Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argent et le rire

 | 
Florence Fix
, 
Marie-Ange Fougère

Première partie. Rire de son temps : de la satire à la subversion

Variations sur une pièce de monnaie

L’argent, enjeu comique dans les contes de Villiers de l’Isle-Adam

Thomas Conrad

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À la fin du XIXe siècle, la scission entre le monde de l’argent et le monde de l’art est plus marquée que jamais. Socialement, le champ littéraire se constitue et se hiérarchise en fonction de la « relation d’inversion qui oppose l’univers de l’art pur et le monde des affaires1 ». Dans ce champ, Villiers de l’Isle-Adam, disciple de Flaubert et de Baudelaire, ami de Mallarmé et de Huysmans, écrivain pauvre, est sans doute l’un des meilleurs emblèmes du pôle de l’art pur. Il n’est donc pas étonnant que l’argent soit, dans ses contes et nouvelles, un thème récurrent : l’argent n’y est pas un élément réaliste, mais un enjeu idéologique dans le conflit entre l’artiste et le « bourgeois ». Villiers traite l’argent sur un mode polémique, en adoptant souvent une posture de dénonciation du monde marchand au nom des valeurs supérieures de l’art, de la noblesse et de la religion.

C’est dans ce contexte qu’on doit interpréter le jugement mitigé que Mallarmé porte sur Villiers. Dans ce texte unif...

Auteur

Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540