Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Résumés

Texte intégral

1Damien Fortin : « Anecdote biographique et histoire littéraire : le récit de la conversion aux Muses dans les Vies d’écrivains du Grand Siècle »

2Parmi divers menus faits qui émaillent généralement la narration biographique, nous choisissons d’aborder l’un des moments les plus importants pour la Vie d’un écrivain : la « conversion » aux Muses. Placée à l’ouverture du récit, cette première étape retrace le moment où se sont révélées les premières manifestations d’un génie précoce. Toute information disponible sur l’enfance et la jeunesse d’un écrivain devient un signe prémonitoire, présage de l’accomplissement futur du héros et preuve de sa nature unique. Sans retracer précisément la constitution et la diffusion de ce motif en vue de suivre l’élaboration de chaque composante et ses cristallisations successives, cette étude cherche à dégager la double tradition propre à cette anecdote, avant d’en déterminer les enjeux : d’un côté, un enjeu éthique, car il s’agit par là d’édifier l’ethos ou l’image d’un futur écrivain, forgé par lui-même de son vivant au sein de sa production ou construite a posteriori par des lecteurs soucieux d’auréoler de gloire et de légende une figure admirée ; de l’autre, un enjeu herméneutique, dans la mesure où le rapport de cette image avec l’œuvre en oriente durablement l’appréciation.

3Sylvie Crinquand : « L’anecdote entre historiette et emblème ou comment réécrire la vie d’un poète »

4Cet article s’appuie sur des biographies de poètes romantiques anglais pour analyser la manière dont les biographes utilisent l’anecdote, soit pour donner de l’épaisseur au poète biographé, soit pour le transformer en modèle. L’anecdote, une fois racontée par un proche, est transmise de biographie en biographie, et l’analyse montre son évolution au fil des siècles, dans un statut toujours intermédiaire entre le biographique et le légendaire.

5Gaëtane Maës : « Entre divertissement et utilité : fonctions de quelques anecdotes picturales au XVIIIe siècle »

6À partir d’un recueil de vies d’artistes septentrionaux publié par Jean-Baptiste Descamps entre 1753 et 1763, il s’agit de montrer que la réécriture de certaines anecdotes anciennes permet de mettre en relief plusieurs problématiques propres à l’époque de l’auteur. Cette caractéristique dément l’idée que les ouvrages de compilation seraient sans intérêt pour la recherche historique ou littéraire.

7Mélinda Caron : « L’anecdote et l’actrice dans l’imaginaire périodique des Lumières »

8Se situant à la jonction du récit qui révèle le secret scandaleux et du petit fait curieux, l’anecdote au sujet de l’actrice pénètre l’imaginaire périodique au siècle des Lumières. Elle le fait par le biais d’un discours mettant en avant un ensemble de lieux communs qui précèdent cette figure et que prolonge le regard masculin qui commente, bien plus que son jeu, ses charmes physiques et ses aventures amoureuses. L’étude de ce discours et de ce genre au cours des trente premières années de la Correspondance littéraire de Grimm et de Meister permet d’observer leur autonomisation et d’attester l’importance que revêtira désormais la femme de spectacle dans l’imaginaire social. Jugée digne de l’intérêt du public, la vie privée de l’actrice alimente la rumeur mondaine que relaient les périodiques tout en contenant en germe la figure, voire le mythe, qui prendra forme dans la presse et la littérature des siècles à venir.

9Bénédicte Obitz : « Un Beaumarchais anecdotique ? La construction de la figure de Beaumarchais à travers l’anecdote biographique (1799-1999) »

10Il s’agit de voir de quelle manière l’anecdote participe à la construction au fil du temps de la figure d’un personnage de l’histoire littéraire – Beaumarchais –, et à ses variations. Pour cela, les anecdotes biographiques qui lui ont été consacrées, depuis sa mort jusqu’à aujourd’hui, ont été analysées sous deux angles : en diachronie sur les deux siècles du corpus (1799-1999), en synchronie en se focalisant sur le traitement d’une anecdote centrale.

11Stéphane Jettot : « D’arbres et de monastères. L’usage de l’anecdote dans les publications généalogiques anglaises (XVIIe-XVIIIe siècles) »

12Dans les discours généalogiques, la culture érudite coexiste bien souvent avec l’art de la digression et de l’anecdote. Au-delà de la question du vrai et du faux, les recherches se portent à présent sur une contextualisation plus étroite des récits généalogiques. Les auteurs qui composent ces discours s’adressent à un public qui recherche la confirmation de l’ancienneté de certains lignages ou, dans les temps de crise, l’existence d’une identité collective et parfois une source de divertissement. À travers diverses anecdotes autour des arbres et des monastères extraites de généalogies anglaises à l’époque moderne, on montrera comment certaines histoires circulent d’une génération à une autre pour des usages bien différents.

13Marie Chouleur : « Anecdote et récit de soi. Un manuscrit d’auteur à l’étude »

14La bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence conserve l’unique exemplaire connu des Mémoires de Guillaume Millet de Jeure (v. 1620-1690). Le récit autobiographique de ce fidèle des Cardinaux, témoin privilégié des troubles survenus à la faveur de la minorité du roi Louis XIV, renferme de nombreuses anecdotes. Bien qu’en apparence dénuées d’intention, elles participent de l’inscription générique du texte ainsi que de la construction de l’identité de l’auteur.

15Karine Abiven : « “Rien de plus triste qu’un recueil d’anecdotes.” Les histoires orales à l’écrit, écueils et expérimentations au XVIIe siècle »

16L’anecdote, si on la définit comme une petite histoire circulant à l’oral, semble a priori peu propice à la communication différée inhérente à l’écrit, parce qu’elle est fortement contrainte par son contexte d’énonciation. Comment représenter les agréments inséparables de ce genre de pratiques discursives (la spontanéité ingénieuse et l’actio conversationnelle), comment mettre en intrigue après coup l’acuité du bon mot qui tombe à propos ? Les auteurs d’anecdotes auraient-ils trouvé une rhétorique compensatoire, propre au texte écrit ?

17Marie-Paule de Weerdt-Pilorge : « Caractérisation et usage de l’anecdote dans l’Encyclopédie »

18L’anecdote dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert prend le sens d’« histoire secrète » selon la tradition antique mais aussi celui de séquence narrative brève et piquante. Elle se trouve à la croisée d’un discours historique lui accordant crédit ou légèreté, lorsqu’elle concerne un personnage public, et d’un discours philosophique polémique qui lui dénie toute qualité même si elle est utilisée à des fins démonstratives. Elle illustre enfin un discours biographique dans une relation plus plaisante et moins tendue à la vérité. En cela et malgré l’hétérogénéité des contributions, l’anecdote dans l’Encyclopédie témoigne de l’émergence d’un nouveau discours propre au XVIIIe siècle.

19Francine Wild : « L’Esprit du bienheureux François de Sales de Camus : témoigner par l’anecdote »

20Avec L’Esprit du bienheureux François de Sales, J.-P. Camus rédige un témoignage sur la sainteté de son ami, discontinu et constitué d’anecdotes. Celles-ci ont pour première fonction de prouver les vertus du saint homme, comme dans toute hagiographie. Elles réalisent aussi un portrait à la fois figé et contrasté, non chronologique. Les anecdotes permettent aussi de mettre en œuvre les ressources de la narration et du style, et de mettre en valeur l’esprit de chacun des deux protagonistes, le saint et son témoin.

21Agnès Walch : « Instruire et inventer l’anecdote au service de la raison dans l’œuvre de Catherine Levesque »

22Fille d’avocat, épouse heureuse et mère de famille, Catherine Levesque est un auteur provincial du XVIIe siècle. Oubliée, elle s’impose par sa vaste culture et par son style réfléchi dans une œuvre centrée sur la morale du mariage. Dans un but pédagogique, elle invente des « pseudo-anecdotes » qui rompent le classicisme du genre littéraire à dominante éthique et religieux qu’elle utilise. Ces anecdotes livrent des portraits sociaux saisissants.

23Annette Baudron : « Anecdotes et éducation morale dans les Lectures pour les enfans ou choix de petits contes »

24S’inspirant des philosophes qui cherchent à toucher de nouveaux publics, les publications pour l’enfance utilisent des formes variées pour « instruire et amuser » leurs jeunes lecteurs. Les Lectures pour les enfants ou choix de petits contes publiés par Arnaud Berquin entre 1775 et 1785 introduisent des anecdotes au fil des volumes. L’étude de ces anecdotes montre qu’elles jouent un rôle de caution du discours moral en l’inscrivant dans une réalité suggérée par les exemples de vertu qu’elles proposent.

25Christian Renoux : « Les anecdotes chrétiennes : trois recueils du premier XIXe siècle au service de la morale »

26Entre 1801 et 1824, Joseph Reyre, Henri Lemaire et Simon-François Blocquel, auteurs prolifiques, publient chacun un recueil d’anecdotes qu’ils qualifient de chrétiennes. Ces ouvrages de morale, destinés principalement à l’éducation de la jeunesse, se réfèrent à la valeur d’exemple des anecdotes et privilégient celles tirées de l’histoire ecclésiastique, seule garante à leurs yeux de moralité. Dans les décennies suivantes, ces œuvres sont adaptées par les éditeurs aux évolutions politiques et connaissent une diffusion assez remarquable jusqu’à l’extrême fin du siècle.

27Yann Lignereux : « Henri IV anecdotique ? La rhétorique de l’anecdote ou l’éloquence étrange d’Henri IV »

28Les guerres de Religion ont été marquées par des usages extrêmes de la langue politique. Derrière l’invective et le pamphlet des provocations verbales ébranlant l’ordre public garanti par le roi, il faut entendre la faillite d’une politique royale de la parole humaniste et l’argument pour les officiers royaux de faire entendre leur voix dans l’expression de la Souveraineté. À l’occasion de l’enregistrement de l’Édit de Nantes durant l’hiver 1598-1599, Henri IV mène un double combat visant à restituer au monarque l’efficace et l’autorité d’une Parole par laquelle doit se construire le régime commun de la différenciation religieuse. En accueillant au Louvre, le 7 janvier 1599, la délégation des parlementaires parisiens par un discours inouï, le premier Bourbon fait de l’anecdote la pierre fondamentale de la pacification de son royaume construisant la légitimité politique des Temps modernes sur un acte de langage principiel et absolument instituant.

29Loris Chavanette : « Quand les avocats racontent l’histoire : l’anecdote judiciaire dans les plaidoyers des défenseurs officieux à l’époque de la Révolution française »

30L’éloquence du barreau accorde une place plus ou moins grande à l’art de l’anecdote selon que l’époque tolère une large liberté de plaider ou non. L’emploi du genre littéraire de l’anecdote est un procédé argumentatif qui sert soit à émouvoir le juge, soit à soutenir une idée en prenant une référence historique. À travers une mise en perspective de la valeur originelle de l’art de plaider et de la fonction de l’anecdote dans le discours judiciaire, on dessinera une évolution de la technique de l’anecdote, en mettant l’accent sur la rhétorique du barreau sous la Révolution française.

31Marie Viallon : « Une bonne histoire ou l’anecdote dans l’épistolaire de Paolo Sarpi »

32À la charnière entre le XVIe et le XVIIe siècle, l’épistolaire de Paolo Sarpi n’a pas pour but de parler de lui-même mais plutôt de diffuser des informations et des idées nouvelles. Au nombre de ses arguments pour convaincre, Sarpi utilise l’anecdote : après avoir établi la nature de cette historiette inédite (an ekdotos = non-éditée), à caractère historique et à intention polémique, cet article cherchera à en définir l’utilité dans l’économie du texte qui accueille l’anecdote et, plus généralement, dans l’œuvre et la pensée de Sarpi.

33Jean-Yves Vialleton : « Un conte d’hiver : anecdotes tirées de la vie de Malherbe »

34Certaines anecdotes ont été souvent reprises, alors même qu’elles ne semblent pas avoir en elles-mêmes un grand intérêt. Nous avançons l’hypothèse que c’est parce qu’elles entrent dans une « légende dispersée » qu’il est possible de recueillir et de raconter. L’exemple choisi est une anecdote du XVIIe siècle concernant Malherbe. Son rapprochement avec d’autres anecdotes ou avec des parallèles montre que Malherbe incarne le maître du renouveau de la vie et le maître de l’ajustement des séries discordantes et que sa figure légendaire est donc un avatar de la figure folklorique de l’ours.

35Frédéric Briot : « Anecdotes et rubans dans les Mémoires du cardinal de Retz »

36Cette communication s’attache à l’usage particulier que font les Mémoires du cardinal de Retz des anecdotes historiques. En jouant de la métaphore du ruban, on en arrive à la conclusion que les anecdotes du temps passé ont pour fonction de restituer au présent toute son énergie, tout son scandale et tout son relief.

37Monique Moser-Verrey : « La “nouvelle-anecdote” en circulation entre la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche : Une contribution singulière de M. et de Mme d’Ussieux »

38De 1772 à 1784, Louis d’Ussieux publie trente-six nouvelles dont six ont été aussitôt traduites en allemand. Ces nouvelles développent des anecdotes tirées de l’histoire des croisades, des guerres de Religion, des voyages, etc. Tout en ciblant le corpus disponible en allemand, de même qu’une nouvelle empruntée par d’Ussieux à un auteur allemand, cette étude permet de reconnaître le style de l’auteur par opposition à celui de son épouse et d’apprécier leur attachement à la nation française.

39Marianne Charrier-Vozel : « L’anecdote dans la correspondance de Mme du Deffand, de Mme de Choiseul et de l’abbé Barthélemy : choses vues, choses entendues »

40L’anecdote et le genre épistolaire entretiennent un lien privilégié ; signe de connivence entre les correspondants, l’anecdote participe d’un art de la conversation achevé. Au fil des lettres échangées entre Mme du Deffand, Mme de Choiseul et l’abbé Barthélemy de 1761 à 1780, Mme de Sévigné s’impose comme un modèle à imiter. Après avoir étudié les fonctions de l’anecdote dans le dialogue épistolaire, nous montrons comment l’anecdote s’inscrit à la croisée de l’Histoire collective et des mémoires.

41Sophie Marchand : « Quelques hypothèses sur les leçons de l’anecdote : le cas des anecdotes dramatiques au XVIIIe siècle »

42Au XVIIIe siècle fleurissent des recueils d’anecdotes dramatiques, qui élaborent une culture du théâtre en rupture avec les approches classiques et participent d’une historiographie alternative. Cet article entend montrer comment la vogue du discours anecdotique sur le théâtre contribue à renouveler la perception historique de celui-ci, mais également s’interroger sur la valeur épistémologique de tels textes et sur l’usage qui peut en être fait, par l’historien et le théoricien du théâtre.

43Gilles Montègre : L’anecdote au temps des Lumières. Usages du récit anecdotique et construction des formes de la célébrité dans les Éphémérides de Latapie

44Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, moment où se structure un espace public de la critique qui embrasse ouvertement les formes de la vie privée des personnes célèbres, l’anecdote est utilisée comme puissant miroir social pour la construction des grandeurs morales et savantes. Ces nouveaux usages sont analysés à l’appui des Éphémérides manuscrites du naturaliste bordelais François de Paule Latapie, lesquelles relatent sa traversée de la péninsule italienne entre 1774 et 1777, et érigent l’anecdote en forme privilégiée de la mise en récit de cette pérégrination. Touchant aussi bien aristocrates et prélats que savants, artistes, salonnières ou gens du peuple, ce recours à l’anecdote révèle un contrôle social des réputations puissamment diffracté par les sociabilités cosmopolites de l’Italie du Grand Tour.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search