Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Les auteurs

Texte intégral

1Karine Abiven est maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne et membre de l’EA 4509-STIH. Elle est l’auteur de L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. Un genre miniature de Tallemant des Réaux à Voltaire, Paris, Classiques Garnier, 2015, et a codirigé avec L. Depretto le numéro « Écritures de l’actualité aux XVI-XVIIIe siècles » (Littératures classiques, no 78, sept. 2012).

2Annette Baudron est membre de l’équipe de recherche « Interactions culturelles et discursives » de l’université François-Rabelais de Tours. Ses recherches concernent la littérature d’enfance sous l’Ancien Régime et notamment l’œuvre d’Arnaud Berquin, sujet de sa thèse (2009) : « L’œuvre d’Arnaud Berquin, littérature de jeunesse et esprit des Lumières ».

3Frédéric Briot est maître de conférences en littérature française du XVIIe siècle à l’université Lille 3. Les Mémoires de l’Ancien Régime occupent une part importante de ses réflexions. Il leur a notamment consacré un essai (Usage du monde, usage de soi, Paris, Le Seuil, collection La couleur de la vie, 1994), ainsi que des articles et des communications sur divers mémorialistes (Bassompierre, Pontis, Campion, Marolles, Omer Talon, Retz, Brienne le jeune, Tessé, Saint-Simon…).

4Mélinda Caron est professeure assistante à Fordham University (New York). Elle a soutenu une thèse sur les pratiques d’écriture et de sociabilité de Louise d’Épinay (2009) et elle s’intéresse depuis à l’imaginaire de la féminité dans la presse mondaine et littéraire (XVIIe-XIXe siècle). Parallèlement, elle collabore à la nouvelle édition critique de la Correspondance littéraire de Grimm et à celle de la correspondance générale de Marie du Deffand.

5Marianne Charrier-Vozel est maître de conférences à l’université Rennes 1. Spécialiste des correspondances et des manuels épistolaires du XVIIIe siècle, elle est membre du comité de rédaction de la revue L’Épistolaire dirigée par Mme le professeur Haroche-Bouzinac.

6Loris Chavanette est docteur en Histoire et spécialiste de la Révolution française. Il a soutenu en juin 2013, à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, une thèse intitulée Repenser le pouvoir après la Terreur. Justice, répression et réparation dans la France thermidorienne (1795-1797). Il enseigne, depuis 2013, l’histoire du droit à l’université Paris-Est Créteil.

7Archiviste paléographe, Marie Chouleur a étudié l’histoire et la littérature, consacrant sa thèse de l’École nationale des Chartes à l’édition critique des Mémoires de Guillaume Millet de Jeure. Diplômée de l’Institut national du patrimoine, elle est aujourd’hui conservateur du patrimoine aux Archives nationales.

8Sylvie Crinquand est professeur à l’université de Bourgogne. Elle travaille sur le romantisme anglais, avec plusieurs études sur John Keats. Elle a dirigé plusieurs volumes collectifs sur l’écriture intime, dont tout récemment avec Paloma Bravo un volume intitulé L’Intime à ses frontières, et à paraître en collaboration aussi, un volume sur Le Post-scriptum ou la rhétorique de l’ajout.

9Marie-Paule de Weerdt-Pilorge est maître de conférences à l’université François-Rabelais de Tours et l’auteur d’ouvrages et d’articles sur les Mémoires et la littérature du XVIIIe siècle.

10Damien Fortin est ATER à l’université Lille 3. Il prépare une thèse de doctorat consacrée aux Vies et biographies de La Fontaine sous la direction de M. le professeur Patrick Dandrey. Un prélude à cette enquête a paru en 2010 dans la revue Le Fablier (no 21) sous la forme d’une anthologie composée de treize écrits consacrés au poète.

11Stéphane Jettot est maître de conférences en Histoire moderne à l’université Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur les élites britanniques à l’époque moderne et leurs archives (correspondances, mémoires et généalogies).

12Yann Lignereux, ancien élève de l’ENS de Fontenay/Saint-Cloud, agrégé d’histoire, est professeur d’histoire moderne à l’université de Nantes. Ses travaux portent sur les imaginaires politiques de la première modernité en France et en Europe comme dans l’espace colonial nord-américain.

13Gaëtane Maës est maître de conférences, HDR, à l’université de Lille 3 en Histoire de l’Art et appartient à l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHIS). Ses recherches portent sur l’art français et l’art flamand et hollandais aux XVIIe et XVIIIe siècles. Elle s’intéresse notamment aux rapports entre histoire de l’art, littérature et sciences et prépare un ouvrage sur les livres de Jean-Baptiste Descamps (1715-1791).

14Sophie Marchand est maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’université Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’histoire et la théorie du théâtre à l’époque des Lumières ainsi que sur la vie théâtrale à l’articulation des enjeux esthétiques, historiques et idéologiques. Elle prépare un livre sur les anecdotes dramatiques comme matrice d’une pensée originale du théâtre au XVIIIe siècle.

15Gilles Montègre, agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’université de Grenoble-Alpes. Auteur de La Rome des Français au temps des Lumières (École française de Rome, 2011), il s’intéresse particulièrement aux relations unissant, au XVIIIe siècle, science, histoire et littérature, et prépare l’édition critique en 3 volumes des Éphémérides italiennes de Latapie, pour les éditions Classiques Garnier.

16Monique Moser-Verrey est professeure associée à l’université de Montréal. Ses travaux portent actuellement sur la nouvelle illustrée au xviiie siècle. Elle vient de publier Isabelle de Charrière : salonnière virtuelle. Un itinéraire d’écriture au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 2013.

17Bénédicte Obitz-Lumbroso est professeur agrégé, docteur en Langue et littérature françaises et membre du laboratoire POLEN de l’université d’Orléans. Elle est l’auteur d’une thèse consacrée à la correspondance de Beaumarchais (Beaumarchais en toutes lettres. Identités d’un épistolier, Champion). Ses travaux portent sur l’épistolaire et les formes de l’écriture de l’intime au XVIIIe siècle.

18Ancien élève de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, agrégé d’histoire et ancien membre de l’École française de Rome, Christian Renoux est maître de conférences d’histoire moderne à l’université d’Orléans et membre du laboratoire POLEN/CLARESS.

19Marie Viallon est professeur des universités en langue, littérature et civilisation italiennes et membre de l’UMR CNRS 5037, Institut d’Histoire de la Pensée Classique ; spécialiste de Venise à l’Âge classique, elle centre depuis quelques années sa recherche sur la pensée et l’œuvre de Paolo Sarpi : elle a publié une édition française de son Histoire du concile de Trente (2002) et deux ouvrages collectifs Autour de l’histoire du concile de Trente (2006) et Paolo Sarpi. Politique et religion en Europe (2010) et elle vient d’ouvrir un site en accès libre, consacré à une édition électronique de sa correspondance. Elle prépare en outre l’édition du Traité de la matière bénéficiale de Sarpi.

20Jean-Yves Vialleton est maître de conférences en littérature française XVIe-XVIIe siècles à l’université Stendhal-Grenoble 3 et membre de l’équipe de recherche « Rhétorique de l’Antiquité à la Révolution » (EA 3017). Il a publié plusieurs articles sur les légendes biographiques des auteurs du XVIIe siècle.

21Agnès Walch est maître de conférences habilitée à diriger des recherches en histoire moderne à l’université d’Artois. Ses travaux portent sur l’histoire du mariage, du couple et de la famille. Elle a publié Histoire de l’adultère (Perrin, 2009), La marquise de Brinvilliers (Perrin, 2010), Où va le mariage ? (Fayard, 2012) et Duel pour un roi (Tallandier, 2014). Elle a dirigé La Médiatisation de la vie privée (Artois Presses Université, 2012)

22Francine Wild est professeur émérite de littérature française du XVIIe siècle à l’université de Caen-Basse Normandie. Elle a travaillé principalement sur les textes anecdotiques (ana, historiettes), sur le récit non fictionnel (biographies, mémoires, hommes illustres), et sur les épopées. A publié en particulier : Naissance du genre des ana (1574-1712), Paris, Champion, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search