Version classiqueVersion mobile

Du Teikei aux AMAP

 | 
Hiroko Amemiya

Deuxième partie. Analyses de structurations nouvelles en France

En Bretagne, un nouveau rôle pour les citoyens

Hiroko Amemiya

Texte intégral

1L’un des principaux apports structurants du système Teikei japonais est de pousser à redéfinir les rôles des uns et des autres dans l’échange de biens alimentaires. Dans cet esprit, au comportement usuel des producteurs et des consommateurs, vient s’ajouter l’incitation à la réflexion sur le sens de la production et du comment produire, sur ce que se nourrir veut dire, sur ce que signifie entrer en relation entre « producteurs » et « consommateurs ». Ceci conduit logiquement à provoquer une prise de conscience : voilà un problème essentiel de société, un problème d’organisation de la vie collective, de la vie de la cité. Bref, se lancer dans des opérations qui peuvent se référer de près ou de loin au système de Teikei, conduit à faire apparaître un rôle nouveau pour les citoyens.

  • 1 Voir Amemiya H., Agriculture, Alimentation locale et Lien Social, Actes des Premières assises bret (...)

2Pour montrer cela, je vais procéder à la relation et à l’analyse de ce qu’il en est, à Rennes – et donc en Bretagne, à partir d’une expérience concrète. Il s’agit de la préparation et du lancement d’un panier de vente directe de produits fermiers locaux, un panier à organiser selon les principes du Teikei japonais. J’ai mené ce projet, en parallèle – et en interaction – avec le pilotage d’une recherche-action pluridisciplinaire, soutenue par la région Bretagne. L’un de ses objectifs consistait à étudier les effets potentiels, pour la société et l’économie bretonnes, du développement de ce mode d’organisation de la production et de la consommation locale de produits fermiers. Un des critères que j’avais suggérés pour mesurer la performance de cette recherche-action proposée en 2003, était l’observation de l’évolution du nombre des systèmes déjà existants. à l’époque il n’y en avait que quelques-uns dans toute la Bretagne ; quelques années plus tard, en mars 2008, quand nous réussissons à organiser les premières assises bretonnes de la vente directe1, nous en dénombrons 49 et nous obtenons une forte mobilisation. Loin de moi l’idée de vouloir porter au seul crédit de nos actions cette évolution bien évidente, mais notre contribution – ne serait-ce qu’en parvenant à organiser ces assises et en en faisant un évènement régional – a été significative. Toutefois, tout au long de cette expérience, ce qui est apparu comme essentiel à mon regard anthropologique, c’est la montée d’un rôle nouveau pour les citoyens impliqués dans la vie collective, qui, ayant pris conscience de sa possibilité, s’en saisissent progressivement et de plus en plus massivement. C’est de cela dont je fais la matière de ce chapitre.

3Dans une première section, je rappelle combien l’approvisionnement de la population reste un problème central de la vie de la cité et de celle des citoyens là où se développent diverses formes de vente directe qui sollicitent plus ou moins un comportement « citoyen ». Dans une seconde section je présente le projet de constitution d’un système de paniers de produits fermiers type teikei. On voit, dans une troisième section, comment pour lancer un tel projet il faut s’appuyer sur un groupe de citoyens motivés. Puis, la phase opérationnelle fait apparaître toute la nécessité d’une équipe organisée qui doit résoudre des problèmes qui ne sont pas seulement des problèmes de marché… Après cette section, la dernière montre comment nous avons œuvré pour que cette expérience soit un ferment qui fasse connaître les potentiels de ce type de vente directe en soulignant sa dimension d’interaction citoyenne à partager et à développer.

Des produits fermiers au cœur de la vie et de la ville

Les Lices : le rendez-vous des Rennais chaque samedi matin

4En France, à Paris, dans toutes les villes et les villages, les marchés hebdomadaires (parfois plus fréquents) sont depuis longtemps un lieu privilégié de rencontre. Ils sont organisés par les pouvoirs locaux, comme un lieu de citoyenneté pour tous les citadins où ceux-ci viennent pour cette dimension citoyenne et pas seulement pour s’y approvisionner en produits locaux. à Rennes, au centre de la ville, un grand marché a lieu le samedi matin sur la place des Lices (mais il y a aussi d’autres marchés à Rennes y compris le samedi matin) qui est réputé comme l’un des plus beaux marchés de France, très animé par la vente de produits fermiers. On y trouve également, dans cette capitale d’une Bretagne maritime, nombre d’étals de poissonniers et même de petits mareyeurs venus des côtes, offrir le résultat du labeur mené de la nuit à l’aube.

5Le seul marché des Lices regroupe au total plus de trois cents étals parmi lesquels ceux de petits paysans des environs qui viennent proposer les produits de leurs fermes. Il conserve un aspect festif et convivial : des musiciens, des chanteurs et des jongleurs animent la place et des militants distribuent des tracts en engageant la conversation. Les Rennais y viennent en famille passer la matinée en faisant leur approvisionnement et souvent achètent et dégustent sur place qui une galette saucisse, qui des plats plus exotiques proposés par des Africains ou des Asiatiques implantés dans cette ville accueillante.

6Sur ce marché des Lices, les produits biologiques ont trouvé une place depuis quelques années et une petite dizaine de maraîchers bio sont regroupés dans la même zone. Là encore les chalands aiment engager la conversation avec les vendeurs, qu’ils soient des commerçants ou des producteurs vendant directement leurs produits.

7Pourtant cet échange se fait de manière un peu différente dans la zone bio. Certes les Rennais intéressés par ces produits de qualité engagent aussi la conversation sur tous les sujets du jour ou de la vie, mais la conversation porte plus souvent qu’ailleurs sur les produits et les conditions de leur production, sur ceux à venir, car ici la saison continue d’exister, sur les insectes et le temps, sur l’agriculture…

8Le citadin s’approvisionnant chez un agriculteur qui cultive « en bio », est un citoyen plus fortement conscient que tout autre, du fait que la vie de la cité dépend de la nourriture assurée par le travail des paysans. Il est plus convaincu que tout autre que l’environnement et sa santé sont tributaires du soin que les fermiers portent à l’activité agricole. L’agriculteur bio s’efforce de cultiver des produits qui permettent une alimentation saine et goûtée pour le citadin pour qui elle doit être dans un lieu accessible et à un prix abordable afin qu’il vienne la chercher. Ce type d’achat permettra au paysan de poursuivre son activité selon le respect de la nature, et de pouvoir, en échange des paiements obtenus, accéder aux produits de l’artisanat, de l’industrie et des services qui sont indispensables à sa vie quotidienne. L’un et l’autre ont pleinement conscience de la nécessité de vivre en bonne harmonie, d’être les membres d’une même communauté, d’être des concitoyens. Par conséquent, dans un tel contexte, leur conversation en vient naturellement à envisager toutes les questions concernant l’organisation de cette vie commune.

9De ce fait producteurs et acheteurs de produits biologiques sont souvent des citoyens, conscients de l’existence d’un collectif et de la nécessité de s’en préoccuper ce qui les amène à se retrouver en d’autres lieux que sur cette place de marché.

10Certains fréquentent les réunions-débats de réseaux associatifs organisés pour la défense de l’environnement, les cafés-citoyens sur tout sujet, ils se retrouvent à l’occasion d’événements de promotion de l’économie solidaire nationale et internationale, ou lors de rencontres organisant la lutte ou la résistance face à des excès de pouvoir, comme par exemple face aux actions des firmes qui font la promotion de certains produits chimiques ou des produits OGM.

Le Salon Ille et Bio de Guichen et la participation japonaise de la ville de Tako

11Ainsi, sur le marché des Lices, en allant m’achalander auprès de ces marchands bio, j’ai pu faire la connaissance de quelques militants actifs, producteurs et consommateurs, qui pouvaient être intéressés par mon projet de créer un réseau associatif de vente directe des produits agricoles locaux à l’instar du système Teikei d’origine japonaise.

  • 2 D’après les données recueillies auprès de l’association organisatrice qui obtient le soutien d’un (...)

12Parmi eux se trouvait Frédéric Vanpoulle, producteur de très bonnes pommes bio à Guichen, militant dans de nombreuses associations. Il était en 2003 l’un des pilotes d’une opération de mobilisation du grand public à l’égard de l’agriculture biologique et de diverses questions d’environnement, le Salon Ille et Bio de Guichen, petite ville de la banlieue de Rennes. On en était à la période du 12e salon, en préparation alors. Pendant deux jours des centaines d’exposants allaient y venir ainsi que plusieurs milliers de participants2.

13En discutant avec Frédéric, j’ai appris que ce néo-rural était intéressé par la culture japonaise. En effet quelques traits de cette culture comme le rôle primordial de la nature dans la vie traditionnelle, trouvaient des correspondances dans la « philosophie » de la biodynamie qu’il pratique. J’ai donc eu l’idée de lui proposer de faire venir pour ce salon, comme « exposant », un groupe d’agriculteurs japonais pratiquant le Teikei et qui amèneraient quelques-uns de leurs produits. C’est ce qu’ils firent et les visiteurs purent non seulement regarder l’exposition de photos illustrant les pratiques de leur centre de vente directe mais aussi déguster les mets préparés pour cette occasion : des boulettes de riz japonica assaisonné de sésame et de shiso (une plante parfumée comme le basilic), de la soupe de miso (pâte de soja fermentée), et une tartine de kinako (farine de soja) au miel, sans oublier de goûter au saké… au grand régal des visiteurs.

Centre de vente directe « le goût de saison » de la ville de Tako
Ce centre est une fondation agricole implantée dans une petite ville. Il organise tous les ans pour un certain nombre de ses membres, des producteurs et des consommateurs, un voyage d’étude à l’étranger. Ils ont pour objectif de s’informer sur les actions et les mouvements qui, dans différents pays, promeuvent la production et la consommation d’aliments sains ainsi que des activités en faveur d’une bonne éducation alimentaire en particulier des enfants.
Ils n’étaient pas encore venus en France qui les intéressait pour l’éco-tourisme et pour l’inclinaison des Français pour les bonnes saveurs. Ils ont hésité à venir au salon parce ce qu’ils ne parlaient pas français mais j’ai pu les convaincre en les assurant qu’ils auraient un accueil chaleureux. Je les ai aidés à organiser leur voyage comportant cette importante « escale » au Salon Ille et bio de Guichen.
L’agriculture de cette petite ville agricole de Tako (18 000 habitants) a été sauvée dans les années 1970 grâce à l’initiative de sept jeunes agriculteurs qui ont fondé ce qui allait devenir ce Centre. La formation et le développement de ce centre montre le potentiel d’un projet collectif pour sauver des fermes familiales. Le Centre comprenait en 2003 deux cent cinquante membres producteurs et distribuait des produits agricoles locaux à 7 000 familles par la vente directe de porte à porte pour un montant de plus de cent cinquante mille euros. Pour une autre part il vendait la production à des coopératives de consommateurs et à des cantines scolaires.

Encadré 7-1 – Le Centre de vente directe de la ville de Tako.

Le Jardin du Breil, jardin d’insertion et panier biologique, à Rennes

  • 3 Le sigle PEKEA – anglais (Political and Ethical Knowledge in Economic Activities) – recouvre un ré (...)

14Au Salon Ille et Bio de Guichen, on rencontre nombre de militants de diverses associations. S’y trouvait Antoine Pillet, qui allait me permettre d’avancer mon projet de plusieurs manières. Tout d’abord, Antoine, en tant que militant actif de PEKEA3 qui venait juste de se constituer sous forme associative, a pu, après que nous en avons discuté, organiser un séminaire autour de l’expérience du Jardin du Breil et de son responsable actuel. Cela permettait de diffuser l’idée au sein de PEKEA et de comprendre une des catégories alors importante des paniers biologiques existant en France.

15Le Jardin du Breil fait partie d’un réseau associatif d’insertion qui encadre des personnes en grande difficulté sociale par le jardinage et le maraîchage. L’association de la région rennaise a été fondée en 1992 et depuis 1999 elle loue à la ville de Rennes 3,5 ha de terrain à l’extrémité Nord-Ouest de la ville et cultive une quarantaine de légumes sous forme Bio. L’idée du Jardin de Cocagne vient de Suisse mais un réseau français dynamique est en place (voir encadré 7-2) et le Jardin du Breil en est un membre dynamique. Il accueillait en 2003 dix-huit personnes avec deux formateurs pour le maraîchage. Les paniers sont livrés chaque jeudi dans quinze lieux de dépôt pour cent trente adhérents. J’ai visité le Jardin et également un café qui servait de lieu de dépôt. Le Jardin était calme et les légumes dans leur panier étaient très intéressants aussi bien pour la qualité que pour le prix. Le café était sympathique et accueillait des consommateurs qui ne venaient pas seulement pour s’abreuver mais pour discuter et pour organiser des solidarités ou des festivités, des débats. Il avait lui aussi une forme associative.

Les Jardins de Cocagne
Fondés en France en 1991, sous forme d’associations loi 1901, les Jardins de Cocagne sont des jardins maraîchers biologiques à vocation d’insertion sociale et professionnelle. À travers la production et la distribution de légumes biologiques sous forme de paniers hebdomadaires mais aussi sur les marchés, à des adhérents-consommateurs, ces jardins permettent à des adultes en difficulté de retrouver un emploi et de reconstruire un projet professionnel.
En 2008, le réseau national français compte plus de 80 jardins en activité, ce qui représente 2 700 jardiniers, 12 000 familles adhérentes, 450 encadreurs et 1 200 bénévoles.
Les Jardins de Cocagne sont fondés sur 4 grands principes regroupés dans une charte :
– une vocation d’insertion sociale et professionnelle de personnes en difficulté ;
– la production de légumes cultivés en agriculture biologique ;
– la commercialisation de ces légumes auprès d’un réseau d’ adhérents ;
– l’intégration aux réseaux locaux de l’agriculture biologique.
D’après Aubrée P., « Les paniers et groupements d’achat », in Maréchal G. (coord.), Les circuits courts alimentaires, Dijon, Educagri, 2008, p. 72.

Encadré 7-2 – Les Jardins de Cocagne.

16Le réseau des Jardins de Cocagne s’est beaucoup développé en France entre 1996 et 1999 avec comme préoccupation principale la réinsertion sociale pour laquelle la culture et l’approvisionnement en légumes sont des moyens. Le maraîchage biologique a été intentionnellement choisi pour l’accompagnement de personnes en difficulté. Un rôle important est joué par les formateurs. L’un d’entre eux m’a expliqué ceci. « Nous nous occupons des personnes qui n’ont jamais travaillé dans les champs. Au pire, la plupart d’entre elles ont perdu l’habitude de se lever le matin. Nous ne cherchons pas à les former pour être de futurs agriculteurs. Il est déjà difficile pour eux de venir travailler le matin à heure fixe. Les travaux dans les champs leur permettent de retrouver un rythme de vie. L’agriculture biologique n’exige pas un travail mené avec vivacité mais demande un soin attentif et manuel, ce qui correspond mieux à leur capacité. Et ils reprennent goût à la vie, en observant la nature faire son œuvre, en regardant les carottes qu’ils ont semées. Elles lèvent, grandissent, il faut les démarier pour les voir se fortifier, enfin les arracher. Ce n’est pas pour autant qu’ils vont aimer le maraîchage et vouloir en faire leur métier. Mais cette activité joue un rôle éducatif et de réinsertion qui peut leur permettre par exemple de retrouver ensuite un emploi proche de celui qu’ils ont eu dans le passé. » Les connaisseurs de l’activité agricole sont les formateurs, mais leur objectif et leur préoccupation ne se trouvent pas dans cette activité en elle-même et leur production est écoulée vers des militants qui pour une partie importante leur achètent les légumes par solidarité afin de contribuer à cet effort de réinsertion sociale.

Les paniers de bons légumes livrés discrètement par une camionnette dans un garage privé

17Au début de 2004, on avait encore au moins une autre manière de bénéficier à Rennes d’un panier hebdomadaire de légumes biologiques. J’ai en effet appris par hasard que dans mon quartier, une camionnette venait livrer chaque semaine une vingtaine de caisses de légumes dans le garage d’une maison privée, ouvert à cet effet. J’ai pris contact avec l’habitante du lieu et j’ai pu, grâce à elle, prendre rendez-vous avec le maraîcher qui depuis deux ans et demi, en association avec deux collègues faisait des livraisons de paniers bio comportant six légumes.

18Jean-Paul Gabillard avait hérité à Montgermont, très près de Rennes, de 4 ha de la part de ses parents et pratiquait, comme eux dans le passé, une agriculture conventionnelle. Après 5 ans de culture il décida, à l’aide d’un ami agriculteur biologique, de se lancer dans une conversion en bio. Depuis, il est devenu un défenseur convaincu de cette agriculture et accueille de jeunes stagiaires chez lui et participe à des réunions pour la défense de l’environnement et pour le développement de l’agriculture biologique. C’est donc un citoyen engagé.

19Il m’a confié les raisons de cette conversion en bio. Pour qu’un petit maraîcher puisse survivre, une forte croissance de la productivité est nécessaire en agriculture conventionnelle, m’a-t-il dit, et cela entraîne un usage excessif d’engrais et de pesticides. La seule alternative si l’on ne veut pas, ce que personnellement je n’ai pas voulu, produire des légumes si traités que l’on ne souhaite pas les manger soi-même, c’est de passer en agriculture biologique et de se tourner vers des consommateurs soucieux de produits sains, goûteux et de qualité. Un ami agriculteur bio, m’a-t-il également raconté, vendait un tiers de ses produits par la vente directe et les deux autres tiers, il les livrait à un magasin Bio et le solde à un grossiste. Mais il aurait préféré augmenter la vente en paniers, en raison d’une forte demande mais cela nécessitait beaucoup d’organisation. En se mettant à plusieurs cela lui paraissait plus facile et il m’incita donc à le rejoindre. Nous avons finalement constitué à trois, en 2000, un GIE (Groupement d’intérêt économique) pour organiser la préparation et la distribution de paniers.

20Bref, mon agriculteur se sentait mal à l’aise de produire avec de forts rendements des légumes qui, pour être beaux, n’en seraient pas moins peu recommandables quant à leur qualité gustative et peut-être pas sans quelque désagrément possible pour la santé. Son sens civique était heurté, sachant qu’il était possible de produire autrement. à trois, ils peuvent offrir une variété assez grande tout en cultivant pour chaque légume une surface assez importante pour routiniser des travaux.

21Toutefois la vente de paniers de bons légumes préparés par un employé commun aux trois producteurs et livrés discrètement par camionnette, dans des garages de Rennes, présente peu de caractéristiques citoyennes tant de la part des producteurs que des consommateurs. Pour que de telles caractéristiques puissent apparaître, il faut que la relation entre les uns et les autres n’en reste pas à un contrat, une relation d’achat-vente, un chèque envoyé à la réception d’une facture et un cageot que l’on va chercher discrètement dans un garage où il a été déposé tout aussi discrètement par un employé qui n’a rencontré personne. L’épouse de Jean-Paul qui travaille avec lui, m’a dit qu’elle avait pensé qu’ils auraient eu, en entrant dans un système de paniers, beaucoup de contacts avec les consommateurs ; elle regrettait de n’en avoir en fait que si peu.

22J’ai demandé si son GIE pouvait me livrer un panier. Le seul problème était de savoir si l’habitante de la maison proche de la mienne pouvait accepter un cageot supplémentaire, à moi de lui demander son accord. Cette personne ne m’a pas acceptée, et s’il s’est avéré qu’elle vivait ce dépôt dans son garage comme une contrainte ; cela lui permettait d’accéder à un panier bio dont elle pensait avoir absolument besoin pour sa santé et alors qu’elle ne pouvait se procurer ces légumes d’une autre manière.

  • 4 Le contact maintenu en plusieurs occasions s’est par exemple matérialisé par la fourniture de légu (...)

23Je ne sais ce qui est advenu de ce garage, mais le GIE est passé de 180 paniers distribués en 2004 à 350 en 2008, sur neuf sites de dépôt disséminés dans la ville. Je suis restée en contact sympathique4 avec ces agriculteurs, qui eux aussi, comme cette personne qui prêtait son garage, faisaient en fonction des contraintes, économiques et institutionnelles qui s’imposaient à eux.

Les militants du commerce équitable et de la re-localisation de l’économie

  • 5 Certes, les deux catégories semblent poursuivre des objectifs qui paraissent parfois un peu contra (...)

24Au cœur de la vie et de la ville de Rennes, comme partout en France et plus encore en Bretagne il y a un très grand nombre d’associations ; sur l’idée de trouver à s’approvisionner de manière directe en produits fermiers locaux on rencontre en particulier parmi ces mouvements ceux des militants du commerce équitable et ceux de la re-localisation de l’économie5.

25Les militants du commerce équitable se retrouvent entre autres dans l’association Max Havelaar : c’est à Rennes que Max Havelaar France a été lancé en 1992 et c’est en Bretagne que les premiers produits labellisés Max Havelaar sont apparus en 1993. L’idée d’une juste rémunération des producteurs par les consommateurs et d’un soin particulier attaché par les producteurs à leur production concerne des produits réalisés en général dans les pays tropicaux (le café au Mexique à l’origine de MH). Toutefois la même idée peut être reprise pour offrir à nos maraîchers une juste rémunération d’un travail soigneux qui produit des légumes sains et de qualité. Pourquoi acheter à Rennes des salades hollandaises et des fraises espagnoles gorgées d’engrais et autres produis chimiques et qui ont parcouru plus d’un millier de kilomètres alors que des terres locales peuvent nous fournir l’équivalent cultivé de manière biologique ?

  • 6 Et symétriquement, ils s’efforcent de vendre leurs produits équitables dans les magasins de vente (...)

26Marcel Launais, président de la section bretonne de Max Havelaar s’est montré très intéressé par ces systèmes de panier bio. Il m’a indiqué que dans toutes les opérations de solidarité internationale en Bretagne, ces idées visant à mettre au cœur de la ville des produits fermiers locaux et de mettre en interaction les citadins et les paysans pour œuvrer ensemble de façon citoyenne y étaient parfaitement reçues. Un peu plus tard, à Rennes, comme dans d’autres villes de France, l’autre grand nom traditionnel du commerce équitable en France, mais selon d’autres modalités, Artisans du Monde, visera à ce que ses magasins soit un lieu de dépôt de paniers de proximité6.

27Il n’est pas habituel de mettre les associations pour la valorisation du milieu rural et la petite agriculture dans la catégorie des militants de la re-localisation de l’économie et pourtant leurs actions s’opposent directement à la tendance inverse. La globalisation de l’économie vise à la concentration de toutes sortes d’entreprises et à la mondialisation des marchés y compris pour la production agricole : la disparition de la petite agriculture paysanne au profit de grandes exploitations industrielles. Parmi ces associations « localistes », je range donc les Centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural (CIVAM) en particulier les centres rencontrés en Bretagne. Ils ont un intérêt et une action au-delà de l’agriculture qui veut toucher l’ensemble du milieu rural et dispose d’une structure associative assez militante. Ceci m’a paru les mettre sur ces questions dans une démarche plus citoyenne et pas seulement professionnelle ce qui restait la position, bien logique par rapport à leur statut, des organisations professionnelles telles que les chambres d’agriculture et leurs émanations.

Une recherche-action sur la relation ville-campagne

L’objet d’analyse : la vente directe de produits fermiers ou la relation ville-campagne ?

28Ce petit tour dans la ville de Rennes à la recherche des moyens de s’approvisionner en bons produits montre qu’il y a un phénomène digne d’observation et de recherche. La vente directe de produits fermiers locaux est bien une question d’organisation de la société dont les citoyens impliqués dans la vie collective ont à se préoccuper.

29Ces citoyens peuvent être classés pour l’analyse en plusieurs groupes. Ils le sont en général en deux groupes, que nous dénommerons ici différemment selon le point de vue de l’observateur et ce qu’il observe de manière principale. On peut y voir d’une part des citadins et d’autre part des paysans, et s’intéresser à la relation entre la ville et la campagne. On peut aussi observer des consommateurs d’un côté et des producteurs de l’autre, et s’intéresser au mode de distribution auprès des premiers des biens produits par les autres.

  • 7 Voir note 3, plus haut, citation de Humbert M., 2007.

30Cette deuxième option, plus technique et plus circonscrite est la plus commune, elle correspond à l’approche économique standard. Comme on l’a rappelé plus haut7 la théorie économique s’intéresse usuellement aux relations entre les choses, à la circulation des marchandises, à savoir ici la circulation des biens alimentaires. Elle distingue l’opération de production, qui est essentiellement technique. Les techniques de marketing permettent l’adaptation en fonction de ce qui peut circuler, c’est-à-dire être acheté : le critère du prix, de la quantité, prévaut en général sur la qualité pour améliorer la profitabilité à l’heure de la mondialisation des compétitions. Le consommateur de masse, qui est censé être le roi, doit surtout être heureux de recevoir de la quantité, au bon moment, à bon marché. Certes sous réserve d’observer des règles sanitaires édictées par les pouvoirs publics.

31Ce n’est pas cette manière d’aborder la question qui m’intéressait : certes il faut que les aliments soient produits, et qu’ils aillent de là où ils sont produits vers les lieux où la population en a besoin pour se nourrir. Il y a de fait des producteurs et des consommateurs et une circulation des aliments selon des quantités et des prix qui doivent s’adapter pour que les producteurs soient rémunérés et que les consommateurs puissent s’approvisionner.

32Toutefois les questions telles que les suivantes ne ressortissent pas de cette approche. Que faut-il produire comme aliments ? Comment doser l’usage des engrais et des pesticides ? Faut-il produire de manière industrielle ?

33Il me semble que la nourriture, que nous ingérons participe directement à notre reproduction biologique comme être vivant faisant partie de la nature, que notre alimentation se fait de manière universellement souhaitée. La production de la nourriture est une action directe sur la Nature qui a des conséquences à court et à long terme sur celle-ci. La circulation de produits sains concerne l’organisation de notre présence sur la terre et de la façon dont nous nous organisons dans nos communautés, locales, nationales. Bref se contenter d’une analyse technique de la production de la consommation et de l’échange ne me parait pas satisfaisant dans ce domaine.

34La recherche menée s’est inscrite dans une approche économique, en quelque sorte, centrée sur l’analyse des relations entre les personnes – j’ajoute et avec la nature – et, par conséquent, mieux valait centrer l’objet de la recherche sur la relation ville-campagne même si pour préciser l’objet concret autour duquel on allait mener les analyses, il fallait mieux dire, analyse de la vente directe de produits fermiers locaux.

La formation d’une équipe mixte : chercheurs de plusieurs disciplines et acteurs de terrain

35L’objet de la recherche précisé, il a fallu réunir une équipe adaptée à la conception de ce projet et au fait que cette conception implique qu’il s’agisse d’une recherche-action. L’action concrète à mener était de monter un réseau de vente directe de produits fermiers locaux de type Teikei et de réaliser la promotion de ce type d’organisation en Bretagne.

36Un point très épineux concernait la compréhension de ce que j’entendais par « type Teikei ». Cela exigeait d’avoir, outre ce qui est précédemment mentionné, une participation de chercheurs et d’acteurs de terrain japonais. Cela a été essentiel ; par deux fois une dizaine de collègues et amis japonais, après les membres du centre de Tako, sont venus en Bretagne pour dialoguer et réfléchir avec l’équipe bretonne et une douzaine de membres de l’équipe bretonne, en mai 2006, est allée pendant deux semaines, voir le terrain japonais et en discuter. Un certain niveau de compréhension réciproque et d’appréhension du sujet en est ressorti et dont cet ouvrage présente l’état.

37En juin 2004, nous en étions encore loin et il fallait plus modestement, amener des collègues de différentes disciplines, économistes industriels ou agricoles, géographes, sociologues, anthropologues, politologues, agronomes, à s’intéresser au sujet et à travailler non seulement ensemble mais aussi avec des acteurs de terrain, des agriculteurs, des militants. Je voulais avant tout leur donner quelques explications concernant le système Teikei et le Japon.

38Pour ce faire, je n’ai eu d’autres ressources que de les inviter à partager un repas japonais à la maison et à leur dire que s’engager dans une telle recherche permettrait certainement d’aller faire un beau voyage d’études au Japon…

39Nous avons eu une soirée amicale très sympathique, personne n’avait vraiment idée de ce qui l’attendait en s’engageant dans le projet que j’étais en train de concocter en leur demandant leur soutien et en leur assignant des tâches. Un collègue économiste a exprimé tout haut un sentiment certainement partagé par d’autres : « Je suis venu mais en fait, je ne sais vraiment pas ce que j’ai à faire ici ni à quoi je pourrais bien être utile. Mais je veux bien puisque tu me dis que je peux quelque chose, tu me guideras. »

40Après quelques échanges vagues qui n’apportèrent, pour ce soir là, que peu de lumière à chacun, nous sommes passés à table partager un dîner de nouilles blanches, un plat traditionnel et familial que personne n’avait jamais goûté auparavant, les restaurants japonais qui le proposent hors du Japon étant très rares. Il fallait manger avec des baguettes et on avait le droit de faire du bruit en aspirant les nouilles. Tout était nouveau pour mes convives et ils ont beaucoup apprécié cette expérience. Amitié et curiosité ont été les premiers ingrédients pour former le groupe hétéroclite qui allait se lancer dans cette recherche-action.

  • 8 Et que PEKEA mettait en œuvre dans les séminaires qu’il organisait comme celui cité au point précé (...)

41Je voudrais dire aussi que la première partie de nos échanges avait été organisée selon la méthode japonaise usuelle – et que l’on commence à utiliser ici et là en d’autres lieux. Elle consiste à faire un premier tour de table, pour se présenter rapidement et durant la discussion chacun peut et doit s’exprimer au moins une fois. Dans nos réunions usuelles de séminaire, en France, il faut souvent se précipiter pour avoir l’occasion de s’exprimer et on a du mal à savoir exactement qui était présent et qui a parlé. Certes il y a parfois un modérateur qui donne la parole à celui qui lève le doigt et lui demande de s’identifier, mais, plus la réunion est informelle, et soi-disant conviviale, plus tel ou tel se précipite et s’exprime, sans qu’un modérateur lui ait indiqué qu’il pouvait parler : il faut « prendre » la parole, d’assaut, si je puis dire, si l’on veut faire entendre son opinion. Le mode d’écoute réciproque que nous avons instauré8 pour nos réunions a été particulièrement apprécié par notre petite équipe.

  • 9 L’analyse du questionnaire et de ses réponses a été publié par Ansaloni M. et Humbert M., « L’appr (...)

42Notre première action commune a été menée dans la foulée en préparant un questionnaire d’une page et en allant enquêter, avec cet outil, les visiteurs du 13e Salon Ille et Bio d’octobre 2004. Sur les deux jours, nous avons distribué 1 800 questionnaires et obtenu, après un court interview, 400 réponses écrites utilisables. Je retiens ici9 que cela nous a permis de repérer les coordonnées de 208 familles citoyennes intéressées par la constitution d’un réseau de vente directe de produits fermiers locaux et souhaitant être contactées.

Un groupe de citoyens motivés

La première rencontre citoyenne

  • 10 La réunion a eu lieu le 27 juin 2005.

43Comment contacter les familles citoyennes intéressées et les aider à participer à la constitution de réseaux de vente directe de produits fermiers locaux ? Leur proposer une rencontre semble une première exigence, mais comment s’y prendre ? Il nous est apparu que pour se rencontrer, il était préférable de le faire dans une ferme : il faut donc trouver des fermiers accueillants, avec la possibilité de nous offrir un espace assez vaste… pour 200 personnes ! Certes nous savions que toutes ne viendraient pas car une date et un lieu ne peuvent convenir à tous et, à la fin du mois de juin, date retenue10, certains étaient déjà en vacances, à une époque aussi de fêtes familiales (religieuses). Nous avons cependant reçu plus de 70 réponses positives et l’accord de Béatrice et Jean-Paul Hignet pour nous accueillir dans leur ferme, située à Gommerais à une vingtaine de kilomètres au Sud-Ouest de Rennes.

44Fallait-il préparer à l’avance un scénario, un projet déjà bien ficelé de système de panier ? Après discussion avec l’équipe recherche-action, la remarque de Fédéric a emporté l’adhésion : « La mayonnaise prendra si les participants le souhaitent. Ce n’est pas la peine d’imaginer quoi que ce soit. »

45Bien installés dans un amphi de bottes de paille préparé par nos hôtes, nos participants ont écouté une petite présentation générale du système Teikei et celle d’un réseau appelé « Voisin des paniers », de vente directe fonctionnant dans les Côtes-d’Armor. Nous avons ensuite formé des groupes selon la localisation de l’habitat de chacun et chaque groupe a discuté de la création d’un réseau. La discussion s’est poursuivie de manière conviviale en dégustant le jus de pommes Bio de Jean-Paul et la tarte à la rhubarbe de Béatrice. Je pense, qu’aujourd’hui, les uns et les autres ont rejoint un réseau. En ce qui concerne Rennes Centre, nous étions en fait juste une poignée de personnes intéressées, et surtout sans producteurs. C’était à prévoir, en ville… l’agriculture n’a pas sa place. Il me fallait recruter un plus grand nombre de citadins et trouver des paysans pour les approvisionner.

Le recrutement de citadins

46La question était de trouver un moyen pour entrer en contact avec des personnes susceptibles d’être intéressées par un panier hebdomadaire de légumes distribué au centre ville. La publication d’une page d’information dans le quotidien Ouest France, n’était pas envisageable, aucun organe d’information ne semblait alors intéressé à ce moment ; ils le deviendront plus tard, en particulier en 2008 après nos premières réalisations. Il fallut réaliser notre petit journal nous-mêmes. J’ai ainsi créé un petit quatre pages illustré pour son premier numéro avec des images de la première rencontre citoyenne et quelques informations, un peu de poésie pour attirer l’attention. Dans notre petite équipe, il n’a pas été facile de trouver des volontaires pour une tâche assez éloignée des pratiques habituelles des chercheurs. Même les militants font souvent appel à des « professionnels ». Mon petit journal « Ville-Campagne » n’a pas eu de suite. Il a été cependant distribué y compris sur la Place des Lices.

47C’est en effet sur le marché des Lices que nous pensions pouvoir trouver des amateurs. Nous n’y en avons pêché que quelques uns, au moins intéressés par le projet, plus que par la possibilité d’avoir un panier. Parmi les volontaires, deux amateurs faisant du théâtre se sont proposés pour monter bénévolement un sketch en costumes du Moyen Âge sur le thème du panier contenant de bons produits locaux et de le jouer un samedi. Des badauds se sont arrêtés, ont engagé la conversation, intrigués autant par le système de panier que par la culture japonaise auquel on le rattachait : le système de Teikei. Quant à trouver des partants pour l’opération, ils ne furent pas au rendez-vous. Les Rennais du samedi matin ont, eux, la possibilité de faire leurs achats en choisissant leur producteur et s’en trouvent très bien. Pour eux, c’est un plaisir que de venir aux Lices. Le panier a quand même trouvé des citadins prêts pour l’opération : des membres de l’équipe de recherche-action et via le bouche à oreille, des citadins qui, pour certains d’ailleurs, continuent de faire aussi une partie de leurs achats aux Lices le samedi matin.

Le recrutement de paysans

48Si nous avions la perspective d’être un certain nombre de citadins prêts à recevoir des paniers hebdomadaires, il fallait bien sûr également, que nous trouvions des paysans prêts à partir à l’aventure et qui accepteraient de remplir le panier chaque semaine.

  • 11 Le 17 septembre 2005.
  • 12 Il s’agit des résultats d’une première étape d’une enquête dont les résultats plus complets ont ét (...)

49Une première opportunité pour les solliciter a été trouvée à l’occasion d’une réunion11 organisée pour présenter les résultats préliminaires d’une enquête de terrain et à laquelle nous avions invité toute personne intéressée. Elle avait été réalisée auprès d’un certain nombre de producteurs d’Ille-et-Vilaine pratiquant diverses formes de vente directe12. Chaque membre ou presque de la petite équipe a participé à cette enquête et nous avions vu en particulier une réticence de la part des paysans : la plupart ne se définissent pas comme des paysans mais d’abord et de manière plus précise depuis quelques décennies, comme des professionnels dont le métier est la production agricole. Une agricultrice m’a dit : « Je cultive des légumes, c’est mon métier. La vente directe nous fait faire un autre métier. Je n’ai pas envie de changer de métier. » Certains producteurs en outre font de la transformation avant la vente. Il n’est donc pas évident de trouver des paysans qui acceptent de se lancer dans cette aventure de la vente directe de produits fermiers locaux. Dans nos enquêtes, à peu de chose près, tous ceux qui ont pratiqué la vente directe lui reconnaissent cette difficulté importante, mais, en même temps, ils trouvent par ailleurs, dans la qualité des relations humaines qu’ils louent, un tel enrichissement qu’à la question : si vous aviez à nouveau à faire le choix, que feriez-vous ? Ils répondent à peu près tous sans hésiter : je choisirais à nouveau la vente directe.

  • 13 Le Mer Y., « Les pratiques de trois « agriculteurs » vendeurs directs de leurs produits », in L’ag (...)

50Des exemples parlants de cet intérêt des producteurs ont été présentés dans une publication précédente13. Personnellement bien des visites m’ont enchantée et je ne peux les citer toutes. J’ai une mention spéciale pour la ferme de Bernard Schmitt et de Thérèse Piel qui outre leur pratique originale utilisent un vocabulaire qui exprime des différences essentielles. Bernard se dit paysan et pour eux ceux qui achètent leurs produits, ce ne sont ni des clients, ni des consommateurs, mais « les habitués du jeudi » qui viennent les visiter et avec lesquels ils ont plaisir à passer un peu de temps à discuter. Ils continuent à discuter avec les uns tandis que les autres s’occupent de remplir leur cabas. Ils se servent dans la pièce, choisissent, pèsent leurs légumes, notent dans le cahier et paient en mettant leur argent et récupérant leur monnaie eux-mêmes dans la caisse. S’ils sont venus tôt ils ont vu sortir le pain du four. Mais cette ferme est assez loin de Rennes et leur magasin à la ferme est destiné bien sûr aux habitants des environs, faire venir des Rennais jusque là serait faire fi du souci de la nature et de l’environnement. En revanche organiser un tel espace de convivialité en ville est un beau rêve. Pour le réaliser il faudrait faire venir un bel ensemble de produits de la campagne à la ville.

  • 14 Le 20 juillet 2006.

51Nous avons trouvé avec l’appui de Frédéric l’écoute de quelques fermiers Bio de Guichen ou de fermiers qui viennent sur le marché hebdomadaire de Guichen : un maraîcher, un paysan boulanger, un éleveur de brebis qui fait du fromage et aussi Sébastien Jardy, un jeune qui projetait une installation en maraichage bio en octobre 2006 à Guichen. Nous avons organisé une rencontre14 en invitant ces producteurs intéressés pour étudier la faisabilité du panier. Nous en avions défini quelques caractéristiques souhaitables : un panier de légumes variés, avec des fruits, du pain, du fromage, des œufs pour un poids total modeste afin qu’une personne âgée puisse venir le chercher au centre ville, soit à pied soit en vélo, soit par un transport en commun. Nous souhaitions aussi un pilotage en commun entre les fournisseurs du panier et les abonnés du panier et des rencontres réunissant tout le monde. Pour le lieu et le jour de la « distribution », une suggestion était celle du nouveau marché du jeudi après-midi qui venait juste d’être ouvert à Rennes, place Ste Anne au centre ville et où un des paysans de Guichen, Joël Marion avait obtenu, par tirage au sort, la possibilité de mettre son étal. Il lui était possible d’envisager d’apporter les paniers en même temps que ses propres légumes et les « panièristes » qui viendraient prendre leur panier, pourraient éventuellement le compléter en achetant d’autres légumes ou en faisant d’autres achats sur ce petit marché.

  • 15 Le marché des Lices a des prix plus élevés que les autres marchés de Rennes.

52À côté des questions sur le jour et le lieu de distribution, se pose le problème très concret et très difficile d’une caractéristique qu’il faut absolument préciser : le prix du panier et comment calculer le prix des éléments qui le composent. Faute d’autres moyens la solution se fait en référence aux prix pratiqués sur les « marchés ». Ce sont ces prix tels qu’ils les perçoivent que les paysans pratiquent sur le marché de plein vent15 et qui sont pour sûr bien plus élevés que les prix que leur proposent les grossistes, les centrales d’achat bio ou les grandes surfaces – certaines bio comme la Bio-Coop, qui achètent en bloc des quantités parfois très grandes, à ceux qui peuvent fournir. Nos paysans fournisseurs se sont montrés disposés, en échange d’une sorte de fidélisation par les abonnés à un panier, à comptabiliser le contenu du panier dix pour cent en dessous du prix de ce qu’ils vendent sur le marché. Pour Sébastien qui démarre, l’assurance d’une « clientèle » peut lui permettre de présenter un « business plan » devant une banque pour obtenir un prêt qui l’aide dans l’achat des équipements nécessaires au démarrage de son installation.

53La phase préparatoire était achevée : nous avions des citadins et des paysans prêts à faire quelque chose ensemble dont la configuration générale était dessinée. Restait à organiser le projet concret.

Une équipe organisée autour d’un projet concret

La mise en place de relations suivies : contrat implicite ou explicite ?

La préparation du lancement du projet

54Nous avons discuté de la constitution d’une association de type loi 1901 avec des statuts et une charte dite des producteurs et une charte des consommateurs. La décision a été prise collectivement après une réunion préparatoire à l’AG constitutive et à laquelle participaient les « citoyens » motivés pour faire avancer le projet. La discussion a été vive, l’un des producteurs étant assez opposé au texte préparé pour la discussion, ou plutôt opposé au principe d’un contrat explicite alors que l’opération devait être fondée sur la confiance, un peu comme ceux qui préfèrent vivre ensemble sans contrat de mariage.

  • 16 Y inclus un euro pour la préparation.

55Le texte standard a été amendé quelque peu, les éléments particuliers concernaient notamment l’entraide entre les producteurs, le nombre de semaines pour les abonnés, la composition et le prix du panier. Joël a cependant maintenu son accord pour apporter les paniers et les mettre à la disposition des « panièristes » sur son étal du marché Ste Anne. Sébastien devait se charger de les préparer en y incluant sa petite production mais surtout, d’ici son installation, les apports de divers producteurs et faire le calcul pour que le prix soit de 12 euros16.

56Nous avions enfin vingt-et-un abonnés et neuf producteurs pour commencer ce panier de type Teikei. « Comment appeler ce panier ? » La pratique des uns et des autres, au cours de la préparation du projet, était de parler du panier de Hiroko ; la proposition a été lancée par quelqu’un de continuer et de le dénommer officiellement « Panier Hiroko » et la décision a été prise par acclamation. Je m’y suis faite, un peu confuse mais aussi heureuse de cette marque de sympathie.

L’assemblée générale constitutive de l’association « Panier Hiroko »

  • 17 Le 21 octobre 2006.

57Tous ceux qui ont pu venir se sont réunis17 à la ferme-verger de Frédéric à Guichen. Nous étions vingt-cinq personnes présentes dont dix sept « votants ». Le statut et les règlements ont été approuvés par seize oui et une abstention. Je suis devenue présidente de cette association dont l’AG a voté le montant d’adhésion et a défini le lieu et l’heure de la distribution des paniers. Chacun viendrait chercher son panier avec un sac et signerait une fiche auprès de Joël ; Sébastien préparerait un menu des paniers un mois à l’avance et les abonnés paieraient également un mois à l’avance avec un engagement sur l’année. Le premier panier était prévu pour le jeudi 9 novembre. À la fin de la réunion nous avons bénéficié de la vente directe de bons produits frais des paysans présents. Après quelques péripéties tout s’annonçait bien.

Les problèmes de coordination opérationnelle

Les relations personnifiées

58Les relations d’achat-vente classique, bien que dites de marché, ne sont pas totalement libres, elles doivent respecter différentes lois et le droit des contrats s’applique ; chacun doit s’y soumettre bon gré mal gré. Dans le cadre du panier, il ne s’agit pas d’achat-vente de type classique et il faut s’entendre sur les relations qui vont se dérouler au sein d’une entité qui est une association de type loi 1901.

59Notre premier incident a été lié au fait que ces relations tiennent aux personnes et ne sont pas réifiées et réglementées par un code explicite opposable en justice. Avant le premier jour de livraison du panier, Joël est revenu sur son engagement. Il allait, disait-il, arrêter le marché du jeudi pour aller travailler en semaine dans le bâtiment afin de faire face aux remboursements de son prêt à la banque. Il a fallu le remplacer tant dans l’association que sur le terrain et les premières distributions ont rencontré des difficultés pour être cependant réalisées. D’un côté la personnification s’est traduite par la résistance de Joël, mais d’un autre elle a permis la résistance et le maintien grâce au fort investissement personnel, au-delà de tout contrat, de plusieurs citoyens motivés ; en cette occasion ce fut particulièrement la motivation de Sébastien, celle d’Odile et de quelques autres, dont moi-même.

60On pourrait multiplier les exemples de petits incidents de compréhension pour illustrer le rôle de ce que l’on pourrait appeler les équations personnelles. Joël est revenu dans le paysage et n’a jamais quitté l’agriculture, il nous a souvent aidé. Des incompréhensions ont failli se transformer en fâcheries avec Maurice, mais il est resté un fidèle et un dévoué pour la réussite du panier. Robert a souvent oublié de venir et oublié de signaler qu’il ne passerait pas et ceux qui se chargeaient de distribuer ce jour là en étaient marris, mais il a aussi souvent contribué au bon fonctionnement bien au-delà de ce qu’on attendait. Le pain n’était pas toujours du goût de tous, les poules ne pondent pas en hiver…

Les incidents typiques de coordination

61Si on contait par le menu l’histoire de trois années de fonctionnement on verrait s’égrener tous les incidents typiques avec quelques variantes. Sans prétendre à l’exhaustivité, j’en dresse ici une petite liste indicative :

  • l’accès difficile au lieu de remise des paniers, tant pour le(s) fournisseur(s)18 que pour les abonnés ;
  • relations avec le voisinage immédiat : avec les passants, avec les autres vendeurs si on est sur un marché, avec la maréchaussée ;
  • si on est en plein vent sans toile, problème de la pluie ou du soleil… ;
  • le pesage et la confection des paniers individuels sur le lieu de la distribution : les reliquats quand l’heure prévue est dépassée ;
  • les confusions dans les listes hebdomadaires, tant sur les noms des « panièristes » absents que sur le contenu du panier, voir sur le jour de présence comme participant à la distribution : manque de « professionnalisme » nous disait Guy ;
  • le « panièriste » qui se fait remplacer par un inconnu sans avoir averti au préalable ;
  • les périodes creuses : pas assez de légumes, les périodes sans diversité : il n’y a plus que des choux ou des pommes de terre ;
  • le menu absent ou loin du compte, les recettes infaisables, le légume inconnu sans commentaire.

62L’important, si on garde l’esprit du projet, ce n’est de ne pas chercher les responsables de tel ou tel incident mais de trouver qui peut aider à le résoudre. De fait ce type de relation ne permet pas d’aller devant un juge pour faire condamner le responsable, il ne sert à rien non plus de traiter tel ou tel d’incompétent. Mieux vaut l’aider à acquérir la compétence nécessaire – on a fait tourner des responsabilités tous les trois mois avec échanges de compétences par tuilage entre les volontaires motivés. Mieux vaux résoudre les incidents et trouver une procédure pour éviter leur renouvellement que sanctionner celui que l’on imagine responsable.

  • 19 Ce comportement individualiste est aussi celui de nombreux agriculteurs dont on croit parfois à to (...)

63Ces incidents techniques ont pu être dépassés car, tout en paraissant concerner l’essentiel du projet, la transmission de produits fermiers entre les producteurs et les consommateurs, ils ne touchaient en cela qu’à un moyen, au service d’une fin bien plus importante : améliorer la qualité des relations entre citadins et paysans, entre la ville et la campagne ; bref améliorer la qualité de notre vie collective, citoyenne. Il a fallu pour y parvenir que les uns et les autres nous ayons l’éthique de l’importance de ce collectif alors que nous ne pouvons nier des tendances individualistes égoïstes qui sont le fondement non seulement de la théorie économique dominante mais aussi d’une partie de nos comportements19.

64Et pourtant quelles joies avons-nous rencontrées dans tous ces moments de partages citoyens que cette expérience nous a offertes !

Une interaction citoyenne à partager et à développer

65Le Panier Hiroko n’est pas une affaire personnelle, non seulement l’opération s’est inscrite dans une structure associative à but non lucratif, mais elle a été menée sans aucun objectif d’un quelconque bénéfice personnel en quelque terme que ce soit, de carrière ou de notoriété. Certes tous ceux qui y ont participé, moi également, étions et restons intéressés par cette action et nous y avons investi de notre temps pour viser une pleine réussite. Pour partie, pour ceux impliqués en outre dans le programme de recherche, ce projet a constitué et constitue aussi un élément à analyser, mais là encore avec une éthique claire : il s’agit de chercheurs et d’acteurs de terrain qui ont la volonté de travailler au bien collectif. La motivation n’est pas l’intérêt égoïste personnel. Elle suppose que mieux connaître la manière dont on peut constituer et faire fonctionner un réseau de vente directe dans l’esprit du Teikei est un outil dont pourront se servir d’autres citoyens pour se lancer à leur tour dans une expérience et pour que les élus puissent mener des politiques plus adaptées à l’égard du monde agricole et des relations entre la ville et la campagne. Ces objectifs plus larges passent par d’autres éléments que ceux déjà rapportés précédemment, des éléments qui sont des manifestations de partage de cette expérience sous différentes formes.

L’insertion peu facile de la distribution du panier dans la ville

66La distribution ne pouvait être imaginée de manière clandestine, comme dans le garage évoqué plus haut, nous souhaitions ardemment la faire au vu et au su de tous les citoyens.

67J’ai contacté l’élu du quartier de la place Ste Anne où la distribution était organisée. Nous n’avons pu obtenir de réel soutien municipal. Pas d’autorisation de stationnement pour que la camionnette de Sébastien apporte les produits et il a écopé à l’occasion d’une amende pour stationnement interdit, pas d’autorisation d’avoir un étal à côté des étals des vendeurs sur le marché. Enfin nous avons été autorisés à organiser notre remise de paniers dans le local de l’association « Et si on se parlait » qui dispose d’une place pour accueillir des personnes du quartier pour des ateliers de langue, d’art, pour organiser des évènements, soutenir des réseaux d’échange, tout cela avec des cotisations et une subvention de la ville. Un des membres de l’équipe connaissait cette association, il a présenté notre projet à ses responsables. Notre association « Panier Hiroko » a été acceptée comme membre de l’association et a pu utiliser la cour du local pour distribuer les paniers et à l’occasion une salle pour organiser des réunions. Les uns et les autres avons noué des relations amicales avec les militants bénévoles de l’association. Cela s’est fait avec l’accord de la Mairie, pourvu que nous n’ayons pas d’activité commerciale.

68Manifestement nous n’avons pas vraiment réussi à obtenir le soutien de la ville qui, pour le moment au moins, restait attachée exclusivement à la forme « marché » pour la distribution de produits fermiers. À partir de 2007, Rennes métropole qui comporte aussi les communes avoisinantes a paru plus intéressée par les systèmes de vente directe et prendra peut être des mesures pour faciliter les actions des citoyens en leur faveur.

L’importance des relations festives entre participants, citadins et paysans

69Dès le démarrage des actions pour ce projet, nous avons trouvé des occasions de rencontre et de partage, bien souvent liées à des repas ou des collations pris en commun et plusieurs de ces moments ont été rappelés plus haut.

La première visite des fermes par l’association Panier Hiroko

70Mais la joie du partage et de la fête est venue six mois après le démarrage début mai 2007, quand sous les pommiers en fleur nous nous sommes tous réunis, en famille, abonnés et paysans pour une première visite des fermes. Nous avons partagé de délicieux pique-niques, une trentaine assis en cercle, bavardant et plaisantant, les enfants ont chahuté, en courant à travers les vergers et les champs. Après ce repas convivial, nous avons commencé la visite des fermes suivant l’itinéraire préparé par nos amis paysans, traversant, après avoir quitté le verger de Frédéric, le petit bois entre les champs de Joël et le grand champ de Sébastien, puis nous avons marché sur un sentier d’une petite forêt grignotant sur le chemin des plantes sauvages que Hubert, notre paysan boulanger nous a fait découvrir. Nous avons rejoint la ferme de Philippe, notre fournisseur de fromages de brebis. Nous sommes arrivés au moment sympathique de la traite, à la grande joie des petits et des grands. Au retour, dans le verger de Frédéric, quelques uns ont fait une promenade sur un chariot tiré par le tracteur de Frédéric qui fonctionne à l’huile de colza recyclée.

71C’était la première belle sortie du Panier Hiroko. Il y en a eu d’autres depuis et également des séances de contribution citadine aux travaux des champs, toutes choses qui renforcent le lien entre les membres de cette petite communauté.

Le premier bilan de satisfaction des participants

72Après un an de fonctionnement, le Panier Hiroko a tenu sa première assemblée générale ordinaire en octobre 2007, préparé par le bureau et par une petite enquête menée auprès des membres. Ceux-ci doivent renouveler leur adhésion, des nouveaux peuvent rejoindre le groupe. L’enquête a permis de confirmer explicitement l’attachement des uns et des autres, abonnés citadins et fournisseurs paysans, à la qualité des relations de convivialité et de fraternité que nous avons nouées. L’AG a ajouté concrètement des idées sur les évolutions à mettre en place ; au cours de l’année suivante, un certain nombre de procédures seront ainsi remplacées ou rendues plus efficaces, ces améliorations permettant de réduire les incidents typiques de coordination tels qu’ils ont été décrits plus haut.

La promotion du système de panier dans la cité et en Bretagne

73Il était important aussi de faire savoir à d’autres ce que nous étions en train de faire, de telle sorte qu’ils en soient informés, qu’ils puissent nous donner des idées, et qu’ils puissent aussi y voir un certain intérêt et y trouver le souhait de se lancer dans une aventure du même type.

74Tous les membres de l’association n’ont pas manqué de parler de leur expérience autour d’eux, et les chercheurs et militants plus que d’autres, dans des réunions, des séminaires ou dans des interviews et des articles. Il n’est pas possible de citer toutes ces occasions, rares au début, puis de plus en plus nombreuses au fil du temps.

  • 20 Le site original était à l’adresse suivante : http://panierhiroko.free.fr/ et a déménagé à celle-c (...)

75Au dépliant d’octobre 2006 s’est ajouté un site internet20 en mai 2007 avec des renseignements, le menu de la semaine et un contact, permettant au « grand public » de pouvoir potentiellement connaître notre existence et nos caractéristiques et être tenu au courant de notre « actualité ».

76En avril 2007, j’ai fait avec Fédéric et Gwénolée un exposé débat à la Maison de la Ronceray dans le quartier de la Poterie où des citoyens motivés se demandaient comment lancer un système de panier.

77Un écho plus large sur la ville et ailleurs a été obtenu à l’occasion de la parution de l’ouvrage « L’agriculture participative » et pour Rennes, grâce à la conférence débat organisée à la Faculté de sciences économiques (place Hoche en centre ville), suivi d’une dégustation de produits fermiers et de la distribution à côté de la Faculté, des paniers de la semaine. Lors de la présentation, les abonnés et les fournisseurs ont témoigné publiquement. Sébastien a dit en particulier : « J’aime discuter avec les gens qui fréquentent l’association ‘‘Et si on se parlait’’ et avec les abonnés du Panier Hiroko. C’est un moment riche pour moi car je peux discuter sur des tas de choses de la vie avec des personnes très variées que je n’aurais jamais rencontrées si non par ce réseau. Je ne considère pas comme une perte le temps que je passe pour le panier. C’est un plaisir et j’ai envie de continuer le panier. » Danièle, chercheure et abonnée l’a rejoint : « La permanence n’est pas un tâche contrariante. C’est vrai qu’on court tout le temps et qu’on n’est pas toujours disponible. Mais je ne l’ai pas fait contrainte et forcée. C’était intéressant de bavarder avec Sébastien et avec les autres personnes. »

78À la suite de ce débat, j’ai eu aussi l’opportunité d’être interviewée sur une radio locale d’Ille-et-Vilaine, Canal B, dans les jardins ouvriers de Cleunay et d’expliquer notre démarche à un bel ensemble d’auditeurs.

  • 21 Les actes de ces assises (Amemiya H., Agriculture, Alimentation locale et Lien Social, Actes des P (...)

79Enfin et surtout la promotion du Panier Hiroko, mais aussi de ce mode de relations entre la ville et la campagne avec un effort de mobilisation de l’ensemble des acteurs ont été obtenues par la réalisation des premières Assises Bretonnes de la vente directe à St Brieuc en mars 2008. Ce fut un évènement régional important réunissant plus de 200 participants. Elles ont été réalisées avec le soutien de la Région et de deux départements de Bretagne, en faisant participer les chambres d’agriculture et les associations d’agriculteurs biologiques (GAB) ainsi que les CIVAM, des associations de consommateurs et des responsables de cantines scolaires. Toutes les nouvelles formes de vente directe ont été discutées, présentées et opportunité a été donnée à un grand nombre d’agriculteurs de discuter dans une dizaine d’ateliers de différentes questions que l’on se pose soit pour aborder une forme ou un autre de vente directe soit pour améliorer la manière dont on y procède. Des citoyens engagés dans diverses associations et mouvements sont également venus et un écho assez large a été donné dans la presse locale, Ouest France, le Télégramme de Brest et la Télévision FR3 régionale pour que les citoyens soient largement informés21. Un petit opuscule sur le panier Hiroko a été distribué, mais nous n’étions alors qu’un des éléments d’un ensemble plus vaste d’opérations nécessaires pour améliorer la qualité de la vie à une échelle plus large que notre petite communauté, que notre cité : là nous visions la Bretagne. Le discours des élus du département et de la Région nous ont laissé espérer que les messages passés étaient compris et que les pouvoirs publics relaieraient les initiatives citoyennes.

En guise d’épilogue : le panier continue sans « Hiroko »

80En juillet 2008, la nouvelle est arrivée, je devais partir pour vivre au Japon dès le mois d’octobre, qu’allait devenir le panier sans son initiatrice ? Les membres se sont réunis, ils ont permis plus que lors d’une AG ordinaire la possibilité d’un arrêt de l’engagement. Sur les 24 abonnés, 14 ont souhaité poursuivre, 10 ont décidé d’arrêter. Parmi ceux qui ont arrêté, on trouve des chercheurs qui s’étaient engagés pour partie en raison de cette recherche et pour lancer le panier qui se trouve maintenant sur « orbite » ont-ils pensé, tandis qu’ils n’étaient pas vraiment à proximité du lieu de répartition. La plupart pouvaient participer à un panier plus près de leur lieu d’habitation, ou en lancer un près de chez eux ou encore étaient les habitués d’un marché du type de celui des Lices. En outre ces arrêts se sont faits en sachant que par ailleurs sept nouveaux voulaient entrer et que la reprise après les vacances pourrait donc se faire dans de bonnes conditions avec 21 paniers. Pascal Durand a pris le relais d’Hiroko mais la dénomination du panier a été maintenue.

81Odile a lancé un panier Eden (économie durable dans l’environnement noyalais) » à Noyal sur Vilaine avec 27 abonnés locaux. Pablo et Éliane sont également partis avec le projet de former un réseau dans leur commune de Chateaugiron. En partie suite à l’exposé débat à la Maison de la Ronceray, et grâce à la participation de Pascal et Maurice un panier a été lancé à la Poterie. Bref, le Panier Hiroko a essaimé et le panier original continue de prospérer grâce à des membres « résistants », et fortement convaincus de l’importance de leur action citoyenne. Pascal est une personne-clé pour le développement d’un système de panier du type Teikei comme le Panier Hiroko. Militant de l’économie solidaire et membre de divers réseaux associatifs Pascal a bien compris dès le début l’esprit « teikei » d’entraide et d’organisation collective de relations. Il entraîne ainsi les membres du Panier Hiroko à des activités participatives aux travaux des champs pour être en phase – en empathie – avec nos partenaires paysans. On peut voir sur le site internet qu’en 2010-2011 le panier Hiroko poursuit sa cinquième année de vie.

82Enfin et surtout il faut souligner, au-delà de l’expérience à partir de laquelle j’ai rédigé ce chapitre, que ce mode de vente directe de produits fermiers locaux est en plein essor. On dénombrait en Bretagne au moins 49 paniers en mars 2008 et ce nombre va croissant. à Rennes alors qu’il n’y en avait guère plus de deux ou trois quand nous avons démarré, le site de Rennes Métropole recense aujourd’hui 11 paniers. Comme on l’a vu tout au long des pages qui précèdent, le phénomène de développement de ce type de vente directe offre et exige un rôle nouveau de la part du citoyen. Il faut croire que les citoyens sont de plus en plus nombreux à le souhaiter, car on a vu que pour l’assumer il leur faut une forte motivation qui puisse les aider à surmonter toutes sortes de difficultés. S’ils le souhaitent c’est qu’il considère que les enjeux personnels et collectifs sont importants. Qu’ils soient consommateurs ou producteurs, citadins ou paysans. C’est un problème de la société où nous vivons. La prise de conscience des citoyens est le premier pas pour mieux aborder le problème. La formation d’un réseau pour un panier est une action de citoyens conscients de leur rôle au sein de la communauté locale. Pourquoi ne pas prendre des initiatives pour mieux vivre ensemble ? Les citoyens se mobilisent ainsi pour un objectif commun. La prise de conscience d’une responsabilité citoyenne est nécessaire pour faire naître une action collective. L’essaimage des paniers en est un bon exemple. L’engagement des citoyens est au cœur de la qualité de la vie collective démocratique des communautés locales. La clé de la transformation de la société réside dans la prise de conscience de personnes prêtes à s’engager dans l’action pour assumer leur responsabilité. La Bretagne est une terre qui semble propice à de telles prises de conscience et elle voit se multiplier de plus en plus des réseaux citoyens en particulier de paniers, dont les participants sont conscients de contribuer au progrès du bien être régional.

Notes

1 Voir Amemiya H., Agriculture, Alimentation locale et Lien Social, Actes des Premières assises bretonnes de la vente directe de produits agricoles locaux, CRCJR/LAS-université Rennes 2 Haute Bretagne, 2008. Ces actes sont disponibles sur demande ou peuvent être téléchargés sur le site de PEKEA http://fr.pekea-fr.org/WGroup/NURR-MHA-ActesABVD-Entier.pdf.

2 D’après les données recueillies auprès de l’association organisatrice qui obtient le soutien d’un très grand nombre d’acteurs publics et privés, il y a eu 3 500 entrées en 1998, 8 000 entrées en 2004 et 13 600 entrées en 2006.

3 Le sigle PEKEA – anglais (Political and Ethical Knowledge in Economic Activities) – recouvre un réseau international (d’un millier de membres dans une soixantaine de pays, voir http://www.pekea.org) qui s’efforce de construire une approche Politique et éthique des Activités économiques : cela exige selon l’un des ses fondateurs, de concevoir l’économie non pas comme la théorie d’un ensemble de relations entre des choses mais comme l’analyse d’un ensemble de relations entre des personnes (cf. Humbert M., « Avant-propos », in L’agriculture participative, op. cit., 2007, p. 11).

4 Le contact maintenu en plusieurs occasions s’est par exemple matérialisé par la fourniture de légumes assurée par Jean-Paul quand en mai 2008, notre « panier » était en pénurie.

5 Certes, les deux catégories semblent poursuivre des objectifs qui paraissent parfois un peu contradictoires aux yeux de certains pour des raisons idéologiques ou quand ils sont pris de manière caricaturale : faut-il faire venir des produits de si loin : faut-il manger des bananes à prix élevé pour soutenir les revenus des agriculteurs de ces pays, bananes qui seront transportés par bateaux utilisant du pétrole, disent certains, plutôt que des pommes, dont nos producteurs locaux voient les prix décliner et leurs revenus décroître ? Nous pensons qu’une vision plus systémique permet de considérer que ces deux actions, menées avec discernement, peuvent se compléter.

6 Et symétriquement, ils s’efforcent de vendre leurs produits équitables dans les magasins de vente directe à la ferme voire de mettre du café ou du thé bio-équitable à côté du jus de pomme local dans les paniers de proximité.

7 Voir note 3, plus haut, citation de Humbert M., 2007.

8 Et que PEKEA mettait en œuvre dans les séminaires qu’il organisait comme celui cité au point précédent.

9 L’analyse du questionnaire et de ses réponses a été publié par Ansaloni M. et Humbert M., « L’approche de la demande sociale d’après une enquête auprès des visiteurs du salon Ille et Bio en 2004 », in L’agriculture participative, op. cit., 2007, p. 151-164.

10 La réunion a eu lieu le 27 juin 2005.

11 Le 17 septembre 2005.

12 Il s’agit des résultats d’une première étape d’une enquête dont les résultats plus complets ont été publiés dans Le Caro Y., Daniel R., « Les motivations des agriculteurs d’après une enquête auprès des vendeurs directs en Bretagne », in L’agriculture participative, op. cit., 2007, p. 95-124.

13 Le Mer Y., « Les pratiques de trois « agriculteurs » vendeurs directs de leurs produits », in L’agriculture participative, op. cit., 2007, p. 125-136.

14 Le 20 juillet 2006.

15 Le marché des Lices a des prix plus élevés que les autres marchés de Rennes.

16 Y inclus un euro pour la préparation.

17 Le 21 octobre 2006.

18 Il y avait de fait, pour nous aussi, au moins deux fournisseurs : Gwénolée qui travaille dans la banlieue immédiate de Rennes, nous amenait directement ses produits laitiers sans passer par le regroupement que faisait Sébastien.

19 Ce comportement individualiste est aussi celui de nombreux agriculteurs dont on croit parfois à tort qu’ils seraient « naturellement » coopératifs. Louis Malassis a souligné l’importance de l’individualisme agraire, « plus fort que la vieille solidarité paysanne » (Malassis L., La longue marche des paysans français, Paris, Fayard, 2001, p. 162). Ceci pose également le problème de l’usage de l’argent lors de l’échange comme le suggère par exemple l’auteur japonais Uchiyama T., « Okane no wana » (Le piège de l’argent), Geidai no-gyô, Revue L’agriculture contemporaine, février 2009.

20 Le site original était à l’adresse suivante : http://panierhiroko.free.fr/ et a déménagé à celle-ci : http://panierhiroko.ouvaton.org/. En outre depuis 2009, des albums photos des activités collectives sont disponibles sur le site : http://www.flickr.com/photos/31649350@N03/sets/72157613869206719/.

21 Les actes de ces assises (Amemiya H., Agriculture, Alimentation locale et Lien Social, Actes des Premières assises bretonnes de la vente directe de produits agricoles locaux, CRCJR/LAS-université Rennes 2-Haute Bretagne, 2008) sont disponibles sur demande ou peuvent être téléchargés sur le site de PEKEA http://fr.pekea-fr.org/WGroup/NURR-MHA-ActesABVD-Entier.pdf. Nous avons pu faire interviewer par la télévision FR3 Bretagne, Claire Lamine que nous avions invitée lors des ces assises et alors qu’elle venait de publier un ouvrage sur les AMAP : Lamine C., Les Amap : Un nouveau pacte Entre Producteurs et Consommateurs ?, éditions Yves Michel, Gap, 2008.

Auteur

Anthropologue, CRCJR/LAS-EA 2241, université européenne de Bretagne-Rennes 2, responsable du PRIR (Programme de recherche d’intérêt régional – VDBJ Vente Directe Bretagne Japon), chercheure UMIFRE 19 CNRS-MAEE, Maison franco japonaise de Tokyo.

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search