Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argent et le rire

 | 
Florence Fix
, 
Marie-Ange Fougère

Troisième partie Rire de l'argent : la crise de l'idéal

Une revanche contre le grotesque post-révolutionnaire : la satire du snobisme industriel chez Paul Féval

Dominique Laporte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Chez Paul Féval et dans le roman populaire en général, l’argent n’est pas censé faire rire a priori ; il représente plutôt la source du malheur pour ceux qui en sont injustement privés. En témoigne, entre autres, Le Fils du Diable, paru en feuilleton dans L’Époque entre le 16 février et le 16 novembre 18461. Suivant la lecture greimassienne qu’en a faite Jean-Claude Vareille2, ce roman parmi les plus célèbres de Féval au XIXe siècle suit l’un des schémas actantiels canoniques de la littérature populaire : celui des « romans d’héritage et de recherche d’identité3 », où des nobles dépossédés au départ de leurs héritages et de leurs titres finissent par obtenir réparation grâce à leurs défenseurs. À la fin de l’histoire, trois justiciers restituent à un jeune noble allemand l’héritage qui lui a été enlevé par six malfaiteurs. Entre la spoliation initiale en 1824 et la restitution finale, que le récit situe vingt ans plus tard au château seigneurial de l’Allemand, s’intercalent les intr...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540