Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'arbre ou la Raison des arbres

 | 
Jackie Pigeaud

Quatrième partie. Points de vue symboliques

L’arbre – Les arbres : de René Rapin à Thomas Browne

Jackie Pigeaud

Texte intégral

1Nature geometrizeth and observeth order in all things, écrit Thomas Browne. « La nature géométrise en tout. Elle a de l’ordre. » J’y reviendrai.

  • 1 Renati Rapini, Hortorum Libri IV cum Disputatione de cultura hortensi, Paris, e typographia regia, (...)

2Virgile, selon l’opinion de Rapin1, à un moment où les jardins n’en étaient pas à ce point d’amœnitas et elegantia, n’aurait pu écrire des jardins de façon très différente de ce qu’il a fait dans les Géorgiques, surtout au Livre II dont le sujet était proche des jardins (D. 156). Au fond, la matière manquait à son sujet, et il y avait danger. L’art du jardin, à cette époque, ne se distinguait pas beaucoup de l’agriculture commune. Varron, Columelle et tous les autres descripteurs de jardins ne connaissaient pas la concinnitas, la « symétrie » (D. 157).

  • 2 Sur Rapin, voir Elfrieda T. Dubois, René Rapin, l’homme et l’œuvre, Lille 3-Service de reproductio (...)
  • 3 La biographie de Rapin se trouve dans Brotier, p. III sq.

3René Rapin est né en 1621, à Tours ; jésuite en 1639, Mazarin lui confie l’éducation d’Alphonse Mancini (fils de sa sœur), qui meurt bientôt ; Guillaume de Lamoignon, qui devient son grand ami, l’éducation de son fils ; puis ce sera le tour de Colbert de lui confier son fils2. Il meurt en 16873. La rédaction du poème Des Jardins lui demande cinq ans. L’accueil de l’ouvrage est enthousiaste, incredibili plausu in Gallia & apud externos exceptum…, comme dit Brotier, qui cite la lettre de Clément IX, que je traduis ici :

  • 4 « Tuos in hortos videris magico quodam cantu amoeniores quosque Parnassi flores traduxisse. Virgil (...)

Il me paraît que par un chant magique tu nous as apporté toutes les fleurs du Parnasse encore plus belles. Elles respirent tout à fait la majesté et l’élégance virgiliennes ; mais en tout premier j’ai admiré la félicité du style, qui traite une matière si stérile, si épineuse, avec une si grande générosité d’ornements, une si grande jubilation [si l’on me permet de traduire ainsi « hilaritas »]4.

  • 5 « … ne jaceat humilitate rerum quas tractat, & ipsa materiae tenuitate frigere videatur ». Praefat (...)

4Il semble difficile de rendre compte d’un si long poème ; et ce n’est point sans danger. Rapin lui-même craignait pour le poème « qu’il ne sût s’élever en raison de l’humilité du sujet qu’il traite, et qu’il ne parût froid en raison de la minceur de la matière5 ».

Les Bois

  • 6 « Digna enim semper visa est cultu, haec umbrarum horrens & aspectabilis species, cujus majestate (...)

5Rapin propose la concinnitas contre l’horror, l’opacité des bois. Est-ce là un nouveau sublime ? « Car elle a toujours semblé digne de respect cette forme à la fois terrifiante et admirable des ombres, dont la majesté et le silence inclinent à un certain sentiment religieux6. »

6Même si elle n’est pas là citée, comment ne pas penser à la Lettre 41 de Sénèque ? Sénèque y cite d’ailleurs ce vers de l’Énéide :

Quis deus incertum est, habitat deus

  • 7 Énéide, chant VIII, v. 352.

Quel dieu habite là, on ne sait ; mais là habite un dieu7.

Si tibi occurrit vetustis arboribus et solitam altitudinem egressis frequens lucus, et conspectum coeli densitate ramorum aliorum alios protegentium submovens ; illa proceritas silvae et secretum loci, et admiratio umbrae, in aperto tam densae atque continuae, fidem tibi numinis facit.

  • 8 Lettres à Lucilius, I, 41, trad. H. Noblot, Paris, CUF, 1945.

Si tu arrives devant une futaie antique d’une hauteur extraordinaire, bois sacrés où la multiplication et l’entrelacs des branches dérobent la vue du ciel, la grandeur des arbres, la solitude du lieu impressionnant de cette ombre si épaisse et si continue au milieu de la libre campagne te feront croire à une divine présence8.

7Maintenant c’est moins l’opacité que la forme et l’ordre qui comptent, dit Rapin.

Mais quel est donc le sujet que se donne Rapin ?

  • 9 Trad. V. G.

« J’enseigne la culture qui convient aux jardins, la forme qu’il faut donner aux bois, l’art de distribuer les eaux, & enfin les moyens d’assurer la récolte des fruits9 »

8Son poème se distribue donc en quatre chants : Les fleurs. Les bois. Les eaux Les fruits. Rapin insiste sur les nouveautés. La grande nouveauté tient in formandis arboribus et in floribus educandis (D. 150) : « Donner de la forme aux arbres et éduquer les fleurs ». Cette ambiguïté entre nourrir, soigner, produire, mais aussi instruire et éduquer est déjà virgilienne.

9Des nouveautés on peut en citer quelques-unes, que Rapin décrit dans sa Disputatio :

  • des fleurs exquises, comme la tulipe ;
  • des fontaines amenées à frais énormes, des imitations de fleuves à partir de canaux domestiques ;
  • pour la production des fruits, des greffes nouvelles qui conduisent à des naissances inhabituelles ;
  • des maturités et des poids de fruits dus à la discipline et à l’art ;
  • pour la couleur du fruit, la faveur du soleil reflété sur un mur ;
  • des arbres étrangers importés à grands frais, permettant des greffes nouvelles.

10Mais à la fin des fins, la grande nouveauté, c’est l’ordre imposé à la confusion qui régnait auparavant : « postremo constitutus ordo confusioni, quae prius erat »… (D. 151). Les jardins anciens n’avaient pas ces qualités : voyez par exemple Homère et le jardin d’Alcinoüs : « Nulla decentia, positi sine arte flores, nullus ordo, confusa omnia »… (D. 152). Pauvreté de la Grèce en cette matière, elle qui fut « maîtresse de toutes les autres élégances ».

11Elegantia est le mot-clef. Chez Hésiode, « nulle trace de cette elegantia que nous recherchons » (D. 153). Il faut attendre Héliodore (Théagène et Chariclée), Achille Tatius et Eustathe (Amours d’Ismène et Isménia) pour avoir des descriptions de jardins, où n’apparaissent d’ailleurs ni la variété ni la décence par laquelle se recommande notre époque, écrit Rapin. Les Romains n’apportèrent guère plus (D. 154).

12Mais Virgile, scriptor politissimus, évoque le jardin trois fois : dans l’épisode du vieillard de Tarente des Géorgiques, dans le Moreton, qui fait partie de l’Appendix Vergiliana, et dans le bref poème des Hortuli Laudes, dont l’attribution est encore plus douteuse – « quod carmen Virgilio tribui solet ab eruditis » (D. 154).

  • 10 Ép. 86, 7.

13Les jardins romains, si on lit Cicéron, semblent se distinguer surtout par l’excellence des statues, la beauté des pavements : « statuarum excellentia, pavimentorum honestate, tabularum sumptu, piscinarum magnificentia, exquisitaque aedificiorum opulentia, magis quam amoenitate ruris erant nobiles » (D. 159). Ce sont, en fait, des « jardins de marbre » (in hortis/marmoreis), comme dit Juvénal (D. 161). Rapin cite Sénèque10, qui, parlant des bains des affranchis, écrit :

  • 11 <Toute cette eau qui coule par degrés avec bruit !> (passage sauté par Rapin, mais qui sera cité dans le Chapitre consacré aux (...)

que de statues, que de colonnes qui ne supportent rien, mais qui sont là placées pour l’ornement, pour seulement dépenser11 !

14« Nous sommes arrivés à ce point de délicatesse que nous ne voulons plus marcher que sur des pierres précieuses… » (D. 162). Chez ces gens-là, le désordre des ornements conduisait à la luxure : « ornamentorum confusio commendabat luxuriam » (D. 164).

  • 12 Decentia est, comme on le sait, une des modalités de la beauté.

15En résumé, dit-il, les Grecs, pour les jardins, se contentaient de la « beauté naturelle de la campagne » (D. 164) ; les Romains avaient besoin de constructions superbes, d’édifices magnifiques ; mais Grecs et Romains négligeaient, ou plutôt ignoraient la symétrie et la beauté des jardins, « hortorum concinnitatem & decentiam12 ».

  • 13 Qui est, comme on le sait, l’application aux choses de l’ingenium.
  • 14 Cf. encore D. 174.

16Il faut faire sa place à l’industria13. Comme le dit Palladius (I, 2), il faut prendre en compte quatre éléments : aerem, terram, aquam, & industriam. (D. 166). On ne peut séparer nature et industria. Il faut la collaboration des deux14. Rapin est vivement intéressé par la pratique, ainsi que par le profit qu’il n’oublie pas, dans son quatrième chant consacré aux Fruits.

Progrès

17« Étudiez ce que nos aïeux ont écrit sur ces matières ; l’âge présent, plus habile en ce grand art, a beaucoup ajouté aux anciens usages, et notre culture est bien supérieure à celle de nos ancêtres », écrit-il en son quatrième Chant :

… mori nam multa vetusto,
Artibus ut pollens istis, haec addidit aetas,
Culturae formam longe superavit avitae.

18L’aspect technique qui fait surtout rêver Rapin, ce qui peut nous sembler curieux, est l’art de la réfraction des rayons solaires.

Quo nunc deinde modo solis captanda reflexi
Gratia, fructus uti sit pictior, inde monendum,
Atque ars augendi ad murum monstranda caloris…

  • 15 V. G., p. 228.

Je vais vous enseigner l’art de la réfraction des rayons du soleil, l’art d’augmenter sa chaleur en la dirigeant sur les murs pour que le fruit ait plus de couleur15

  • 16 V. G., p. 242.

19Le thème est repris à la quasi-fin du poème16. Nous sommes à un moment poétique important. C’est, en effet, l’occasion de mesurer la distance des Modernes avec l’Antique, de marquer la nouveauté, mais aussi de renvoyer l’invention première, puis oubliée, à l’Antiquité, en construisant une fable, un mythe qui donne ainsi de l’autorité à cette invention.

Quoique notre siècle ait porté à la perfection ce grand art qu’il dit avoir inventé, quoiqu’il ait enseigné à diriger les rayons qui doivent mûrir les fruits, qu’il ait trouvé la manière de donner plus d’ardeur aux feux du soleil en les faisant tomber sur les murs qui les repoussent ; dès longtemps un bruit obscur attribue cette invention à l’Antiquité, & l’Antiquité l’emporte sur le témoin le plus authentique…

… per vim solis vi parietis auctam
Hanc tamen antiquis obscurus rumor ab annis
Deducit, magnoque valens pro teste vetustas…

20Finalement, selon le rumor, c’est Alcinoüs, le roi paysan (« Rex agricola »), qui aurait « saisi la force du soleil reflété »

… captatque reflexi
Vim solis…

21C’est l’occasion d’une longue fable. Alcinoüs se serait attribué trop vite ses succès d’agriculteur, et aurait été puni par les dieux oubliés. Après quelques sacrifices, et suivant les conseils d’une Nymphe, il plante ses arbres le long d’un mur et saisit la force du soleil réfléchi. Le procédé aurait été oublié, puis réinventé par un pasteur de Neustrie.

22Ce procédé de la réfraction se recommande à la fois par ars et industria (D. 197).

  • 17 « Et meo quidem judicio nihil est jam admirabilius in hortorum ratione universa, quam novae illius (...)

Et, à mon avis, rien n’est plus admirable dans toute la culture des jardins, que l’invention singulière de cette technique nouvelle. Elle n’était jamais venue à l’esprit de nos ancêtres. Pouvoir discipliner la chaleur du soleil, la mettre, si l’on peut dire, à la disposition du cultivateur17

23C’est l’invention des Modernes.

« Distinctio » contre « confusio »

24Les Modernes, entendons les Français, ont su apporter, ce que les Anciens ignoraient, de l’ordre dans la confusion.

25Auparavant la rose et l’herbe étaient confondues.

26Il fut un temps, jadis, où la culture des jardins ne cherchait dans l’Art ni agrément, ni ornement ; souvent on eût pu voir la rose mêlée aux herbes des champs, et sur la terre les sentiers ne se répartissaient pas entre eux et ne se distinguaient pas grâce au buis verdoyant.

nec erant per humum segmenta viarum
digesta in sese, & buxo distincta virenti.

  • 18 Chant 1 p. 4, V. G. p. 9.

27La Grèce et l’Italie ignorèrent cet art ; les gens de ce temps-là plantaient leurs fleurs sans aucune loi, ils ne savaient pas les composer en parterres, ni distinguer les chemins grâce à un buis taillé18

… suos nulla qui lege per hortos
Plantabant flores, nec eas componere norant
Areolis, tonsaque vias discernere buxo…

28Les Français, mieux que les autres nations, ont su dessiner les parterres. C’est grâce au buis, comme Rapin aime à le répéter, que l’architecte peut dessiner toutes sortes de figures :

Mon but n’est point de déterminer la forme des jardins… Je préfère le jardin dont la forme s’harmonisera avec le sol, avec un meilleur tissu.

  • 19 Id., p. 5.

Illa mihi reliquas placeat super optima formas,
Ipsi quae campo, textu meliore, quadrabit19.

29La beauté réside dans la concinnitas (la symétrie), la varietas, la decentia, l’honos, l’amoenitas.

  • 20 Rapin a conforté, si je puis dire, son poème, d’une étude sur la culture des jardins, De Universa (...)
  • 21 « Aux côtés de la cour, on voit un grand jardin, avec ses quatre arpents enclos dans une enceinte. (...)

30Pour Rapin, le jardin d’Homère est pauvre et sans ordre20. Et pourtant l’Antiquité n’a rien tant admiré que les jardins d’Alcinoüs : « Antiquitas nihil prius mirata est quam hortos Alcinoi21. »

31Rapin cite Virgile, l’épisode du vieillard de Tarente, et le Moreton (61-86), où se mêlent l’osier, les légumes verts, la bette, l’oseille, les poireaux, le pavot, les radis etc., et où l’on chercherait en vain quelque ornement ni quelque plante noble. Il cite, avons-nous déjà dit, les Hortuli laudes. Faisons attention d’ailleurs, au passage, à ce petit poème, rattaché à l’œuvre de Virgile. Il y a là, en effet, du sentiment, une précieuse note de la qualité d’âme, que conditionne le jardin :

  • 22 Virgilii Maronis Appendix Iosephi Scaligeri in eandem Appendicem Commentarii et castigationes, Lug (...)

Oblectat hortus, advocat, pascit, tenet,
Animoque moesto demit angores graves.
Membris vigorem reddit, et visum capit.
Refert labori pleniorem gratiam,
Tribuit colenti multiforme gaudium22.

Le jardin charme, appelle, repaît, retient, et débarrasse l’esprit attristé des lourdes angoisses ; il redonne de la force au corps, et saisit le regard ; il apporte au labeur une grâce accomplie ; il accorde à celui qui le cultive une joie multiforme.

  • 23 « Ex quibus duo confici possunt : alterum, Graecos, in hortorum cultu, naturali pulchritudine ruri (...)

32Certes, écrit Rapin23, les Grecs et les Romains connurent les joies des jardins. Les Grecs appréciaient leur beauté naturelle. Les Romains se plurent à y ajouter de superbes constructions et édifices. Mais l’un et l’autre peuple négligèrent, ou même ignorèrent absolument la symétrie (concinnitatem), sœur des jardins, et l’ordonnance (decentiam). « Nos enim ad elegantiora pervenimus. »

33Ce fut l’apport et la découverte de Le Nôtre, dont Brotier, éditeur et commentateur de René Rapin au XVIIIe siècle, fait un éloge lyrique. Le Nôtre, dont Rapin écrit dans le Chant I :

Sic famulos, flores nuper plantare monebat
Nostrius, Augustis custos qui praesidet Hortis,
Ornandi ruris magnus monstrator, & omnis
Egregius culturae hortorum, artisque magister.

Ainsi Le Nôtre faisait planter les fleurs, Le Nôtre qui préside aux jardins des Rois, qui montre le grand art d’embellir les champs. Le Nôtre enfin, guide excellent dans la science de cultiver les jardins qui naissent à sa voix.

  • 24 Rapin parle, par opposition, comme nous l’avons vu, de l’ornamentorum confusio (D. 164). Il cite T (...)

34Ainsi peut-on penser que l’ordre et la symétrie règlent les passions et concourent à la paix de l’âme24.

35Mais qui est par derrière le jardin ? Quel philosophe ?

  • 25 Brotier, Hortorum historia, p. 250-251.

36La philosophie, comme dit Brotier, est née dans les jardins. Elle y a grandi. C’est dans les jardins que Démocrite riait des inepties des humains ; c’est là que Socrate improvisait des mythes ; c’est dans les jardins que Platon discourait. Ce fut le berceau de l’Académie ; ce fut la vie d’Épicure. Si seulement, dit Brotier, Épicure n’avait pas laissé planer le doute sur la qualité du plaisir… C’est à lui que les jardins doivent le plus. C’est lui qui, le premier, a ouvert cet art à Athènes25.

37Peut-on, en vérité, aimer les jardins sans être épicurien ?

Rapin et Épicure

38Dans l’Epistola (p. XV), parlant d’Épicure, Rapin écrit :

  • 26 « De cujus moribus jam non quaero, quos audio defendi per quosdam Philosophos e nostris. Non neces (...)

Je n’enquête pas sur ses mœurs, que j’ai entendu défendre par certains de nos philosophes. Il n’est pas nécessaire ici que je rappelle, chose qui a été amplement disputée par les sages, que l’art de cultiver la terre est le plus innocent de tous. D’où, non sans raison, ils venaient à penser que menaient une vie d’excellentes mœurs ceux qui cultivaient la terre26.

39Il y a donc ce sentiment partagé, un peu ambigu, à l’égard d’Épicure, que Rapin exprime ainsi :

Ipsum etiam Epicurum, magnum patronum voluptatis, auditorium suum constituisse in hortis accipimus.

Nous savons qu’Épicure, le grand défenseur de la voluptas, avait constitué son École dans des jardins (D. 139).

  • 27 « Primus hoc instituit Athenis Epicurus otii magister, in ipsa urbe delitias, agros, villasque pos (...)
  • 28 Il cite Diogène Laërce, Vitae philosophorum, 4, section 60, l. 2 : « Lacydès en tout cas tenait éc (...)

40Il cite son Pline (19, 19, 2) : « L’usage des jardins a commencé avec Épicure, maître d’oisiveté ; jusqu’à lui on n’avait pas su habiter la campagne à la ville27. » Mais, comme le montre Rapin, les liens entre jardins et philosophie ne se limitent pas à Épicure. Il y eut Platon, Speusippe, Aristote, Xénocrate28

  • 29 Pierre Grimal, Les Jardins romains, p. 296 et 372.
  • 30 Ibid., p. 370 sq.

41Qui médite les jardins rencontre forcément Épicure. J’évoquerai plus tard Lucrèce. Pierre Grimal, dans sa belle thèse29, a attiré l’attention sur quelques vers du Chant II (v. 29-33), qui auraient à la fois rapport avec le Jardin d’Épicure, comme École, et un jardin qui serait conçu par un Romain, mais qui fût, en même temps, rêvé à la grecque30.

  • 31 Gilles Sauron, « Templa serena », Mélanges de l’École Française d’Athènes, 92 (1980), I, p. 277-30 (...)
  • 32 Pierre Grimal, op. cit., p. 373.
  • 33 P. 26, dans la trad. fr., p. 38.
  • 34 Phèdre, 229a sq.
  • 35 Cf. Jackie Pigeaud, La Maladie de l’âme, Paris, Les Belles Lettres, (1981) 3e éd. 2006, p. 455.

42Grimal évoque un souvenir conscient du Phèdre de Platon : l’arbor alta – un platane ? Il rapproche de ces vers du Chant II les vers 1384-1411 du Chant V. Et ne serait pas hostile à la thèse de Sauron31, qui voudrait que le « gymnase » de la villa des Papyri, à Herculanum, « ait eu l’intention de représenter ce paradis terrestre épicurien, assimilé au Jardin des Bienheureux. Ce qui semble témoigner d’un jeu subtil d’influences, le jardin suggérant l’image paradisiaque au poète et, en retour, représentant l’idéal de celui-ci32 ». Brotier, lui, citait les Lettres sur les Découvertes d’Herculanum de Winckelmann33. J’ai poursuivi moi-même ce rêve poétique jusque dans la Lettre 17 du Pseudo-Hippocrate, et le rapport inversé entre le platane large et haut, sous lequel s’assied Socrate dans le Phèdre de Platon34, et le platane courtaud et épais de Démocrite dans cette même Lettre35.

43La folie des jardins, dit Rapin, est une louable folie de notre siècle : « laudabilis quaedam insania… hujus saeculi » (D. 146). À notre époque, dit-il, ce ne sont plus les esclaves qui s’occupent des jardins,

  • 36 « … non modo Regni proceres, summique magistratus oblectant se hortorum cultione ; sed etiam Rex i (...)

ce sont aujourd’hui non seulement les nobles du Royaume et les plus hauts magistrats qui se plaisent à la culture des jardins, mais aussi le Roi très chrétien lui-même, au milieu des soucis de la guerre et de la paix ne pense pas étranger à sa majesté de descendre de temps en temps à ce soulagement de l’âme36.

De Hortorum Amœnitate

Peinture et tapisserie

44Il faut se préoccuper de la forme du jardin, pour qu’elle soit composée ad eam amœnitatem quae ruri percipitur. Cette forme doit être contenue en quatre éléments : fleurs, bois, eaux, fruits (D. 148). C’est de l’équilibre très juste de ces quatre éléments que peut se constituer la forme la plus parfaite de toutes les formes temperantia, varietas, elegantia.

45La peinture des fleurs colorées, les denses opacités des bois, l’éternité transparente des fontaines et des rivières ; l’ordonnance si agréable des arbres fruitiers ; tout cela s’harmonise extraordinairement pour constituer la beauté.

Picti florum colores, densae opacitates nemorum, fontium rivorumque liquidae perennitates, amoenissimique ordines arborum pomiferarum inter se mire consentiunt ad decentiam. (D. 148)

46Picti florum colores… Cela nous fait dire que Delille exagère quand il prétend que Rapin n’est point peintre (entendons : contrairement à lui). On se souvient des vers de Delille :

  • 37 Les Jardins, I, p. 3.

Un jardin, à mes yeux est un vaste tableau.
Soyez peintre37

Le jardinier doit imiter le peintre.

  • 38 Ibid., I, p. 17.

Des grands peintres encore faut-il attester l’art ?
Voyez les prodiguer de leur pinceau fertile
De mobiles objets sur leur toile immobile,
L’onde qui fuit, le vent qui courbe les rameaux,
Les globes de fumée exhalés des hameaux38,…

  • 39 À propos du jardin de Pope : « Les premiers monuments d’un écrivain fameux sont sa maison qu’il a (...)

« De plus il [Rapin] a chanté les jardins du genre régulier », écrit Delille, « et la monotonie attachée à la grande régularité a passé du sujet dans le poème. L’imagination, naturellement amie de la liberté, tantôt se promène péniblement dans les dessins contournés d’un parterre, tantôt va expirer au bout d’une longue allée droite. Partout elle regrette la beauté un peu désordonnée, et la piquante irrégularité de la nature. Enfin il n’a traité que la partie mécanique de l’art des jardins […] En un mot ses jardins sont ceux de l’architecte ; les autres sont ceux du philosophe, du peintre, et du poète39. »

47Peut-être, en effet, la tapisserie est-elle plus présente chez Rapin que la peinture, comme modèle. Écoutons-le évoquer les arbres attachés aux murs. Il faut habituer l’arbre aux liens qui l’enchaînent :

  • 40 Chant IV, p. 106 ; V. G., p. 321.

Ces liens eux-mêmes peuvent embellir ces dociles rameaux, si la proportion en est bonne (si murum justus quadret ordo per omnem) : à cet aspect je crois voir une jeune beauté qui, prête à paraître en public & à s’exposer à tous les regards, emprunte le secours des rubans pour donner à ses cheveux les formes les plus gracieuses, & qui conviennent le mieux à ses traits. Ces nœuds élégants conviennent à la chevelure ; ils en relèvent la beauté et lui donnent plus de grâce. Ainsi dans sa captivité, l’arbre en paraîtra plus beau, s’il étend régulièrement ses branches, si ses rameaux taillés artistement ne forment point d’inégalité, & si un vaste tapis de feuillage couvre toute la surface du mur40.

Foemina vittatos ceu cum sub vincla capillos
Ire jubet, crinemque rata sub lege reponit,
Dum parat ire foras, & se praebere videndam ;
Crinem vincla decent, pars est bona laudis in illis,
Sic bene digestis, ipso pro pariete ramis,
Quantumvis arbos fuerit captiva, decebit,
Si nihil emineant rasis hastilia virgis,
Et murum viridis praetextus vestiat omnem.

Cette belle disposition qui imite nos tapisseries colorées, recommande tout le mur et le jardin tout entier par sa beauté, surtout quand les fruits variés selon leur saison ont commencé de varier en couleurs précises.

  • 41 Ibidem ; les couleurs : le blanc de la figue, le rouge de la pêche, etc. (V. G., p. 233).

Illa decens series pictos imitata tapetas,
Murum omnem, campumque suo commendat honore ;
Praesertim certos quando variare colores
Incepere, suo varii pro tempore fructus41.

48J’ai traduit d’une manière qui peut surprendre. Mais c’est que Rapin, qui connaît son Cicéron, se souvient, à coup sûr, du sens de variari, terme propre à la peinture : « variari », c’est peindre. Mais les couleurs ne sont pas confuses ni floues. Ce n’est pas la bigarrure du poikilon des Grecs. Qu’on excuse ces pédantismes. Mais en quelques vers, c’est toute une esthétique qui est donnée. Distinction dans le mélange des couleurs :

Quid narrem, ut florum exemplo, atque coloribus ipsis
Incepit pictura suos miscere colores…

49Ainsi Pausiadès, amant de Glycère, devint un peintre habile, quand, par la distinction de mille couleurs (« per discrimina mille colorum »), il peignait les fleurs que la Nymphe portait. Ainsi le soin apporté par le lissier à varier distinctement les couleurs : « illusit variis texentium cura figuris ».

La « symmétria » de Rapin et celle de Delille.

50Delille utilise le modèle de la figure humaine, pour révéler une nouvelle symmétria, et marquer aussi sa différence avec Rapin.

51Delille propose un nouveau canon : il fait l’éloge de la figure humaine comme modèle.

  • 42 Les Jardins, I, p. 39-40.

Regardez cette tête où la divinité
Semble imprimer ses traits ; quelle variété !
Des sentiments du cœur majestueux théâtre,
Le front s’épanouit en ovale d’albâtre,
Et doublant son éclat par un contraste heureux,
S’entoure et s’embellit de l’ombre des cheveux ;
L’œil ardent réunit des faisceaux de lumière ;
Deux noirs sourcils en arc protègent sa paupière ;
Et la lèvre, où s’empreint la rougeur du corail,
De la blancheur des dents relève encor l’émail ;
Le nez, dans sa longueur dessinant le visage,
Par une ligne droite avec art le partage,
Tandis que, déployant ses contours gracieux,
La joue au teint vermeil s’arrondit à nos yeux.
Voyez le pied, la main, dont la structure étale
De ses doigts variés la longueur inégale ;
Voilà votre modèle. Heureux imitateur,
Suivez dans ses dessins la main du Créateur ;
Et d’objets en objets promené dans l’espace,
Que l’œil toujours jouisse, et jamais ne se lasse.
N’allez donc pas, des bois symmétrisant les bords,
D’un coup d’œil uniforme attrister les dehors42.

  • 43 Ibid., I, p. 41.

Riche variété, délices de la vue,
Accours ; viens rompre enfin l’ insipide niveau,
Brise la triste équerre et l’ennuyeux cordeau43.

52Certes il n’est pas dit que Delille songeât à Rapin en ce passage. Mais on se souvient des vers de Rapin que je citais plus haut :

Ces liens eux-mêmes peuvent embellir ces dociles rameaux, si la proportion en est bonne (si murum justus quadret ordo per omnem) : à cet aspect je crois voir une jeune beauté qui, prête à paraître en public & à s’exposer à tous les regards, emprunte le secours des rubans pour donner à ses cheveux les formes les plus gracieuses.

53Le rapprochement permet de mesurer les différences de conceptions esthétiques. La symmétria de Rapin est polyclétéenne. C’est la définition canonique de la beauté comme proportion des parties entre elles et avec le tout. L’ornement, l’enchaînement même des cheveux, le cordeau, font rentrer la figure humaine dans l’honos, la decentia et l’harmonie. La figure de Delille propose une autre espèce de symmétria. Ce n’est plus le rapport de la partie avec sa voisine et avec le tout, mais la distribution par rapport à un axe. Elle est proche de notre définition de la symétrie et de l’asymétrie.

Plaisir au jardin

54Pour Rapin, le jardin semble fait pour le plaisir, voluptatis gratia, plutôt que pour l’utilité. En fait, il faut régler ce rapport à l’utile. Le jardin serait imparfait s’il manquait la fécondité, l’ubertas. Maintenant, au contraire, dit Rapin (D. 149) :

  • 44 Le Poète, c’est Horace, Épître I.

Dans la forme des jardins, la volupté est au service de l’utilité ; et, en comparaison des Anciens, nos jardins l’emportent non seulement en élégance, mais aussi en fertilité et abondance. Nous sommes parvenus à ce degré de sagesse loué par le Poète44, où nous avons pu joindre l’éclat des villas à leur utilité.

  • 45 Varron, Res rusticae, I, 3-4, trad. J. Heurgon, L’Économie rurale, Paris, CUF, 1978.

55Vieille question que cette rencontre du beau et de l’utile, de la beauté et de la fécondité, que Scrofa traite si bien dans Varron. « Les agriculteurs », dit Scrofa, « doivent tendre vers deux buts : l’utilité et le plaisir. L’utilité cherche le rapport ; le plaisir veut l’agrément… Ce qui ne veut pas dire que les soins qui donnent à une terre cultivée plus belle apparence, ne la rendent pas aussi la plupart du temps non seulement plus productive, comme lorsque les vergers et les oliveraies sont régulièrement (in ordinem) plantés45. »

  • 46 « Le Père Rapin est plus près d’Hésiode que de Virgile pour la méthode d’exposition et pour l’ennu (...)
  • 47 D. 145.
  • 48 Varron, op. cit., I, 7, 5.

56Certes Rapin est plus paysan que Delille. Mais peut-être a-t-il mieux compris la vertu des foedera, des pactes de nature46. Il s’intéresse, je l’ai dit, à la production. Le principe essentiellement varronien des foedera, des pactes de nature entre le sol et les productions, est sans cesse évoqué. Dans sa Disputatio, comme dans son poème, Rapin parle de la greffe, de la taille des arbres. La greffe : un heureux adultère. « Cerasus florebit adultera trunco… » (p. 100). Vieille histoire que ces foedera, ces pactes, ces traités entre la nature et la culture. Il y a là Lucrèce, par derrière. Il y a Varron (« magnus arbiter Varro » comme l’appelle Rapin47) qui, même s’il ne les appelle pas foedera (expression entre toutes lucrétienne), énonce des principes repris aussi dans les Géorgiques. Par exemple : « Non eadem omnia in eodem agro recte possunt. Toutes les choses ne peuvent pas être semées, pousser de manière convenable dans le même champ. Car l’un va bien pour la vigne, l’autre pour le blé48… » Écho des vers de Virgile :

  • 49 « Tels sont les lois et les pactes éternels que la nature a imposés à des lieux déterminés… » Géor (...)

Continuo has leges, aeternaque foedera certis
Imposuit natura locis49

  • 50 Je renvoie à mon livre L’Art et le Vivant, Gallimard, coll. « Les Essais », 1995, particulièrement (...)

57Il y a des arbres solitaires, insociabiles, comme le cyprès ou le pin (D. 177). Pour la greffe, il faut que les arbres aient entre eux de la germanitas50. Rapin énonce, au Chant IV, les foedera qui concernent la greffe :

  • 51 V. G., p. 216.

Je vais dire maintenant sous quels traités doit se faire l’alliance des fruits, sur quels troncs il faut greffer les rameaux, et à quelles entes les arbrisseaux accordent les liens de l’hospitalité51.

Nunc quibus expediat varios confundere fructus
Foederibus, quales ramis conjungere ramos,
Quae quibus hospitium praestent virgulta, monebo.

  • 52 De insitionibus. Ad Pasiphilum. De re rustica XIV.
  • 53 « Unde satis dici non potest, qua commendatione digna sit haec disciplina, per quam didicimus prov (...)

58Dans la Disputatio, Rapin évoque Palladius52, et parle de « cette discipline, dont on ne saurait assez faire l’éloge, qui permet de provoquer la nature, de mélanger des plantes sauvages et agrestes par le bienfait de la societas53 ».

Un poète philologue

  • 54 Démocrite avait composé des Georgica, que cite souvent Columelle (1, 1, 7 sq. ; 3, 12, 5 ; 8, 8, 7 (...)

59Cela me permet de mettre en valeur la qualité du poète philologue. Le poème de Rapin est ponctué de notes marginales. Ce sont des références (plus ou moins exactes) aux auteurs anciens qui ont écrit sur la technique de la culture. Je cite en vrac : Xénophon, Aristote, Théophraste, Démocrite54, les Géoponiques, Varron, Columelle, Pline, Palladius, etc. Les notes de Rapin, marginales dans les premières éditions, se retrouvent en fin de texte chez Brotier, qui les précise d’ailleurs. La traduction française ne comporte plus les notes. Et c’est un signe intéressant d’évolution.

60Quel est le sens profond de la citation marginale ? Elle fait, d’une certaine façon, partie du texte, je veux dire du poème ; elle fait de la poésie un dialogue. La coupure n’est pas accomplie avec l’Antique. Ce ne sont pas tant des notes marginales que des souvenirs, des allusions, des éveils de rêveries. C’est comme un accompagnement musical, une basse continue. Quand Brotier les place en fin de volume, le rôle a changé. D’un autre côté, cela veut dire qu’il faut que Rapin se défende tout seul.

61Pour en finir avec les foedera, il y a cependant des exceptions ; il existe des pays privilégiés :

  • 55 V. G., p. 192. Nos italiques.

Quoique tous les sols ne soient pas propres à produire toutes sortes de plantes, que la nature prescrive ses lois à différents terrains, et ne les féconde que sous la foi de certains traités ; cependant le sol de la France, le plus fertile de tous, indépendant de toutes ces lois, reçoit toutes les cultures, & porte toutes sortes de fruits55.

  • 56 C’est la même idée qu’il exprime dans sa Disputatio, p. 146 : « Meo judicio censeri debet, pro rec (...)

Quamvis non omnis tellus sit idonea plantis
Omnibus, & certas leges, ac foedera certis
Praescribat natura locis, prescripta servet ;
Illis Franca tamen non est obnoxia tellus
Legibus, eximiae quae fertilis ubere glebae,
Nil fructus non laeta ferat, nil culta recuset56.

  • 57 Géorgiques, II, v. 136-176.

62Bien entendu, impossible de ne pas penser à l’éloge de l’Italie, dans les Géorgiques57. La France tient le même rôle chez Rapin : notre pays est le mieux constitué pour les jardins, parce qu’il est tempéré (D. 146). C’est le pays de l’équilibre.

Retour aux techniques

63Nous allons en évoquer quelques unes.

64La taille (putatio)

65La taille, c’est régler l’ubertas des arbres, leur propension à croître ; tenir compte des lieux, des arbres, c’est former en même temps, donner forme. Nam per putationem sic mos imponitur vegetationi, ut se fundat arbor ad sui cultoris arbitrium… (D. 181-182).

66Delille montre que la forme des jardins conditionne la poésie, l’organise en fait.

  • 58 Op. cit., p. XVI.

Lorsque Rapin a écrit un poëme latin sur les jardins réguliers, il lui a été facile de présenter les quatre chants qui le composent […] Mais dans les jardins pittoresques et libres, où tous ces objets (eaux, fleurs etc.) sont souvent mêlés ensemble, où il a fallu remonter aux causes philosophiques du plaisir qu’excite en nous la vue de la nature embellie et non point tourmentée par l’art, où il a fallu exclure les alignements, les distributions symétriques, les beautés compassées, un autre plan était nécessaire58

  • 59 Cf. par ex. Benjamin Farrington, La Science dans l’Antiquité, Paris, Petite bibliothèque Payot, no(...)
  • 60 La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 1948.

67Rapin est plus varié et plus « philosophe », au sens de Delille, qu’on ne croit. Ainsi le cours des ruisseaux engage à une réflexion sur la vie humaine : Contrairement à ce que pense certaine histoire de la Science, il ne suffit pas d’évoquer l’influence des techniques59. La méditation de ces techniques et leur influence tient surtout à ce qu’elles sont des manières d’agir sur la matière, et par conséquent de fabriquer le monde. On peut évoquer Bachelard60. Mais on peut aussi lire Empédocle.

68Varron (De re rust. I, 2-4) fait l’Éloge de l’Italie et de l’Europe. Scrofa y fait aussi l’éloge de la beauté (4). « L’art de la culture se fonde sur les mêmes éléments premiers dont, selon Ennius, le monde est fait, l’eau, la terre et le soleil. Voilà ce qu’il faut étudier avant de répandre des semences… » Sur la beauté, chez le même Varron, Scrofa a ces paroles pleines de richesses à venir : « Quant à l’action de la culture sur la forme, je soutins que ce qui est plus plaisant à l’œil est en conséquence aussi d’un meilleur rapport. » (7, 2).

69Règle : non enim eadem omnia in eodem agro recte possunt (7,5).

La maîtrise de l’eau (D. 190)

  • 61 Op. cit., I.
  • 62 Lettres à Quintus, livre III.
  • 63 Ep. 13, dit Rapin : « De villa Scipionis, mentio fit “aquarum cum fragore labentium” » – en fait i (...)

70Souvenons-nous de Varron : « Etiam precor lympham, quoniam sine aqua omnis misera est agricultura61. » Bien sûr il y a l’eau utile, l’irrigation (D. 182). Mais l’époque moderne a su jouer avec les eaux et les faire jouer. Certes Cicéron parle bien de villam mirifica suavitate habituram, salientibus additis62. Sénèque parle bien d’eaux qui coulent avec fracas63. Pline le Jeune, au livre III de ses Lettres, parle aussi de l’aménité et l’utilité de l’eau qui saute (« amoenitatem & utilitatem aquae salientis »). Pourtant ce n’est rien en comparaison de l’élégance et des délices de nos fontaines : « ad elegantiam & delitias fontium nostrorum » (D. 191).

71On trouve, dans les eaux, quatre éléments : copia, salubritas, perspicuitas, perennitas. Copia, perennitas relèvent de la regionis felicitas ; salubritas, perspicuitas relèvent du sol. Tout le reste dépend de l’art : concursationes, praecipitationes ;… variis figuris, fontium jactus : antra rorantia scatebris artificiosis & salientibus ; fracti per gradus latices, aquarum paucissimas, quae diligenti atque diuturna observatione perspectae sunt (D. 196).

72Les Anciens ne connaissaient pas cela :

Sed fontes deerant, & aquae, nullique per herbam
Errabant rauco ludentes murmure rivi.

Mais il manquait les fontaines, et les eaux ; aucune rivière n’errait à travers l’herbe en jouant avec un rauque murmure. (D. 67)

  • 64 V. G., p. 152.

73C’est que les modernes ont inventé l’usage de la pompe (D. 68) : voir l’exemple de la Samaritaine64.

…& quos natura recusat,
Arte fecit fontes. It machina pensilis alto
Et tubulo, lymphas motu siphonis anhelo
Quae sursum attollat, moles licet ipsa repugnet…

74Les progrès de la technique (D. 71) ont permis la variété :

  • 65 Cf. Politien que je cite plus loin. Termes soulignés par nous.
  • 66 « Si vous voulez que les Eaux soient distribuées avec grâce, qu’elles soient pressées étroitement (...)

Mille modis dociles rivos, & mille figuris,
Dispensare potes…
Ut quaesitum tibi gratia prosit aquarum,
Sunt ad vicinas valles, hortumque sub ipsum,
Arcte includendi latices, plumboque premendi.
Nam nisi pressa diu, & presso glomerata canali,
Non alte erumpit venis bullantibus65 unda.
Multi saepe etiam tubulis utunturahenis,
Impetus, ut rigido veniat magis acer ab aere,
Compressaeque tubis, assurgant altius undae…
Haud aliter quam cum cellis nova vina Falernis,
Spumantique cado infundit, fraenisque coërcet
Vinitor66.

75Il faudrait évoquer, comme modèle de la description technique, un poème que Rapin ne cite pas à ma connaissance, L’Aetna, lui aussi joint à l’Appendix Vergiliana, et dont l’influence me paraît là évidente.

Le bruit des eaux

76J’ai parlé de la couleur, je voudrais dire quelques mots des sons, des bruits, de la musique des jardins.

Fontibus ipsa autem, rivisque frequentibus, omnis
Silva sonet : nemum turbate silentia, fontes,…
Undique sint latices, animos qui frondibus addant.

Que des sources, que des rus abondants fassent sonner toute la forêt ; troublez, fontaines, le silence des bois,… que de partout naissent des eaux pour donner de l’âme aux feuillages.

77Écoutons un peu ces beaux vers, à propos du parc de Saint-Cloud :

Quadri namque lacus medio de gurgite, plumbum
Os aperit tumidum limphis, stridentibus unda
Erumpit scatebris, & iter rimata solutum,
Turbinis in morem, rapido petit aethera jactu,
Ceu rotet undantem, liquidum per inane, sagittam :
Exultant alti latices, lapsuque sonanti
Unda superfusam plaudendo verberat undam,
Dum cadit, & labrum roranti perpluit imbre. (D. 73)

  • 67 V. G., p. 175.

Du milieu du tourbillon d’un bassin carré, le plomb offre aux eaux une sortie gonflée ; l’onde jaillit en cascades sifflantes, et cherche un chemin libre, comme un tourbillon, et gagne l’éther dans un jet rapide, comme une flèche d’eau qui tournerait à travers le vide transparent67.

78Je citerai encore quelques vers. Il s’agit de ce riche citoyen de Meudon, qui avait fait élever de vastes terrasses qui dominaient au loin les campagnes voisines… Mais il y manquait les eaux. « On n’entendait point le murmure des ruisseaux qui coulent en se jouant sur un triste gazon », dit la traduction française que nous citons. Et voici le latin, déjà cité plus haut :

Sed fontes deerant, et aquae, nullique per herbam
Errabant rauco ludentes murmure rivi.

79Ce qui veut dire, au passage, autre chose : « Mais il y manquait les fontaines, et les eaux ; aucune rivière n’errait à travers l’herbe en jouant avec un rauque murmure. » Ce murmure rauque-là vient d’une oreille virgilienne. Certes je sais que Rapin peut employer l’adjectif dans un sens péjoratif :

… certis si forte diebus
Expectetur herus, rauca qui fessus ab urbe,
Dulcia secreti quaerat solacia ruris.

… si d’aventure, à des jours fixes, est attendu le maître, qui, lassé de la ville rauque, cherche les douces consolations d’une campagne retirée.

80Mais pour moi, raucus est un des plus beaux mots de la poésie virgilienne. Il fait partie de la musique des Bucoliques :

  • 68 Bucoliques, I, v. 57-58.

Nec tamen interea raucae, tua cura, palumbes,
Nec gemere aeria cessabit turtur ab ulmo68.

Là sous ce haut rocher, l’hôte du feuillage lancera sa chanson dans les airs, sans que pourtant les roucoulantes colombes, objet de tes soins, ni que la tourterelle cessent de gémir au sommet de l’ormeau.

81Dans la seconde édition de Rapin, l’éditeur a donné à la suite quelques vers du Rusticus de Politien, qui sait faire sonner turtur et susurro :

Dum gemit erepta viduatus compare turtur,
Dum sua torquati recinunt dictata palumbes.
Hic resonat blando tibi pinus amata susurro,
Hic vaga coniferis insibilat aura cupressis :
Hic scatebris salit, & bullantibus incita venis
Pura coloratos interstrepit unda lapillos :
Hic tua vicinis ludit lasciva sub umbris
Jamdudum nostri captatrix carminis Echo.

82Susurrus se trouve justement dans le vers de la Bucolique qui précède ceux que je viens de citer :

Saepe levi somnum suadebit inire susurro.

  • 69 Gerard Manley Hopkins, Carnets-journal-lettres, traduits de l’anglais et présentés par H. Bokanows (...)

83C’est la musique des jardins. Il n’y en a pas seulement pour l’œil, mais aussi pour l’oreille. À moins que le poète, s’il est grand, ne soit capable de confondre les deux, le son et l’espace. Je songe à ces notes de Hopkins sur le chant du coucou, que je cite souvent. Dans ses carnets, il écrit : « La seconde note du coucou semble plus proche que la première69. » Dans le Journal :

29 avril. Perçu le coucou pour la première fois, mais il s’était déjà fait entendre.

15 mai. Parfois j’entends chez le coucou des notes merveilleuses, claires, rondes et flûtées : c’est quand les creux d’un sol en pente les engendrent, les empaument et les renvoient comme lorsqu’on souffle dans un récipient très sonore.

84Grandeur de la poésie descriptive ! Rapin sait tendre ou déchirer l’espace, d’un bruit.

Acer equus colles hinnitu rumpat acuto.

Le cheval rapide fait éclater les collines d’un hennissement aigu.

85J’ai cité beaucoup de latin. Mais c’est que Rapin est un poète latin. On le compare à Delille. Français contre français, la lutte n’est pas égale : la traduction de Rapin ne saurait lutter contre la poésie de Delille. Oui ; mais le latin de Rapin est, à mon avis, plus fort que le français de Delille.

86J’ai été prolixe et trop bref ; anecdotique dans une étude qui devrait avoir la rigueur et la symmétria de Rapin.

Les fleurs

  • 70 Op. cit., Avertissement, p. VII.

87Comme Rapin, je ne saurais me livrer à une description ad singula. La marguerite, la renoncule, le souci, le narcisse, etc. Certes, cela peut sembler d’abord un peu systématique. « Le plan de son poëme manque… d’intérêt et de variété », écrit Delille70,

  • 71 Dans le « Discours préliminaire » à sa traduction des Géorgiques, Delille prend pour modèle de com (...)

un chant tout entier est consacré aux eaux, un aux arbres, un aux fleurs. On devine d’avance ce long catalogue, et cette énumération fastidieuse qui appartient plus à un botaniste qu’à un poète ; et cette marche méthodique, qui serait un mérite dans un traité en prose, est un très grand défaut dans un ouvrage en vers, où l’esprit demande qu’on le mène par des routes un peu détournées, et qu’on lui présente des objets inattendus71.

88Je m’arrêterai un peu à la tulipe et à la rose. La tulipe présente ce paradoxe (mirabile dictu) qu’un mauvais sol la favorise, pour la forme comme pour la couleur. Trop de fertilité lui nuirait ; dans une terre trop bonne, toutes les tulipes seraient rouges (D. 31).

89Quant à la rose, laissons-la seulement paraître :

… plebeii cedite Flores!
Hortorum Regina suos ostendit honores…
At florum e numero forma spectatior omni,
Est aevi brevioris, habent sic optima casus
Quaeque suos, nec fata ferunt res longa beatas.

Mais cette fleur, la plus belle de toutes, jouit de la vie la plus courte. Ainsi toutes les plus belles choses connaissent la chute, et les destins ne donnent pas long temps au bonheur.

  • 72 « La nature fait les fleurs pour un jour, pour que les hommes sachent bien que ce qui fleurit le p (...)

90En face, Rapin cite Pline : « Flores in diem gignit natura, magna ut palam est admonitione hominum, quae spectatissime florent, celerrime marcescere72. »

La greffe. L’heureux adultère

  • 73 Cf. L’Art et le vivant, petite esthétique de la greffe, op. cit., p. 192 sq.

91Greffer c’est enter A sur B, opération qui produira C, qui doit être différent en quoi que ce soit de A et/ou B. Alors il y a, comme je l’ai montré ailleurs73, les rêveurs, comme Aristote, qui ne veulent pas que A et B diffèrent de beaucoup ; il y a les rêveurs au contraire de la polygreffe et de l’hétérogreffe maximale, comme le romain Columelle.

92C’est encore une autre façon de réfléchir à la culture, dans son analogie avec l’agriculture.

93Bien évidemment Virgile avait joué là-dessus. Virgile donne, comme accessoirement, une explication ; en employant le verbe docere.

… huc aliena ex arbore germen
includunt udoque docent inolescere libro. (Géorgiques, II. 76-77)

  • 74 Trad. E. de Saint-Denis.

On y insère un bouton prélevé sur un arbre étranger, et on lui apprend à se développer dans le liber humide74.

94Il s’agit d’une analogie avec l’apprentissage, avec l’enseignement, avec la culture. Nous retrouvons cette analogie en Géorgiques, II. 272 :

... adeo in teneris consuescere multum est.

tant l’accoutumance est importante chez les petits.

  • 75 Hécube, 592 sq.
  • 76 De agricultura.
  • 77 De liberis educandis.
  • 78 Très proche de Lucrèce, V, 1367-1369.

95Ici teneris désigne, beaucoup plus généralement que les jeunes pousses, tous les enfants. Cette analogie est intéressante, dans la mesure où elle renverse le lieu commun qui fait de l’agriculture le modèle privilégié de la culture. Ainsi chez Euripide75, Philon d’Alexandrie76, Plutarque77, entre autres. Dans ce lieu commun, les naturels sont comparés aux terrains, toisage78, toutes les opérations de la culture, labourage, émondage, greffe, fournissent des analogies avec les opérations de l’enseignement, ainsi que les conditions météorologiques.

96Chez Virgile, c’est l’éducation qui sert de modèle à l’écussonnage ; c’est la culture qui fournit une analogie à l’agriculture. Le principe en est d’ailleurs donné à plusieurs reprises : c’est l’habitude ; une habitude que l’on peut appeler conservatrice, dans le vers que nous venons de citer (II. 272).

97La même ambiguïté qu’à propos de teneris est à notre avis perceptible dans les vers Géorgiques, II. 49-52 :

… Tamen haec quoque, si quis
inserat aut scrobibus mandet mutata subactis,
exuerint siluestrem animam cultuque frequenti
in quascumque uoles artis haud tarda sequentur.

Néanmoins ces espèces aussi sont-elles greffées ou transplantées, confiées à des fosses profondément ameublées ? Elles auront vite dépouillé leur naturel sauvage et, grâce à des soins assidus, elles ne tarderont pas à se plier à toute discipline qu’on voudra.

  • 79 Le sens de artis dans ce passage est difficile. E. Benoist commente dans son édition, par : « comb (...)

98En fait les termes d’animum, cultu, artis, peuvent se comprendre aussi bien comme s’adressant aux végétaux, en ce cas cultu a le sens littéral, animum et artis79 sont des métaphores ; ou comme concernant aussi les hommes, et c’est cultu qui est une métaphore.

99Cultiver, c’est adoucir, comme le dit Virgile :

  • 80 Cf. Lucrèce, V, v. 1368.

… fructusque feros mollite colendo (Géorgiques, II. 36)
adoucissez en les cultivant les fruits sauvages80.

100Lisons un peu Lucrèce. Ainsi le chant V :

  • 81 Bien remarquer cette atmosphère d’intimité et d’amour.
  • 82 Ars se ipsa distinxit, Pline.

Quant à l’exemple de l’ensemencement, et l’origine de la greffe,
c’est d’abord la nature elle-même, créatrice des choses,
puisque les baies et les glands qui tombaient des arbres,
au moment convenable, donnaient, par-dessous, des essaims de rejetons.
D’elle aussi l’envie d’unir des surgeons aux rameaux 1365
et d’enfouir des boutures dans la terre à travers champs.
Puis une culture, puis une autre, dans leur cher petit champ,
ils essayaient, et ils percevaient que les fruits sauvages se mettaient à s’adoucir
grâce à la terre, en la choyant et en la cultivant avec tendresse81.
Puis, de jours en jours, ils forçaient les forêts à se retirer davantage
dans la montagne, 1370
et laisser en bas place aux cultures,
pour que prairies, étangs, ruisseaux, moissons, riches vignobles,
sur collines et plaines, ils pussent avoir
et que la distinction82 d’une étendue bleue d’oliviers parcourût la campagne
et s’étendît à travers les hauteurs, les vallées et les plaines.

101Déjà l’auteur du traité hippocratique Airs, Eaux, Lieux (chap. 12) écrivait : « … et ceux qui proviennent des semences, aussi bien que ceux que la terre engendre d’elle-même, et que les habitants emploient en adoucissant leurs qualités sauvages par une transplantation dans un terrain convenable ».

De Virgile à Rapin

  • 83 Cf. supra, p. 330.
  • 84 H. N., XIV, 7.

102Majesté et élégance virgiliennes, disait Clément IX83. Il s’agit de bien davantage encore ; de ce qu’on pourrait appeler un espace qui serait à la fois vide et plein de Virgile. En fait il y a d’abord le silence de Virgile, l’absence virgilienne annoncée par Virgile lui-même, qui renonce au jardin. Comment l’expliquer ? Absence poétique – serait-ce la lassitude de Virgile après tant de descriptions ? Absence historique – c’est-à-dire défaut de la matière, manque d’objet, entendons les jardins eux-mêmes ? Pline, dont le Proemium est cité par Rapin (D. 148), évoque Virgile, « praecellentissimum vatem », qui aurait répugné à l’éloge des jardins à cause de « quarumdam rerum humilitas84 ». La question est d’importance, et au poème en quatre chants est liée, je dirais nécessairement, la Disputatio que Rapin a écrite de disciplina universa hortensis culturae, qui veut donner des éléments d’histoire.

103Comme je l’ai déjà dit pour introduire mon exposé, Virgile, selon l’opinion de Rapin, à un moment où les jardins n’en étaient pas à ce point d’amœnitas et d’elegantia, n’aurait pu écrire des jardins de façon très différente de ce qu’il a fait dans les Géorgiques, surtout au Livre II dont le sujet était proche des jardins (D. 156). Au fond, la matière manquait à son sujet, et il y avait danger. L’art du jardin, à cette époque, ne se distinguait pas beaucoup de l’agriculture commune. Varron, Columelle et tous les autres descripteurs de jardins ne connaissaient pas la concinnitas, la « symétrie » (D. 157), dont nous reparlerons.

  • 85 « In quo coepimus esse longe superiores majoribus nostris… » (D. 184).
  • 86 « Nulla enim textili operis elegantia, nulla figurarum varietas, nulla textuum excellentia, quam n (...)

104Certes il y avait à Rome des jardins somptueux. Mais, dit Rapin, le luxe ne consistait pas tant dans la belle division des jardins, la distinction des fleurs et des arbres, la culture élégante, que dans la construction de piscines et d’édifices qui ne convenaient ni à l’ornement ni à la culture (D. 157). « L’art du jardinier [ars topiaria], auquel rien ne manque pour parvenir à la suprême beauté, [cui nihil desit ad summam pulchritudinem], est l’affaire de notre temps », dit Rapin85. « Car il n’est aucune élégance dans la texture, aucune variété dans les figures,… qu’il ne sache exprimer grâce au buis86… »

105Mais revenons à Virgile. Car ce livre se veut un relais aux vers de Virgile, Géorgiques, IV, 116 sq. :

Atque equidem, extremo ni jam sub fine laborum
vela traham et terris festinem advertere proram,
forsitan et, pinguis hortos quae cura colendi
ornaret, canerem biferique rosaria Paesti,
quoque modo potis gauderent intiba rivis
et virides apio ripae, tortusque per herbam
cresceret in ventrem cucumis ; nec sera comantem
narcissum aut flexi tacuissem vimen acanthi
pallentisque hederas et amantis litora myrtos.

  • 87 Trad. Saint-Denis, CUF.

Pour moi, si déjà parvenu au bout de mes peines, je n’amenais mes voiles et n’avais hâte de tourner ma proue vers la terre, peut-être chanterais-je l’art de fertiliser et d’orner les jardins, ainsi que les roseraies de Paestum qui fleurissent deux fois ; comment les endives aiment à boire l’eau des ruisseaux, comment l’ache fait la joie des herbes verdoyantes, et comment le concombre prend du ventre en se tordant parmi les herbes ; et je n’aurais pas passé sous silence ni le narcisse lent à pousser sa chevelure, ni la tige de l’acanthe flexible, ni les lierres pâles, ni les myrtes amis des rivages87.

  • 88 Op. cit., v. 147 sq. : « Verum haec ipse equidem spatiis excursus iniquis praetereo atque aliis po (...)

106Ces vers précèdent pourtant l’admirable description d’un vrai jardin, celui du vieillard de Tarente. « Mais l’étroitesse de ma carrière », écrit Virgile, « me contraint de passer, et je laisse à d’autres le soin de traiter après moi ce sujet88 ».

  • 89 Praefatio ad eruditum lectorem, p. 1.

107C’est là, précisément, à ces vers qu’il cite dans sa Préface, que Rapin veut prendre le relais89. « On peut sentir, écrit Rapin, combien Virgile se plaît en ce lieu, tant il laisse aller sa Muse ; et ce n’est pas sans raison ; l’amœnitas d’un sujet si libéral l’y invitait. »

108Relais, dis-je ; mais cela signifie qu’il faut se résoudre à aller plus loin : « Quand Apollon m’invite à m’engager dans un chemin ignoré des Muses, qui s’était d’abord montré au grand Virgile, au moment où, à la fin de son œuvre, il amenait les voiles… »

Ignotam Musis me quando invitat Apollo
Ire viam, magno quae primum ostensa Maroni,
Extremo cum vela trahens sub fine laborum,
Italiae pingues hortos quae cura colendi
Ornaret, canere agricolis, populoque parabat.

109Les derniers vers du poème de Rapin viennent clore cet espace virgilien, ce blanc de Virgile si l’on peut dire, et qui est le lieu précis de l’imaginaire de Rapin :

Ainsi suivant les traces sacrées du grand Virgile…
Haec magni insistens vestigia sacra Maronis…

  • 90 Première édition, 1782.

110Certes ce genre de poésie est difficile. Delille se plaindra de ce qu’en France on le sous-estime. C’est ce qu’il écrit dans la préface de ses Jardins90. Les Français n’aiment pas la poésie didactique. Ils n’aiment que le théâtre, les passions et le ridicule. « Peu de personnes, je dirais même peu de gens de lettres, lisent les Géorgiques de Virgile ; et tous ceux qui connaissent la langue latine savent par cœur le quatrième livre de l’Énéide. » C’est ce qu’il dit déjà dans le Discours préliminaire à sa traduction des Géorgiques :

  • 91 Géorgiques, Discours préliminaire, nlle éd. revue et corrigée, Paris, Bleuet, 1780 p. 18-19.

Qu’il me soit permis de remarquer ici que le goût exclusif de nos auteurs pour ce genre leur inspire un dédain injuste pour les autres, & c’est un véritable malheur pour notre littérature. Les Anglais, plus sensés que nous, encouragent tous les genres de Poésies ; aussi ont-ils des poèmes agréables sur toutes sortes de sujets, & une littérature infiniment plus variée que la nôtre […] Notre langue resserrée jusqu’ici dans ces deux genres (tragédie et comédie), est restée indigente, & n’acquerra jamais ni richesse, ni force, si, toujours emprisonnée sur la scène, elle n’ose se promener librement sur tous les sujets susceptibles de la grande et belle Poésie91.

  • 92 Op. cit., Praefatio, I, II.

111Dans sa Préface, Rapin, lui, se plaint de la pauvreté (egestas – terme topique en ces moments) de la langue latine : « C’est d’une audace terrible que de vouloir rapporter en latin des choses ignorées des Latins92. » Il se trouve dans la situation du poète qui a des choses neuves à dire, et qui a le sentiment de leur nouveauté. On peut songer aux mêmes plaintes de Lucrèce ou de Manilius.

  • 93 « … in digerendis per areolarum descriptionem floribus, sive in arboribus fructiferis applicandis (...)

112Car les Modernes ont créé du neuf. Deux techniques nouvelles, par exemple, que l’on retrouve décrites dans le Poème, consistent dans « la distribution des fleurs par la délimitation des parterres, et l’application aux murs des arbres fruitiers ainsi que leur mise en forme93 ».

113C’était déjà, souvenons-nous, comme un relais des Géorgiques, que Columelle envisageait le Livre X de son De Re rustica, intitulé De cultu hortorum. « J’aurais composé ce traité en prose », écrit-il dans sa Préface à Silvinus, mais ce sont tes sollicitations « qui m’ont déterminé à mettre en vers des parties qui manquent au poème des Géorgiques, et que Virgile lui-même a déclaré n’avoir omises que pour laisser à la postérité le soin de les traiter après lui ». C’est pourtant, ajoute Columelle, une matière ténue et comme veuve de corps : « tenuem admodum et pene viduatam corpore materiam ».

114La matière a changé à l’époque de Rapin, et elle a acquis du corps.

  • 94 Ép. 86, 15, donnée par erreur pour 87 par Rapin.

115C’est donc de Virgile, mais d’abord de Virgile technicien, que veut partir Rapin. Il supporte mal, en effet, la critique que Sénèque adresse à Virgile94 :

  • 95 « Quant à l’arbre qui a levé de graines semées, il est lent à venir, Virgile le dit [Georg. II, 58 (...)

tarda venit seris factura nepotibus umbram, ut ait Vergilius noster, qui non quid verissime sed quid decentissime diceretur aspexit, nec agricolas docere voluit sed legentes delectare95.

  • 96 Pour ces questions, je me permets de renvoyer à mon livre L’Art et le Vivant, Paris, Gallimard, 19 (...)

116Virgile aurait donc moins écrit les Géorgiques pour enseigner que pour plaire. Le Père Rapin n’est pas d’accord. Et il a raison. C’est toute une entreprise poétique qui est là en question, dans sa finalité. Les Géorgiques seraient-elles, en effet, de la simple poésie dite descriptive, c’est-à-dire un art de bien dire des choses austères ? Ou bien tirent-elles de la matière même leur force d’imaginaire96 ?

117C’est, en effet, un point très important. Delille, lui-même si attaché qu’il soit à la forme, dans le Discours préliminaire à sa traduction des Géorgiques, entreprend de justifier Virgile sur ce point.

On s’imagine d’abord qu’un poète, même dans une matière sérieuse, songe plus à plaire qu’à instruire, et sacrifie souvent une vérité ennuyeuse à une erreur agréable. Je crois Virgile absout de cette accusation par le respect avec lequel tous ceux qui, parmi les Romains, ont écrit après lui sur l’agriculture, parlent de ses ouvrages. Pline le naturaliste s’appuie souvent sur son autorité…

  • 97 Jacques Delille, Discours préliminaire, p. 10-11.

118On croit, en second lieu, que l’Antiquité de ce poème le rend justement suspect d’erreurs. Mais si on veut observer que l’Agriculture était, après l’art de vaincre, l’art favori des Romains,… si l’on songe que Virgile avait pu recueillir les observations de plusieurs siècles…, on conviendra qu’il est possible que le plus grand Poète des Romains ait bien écrit sur un art cultivé, dès les premiers temps de la République, par le premier peuple du monde97.

  • 98 Ibid., p. 12.

119Le préjugé contre Virgile « a pris naissance dans un moment où Perrault censurait ce qu’il n’entendait pas, où La Mothe défigurait Homère pour le corriger », écrit encore Delille98.

Thomas Browne

  • 99 Religio medici, trad. Aury, p. 25.

120Il n’y a pas péril en la demeure. Dieu a signé ce monde. Du rhombos (ou losange) du nombre 5 et de la figure en quinconce, nous quittons l’arithmétique pour la géométrie. Ce n’est pas que Browne ait jamais dédaigné les nombres. « J’ai souvent admiré la méthode mystique de Pythagore et la magie secrète des nombres99. » Et dans la même page cette déclaration : « Les académies de gens austères ne me détourneront jamais par leurs ricanements de la philosophie d’Hermès… » Thomas Browne lui-même est-il mélancolique ? Personne n’en a jamais douté

« Nature geometrizeth, and observeth order in all things100 »

  • 100 « La nature géométrise et observe l’ordre en toutes choses. »
  • 101 Cf. l’éloge du losange (rhombos), face au carré: « wherein by Diagonall lines the intersection was (...)
  • 102 L’exemple est la plantation des arbres ou de la vigne, comme nous le verrons. « Owing this name (q (...)
  • 103 Hydriotaphia, Urne-Burial or a Discourse of the Sepulchral urnes lately found in Norfolk, together (...)
  • 104 Si je ne me trompe la mélancolie n’est mentionnée qu’une fois, à l’occasion d’une évocation de Nab (...)

121Thomas Browne a trouvé que le losange101, base de la figure en quinconce102, selon lui la meilleure et la plus belle et la plus aimable des figures géométriques, se retrouve partout et organise le monde dans sa diversité. Cette idée a donné lieu à un livre magnifique, Le jardin de Cyrus103, édité avec un autre étrange ouvrage consacré aux urnes funéraires, Hydriotaphia. Bien qu’il n’y eût point de naturelle communication entre les deux livres, le nœud des deux donne à penser sur le color melancholicus104.

122L’édition est précédée d’un croquis et d’une courte citation de Quintilien :

Quid <illo> quincunce speciosius, qui, in quamcumque partem spectaveris, rectus est. (Quintilien VIII, 3, 9).

Quoi de plus joli à voir que la disposition en quinconce, qui, de quelque angle qu’on la regarde, présente des lignes droites ?

  • 105 Sed protinus in id quoque prodest, ut terrae sucum aequaliter trahat.
  • 106 Trad. Chambry.
  • 107 G., p. 83-84.
  • 108 Cf. De officiis, II, 87.
  • 109 « Atqui ego ista sum omnia dimensus; mei sunt ordines, mea discriptio… » Cicéron, De senectute 17, (...)

123Je vais plus loin dans le texte de Quintilien, parce que la suite est aussi importante que ce qui précède : « Mais cette plantation a aussi d’emblée l’avantage de pomper dans d’égales proportions le suc de la terre105. » Browne cite immédiatement Xénophon : « Le jardin fortifie à la fois le corps et l’âme, si l’on s’y adonne soi-même », comme déjà le dit Cyrus dans l’Économique de Xénophon. IV, 21 : « Lysandre fut étonné de voir des arbres si beaux, si également espacés, si bien rangés en lignes droites et des angles si bien dessinés, et de respirer tant de parfums suaves qui les accompagnaient dans leurs promenades, et, dans son admiration, il s’écria : “Vraiment Cyrus je suis émerveillé de toutes ces beautés, mais j’admire encore davantage celui qui t’a mesuré et disposé tout cela.” 22 Cyrus, charmé du compliment, répondit : “Eh bien, Lysandre, tout cela, c’est moi qui l’ai mesuré et disposé ; il y a même des arbres que j’ai plantés moi-même”…24… “Je te jure par Mythra que, quand je me porte bien, je ne dîne jamais avant d’avoir sué en m’adonnant à quelque travail de la guerre ou des champs ou en m’appliquant à quelqu’autre exercice”106. » « Cyrus… brought the treasures of the field into rule and circumscription. » « Cyrus, the splendid and regular planter », écrit Browne107. Cicéron avait traduit l’Économique dans sa jeunesse108. « Les livres de Xénophon sont très utiles pour bien des choses… que de louanges il décerne à l’agriculture dans le livre intitulé l’Économique !… » Cyrus reçoit, à Sardes, Lysandre de Lacédémone ; « le roi lui montra un parc planté avec soin ; Lysandre admira la hauteur des arbres, l’ordonnance des quinconces, (derectos in quincuncem ordines) le sol assoupli et nettoyé… “Eh bien ! c’est moi qui ai tracé tout cela ; les alignements sont de moi ; la disposition aussi beaucoup de ces arbres ont même été plantés de ma main”109 ».

124C’est qu’il y a déjà tout inscrit ou presque dans ce texte de Xénophon, sans cesse repris dans la tradition : l’éloge du travail, bien entendu, sa valeur hygiénique ; mais surtout l’ordre et sa productivité.

125Virgile est immédiatement présent chez Browne :

  • 110 G., p. 89 : Pour un commentaire de ces vers des Géorgiques, cf. mon livre L’art et le vivant, op. (...)

126Virgile, Georgiques II, 277 sq.110.

Indulge ordinibus ; nec setius omnis in unguem
arboribus positis secto via limite quadret.

  • 111 Ordines effice largiores, Servius.
  • 112 « Nominat Poeta vias interstitia et intervalla vinearum » (La Cerda).
  • 113 « … dans un cas comme dans l’autre, aligne les plants en les séparant par des sentiers qui se coup (...)
  • 114 La comparaison avec la légion se trouve déjà chez Xénophon. Cyrus associe les deux exercices.

mais si tu choisis le versant d’une côte mamelonnée ou des pentes douces, sois généreux avec les rangs111 ; néanmoins qu’une fois les arbres en situation, chaque passage112 quadre « à l’ongle » avec le « cordeau » de la ligne113. Telle souvent, au cours d’une grande guerre, la longue colonne de la légion déploie ses cohortes114… Que toutes les mesures des passages soient faites de nombres égaux, non seulement pour que la vue repaisse le vide de l’esprit, mais parce qu’autrement la terre ne distribuera pas à tous les ceps une part égale de force, et que les rameaux ne pourront pas s’étendre dans le vide.

Omnia sint paribus numeris dimensa viarum,
non animum modo uti pascat prospectus inanem,
sed quia non aliter viris dabit omnibus aequas
terra neque in vacuom poterunt se extendere / ramis

127Le sens premier de quadrare est d’abord de faire le carré. Même si le mot technique n’est pas prononcé, c’est bien, selon beaucoup d’auteurs, la description de l’ordre en quinconce dont parlent Cicéron et Varron (R. R. 1, 7, 2).

128Browne ne laisse passer aucune référence antique. Et, bien évidemment, arrive le texte de Varron I, 7, et ce que j’appelle le « problème de Scrofa ». Celui-ci répond à Stolon, qui vient de parler de forma naturalis… De formae cultura hoc dico :

  • 115 Varron, Res rusticae, ed. et trad. J. Heurgon, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 25.

Quant à l’action de la culture sur la forme, je soutiens que ce qui est plus plaisant à l’œil est en conséquence d’un meilleur rapport ; ainsi ceux qui ont des plantations d’arbres, s’ils sont disposés en quinconce, à cause des rangées et des intervalles mesurés qui s’y trouvent. C’est pourquoi nos ancêtres, d’une terre d’égale étendue mal plantée, tiraient un vin et un blé moins abondant et moins bon, parce que les choses qui sont mises chacune à sa place occupent moins de place et se gênent moins les unes les autres pour jouir du soleil, de la lune et du vent115.

129On voit que l’expression formae cultura s’oppose à forma naturalis, comme la culture de la forme, l’artefact, à la forme naturelle.

130Pline confirme tout cela.

  • 116 HN XVII, 78. Trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 46. Sur l’ordre des vignes on n’o (...)

Pour la disposition des arbres, des arbres à vigne et des vignes, l’ordre en quinconce (quincuncialis ordinum ratio) est une habitude et une nécessité : non seulement il est avantageux en laissant passer le vent, mais encore il offre une perspective agréable, les rangées se présentant alignées dans toutes les directions – verum et aspectu grata, quoquo modo intueare, in ordinem se porrigente versu116.

  • 117 G., p. 136: « By this way of plantation they increased the number of their trees, which they lost (...)
  • 118 D’Arcy Thompson, Forme et croissance, édition établie et présentée par John Tyler Bonner, traduit (...)

131L’ordre est fascinant quand il s’allie à la production de la forme. On peut résumer cette question que pose la productivité de la forme en quinconce et de sa fécondité en celle de la rencontre de la forme et de la croissance117. Disons que c’en est un cas particulier. D’Arcy Thompson ne s’y est point trompé, qui cite Browne dans son livre fondamental On Growth and Form. « Le lecteur curieux consultera, dans Garden of Cyrus, ce passage où sir Thomas Browne nous fait part, dans un style merveilleux et suranné, de ses considérations sur les symétries de type hexagonal ou en quinconce, qui apparaissent aussi bien dans le règne végétal que dans le règne animal et “qui manifestent clairement combien la nature géométrise et respecte l’ordre en toute chose”118. »

  • 119 G., p. 88.
  • 120 Cité par Olivier Leroy, Le Chevalier Thomas Browne (1605-1682) médecin, styliste et métaphysicien,(...)
  • 121 G., p. 146.

132Mais malgré les citations qu’il fait des Anciens, Browne se plaint qu’on ait négligé l’éloge de cette figure. « Of this quincuncial ordination the Ancients practised much, discoursed little119. » Lui rencontre partout la figure en quinconce. Coleridge s’en moque un peu : « Quinconces dans les cieux, quinconces sous nos pieds, quinconces dans la déité, quinconces dans l’esprit de l’homme, quinconces dans les os, les nerfs optiques, les racines des arbres ou les feuilles ; quinconce partout120 !… » « Lastly, écrira Browne, it is no wonder that this quincuncial order was first and is still affected as gratefull unto the eye121. »

133Il se livre à une méditation sur l’importance du nombre 5, premier nombre sphérique,

Le nombre cinq est remarquable dans chaque cercle, non seulement comme le premier nombre sphérique, mais aussi comme la mesure du mouvement de la sphère. Car les corps sphériques se meuvent par 5, et chaque figure sphérique placée sur un plan, si on la fait rouler en ligne droite, retourne à son premier point de contact (avec le plan) au cinquième point de contact, selon les axes des diamètres ou les points cardinaux des quatre quartiers. Et avant qu’elle n’arrive à son premier point de contact, elle accomplit 5 cercles égaux à elle même…

  • 122 Euclid’s Elements, trad. par Sir Henry Billingsley, 1570. G., p. 119.

134On trouve ces formes et ordres en quinconce dans les figurations du monde animal. La nature divise le cercle de l’étoile de mer en 5. Les feuilles de chêne sont à 5 pointes, portant la signature de petites étoiles à leur naissance, et grandissent pour former un corps rond. Pratique de la nature qui devient a point of art, et donne matière à deux problèmes chez Euclide, Éléments IV, 11. Browne donne la référence dans une note marginale122. Mais la ronce sauvage, elle, maintient sa figure de pentagone…

135Le livre est ainsi organisé qu’on doive suivre cet ordre : quinconce considéré du point de vue de l’artefact, quinconce considéré du point de vue de la nature, et enfin quinconce du point de vue « mystique ». Cet ordre n’empêche pas que les chapitres débordent souvent d’un merveilleux trop-plein.

  • 123 Quincunx, uncis : les 5/12 de l’unité ; « en particulier, monnaie de cuivre 5 onces et valant les (...)
  • 124 G., p. 93.
  • 125 G., p. 95.
  • 126 G., p. 98.

136L’ordre en quinconce123 se retrouve dans l’architecture et la peinture124. Du point de vue de la technique, d’abord on voit que les Anciens utilisaient cette figure pour la position des pierres carrées (cuneatim) les lithostrata ou pavements figurés des Anciens faits souvent de pierres triangulaires… (Vitruve 7,3-4). Les peintres ont imité cet ordre. Les lits des Anciens étaient ainsi cordés125. Les médecins eux-mêmes s’en servent, dans leurs ligatures, pour certains de leurs instruments comme le forceps126. La formation des batailles romaines, de la phalange macédonienne, se fait en quinconce. On pourrait poursuivre, mais sans le style de Sir Thomas, ce serait vite fastidieux. Ainsi, dans la nature, tant d’éléments seraient réglés par losange et quinconce, ou par le nombre 5 ! Le mouvement des animaux (p. 126) par exemple, les proportions des membres – diarthrôsis et symphysis, (p. 130-131), les nervures des feuilles…

137Dans le chapitre précédent, où il était question du quinconce du point de vue de la nature, Browne en avait retrouvé la forme dans le corps de l’homme.

  • 127 G., p. 124. « Nor is the same observable only in some parts, but in the whole body of man, which u (...)

La même chose n’est pas seulement observable en quelques parties du corps, mais dans sa totalité qui, par l’extension des bras et des jambes, suggère un carré dont l’intersection est le sexe. Pour ne rien dire du quinconce fantastique, chez Platon, du premier hermaphrodite ou homme double, uni par les lombes, que Jupiter a divisé127.

  • 128 G., p. 146.
  • 129 Timée, 36 b-d.

138Cela va nous conduire, pour abréger beaucoup, au chapitre du quinconce considéré sous l’apect mystique (Chapitre IV, quincunx mystically considered). Dans ce chapitre il convient, écrit-il, de dépasser les Anciens, Varron et Virgile, par exemple, et d’agrandir le propos et de l’amplifier (« enlarge with additionall ampliations »). Ainsi n’est-il pas étonnant que l’ordre en quinconce ait été et se trouve encore ressenti comme agréable à l’œil. Cela correspond à l’anatomie même de l’œil. Suit une démonstration de la vision et de son « anatomie128 ». Et voici que le Timée arrive129. « Of this figure Plato made choice to illustrate the motion of the soul, both of the world and man ; while he delivereth that God divided the whole conjunction length-wise, according to the figure of a Greek X… » Et il cite le fameux passage (36 b) :

  • 130 Trad. Rivaud, Paris, Les Belles Lettres, 1963, 4e tirage.

Or toute cette composition, le Dieu la coupa en deux dans le sens de la longueur, et ayant croisé les deux moitiés l’une sur l’autre, en faisant coïncider leur milieu comme un Chi (C), il les courba pour les joindre en cercle, unissant entre elles les extrémités de chacune, au point opposé de leur intersection130

  • 131 G., p. 149: « this figure hath had the honour to characterize and notifie our blessed Saviour, as (...)

139Justin Martyr emprunterait la figure à Platon pour dire du Christ qu’il a fait un X dans l’univers131.

140Il faut suivre le cours des citations, des exemples et des méditations ; ce que nous ne saurions ici pratiquer. Mais qu’on me permette cette dernière, qui est une superbe digression.

  • 132 G., 143.

141On revient à l’architecture, aux péristyles, dit Browne, aux exèdres des Anciens, où « les hommes discouraient, marchaient et s’exerçaient… » Comme l’atteste Vitruve, ils ont dérivé la règle des colonnes des arbres, « especially in their proportional diminutions ». « La vue est ainsi circonscrite entre de longues parallèles et l’ombrage (έπισκιασμóς) et l’ombre (adumbratio) des branches, ce qui forme un plafond au-dessus des yeux, et procure une vision paisible132… »

142« And therefore Providence hath arched and paved the great house of the world, with colours of mediocrity… » Et donc la Providence a couvert d’une voûte et pavé la grande maison du monde de couleurs moyennes, c’est-à-dire le bleu et le vert au-dessus et au-dessous de la vue, mettant un terme à la pointe (acies) de la vue.

  • 133 « Lux Orco, tenebrae Jovi; tenebrae Orco, lux Jovi. » Hippocrate, De dieta, I, § 5.

143Ensuite il est question de l’alternance de la lumière et de l’ombre… qui règle la végétation, la croissance des graines à l’ombre, l’épanouissement de la plante à la lumière. Pour la graine l’ombre est lumière, peut-on dire pour simplifier le problème. « Light unto Pluto is darkness unto Jupiter133. » Et c’est là que prend un des plus beaux moments du Jardin.

  • 134 « Light that makes things seen, makes some things invisible; were it not for darkness and the shad (...)

La lumière qui rend les choses visibles, en rend quelques unes invisibles… La vie elle-même n’est que l’ombre de la mort… Le soleil lui-même n’est que le sombre simulacre et la lumière l’ombre de Dieu134.

The sun itself is but the dark simulacrum, and light but the shadow of God.

144Magnifique ! On pourrait ajouter ce passage aux exemples sublimes de Longin.

  • 135 From the second edition of Christian Morals, London, 1756, p. I-LXI. Et Johnson lui-même comptait- (...)

145« Mais prenez plutôt la dernière page du livre et lisez-vous, à haute voix, les sept derniers paragraphes du chapitre cinquième, à partir de “more considerable” » écrit Coleridge, après avoir un peu moqué le quinconce. Oui, c’est un magnifique prosateur. Pas toujours facile à suivre, avec toutes ses digressions dont on sait mieux, depuis Huarte de San Juan, que c’est l’œuvre de la mélancolie. Et l’érudition est fantastique. La grande difficulté, avec ce virtuose de l’érudition, est de paraître pataud en répétant, ce qu’il faut bien cependant consentir à faire, des citations de citations. On risque de s’y perdre un peu. Samuel Johnson a bien saisi cela, qui parle d’exubérance, dans son livre Life of Sir Thomas Browne135 :

  • 136 On n’oubliera pas, de ce point de vue, le jugement de Virginia Woolf : « But why fly in the face o (...)

His exuberance of knowledge, and plenitude of ideas, sometimes obstruct the tendency of his reasoning, and the clearness of his decisions : on whatever subject he employed his mind, there started up immediately so many images before him, that he lost one by grasping another. His memory supplied with him so many illustrations, parallel or dependant notions, that he was always starting into collateral considerations : but the spirit and vigour of his pursuit always give delight136

146La philosophie de la minutie : non pas du néant à l’infini, mais de l’infiniment petit à l’infiniment grand. Cet infiniment restant mesurable, il s’agit de savoir par quelle mesure. Ainsi

147La croix (John Donne) face au quinconce :

  • 137 Cité dans la préface de l’édition Penguin Classics, p. 41.

Look downe, thou spiest out crosses in small things ;
Look up, thou seest birds rais’d on crosses wings ;
All the globes frame, and spheares, is nothing else
But the Meridians crossing Parallels137 (Cross, II, 21-24).

148Épuiser la multiplicité du monde en la décrivant dans sa variété pour la réduire à une forme unique, et retrouver ainsi la création.

149L’ekphrasis obstinée, raffinée, minutieuse, maniaque du monde dans sa diversité. Mais de l’ordre ! Qu’il y a de l’ordre dans l’infini ! Le chaos est impossible.

150On me dira que c’est le moment où le microscope découvre l’infiniment petit. Oui, mais ce n’est pas le même ! C’est comme le mélancolique à qui l’on montre son mal, mais qui ne croit pas à celui-là. Il meurt d’un cancer, mais il est convaincu d’autre chose. Lui sait (pense ?) que c’est un autre mal qui le fait souffrir. La mesure du mélancolique n’est pas celle des mathématiciens. Ils n’ont besoin, en fait, que d’une mesure assez rudimentaire, mais qui soit, en même temps, valeur. Enfin je la retrouve là, mon obsession de cette contradiction : il existe une mesure de la qualité, une mesure du qualitatif, un povson ejn th`/poiovthti… Elle est pathologique et/ou… poétique.

Notes

1 Renati Rapini, Hortorum Libri IV cum Disputatione de cultura hortensi, Paris, e typographia regia, 1665. (nous citons la disputatio D suivi de la page de cette édition). Nouvelle édition Renati Rapini, Hortorum Libri IV et cultura Hortensis. Hortorum Historiam addidit Gabriel Brotier, Paris, 1780. Les traductions : – Les Jardins. Poëme en quatre Chants du Père Rapin. Traduction nouvelle avec le texte, par MM. V *** et G *** (Voiron et Gabiot), Amsterdam, 1782 (cité V. G.). Il s’agit de la deuxième traduction française. La première traduction date de 1773 ; elle est due à Gazon Dourxigué, Paris, Cailleau, 1773, in 12°, XXX-257 p. Précédé d’un copieux discours préliminaire. Lamentable, semble-t-il, d’après nos deux traducteurs qui donnent des exemples, en effet fâcheux. Il est important de souligner que la seconde traduction des Hortorum Libri IV paraît la même année que les Jardins de Delille. « On demande, cependant, quelqu’indulgence pour cette nouvelle traduction », disent Voiron et Gabiot. « Elle a été faite en peu de temps, et l’on s’est hâté de la faire paraître dans la circonstance favorable du poème des Jardins de M. l’Abbé Delille (p. VII) ». (Jacques Delille, Les Jardins, Paris, Rheims, 1782. On a la chance, pour Delille, d’avoir la belle thèse d’Edouard Guitton, Jacques Delille et le poëme de la nature en Frane de 1750 à 1820, Paris, Klincksieck, 1974). En fait cette traduction hâtive ressemble à un « coup » d’éditeur.

2 Sur Rapin, voir Elfrieda T. Dubois, René Rapin, l’homme et l’œuvre, Lille 3-Service de reproduction des thèses, 1972. Et la thèse de Charles Dejob, De Renato Rapino, Paris, Thorin, 1881.

3 La biographie de Rapin se trouve dans Brotier, p. III sq.

4 « Tuos in hortos videris magico quodam cantu amoeniores quosque Parnassi flores traduxisse. Virgilianam sane majestatem & elegantiam spirant ; in primis vero suspexi felicitatem styli, tam sterilem materiam, tum spinosam, tanta ubertate ornamentorum, tanta hilaritate tractantis. » Ibid., p. VII.

5 « … ne jaceat humilitate rerum quas tractat, & ipsa materiae tenuitate frigere videatur ». Praefatio, I, III.

6 « Digna enim semper visa est cultu, haec umbrarum horrens & aspectabilis species, cujus majestate & silentio quidam quasi religionis sensus conciliatur » (D. 188). Il s’agit d’un sentiment de crainte qui inspire le respect.

7 Énéide, chant VIII, v. 352.

8 Lettres à Lucilius, I, 41, trad. H. Noblot, Paris, CUF, 1945.

9 Trad. V. G.

10 Ép. 86, 7.

11 <Toute cette eau qui coule par degrés avec bruit !> (passage sauté par Rapin, mais qui sera cité dans le Chapitre consacré aux Eaux, p. 191).

12 Decentia est, comme on le sait, une des modalités de la beauté.

13 Qui est, comme on le sait, l’application aux choses de l’ingenium.

14 Cf. encore D. 174.

15 V. G., p. 228.

16 V. G., p. 242.

17 « Et meo quidem judicio nihil est jam admirabilius in hortorum ratione universa, quam novae illius artis singulare inventum. Nondum enim venerat unquam in animum majoribus nostris, Solis calorem sub disciplinam adduci posse, ut pro cultoris arbitrio… » (D. 198).

18 Chant 1 p. 4, V. G. p. 9.

19 Id., p. 5.

20 Rapin a conforté, si je puis dire, son poème, d’une étude sur la culture des jardins, De Universa culturae hortensis disciplina disputatio, que Brotier renforcera encore par une histoire des jardins : Gabrielis Brotier, Dissertatio De hortorum historia., cf. note 1.

21 « Aux côtés de la cour, on voit un grand jardin, avec ses quatre arpents enclos dans une enceinte. C’est d’abord un verger dont les hautes ramures, poiriers et grenadiers et pommiers aux fruits d’or et puissants oliviers et figuiers domestiques, portent, sans se lasser ni s’arrêter, leurs fruits ; l’hiver comme l’été, toute l’année, ils donnent ; l’haleine du Zéphyr, qui souffle sans relâche, fait bourgeonner les uns, et les autres donner la jeune poire auprès de la poire vieillie, la pomme sur la pomme, la grappe sur la grappe, la figue sur la figue. Plus loin, chargé de fruits, c’est un carré de vignes, dont la moitié, sans ombre, au soleil se rôtit, et déjà l’on vendange et l’on foule les grappes ; mais dans l’autre moitié, les grappes encore vertes laissent tomber la fleur ou ne font que rougir. Enfin les derniers ceps bordent les plates-bandes du plus soigné, du plus complet des potagers ; vert en toute saison, il y coule deux sources ; l’une est pour le jardin, qu’elle arrose en entier, et l’autre, sous le seuil de la cour, se détourne vers la haute maison, où s’en viennent à l’eau tous les gens de la ville. Tels étaient les présents des dieux au roi Alkinoos. » Homère, Odyssée, VII, v. 112 sq. Trad. Victor Bérard, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 644.

22 Virgilii Maronis Appendix Iosephi Scaligeri in eandem Appendicem Commentarii et castigationes, Lugduni, apud Guliel. Rovillium, 1573, p. 182.

23 « Ex quibus duo confici possunt : alterum, Graecos, in hortorum cultu, naturali pulchritudine ruris ; Romanos vero superbis molitionibus, aedificiorumque magnificentia magis fuisse delectatos : alterum autem, apud utrumque populum veram germanamque hortorum concinnitatem et decentiam vel neglectam esse, vel quod magis probabile est, prorsus ignoratam » (D. 164).

24 Rapin parle, par opposition, comme nous l’avons vu, de l’ornamentorum confusio (D. 164). Il cite Tacite, Dialogue des Orateurs (D. 217) « Nemora vero, et luci tantum mihi afferunt voluptatem, ut inter praecipuos carminum fructus numerem, quod non in strepitu, nec sedente ante ostium litigatore nec inter sordes et lacrimas reorum componuntur, sed secedit animus in loca pura atque innocentia, fruiturque sedibus sacris. » § XII.

25 Brotier, Hortorum historia, p. 250-251.

26 « De cujus moribus jam non quaero, quos audio defendi per quosdam Philosophos e nostris. Non necesse est autem hic commemorare me, quod copiose disputatum a sapientibus, colendae telluris artem omnium esse innocentissimam. Unde, non sine causa, vitam olim putabantur agere valde bene moratam, qui terram colebant : nam telluri operam dare, idem existimabat esse Philosophus naturalis, atque cunctorum parenti adesse, eique patrocinari » (Plin., Proem. XVIII).

27 « Primus hoc instituit Athenis Epicurus otii magister, in ipsa urbe delitias, agros, villasque possidere : usque ad eum moris non fuerat, in oppidis habitari rura. » Rapin se trompe dans sa référence : 10, 4. Mais Bayle dans l’article « Aristote » de son Dictionnaire (t. II, p. 369) n’a-t-il pas dit de cet « aimable écrivain » qu’il ne se donnait pas la peine de consulter les originaux ? Dans son article « Épicure » (t. VI, p. 171), il critique l’interprétation que donne Rapin d’un passage de Plutarque (Quod non possit suaviter vivi juxta Epicurum) : « Épicure, dit-il [i. e. Rapin], était naturellement sage, puisqu’il était né philosophe jusque dans le plaisir… »

28 Il cite Diogène Laërce, Vitae philosophorum, 4, section 60, l. 2 : « Lacydès en tout cas tenait école dans l’Académie, dans le jardin construit par le roi Attale, et qui était appelé Lacydeum à cause de lui… » Trad. Dorandi, dans Diogène Laërce, Vies et doctrines des philosophes illustres, Paris, Pochothèque, 1999.

29 Pierre Grimal, Les Jardins romains, p. 296 et 372.

30 Ibid., p. 370 sq.

31 Gilles Sauron, « Templa serena », Mélanges de l’École Française d’Athènes, 92 (1980), I, p. 277-301.

32 Pierre Grimal, op. cit., p. 373.

33 P. 26, dans la trad. fr., p. 38.

34 Phèdre, 229a sq.

35 Cf. Jackie Pigeaud, La Maladie de l’âme, Paris, Les Belles Lettres, (1981) 3e éd. 2006, p. 455.

36 « … non modo Regni proceres, summique magistratus oblectant se hortorum cultione ; sed etiam Rex ipse Christianissimus ; medias inter belli pacisque curas, non putat alienum a sua majestate descendere interdum ad eam animi remissionem, quae percipitur e studio tam liberali ». D. 146.

37 Les Jardins, I, p. 3.

38 Ibid., I, p. 17.

39 À propos du jardin de Pope : « Les premiers monuments d’un écrivain fameux sont sa maison qu’il a bâtie, les jardins qu’il a plantés, la bibliothèque qu’il a formée : c’est là, si l’on croyait encore aux ombres, qu’il faudrait chercher la sienne. »

40 Chant IV, p. 106 ; V. G., p. 321.

41 Ibidem ; les couleurs : le blanc de la figue, le rouge de la pêche, etc. (V. G., p. 233).

42 Les Jardins, I, p. 39-40.

43 Ibid., I, p. 41.

44 Le Poète, c’est Horace, Épître I.

45 Varron, Res rusticae, I, 3-4, trad. J. Heurgon, L’Économie rurale, Paris, CUF, 1978.

46 « Le Père Rapin est plus près d’Hésiode que de Virgile pour la méthode d’exposition et pour l’ennui que dégage son manuel versifié », écrit Guitton (op. cit., p. 44). C’est très excessif et très injuste. Mais il faut lire Rapin en latin. En revanche sa distinction entre Delille et Rapin est ailleurs plus subtile.

47 D. 145.

48 Varron, op. cit., I, 7, 5.

49 « Tels sont les lois et les pactes éternels que la nature a imposés à des lieux déterminés… » Géorgiques, I, v. 60-61.

50 Je renvoie à mon livre L’Art et le Vivant, Gallimard, coll. « Les Essais », 1995, particulièrement à la subdivision du chap. VIII intitulée : « Petite esthétique de la greffe », p. 192 sq.

51 V. G., p. 216.

52 De insitionibus. Ad Pasiphilum. De re rustica XIV.

53 « Unde satis dici non potest, qua commendatione digna sit haec disciplina, per quam didicimus provocare naturam, efferatasque & agrestes plantas, per societatis beneficium, mitigare » (D. 179).

54 Démocrite avait composé des Georgica, que cite souvent Columelle (1, 1, 7 sq. ; 3, 12, 5 ; 8, 8, 7 ; 9, 14, 6 ; 11, 3, 2). Mais on mettait souvent sous son nom les ouvrages d’un Pseudo-Théocrite, Bolos de Mendès en Égypte, postérieur à Théophraste (par exemple Columelle, 3, 12, 5). Varron donne une bibliographie de plus de cinquante auteurs grecs, dans ses Res rusticae, 1, 1 (Dédicace à Fundania, son épouse). Sur Démocrite, cf. Jacques Heurgon, op. cit., t. I, p. XLIII.

55 V. G., p. 192. Nos italiques.

56 C’est la même idée qu’il exprime dans sa Disputatio, p. 146 : « Meo judicio censeri debet, pro recta horti constitutione, omnium optimum illud, quod mite floribus, nemori algidum, aquis salubre, fructibus & pomis tepidum sit : quale constat inter omnes, esse nostrum… Nulla est oratio, quae possit assequi soli nostri benegnitatem. »

57 Géorgiques, II, v. 136-176.

58 Op. cit., p. XVI.

59 Cf. par ex. Benjamin Farrington, La Science dans l’Antiquité, Paris, Petite bibliothèque Payot, no 94, p. 36-38. Pour le compte rendu de cet ouvrage, cf. Ludwig Edelstein, Ancient Medicine, Baltimore, 1967 : Recent Trends in the interpretation of Ancient Science, p. 401 sq.

60 La Terre et les rêveries de la volonté, Paris, Corti, 1948.

61 Op. cit., I.

62 Lettres à Quintus, livre III.

63 Ep. 13, dit Rapin : « De villa Scipionis, mentio fit “aquarum cum fragore labentium” » – en fait il s’agit de l’Epistula 86, 6 : « quantum quarum per gradus cum fragore labentium ! »

64 V. G., p. 152.

65 Cf. Politien que je cite plus loin. Termes soulignés par nous.

66 « Si vous voulez que les Eaux soient distribuées avec grâce, qu’elles soient pressées étroitement dans des tuyaux de plomb, qu’elles coulent, ainsi renfermées sous le terrain des vallées voisines et sous celui de votre jardin. Elles s’élanceront avec d’autant plus de force & de vitesse, qu’elles seront plus resserrées… Pour donner aux Eaux plus d’élévation, quelques-uns se servent de tuyaux d’airain. De peur que des tourbillons d’air ne s’y établissent et ne s’entrechoquent… » V. G., p. 160. Le traducteur manque tout : même le rapport avec le corps humain, par l’intermédiaire des veines, dont Rapin parlait plus haut déjà (comparaison avec le corps humain et le sang dans les veines, V. G., p. 147).

67 V. G., p. 175.

68 Bucoliques, I, v. 57-58.

69 Gerard Manley Hopkins, Carnets-journal-lettres, traduits de l’anglais et présentés par H. Bokanowski et L. R. des Forêts, Bibliothèque 10/18, 1976.

70 Op. cit., Avertissement, p. VII.

71 Dans le « Discours préliminaire » à sa traduction des Géorgiques, Delille prend pour modèle de composition Virgile : « L’auteur doit songer à la suite naturelle des idées ; sans doute ; mais un devoir non moins essentiel, c’est l’effet & la variété ; il faut qu’il place chaque objet dans son plus beau point de vue, qu’il le fasse ressortir par les oppositions, qu’il contraste les couleurs, qu’il varie les nuances, que le doux succède au fort, le riant au sombre, le pathétique aux descriptions. L’esprit qui veut être amusé ne demande pas qu’on le traîne lentement sur toutes les idées intermédiaires… Il veut faire une promenade & non pas une route. Voilà le mérite de Virgile » (p. 12).

72 « La nature fait les fleurs pour un jour, pour que les hommes sachent bien que ce qui fleurit le plus beau s’étiole le plus vite. » La leçon exacte est : « Flores vero odoresque in diem gignit, magna, ut palam est, admonitione hominum, quae spectatissime floreant, celerrime marcescere. » Pline l’Ancien, Historia naturalis, 21, 2.

73 Cf. L’Art et le vivant, petite esthétique de la greffe, op. cit., p. 192 sq.

74 Trad. E. de Saint-Denis.

75 Hécube, 592 sq.

76 De agricultura.

77 De liberis educandis.

78 Très proche de Lucrèce, V, 1367-1369.

79 Le sens de artis dans ce passage est difficile. E. Benoist commente dans son édition, par : « combinaison de culture ». Plessis-Lejay parle de procédés de culture. En fait, il vaudrait mieux traduire par états ou par qualités ; cf. le sens de artes chez Salluste (Jugurtha), et l’expression bonae artes. Dans le texte de Virgile, la valeur essentielle d’artis est de s’opposer à la production naturelle, à natura.

80 Cf. Lucrèce, V, v. 1368.

81 Bien remarquer cette atmosphère d’intimité et d’amour.

82 Ars se ipsa distinxit, Pline.

83 Cf. supra, p. 330.

84 H. N., XIV, 7.

85 « In quo coepimus esse longe superiores majoribus nostris… » (D. 184).

86 « Nulla enim textili operis elegantia, nulla figurarum varietas, nulla textuum excellentia, quam non exprimat & imitetur per buxum topiaria, cujus arte & solertia iam delicatissimi componuntur horti, & formae quam emendatissimae. Certe quantum spectat ad concinnitatis illius admirabilem texturam, qua fiunt hodie descriptiones arearum floriferarum, nil par tulit omnis aetas superior » (D. 185).

87 Trad. Saint-Denis, CUF.

88 Op. cit., v. 147 sq. : « Verum haec ipse equidem spatiis excursus iniquis praetereo atque aliis post me memoranda reliquo. In quo vix impetrare potero… »

89 Praefatio ad eruditum lectorem, p. 1.

90 Première édition, 1782.

91 Géorgiques, Discours préliminaire, nlle éd. revue et corrigée, Paris, Bleuet, 1780 p. 18-19.

92 Op. cit., Praefatio, I, II.

93 « … in digerendis per areolarum descriptionem floribus, sive in arboribus fructiferis applicandis ad murum informandisque… » Ibid. Cf. supra.

94 Ép. 86, 15, donnée par erreur pour 87 par Rapin.

95 « Quant à l’arbre qui a levé de graines semées, il est lent à venir, Virgile le dit [Georg. II, 58]. C’est que notre poète ne s’attachait pas à la stricte vérité, mais à la grâce parfaite du détail et se proposait non d’instruire les cultivateurs, mais de divertir son lecteur. » Op. cit., trad. Noblot (passage souligné par nous).

96 Pour ces questions, je me permets de renvoyer à mon livre L’Art et le Vivant, Paris, Gallimard, 1995, et à la préface que j’ai écrite pour la réédition des Géorgiques, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Classiques en poche », 1998.

97 Jacques Delille, Discours préliminaire, p. 10-11.

98 Ibid., p. 12.

99 Religio medici, trad. Aury, p. 25.

100 « La nature géométrise et observe l’ordre en toutes choses. »

101 Cf. l’éloge du losange (rhombos), face au carré: « wherein by Diagonall lines the intersection was rectangular, accommodable unto plantations of large growing trees; and we must not deny ourselves the advantage of this order… Wherein the decussis is made within a longilaterall square, with opposite angles, acute and obtuse at the intersection; and so upon progression making a rhombus or lozenge figuration, which seemeth very agreeable unto the originall figure… » Hydriotaphia and the Garden of Cyrus, edited by the late W. A. Greenhill, London, New York, 1896, cité G., p. 85 ; « Dans ce cas le decussis est inscrit dans un carré longitudinal et les angles opposés sont aigus et obtus à l’intersection et ainsi lors d’une progression, il dessine un rhombe, ou losange, qui s’accorde à merveille à la figure originale… » Trad. Hoepffner (Thomas Browne, Le Jardin de Cyrus ou Les Plantations en Quinconce, Losange ou Réseau des Anciens considérées selon l’Art, la Nature, la Mystique, traduit par Bernard Hoepffner, Paris, José Corti, 2007) p. 16. Quinconce, nom utilisé par Varron « c’est-à-dire des rangées et des ordres disposés avec beaucoup de grâce, soit 5 arbres disposés de telle sorte qu’une régularité angulaire et une vision non entravée existent de chaque côté : ce nom vient non seulement du nombre quintuple d’arbres mais également de la figure qui exprime ce nombre, laquelle, étant doublée à l’angle, forme la lettre X, à savoir la décussassion même, ou figure fondamentale ». Trad. Hoepffner, p. 16.

102 L’exemple est la plantation des arbres ou de la vigne, comme nous le verrons. « Owing this name (quincunx) not only unto the quintuple number of trees, but the figure declaring that number, which being doubled at the angle, makes up the letter X, that is, the emphatical decussation, or fundamental figure » (G., p. 85).

103 Hydriotaphia, Urne-Burial or a Discourse of the Sepulchral urnes lately found in Norfolk, together whith The Garden of Cyrus, or the Quincunciall, Lozenge, or Net-work Plantations of the Ancients, Artificially, Naturally, Mystically considered, with sundry observations, by Thomas Browne, D. of Physick, London, 1658. Cf. aussi The Garden of Cyrus, in Sir Thomas Browne, The Major Works, edited with an introduction and notes by C. A. Patrides, Penguin Classics, 1977, p. 317-388.

104 Si je ne me trompe la mélancolie n’est mentionnée qu’une fois, à l’occasion d’une évocation de Nabuchodonosor. (G., p. 83): « ...till over-delighted with the bravery of this Paradise, in his melancholy metamorphosis he found the folly of that delight, and a proper punishment in the contrary habitation – in wild plantations and wanderings of the fields ».

105 Sed protinus in id quoque prodest, ut terrae sucum aequaliter trahat.

106 Trad. Chambry.

107 G., p. 83-84.

108 Cf. De officiis, II, 87.

109 « Atqui ego ista sum omnia dimensus; mei sunt ordines, mea discriptio… » Cicéron, De senectute 17, 59.

110 G., p. 89 : Pour un commentaire de ces vers des Géorgiques, cf. mon livre L’art et le vivant, op. cit. p. 260 sq.

111 Ordines effice largiores, Servius.

112 « Nominat Poeta vias interstitia et intervalla vinearum » (La Cerda).

113 « … dans un cas comme dans l’autre, aligne les plants en les séparant par des sentiers qui se coupent régulièrement à angle droit », trad. Saint-Denis. Le « cordeau » est une image que j’ajoute. Il faut que la route, le sentier, entendons l’interstice, coïncide exactement avec le dessin de la ligne. Il ne faut pas qu’aucun arbre ne « dévie » de la ligne ; car alors le sentier qui court dans l’intervalle ne coïncide plus avec la ligne tracée.

114 La comparaison avec la légion se trouve déjà chez Xénophon. Cyrus associe les deux exercices.

115 Varron, Res rusticae, ed. et trad. J. Heurgon, Paris, Les Belles Lettres, 1978, p. 25.

116 HN XVII, 78. Trad. J. André, Paris, Les Belles Lettres, 1964, p. 46. Sur l’ordre des vignes on n’oubliera pas, citée par Browne (G., p. 89), l’expression d’Aristote, Politique. XI 1, 330b 29 συστάδας ἀμπέλων. Les vignes συστάδας, i. e. : « vignes serrées, ou selon d’autres en quinconce », écrit Chantraine dans son Dictionnaire étymologique.

117 G., p. 136: « By this way of plantation they increased the number of their trees, which they lost in quaternios and square orders, which is a commodity insisted on by Varro, and one great intent of Nature, in this position of flowers and seeds in the elegant formation of plants, and the former rules observed in natural and artificial figurations. »

118 D’Arcy Thompson, Forme et croissance, édition établie et présentée par John Tyler Bonner, traduit de l’anglais par Dominique Teyssié, préface de S. L. Gould, avant-propos de A. Prochiantz, Paris, Le Seuil, 1994, p. 121.

119 G., p. 88.

120 Cité par Olivier Leroy, Le Chevalier Thomas Browne (1605-1682) médecin, styliste et métaphysicien, Paris, 1931, p. 304. Le texte de Browne : G., p. 136 sq.

121 G., p. 146.

122 Euclid’s Elements, trad. par Sir Henry Billingsley, 1570. G., p. 119.

123 Quincunx, uncis : les 5/12 de l’unité ; « en particulier, monnaie de cuivre 5 onces et valant les 5/12 de l’as. Elle était marquée de 5 points ; par suite, le mot quincunx est aussi la figure formée par les objets disposés les uns par rapport aux autres comme le sont les cinq points sur le dé à jouer, le “quinconce” » (Alfred Ernout, Dictionnaire étymologique de la langue latine).

124 G., p. 93.

125 G., p. 95.

126 G., p. 98.

127 G., p. 124. « Nor is the same observable only in some parts, but in the whole body of man, which upon the extension of arms and legges, doth make out a square, whose intersection is at the genitals. To omit the phantastical Quincunx in Plato of the first Hermaphrodite or double man, united at the loynes (les lombes), which Jupiter after divided » Platon, Symposium, 189-191. Cf. Vitruve, De architectura, III, 1, 13. Cela évoque pour nous le dessin de Léonard de l’Homme de Vitruve,

128 G., p. 146.

129 Timée, 36 b-d.

130 Trad. Rivaud, Paris, Les Belles Lettres, 1963, 4e tirage.

131 G., p. 149: « this figure hath had the honour to characterize and notifie our blessed Saviour, as he delivereth in that borrowed expression of Plato: decussavit eum in universo, the hint whereof he would have Plato derive from the figure of the brazen serpent and to have mistaken the letter X for T… » Browne donne la référence : Apol. I, 60. Eχίασεν αὐτòν ἐν τῷ παντί.

132 G., 143.

133 « Lux Orco, tenebrae Jovi; tenebrae Orco, lux Jovi. » Hippocrate, De dieta, I, § 5.

134 « Light that makes things seen, makes some things invisible; were it not for darkness and the shadow of the earth, the noblest part of the creation had remained unseen, and the stars in heaven as invisible as on the fourth day, when they were created above the horizon with the sun, or there was not an eye to behold them. The greatest mystery of religion is expressed by adumbration, and in the noblest part of Jewish types, we find the cherubims shadowing the mercy-seat. Life itself is but the shadow of death, and souls departed but the shadows of the living. All things fall under this name. The sun itself is but the dark simulacrum, and light but the shadow of God. » G., p. 146.

135 From the second edition of Christian Morals, London, 1756, p. I-LXI. Et Johnson lui-même comptait-il les pavés dont il évitait soigneusement les jointures, comme le raconte son biographe Boswell et comme le rappelle Borgès, qui parle aussi de la mélancolie profonde de Johnson et de ses nombreuses manies, dont il était conscient. Cf. Jorge Luis Borges, Cours de Littérature anglaise, Paris, Le Seuil, 2006, p. 126 et p. 144.

136 On n’oubliera pas, de ce point de vue, le jugement de Virginia Woolf : « But why fly in the face of facts ? Few People love the writings of Sir Thomas Browne, but those who do are the salt of Earth. »

137 Cité dans la préface de l’édition Penguin Classics, p. 41.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/54013/img-1.jpg
Fichier image/, 27k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540