Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'argent et le rire

 | 
Florence Fix
, 
Marie-Ange Fougère

Première partie. Rire de son temps : de la satire à la subversion

Les Inventions de mon nerveux ami Laponet ou l’exploitation capitaliste des émotions

Benoît Denis

Texte intégral

  • 1 Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Léon Valade, Ernest d’Hervilly, Camille Pelletan, Pierre Elzéar, Ém (...)
  • 2 Tous les membres du tableau, excepté d’Hervilly et Aicard feront partie des Zutistes.
  • 3 Goncourt Edmond et Jules de, Journal des Goncourt Mémoires de la vie littéraire, 15 septembre 18 (...)
  • 4 Ibid., 19 janvier 1871, p. 376.
  • 5 Hervilly Ernest, Parisienneries, Paris, E. Dentu, 1882. Par la suite les références au texte de d’ (...)
  • 6 Il est difficile de déterminer précisément l’identité générique de cette œuvre, les textes oscille (...)

1Pipe longue dans une main, livre ouvert dans l’autre, assis entre Léon Valade et Camille Pelletan, Ernest d’Hervilly pose pour le Coin de table1 de Fantin-Latour. Sa présence sur cette célèbre toile, outre le fait qu’elle lui évite de sombrer dans l’oubli, rappelle son appartenance au groupe des Vilains-Bonshommes et les relations étroites qu’il entretenait avec les poètes de sa génération. Et même s’il ne participe pas au cercle plus fermé des Zutistes2, au contraire de Verlaine, Rimbaud et d’autres de ses amis, il demeure un adepte de la parodie et de la mystification en tout genre. Son goût pour le rire grinçant, le rire « hénaurme » selon l’expression de Flaubert, semble être un trait définitoire de sa personnalité. C’est sous cette caractéristique qu’il apparaît à plusieurs reprises dans les notes des Goncourt : « [d’Hervilly] commence à joliment et spirituellement blaguer l’héroïsme à venir et le patriotisme de ses propres articles. La blague toujours la blague3 ! » ; même type de remarque en janvier de l’année suivante : « d’Hervilly […] a toujours ce joli esprit pasquinant d’autrefois4 ». C’est cet esprit qui est à l’œuvre dans le texte intitulé Les Inventions de mon nerveux ami Laponet, issu de Parisienneries5, recueil de petites histoires en prose6 publié en 1882. D’Hervilly nous plonge dans la rêverie d’un homme, le nerveux Laponet, qui souhaite « utiliser » l’influx nerveux des riches Parisiens à des fins industrielles. À travers cette figure, véritable caricature du capitaliste insatiable et sans scrupules, pour qui les intérêts financiers priment sur les relations humaines, d’Hervilly livre une parodie des thèses libérales et une satire sociale virulente. Toutefois, des prolégomènes sont indispensables à l’étude du texte, afin de mettre en relief sa portée réflective et humoristique.

Les concepts fondateurs

  • 7 Nous laissons ici de côté la notion de libéralisme social, comprise comme une tolérance vis-à-vis (...)
  • 8 Harribey Jean-Marie, La Démence sénile du capital – Fragments d’économie critique, Paris, Éditions (...)
  • 9 Smith Adam, Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, traduction de Paulette (...)
  • 10 Idem.

2Le système capitaliste est lié à un concept clef : le libéralisme. Le terme « libéralisme » sert à désigner deux choses bien distinctes : à la fois une idéologie politique et une doctrine économique7. Comme l’indique Jean-Marie Harribey, le libéralisme est en premier lieu « […] une philosophie politique qui vient du siècle des Lumières et qui est fondée sur la liberté et la primauté de l’individu8 ». Défendue par Locke, Montesquieu, Rousseau, cette pensée politique a influencé nombre de textes, lois ou décrets, de l’habeas corpus de 1679 – ordonnance interdisant l’accusation et la détention arbitraire – à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme proclamée par l’ONU en 1948. Elle fait de la liberté individuelle une valeur fondamentale et reconnaît à l’homme le droit à l’autonomie, à l’initiative, et à l’épanouissement de ses potentialités. En tant que doctrine économique, le libéralisme se base sur l’idée que les mécanismes du marché (loi de l’offre et de la demande, libre concurrence…) permettent l’optimum économique, c’est-à-dire qu’ils conduisent les agents vers la meilleure situation possible pour eux. Centrée sur la liberté d’entreprendre, de vendre, d’acheter, de travailler, sur le droit à la propriété, elle se résume par la formule du « laisser faire, laisser passer ». Bien évidemment, pour les libéraux, ces deux sens du terme « libéralisme » sont indissociables. C’est la fameuse image de la « main invisible » énoncée par l’économiste écossais Adam Smith, dans son livre fondateur Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations. Pour lui, l’homme est « conduit par une main invisible pour faire avancer une fin qui ne faisait point partie de son intention9 », ainsi « en poursuivant son propre intérêt il fait souvent avancer celui de la société plus efficacement que s’il y visait vraiment10 ». En d’autres termes, il y a convergence implicite des intérêts individuels vers l’intérêt général, ce qui garantit l’harmonie, ou tout le moins la stabilité sociale.

  • 11 Conjugaison des fonds monétaires et du capital technique, c’est-à-dire les biens qui permettent à (...)
  • 12 Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue Française, t. I, Paris, Le Robert, 2004, p. (...)
  • 13 Harribey Jean-Marie, op. cit., p. 242.

3Le capitalisme est un système économique et social historique, basé sur le capital11 et son accumulation. « Économiquement, le terme s’applique à toute économie où une grande masse de biens capitalisés est affectée à la production12. » Le capitalisme est de fait le système économique le plus congruent à l’expression du libéralisme économique. Au niveau social et politique, le capitalisme doit se comprendre comme une « forme d’organisation de la société fondée sur la séparation entre ceux qui possèdent le capital financier et productif et ceux qui ne possèdent que leur force de travail qu’ils sont obligés de louer aux premiers pour vivre ou survivre13 ». L’analyse marxiste a dénoncé une telle structure, reposant sur l’exploitation et l’aliénation des travailleurs par et au profit de capitalistes uniquement soucieux de s’enrichir et non d’améliorer le bien-être général. Ces fonds théoriques forment la source à laquelle d’Hervilly puise l’inspiration d’une rencontre entre un narrateur-personnage et son drôle d’ami Laponet ; échange au cours duquel ce dernier présente son original projet.

Les inventions de Laponet

  • 14 EH, p. 274.
  • 15 Ibid., p. 273.
  • 16 Ibid., p. 275.
  • 17 Idem.
  • 18 Ibid., p. 276.

4Après n’avoir « fait que tomber, avec violence, tantôt pile, tantôt face, puis sur toutes les coutures14 » pendant une bonne heure sur la « piste de bitume » d’un Skating-Palace de famille – une grande patinoire à roulettes – l’ami du narrateur, Laponet, le « nerveux Laponet », exprime sa satisfaction, son bonheur ; il s’estime « complètement remis dans [son] assiette », heureux d’aller « beaucoup mieux15 ». Devant l’étonnement et l’incompréhension du narrateur, surpris par ces « exclamations inattendues », Laponet justifie son comportement par sa volonté, son désir, son besoin de « calmer [ses] nerfs », affirmant qu’« à de certains moments d’exaspération nerveuse, il [lui] est doux de [se] faire mal, un peu, beaucoup, passionnément16 ». Repoussant les ironiques alternatives suggérées par le narrateur : se faire « rouer en place publique » ou ingurgiter du « brômure de potassium17 », Laponet livre à son ami l’un des projets dont il « rêve depuis si longtemps », la fondation d’un établissement intitulé : La Maison de dépense de forces au bénéfice de la nation, à l’usage des gens du monde. Ainsi que son nom l’indique, cette maison serait destinée, réservée aux personnes des classes sociales élevées, car, comme le remarque Laponet, ceux-ci n’ont pas la possibilité, la « satisfaction », les « jours où ils sont déçus, trompés, bernés, ennuyés, agacés… […] de [pouvoir] faire une effroyable dépense de forces musculaires qui les soulagerait rapidement18 ». En effet, Laponet part du constat suivant :

  • 19 Idem.

[…] Aux degrés inférieurs de l’escalier social, on a la satisfaction, […] pour pallier ses contrariétés, d’échanger des horions, de se donner des coups de torchon en pleine rue, de battre sa femme, ou bien, à l’atelier, on masse avec fureur, on enlève la besogne la plus éreintante comme une simple plume, on frappe du marteau, on pioche ; bref, on dépense de la force en toute liberté, abondamment, facilement. Mais l’homme du monde n’a rien de tout cela sous la main19.

  • 20 Idem.
  • 21 Sans que la question de l’argent soit directement évoquée dans le texte, de nombreux termes contie (...)
  • 22 EH, p. 276.

5Il y a un vide à combler, un besoin à satisfaire, autrement dit un marché à prendre. Et Laponet se propose de répondre à cette demande, dont il estime le potentiel, non sans enthousiasme ni confiance, à « des centaines, des milliers d’individus ». À cette clientèle latente, le centre offrirait la possibilité unique de calmer ses nerfs exaspérés à l’abri des regards et des jugements et sans quitter la capitale. Tenus par une morale coercitive – « battre femme, enfant, domestique est assez mal porté » ; « casser les meubles est de mauvais goût » –, confinés dans ce Paris « surexcité, surmené, trépidant, frémissant » qui n’offre guère d’exutoire – « on a peu de jardins à bêcher dans Paris, et la chasse n’a qu’un temps20 » –, les gens du monde se tourneront immanquablement vers la maison de force. Dans les prévisions de Laponet, il n’y a d’ailleurs pas de place pour le contingent, tout Parisien soucieux de « calmer ses nerfs » deviendrait automatiquement client de son établissement. À ce stade du texte, le projet de Laponet, que l’on peut rapprocher de notre conduite actuelle d’usage de salle de sport, se résume à la création d’une entreprise, dans laquelle une clientèle huppée pourra, moyennant finance21, « trouver de quoi ouvrir la soupape des nerfs22 ». Mais ceci n’est que le premier volet d’un ensemble beaucoup plus vaste ; car, sous cette apparence d’établissement de service, la Maison de dépense de forces va dissimuler une structure productive.

Du consommateur au producteur

  • 23 Ibid., p. 278.
  • 24 EH, p. 277.
  • 25 Ibid., p. 278.

6En effet, loin de simplement vouloir remédier aux accès nerveux des gens du monde, Laponet convoite « ces forces considérables que les Parisiens dépensent et dispersent en tous lieux, de temps à autre, en pure perte23 ». L’enjeu de cette seconde entreprise consistera à récupérer ce potentiel énergétique pour l’employer à divers travaux. Les clients seraient amenés par exemple à « fendre des troncs d’arbre à l’aide d’énormes merlins24 », ce qui offrirait la possibilité à l’entreprise de se positionner comme fournisseur de bois coupé. Cette recherche pour canaliser ces forces et les transformer en biens consommables nécessitera quelquefois la mise en place d’une machinerie complexe, ce qui n’effraye guère notre Laponet, qui songe déjà à d’ingénieux procédés permettant « d’accomplir de menus ouvrages d’art : découpage de plaques d’ivoire, polissage d’aiguilles de montre, ou taille de diamants25 ». Sans qu’ils s’en rendent compte, les abonnés cumuleront ainsi les fonctions de consommateur et de producteur, clients finaux de la première entreprise ils seront les ouvriers initiaux de la seconde. S’appuyant sur une double rentrée pécuniaire : l’argent de la clientèle (1re entreprise) et les profits occasionnés par la vente des biens produits (2nde entreprise), l’établissement offrira dès lors une rentabilité optimale ; et ce n’est pas le seul avantage du projet déployé par Laponet. Grâce à la transsubstantiation des clients en main-d’œuvre, Laponet se libère de toute masse salariale. Mieux : ses salariés paient pour travailler !

  • 26 Valeur-travail marchandise = capital constant + plus-value.
  • 27 Puel Hugues, L’Éthique dans le monde du travail, in Dupré Denis (dir.), Éthique et capitalisme, Pa (...)
  • 28 Étymologiquement travailler (Tripalium) signifie « torturer, tourmenter, faire souffrir ». Travail (...)
  • 29 Aliéner, c’est « rendre autre », ce que Laponet parvient à réaliser concrètement avec ses clients.

7Si l’on applique une grille de lecture marxiste, en privilégiant le rapport à la production, on constate que cette seconde finalité présente un schéma typiquement capitaliste. En effet, dans son rêve éveillé, Laponet dispose des moyens de production, qu’il valorise en exploitant les forces de travail des Parisiens. Cependant, Laponet modifie l’équation marxiste de valeur-travail de la marchandise, posée comme le résultat du capital constant – l’ensemble des biens qui transmettent leur propre valeur à la marchandise –, additionné du capital variable – les salaires pour acheter la force de travail – auquel s’ajoute la plus-value, créée par l’exploitation des ouvriers et transformée en profit lors de la vente de la marchandise. En supprimant la composante « capital variable » Laponet avance une nouvelle formule dans laquelle la plus-value semble s’engendrer automatiquement, sans aucune intervention, et où les profits ne sont amputés que de la part du capital constant26. Concrétisant l’idéal capitaliste, Laponet rend du même coup caduque le paradoxe situé « au cœur […] du processus d’exploitation », qui voulait que « le capital s’efforce de produire le maximum de plus-value et qu’il tâche en même temps de réduire au minimum le capital variable, c’est-à-dire le nombre des ouvriers qu’il exploite27 ». Faire des profits nécessite bien sûr d’être productif, mais surtout et en premier lieu, attractif ; car la réussite de ce projet repose sur l’emboîtement parfait des deux structures ; en d’autres termes, la labilité du consommateur au producteur doit se faire sans heurts, elle ne doit pas être apparente ; il ne faut pas que le client soit conscient de son rôle dans la production, donc de son exploitation. Pour obtenir l’adhésion et la participation inconsciente du client, l’aspect « service » doit primer sur l’aspect productif. Pour y parvenir, l’entreprise n’offre aucune vue directe sur la finalité de son installation, et met l’accent sur le soulagement apporté. La maison de dépense de forces promeut la détente et le plaisir, il faut que le client soit convaincu d’y venir pour évacuer une frustration, et non pour y travailler. Laponet essaye ainsi d’effacer toute trace du processus productif. Le vocabulaire de son discours est minutieusement choisi, aucune référence n’est faite à un quelconque « employé » ou « ouvrier » alors que le terme « client » est utilisé ad libitum. Laponet prend soin de couvrir ses activités productives d’un voile pour mettre ses clients dans les meilleures conditions de production, d’où le maquillage des « cellules de travail » en « cabinets de bains ». Par ces subtiles anamorphoses, Laponet entend vider le travail de sa nature première28, et cacher le mécanisme d’aliénation29 sous-jacent. Chez lui, le rapport d’exploitation ne prend plus la forme d’une rémunération mais devient un service rendu. En outre, il place l’ensemble de son projet sous l’égide de la liberté, en donnant au client l’illusion d’un choix possible dans la manière de se défouler, de « fouetter » ses nerfs. Ce seront aux machines de s’adapter aux volontés, aux demandes de la clientèle, telle est l’idée que Laponet tente de nous vendre à travers ses propos :

  • 30 Nous soulignons.
  • 31 EH, p. 277.

Les clients qui préféreraient30 marcher à grands pas, en poussant des cris féroces, marcheraient sur une piste machinée de telle façon que leurs promenades mettraient en mouvement des appareils à broyer les couleurs, à peigner la laine, à carder le coton, à teiller le lin31.

8Il y a pourtant fort à parier que Laponet réduira le nombre de machines en fonction de leur fréquence d’utilisation et de leur rentabilité ; car c’est bien lui qui dirigera cette clientèle/main-d’œuvre dans le sens qu’il aura décidé. Il semble d’ailleurs avoir déjà tout prévu, les moindres détails sont réglés. C’est là que réside une partie de la force ironique du texte, parce que d’Hervilly ne bascule pas dans la pure fantaisie ; au contraire, il construit, au travers de Laponet, un montage économique théoriquement viable, cohérent. Et ce décalage entre la logique structurelle mise sur pied et l’idée farfelue originelle, confère au texte sa dimension parodique.

La parodie libérale

  • 32 Cette classe inclut également « ceux dont la rage se dissout en larmes ».
  • 33 EH, p. 277.
  • 34 Ibid., p. 276.
  • 35 Normalement le critère « diminution des temps morts » se réfère au temps gagné entre les différent (...)
  • 36 EH, p. 278.
  • 37 Ibid., p. 277.

9Laponet suit à la lettre les grands préceptes libéraux et commence par la mise en place du principe de division du travail afin de maximiser sa production. De fait, dès leur entrée dans la maison de forces, les personnes seront séparées en deux grandes familles : les colériques d’un côté, les mélancoliques32 de l’autre, qu’on isolera ensuite dans des « cellules de travail » individuelles, à l’intérieur desquelles leur seront assignées – avec leur consentement – des opérations spécifiques suivant leur profil : les premiers auront « des manivelles à tourner, des pistons à faire mouvoir, des cabestans à virer, des poids à soulever, des sceaux de plomb à porter, des tas de pierre à casser33 » ; les seconds seront chargés de remplir un pleuroir (autre invention) : une machine recueillant les larmes. Et toutes ces activités s’effectueraint en « service continu », puisque Laponet souhaite que son établissement soit ouvert « à toute heure du jour [et] de la nuit, en toute saison34 ». On retrouve ainsi au fil du texte les trois aspects qui caractérisent la division du travail et qui permettent la hausse de la productivité : l’augmentation de la dextérité par spécialisation et répartition des taches, la continuité dans le temps35 (service continu) et l’invention de machines (le pleuroir par exemple). S’il met économiquement en pratique les recettes libérales, dont il est persuadé qu’elles lui apporteront croissance et succès, Laponet est de même convaincu de leur apport bénéfique au niveau social. Héritier d’Adam Smith, Laponet apporte la preuve concrète de l’existence d’un effet « main invisible ». Il en reprend d’ailleurs, quasiment mot pour mot, la formulation : « emmagasinées chez [lui], [les forces] utilement employées […] concourraient au bien-être général, après avoir produit le bienêtre particulier36 ». Effectivement, Laponet ne semble pas revendiquer les profits dégagés produits par l’entreprise, il clame haut et fort au narrateur que « tous [les] travaux auront lieu au bénéfice de la nation37 ». Qui est-il alors réellement ?

Laponet capitaliste ?

  • 38 Auteur parangon des penseurs libéraux notamment pour ses travaux sur l’individualisme, mais qui n’ (...)
  • 39 Tocqueville Alexis de, Correspondance, Lettre à Madame Swetchine du 10 septembre 1856, Paris, Mich (...)
  • 40 Pour Marx, « Être capitaliste c’est occuper une position sociale dans la production » (Marx Karl e (...)

10Laponet, mettant son inventivité et son savoir-faire au service de la collectivité, se positionnerait dans la lignée d’un Tocqueville38, qui considérait dès 1856 que « la répartition la plus égale des biens et des droits dans ce monde est le plus grand objet que doivent se proposer ceux qui mènent les affaires humaines39 ». L’aspect louable d’une telle démarche gommerait l’image de l’ambitieux et avide capitaliste au profit de celle d’un homme soucieux d’améliorer la vie de ses congénères. Il faut cependant mettre en doute un tel jugement, une telle approche, voire l’intégrité morale de Laponet, car certains détails du texte interpellent et prouvent que Laponet s’écarte vite de cette ligne socio-philosophique. Si à la première mention du nom de l’entreprise : La Maison de dépense de forces au bénéfice de la nation, à l’usage des gens du monde, le bénéficiaire final est clairement identifiable, celui-ci disparaît des appellations ultérieures, Laponet se contentant de parler de sa maison de dépense de forces. En outre, le remplacement de l’article défini « la » en précession de la première dénomination, par l’adjectif possessif « ma », présent devant chacune des autres occurrences, est significatif du procédé d’appropriation qui se déroule, consciemment ou non, dans la tête de Laponet. Lorsque le narrateur quitte Laponet, il se rend bien compte que celui-ci a évolué et ne songe plus à travailler pour le bien de la nation. Plus encore, le manque de liquidités de Laponet, nous empêche a priori de lui coller l’étiquette capitaliste sur le dos, car si l’on s’en tient stricto sensu à la définition d’Adam Smith, qui fait du capitaliste le détenteur du capital40, cela l’exclut d’emblée. « Oh ! si j’étais riche », s’exclame Laponet en ouverture de sa rêverie, confirmant, par cette tournure hypothétique, qu’il ne dispose pas des fonds nécessaires au lancement de sa structure. Peut-on identifier Laponet comme capitaliste alors même que celui-ci ne possède pas de capital ?

  • 41 Dans les paroles de Laponet concernant la valeur de la marchandise, on peut retrouver une autre in (...)
  • 42 EH, p. 277. Laponet précise d’ailleurs que « pour les coups à flanquer à ces garçons énervants, ce (...)
  • 43 Ibid., p. 278.
  • 44 Son célèbre ouvrage L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme paraît sous forme d’articles (...)

11Le critère financier n’est pas rédhibitoire ; ce n’est pas parce que Laponet est dépourvu de capital qu’on ne peut lui conférer le statut de capitaliste. Et ce d’autant moins, si l’on estime comme l’économiste français Jean-Baptiste Say, que c’est l’entrepreneur, c’est-à-dire celui qui agit, qui joue le rôle économique majeur au sein du système41. Or s’il faut reconnaître une chose à Laponet, c’est bien son extraordinaire capacité d’initiative, ayant constamment la volonté de créer des échanges économiques. Par exemple, dans sa quête permanente de profit, Laponet envisage d’accroître sa productivité, il imagine donc des aménagements ayant pour but de rendre sa main-d’œuvre la plus efficace possible. Pour les colériques, dont « l’irritation pourrait se refroidir » durant le trajet qu’ils « auraient à faire de leur domicile à [la] maison de dépense de forces », il prévoit le recrutement « de garçons […] soigneusement choisis parmi les plus bourrus », qui par le biais de réponses saugrenues et [d’]une lenteur d’action habilement calculée, seraient chargés de ramener leur colère au paroxysme42 ». Chez les mélancoliques, « les murs seraient garnis de tableaux mortellement tristes, destinés à accroître la sécrétion lacrymale dans de notables proportions43 ». Véritable force de proposition, Laponet a la faculté de passer du projet à la réalisation, de l’invention – apparition d’un objet qui n’existait pas auparavant – à l’innovation – l’utilisation économique de cette invention. Même s’il le prive des moyens financiers indispensables à l’élaboration de son projet, d’Hervilly, de par les raisonnements et la logique qu’il lui prête, fait de Laponet une hypostase de cet esprit capitaliste que le sociologue allemand Max Weber caractérisera quelques années plus tard44 par la recherche du profit et de l’accumulation du capital au moyen d’une organisation rationnelle du travail et de la production.

Le narrateur ou l’anti-Laponet

  • 45 Ainsi, alors que Laponet prétend aller beaucoup mieux suite à ses chutes, le narrateur, témoin de (...)
  • 46 Le narrateur suppose, non sans humour, qu’on le « qualifie [ainsi] sans doute parce que ce n’est q (...)

12Face au sérieux Laponet, le narrateur, qui n’est qu’une figure de l’auteur, vient en permanence faire contrepoids par ses répliques caustiques, ses moqueries et commentaires personnels à l’adresse de son ami45. Le décalage de vue, la mise à distance qu’il apporte, provoquent le rire du lecteur et démontrent toute l’absurdité du système Laponet. Ce second trait d’humour, qui vient doubler la parodie, permet à d’Hervilly d’instiller sa critique acerbe du système. Pendant que le narrateur encourage la confidence de Laponet au moyen d’interventions courtes centrées sur la fonction phatique du langage : « vraiment ! », « belle invention ! », « après ? », « ce serait merveilleux ! », il en profite pour étudier et railler mentalement cet ami, qui à peine sorti du Skating-Palace de famille46 où il était venu calmer ses nerfs, s’échauffe de nouveau avec ce baroque et inattendu projet socio-économique. Par exemple, lorsque Laponet, en bon disciple de Bentham et Stuart Mill, défend la doctrine utilitariste, le narrateur nous offre cette observation assortie d’une réflexion :

  • 47 Ce passage de la locution adverbiale au substantif féminin accentue le décalage entre les deux per (...)

Tandis qu’il m’exposait son projet complaisamment, mon nerveux ami Laponet souriait d’aise, tout à fait rasséréné, et arpentait le pavé comme s’il eût été chaussé des bottes de sept lieues de l’ogre.
Je le suivais, soufflant avec force et me demandant si le souffle que je perdais ainsi vainement, n’aurait pas pu être utilisé par lui comme force47 motrice, en l’appliquant aux moulins à vent.

  • 48 Un peu plus loin il déclare que grâce à sa machinerie adaptée aux mélancoliques, « la douleur aura (...)
  • 49 Si les pleurs peuvent être récupérés et utilisés, pourquoi pas la sueur, l’urine… On voit où peut (...)
  • 50 EH, p. 278.
  • 51 Trois de ses poèmes ont été publiés dans le Parnasse contemporain de 1871, sept dans celui de 1876
  • 52 « Cher ami, […] ne crois pas que je sois revêtu de ce cuir d’hippopotame qui se rit des balles des (...)
  • 53 C’est d’ailleurs le seul écrivain cité.
  • 54 EH, p. 278.

13D’Hervilly, par le recours à la figure de Don Quichotte se moque de cette chasse au gaspillage, au temps perdu prônée par Laponet. Son credo « rien ne doit être perdu », proclamé à maintes reprises48, le pousse à réifier et rendre exploitable toute force, émotion ou sécrétion humaine49. Aveuglé par son objectif final : l’amélioration du bien-être collectif, Laponet passe outre les mesures déontologiques ; il fait vanité de son idée de « faire servir [les] attaques de nerfs à quelque chose de bon50 ». Au passage, d’Hervilly, n’oubliant pas ses relations avec le Parnasse51, égratigne l’utilitarisme bourgeois, au travers de ce surprenant emploi que Laponet entend faire des tableaux, destinés à favoriser la production de larmes des mélancoliques. Si les philistins allient l’art aux notions de confort ou d’investissement, Laponet va plus loin, il le dote d’une fonction productive, et le réduit à être un équipement de son capital technique. Brocard d’autant plus croustillant que Laponet, à la faveur d’une explication sur la sensibilité de son épiderme52, se permet de faire référence à Théophile Gautier53, la figure tutélaire de l’art pour l’art. En outre, le narrateur, au moyen de cette comparaison à l’ogre du conte de Perrault, croque un portrait mordant du capitaliste. La physionomie de Laponet se dessine par ces trois traits significatifs : l’avidité du gain (ogre), la volonté d’aller toujours plus vite (les bottes), et la jouissance tirée de l’exploitation (sourire d’aise). Une telle caricature permet au lecteur de briser la gangue de respectabilité que Laponet s’était construite et de découvrir sa véritable identité. Aimant à paraître tel un guide, un père, à s’octroyer le beau rôle, Laponet insiste dans son discours sur l’aide et le réconfort qu’il désire apporter. « J’ai pensé paternellement à leur être agréable54 », affirme-t-il, au sujet des mélancoliques, lorsqu’il présente son pleuroir. Mais Laponet est véritablement convaincu du bien-fondé de sa démarche, il aspire à soulager les autres, à les soigner comme lui-même se soigne.

Du client au patient

  • 55 D’Hervilly était lui-même en proie à des accès nerveux.
  • 56 Flaubert Gustave, Dictionnaire des idées reçues, édition présentée et établie par Claudine Gothot- (...)
  • 57 Huysmans Joris-Karl, À rebours, in Romans, t. I, Pierre Brunel (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. (...)
  • 58 Bourget Paul, Essais de psychologie contemporaine – études littéraires, édition établie et préfacé (...)
  • 59 La névrose est aussi une maladie de la volonté, comprise comme la puissance intérieure permettant (...)
  • 60 La guérison serait une hérésie économique car elle priverait à terme Laponet de toute main-d’œuvre

14Le « nerveux Laponet ». Si l’onomastique ne révèle rien, en revanche, l’épithète qui précède quasi systématiquement le nom dans le texte – en tout douze fois, titre compris – prend toute son importance ; elle nous informe que Laponet souffre de névrose, LA maladie de cette fin de XIXe siècle55. En 1882, Freud a 26 ans, l’acte de naissance de la psychanalyse est encore loin d’être établi – il le sera seulement en 1896 – d’où la difficulté de circonscrire en ce temps, avec précision cette notion de névrose et de savoir ce qu’elle recouvre. à cette époque, le mystère qui entoure cette maladie fascine les écrivains et fait barrage aux médecins. La définition du mot « nerveux » par Flaubert dans son Dictionnaire des idées reçues est dans ce sens saisissante : « “C’est nerveux !” Doit se dire toutes les fois qu’on ne comprend rien à une maladie. Et l’auditeur est satisfait56. » Huysmans, dans sa préface d’À Rebours, se pose le même type d’interrogation : « Quels sont les tenants et les aboutissants de cette maladie peccamineuse ? […] Nul ne le sait ; en cette matière, la médecine déraisonne et la théologie se tait57. » Le terme « névrose » est une appellation bien commode, une étiquette sous laquelle la médecine diagnostique tout ce qu’elle ne connaît pas. Que sait-on réellement ? Si comme l’écrit Bourget, « la santé réside dans le pouvoir d’équilibre qui nous permet d’arrêter nos impressions avant qu’elles ne s’amplifient, qu’elles ne s’exaltent jusqu’à dépasser notre force58 », alors on peut par opposition, proposer la définition suivante : la névrose est un dysfonctionnement de la structure harmonieuse et logique formée par la relation entre soma et psyché. Elle implique une modification de l’état du sujet, provoque une perte des repères, entraîne une déviance de la norme sociale, et efface toute limite. Autre certitude, les nerfs sont vecteurs de la maladie. La névrose repose sur le dérèglement du système nerveux, ce qui précipite le sujet dans des états d’excitabilité ou de détente extrêmes. Le névrosé ne pouvant contenir, contrôler59 les mouvements disproportionnés de ses nerfs, est en proie au déséquilibre, au détraquement, ce qui se traduit par des fractures, des brisures, qui prendront la forme de crises de nerfs (excès) ou de crises de larmes (manque). Ce sont ces ruptures que Laponet entend exploiter économiquement. Conscient, du fait de sa propre expérience, du peu d’échappatoire qui existe, hormis endormir les nerfs par le recours aux drogues, Laponet construit son établissement autour de cette vocation thérapeutique, permettant à chacun, grâce à un remède adapté, de calmer momentanément60 et sans risque sa névrose. Une partie de l’organisation de son entreprise est basée sur cette vision de la maladie, c’est le cas par exemple de la répartition entre colériques et mélancoliques, qui reprend la dichotomie entre excès et manque.

L’emprisonnement

15Une fois encore, cette ambition curative avancée par Laponet ne fait que masquer un autre modèle organisationnel : celui de la prison. Lui-même travesti en « salle de sport », le complexe hospitalier recouvre un centre de redressement, dont le but est de corriger les déviances entraînées par la névrose. Juste avant de se séparer du narrateur, Laponet souligne cet ultime avantage :

Un dernier mot et je vous rends votre liberté : avec ma Maison de dépense de forces musculaires et nerveuses, la Gazette des Tribunaux aurait infiniment moins de crimes à enregistrer. Le travail excentrique auquel on se livrerait chez moi serait le paratonnerre de l’électricité humaine : il la soutirerait. Plus d’éclat bruyant, plus d’assassinat, mais une fuite agréable et certaine de la colère farouche causée par la haine, par la jalousie, par la conversation d’un bavard, par l’amour trahi…

  • 61 « Dans ma maison de forces, très capitonnée à l’intérieur, et contre les murs de laquelle on pourr (...)
  • 62 Si pour la salle de sport les niveaux de liberté et de plaisir sont importants, ils diminuent dans (...)
  • 63 Foucault Michel, Surveiller et punir – naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 19 (...)
  • 64 EH, p. 277.
  • 65 Danjou Ernest, Des prisons, de leur régime, et des moyens de l’améliorer, Paris, A. Égron, 1821, p (...)
  • 66 Foucault Michel, op. cit., p. 281. Pour Foucault, « le travail pénal doit être conçu comme étant p (...)
  • 67 Ibid., p. 278.
  • 68 Ce second terme est peut-être exagéré, mais il a l’avantage de recouper les sèmes d’enfermement et (...)
  • 69 EH, p. 279.

16Après plusieurs avatars sémantiques, le nom de l’établissement semble enfin trouvé, il résume bien le triptyque structurel mis sur pied par Laponet. Si la dénomination sociale insiste dans sa seconde partie sur ses activités de détente (dépense de forces musculaires) et de soin (dépense de forces nerveuses), sa première partie ne peut toutefois cacher son socle constitutif : la maison de forces. Ce raccourci n’est pas une extrapolation, puisqu’on le trouve tel quel dans la bouche de Laponet61. De ce projet palimpseste, il s’agit de subsumer le prisonnier sous le patient et le patient sous le client. Et à chaque étape de ce processus, on découvre une diminution de la liberté et du bien-être62. Sous cet angle, une relecture du texte s’impose, mettant au jour un modus operandi calqué sur celui de l’univers carcéral. L’isolement et le travail sont les deux conditions d’un bon emprisonnement ; or on les retrouve dans la Maison de forces de Laponet. Sachant que « la solitude est la condition première de soumission totale63 », Laponet prédit au narrateur que « […] personne ne verrait [ses] clients [car] chacun d’eux serait enfermé dans une cellule de travail64 […] ». Quant à l’aspect « travail », son contenu a déjà été abondamment évoqué ; mais ici, c’est sa perspective finale qui change, il n’est plus seulement une valeur à l’origine de la création de profits, il devient également un moyen de correction, ou tout le moins de prévention des excès de violence jugés nuisibles à la société et par conséquent répréhensibles. « Lorsque le corps s’agite, lorsque l’esprit s’applique à un objet déterminé, les idées importunes s’éloignent, le calme renaît dans l’âme65. » Laponet rejoint la pensée de son époque, il voit dans le travail « un principe d’ordre et de régularité », parce qu’« il plie les corps à des mouvements réguliers, il exclut l’agitation et la distraction66 ». L’isolement et le travail, « agents de la transformation carcérale67 », sont repris et utilisés par Laponet à des fins économiques (meilleure production) et sociales (apaisement de la névrose, prévention des accès de violence et de désespoir). Il rêve d’une installation où chaînes de contrôle et de production iraient de pair ; une usine-asile68 dans laquelle l’individu serait déshumanisé et aliéné au nom du rendement, et sa conduite normalisée au nom d’une quiétude sociale. De ce fait, la façon dont Laponet prend congé du narrateur n’est plus anodine, il lui « rend sa liberté ». Rien d’étonnant alors à voir celui-ci, effrayé par la portée du projet, « s’enfuir à toutes jambes », en n’oubliant pas toutefois de lancer à Laponet une dernière banderille d’une ironie mordante : « Adieu ! je reviendrai vous voir, quand vous aurez bâti votre Eldorado… et j’en userai comme quatre69 ! »

  • 70 Mendel Gérard, La Crise de la psychanalyse, in Pouvoirs, no 11, 1979, p. 94.

17En 1882, lorsque paraît le texte de d’Hervilly, la seconde révolution industrielle est à son apogée, le système capitaliste installé, l’idéologie bourgeoise triomphante. Il est légitime pour l’écrivain d’exprimer ses doutes et ses interrogations devant un tel changement social. Dans un style alerte et plaisant, qui renforce l’efficacité de son propos, d’Hervilly met le lecteur en garde contre un système dans lequel la part accordée à l’humain semble de plus en plus réduite. D’Hervilly craint que sous couvert de liberté individuelle, le capitalisme n’entraîne qu’une normalisation des comportements, où docilité et utilité seraient les attributs d’une conduite sociale « normale ». Mais, si d’Hervilly ne crée qu’un mirage, force est de constater l’aspect prospectif du texte ; une partie de l’Eldorado sera construit, la psychanalyse et la psychologie reprendront le flambeau allumé par Laponet. Orientées vers le traitement émotionnel de l’individu, ces nouvelles sciences entretiendront, de par leur émergence et leur développement, des liens étroits avec le système capitaliste. Ainsi Gérard Mendel, fondateur de la sociopsychanalyse, mettra en lumière l’influence de l’idéologie bourgeoise sur la relation analytique. Pour lui, « une analyse = être un peu plus bourgeois, et moins névrosé, si l’indication a été bien posée70 » ; on croirait entendre Laponet.

Notes

1 Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Léon Valade, Ernest d’Hervilly, Camille Pelletan, Pierre Elzéar, Émile Blémond et Jean Aicard figurent sur cette toile.

2 Tous les membres du tableau, excepté d’Hervilly et Aicard feront partie des Zutistes.

3 Goncourt Edmond et Jules de, Journal des Goncourt Mémoires de la vie littéraire, 15 septembre 1870, t. II (1866-1886), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1956, p. 286.

4 Ibid., 19 janvier 1871, p. 376.

5 Hervilly Ernest, Parisienneries, Paris, E. Dentu, 1882. Par la suite les références au texte de d’Hervilly seront notées EH suivi du numéro de page.

6 Il est difficile de déterminer précisément l’identité générique de cette œuvre, les textes oscillent entre poèmes en prose et nouvelles.

7 Nous laissons ici de côté la notion de libéralisme social, comprise comme une tolérance vis-à-vis des comportements déviants.

8 Harribey Jean-Marie, La Démence sénile du capital – Fragments d’économie critique, Paris, Éditions du Passant, coll. « Poches de Résistance », 2002, p. 244.

9 Smith Adam, Enquête sur la nature et les causes de la richesse des nations, traduction de Paulette Taieb, Paris, PUF, 1995, p. 513.

10 Idem.

11 Conjugaison des fonds monétaires et du capital technique, c’est-à-dire les biens qui permettent à l’entreprise de produire. Ce capital technique se décompose en biens matériels (bâtiments, équipements…) et immatériels (brevets, logiciels…).

12 Rey Alain (dir.), Dictionnaire historique de la langue Française, t. I, Paris, Le Robert, 2004, p. 615.

13 Harribey Jean-Marie, op. cit., p. 242.

14 EH, p. 274.

15 Ibid., p. 273.

16 Ibid., p. 275.

17 Idem.

18 Ibid., p. 276.

19 Idem.

20 Idem.

21 Sans que la question de l’argent soit directement évoquée dans le texte, de nombreux termes contiennent l’idée de tarification : clients, abonnés… par son vocabulaire, Laponet coupe court à toute équivoque ; l’utilisation de son centre ne se fera pas à titre gracieux.

22 EH, p. 276.

23 Ibid., p. 278.

24 EH, p. 277.

25 Ibid., p. 278.

26 Valeur-travail marchandise = capital constant + plus-value.

27 Puel Hugues, L’Éthique dans le monde du travail, in Dupré Denis (dir.), Éthique et capitalisme, Paris, Éditions Economica, 2002, p. 156.

28 Étymologiquement travailler (Tripalium) signifie « torturer, tourmenter, faire souffrir ». Travailler, c’est accepter du désagrément (fatigue, diminution du temps libre…) en contrepartie d’une rémunération ; or ici Laponet veut que le client assimile le travail au plaisir.

29 Aliéner, c’est « rendre autre », ce que Laponet parvient à réaliser concrètement avec ses clients.

30 Nous soulignons.

31 EH, p. 277.

32 Cette classe inclut également « ceux dont la rage se dissout en larmes ».

33 EH, p. 277.

34 Ibid., p. 276.

35 Normalement le critère « diminution des temps morts » se réfère au temps gagné entre les différentes opérations d’assemblage ; Laponet y substitue son service continu. Un tel détournement fait également partie du jeu parodique, il prouve que Laponet accommode à sa sauce les règles libérales.

36 EH, p. 278.

37 Ibid., p. 277.

38 Auteur parangon des penseurs libéraux notamment pour ses travaux sur l’individualisme, mais qui n’écarte jamais du projet capitaliste sa visée finale humaniste.

39 Tocqueville Alexis de, Correspondance, Lettre à Madame Swetchine du 10 septembre 1856, Paris, Michel Lévy frères, 1867, p. 339.

40 Pour Marx, « Être capitaliste c’est occuper une position sociale dans la production » (Marx Karl et Engels Friedrich, Manifeste du parti communiste, 1848), ce qui est certes le cas de Laponet dans sa projection mentale, mais qu’en est-il en vérité ? Le texte ne contient aucune indication sur le réel statut social du nerveux personnage.

41 Dans les paroles de Laponet concernant la valeur de la marchandise, on peut retrouver une autre influence des thèses de Say ; pour ce dernier, la valeur de la marchandise dépend non plus du travail mais de l’utilité fournie.

42 EH, p. 277. Laponet précise d’ailleurs que « pour les coups à flanquer à ces garçons énervants, ce qui constituerait un supplément, on traiterait de gré à gré avec le consommateur. Il leur donnerait des pour battre en conséquence » (ibid., p. 277). Nouvelle illustration de son inventivité débordante.

43 Ibid., p. 278.

44 Son célèbre ouvrage L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme paraît sous forme d’articles en 1904-1905.

45 Ainsi, alors que Laponet prétend aller beaucoup mieux suite à ses chutes, le narrateur, témoin de la scène, jure sur « sa parole d’honneur que son corps ne devait plus être qu’un rendez-vous général de plaies et de bosses » et il déclare au lecteur qu’« il avait l’air de sortir d’un accident de chemin de fer » (EH, p. 274).

46 Le narrateur suppose, non sans humour, qu’on le « qualifie [ainsi] sans doute parce que ce n’est qu’entre parents qu’on s’y fend le crâne et qu’on s’y contusionne tout le reste du squelette » (EH, p. 273).

47 Ce passage de la locution adverbiale au substantif féminin accentue le décalage entre les deux personnages ; même au niveau langagier, le narrateur prend ses distances vis-à-vis de Laponet.

48 Un peu plus loin il déclare que grâce à sa machinerie adaptée aux mélancoliques, « la douleur aurait enfin un but louable » (EH, p. 278).

49 Si les pleurs peuvent être récupérés et utilisés, pourquoi pas la sueur, l’urine… On voit où peut mener la déshumanisation : du recyclage des déchets humains au trafic d’organes…

50 EH, p. 278.

51 Trois de ses poèmes ont été publiés dans le Parnasse contemporain de 1871, sept dans celui de 1876.

52 « Cher ami, […] ne crois pas que je sois revêtu de ce cuir d’hippopotame qui se rit des balles des cipayes, comme dit Th. Gautier, non » (EH, p. 275).

53 C’est d’ailleurs le seul écrivain cité.

54 EH, p. 278.

55 D’Hervilly était lui-même en proie à des accès nerveux.

56 Flaubert Gustave, Dictionnaire des idées reçues, édition présentée et établie par Claudine Gothot-Mersch, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1979, p. 543.

57 Huysmans Joris-Karl, À rebours, in Romans, t. I, Pierre Brunel (éd.), Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2005, p. 569.

58 Bourget Paul, Essais de psychologie contemporaine – études littéraires, édition établie et préfacée par André Guyaux, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1993, p. 322.

59 La névrose est aussi une maladie de la volonté, comprise comme la puissance intérieure permettant de réguler le réseau nerveux. L’affaiblissement de cette volonté représente d’ailleurs pour Bourget la « [vraie] maladie du siècle » (ibid., p. 330).

60 La guérison serait une hérésie économique car elle priverait à terme Laponet de toute main-d’œuvre.

61 « Dans ma maison de forces, très capitonnée à l’intérieur, et contre les murs de laquelle on pourrait se précipiter la tête en avant, sans danger de mort immédiate, les clients… » (EH, p. 276-277) ; cet emploi est d’autant plus à souligner qu’il n’apparaît pas en italique, ce qui indique que c’est la fonction qui est mise en avant et non l’appellation de l’entreprise. Laponet désigne et définit son établissement comme une prison.

62 Si pour la salle de sport les niveaux de liberté et de plaisir sont importants, ils diminuent dans le cadre de l’hôpital (les personnes ont conscience qu’elles doivent se faire soigner pour aller mieux) et ils disparaissent un peu plus encore pour la prison : liberté restreinte et plaisir nul.

63 Foucault Michel, Surveiller et punir – naissance de la prison, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1975, p. 275.

64 EH, p. 277.

65 Danjou Ernest, Des prisons, de leur régime, et des moyens de l’améliorer, Paris, A. Égron, 1821, p. 180.

66 Foucault Michel, op. cit., p. 281. Pour Foucault, « le travail pénal doit être conçu comme étant par lui-même une machinerie qui transforme le détenu violent, agité, irréfléchi en pièce qui joue son rôle avec une parfaite régularité. La prison n’est pas un atelier ; elle est, il faut qu’elle soit en elle-même une machine dont les détenus sont à la fois les rouages et les produits » (ibid., p. 281).

67 Ibid., p. 278.

68 Ce second terme est peut-être exagéré, mais il a l’avantage de recouper les sèmes d’enfermement et de soin.

69 EH, p. 279.

70 Mendel Gérard, La Crise de la psychanalyse, in Pouvoirs, no 11, 1979, p. 94.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site