Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argent et le rire

 | 
Florence Fix
, 
Marie-Ange Fougère

Deuxième partie. Rire à la scène : la comédie de l'argent

La Bourse et la recherche de la « comédie aristophanique » dans la première moitié du xixe siècle

Christophe Reffait

Texte intégral

  • 1 Des Granges Charles-Marc, La Comédie et les mœurs sous la Restauration et la monarchie de Juillet, (...)
  • 2 Ibid., p. 7.
  • 3 Voir le 5 février 1844 sa critique d’Un Ménage parisien de Bayard. Voir a fortiori ses critiques de (...)
  • 4 Sur L’Hotel de Rambouillet de Mme Ancelot et Le Magasin de la graine de lin de Bayard, le 20 décemb (...)
  • 5 « Nous avons fait en temps et lieu une rude guerre au vaudeville, et ces paroles pourraient surpren (...)
  • 6 Expression employée dans le feuilleton du 17 mars 1845 sur Les Deux Pierrots, de Bayard, à propos d (...)
  • 7 Sur L’Enseignement mutuel, art. cit., p 114.
  • 8 Ibid.

1Le prime intérêt de l’ancienne étude de Charles-Marc Des Granges sur la comédie de la monarchie de Juillet1 est de formuler une généalogie des formes théâtrales et du comique : l’auteur explique que la comédie ne parvient pas à trouver sa véritable formule au premier XIXe siècle dès lors qu’elle se réfère encore à la comédie classique, mais il avance qu’elle est fécondée par le vaudeville de la monarchie de Juillet et accouchera ainsi sous le second Empire d’une comédie de mœurs plus riche en réalisme et en efficacité dramatique. On discerne d’emblée ce qu’une telle réflexion générique et généalogique, où le vaudeville, abordant le grand genre, finirait par exporter ses qualités en « s’élevant sur les débris de la comédie classique2 », emprunte aux idées développées par Théophile Gautier dans son feuilleton de La Presse, volontiers cité par Des Granges. C’est bien Gautier qui commente la migration de Scribe, désormais à la Comédie Française, ou celle du vaudevilliste Bayard, vers une comédie en cinq actes et en prose qu’ils ne savent pas forcément soutenir3. C’est bien Gautier qui remarque que « le vaudeville s’en va4 », que la programmation des théâtres du Vaudeville, des Variétés ou du Gymnase se tourne vers la comédie de bon goût. Enfin c’est bien Gautier qui finit par reconnaître dans le vaudeville « une comédie multiple, vivace, pleine d’invention et de hardiesse, risquant tout ; adroite et spirituelle, semant par écuellées le sel attique et le sel gris, peignant les mœurs avec une fidélité négligente plus sincère que bien des portraits surchargés » : en effet, changeant d’opinion vers 18455, il déplore moins souvent « le tintement fêlé des grelots du vaudeville6 » et reconnaît le rôle fécond de cette « forme éminemment nationale7 » dans l’établissement de la comédie de mœurs de l’avenir. Gautier esquisse donc une théorie générique du rire au premier XIXe siècle, en éclairant deux faces d’une même médaille : d’un côté la regrettable tentation des vaudevillistes de faire des comédies pour le Théâtre français, alors que le moule de la grande comédie moliéresque est « brisé8 » ; de l’autre, la propension du vaudeville à approcher la « comédie aristophanique » qu’il appelle de ses vœux et que le premier XIXe siècle, sauf exception, n’est pas parvenu à établir.

  • 9 Il s’agit de la partie II. La partie I porte sur « Les genres, le public, les auteurs », la partie (...)
  • 10 Critique d’Oscar, ou le Mari qui trompe sa femme, 27 avril 1842, HADF, vol. II, en particulier p. 2 (...)

2Le deuxième intérêt de l’étude de Charles-Marc Des Granges est qu’elle consacre une partie entière à « L’argent », dans laquelle le critique isole tout un corpus de comédies et de vaudevilles, de Picard à Clairville en passant par Scribe ou Riboutté9, suggérant ainsi que la question d’argent est un lieu saillant d’où penser la généalogie du rire au premier XIXe siècle. Encore une fois, cette sur-représentation de la question d’argent dans l’analyse du comique se repère dans des pages essentielles du feuilleton de Gautier, lequel articule notamment sa critique des ressorts financiers chez Scribe à une réflexion sur les genres et la sociologie des théâtres du premier XIXe siècle10. Or il importe de faire une remarque que ni le feuilleton de Gautier ni l’histoire littéraire de Des Granges ne nous semblent formuler avec netteté : ce sont les comédies et vaudevilles sur la Bourse, et non pas généralement sur l’argent, qui permettent ici de penser les déterminants du comique. La Bourse apparaît comme une forme moderne de l’argent qui refonde les virtualités comiques du thème financier. La présente étude s’attachera donc à isoler ce qui, dans ce théâtre boursier, s’avère particulièrement propice à une réflexion sur les genres comiques (comédie et vaudeville) au premier XIXe siècle et sur le rire en général.

Le moralisme des comédies sur la Bourse

  • 11 Say Jean-Baptiste, Cours complet d’Économie politique, t. II, VIIIe partie, chap. XV, « L’agiotage  (...)
  • 12 Les marchés à terme n’étant pas reconnus par la loi, le spéculateur malheureux peut ne pas payer so (...)
  • 13 La faillite de Law et le scandale des Assignats constituent un souvenir traumatique. Voir Rey Jean- (...)

3Le thème boursier croise l’idéal esthétique de la comédie du premier XIXe siècle parce que la Bourse se présente d’emblée comme un problème moral pour les contemporains. Elle suppose une spéculation dont il paraît impossible de démêler les aspects légitimes ou frauduleux. Les économistes ne considèrent pas les marchés à terme comme « sérieux11 » ; la loi ne reconnaît pas ces opérations et les interdit théoriquement à la compagnie des agents de change, d’où la notion d’« exception de jeu12 » ; enfin les moralistes s’alarment de l’importance des gains boursiers par rapport aux profits nés de l’agriculture, de l’industrie et du commerce. Il y a place pour la comédie dans ce concert, mais elle prend alors un pli moralisant plus ou moins prononcé : actuelle par son sujet mais ancienne par son discours13, elle parvient à peine à faire « rire dans l’âme », tant elle charge son argument de considérations morales.

4Prenons une pièce que nous considérerons ici comme un point originel du théâtre boursier du premier XIXe siècle, parce qu’elle présente à la fois des traits du vaudeville boursier à venir et des aspects de la future comédie de mœurs financières : Le Jeu de Bourse ou la bascule, de 1821. Cette comédie en un acte et en prose de Picard, Wafflard et Fulgence, qui relève justement d’une forme médiane, présente deux personnages aux origines et aux destins financiers inversement symétriques : la Bourse enrichit l’ancien marchand ébéniste Gautier en même temps qu’elle ruine le riche avoué Bellanger, ce qui bouleverse le projet de mariage de leurs enfants Sophie et Gustave, avant qu’un nouvel événement boursier ne restaure les conditions initiales. Il est intéressant que cette comédie contienne un tiers personnage, explicitement présenté comme le « pivot » de cette « bascule ». Car ce Boutet, chantre de l’aurea mediocritas et de la rente, contre toute tentation de bouleverser les cours en répandant de fausses nouvelles, est premièrement le personnage qui va démasquer la duplicité du boursier Bassot, deuxièmement l’homme qui a le mot de la fin :

  • 14 Il a été question d’une petite ferme.
  • 15 Picard, Wafflard et Fulgence, Le Jeu de la Bourse ou la bascule, comédie en un acte et en prose (Gy (...)

Imitez-moi. Le petit bien que je viens d’acheter14 me rapporte, franc d’impôts, trois et demi pour cent… Mon revenu n’augmentera pas ; mais il ne diminuera pas ; mais on ne me l’enlèvera pas ; mais il me restera ; et grâce à lui, je n’éprouverai jamais, comme cela vous est arrivé à tous les deux, dans une matinée, la fièvre, le délire qu’entraîne un grand bonheur, et les inquiétudes, les angoisses où nous plonge une grande catastrophe15.

  • 16 Riboutté François-Louis, Le Spéculateur ou l’École de la jeunesse, comédie en cinq actes et en vers (...)
  • 17 Picard et Empis, L’Agiotage ou le métier à la mode, comédie en cinq actes et en prose (Théâtre Fran (...)

5Boutet reviendra sous d’autres noms et avec une gravité accrue dans les pièces boursières ultérieures. Ce sera l’industriel Ménard qui, en 1826 dans Le Spéculateur, de Riboutté16, vitupère le jeu, dénonce à travers la Bourse le raccourcissement du temps et veut punir les Duvernet père et fils, spéculateurs enragés qui gèlent le projet de mariage de Jule et Jenny, enfants des deux familles. Ce sera le manufacturier lyonnais Marcel qui en 1826 encore, dans L’Agiotage, de Picard et Empis, gagne Babylone à la demande de sa nièce Amélie pour démêler la folie boursière où se compromettent Saint-Clair, mari d’Amélie, et son père Dormeuil. « Malédiction ! Anathème à l’agiotage ! Gloire et respect au commerce et à l’industrie17 ! », rugit Marcel (mot de la fin), sur la scène du Théâtre français, en cette année d’inauguration du Palais Brongniart. Ce Caton qui revient de sa province pour restaurer les vraies valeurs économiques et morales préfigure le Reynold de La Bourse de Ponsard en 1856 et la filiation est évidente entre ces comédies en cinq actes et en vers (Riboutté) ou en prose (Picard et Empis) et d’une part le premier mélodrame à vertueux officiers, d’autre part la comédie de mœurs du second Empire. Mais il apparaît du même coup que la comédie, dès lors que le comique coule avec le plomb de la morale, ne subsiste plus que dans le raccommodement final des mariages. À lire attentivement une comédie en vers comme Le Spéculateur de Riboutté et un drame en cinq actes et en prose comme Les Spéculateurs de Durantin et Fontaine vingt ans plus tard (1846), on se convainc que les deux pièces ne diffèrent dans leur courbe que par le dénouement, lorsque dans la variante pathétique le joueur impénitent se tue ; ce d’autant que la prose parfois vaudevillesque du drame peut le ramener ponctuellement dans le registre comique.

  • 18 Saint-Clair est ruiné par la hausse dès la fin de l’acte III, ce qui libère deux grands actes IV et (...)

6Il semble que les comédies boursières du premier XIXe siècle, qui par certains aspects préfigurent l’École du bon sens, ne peuvent être sauvées au regard du comique que lorsqu’elles parviennent à incorporer le discours moral à leur critique. De ce point de vue, la supériorité de la pièce de Picard et Empis sur celle de Riboutté en 1826 est analogue à celle de La Question d’argent de Dumas-fils sur La Bourse de Ponsard trente ans plus tard. La différence ne tient pas dans le fait que le spéculateur de Picard et Empis est un avocat : ce paradoxe est au contraire une ironie élémentaire par laquelle le théâtre boursier justifie son existence et sa moralité depuis Le Jeu de Bourse ou la bascule en 1821. Mais Picard et Empis poussent cette ironie à son comble dans L’Agiotage. D’abord, ils allient provocation et objection de conscience en attribuant au jeune Saint-Clair, avant sa résipiscence de l’acte IV18, un discours insolent qui fait front au vertueux Marcel :

  • 19 Ibid., acte III, sc. II, p. 56.

Pourquoi donc blâmez-vous nos spéculations ? vous, fabriquant, négociant, manufacturier, qui vantez sans cesse le commerce, l’industrie, qui semblez même vous faire honneur de vous exposer à des dangers réels, le tout pour vous enrichir19 ?

7Ensuite, Picard et Empis font de Dormeuil, père de Saint-Clair, un type achevé d’hypocrite, soupçonné par les domestiques, dès l’exposition, de cacher sous sa vertu affichée un penchant à spéculer, bien qu’il affecte d’exécrer la Bourse :

  • 20 Ibid., acte II, sc. XIII, p. 47.

Il n’y a plus de repos pour les familles. C’est donc une maladie épidémique, une corruption générale20 !

  • 21 Ibid., acte III, sc. II, p. 56.

… Ne suis-je pas bien à plaindre de voir mon fils me résister ? est-ce que la Bourse, ce temple des joueurs, n’apparaît point à tes yeux comme un antre funeste, comme un gouffre épouvantable21

  • 22 Voir la satire en vers de Dupont Pierre intitulée L’Agiotage (Paris, « Chez tous les libraires », o (...)
  • 23 L’Agiotage ou le métier à la mode, op. cit., acte II, sc. XIII, p. 47.
  • 24 Voir par exemple Mme de Staël, De la littérature, II, V, « Des ouvrages d’imagination », Paris, GF- (...)

8Dès la fin de l’acte II, les spéculations de Dormeuil sont attestées, et il a l’impudence de les justifier en expliquant que cela finance ses dons charitables. À la fin de la pièce, il apparaît à tous, à sa bru Amélie et au digne manufacturier Marcel, comme l’agioteur qu’il est. Mais alors que ses spéculations enfin révélées pourraient couvrir les pertes abyssales de son fils, on apprend que son agent de change s’est enfui. En tenant leur personnage de père indigne jusqu’à la fin, en lui composant un discours qui emprunte aux poncifs de la critique boursière22, Picard et Empis interrogent l’hypocrisie des « belles phrases23 » et montrent que la comédie boursière a tenté d’imiter ce qui demeure durant le premier XIXe siècle le modèle même de la grande comédie : le Tartuffe de Molière24.

  • 25 Voir HADF, vol. II, p. 219. Gautier se réfère à l’exemple des Nuées.
  • 26 Art. cit., 24 janvier 1848, HADF, vol. V, p. 213.
  • 27 Voir dans le présent volume l’article de Nathalie Preiss.

9Car c’est peut-être là, dans ce sabotage des discours et des postures, que se trouve l’une des voies de la « comédie aristophanique » dont Théophile Gautier a cru voir quelques traits dans Les Philanthropes de Muret et Courcy, qu’il considère néanmoins inabouti25 : un comique du puffqu’il dénie à la pièce de Scribe du même nom26, mais dont il reconnaît la pleine expression dans Robert Macaire27 ; un comique qui dynamiterait les conventions sociales et scéniques en couronnant l’usurpateur. Force est de constater que les comédies que nous commentons ici n’atteindront pas cet objectif.

  • 28 Je me permets de renvoyer aux lectures de pièces boursières qui ouvrent mon travail sur La Bourse d (...)
  • 29 Devant son père effaré, car dans la confidence de la ruine, Alexis feint l’amour pour Jenny (l’enle (...)
  • 30 Voir La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, op. cit., p. 29-38.
  • 31 Voir les pages consacrées à la réception de la pièce de Bonjour dans Les Débats, Le Figaro et Le Gl (...)

10Il est vrai, pour commencer, que L’Agiotage de Picard et Empis interroge assez finement ses propres conditions de réception, puisque la pièce conjugue la dénonciation des classiques diatribes contre la spéculation et leur réactivation dans la bouche du vertueux manufacturier, jetant sur les discours constitués un soupçon qui peut avoir une valeur performative. Dans La Question d’argent, Dumas-fils jouera des mêmes ambiguïtés28. Mais Dumas-fils, lui, saura soigner la comédie en soignant les bons mots et les morceaux de bravoure. Il est vrai aussi que Le Spéculateur de Riboutté creuse le personnage du jeune spéculateur Alexis en lui faisant jouer le puff des fiançailles29 d’une manière qui dépasse peut-être les procédés comiques dont se dotent Picard et Empis. Mais l’impudence du personnage achève d’éteindre tout comique, et cette pièce, qui endort dès la fin de l’acte II à force d’empiler les discours sur l’art du vertueux peintre Jule (frère et repoussoir d’Alexis), est une comédie qui ne gagne une certaine tension dramatique (la peinture des hommes d’intérêt en hommes glacés, comme dirait Stendhal) qu’en donnant congé au rire. Arrivée à la limite de la gravité, elle prend le même pli que L’Argent de Casimir Bonjour (1826 aussi30), frise de même la « comédie pessimiste31 », et montre qu’une comédie boursière ne peut se tirer de cette impasse que par deux moyens d’atténuation fort simples : ou bien l’escamotage pur et simple du spéculateur dans la pénitence (Alexis, chez Riboutté), ou bien la distinction du personnage du spéculateur de celui du boursier (Saint-Clair et Durosay dans L’Agiotage).

De la possibilité d’une comédie de caractère sur la Bourse

11Pour un charpentier de la Restauration ou de la Monarchie de Juillet décidé à fabriquer une comédie de la Bourse, deux perspectives s’offrent en effet d’emblée : centrer la pièce sur le donneur d’ordre ou bien sur l’intermédiaire boursier. Bien sûr, les deux personnages peuvent cohabiter, ainsi dès 1821 dans Le Jeu de Bourse ou la bascule où l’avoué spéculateur recourt à un agent de change et où l’ébéniste spéculateur est tenté par un simple courtier-marron. Un article du Globe cité par Des Granges remarquait plaisamment :

  • 32 Le Globe, 7 Octobre 1826, cité par Des Granges, ibid., partie I. 3.

On rirait au théâtre comme on rit à la Chambre des députés, si la police dramatique ne couvrait pas de son égide tous les ridicules, grands et petits. Il n’y a que les pauvres agents de change et leurs clients qu’elle abandonne aux épigrammes ; encore faut-il que les agioteurs jouent à la baisse ; car, dès qu’ils jouent à la hausse, la censure les protège32.

  • 33 Voir le roman de F. de Groiseilliez, Les Cosaques de la Bourse ou le jeu du diable, Paris, Michel L (...)

12Plus avant, il nous semble que l’agent de change est épargné par les comédies de 1821 ou de 1826 : vertueux comme celui de Bélanger dans Le Jeu de Bourse ou la bascule ou bien véreux comme celui de Dormeuil dans L’Agiotage, il demeure hors scène, comme si la physiologie de l’agent de change n’intéressait guère avant les années 185033. Il faut bel et bien y voir un trait de la comédie censurée, qui déplace la critique de l’argent sur la critique de la Bourse, déplace la critique de la Bourse sur celle des opérations illicites (le marché à terme), enfin épargne les intermédiaires officiels aux dépens des intermédiaires marrons (la coulisse).

  • 34 Le Jeu de Bourse ou la bascule, op. cit., sc. V.
  • 35 Ibid., sc. IX pour les trois citations qui précèdent.

13C’est ainsi que Le Jeu de Bourse ou la bascule présente le courtier-marron Bassot en donnant aux scènes correspondantes tout le caractère d’un portrait inaugural. « C’est un sot, un étourdi ; mais il a de l’audace, de l’activité », explique le jeune Gustave au bon Boutet. Dans les scènes V et VI, Boutet jauge le courtier, hésite à lui confier son argent, avant de déceler la crapule. « À la Bourse, surtout, il ne faut jamais d’hésitation ; on me confie les fonds : vingt-quatre heures après, ils sont perdus ou doublés ; voilà le commerce en grand », déclare sans ambages Bassot34. Le boursier est posé. Il spécule sur des canards : « Il y a des gens qui jouent sur leurs pressentiments ; moi je joue selon les conjectures, les probabilités, les nouvelles, non pas publiques, officielles, mais secrètes, confidentielles, vraies ou même fausses. » Il appartient à une clique de manipulateurs de cours dont seules les dupes ne voient pas l’infamie : « Nous sommes comme cela une bande de douze ou quinze, tous honnêtes, délicats, qui nous entendons et nous soutenons mutuellement. » Enfin, il quitte la scène sur un mot de nature (« Je me sauve bien vite. Ah ! mon dieu ! déjà midi, 25 centimes35 ») et ne réapparaît plus dès lors que la perte est consommée.

14Le corpus boursier s’étoffant, on discerne bien que les dramaturges sont ou bien motivés par la peinture de la tentation du jeu chez un notable (c’est le choix de Riboutté, ce sera celui de Ponsard, et cette représentation de la corruption des mœurs appelle des scènes finales de confession et de pénitence du joueur), ou bien motivés par une étude de caractère du boursier (c’est le choix de Picard et Empis, ce sera celui de Dumas-fils avec son Giraud, et cette ligne-là suppose de creuser l’incarnation honnie des errements du jour). Aussi le Durosay de L’Agiotage approfondit-il en 1826 le coulissier Bassot que le même Picard mettait en scène cinq ans auparavant. Dans le premier acte, l’autoportrait du personnage en incarnation du marché boursier donne lieu à un petit morceau de bravoure :

  • 36 Picard et Empis, L’Agiotage, op. cit., acte I, sc. XIII, p. 21.

Au milieu de ce conflit universel de tous les intérêts, l’homme habile, actif, comme moi, sans vanité, embrasse tout, observe tout, est partout ; il interroge celui-ci, répond à celui-là ; donne un signe de tête à droite, une poignée de main à gauche ; accueille toutes les nouvelles, dément les unes, propage les autres, échappe à tous les pièges, saisit le moment favorable, gagne, perd, regagne presque aussitôt, multiplie ses opérations avec bénéfices ; et, toujours délicat, toujours désintéressé, s’abandonne au plaisir, si doux pour une âme sensible, de tous ceux qui veulent bien l’honorer de leur confiance36.

  • 37 Picard Louis-Benoît et Chéron François, Duhautcours, ou le contrat d’union, comédie en cinq actes e (...)

15On l’a dit, ce personnage fonctionne comme un fusible permettant de sauvegarder le ton et la moralité de la comédie : à partir du moment où l’avocat-agioteur Saint-Clair revient de ses erreurs après s’être entretenu avec sa femme Amélie, il rompt avec le boursier, son âme damnée. Mais surtout, Durosay est démasqué par le vertueux manufacturier Marcel, qui reconnaît en lui le spéculateur Duhautcours, responsable de la ruine d’un de ses amis lyonnais : c’est-à-dire que Picard replace sa pièce de 1826 dans la lignée du vaudeville éponyme qu’il avait proposé sous Bonaparte37. À travers trois pièces et sur un quart de siècle, le dramaturge élabore sa propre généalogie du boursier, à l’intérieur du développement général du type dans la comédie et le vaudeville de la Restauration et de la monarchie de Juillet.

  • 38 Pour l’ensemble de ces citations, voir Mme de Staël, art. cit., p. 345-346.
  • 39 Début de la critique des Aristocraties, d’Étienne Arago, 1er novembre 1847, dans HADF, vol. V, p. 1 (...)
  • 40 Critique d’Un Ménage parisien, de Bayard, 5 février 1844, dans HADF, vol. III, p. 160.
  • 41 Ozouf Mona, Les Aveux du roman, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2001, p. 18.

16Tout le problème est de savoir si cette figure du boursier fonde une véritable comédie de caractère. Mme de Staël observait qu’à l’âge démocratique, il ne peut plus exister de comédie jouant sur les « ridicules » que suscite la dérogation d’un individu aux « convenances », « usages » et « manières » de la société38. Elle discernait la possibilité du « comique qui porte sur les vices du cœur humain », lequel est « plus frappant, mais plus amer que celui qui retrace de simples ridicules ou de bizarres institutions ». Cette amertume ne pouvant plus être corrigée par la « gaieté légère » que suscite la critique des préjugés, Mme de Staël finissait par prescrire aux dramaturges de l’âge démocratique de s’adonner à la haute comédie, « qui suppose l’étude la plus approfondie du cœur humain ». Cette problématique tocquevillienne traverse le feuilleton de Théophile Gautier : il s’interroge sur la possibilité de faire de la comédie « à cause de l’effacement des signes extérieurs, résultat d’une civilisation avancée39 ». Et dans sa critique filée de la comédie en vers, il note qu’« il est difficile d’appliquer le vers à des pièces dont les acteurs sont habillés de frac et ont des professions antipoétiques, comme celles d’agent de change, de banquier, de rentier, etc., etc.40 ». Mona Ozouf remarque ainsi que « l’annonce de la mort programmée de la comédie, en un siècle où tous les Français sont admissibles aux emplois et où toutes les prétentions sont légitimes, traversera le siècle jusqu’à Barbey d’Aurevilly41 ».

  • 42 Bayard, Monsieur Gogo à la Bourse, vaudeville en un acte et un tableau, Paris, Marchant éditeur, 18 (...)

17La conclusion à tirer de cela est double. D’une part, l’avocat-agioteur peut être le sujet d’un nouveau Tartuffe, comme dans la pièce de Picard de 1826, mais au péril de la « gaieté ». D’autre part, le courtier-marron peut éventuellement faire rire par le ridicule de ses insultes aux « convenances » – et c’est dans cette ligne que Dumas-fils posera en 1857 son nouveau riche Giraud –, mais cela est mince. La seule ressource qu’il resterait à la comédie pour creuser le personnage du boursier serait de le peindre en hâbleur, « chauffeur », bateleur de foire qui excelle à faire souscrire les « pigeons », comme l’esquisse encore une fois Picard en 1826. Mais la mise en scène comique de la manipulation verbale peut-elle être profonde ? Le déploiement jubilatoire d’une parole menteuse peut-il fonder une comédie de caractère ? Non. Entre la géniale construction de Robert Macaire (version de 1834) par Frédérick Lemaître et le vaudeville boursier, il n’y a pas de place pour une comédie de caractère du chauffeur. Le génie du boursier, c’est sa parole. Le vaudeville le montre de son côté : modestement encore dans Les Actionnaires, de Scribe et Bayard, qui propose cinq ans avant Robert Macaire une scène savoureuse d’assemblée d’actionnaires (où le spéculateur Piffart demeure cependant un peu effacé) ; plus nettement dans Monsieur Gogo à la Bourse (1838), où Bilboquet chante comiquement les merveilles de l’industrie et l’infini du gogotisme42 ; encore plus nettement dans La Bourse de Pézenas (1845), où le macairien Roland extorque l’argent des notables du village. Mais cette verve ne désigne pas un caractère : elle renvoie à l’efficace même du théâtre qui la déploie. Les ressources comiques du thème boursier sont donc ailleurs.

De la bascule à la mise en scène de l’inventio : la valeur métathéâtrale du vaudeville boursier

  • 43 Le Jeu de Bourse ou la bascule, op. cit., sc. XII.
  • 44 Ce sont les paroles de Saint Clair dans L’Agiotage, de Picard et Empis, acte I, sc. XIII (fin).
  • 45 Le Jeu de Bourse ou la bascule, op. cit., sc. III.

18Repartons du Jeu de Bourse ou la bascule : dans leur comédie de 1821, Picard, Wafflard et Fulgence conçoivent véritablement l’espace scénique comme une figuration de l’argument. Entre la « petite maison » de l’ébéniste Gautier qui s’enrichit (côté jardin) et le « riche hôtel » de l’avoué Bélanger qui se ruine (côté cour) se trouve « une maison simple, mais jolie », qui est celle du bon Boutet. L’espace s’organise autour de ce point fixe et sage, selon une symétrie inversée qui commande aussi bien le déplacement des personnages (Gautier doit emménager chez Bélanger et vice-versa) que l’opposition comique des discours (Boutet alterne compliments à gauche et condoléances à droite43). Ce qui s’exprime scénographiquement ici est finalement l’argument de tout le théâtre boursier qui suivra, comédie, vaudeville ou drame : un homme prend une position en Bourse (« en plaçant tout à la baisse, aujourd’hui même je suis millionnaire44 ! »), et cette position se trouve déjouée par les faits. Retournement des cours, ruine, ironie, dans un théâtre qui apparaît par excellence fondé sur la préparation. « Cela fait bascule » dit le Boutet de Picard45.

19Or cette bascule est plus folle dans le vaudeville où se multiplient les péripéties financières, que dans la comédie, qui joue d’une pure et simple ruine. La « bascule » de 1821 suggère que ce mouvement ne saurait avoir de fin. Plus avant : elle réduit l’action à sa plus simple expression et dénude par cette abstraction même, par le chiffrage des positions, par la répétition des procédés, les ressorts de la théâtralité. Le jeu de Bourse renvoie le théâtre à sa mécanique, et c’est ici que s’affirme l’efficacité dramatique de l’intermédiaire boursier : bien loin de pouvoir nourrir une comédie de caractère, cet homme agité qui surveille sa montre, chiffre le coût du temps et file à la Bourse est un pur opérateur, qui fait le lien entre le hors scène boursier où se fabriquent les péripéties et la scène où s’affichent les conditions. Le forum et le port raciniens ont laissé la place à la corbeille et au chemin de fer pour la Belgique, mais c’est la même présence perturbatrice du hors-scène, dont le courtier se fait le messager. Ce nouvel Hermès a finalement la même fonction que le servus currens plautinien, à l’intérieur de la mécanique du théâtre boursier : il prend des fonds, les place, les perd et déplace ainsi les fortunes tout en sauvegardant les mariages, vaudeville oblige.

20La réduction mécanique qu’opère le vaudeville boursier se double d’une efficacité d’ordre métathéâtral. En effet, certains vaudevilles financiers semblent véritablement mettre en scène l’inventio dramaturgique. La comédie-vaudeville de Scribe et Bayard intitulée Les Actionnaires s’ouvre sur une scène de dénuement : on y voit certes le spéculateur Piffart au milieu d’un riche appartement, mais il n’a pour le moment que « des millions en perspective » et n’a « d’autres capitaux » dans la maison qu’une somme que vient lui rendre son ami Gustave, engagé illico comme caissier dans une affaire à venir :

  • 46 Scribe et Bayard, Les Actionnaires, comédie-vaudeville en un acte (Théâtre de Madame, 22 octobre 18 (...)

Piffart, regardant autour de lui. – Personne ne peut nous entendre… Je t’avouerai franchement que c’est là mon seul embarras… je ne sais pas encore quelle entreprise… j’entreprendrai.
Gustave. – Il serait possible !
Piffart. – Je cherche depuis huit jours… je n’ai encore rien de décidé, rien d’arrêté… il est si difficile de trouver du neuf !
Gustave. – Tu as perdu la tête.
Piffart. – Non, vraiment.
Gustave. – Comment s’associer à une entreprise qu’on ne connaît point ?
Piffart. – On la connaîtra… dès que je l’aurai trouvée46.

  • 47 Ibid., sc. XV.
  • 48 Les Débats, 27 octobre 1829, cité in Des Granges Charles-Marc, op. cit., partie II. 2.

21Le vaudeville excelle dès lors à faire jouer la relation de crédit. D’abord, l’argent ne se montre que pour en attirer plus : à sa propriétaire Mme Desperriers, qui vient lui demander le loyer de son premier étage, Piffart remet les 6 000 F que vient de lui restituer Gustave, ne manque pas d’évoquer au passage sa grande affaire en cours, et obtient aussitôt restitution du loyer et engagement de Mme Desperriers pour 25 actions à 2 000 F – témoin que le vaudeville assume les chiffres, les multiplie et fait circuler l’argent avec une labilité inconnue dans la comédie. Ensuite, le personnage se met dans une position de déséquilibre débiteur qui évoque la tension du Faiseur de Balzac, puisque, bien que toujours sans idées, il doit se présenter à une assemblée d’actionnaires convoquée par un comparse quelques heures plus tard. Enfin, la pièce met en scène les débats des trois associés pour trouver une idée de projet industriel à mettre en actions : comique parodique qui consiste énumérer des projets farfelus teintés d’industrialisme saint-simonien, avant qu’on s’arrête à l’idée de transformer la plaine des Sablons en verts pâturages grâce à des puits artésiens. Mais lorsque commence la scène de l’assemblée d’actionnaires47, scène qui a semble-t-il plu au public48, le spectateur a déjà appris que creuser des puits aux Sablons était impossible. Cependant, il ne connaît pas le projet de substitution de Piffart, qui ne se révèle qu’au cours de la scène, au fur et à mesure des réponses du spéculateur aux objections des souscripteurs potentiels, dont la défiance s’inverse finalement en confiance aveugle et en concurrence furieuse. Au passage, la morale est anéantie, puisque les velléités vertueuses de Gustave s’avèrent contre-productives et que Piffart fait son bonheur malgré lui (il y aura mariage). Mais pour finir, c’est le théâtre même qui est glorifié : le spectateur a assisté, à travers les expédients verbaux de Piffart, à une mise en scène et une mise en abyme de l’inventio vaudevillesque.

  • 49 Lubize et Léonce, La Bourse de Pézénas, grrrrande spéculation industrielle mêlée de vaudevilles (Gy (...)
  • 50 Voir aussi Monsieur Gogo à la Bourse, cité in La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, op. ci (...)
  • 51 La Bourse de Pézénas, op. cit., début de la scène VIII.

22L’impression d’avoir affaire à une sorte de théâtre expérimental est encore plus nette dans La Bourse de Pézénas49 : c’est un vaudeville d’auberge, dont le protagoniste Roland rappelle Macaire, et c’est une pièce sur rien. Un jeune homme, Menot, de retour au village, s’apprête à déjeuner en cachette de l’aubergiste avec la complaisance de la jeune fille de service. L’approche d’un homme contraint Menot à se dissimuler : c’est Roland, spéculateur qui fuit Paris pour rejoindre l’Afrique, où il compte faire fortune. Roland mange le repas tout prêt, apprend qu’en cette auberge se retrouvent chaque semaine les notables du village, enfin découvre Menot et se fait raconter son histoire (Menot est de Pézénas, un oncle ici lui doit de l’argent, enfin il aime la jeune tenancière). Quelques scènes plus tard, Roland parvient à capter l’argent des notables assemblés en mettant Menot en actions : ce jeune pousseur de romances est déclaré ténor de talent, formé en Italie, promis au succès à l’Opéra. Au passage, une vieille fille actionnaire demande Menot pour mari – puisqu’il n’est plus qu’un objet social –, et un autre actionnaire réclame d’expérimenter sur lui une méthode de diète – humour filé sur le déjeuner impossible, manière aussi de poursuivre la réification comique de l’humain qui caractérise la mécanique boursière50. Pour finir, les actionnaires se rendent compte que Menot, loin d’être un chanteur d’avenir, est un enfant du pays. Chute des cours et scandale. Mais Roland persuade l’un des notables que cette manœuvre est le fait de jaloux qui veulent se procurer les actions à vil prix et l’engage à racheter tous les titres. Crédulité puis, après une dernière péripétie, grosse perte de l’homme, qui se trouve être l’oncle et le débiteur ingrat de Menot. Grâce à Roland, Menot retrouve son argent, épousera la jeune fille, rachètera l’auberge. Tout est fiction ici, projet comme actions, et cette mise en scène de la spéculation ne s’embarrasse pas de réalisme industrialiste. Tout est verbe : cette comédie-vaudeville décrit un tour d’escamoteur et le seul problème qui s’y pose est un problème « d’imagination51 ».

  • 52 Critique de La Grande Bourse et les petites bourses, 10 novembre 1845, HADF, vol. IV, p. 138.

23Le génie du vaudeville boursier est d’ajouter, à l’efficace de cette épure dramatique et à la pertinence de cette mise en abyme, trois attributs majeurs : l’invention lexicale, la qualité mimétique et l’ironie révolutionnaire. Témoin en 1845 La Grande Bourse et les petites bourses de Clairville et Faulquemont, où toute la maison Gobergeot, des époux au jeune Loulou de cinq ans, en passant par les domestiques, par la demoiselle et bientôt par son prétendant Dutillet, joue sur les chemins de fer à l’instigation du boursier Carottin. Une « maison [...] réellement drôle », reconnaît Gautier, où l’on spécule sur des promesses d’actions de lignes de « chemins de fer fantastiques52 » : maman a mis l’habit de papa au clou pour acheter au banquier chinois Fich’ton-kan de « l’enceinte-continue » (Batignolles-Vaugirard via Charenton) ; papa a engagé le cachemire de maman pour prendre du « sous-Paris » ; le portier a trente actions de « chemin de fer sur les toits » ; la bonne trempe dans la « magnifique affaire » des « actions Crapouillard » pour le « nouveau chemin de fer de Périgueux à Carcassonne, en passant par Landernau, avec embranchement sur Villers-Cotterets »… Quand le fiancé provincial arrive en patache de sa province, le dialogue à double entente multiplie les bons mots pour dire l’envahissement de la spéculation sur les chemins de fer :

  • 53 Clairville et Faulquemont, La Grande Bourse et les petites bourses, À-propos vaudeville en un acte (...)

Dutillet. – Je n’ose espérer… J’ai quitté mon pays sur la foi d’ une promesse…
Carottin. – D’actions ?…
Dutillet. – Non, monsieur, de mariage…
Carottin. – De mariage ?… je ne connais pas ce capitaliste… Et quelle ligne
prétendez-vous suivre ?
Dutillet. – Celle de l’honneur et de la probité, monsieur […]53.

  • 54 Ibid., sc. XIII, p. 10.
  • 55 Clairville, Lubize et Siraudin, La Bourse au village, vaudeville en un acte (Variétés, 2 juillet 18 (...)
  • 56 Clairville et Cordier Jules, La Propriété, c’est le vol, folie socialiste en trois actes (Vaudevill (...)

24Cette récréation lexicale, qui va parodier les hyperboles des appels à souscrire envahissant alors la quatrième page des journaux, nourrit évidemment les airs chantés (un air sur la Bourse ; un concert final au refrain financier et grivois « ça mont’ra, ça mont’ra ! »). Mais elle laisse un moment place à un comique bien différent, une gesticulation que seul le vaudeville peut se permettre : lorsque Carottin annonce que le banquier Crapouillard organise la fusion des dites sociétés de chemin de fer et que seuls feront fortune les détenteurs des quatre sortes de titres, il faut que les membres de la maison Gobergeot échangent leurs actions. « Placez-vous là, en rond, comme au parquet de la Bourse », conseille Carottin. « Je comprends ; une bourse en famille, au quatrième au-dessus de l’entre sol… Vite, des chaises pour former le cercle54 … », s’agite Gobergeot. Et le vaudeville met la Bourse en scène (c’est l’explication du titre), tout comme dans Monsieur Gogo à la Bourse de Bayard en 1838, ou comme dans La Bourse au village, du même Clairville, en 1856, où des paysans spéculent sur les légumes55. Il y a là un génie mimétique du vaudeville, qui confronte une institution sociale et les abstractions de son fonctionnement à des enjeux scénographiques, et il n’est pas étonnant que Clairville, qui est un peu le Louis Reybaud du théâtre, soit aussi le vaudevilliste des systèmes socialistes56.

  • 57 HADF, vol. IV, p. 137.

25Mais si Gautier estime que « ce petit vaudeville en un acte aurait pu être une grande comédie aristophanique57 », c’est aussi et enfin parce que ce mimétisme concerne la révolution des conditions sociales dont la Bourse est l’agent. Il nous semble que Gautier est injuste lorsqu’il reproche à ce petit vaudeville de ne pas montrer philosophiquement l’éternité de la chasse humaine au « bonheur », à la « fortune promptement réalisée », de l’Eldorado aux promesses d’actions de chemin de fer, en passant par la rue Quincampoix. Précisément, la pièce de Clairville et Faulquemont va plus loin, en montrant que tous ces enragés attendent de la spéculation à la Bourse l’abolition des classes. Très drôle est la scène où l’employé Gobergeot, prenant exemple sur son portier Robin qui proclame que « grâce aux chemins de fer, tous les hommes sont égal », décide d’écrire une lettre d’insoumission à son chef de bureau : « Sommes-nous, en effet, à une époque de barbarie ; sommes-nous des esclaves ?… vivons-nous dans un pays de serfs ?… », s’emporte Gobergeot. « À bas, les chefs de bureaux ! », conclut-il. « À bas, les propriétaires », répond le portier. « Vive la liberté ! », rugit l’employé ; « Et l’égalité dans la société », renchérit le portier. Par bonheur, la bonne ne se considérant plus en service, la lettre révolutionnaire n’arrivera jamais au chef de bureau, et une fois Fich’ton-kan enfui, Crapouillard envolé et les Gobergeot rincés, tout le monde reprendra sagement sa place. Oui, la comédie aristophanique que cherche Gautier est bien là, du côté de l’emballement du vaudeville comme de la subversion macairienne du mélodrame : la saturnale moderne, la grande grève, la révolution sociale, l’anarchie même sont incarnées dans les spéculateurs forcenés de ce théâtre qui fait feu de tout bois.

26On aura compris que la Bourse est moins un thème qu’un opérateur dramatique et qu’on ne saurait donc commenter le théâtre de la Restauration et de la Monarchie de Juillet sur l’argent sans identifier sa thématique boursière. Car si la lecture de ce théâtre manifeste que la Bourse est d’essence vaudevillesque, on en vient aussi à penser que c’est le vaudeville qui est d’essence boursière. Emballements et retournements, péripéties et expédients, abstraction mais aussi prosaïsme, sont communs à la corbeille et à la scène des petits théâtres, et les meilleures pièces de la période font entrer ces deux mécanismes en résonance.

  • 58 Voir la note no 10.

27Mais ce parcours dans le théâtre boursier rend peut-être moins convaincante la thèse selon laquelle la comédie de mœurs du second Empire hériterait des tentatives de haute comédie de la Restauration tout en s’enrichissant du réalisme et de l’efficacité dramatique du vaudeville : il nous paraît qu’une frontière demeurera visible entre une comédie de mœurs verbeuse (La Bourse de Ponsard), plus ou moins éloquente (La Question d’argent de Dumas-fils), et une comédie véritablement fécondée par le vaudeville (par exemple Les Faux bonshommes de Barrière et Capendu en 1856), lequel demeure, aux côtés de l’écriture pamphlétaire de Vallès et de la caricature de Daumier, le genre triomphal de la mimesis boursicotière. Encore faudrait-il ne pas surestimer le caractère subversif du vaudeville, car il resterait à examiner si et quand ce théâtre de l’argent, dont Gautier dénonçait la connivence avec le public bourgeois58, peut pousser la dérision jusqu’à cesser de faire rire.

Notes

1 Des Granges Charles-Marc, La Comédie et les mœurs sous la Restauration et la monarchie de Juillet, Paris, L. de Soye et fils, 1902.

2 Ibid., p. 7.

3 Voir le 5 février 1844 sa critique d’Un Ménage parisien de Bayard. Voir a fortiori ses critiques de toute velléité de comédie en vers, notamment au début du feuilleton du 22 septembre 1845 consacré à L’Enseignement mutuel, de Nus et Desnoyers. La pagination donnée infra pour ces écrits critiques sera celle de l’Histoire de l’art dramatique en France depuis vingt-cinq ans (abrégé HADF), Genève, Slatkine Reprints, 1968 (six volumes).

4 Sur L’Hotel de Rambouillet de Mme Ancelot et Le Magasin de la graine de lin de Bayard, le 20 décembre 1842, HADF, vol. II, p. 313. Voir aussi le 27 avril 1842 à propos d’Oscar, ou le Mari qui trompe sa femme de Scribe : « Le Théâtre français est-il donc devenu l’asile des vaudevilles trop longs et qui n’étaient pas assez poétiques pour qu’on y fît des couplets ? », ibid., p. 238.

5 « Nous avons fait en temps et lieu une rude guerre au vaudeville, et ces paroles pourraient surprendre dans notre bouche. À ceux qui s’en étonneraient, nous répondrons que nous avons vu hier une comédie. » Sur L’Enseignement mutuel, de Nus et Desnoyers, HADF, vol. IV, p. 114.

6 Expression employée dans le feuilleton du 17 mars 1845 sur Les Deux Pierrots, de Bayard, à propos de l’éternité des plus pauvres procédés comiques.

7 Sur L’Enseignement mutuel, art. cit., p 114.

8 Ibid.

9 Il s’agit de la partie II. La partie I porte sur « Les genres, le public, les auteurs », la partie III sur « La famille, l’amour et le mariage ».

10 Critique d’Oscar, ou le Mari qui trompe sa femme, 27 avril 1842, HADF, vol. II, en particulier p. 235. Critique du Puff, 24 janvier 1848, HADF, vol. V, en particulier p. 218.

11 Say Jean-Baptiste, Cours complet d’Économie politique, t. II, VIIIe partie, chap. XV, « L’agiotage », Paris, 3e éd. par Horace Say, 1852, p. 449-450.

12 Les marchés à terme n’étant pas reconnus par la loi, le spéculateur malheureux peut ne pas payer son intermédiaire boursier en vertu de l’exception de jeu, laquelle ne prendra fin qu’en 1885.

13 La faillite de Law et le scandale des Assignats constituent un souvenir traumatique. Voir Rey Jean-Michel, Le Temps du crédit, Paris, Desclée de Brouwer, 2002.

14 Il a été question d’une petite ferme.

15 Picard, Wafflard et Fulgence, Le Jeu de la Bourse ou la bascule, comédie en un acte et en prose (Gymnase dramatique, 26 juillet 1821), Paris, Barba, 1821, sc. XXVI, p. 53.

16 Riboutté François-Louis, Le Spéculateur ou l’École de la jeunesse, comédie en cinq actes et en vers (Théâtre-Français, 24 juin 1826), Paris, Chez Vente, 1826, 132 p.

17 Picard et Empis, L’Agiotage ou le métier à la mode, comédie en cinq actes et en prose (Théâtre Français, 25 juillet 1826), Paris, Béchet Aîné et Cie libraires, 1826, acte V, sc. dernière, p. 108.

18 Saint-Clair est ruiné par la hausse dès la fin de l’acte III, ce qui libère deux grands actes IV et V de contrition. Dès la scène centrale (acte III, sc. IV), édifiant dialogue de l’avocat-agioteur avec sa fidèle épouse, s’esquisse la résolution morale de la comédie.

19 Ibid., acte III, sc. II, p. 56.

20 Ibid., acte II, sc. XIII, p. 47.

21 Ibid., acte III, sc. II, p. 56.

22 Voir la satire en vers de Dupont Pierre intitulée L’Agiotage (Paris, « Chez tous les libraires », octobre 1845, 31 p.), qui montre comment la prétention d’imiter Juvénal peut mener tout droit à Toussenel.

23 L’Agiotage ou le métier à la mode, op. cit., acte II, sc. XIII, p. 47.

24 Voir par exemple Mme de Staël, De la littérature, II, V, « Des ouvrages d’imagination », Paris, GF-Flammarion, 1991, p. 346-347. Voir aussi Laplace-Claverie Hélène, Ledda Sylvain, Naugrette Florence (dir.), Le théâtre français du XIXe siècle – histoire, textes choisis, mises en scène, Paris, Éditions de l’avant-scène théâtre, 2008, p. 50. Patrick Berthier et Sylvain Ledda y rappellent que Tartuffe est représenté à peu près cinq cents fois sur la période 1806-1848.

25 Voir HADF, vol. II, p. 219. Gautier se réfère à l’exemple des Nuées.

26 Art. cit., 24 janvier 1848, HADF, vol. V, p. 213.

27 Voir dans le présent volume l’article de Nathalie Preiss.

28 Je me permets de renvoyer aux lectures de pièces boursières qui ouvrent mon travail sur La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, Champion, 2007, ici p. 59-63.

29 Devant son père effaré, car dans la confidence de la ruine, Alexis feint l’amour pour Jenny (l’enlevant du même coup à son propre frère Jule), devant le vertueux Ménard qui le met à l’épreuve (acte IV, sc. VIII).

30 Voir La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, op. cit., p. 29-38.

31 Voir les pages consacrées à la réception de la pièce de Bonjour dans Les Débats, Le Figaro et Le Globe, in Des Granges Charles-Marc, op. cit., partie II. 2.

32 Le Globe, 7 Octobre 1826, cité par Des Granges, ibid., partie I. 3.

33 Voir le roman de F. de Groiseilliez, Les Cosaques de la Bourse ou le jeu du diable, Paris, Michel Lévy frères, 1 854. Voir aussi Vallès Jules, L’Argent, par un homme de lettres devenu homme de Bourse [1 857], éd. Roger Bellet, in Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1975, p. 28-32.

34 Le Jeu de Bourse ou la bascule, op. cit., sc. V.

35 Ibid., sc. IX pour les trois citations qui précèdent.

36 Picard et Empis, L’Agiotage, op. cit., acte I, sc. XIII, p. 21.

37 Picard Louis-Benoît et Chéron François, Duhautcours, ou le contrat d’union, comédie en cinq actes et en prose (Théâtre de Louvois, 6 août 1801), Paris, Huet, 101.

38 Pour l’ensemble de ces citations, voir Mme de Staël, art. cit., p. 345-346.

39 Début de la critique des Aristocraties, d’Étienne Arago, 1er novembre 1847, dans HADF, vol. V, p. 157-158.

40 Critique d’Un Ménage parisien, de Bayard, 5 février 1844, dans HADF, vol. III, p. 160.

41 Ozouf Mona, Les Aveux du roman, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 2001, p. 18.

42 Bayard, Monsieur Gogo à la Bourse, vaudeville en un acte et un tableau, Paris, Marchant éditeur, 1838. Voir le dithyrambe sur l’actionnaire, sc. XI.

43 Le Jeu de Bourse ou la bascule, op. cit., sc. XII.

44 Ce sont les paroles de Saint Clair dans L’Agiotage, de Picard et Empis, acte I, sc. XIII (fin).

45 Le Jeu de Bourse ou la bascule, op. cit., sc. III.

46 Scribe et Bayard, Les Actionnaires, comédie-vaudeville en un acte (Théâtre de Madame, 22 octobre 1829), Paris, Pollet, sc. IV, p. 17.

47 Ibid., sc. XV.

48 Les Débats, 27 octobre 1829, cité in Des Granges Charles-Marc, op. cit., partie II. 2.

49 Lubize et Léonce, La Bourse de Pézénas, grrrrande spéculation industrielle mêlée de vaudevilles (Gymnase dramatique, 15 mai 1838), dans le Magasin théâtral, vol. 21, Paris, Marchant éditeur.

50 Voir aussi Monsieur Gogo à la Bourse, cité in La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, op. cit., p. 48.

51 La Bourse de Pézénas, op. cit., début de la scène VIII.

52 Critique de La Grande Bourse et les petites bourses, 10 novembre 1845, HADF, vol. IV, p. 138.

53 Clairville et Faulquemont, La Grande Bourse et les petites bourses, À-propos vaudeville en un acte (Vaudeville, 31 octobre 1845), Paris, Beck, 1845, sc. III, p. 2.

54 Ibid., sc. XIII, p. 10.

55 Clairville, Lubize et Siraudin, La Bourse au village, vaudeville en un acte (Variétés, 2 juillet 1856). Voir La Bourse dans le roman du second XIXe siècle, op. cit., p. 56.

56 Clairville et Cordier Jules, La Propriété, c’est le vol, folie socialiste en trois actes (Vaudeville, 28 novembre 1848), Paris, Gaume frères, 1848. « Voici un vaudeville qui a la prétention d’être aristophanique », écrit Gautier le 11 décembre 1848 à propos de cette satire de Proudhon. Voir HADF, vol. VI, p. 22. Voir en outre, de Clairville et Siraudin, L’Âne à Baptiste, ou le Berceau du socialisme (Vaudeville, juin 1849).

57 HADF, vol. IV, p. 137.

58 Voir la note no 10.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site