : Nérée n’appartient pas à la génération « moderne » des dieux olympiens, mais à celle plus ancienne, les rois Oïnée (l’identification est hypothétique, mais peu importe, puisque c’est sa fonction qui nous intéresse ici) et Eurytos sont juxtaposés à un jeune héros, Héraklès, projetant ou réussissant le rapt de leurs filles, les pédagogues dans la tradition grecque appartiennent toujours à la génération précédant celle de leurs pupilles, puisqu’ils sont chargés de leur transmettre et de perpétuer les traditions et le savoir des générations antérieures, et l’artisan travaille aux côtés d’une apprentie. Dans ce dernier cas, on verrait mal la raison, pour un tel artisan, de se représenter sur un objet votif en se ridiculisant par l’utilisation de la calvitie : l’interprétation de ce trait caractérisant comme marque d’un rapport de génération impliquant la détention d’un savoir technique et d’une maîtrise de son art est l’explication la plus convaincante à ce jour.

  • 8 Falkner T., The Poetics of Old Age in Greek Epic, Lyric, and Tragedy, Norman, University of Oklaho (...)

12L’interprétation de la calvitie comme marque d’un rapport de génération est corroborée par la mise en évidence, dans les textes épiques, d’une organisation de la société par générations8. À la guerre comme aux travaux des champs, le schéma reste le même : les hommes sont divisés en trois groupes, les « pas encore productifs », les « productifs » et les « plus productifs » ; dans la classe des « productifs », on distingue deux sous-groupes : les plus jeunes, pleins de force mais pauvres en expérience, qu’il est nécessaire de guider, et les plus vieux, plus expérimentés, qui se chargent de ce travail de pilotage.

  • 9 Vidal-Naquet P., Le chasseur noir, Paris, Maspero, 1981, p. 155, 158, 164 ; Burkert W., Greek Reli (...)
  • 10 La réalité cependant était différente : on ne perdait pas ses droits civiques du fait de l’âge ; m (...)

13Mais cette interprétation de la calvitie comme marque de l’appartenance à une génération plus ancienne n’est pas en soi une explication quant au choix de ce trait (plutôt que la blancheur des cheveux, par exemple). Les images elles-mêmes, ainsi que les indications nombreuses sur la coupure rituelle des cheveux accomplie par les jeunes entrant dans l’âge adulte, semblent montrer qu’il s’agit d’une sorte de « jeu d’image », établissant un rapport symétrique entre le passage de l’âge pré-adulte (cheveux longs) à l’âge adulte (cheveux coupés à l’arrière de la tête) et l’âge « post-adulte » (cheveux tombés à l’avant de la tête)9. La perte des cheveux sur le haut du crâne semble former comme un pendant, dans l’imaginaire des artisans, à la coupure rituelle des cheveux des jeunes. Ce rite marquait le passage du jeune homme dans la vie publique, avec toutes les activités corollaires liées au statut de citoyen, comme par exemple le service militaire. Le jeu d’image montre que la calvitie était perçue comme l’indication de la sortie, en quelque sorte, de cette vie active et publique10.

  • 11 On évitera de faire ici une liste des références, trop nombreuses, à ce thème, pour ne citer que l (...)

14À cette première interprétation, assez simpliste, comme jeu d’image, de l’iconographe, se superpose celle plus complexe de l’anthropologue : qui dit poils (ou cheveux), dit sexualité11. Le jeune homme qui coupe sa chevelure accède non seulement à un nouveau statut social, mais aussi à un nouveau statut sexuel, en l’occurrence celui du mâle actif et dominant. Si l’on suit le même raisonnement symétrique que plus haut, on comprend que la calvitie marque la fin de ce rôle et le passage à un statut sexuel différent. La calvitie dit non seulement l’appartenance à une génération antérieure, mais également le statut socio-sexuel des vieillards, en exprimant par la perte du pouvoir sexuel également la perte de leur autorité dans la cité.

  • 12 Des 653 vieillards listés dans le catalogue de l’ouvrage cité en note 1, seuls 23 montrent des rid (...)
  • 13 Archiloque fr. 188 (West M. L., Delectus ex iambis et elegis Graecis, Oxford, Clarendon Press, 198 (...)
  • 14 Les autres traits caractérisant la vieillesse féminine étant la chevelure blanche et le dos voûté (...)

15Dans ce contexte, un autre signe marquant l’âge joue un rôle important pour l’interprétation de la signification de la calvitie : la présence de rides. Un élément frappant est qu’à l’époque archaïque, les rides masculines n’apparaissent que sur le haut du front chauve. De plus, ce trait n’est que peu utilisé pour des vieillards, tandis qu’il caractérise presque toutes les femmes âgées représentées à l’époque archaïque (fig. 6)12. Chez ces dernières, elles sont situées, sur le cou, au-dessus du « col » du vêtement, ainsi que sur le ventre dans le cas d’hétaires représentées nues : gorge et ventre, deux parties du corps féminin évoquant la procréation et très connotées sexuellement. On les trouve aussi, mais beaucoup plus rarement, sur le visage. Dans le cas des femmes, la connotation sexuelle des rides est même évoquée dans la littérature archaïque13 : les rides marquent un assèchement de la peau et, pour les femmes évoquées dans les fragments poétiques, cet assèchement, cette maturité trop rapide, est due à la débauche masculine. Un excès de sexualité provoquerait donc un vieillissement accéléré. Que ce processus soit lent ou rapide, le résultat dans l’imagerie est le même : la vieillesse s’exprime chez les femmes, entre autres, par l’assèchement de ses fonctions sexuelles14.

16Si le lien entre les rides féminines et le rôle primordial de la femme, l’enfantement et l’allaitement, est évident du fait de l’emplacement même des marques, on a de la peine, dans un premier temps à faire un lien entre les rides masculines et une quelconque fonction sexuelle, mais le système iconographique étant cohérent, ce lien devait exister dans l’esprit des imagiers.

  • 15 Aristote, Histoire des animaux, III, 11, 518a29-30, IX, 50, 631a30-31, repris par Pline, Histoire (...)
  • 16 Aristote, Problèmes, IV, 18 et 31 ; De la génération des animaux, IV, 5, 774 a-b.
  • 17 Aristote, Histoire des animaux, VII, 1, 582a23 sq. et De la génération des animaux, V, 3-4, 783a-b (...)
  • 18 Aristote, De la génération des animaux, V, 4, 784a30-34.
  • 19 Bonnard J.-B., Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, Publ (...)

17À ce stade de l’exposé, il devient difficile de résister à la tentation d’évoquer les théories médicales antiques, que ce soit celles du Corpus hippocratique ou celles d’Aristote. En effet, plusieurs des idées concernant la vieillesse véhiculées par les images archaïques, se retrouvent dans ces écrits plus récents. Celle qui est exprimée le plus souvent est le rapport entre la pilosité et la sexualité : Aristote, et plus tard Pline, constatent que les eunuques ne deviennent jamais chauves ou qu’on n’observe pas de chute de cheveux avant l’établissement des fonctions sexuelles15. Aristote évoque encore la lascivité des hommes velus dans ses Problèmes et la Génération des animaux, tout en esquissant une théorie liant l’abondance et la perte de pilosité à l’abondance ou la déperdition d’humidité et de chaleur16. La vieillesse serait ainsi due à la perte de l’humidité et de la chaleur contenues dans le corps et la cause de la calvitie serait cette sécheresse, les cheveux comme les feuilles des plantes nécessitant une certaine humidité pour se développer17. Outre la perte des cheveux, la sécheresse provoquerait aussi un manque de semence18. Or, pour certains Présocratiques, la semence masculine provenait du cerveau. C’est Alcméon de Crotone, actif à la fin du vie siècle et proche du pythagorisme, qui l’aurait affirmé en premier, sinon Pythagore lui-même19. Cette théorie, plus proche chronologiquement des représentations archaïques de vieillards, a le mérite d’éclairer le lien entre les rides masculines et la sexualité, sur lequel nous nous interrogions plus haut : les rides sur la gorge et le ventre marquent l’assèchement des fonctions sexuelles et reproductives des femmes âgées, les rides sur le haut de la tête marquent l’assèchement des fonctions sexuelles et reproductives masculines. Pour les femmes, cette perte marque leur passage vers un statut social marginal dans la cité : cela est attesté à plus d’une reprise dans les textes. Pour les hommes, le tableau est plus ambigu : une lecture inspirée par M. Foucault nous porterait à interpréter effectivement cette perte de pouvoir sexuel comme une perte de pouvoir social et politique, qui semble évoquée d’ailleurs dans les images ; de plus, les représentations de vieillards apparaissent à un moment où la société grecque se transforme, d’une société pré-littéraire, où la mémoire et sa transmission est primordiale et où les vieillards ont un rôle important à jouer, à une société littéraire, qui se dote de lois et d’une nouvelle organisation et où justement, la transmission du savoir se fait par d’autres canaux. Mais l’existence même de ces images, ainsi que le soin apporté aux nombreuses représentations de vieillards montre que ces derniers n’étaient pas aussi marginalisés dans la cité grecque que les vieilles femmes.

Figure 1 : Comaste, rhyton attique à figures rouges (ARV 229,53), env. 500 av. J.-C., Paris, Petit Palais 367. D’après Hoffmann H.,
Attic Red-Figured Rhyta, Mainz, P. von Zabern, 1962, pl. I, 3.

Figure 1 : Comaste, rhyton attique à figures rouges (ARV 229,53), env. 500 av. J.-C., Paris, Petit Palais 367. D’après Hoffmann H.,Attic Red-Figured Rhyta, Mainz, P. von Zabern, 1962, pl. I, 3.

Figure 2 : Mort de Priam, relief en bronze sur brassard de bouclier, 550 av. J.-C., Musée d’Olympie B 1975. D’après Kunze E., Archaische Schildbänder,
Olympische Forschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, pl. 31, X c.

Figure 2 : Mort de Priam, relief en bronze sur brassard de bouclier, 550 av. J.-C., Musée d’Olympie B 1975. D’après Kunze E., Archaische Schildbänder,Olympische Forschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, pl. 31, X c.

Figure 3 : Priam, cratère attique à figures noires (ABV 76,1, Vase François), env. 570 av. J.-C., Florence, Musée archéologique national 4209. D’après Cristofani M. (dir.), Materiali per servire alla storia del Vaso François, Bollettino d’arte,
Serie speciale 1, Roma, Istituto poligrafico e Zecca dello stato, 1981, fig. 77.

Figure 3 : Priam, cratère attique à figures noires (ABV 76,1, Vase François), env. 570 av. J.-C., Florence, Musée archéologique national 4209. D’après Cristofani M. (dir.), Materiali per servire alla storia del Vaso François, Bollettino d’arte,Serie speciale 1, Roma, Istituto poligrafico e Zecca dello stato, 1981, fig. 77.

Figure 4 : Rançon d’Hector, relief en bronze sur brassard de bouclier, 525-500 av. J.C., Musée d’Olympie B 968. D’après Kunze E., Archaische Schildbänder, Olympische
Forschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, pl. 45, XVII d.

Figure 4 : Rançon d’Hector, relief en bronze sur brassard de bouclier, 525-500 av. J.C., Musée d’Olympie B 968. D’après Kunze E., Archaische Schildbänder, OlympischeForschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, pl. 45, XVII d.

Figure 5 : Marchand, péliké attique à figures rouges, env. 510 av. J.-C., Florence, Musée archéologique national 72732. D’après Esposito A. M. et De Tommaso G., Vasi attici, Museo archeologico nazionale di Firenze, Antiquarium, Firenze, Roma, Ed. Il Ponte, 1993, 45, n° 57.

Figure 5 : Marchand, péliké attique à figures rouges, env. 510 av. J.-C., Florence, Musée archéologique national 72732. D’après Esposito A. M. et De Tommaso G., Vasi attici, Museo archeologico nazionale di Firenze, Antiquarium, Firenze, Roma, Ed. Il Ponte, 1993, 45, n° 57.

Figure 6 : Hétaire, lécythe attique à figures rouges (ARV 1620,12 bis), 510-500 av. J.-C., Londres, British Museum 1922.10-18.1. D’après Peschel I., Die Hetäre bei Symposion und Komos in der attisch- rotfigurigen Malerei des 6.-4. Jhs. v. Chr., Frankfurt am Main, Bern (etc.), P. Lang, 1987, fig. 148.

Figure 6 : Hétaire, lécythe attique à figures rouges (ARV 1620,12 bis), 510-500 av. J.-C., Londres, British Museum 1922.10-18.1. D’après Peschel I., Die Hetäre bei Symposion und Komos in der attisch- rotfigurigen Malerei des 6.-4. Jhs. v. Chr., Frankfurt am Main, Bern (etc.), P. Lang, 1987, fig. 148.

Notes

1 Birchler Emery P., L’iconographie de la vieillesse en Grèce archaïque, thèse de doctorat, université de Genève (à paraître).

2 Tous les supports d’images ont été pris en considération pour l’étude : vases, pinakes, reliefs en bronze ou terre cuite, statuettes en bronze ou terre cuite, intailles. Le catalogue compte 653 représentations de vieillards et 10 de vieilles femmes. Il a été constitué uniquement à partir d’images publiées.

3 Si ces deux traits sont utilisés aussi souvent l’un que l’autre dans les images (ils sont d’ailleurs associés la plupart du temps), il n’en va pas de même dans la littérature archaïque : la calvitie n’y est mentionnée que deux fois, la blancheur 14 fois.

4 Blancheur des cheveux/barbe : 544 exemples ; calvitie : 560 ; rides : 23 ; dos voûté et canne : 21 ; émaciation/embonpoint : 5. Dans la littérature archaïque, l’association des traits suivants, dos voûté/ canne/faiblesse des genoux, est présente huit fois, et les rides quatre. Quant au trait e) émaciation/ embonpoint, il n’est pas directement cité, mais évoqué d’une part par l’épaississement que fait subir Athéna à Laërte dans le dernier chant de l’Odyssée pour le rendre plus avenant et par l’expression utilisée à plusieurs reprises dans la littérature épique de liparon géras, « grasse vieillesse », pour qualifier une vieillesse sans souci, à l’abri de toute préoccupation, matérielle ou autre. Quant aux autres traits physiques de la vieillesse évoqués dans la littérature archaïque (mauvaise vue, mauvaises dents, tête tremblante), c’est pour des raisons techniques qu’on ne les retrouve pas dans les représentations.

5 Les Silènes, Centaures et nains représentés chauves ne sont pas caractérisés comme des vieillards, à une ou deux exceptions près (Papposilène et le Centaure Pholos, par exemple).

6 Voir par exemple Schweitzer B., « Studien zur Entstehung des Porträts bei den Griechen », Leipzig, 1940, repris in Zur Kunst der Antike, Ausgewählte Schriften II, Tübingen, E. Wasmuth, 1963, p. 139140 ; Raeck W., Zum Barbarenbild in der Kunst Athens im 6. und 5. Jh. v. Chr., Bonn, R. Habelt, 1981, p. 17, 218 ; Meyer M., « Alte Männer auf attischen Grabdenkmälern », AM, 104, 1989, p. 49-82.

7 Nérée : fragments d’amphorisque attique à figures noires (Boston, Museum of Fine Arts 88.827 ; Reading, Ure Museum 26.ii.74-76 ; Londres, British Museum, GR 1965.9-30.845), 1er quart du vie siècle av. J.-C. ; lécythe attique à figures noires (Paris, Louvre CA 823, ABV 12,23), même datation ; fragments d’hydrie attique à figures noires (Vathy, Samos Museum K 1211. K 1032, ABV 25,18), même datation ; amygdaloïde en stéatite (Kassel, Staatliche Kunstsammlung), 2e moitié du viie siècle. Rois : Oïnée ( ?) sur une amphore mélienne (Athènes, Musée National 354), dernier quart du viie siècle ; Eurytos sur un cratère corinthien (Paris, Louvre E 635), environ 600 av. J.-C. ; Nestor sur une coupe corinthienne (Bâle, Antikenmuseum und Sammlung Ludwig BS 1404), 1er quart du vie siècle ; Priam sur un plat corinthien (localisation inconnue, Palladion Antike Kunst, Katalog 1976, 14, n° 14), 1er quart du vie siècle ; pédagogues : Phoenix sur la coupe corinthienne de Bâle, BS 1404 citée plus haut et un personnage anonyme sur un fragment attique à figures noires (Athènes, Musée de l’Agora P 18567, ABV 43,4), 1er quart du vie siècle ; artisan : pinax corinthien (Berlin, Staatliche Museen F 891), 1er quart du vie siècle.

8 Falkner T., The Poetics of Old Age in Greek Epic, Lyric, and Tragedy, Norman, University of Oklahoma Press, 1995.

9 Vidal-Naquet P., Le chasseur noir, Paris, Maspero, 1981, p. 155, 158, 164 ; Burkert W., Greek Religion. Archaic and Classical, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1985, p. 255 ; Wathelet P., « Rites de passage dans l’Iliade : échecs et réussites », L’initiation. Actes du Colloque international de Montpellier 11-14 avril 1991, I, Les rites d’adolescence et les mystères, Moreau A. (dir.), Montpellier, université Paul-Valéry, 1992, p. 64. Le rite est encore attesté à l’époque classique.

10 La réalité cependant était différente : on ne perdait pas ses droits civiques du fait de l’âge ; mais les obligations militaires, à Athènes en tout cas, étaient terminées au 59e anniversaire.

11 On évitera de faire ici une liste des références, trop nombreuses, à ce thème, pour ne citer que l’ouvrage de Leach E. R., L’unité de l’homme, et autres essais, Paris, Gallimard, 1980, qui se concentre sur la question de la pilosité liée aux rites de passage (p. 321-361).

12 Des 653 vieillards listés dans le catalogue de l’ouvrage cité en note 1, seuls 23 montrent des rides. Signalons ici que la vieillesse féminine est beaucoup moins représentée que la vieillesse masculine à l’époque archaïque : seules 10 représentations ont été recensées, dont 7 montrent des rides.

13 Archiloque fr. 188 (West M. L., Delectus ex iambis et elegis Graecis, Oxford, Clarendon Press, 1980) : « Mais déjà tu ne fleuris plus par le charme de ta douce peau ; elle est en effet toute asséchée par les rides » ; Anacréon fr. 432a-b (Page D., Poetae Melici Graeci, Oxford, Clarendon Press, 1962) : « Déjà je deviens ridée, comme un fruit trop mûr, sous l’effet de ta débauche » [traductions de l’auteur]. On lira également l’interprétation donnée par Falkner T., op. cit., p. 8791d’un fragment d’Archiloque.

14 Les autres traits caractérisant la vieillesse féminine étant la chevelure blanche et le dos voûté accompagné d’une canne.

15 Aristote, Histoire des animaux, III, 11, 518a29-30, IX, 50, 631a30-31, repris par Pline, Histoire Naturelle, 11, 47 (131).

16 Aristote, Problèmes, IV, 18 et 31 ; De la génération des animaux, IV, 5, 774 a-b.

17 Aristote, Histoire des animaux, VII, 1, 582a23 sq. et De la génération des animaux, V, 3-4, 783a-b et 784a.

18 Aristote, De la génération des animaux, V, 4, 784a30-34.

19 Bonnard J.-B., Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 120-121. La théorie se retrouve ensuite dans Hippocrate, De la génération, II, 2.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Comaste, rhyton attique à figures rouges (ARV 229,53), env. 500 av. J.-C., Paris, Petit Palais 367. D’après Hoffmann H.,Attic Red-Figured Rhyta, Mainz, P. von Zabern, 1962, pl. I, 3.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5420/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2 : Mort de Priam, relief en bronze sur brassard de bouclier, 550 av. J.-C., Musée d’Olympie B 1975. D’après Kunze E., Archaische Schildbänder,Olympische Forschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, pl. 31, X c.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5420/img-2.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3 : Priam, cratère attique à figures noires (ABV 76,1, Vase François), env. 570 av. J.-C., Florence, Musée archéologique national 4209. D’après Cristofani M. (dir.), Materiali per servire alla storia del Vaso François, Bollettino d’arte,Serie speciale 1, Roma, Istituto poligrafico e Zecca dello stato, 1981, fig. 77.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5420/img-3.png
Fichier image/png, 2,4M
Titre Figure 4 : Rançon d’Hector, relief en bronze sur brassard de bouclier, 525-500 av. J.C., Musée d’Olympie B 968. D’après Kunze E., Archaische Schildbänder, OlympischeForschungen II, Berlin, W. de Gruyter, 1950, pl. 45, XVII d.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5420/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 5 : Marchand, péliké attique à figures rouges, env. 510 av. J.-C., Florence, Musée archéologique national 72732. D’après Esposito A. M. et De Tommaso G., Vasi attici, Museo archeologico nazionale di Firenze, Antiquarium, Firenze, Roma, Ed. Il Ponte, 1993, 45, n° 57.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5420/img-5.png
Fichier image/png, 3,4M
Titre Figure 6 : Hétaire, lécythe attique à figures rouges (ARV 1620,12 bis), 510-500 av. J.-C., Londres, British Museum 1922.10-18.1. D’après Peschel I., Die Hetäre bei Symposion und Komos in der attisch- rotfigurigen Malerei des 6.-4. Jhs. v. Chr., Frankfurt am Main, Bern (etc.), P. Lang, 1987, fig. 148.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5420/img-6.png
Fichier image/png, 1,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540