Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langages et métaphores du corps dans le monde antique

 | 
Jérôme Wilgaux
, 
Véronique Dasen

Première partie. Guerriers, héros et martyrs

Corps iliadiques, corps héroïques

Véronique Mehl

Texte intégral

  • 1 Voir en particulier pour les dieux grecs, Vernant J.-P., « Cor (...)

1 Si le corps des dieux est bien connu depuis la parution de l’ouvrage dirigé par Ch. Malamoud et J.-P. Vernant 1 , le corps des héros n’a pas suscité le même intérêt. Pourtant il les place souvent du côté des dieux et participe à leur héroïsation. Le corps, comme agent classificatoire, facilite la compréhension du héros qui oscille toujours entre divinité et humanité, tiraillé entre les deux, n’ayant de place dans aucun de ces mondes. Il est témoin de cette distorsion entre deux statuts, celui de la plénitude et de l’immortalité, celui de la vulnérabilité et de la déficience.

  • 2 Voir l’introduction du colloque de Valladolid, Héros et héroïnes dans les (...)

2 Le héros n’est cependant pas une figure unique 2 . Quelques exemples choisis parmi les plus connus et les plus honorés permettent de proposer des caractères généraux et des pistes de réflexion. Paradoxalement, les sources littéraires livrent peu de descriptions ; l’iconographie ne permet pas toujours d’indiquer le héros par son seul corps. Une combinatoire subtile d’attributs et de gestes est de fait nécessaire pour l’identifier. Les caractères physiques ou physiologiques présentés sont alors très stéréotypés. Le corps n’est pas seulement une entité physique, mais il est aussi postures, manières d’être, gestes qui renvoient plus facilement à la sphère héroïque. L’omniprésence des corps dans l’œuvre d’Homère sert ainsi de modèle aux époques ultérieures pour dessiner les traits généraux des corps héroïques, dignes successeurs des corps iliadiques.

Le héros homérique, un archétype héroïque

3 Dans l’ Iliade , l’identité se révèle au travers d’un jeu de semblances et de dissemblances, de comparaisons et d’exaltations du corps en armes, blessé, pénétré, mutilé… Le héros homérique n’est jamais présenté sous forme de portrait, il se dessine par opposition à Thersite, sorte de anti-héros, que sa description physique place d’emblée à part dans l’ Iliade . Thersite le Péonien qui revendique et invective est à l’inverse de ce que doit être un héros homérique. Il réunit les pires disgrâces :

  • 3 Iliade , II, 212 sqq. (les traductions de (...)

« Son cœur connaît des mots malséants, à foison, et, pour s’en prendre aux rois, à tort et à travers, tout lui est bon, pourvu qu’il pense faire rire les Argiens. C’est l’homme le plus laid qui soit venu sous Ilion. Bancroche et boiteux d’un pied, il a de plus les épaules voûtées, ramassées en dedans. Sur son crâne pointu s’étale un poil rare. Il fait horreur surtout à Achille et à Ulysse, qu’il querelle sans répit 3 . »

  • 4 Lostoriat-Delabroise V., « Le langage du corps dans l’ I (...)
  • 5 Iliade , II, 212-213.

4 Depuis sa voix suraiguë loin du puissant cri de guerre héroïque jusqu’à son regard non perçant, ses pieds non rapides, ses épaules non viriles, sa tête aux rares cheveux, ses hardes et non sa cuirasse, tout est bon à penser. Les tares de Thersite sont, terme à terme, opposées aux qualités physiques des guerriers iliadiques 4 , en particulier Achille, héros archétypal. Son cœur n’est pas le lieu de sa force mais « connaissait des mots malséants à foison 5  ». Son corps et sa laideur dénotent ses sentiments et ses capacités limitées, son apparence sans harmonie annonce son identité de diviseur.

« Il était grand, il était beau… »

  • 6 Casabona J., Recherches sur le vocabulaire des (...)
  • 7 Sur les vases attiques, ce lien apparaît nettement lors de la visi (...)
  • 8 Iliade , II, 267.

5 Paradoxalement pour un texte offrant autant de blessures, de mises à mort plus explicites les unes que les autres, le corps est rarement dépeint pour lui-même. Les descriptions, plus nombreuses pour les Achéens, se font plus complètes au chant XXIII lors des jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, en particulier dans les épreuves de lutte ou de course. Le corps est avant tout un cœur, centre de toutes les passions (fureur guerrière, chagrin…) et la chair (kréas) dans laquelle pénètrent plus ou moins fortement les armes, sorte de matière première pour fabriquer des héros. Sous la peau blessée, la chair est coupée ou transpercée. Le vocabulaire se fait technique ; le héros (blessé ou tué) est comparé à une victime sacrificielle que l’on abat 6 . Les verbes utilisés sont très clairs : temnô et ses dérivés indiquant la découpe, ou daiô ou daïzô pour la découpe et le partage. D’ailleurs Achille n’hésite pas à menacer Hector de le manger. Mais ce corps charnel est aussi à renouveler, à nourrir, à entretenir. Le héros se fait carnivore ; la capture du bétail ennemi, les sacrifices et les banquets 7 permettent alors la consommation de viande, généralement de grands animaux tels les bovins. La chair des héros est d’ailleurs nettement différente de celle de Thersite ; elle est pénétrée, découpée, transpercée. Au contraire, lorsqu’Ulysse le frappe, une bosse sanguinolente se forme sur son dos 8 . Sa blessure devient une souillure, immédiatement extérieure et visible, nécessitant son rejet.

  • 9 Iliade , III, 167-170.

6 La stature des héros, leur charpente (démas) , leur musculature leur permet d’être des guerriers valeureux. La description la plus complète est celle que fait Priam à Hélène du haut des remparts d’Ilion, tout d’abord en montrant Agamemnon 9  :

« Quel Achéen est-ce donc que ce héros si noble et si grand ? Il en est de plus grands, sans doute, qui le dépassent de la tête. D’aussi beau, en revanche, jamais de mes yeux n’en ont vu, ni d’aussi imposant. Il a tout l’air d’un roi. »

  • 10 Iliade , III, 192-198.

7 Ces qualités physiques révèlent sa fonction royale. Vient ensuite la description d’Ulysse 10 , garante de son rôle dans l’armée :

« Il a bien la tête de moins que l’Atride Agamemnon. Mais il est plus large en revanche de la poitrine et des épaules. Tandis que ses armes reposent sur la terre nourricière, il va, lui, tout comme un bélier, parcourant les rangs de ses hommes. Il m’a tout l’air d’un mâle à l’épaisse toison en train de passer en revue son grand troupeau de brebis blanches. »

  • 11 Piettre R., « La teichoscopie au chant III de l’ I (...)

8 La teichoscopie 11 révèle, derrière les qualités physiques, l’identité de chacun. Agamemnon a des traits comparables aux dieux ce qui renforce son rôle politique.

  • 12 Iliade , II, 480 sqq.

« Pour les yeux et le front, il (Agamemnon) est pareil à Zeus Tonnant, pour la ceinture à Arès, pour la poitrine à Poseidon. Tel le taureau qui prime au milieu du troupeau entre toutes les autres bêtes et se détache, nettement des vaches autour de lui groupées, tel Zeus a fait l’Atride en ce jour-là, se détachant et primant sur des milliers de héros 12 . »

  • 13 Pour les liens entre la taille et la beauté, voir les sources réun (...)
  • 14 Diomède est le fort par excellence, fréquemment comparé à un lion. (...)
  • 15 Iliade , XVI, 142 ; XXIV, 456.
  • 16 Schnapp , op . ci (...)

9 La stature des héros est haute et droite, tout à l’opposé des malformations osseuses de Thersite. La plupart sont grands, comme Agamemnon, certains même le dépassent : Achille et Ajax sont gigantesques. L’adjectif πε ώριος montre l’aspect extraordinaire, prodigieux, presque monstrueux, il qualifie ainsi Arès, Hadès ou Polyphème. La haute stature 13 exprime la force des héros utilisée au cœur des batailles pour tuer de redoutables adversaires. La force est d’ailleurs le trait physique le plus fréquemment cité, associée généralement à la jeunesse. De nombreux héros sont appelés kratéros , « Le fort » (Diomède 14 , Hélénos, Lycomédès, Polypoétès). La puissance d’Hector, la force d’Ajax ou d’Achille ne sont plus à démontrer. Achille, fils de Thétis et Pélée, connu pour son corps quasiment invulnérable, a une force surhumaine. Il est le seul à pouvoir manier sans aide la lance en frêne donnée à son père par le Centaure Chiron 15 . D’ailleurs lorsque Patrocle prend son armement, il néglige la lance. La force est évoquée par les fréquentes comparaisons animales (crinière, pelage, tête…) : lion 16 le plus souvent, mais aussi sanglier, taureau ou étalon, des animaux tour à tour prédateur ou proie, comme le guerrier vainqueur ou vaincu.

  • 17 Iliade , X, 485.
  • 18 Demont P., « Remarques sur la folie d’Ajax », L’ho (...)
  • 19 Iliade , XIII, 59-61.

10 La force n’est pas due seulement à la charpente ou la musculature, elle est souvent donnée par la divinité. Ainsi en va-t-il de Diomède 17  : « Athéné aux yeux pers insuffle la fougue au héros. Il va tuant à la ronde, et une plainte monte, horrible, de tous les corps que frappe son épée. » La force d’Ajax (le Grand) et d’Ajax, fils d’Oilée, sorte de « couple héroïque 18  », leur est donnée par Poséidon. En les touchant de son bâton, il les « emplit tous deux d’une fougue puissante ; il rend leurs membres agiles, les jambes d’abord puis, en remontant, les bras 19  ».

  • 20 Ces mains redoutables sont aussi celles menaçantes de Zeus (I, 567).
  • 21 Bolens G., La logique du corps articulaire. Les (...)
  • 22 Lorsqu’Ajax est épouvanté, la peur se loge dans ses genoux (XI, 544-547).
  • 23 Achille dit qu’il n’oubliera pas Patrocle tant que ses « ses genoux se mouvront » (...)
  • 24 Pausanias I, 35, 4-5.
  • 25 C’est en particulier le cas d’Hector (VIII, 472 ; X, 200). Les die (...)
  • 26 Vernant J.-P., « Mortels et immortels : le corps divin », (...)

11 La force est localisée dans certaines parties du corps : la poitrine d’Achille est virile ; les mains ou bras d’Ajax 20 ou des Troyens sont redoutables (χῖρας ἀάπτους), celles d’Achille lourdes ; les pieds sont rapides, agiles et infatigables. Les épithètes accolées aux pieds (ποδάρκης, ποδώκης, πόδας ταχύς, πόδας ώκύς) sont les plus fréquentes, surtout pour Achille où elles complètent fréquemment sa filiation. La locomotion, élément nettement discriminant, devient une qualité essentielle lorsqu’elle permet la vélocité et la victoire. L’agilité et la rapidité des pieds démontrent une aptitude réelle au combat. Les genoux apparaissent comme les lieux de la force vitale 21 ou au contraire de la frayeur 22 . La mort peut se dire par la déliaison des genoux : τὰ γούνατα λύιν 23 . Lorsque Pausanias rapporte les informations fournies par un Mysien sur la tombe d’Ajax, la grande taille des rotules est d’ailleurs évoquée 24 . Les yeux rapprochent des dieux au regard perçant (ὂβιμος 25 ), ce qui rend redoutable au combat. Le corps des héros est le lieu de leur ménos , l’ardeur vitale, de l’ alkè , la fortitude, du kratos , le pouvoir de domination 26 .

  • 27 Ehrhardt C., « Hair in ancient Greece », EMC (...)
  • 28 Achille a encore sa longue chevelure, qu’il ne coupe que lors des rites funéraires (...)
  • 29 Pindare Fr 222 Sandys . (...)
  • 30 Cf. par exemple Thésée, « fils d’Égée, semblable aux mortels » (II, 265) ou « Eury (...)
  • 31 Pour une approche autour du rôle de l’onction et de la beauté, voi (...)
  • 32 Loraux N., « Hébé et Andreia. Deux versions de la mort du (...)
  • 33 Iliade , XXII, 370.

12 La force cependant est indissociable de la beauté. Beauté de Pâris bien sûr, d’Hector, de Nirée ou de Lycaon, Achille étant le plus beau de tous (kallistos) . Beauté qui passe surtout par la chevelure 27 . Les Achéens sont régulièrement nommés les « Achéens chevelus » à l’exception notable de Thersite au crâne dégarni. La blondeur d’Achille, de Méléagre, de Ménélas ou d’Ulysse dans l’ Odyssée renvoie, entre autres, à la crinière des lions, à la beauté des femmes mais surtout au monde divin. Une belle chevelure se caractérise par sa longueur 28 et ses boucles mais surtout par sa blondeur, se rapprochant de l’éclat de l’or, métal divin par excellence. L’or est par essence inaltérable 29 , comme la beauté rendue éternelle par une kalos thanatos . D’ailleurs, cette beauté rapproche du divin : le héros iliadique est θεοειδής ἰσόθεος ἐπλείκελον, « semblable ou égal aux dieux 30  ». Elle est marquée par l’éclat, la brillance, naturelle ou obtenue par l’artifice d’une onction 31 . Hector, au physique mal connu, est cependant φαίδιμος, étincelant. La peau et les armes, sorte de deuxième enveloppe corporelle, sont objets de soin et enduites d’huile, mettant en avant la châris héroïque. La beauté n’est plus alors seulement une perception morale et visuelle, elle est olfactive, comme pour les divinités. Elle est indissociable de la jeunesse 32 (hèbè) et se pérennise dans la belle mort qui préserve de toute déchéance physique. Elle est une vertu reconnue par les adversaires. Ainsi même mort, Hector 33 est admiré : « Les fils des Achéens, de tous côtés accourent. Ils admirent la taille, la beauté enviable d’Hector. »

  • 34 Khrôs est la peau, la surface du corps humain, par qui se fait (...)
  • 35 Iliade , XIII, 280.

13 La peau ( khrôs 34 ), par laquelle passe en partie la beauté, est un bon révélateur des qualités morales. Le teint 35 caractérise le héros, révèle ses sentiments au travers du premier texte physiognomoniste de la littérature antique :

« C’est là que se révèlent et la lâche et le brave. Le lâche, son teint prend toutes les couleurs ; son cœur au fond de lui ne le laisse pas demeurer en place, immobile ; il faut qu’il change de posture, qu’il se tienne accroupi, un moment sur un pied, un moment sur l’autre ; et son cœur palpite à grands coups dans sa poitrine, quand il songe aux déesses du trépas ; on entend claquer ses dents. Le brave, au contraire, on ne le voit pas changer de couleur, ni se troubler bien fort, dès qu’il a pris son poste dans un aguet de guerre. »

  • 36 Odyssée , IV, 244-246 (traduction Jacottet Ph.). G (...)

14 Cette peau, objet de soin, identifie le héros. Lorsqu’Ulysse 36 veut entrer dans Ilion, il la cache par divers artifices :

« Après s’être lui-même affreusement meurtri le corps et revêtu de vieux haillons, semblable à un esclave, il pénétra dans la ville ennemie aux larges rues ; il essaya de contrefaire quelqu’un d’autre, un mendiant, lui si peu mendiant sur les navires. Ainsi pénétra-t-il dans Troie, et tous furent dupés ; moi seule en cet aspect, le reconnus : je l’interrogerai donc ; l’astucieux se déroba. Mais quand je l’eus baigné et frotté d’huile fine, que je lui eus donné d’autres habits et fait serment de ne pas révéler Ulysse aux gens de Troie avant qu’il n’eût rejoint les prompts navires et les tentes. »

  • 37 Odyssée , VI, 225-237.
  • 38 Odyssée , XVIII, 66-69.

15 Au contraire, lorsqu’Athéna veut renforcer son identité auprès de Nausicaa 37 (il avait alors un corps affreux, smerdaléos ) et au retour à Ithaque 38 , elle l’embellit :

« Quand il se fut lavé entièrement et frotté d’huile, il mit les vêtements qu’on lui avait donnés. Alors Pallas, fille de Zeus, le fit paraître plus grand, plus vigoureux, déroulant sur sa nuque une toison bouclée comme la fleur de la jacinthe. »

16 Cependant, la peau n’est que rarement visible dans l’ Iliade . Le corps, le plus souvent en action, est toujours (ou presque) recouvert de son armure.

Le corps iliadique, un corps en armes

  • 39 Longo O., « Le héros, l’armure, le corps », DHA (...)
  • 40 Cf. les armes d’Achille, Iliade , XIX, 384-385. (...)

17 En effet, les héros sont indissociables du bronze qui les couvre 39 . Plus tard quand poètes ou tragédiens veulent dire le héros homérique, ils le cachent derrière son armure. Les armes sont omniprésentes dans l’ Iliade , leur échange et leur circulation, le bruit quand elles s’entrechoquent ou que les héros se déplacent ou frappent leurs boucliers avant la bataille, l’éclat qu’elles lancent… Les scènes d’armement sont nombreuses, montrant le héros se couvrant peu à peu le corps des différentes pièces de son armure, sorte de deuxième peau enfilée sur la première et s’adaptant parfaitement à elle 40 . Pâris se prépare ainsi à son combat contre Ménélas :

  • 41 Iliade , III, 330 sqq . (...)

« Et aussitôt le divin Alexandre, époux d’Hélène aux beaux cheveux, autour de ses épaules passe ses belles armes. À ses jambes d’abord, il met ses jambières, où s’adaptent des couvre-chevilles d’argent. Il vêt aussi sa poitrine de la cuirasse de son frère Lycaon, qu’il ajuste à sa mesure. Autour de ses épaules il jette une épée de bronze à clous d’argent, ensuite un écu grand et fort. Sur sa tête fière il met un bon casque à crins de cheval, dont le panache en l’air oscille, effrayant. Enfin, il prend sa brave pique, bien adaptée à sa main 41 . »

18Il ne s’agit ici que d’une scène d’armement, mais elle respecte l’ordre le plus fréquent pour mettre les pièces de l’armure. Lorsque Poséidon emplit les deux Ajax de force, il suit le même mouvement de bas en haut.

  • 42 Iliade , VII, 219 = XI, 485. Cf. Demont (...)
  • 43 Iliade , I, 18 ; II, 332 ; III, 344, 370, 375 ; IV, 80 ; V, (...)
  • 44 Iliade , VII, 42.
  • 45 Iliade , VII, 445 ; VIII, 72 ; X, 365.
  • 46 Iliade , II, 816 ; III, 324 ; V, 680 ; VIII, 160 et VIII, 320 (...)
  • 47 Iliade , XVI, 359, 535.
  • 48 Iliade , XVI, 215.

19 Le nom de certains héros renvoie à l’univers des armes. Ainsi, le grand Ajax – le meilleur après Achille – est le fils de Télamon, que l’on peut traduire par « baudrier ». Il est lui-même père d’Eurysacès, le « large bouclier ». Son propre bouclier 42 est comparé à une tour, faisant de lui un rempart protégeant les Achéens. D’ailleurs les descriptions d’armes sont plus fréquentes que celles des traits physiques : Achéens aux bonnes jambières 43 ou aux jambières de bronze 44 (χαλκοκήιδες Ἀχαιοί), Achéens à la cotte de bronze 45 , le grand Hector au casque étincelant 46 (κορυθαίολος) ou au casque de bronze 47 (χαλκοκορυστής). Lorsqu’Homère veut décrire le combat au corps à corps (ἀγχέμαχοι), il utilise l’image des armes opposées une à une 48 (casque contre casque, bouclier contre bouclier, homme contre homme).

20L’armure homérique recouvre le corps des guerriers, mais elle laisse certaines parties fragiles, offrant des entrées pour les armes adverses (la gorge, la jonction entre le cou et la poitrine où passent les deux carotides, le bas ventre, les bras, une partie du visage). Les articulations, nécessairement libres, sont autant de points faibles. L’os mis à nu annonce souvent la mort alors que de telles blessures ne sont pas les plus mortifères.

  • 49 Iliade , X, 75, 151 ; XI, 730.
  • 50 Iliade , XXII, 367 sqq . (...)
  • 51 Iliade , XXII, 395 sqq . (...)

21 Au repos ou dans le jeu 49 , les armes des héros sont à leurs côtés. Lorsque les deux éléments, corps et armure, sont séparés, la mort est proche ou déjà là. Elle seule peut les séparer. Ôter à un adversaire une pièce de son armure annonce sa mort. Le casque de Patrocle enlevé et tombé à terre, en devenant une métaphore de la décapitation, dit déjà sa mort. De même, enlever son armure à un adversaire tué participe à la déconstruction de son image héroïque et s’apparente à la mutilation de la peau, la vraie. Achille 50 , dès qu’il a tué Hector, lui ôte sa pique de bronze puis détache de ses épaules ses armes. Chacun peut alors contempler la beauté d’Hector avant de profaner le corps sans armure 51 .

22Si l’aspect guerrier n’est pas toujours repris par la suite pour décrire d’autres héros, les caractères proprement physiques, comme les manières d’être sont devenues des traits distinctifs du statut héroïque.

Les héros, des isothéoi

La force et la beauté, critères principaux d’héroïsation

  • 52 Iliade , I, 265.
  • 53 Plutarque , Thésée , XXX, 1. (...)
  • 54 Apollonios de Rhodes , Argonautiques (...)
  • 55 Homère , Odyssée , XI, 308 (...)

23 Isocrate, dans l’Éloge à Hélène , évoque deux qualités physiques offertes par les dieux, définissant un héros : Zeus donne la force à Héraklès et la beauté à Hélène. La deuxième qualité est un critère supérieur d’héroïsation : « On trouverait plus d’êtres humains rendus immortels par leur beauté que pour tous les autres mérites » (55-60) ; elle surpasse toutes les autres qualités puisqu’elle commande à la force. De fait, la plupart des héros ont une beauté légendaire. Thésée, qu’Homère qualifie de « semblable aux dieux 52  », est comparé à une parthénos lors de son entrée à Athènes. Peirithoos et Thésée 53 s’admirent mutuellement après le rapt du troupeau de Marathon ; la beauté de Peirithoos désarme même la colère de Thésée. Une fois de plus, elle surpasse la force. Médée est frappée par la beauté de Jason à la longue chevelure de feu. Hylas 54 devient Argonaute grâce à sa beauté remarquable. La beauté est cependant difficile à définir. Elle est à la fois visuelle, morale, parfois même olfactive. De façon générale, est beau ce qui est bien proportionné. Orion, un héros gigantesque, est tout de même beau parce que ses membres sont bien proportionnés et surtout parce que sa beauté lui vient de sa force et de sa taille. Il est, dit-on, d’une beauté supérieure à celle des autres héros 55 . La qualité, souvent liée à la jeunesse autre trait héroïque, révèle d’ailleurs, la proximité avec le monde divin, par la naissance ou par les actes.

  • 56 Lykophron , Alexandra , 31 (...)
  • 57 Hérodote , II, 91.
  • 58 Hérodote , IV, 82.
  • 59 Ellinger P., La fin des maux d’un Pausanias à (...)

24 La force physique, sous-tendue par une haute stature, va de pair avec la beauté. L’exemple d’Hylas choisi comme Argonaute sur ce seul critère le montre bien. Lorsqu’Héraklès perd sa chevelure, il perd aussi sa force 56 . Les héros sont grands, et les auteurs se plaisent à les comparer ou à admirer les traces qu’ils ont laissées lors de leur vie. Ainsi Persée 57 est honoré à Chemnis en Haute-Égypte, dans un sanctuaire où on montre sa sandale abandonnée mesurant deux coudées (presque 90 cm). Cette taille le rapproche d’Héraklès 58 qui a laissé la marque de son pied sur un rocher en Scythie : « elle ressemble à l’empreinte d’un pied humain, mais sa longueur est de deux coudées ». La taille des héros transparaît après leur mort. Elle permet de reconnaître les ossements de Thésée ou ceux d’Oreste dont on dit que le corps de 7 coudées (plus de 3 m) avait été caché dans un puits avant d’être redécouvert 59 . Les rotules vues dans la tombe d’Ajax rappellent la vie et la force du héros. La grande taille identifie le héros en le plaçant dans des temps mythiques.

25Orion passe pour être le plus grand de tous. Selon Diodore (IV, 85,1), « il surpassait en taille et en force corporelle tous les héros dont on avait souvenir ». Il est même plus grand que les Aloades pourtant célèbres pour leur croissance exceptionnelle :

  • 60 Odyssée , XI, 308-315. Voir aussi Mythographe du V (...)

« À neuf ans, ils avaient jusqu’à neuf coudées de largeur (environ 4 m), et au moins neuf brasses de hauteur (environ 17 m). Ils menacèrent donc les dieux eux-mêmes de porter la clameur et le bond des combats dans l’Olympe : ils rêvaient d’entasser sur l’Olympe l’Ossa, et sur l’Ossa le Pélion aux bois tremblants, pour atteindre le ciel. Ils auraient réussi s’ils avaient atteint l’âge d’homme 60 . »

  • 61 Renaud J.-M., Le mythe d’Orion. Sa signification, (...)

26 Orion est κλύτος 61 , terme également utilisé pour les Géants, Poséidon, l’Océan ou des divinités primordiales. Il est tellement grand que, marchant au fond de la mer, sa tête et ses épaules sortent de l’eau. Lorsqu’il marche sur la terre, sa tête touche alors les nuages.

  • 62 Pline L’Ancien , Histoire naturelle (...)

27 La haute stature, critère d’héroïsation, est renforcée par les découvertes d’ossements de prétendus géants, plutôt des découvertes d’animaux préhistoriques. Elle renvoie aux dieux dont la taille est bien supérieure à celle des hommes et implique l’appartenance à d’autres temps. Lorsque Pline l’Ancien 62 veut montrer que la race humaine rapetisse au fil des générations, il cite des corps anciens tous trois fils de Poseidon).

  • 63 Effe B., « Die Statur des Herakles (Theokr. Id. (...)

28 que les hommes de son temps : « En Crète, lors d’un tremblement de terre qui brisa une montagne on trouva un corps debout, de 46 coudées. Certains disent que c’est celui d’Orion, d’autres celui d’Otos. » Il cite ensuite le corps d’Oreste et ses seulement 7 coudées. La haute stature 63 est un corollaire de la force, utile quand elle permet d’accomplir les actes favorisant l’héroïsation, ou, mal utilisée, poussant à la démesure et hâtant la mort (comme pour Orion et les Aloades, tous trois fils de Poseidon).

  • 64 Cléobis et Biton sont suffisamment forts pour se substituer aux bœ (...)
  • 65 Euripide , Héraclès , 150-155, 195 (...)
  • 66 Les poumons surdimensionnés d’Héraklès lui permettent de courir 12 (...)
  • 67 Plutarque , Thésée , III, 6 ; VI, (...)
  • 68 Calame C., Thésée ou l’imaginaire athénien. (...)
  • 69 Calame C., op . c (...)

29 Si la liste des héros est longue, les sièges de la force sont récurrents : les épaules 64 , le large dos, les mains et les bras 65 , les genoux, les poumons 66 ou la poitrine, sont les lieux de la vie et de la force (bia) . Cependant le plus souvent, le corps n’est pas mis en avant, seuls les faits révèlent la force physique et la musculature développée. Par sa force alliée à l’intelligence, Thésée accomplit une liste d’actions héroïques, en commençant par celle qui lui donne son identité en soulevant un lourd rocher sous lequel Égée avait caché les signes de reconnaissance, les gnôrismata 67 (épée et chaussures). Par la suite, seuls les corps démesurés de ses adversaires barrant la route entre le Péloponnèse et Athènes, disent sa force. Les cultes font fréquemment allusion aux aptitudes physiques des héros. À l’issue de sa lutte contre Cercyon, Thésée aurait créé la lutte à mains nues 68 . Ils sont tous deux habitués des corps à corps. Les héros sont souvent honorés en tant que fondateurs de jeux gymniques ou à proximité des lieux dédiés dans la cité aux athlètes ou aux jeunes citoyens 69 .

  • 70 Frontisi-Ducroux Fr ., L’homme-cerf et la femme-ar (...)

30 Les capacités physiques extraordinaires des héros les rapprochent parfois dans leur comportement des dieux. Dans la lutte contre Minos, les liens de Thésée avec son père Poséidon sont nettement exposés. Minos, fils de Zeus, demande à Thésée un signe de reconnaissance, un sèma . Il plonge alors dans la mer où des dauphins le conduisent chez Poséidon et Amphitrite. Lorsqu’il sort enfin de l’océan, rejoignant le navire qui a pourtant poursuivi sa route, Thésée a survécu mais surtout il ne porte nulle trace d’humidité sur son corps. La proximité avec la mer favorise dans le mythe les hybridations 70 , elle touche aussi aux capacités corporelles. Orion, quant à lui, a la capacité de se mouvoir sur les eaux, comme les dieux. Il a reçu ce don d’un de ses pères, Poséidon, ce qui lui permet de se déplacer aisément d’île en île.

  • 71 Bonnard J.-B., Le complexe de Zeus. Représentation (...)
  • 72 Pour les liens entre jeunesse, beauté et bouillonnement, Pironti (...)
  • 73 Scarpi P., « Héraklès. Trop de mets. Trop de femmes », (...)
  • 74 Athénée XIII, 556e-f.
  • 75 Une nuit, pour Diodore , IV, 29, 3 ; cinquante pou (...)

31 Les capacités des héros sont en grande partie dues à leur ascendance et semblent exacerbées dans le cas des doubles paternités. Les traits physiques et la démesure sont à chercher du côté de leur conception. La double paternité, voire la pluri-paternité dans le cas d’Orion, par la mixis des semences, donne des êtres monstrueux ou aux capacités extraordinaires 71 . Le corps peut en porter des marques récurrentes (pilosité, appétit, handicap physique…). Comme les dieux, les héros ont un appétit sexuel débordant et une puissante capacité reproductive. Leur fécondité est liée en partie à leur jeunesse (idéale) et au bouillonnement qui en découle 72 . Les épouses de Thésée sont nombreuses, ses amours ont commencé avant même qu’il ne quitte Trézène. Certains auteurs font d’Héraklès un surmâle 73 , un philogunès aux nombreux mariages 74 , aux exploits sexuels proches de ceux de Zeus. Il s’unit ainsi aux cinquante filles de Thespios/Thestios, en une nuit ou en cinquante 75 , donnant à chacune un enfant. Les héros, en effet, ont souvent une nombreuse descendance essentiellement masculine (cinquante fils d’Orion, de Pallas ou d’Aigyptos…).

  • 76 Aristophane , Grenouille s, 527 (...)
  • 77 Athénée X, 411a-c.

32 Si les dieux n’ont pas besoin de se nourrir, les héros au contraire sont souvent chasseurs et banqueteurs. L’appétit de certains est légendaire. L’estomac sans fond d’Héraklès le place plutôt du côté du corps humain. Dans les Grenouilles , Dionysos déguisé en Héraklès est reconnu par des hôtelières 76 aux Enfers comme le glouton qui a failli les ruiner. Le corps d’Héraklès est même proche de l’animal 77 . Ses dents grincent, ses mâchoires s’entrechoquent. Il est comparé aux mouettes, réputées pour leur appétit et leur régime carnivore. Cet aspect est renforcé par les poils dont il est parfois abondamment recouvert. Le besoin de se nourrir est d’ailleurs la marque d’un corps périssable.

Le corps souffrant des héros

  • 78 Iliade , V, 350. Voir Loraux N., « (...)
  • 79 Sophocle , Œdipe à Colone , 580-61 (...)
  • 80 Longo O., op . ci (...)
  • 81 Loraux N., « Blessures de virilité », op (...)

33 Le corps héroïque est corruptible comme celui des hommes et contrairement aux dieux qui peuvent pourtant être blessés 78 . Par essence, le corps humain est en transformation comme le montre l’énigme posée à Œdipe par la Sphinge. Les héros comme les hommes connaissent la suite sans fin des générations. Il ne suffit pas d’avoir un corps de héros ou de se comporter comme tel, il faut aussi connaître la souffrance, parfois le handicap, et la mort. Lorsqu’Œdipe s’adresse à Thésée, il met en avant cette souffrance 79  : « Ô très cher fils d’Égée, les dieux sont seuls à ne connaître ni la vieillesse ni la mort. Tout le reste subit les bouleversements qu’inflige le temps souverain. Ne voit-on pas dépérir la force de la terre comme dépérit la force d’un corps. » Le corps est par essence ouvert à la blessure ou au handicap. Tout héros a son point faible. Achille est sans doute l’exemple le plus connu. Le corps 80 a toujours une faille, c’est particulièrement notable chez Homère où l’armure n’est jamais une protection totale. Paradoxalement, alors que les sources sur les guerres historiques ne présentent que rarement les blessures humaines 81 , l’épopée et la tragédie regorgent de blessures héroïques. Les héros dans l’ Iliade cherchent toujours ce point faible sur le corps adverse. Ainsi Achille regarde Hector :

  • 82 Iliade , XXII, 319s.

« Sur sa belle chair, où elle offrira le moins de résistance… un seul point se laisse voir, celui où la clavicule sépare l’épaule du cou, de la gorge. C’est là que la vie se laisse détruire au plus vite 82 . »

  • 83 Euripide , Héraklès furieux  ; (...)

34 Dans la tragédie, Héraklès est un héros souffrant 83 . Son corps se transforme au gré de la folie envoyée par Héra, qui le pousse à massacrer ses propres enfants :

  • 84 Euripide , Héraklès , v. 868 (...)

« Yeux convulsés et fulgurants… sa respiration est désordonnée… des mugissements terribles… visage décomposé, yeux où apparaissaient un réseau de veines sanglantes, et l’écume dégouttait sur sa barbe touffue 84 . »

  • 85 Mythographe du Vatican , I, 48.

35 Son corps est incontrôlé et incontrôlable ; une colonne doit être utilisée pour l’immobiliser. Il revient alors à lui, les membres raidis, privés de locomotion. La colère des dieux entraîne parfois des blessures plus bénignes. Thésée 85 descendu aux Enfers avec Peirithoos demander Perséphone en mariage, est immobilisé sur une pierre par Hadès. Héraklès le délivre, tirant si fort sur le corps de Thésée qu’une partie de ses fesses reste collée sur la pierre. C’est sans doute la raison pour laquelle on rit du postérieur plat des Athéniens.

  • 86 Yche-Fontanel Fr., op . (...)
  • 87 La peau mutilée se retrouve fréquemment dans l’ Iliade (...)

36 Les blessures mettent à l’épreuve le statut héroïque qu’elles soient voulues par la colère divine ou liées à l’ hubris du héros. La souffrance exalte la virilité des héros qui doivent rester ferme face à la douleur. Ils souffrent parce qu’ils sont des héros, ils supportent la souffrance en vertu de ce même statut. Ajax, à Troie, semble échapper à la pénétration des armes sur le champ de bataille, pourtant il n’échappe pas à la blessure finale, celle qu’il inflige à son corps dans la tragédie. Par ce geste, il acquiert définitivement son statut héroïque. Au contraire, Philoctète, blessé au pied par un serpent, dégage une telle odeur qu’il est abandonné à Lemnos après dix ans de souffrance par ses compagnons. Le mal qui ronge son corps lui fait même perdre conscience. Sa destinée glorieuse est brisée. Les blessures touchent souvent les mêmes parties du corps : les pieds et les jambes qui privent de locomotion 86 , la peau dont la beauté s’éloigne 87 , les articulations qui brisent l’unité corporelle…

Le corps héroïque, un enjeu

  • 88 Mythographe du Vatican , I, 59.

37 La mort qui fait partie de la vie des héros, comme de celle des hommes, participe rarement à leur héroïsation. Elle est pourtant souvent hors du commun. Les héros ne meurent pas de vieillesse ou dans leur lit. Après leur mort, la tombe peut devenir un lieu de culte. Des rites continus transforment le simple sôma en corps héroïque. Une mort extraordinaire, une disparition par apothéose ou au contraire une réapparition miraculeuse peuvent aussi favoriser l’héroïsation. Le corps est alors un véritable enjeu, comme l’était celui des guerriers morts dans l’ Iliade . La mort d’Héraklès est douloureuse. Tout son corps est recouvert par la tunique mortelle que lui offre son épouse Déjanire, en guise de philtre d’amour. La brûlure est partout. Le poison se répand sur son corps et le conduit à choisir la mort sur le bûcher. L’absence de corps dans le feu du Mont Oeta est bien notée par les peintres comme le montre Fr. Lissarrague dans ce même volume. Du corps d’Héraklès, il ne reste rien, sinon la trace de son pied sur le rocher de Scythie. Il a d’ailleurs demandé à ce que l’endroit reste secret. Philoctète 88 garant du silence, finit par révéler le lieu en le montrant du pied, pied qui est par la suite blessé.

  • 89 Plutarque , Thésée , 36 et (...)

38 La mort de Thésée, elle, se fait sans dignité, loin d’Athènes et de la mémoire des Athéniens. Comme son père, son corps est précipité d’un rocher. L’héroïsation n’est donc pas liée à sa mort. Son corps peut devenir un enjeu politique. Sa redécouverte 89 par Cimon en 476/5 est bien connue. La sépulture, indiquée par un aigle, contient des ossements de grande taille, une lance et une épée de bronze, autant de garants de l’ancienneté du corps. L’héroïsation se fait en Attique, là où il a accompli certains de ses travaux, en présence de son corps rapatrié.

  • 90 Renaud J.-M., op . (...)

39 La disparition totale des corps semble cependant poser quelques problèmes pour l’héroïsation. Orion dont la mort est infligée par Artémis disparaît dans un catastérisme 90 donnant naissance à la constellation du même nom pour laquelle il est d’ailleurs mieux connu. Son corps pourtant est l’objet d’interrogations. Asklépios n’aurait-il pas été tué alors qu’il cherchait à le ressusciter ? Pausanias situe sa tombe à Tanagra, Pline en Crète et Nonnos dans les flancs de sa mère, la Terre. Le corps participe malgré tout à l’héroïsation, mais son absence peut l’empêcher ou du moins la retarder. Il est le meilleur garant, par les rites qui sont accomplis autour, de la survie de la mémoire.

  • 91 Iliade , VI, 86.

40 Les sources littéraires semblent donc s’accorder sur des traits physiques stéréotypés. Beauté et force sont les principaux critères d’héroïsation. L’ eidos , la forme du corps et son apparence, traduit une appartenance socioculturelle, une proximité avec le divin. Le langage du corps, les gestes, les attitudes, disent l’identité du héros tout autant que son nom ou sa filiation. Se met alors en place un jeu de semblances et de dissemblances où le corps héroïque n’est pas tout à fait divin car promis à la corruption et à la disparition, mais jamais totalement humain par ses capacités extraordinaires, permettant le développement d’un culte. Le héros se rapproche de la perfection divine par son aspect extérieur, son éclat, sa charis et ses potentialités. Mais il appartient aux générations successives 91 , marqué par l’altération et le dépérissement. Ce corps héroïque peut alors être utilisé par la cité comme modèle éducatif. Il exprime des qualités physiques mais aussi des caractères psychologiques et moraux que les jeunes peuvent suivre, auxquels ils peuvent s’identifier.

Notes

1 Voir en particulier pour les dieux grecs, Vernant J.-P., « Corps obscur, corps éclatant », Corps des dieux , Malamoud Ch. et Vernant J.-P. (dir.), Paris, 1986, p. 19-58 et Loraux N., « Le corps vulnérable d’Arès », Corps des dieux , p. 465-492.

2 Voir l’introduction du colloque de Valladolid, Héros et héroïnes dans les mythes et les cultes grecs (Kernos suppl.10) , Pirenne-Delforge V. et Suárez de la Torre E. (dir.), Liège, 2000.

3 Iliade , II, 212 sqq. (les traductions de l’ Iliade sont celles de la CUF). Voir Postlethwaiten N., « Thersites in the Iliad  », GR , 35, 1988, p. 123-136 ; Yche-Fontanel F., « Les boiteux, la boiterie et le pied dans la littérature grecque ancienne », Kentron , 17-2, 2001, p. 65-90.

4 Lostoriat-Delabroise V., « Le langage du corps dans l’ Iliade  », Kentron , 17-2, 2001, p. 51-63.

5 Iliade , II, 212-213.

6 Casabona J., Recherches sur le vocabulaire des sacrifices en grec, des origines à l’époque classique , Aix-en-Provence, Ophrys, 1966, p. 211-220. Loraux N., « Blessures de virilité », Les expériences de Tirésias , Paris, Gallimard, 1989, p. 108-123 pour les autres verbes utilisés.

7 Sur les vases attiques, ce lien apparaît nettement lors de la visite de Priam à Achille pour réclamer le corps d’Hector. Le Péléide le reçoit couché, banquetant près d’une table couverte de parts de viandes sanglantes qui font écho au corps rigide d’Hector, abandonné à proximité. Cf. par exemple un skyphos attique à figures rouges, Vienne Kunst Museum 3710, cf. Fr. Lissarrague, supra , p. 21.

8 Iliade , II, 267.

9 Iliade , III, 167-170.

10 Iliade , III, 192-198.

11 Piettre R., « La teichoscopie au chant III de l’ Iliade  : un reflet du jugement de Pâris ? », Uranie , 10, 2003, p. 7-22.

12 Iliade , II, 480 sqq.

13 Pour les liens entre la taille et la beauté, voir les sources réunies par Verdenius W. J., «  kallos kai megethos  », Mnemosyne , 1949, p. 294-298.

14 Diomède est le fort par excellence, fréquemment comparé à un lion. Athéna a mis la fougue dans sa poitrine (V, 125). Voir Schnapp-Gourbeillon A., Lions, héros, masques. Les représentations de l’animal chez Homère , Paris, Maspero, 1981, p. 95 sqq .

15 Iliade , XVI, 142 ; XXIV, 456.

16 Schnapp , op . cit ., p. 39 sqq .

17 Iliade , X, 485.

18 Demont P., « Remarques sur la folie d’Ajax », L’homme grec face à la nature et face à lui-même , en hommage à Antoine Thivel , Galy J.-M. et Guelfucci M.-R. (dir.), Nice, Association des publications de la faculté des lettres de Nice, 2000, p. 139-156.

19 Iliade , XIII, 59-61.

20 Ces mains redoutables sont aussi celles menaçantes de Zeus (I, 567).

21 Bolens G., La logique du corps articulaire. Les articulations du corps humain dans la littérature occidentale , Rennes, PUR, 2000, p. 40-41, p. 45 sqq . pour les pieds. Voir dans les gestes de la supplication, celui de toucher les genoux : Giordano M., La supplica. Rituale, istituzione sociale et tema epico in Omero , Naples, Annali Dell’ Istituto Universitario Orientale di Napoli, 1999.

22 Lorsqu’Ajax est épouvanté, la peur se loge dans ses genoux (XI, 544-547).

23 Achille dit qu’il n’oubliera pas Patrocle tant que ses « ses genoux se mouvront » (XXII, 387-388, voir aussi IX, 609-610).

24 Pausanias I, 35, 4-5.

25 C’est en particulier le cas d’Hector (VIII, 472 ; X, 200). Les dieux ont une vision panoramique grâce à l’œil transperceur du δράκων. Les héros qui possèdent une telle vision ont une sorte de prescience des coups de leurs adversaires. Moreau A., « L’œil maléfique dans l’œuvre d’Eschyle », REA , 78-79, 1976-1977, p. 50-64.

26 Vernant J.-P., « Mortels et immortels : le corps divin », L’individu, la mort, l’amour , Paris, Gallimard, 1988, p. 21-22.

27 Ehrhardt C., « Hair in ancient Greece », EMC , n.s. 15, 1971, p. 14-19. Voir aussi Llewellyn-Jones L., Aphrodite Tortoise. The Veiled Woman of ancient Greece , Swansea, Classical Press of Wales, 2003, p. 122-134.

28 Achille a encore sa longue chevelure, qu’il ne coupe que lors des rites funéraires en l’honneur de Patrocle. Athéna arrête d’ailleurs son élan de colère, son mouvement, en lui posant la main sur les cheveux (I, 195).

29 Pindare Fr 222 Sandys .

30 Cf. par exemple Thésée, « fils d’Égée, semblable aux mortels » (II, 265) ou « Euryale, mortel égal aux dieux » (II, 565).

31 Pour une approche autour du rôle de l’onction et de la beauté, voir Mehl V., « “Vois si ma tête sent le parfum”, Aristophane, Assemblée des femmes , 524s. Cheveux de femmes, séduction et norme sociale », Le sens du poil, Anthropologie de la pilosité et de la chevelure, Histoire, sociologie, ethnologie, littérature, histoire de l’art, médecine, philosophie, anthropologie, psychologie , colloque tenu à Brest, 31 mai – 2 juin 2007, à paraître en 2009.

32 Loraux N., « Hébé et Andreia. Deux versions de la mort du combattant athénien », Ancient Society , 6, 1975, p. 1-31. Voir Iliade , XXII, 71-76.

33 Iliade , XXII, 370.

34 Khrôs est la peau, la surface du corps humain, par qui se fait la connaissance de l’extérieur ; elle peut aussi être la chair, le corps humain.

35 Iliade , XIII, 280.

36 Odyssée , IV, 244-246 (traduction Jacottet Ph.). Galhac S., « Ulysse aux mille métamorphoses », Penser et représenter le corps dans l’Antiquité , Prost F. et Wilgaux J. (dir.), Rennes, PUR, 2006, p. 15-30 ; Bodiou L. et Mehl V., « De Myrrhinè à Marilyn : se vêtir, se parfumer, se montrer ou le parfum comme parure », Mètis , 2008, à paraître.

37 Odyssée , VI, 225-237.

38 Odyssée , XVIII, 66-69.

39 Longo O., « Le héros, l’armure, le corps », DHA , 22/2, 1996, p. 25-51.

40 Cf. les armes d’Achille, Iliade , XIX, 384-385.

41 Iliade , III, 330 sqq .

42 Iliade , VII, 219 = XI, 485. Cf. Demont P., « Remarques sur la folie d’Ajax », op . cit ., p. 139-156.

43 Iliade , I, 18 ; II, 332 ; III, 344, 370, 375 ; IV, 80 ; V, 668, VII, 58, 68, 173, 430 ; XIII, 51 ; XVII, 370 ; XIX, 74 ; XXIII, 658.

44 Iliade , VII, 42.

45 Iliade , VII, 445 ; VIII, 72 ; X, 365.

46 Iliade , II, 816 ; III, 324 ; V, 680 ; VIII, 160 et VIII, 320 (seulement « au casque étincelant »).

47 Iliade , XVI, 359, 535.

48 Iliade , XVI, 215.

49 Iliade , X, 75, 151 ; XI, 730.

50 Iliade , XXII, 367 sqq .

51 Iliade , XXII, 395 sqq .

52 Iliade , I, 265.

53 Plutarque , Thésée , XXX, 1.

54 Apollonios de Rhodes , Argonautiques , I, 1230.

55 Homère , Odyssée , XI, 308 sqq ., « la terre féconde n’avait jamais nourri d’hommes [Aloades] aussi grands ni aussi beaux, après l’illustre Orion ».

56 Lykophron , Alexandra , 31 sqq .

57 Hérodote , II, 91.

58 Hérodote , IV, 82.

59 Ellinger P., La fin des maux d’un Pausanias à l’autre. Essai de mythe et d’histoire , Paris, Belles Lettres, 2005, p. 106 sqq .

60 Odyssée , XI, 308-315. Voir aussi Mythographe du Vatican , I, 82.

61 Renaud J.-M., Le mythe d’Orion. Sa signification, sa place parmi les autres mythes grecs et son apport à la connaissance de la mentalité antique , Liège, C.I.P.L, 2004, p. 197 sqq . Il est aussi ὑπερμεγέθης ce qui implique une notion d’excès, d’ hubris .

62 Pline L’Ancien , Histoire naturelle , VII, 73-74.

63 Effe B., « Die Statur des Herakles (Theokr. Id. 24, 80) », Philologus , 147, 2003, p. 175-178.

64 Cléobis et Biton sont suffisamment forts pour se substituer aux bœufs de l’attelage de leur mère, prêtresse d’Héra lors d’une procession. Orion, aveuglé par Oinopion, peut porter sur ses épaules Kédalion (un cyclope) que lui a donné Héphaistos pour trouver son chemin vers l’Orient et la guérison ; Renaud J.-M., op . cit ., p. 263 sqq .

65 Euripide , Héraclès , 150-155, 195, 434, 566.

66 Les poumons surdimensionnés d’Héraklès lui permettent de courir 125 pas sans respirer, créant ainsi la longueur du stade olympique. Mythographe du Vatican , I, 63.

67 Plutarque , Thésée , III, 6 ; VI, 2-3.

68 Calame C., Thésée ou l’imaginaire athénien. Légende et culte en Grèce antique , Lausanne, Payot, 1996, p. 267, note 4.

69 Calame C., op . cit ., p. 153 sqq . Jourdain-Annequin C., Héraclès aux portes du soir. Mythe et histoire , Besançon, 1989, p. 358-359.

70 Frontisi-Ducroux Fr ., L’homme-cerf et la femme-araignée , Paris, Gallimard, 2003.

71 Bonnard J.-B., Le complexe de Zeus. Représentations de la paternité en Grèce ancienne , Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 52 sqq .

72 Pour les liens entre jeunesse, beauté et bouillonnement, Pironti G., « Au nom d’Aphrodite : réflexions sur la figure et le nom de la déesse née de l’ aphros  », Nommer les dieux. Théonymes, épithètes, épiclèses dans l’antiquité , Belayche N., Brulé P., Freyburger G., Lehmann Y., Pernot L. et Prost Fr. (dir.), Turnhout, Brepols, 2005, p. 129-142.

73 Scarpi P., « Héraklès. Trop de mets. Trop de femmes », Héraclès, Les femmes et le féminin , Actes du colloque de Grenoble, 22-23 octobre 1992 , Jourdain-Annequin C. et Bonnet C. (dir.), Turnhout, Brepols, 1996, p. 133-143. Loraux N., « Héraklès, le surmâle et le féminin », Revue française de psychanalyse , 4, 1982, p. 697-729.

74 Athénée XIII, 556e-f.

75 Une nuit, pour Diodore , IV, 29, 3 ; cinquante pour Apollodore , II, 4, 10.

76 Aristophane , Grenouille s, 527 sqq . ; 550 sqq .

77 Athénée X, 411a-c.

78 Iliade , V, 350. Voir Loraux N., « Le corps vulnérable d’Arès », op . cit .

79 Sophocle , Œdipe à Colone , 580-610. Serghidou A., « Corps héroïque et expérience du moi servile dans la tragédie », EMC , n.s. 16, 1997, p. 393. Son nom même dénote sa souffrance et marque son identité corporelle.

80 Longo O., op . cit ., p. 25-51.

81 Loraux N., « Blessures de virilité », op . cit ., p. 108-123.

82 Iliade , XXII, 319s.

83 Euripide , Héraklès furieux  ; Sénèque , Héraklès . Papadopoulou Th ., « Herakles and Hercules : The hero’s ambivalence in Euripides and Seneca », Mnemosyne , 57/3, 2004, p. 257-283. Voir aussi Cuny D., « Le corps souffrant chez Sophocle : les Trachiniennes et Philoctète  », Kentron , 18, 1-2, 2002, p. 69-78.

84 Euripide , Héraklès , v. 868 sqq . et 932 sqq .

85 Mythographe du Vatican , I, 48.

86 Yche-Fontanel Fr., op . cit ., p. 65-90.

87 La peau mutilée se retrouve fréquemment dans l’ Iliade , pour priver le héros de son identité allant à l’encontre de la « belle mort ». Le corps du héros devient un simple sôma , un cadavre sans identité. Au contraire, Sarpédon que Zeus n’a pu préserver est soustrait à l’outrage par Apollon. Le sang peut être effacé de sa peau et son corps mort revêtu de vêtements divins (XVI, 666-675).

88 Mythographe du Vatican , I, 59.

89 Plutarque , Thésée , 36 et Cimon , 8. Fell M., « Kimon und die Gebeine des Theseus », Klio , 86-1, 2004, p. 16-54. Le retour des cendres d’Oreste présente des caractéristiques similaires : Pausanias, III, 3, 5-6 ; III, 11, 10.

90 Renaud J.-M., op . cit ., p. 330 sqq .

91 Iliade , VI, 86.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540