Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Quatrième partie. Transmission, circulation et usages sociaux de l'anecdote

L’anecdote au temps des Lumières

Usages du récit anecdotique et construction des formes de la célébrité dans les Éphémérides de Latapie

Gilles Montègre

Résumé

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, moment où se structure un espace public de la critique qui embrasse ouvertement les formes de la vie privée des personnes célèbres, l’anecdote est utilisée comme puissant miroir social pour la construction des grandeurs morales et savantes. Ces nouveaux usages sont analysés à l’appui des Éphémérides manuscrites du naturaliste bordelais François de Paule Latapie, lesquelles relatent sa traversée de la péninsule italienne entre 1774 et 1777, et érigent l’anecdote en forme privilégiée de la mise en récit de cette pérégrination. Touchant aussi bien aristocrates et prélats que savants, artistes, salonnières ou gens du peuple, ce recours à l’anecdote révèle un contrôle social des réputations puissamment diffracté par les sociabilités cosmopolites de l’Italie du Grand Tour.

Texte intégral

  • 1 Mallet E.-F., « Anecdote », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des mé (...)

1Dans le premier volume de l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert publié en 1751, l’anecdote est définie en ces termes par l’abbé Edme-François Mallet : « Ce mot est en usage dans la Littérature pour signifier des histoires secrètes de faits qui se sont passés dans l’intérieur du cabinet ou des cours des Princes, et dans les mystères de leur politique. […] Mais outre ces histoires secrètes prétendues vraies, la plupart du temps fausses ou du moins suspectes, les critiques donnent le nom d’anecdotes à tout écrit de quelque genre qu’il soit, qui n’a pas encore été publié1 ». Explicitement associée au domaine de l’« histoire ancienne et moderne », cette définition doit-elle servir d’étendard ou d’aiguillon pour analyser ce que fut le récit anecdotique au temps des Lumières, ou fige-t-elle au contraire une approche traditionnelle de l’anecdote bientôt transcendée par de nouvelles pratiques et de nouveaux usages ?

  • 2 Sur la carrière de Latapie, voir en particulier Beriac J.-P., « Un savant du siècle des Lumières : (...)
  • 3 Les manuscrits originaux sont conservés par les descendants de la famille Latapie, mais on peut en (...)

2Afin de répondre à cette question, nous mobiliserons une source susceptible d’intéresser de concert littéraires et historiens. Son auteur, François de Paule Latapie (1739-1823), est un naturaliste qui passa son enfance au château de La Brède aux côtés de Montesquieu, voyagea au cours des années 1770 en Angleterre et en Italie, avant d’occuper la charge d’inspecteur des manufactures de Guyenne, tout en menant une vie savante et intellectuelle active, quoique peu productive dans le Bordelais2. Au cours de son voyage italien financé par le directeur de l’École royale des Ponts et Chaussées Trudaine de Montigny, Latapie composa soir après soir, du 12 octobre 1774 au 14 février 1777, quelques 700 pages manuscrites auxquelles il attribua le nom d’Éphémérides3. Ce qualificatif, emprunté au vocabulaire des observations astronomiques et météorologiques, rend compte d’une vaste ambition de mise à l’écrit de tout ce que le voyageur a observé, ressenti et entendu au fil de chacune de ses journées, quasiment heure par heure.

  • 4 Voir le bilan qu’en donne Stéphane Van Damme, « Farewell Habermas ? Deux décennies d’études sur l’e (...)

3Cette documentation inédite, qui revêt la forme de quatorze cahiers brochés, intéresse notre propos dans la mesure où Latapie érige l’anecdote en forme privilégiée de mise en récit de sa pérégrination. Qu’elle prenne la forme d’une restitution dialogique des conversations avec différents interlocuteurs, d’un compte-rendu circonstancié des opinions de ces derniers, ou encore d’une confession par l’auteur de ses jugements intimes sous la forme d’un alphabet crypté, cette technologie narrative tranche singulièrement avec la dimension descriptive et contemplative des récits de voyage de la même époque. Par leur caractère chronologique et linéaire, les Éphémérides permettent en outre d’interroger l’anecdote, en l’articulant au texte et au contexte dans lesquels elle puise sa raison d’être. En sa qualité de savant éclairé, animé par une éthique de l’exactitude et par un souci de placer les savoirs au service du bien commun, Latapie invite enfin à interroger l’utilité sociale et les potentialités heuristiques de l’anecdote dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, au sein d’un « espace public » dont les historiens n’ont cessé de redéfinir les enjeux et les contours au cours des dernières décennies4.

De l’omniprésence des anecdotes dans les Éphémérides

4Le terme « anecdote » compte quarante-neuf occurrences dans les 700 pages de dense écriture manuscrite que forment les Éphémérides. Ces occurrences sont majoritairement présentes dans les marginalia, élément décisif du paratexte qui constitue un instrument mémoriel permettant au voyageur de retrouver rapidement les contenus de son journal. Quarante-trois anecdotes sont ainsi mises en évidence en tant que telles par l’auteur des Éphémérides. Ces références sont cependant loin d’épuiser la totalité des anecdotes disséminées dans le manuscrit, qui se comptent pour leur part par centaines. Avant de proposer une typologie historique de ces anecdotes et une analyse littéraire de leur contenu, il apparaît indispensable d’interroger leur raison d’être dans un journal de voyage savant relatif à l’Italie.

L’Italie miroir de l’Europe

  • 5 Cette approche, qui tend à se muer en un véritable horizon d’attente, dont la Corinne ou l’Italie d (...)
  • 6 Voir Bertrand G., Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme. Le voyage des Français (...)

5Les Éphémérides de Latapie renvoient de l’Italie du XVIIIe siècle une image qui tranche avec celle qu’on lui associe traditionnellement sur la base des guides de voyage et des ouvrages littéraires contemporains. Ceux-ci assimilent souvent la péninsule à une terre des moines, des vestiges et des tombeaux antiques, donc à un espace voué à la contemplation silencieuse plutôt qu’au bruissement des discours5. Cette fausse image, tributaire tout à la fois de la polémique philosophique et de l’ethos romantique, a fait oublier le cosmopolitisme caractérisant la vie culturelle des capitales des anciens États italiens dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Au cours du demi-siècle de paix qui conduit du traité d’Aix-la-Chapelle aux guerres révolutionnaires, et dans un contexte de relative démocratisation du Grand Tour6, les élites européennes aristocratiques, mais aussi bourgeoises, marchandes, savantes et artistiques, se pressent sur les routes et dans les villes italiennes, qui deviennent ainsi un puissant lieu de diffraction des nouvelles et anecdotes circulant à l’échelle de l’Europe, du bassin méditerranéen, voire du monde dans son ensemble.

6Dans la péninsule, les capitales où les visiteurs s’attardent sont aussi celles où les anecdotes sont le plus abondamment échangées, avec une facilité d’autant plus grande que les voyageurs tendent à résider dans les mêmes segments de l’espace urbain. Les environs de la place d’Espagne à Rome et de la rue de Tolède à Naples peuvent ainsi être tenus comme des hauts lieux de l’échange de nouvelles, compte tenu du nombre d’hôtels garnis (ou locande), d’auberges et de cafés explicitement destinés à la clientèle des voyageurs étrangers. Sur les quarante-trois anecdotes recensées comme telles par Latapie dans ses Éphémérides, on constate ainsi qu’une majorité ont été entendues à Rome et à Naples, à raison de quinze et onze respectivement.

7Étant répercutées par des voyageurs originaires et connaisseurs de divers horizons géographiques, ces anecdotes embrassent un espace qui ne se réduit ni à la France ni à l’Italie : y sont aussi bien évoquées la Russie, la Scandinavie ou l’Abyssinie, sans oublier l’Amérique qui fait beaucoup parler d’elle compte tenu des débuts de la guerre d’Indépendance. Cet horizon cosmopolite ouvre la voie à une dimension comparative encore présente dans le passage à l’écrit de plusieurs anecdotes. Ainsi, le 8 avril 1775 à Rome entre les convives du palais de l’ambassadeur de France :

  • 7 Latapie F. de P., Éphémérides, 4e cahier, 8 avril 1775.

Nous avons beaucoup parlé à table des endroits de l’Europe que nous avions vus où se trouvent les plus jolis visages. Chacun a cité les siens. Montpellier, Nîmes, Gênes, Arles surtout, sont les villes où j’ai vu le plus de jolis minois7.

8La conversation ne tarde pas alors à prendre un tour libertin :

  • 8 Claude Nicolas Gaudry, oncle maternel de Nicolas de Condorcet. Il prit part à l’éducation de ce der (...)
  • 9 Les lettres capitales mettent en évidence les passages exacts que Latapie avait choisi de crypter d (...)

M. le marquis de Condorcet8 m’a expliqué la manière dont LES FEMMES SAVENT ÉLUDER L’EFFET DE LA CEINTURE DE CHASTETÉ, quand on a oublié de l’attacher sur les épaules. ON MET LES CUISSES DE LA FEMME EN HAUT, LA CEINTURE COULE9.

  • 10 Rappelons que la première de ces épithètes sert à désigner des individus extérieurs à la péninsule, (...)
  • 11 À l’occasion de son séjour à Berlin, D’Alembert confie ainsi à Julie de Lespinasse le 5 juillet 176 (...)

9La vivacité et la liberté de ces échanges sont encouragées par une sociabilité cosmopolite et constamment renouvelée par l’apport des voyageurs, stranieri ou forestieri10 : l’étude de correspondances, comme celles de D’Alembert ou des frères Verri, confirme à cet égard que les sociabilités romaines étaient autrement plus actives et dynamiques que celles entretenues à Berlin ou à Milan11.

  • 12 Propos rapportés par Dupaty Ch., Lettres sur l’Italie en 1785, Paris, De Senne, 1788, tome 2, p. 14 (...)
  • 13 Sur la cour d’ambassade de Bernis à Rome, voir Montègre G., La Rome des Français au temps des Lumiè (...)

10Quels sont les grands pourvoyeurs d’anecdotes susceptibles de nourrir le journal du voyageur ? Les réseaux de sociabilité que déclinent les Éphémérides de Latapie mettent en évidence la fonction de médiateur culturel jouée à cet égard par les résidents étrangers dans les capitales culturelles italiennes. Qu’ils soient savants, nobles, religieux, marchands ou diplomates, ces résidents étrangers jouent un rôle central dans la transmission des anecdotes, car ils sont en position d’interface entre la société d’accueil et le milieu des voyageurs. Le cas du cardinal de Bernis est à ce titre l’un des plus exemplaires : représentant le roi Très Chrétien auprès du Saint-Siège plus de vingt années durant, il prétend faire de son palais d’ambassade « l’auberge de la France dans un carrefour de l’Europe12 ». Aussi le palais De Carolis abritant sa cour d’ambassade constitue-t-il un formidable creuset pour des anecdotes répercutées dans les dépêches diplomatiques, mais aussi dans les journaux de voyageurs comme Latapie13. Au fil de sa pérégrination, ce dernier ne manque pas non plus de mettre à profit les salons des diplomates représentant la France à Gênes, à Naples, à Venise ou à Malte. D’autres espaces, plus informels et moins institutionnels que les cours d’ambassade, s’affichent aussi dans les Éphémérides comme des creusets privilégiés pour le recueil d’anecdotes : les demeures des maîtres de langue auprès desquels les visiteurs étrangers cherchent à apprendre des rudiments d’italien, les ateliers d’artistes où se presse une clientèle captive et cosmopolite, les carrosses et les vaisseaux enfin, au sein desquels les voyageurs s’installent pour de durables traversées.

Typologie des anecdotes

11La multiplicité des anecdotes recensées dans les pages des Éphémérides permet de les répertorier en cinq catégories distinctes. La plus traditionnelle d’entre elles, celle aussi qui répond le mieux à la définition de l’Encyclopédie, est celle des anecdotes historiques. Elles ont trait à de célèbres figures politiques des siècles passés, et tirent généralement leur origine de la consultation de manuscrits conservés dans les bibliothèques de la péninsule. On peut ainsi lire dans les Éphémérides à la date du 4 septembre 1776 :

  • 14 Antiquaire romain actif dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, employé comme gardien du musée Kir (...)

Il signor Orazio Orlandi14 […] m’a raconté une anecdote qu’il a lue dans des manuscrits du Vatican. C’est que Léon X lorsqu’il entra au conclave où il fut élu avait un bubon qui l’incommodait fort. Le chirurgien qui le guérit reçut 80 mille écus romains de récompense, somme énorme pour ce temps-là. Devenu riche tout à coup il fit bâtir au coin de la place St Pierre une maison qui subsiste encore.

  • 15 La Porte Du Theil F. J. G., « Exposé des recherches littéraires relatives à l’histoire de France, q (...)
  • 16 Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, coll. Moreau, 317, fol. 34-35.
  • 17 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 28 août 1776.
  • 18 Stendhal, Chroniques italiennes, éd. Dominique Fernandez, Paris, Gallimard, 1973. Des sept chroniqu (...)

12Rappelons que d’un bout à l’autre du siècle, l’Italie constitua pour les élites cultivées européennes non seulement un conservatoire des formes antiques mais également un inépuisable creuset archivistique. L’Encyclopédie ne manque pas de rappeler la figure du grand érudit Muratori qui « en faisant imprimer un grand nombre d’écrits trouvés dans les bibliothèques, leur a donné le titre d’anecdotes grecques ». Entre 1776 et 1783, le chevalier de La Porte du Theil reçoit pour sa part du gouvernement de Louis XVI la mission de compiler dans les bibliothèques romaines des milliers de documents relatifs à l’histoire du royaume de France au Moyen Âge15. Dans la correspondance de La Porte du Theil, le vocable anecdote se trouve d’ailleurs employé dans sa forme adjectivée pour désigner une pièce d’archive authentique et inédite : ainsi parle-t-il d’une lettre adressée au pape Innocent III « que j’ai véritablement lieu de croire anecdote16 ». En sa qualité d’infatigable bibliophile, Latapie ne manqua pas lui non plus de quérir nombre d’anecdotes historiques dans les manuscrits italiens, comme en témoigne son intense fréquentation des bibliothèques de la péninsule. Il recueille par exemple dans la bibliothèque vaticane, pour le compte du fils de Montesquieu, des anecdotes relatives à Jeanne d’Arc et aux amours de Louis XIV avec Madame de La Vallière17. La démarche ne diffère guère de celle de Stendhal qui, en 1833 lorsqu’il était consul de France à Civitavecchia, fit copier plusieurs manuscrits conservés au palais Caetani afin de composer un recueil d’« Historiettes romaines » auquel sera donné plus tard le nom de Chroniques italiennes18.

13Un second ensemble, traditionnel lui aussi, peut être rangé sous l’appellation d’anecdotes de cour. Elles concernent des épisodes remarquables survenus au sein des cours princières européennes, et dont les aristocrates ont été les témoins oculaires. Relatant une traversée maritime entre Palerme et Naples, Latapie écrit ainsi :

  • 19 Louis-Joseph de Mailly (1744-1810), marquis de Nesle.
  • 20 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 28 juillet 1776.

M. de Nesle19 m’a conté beaucoup d’anecdotes de cour : l’espionnage du duc de Duras, l’étonnement du maréchal de Nicolaï quand un de ses amis lui apprit qu’il était sur la liste des maréchaux nommés, la rage du comte d’Hérouville de se voir foulé par ses cadets, etc.20.

  • 21 Voir Lilti A., Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayar (...)
  • 22 Nougaret P. J. B., Anecdotes du règne de Louis XVI, 1774-1776, Paris, Bastien, 1776. Voir Bély L., (...)

14Durablement alimentées par les lignages aristocratiques, ces anecdotes s’inscrivent dans le sillage des mémoires de Saint-Simon, et témoignent de la fascination pérenne des élites de la culture pour l’univers curial21. Les anecdotes de cour se développent aussi à la faveur de mobilités aristocratiques en plein accroissement dans l’Europe de la seconde moitié du xviiie siècle, qu’il s’agisse de voyages de formation sur le modèle éprouvé du Grand Tour, ou de voyages princiers au cours desquels les souverains dissimulent leur identité sous un incognito de façade, afin de ne pas s’astreindre à un cérémonial devenu contraignant. Des polygraphes tels que Pierre-Jean-Baptiste Nougaret s’attachent alors à capter le goût du public pour ces menues aventures qui se veulent un miroir de la société des princes22.

  • 23 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 11 juin 1776. Jean-Claude Pingeron (v. 1730-1795), qui f (...)
  • 24 Nougaret P. J. B., Voyages intéressants dans différentes colonies françaises, espagnoles, anglaises (...)

15Une troisième catégorie relève plus particulièrement des anecdotes de voyage. Latapie affirme ainsi en juin 1776 que Jean-Claude Pingeron, l’accompagnateur du marquis de Nesle, « fait beaucoup d’anecdotes parce qu’il a beaucoup voyagé et qu’il est fort instruit23 ». On décèle par là un processus qui tend à faire sortir l’anecdote du monde des cours et des cabinets princiers, en se nourrissant de l’essor des voyages européens et méditerranéens prisés par l’homme des Lumières. L’espace colonial s’ouvre lui aussi à l’anecdote à la fin du siècle, comme en témoignent les publications de Nougaret24.

16Un quatrième ensemble ressort de ce que Latapie qualifie dans les Éphémérides d’« anecdote de libertinage » ou « anecdote scandaleuse ». Il en donne un exemple lorsque, parvenu à Turin au terme de son périple italien, il se remémore un triangle amoureux dont il fut témoin lors de son séjour à Rome :

  • 25 Giuliana Falconieri, princesse de Santacroce, entretint dans la Rome de la seconde moitié du XVIIIe(...)
  • 26 Latapie F. de P., Éphémérides, 14e cahier, 10 février 1777.

C’est une chose comique que les caractères des hommes quand on les observe de près. Qui croirait que le cardinal de Bernis avait fait un accord avec Monino, au sujet de la princesse de Santacroce25, et que cultivant le même terrain ils vivaient à merveille contents de leurs diverses récoltes ? J’ai vu la princesse entre ses deux amants les traitant tous deux à merveilles, mais avec des nuances bien caractérisées26.

17Fruits d’une sécularisation bien réelle des comportements, mais aussi de l’appréhension subjective par les voyageurs d’une excessive libération des mœurs qui caractériserait la péninsule italienne, ces anecdotes scabreuses gagnent à être analysées selon un prisme sociologique et politique sur lequel nous reviendrons.

  • 27 Dupaty C., Lettres sur l’Italie en 1785, Paris, De Senne, 1788, tome 2, p. 26.

18Il convient enfin d’octroyer une place à part à ce que l’on pourrait qualifier d’anecdotes macabres. Ces dernières participent d’une sensibilité pré-romantique conduisant les contemporains de Latapie à communiquer leur fascination pour la mort et les lieux souterrains. Souvenons-nous du voyageur Dupaty visitant en 1785 les catacombes romaines de Saint-Sébastien. Après que son cicérone lui eut raconté l’anecdote d’un couple de visiteurs ayant trouvé la mort dans ces galeries profondes à la suite d’un éboulement, il confie dans ses Lettres sur l’Italie : « On dirait que la route du ciel est sous la terre. […] Nous sortîmes des catacombes, et j’aurais voulu y rentrer27. » Quelques années plus tôt, Latapie relate dans ses Éphémérides cette anecdote qui vient de lui être confiée par Milady Catherine Hamilton née Barlow, la première épouse de l’ambassadeur d’Angleterre à Naples William Hamilton :

  • 28 Latapie F. de P., Éphémérides, 8e cahier, 3 décembre 1775.

Une jeune demoiselle d’une famille qu’elle connaît avait été tellement bercée de revenants qu’elle n’entendait parler que de morts, et ne voyait jamais venir la nuit sans devenir pâle et tremblante. On la mit dans une communauté dont la supérieure avait un caractère qui passait pour ferme, mais qui n’était que dur. Cette femme se mit dans la tête qu’il n’y avait qu’un remède très fort qui put guérir de ses peurs la jeune fille, et l’occasion se présenta d’en faire usage. Une des sœurs de la communauté mourut. La supérieure ordonna qu’on renfermât la demoiselle dans la chambre du cadavre pour le garder selon l’usage, et malgré les cris de la pauvre enfant on la ferma à clef dans la chambre redoutable. Elle poussa d’abord des cris affreux qui durèrent quelque temps. Peu après ces cris s’affaiblirent, et enfin cessèrent entièrement. On crut qu’elle n’avait cessé de crier que parce qu’elle s’était aguerrie, et la supérieure défendit qu’on entrât dans la chambre de deux heures, afin disait-elle de l’accoutumer avec l’objet redouté. Au temps fixé on ouvrit et l’on trouva la malheureuse enfant morte avec son visage collé contre celui du cadavre. Milady explique cela en disant que la demoiselle avait été attirée malgré elle à examiner toujours de plus près l’objet qui causait sa frayeur, par un sentiment naturel qui nous porte à regarder les objets les plus effrayants et à en parler28.

  • 29 Burke E., Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Saint Girons B. (...)
  • 30 Voir Faroult G., Leribault C. et Scherf G., L’Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe(...)

19L’anecdote, si lointaine de l’Italie solaire mise en avant par d’autres voyageurs, et qui semble annoncer la ferveur que suscitera bientôt le roman gothique anglais, apparaît étroitement tributaire de l’esthétique du sublime théorisé par Burke en 175729 : la terreur qui en est le principe ordonnateur se trouve désormais déclinée dans les œuvres de nombreux artistes actifs en Italie au cours de ces années 177030. Mais la mise en récit subtile des mésaventures de cette jeune nonne invite aussi à s’interroger sur les stratégies d’énonciation à l’œuvre dans les anecdotes rapportées par Latapie.

Technologie littéraire de l’anecdote

  • 31 Voir Dagen J., « Philosophie de l’Histoire », dans Delon M.(dir.), Dictionnaire européen des Lumièr (...)

20Comme on a déjà eu l’occasion de s’en rendre compte, l’écriture de l’anecdote dans les Éphémérides ne procède pas du simple compte-rendu mais de stratégies d’énonciation bien particulières. Il convient à ce titre de rappeler que le succès global de l’anecdote dans la seconde moitié du XVIIIe siècle est tributaire d’une « poétique de la prose » qui privilégie les textes courts et incisifs, telles les notices d’encyclopédie et de dictionnaires, mais aussi les recueils comme le Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier31.

  • 32 Exilé en Italie en 1756, suite à ses écrits défendant les prérogatives du clergé contre les Parleme (...)

21Pour donner vie à ses anecdotes, Latapie fait le choix d’une restitution dialogique des conversations échangées ou rapportées par ses interlocuteurs. Nous en avons un exemple à travers cet échange entre l’antiquaire français Chaupy32 et une jeune fille de la ville d’Aquila qui s’était éprise de lui :

  • 33 Latapie F. de P., Éphémérides, 13e cahier, 11 janvier 1776.

– Vous m’aimez donc mademoiselle ?
– Cœur d’acier comment ne t’en es-tu pas aperçu ?
– Mais mademoiselle quel âge avez-vous, je vous prie ?
– Je n’ai pas encore 20 ans
– 20 ans ? Excusez mademoiselle, vous seriez mon fait si vous en aviez deux mille33.

  • 34 Voir Levi G., « Les usages de la biographie », Annales ESC, novembre-décembre 1989, no 6, p. 1325-1 (...)
  • 35 Voir Bourguinat E., Le Siècle du persiflage : 1734-1789, Paris, PUF, 1998.

22Cette forme dialoguée n’est pas choisie au hasard. Mise à la mode par le roman Tristam Shandy de Sterne, dont Diderot s’inspirera pour Jacques le Fataliste, elle permet de mettre en scène l’altercation entre des protagonistes et d’illustrer le caractère contradictoire de leurs pensées34. Elle constitue aussi, en un siècle qui a érigé le persiflage en véritable outil de communication35, un puissant ressort comique permettant de mettre en scène les confusions langagières nées de la conversation entre les voyageurs français et les élites culturelles italiennes. Latapie rapporte ainsi cette anecdote humoristique entendue dans le salon du consul de France à Rome le 6 mai 1775 :

  • 36 Latapie F. de P., Éphémérides, 4e cahier, 6 mai 1775.

On a conté avant l’arrivée des femmes quelques méprises des Français sur la langue italienne extrêmement polissonnes. Par exemple une femme de ce pays-ci possède une maison de campagne appelée Moncone. Elle demanda à un jeune Français qu’elle connaissait beaucoup et qui arrivait dans une conversation dont elle était :
« – Monsiou avé vous vu Moncon ?
– Madame, répondit le Français, je n’ai pu encore y entrer, mais j’en ai vu les environs. »
Cela fit beaucoup rire parce que la compagnie savait que dans le double sens de l’équivoque le Français disait à peu près la vérité36.

  • 37 Latapie avait connu la famille du marquis de Langeron à Paris par l’intermédiaire du clan Montesqui (...)

23Dans les Éphémérides, l’anecdote participe parallèlement du récit sur soi-même, révélant une forme de réflexivité qui rappelle que Latapie est un contemporain de Rousseau. Ce regard introspectif est dissimulé par le biais d’un alphabet secret qui, une fois décrypté, fait transparaître une personnalité tourmentée, préoccupée par l’authenticité du sentiment amoureux et par sa non-réciprocité dictée par les barrières propres à une société d’Ancien Régime. Avant de partir en Italie, Latapie s’est en effet follement épris d’Aglaé de Langeron, jeune aristocrate qu’il espérait épouser mais dont la famille l’a rejeté avec violence37. Les Éphémérides sont parsemées d’allusions cachées à cet amour déçu. Ainsi à Rome le 16 avril 1775, lorsque la lecture des amours de Camille, dont l’imprécation a été rendue célèbre par Corneille, rappelle Latapie à ses malheurs :

  • 38 Latapie F. de P., Éphémérides, 4e cahier, 16 avril 1775.

TOUT CE QUI A LE MOINDRE TRAIT À MON ÂME BLESSÉE M’AFFLIGE ET M’ATTACHE POURTANT. JE SUIS PLUS MALHEUREUX QUE FOU D’AIMER QUI ME HAIT. CEPENDANT J’AI QUELQUE PLAISIR À PENSER QU’ELLE VIT, QU’ELLE RESPIRE. JE NE DOIS PAS DÉSIRER DE LA REVOIR, CE SERAIT AUGMENTER MON MALHEUR38.

24La géographie culturelle italienne autant que le contexte historique et individuel expliquent donc l’omniprésence des anecdotes dans les Éphémérides de Latapie. Reste à analyser la fonction que leur octroie, consciemment ou non, l’auteur de ces manuscrits.

Du bon usage de l’anecdote par l’homme des Lumières

  • 39 Ibid., 3e cahier, 14 février 1775.
  • 40 Ibid., 11e cahier, 2 août 1776.

25L’intérêt des Éphémérides est de mettre en évidence le nouveau système de valeurs dans lequel l’homme des Lumières tend à inscrire les anecdotes dont il se fait le propagateur. Ce régime est marqué par le double critère de la véracité et de l’utilité. Lorsqu’il entend parler d’une anecdote incertaine relative à Montesquieu et censée prouver les avantages de l’esprit sur le bon sens, Latapie ne manque pas de commenter : « Je doute fort de la vérité de cette anecdote, qui d’ailleurs ne prouve rien pour la chose dont il était question39 ». Le savant voyageur opère d’ailleurs de lui-même une sélection entre les anecdotes portées à sa connaissance par ses interlocuteurs. Ainsi, ne prend-il pas la peine de relater les anecdotes de Pingeron relatives aux artistes, qu’il juge « fatigantes par leur peu d’importance40 ». L’anecdote acquiert ainsi au temps des Lumières une vertu proprement heuristique, qui la place au cœur d’un processus de défense et illustration du bien public. Trois usages sociaux de l’anecdote méritent dans ce cadre d’être distingués.

L’anecdote comme instrument d’analyse des mœurs

  • 41 Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire dep (...)
  • 42 Voir Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995.
  • 43 Latapie F. de P., Éphémérides, 10e cahier, 13 avril 1776. La perception ambivalente du bandit par l (...)

26L’Essai sur les mœurs et l’esprit des nations, publié par Voltaire pour la première fois en 1756, rend compte d’un intérêt particulier des auteurs de la deuxième moitié du XVIIIe siècle pour les peuples et pour la philosophie de l’histoire41. L’œuvre témoigne de l’émergence d’un regard anthropologique qui embrasse les sociétés humaines sans les réduire par un effet de synecdoque à l’identité de leurs dirigeants42. Cette tendance est bien à l’œuvre dans les Éphémérides de Latapie, car les personnages qui font l’objet d’anecdotes déclinent un large spectre social. On y retrouve bien sûr souverains, princes, cardinaux et aristocrates, mais également de jeunes courtisanes, des esclaves chrétiens et barbaresques, ou encore des bandits siciliens. Au sujet de ces derniers, Latapie se voit confier une anecdote par un officier d’artillerie de Messine, lequel se fit un jour remettre par un mystérieux individu un bonnet vert qui lui permit d’être identifié dans un bois par une troupe de bandits, et de faire bonne chère en leur compagnie dans une caverne43. L’analyse des mœurs se veut ouvertement critique lorsque Latapie livre des anecdotes vécues sur la prostitution infantile pratiquée dans le Royaume de Naples. Ainsi le 21 juillet 1776 à Palerme :

  • 44 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 21 juillet 1776.

Ce soir un père est venu m’offrir sa fille en m’en détaillant les beautés et en m’assurant qu’elle n’avait que 14 ans. Il ajoutait que la pauvreté l’engageait à cette démarche. C’est une des choses les plus communes dans le royaume des Deux-Siciles que ces marchés honteux des pères et des mères qui livrent leurs enfants. Il m’est arrivé à Naples que des mères m’ont offert leurs petites filles de dix ans44.

27L’intérêt, l’étonnement ou le scandale n’émanent pas seulement de l’observation des mœurs des couches populaires, mais également de l’incompréhension du voyageur à l’égard de certaines pratiques sociales caractérisant les élites culturelles italiennes. Ainsi en est-il du sigisbéisme. Cet usage, permettant à des chevaliers servants de vivre quotidiennement aux côtés d’une femme mariée en bénéficiant de l’assentiment de son époux, fait l’objet de multiples débats et anecdotes rapportés

28dans les récits de voyage. On en veut pour preuve cette conversation entre Latapie et un secrétaire de l’ambassade de France à Rome :

  • 45 Vittoria Sforza Cesarini (1743-1778), dont le mari possédait le duché d’Arce et Sora.
  • 46 Maximilien François d’Autriche (1756-1801), fils de l’impératrice Marie-Thérèse et frère de Marie-A (...)
  • 47 Latapie F. de P., Éphémérides, 5e cahier, 3 août 1775.

À table j’ai causé avec l’abbé Gabriel de sa chère archiduchesse (comme il dit) ou duchesse d’Archi45, qui a un très beau sigisbée. « À la bonne heure, qu’elle l’aime de tout son cœur, lui ai-je dit, mais qu’en public elle se mette dans un coin nez à nez avec lui, qu’elle prenne une gaufre, la lui donne à mordre, et qu’elle mange le reste, et tout cela devant qui veut le voir (comme j’en ai été témoin le premier jour que M. le cardinal de Bernis donna à danser à l’archiduc46), je vous avoue que c’est très indécent, et que j’en ai été fort scandalisé ». L’abbé s’est mis à rire.
« – Riez, lui ai-je dit, mais si votre duchesse faisait cela à Paris en bonne compagnie, quelle idée en aurait-on ?
– Je ris, m’a-t-il dit, de votre étonnement. C’est que vous êtes tout neuf pour les mœurs de ce pays-ci. Je pourrais vous conter mille traits de ce genre encore plus surprenants pour nous, mais qui sont ici tout simples47. »

  • 48 Bizzocchi R., Cicisbei. Morale privata e identità nazionale in Italia, Rome – Bari, Laterza, 2008.

29Le sens profond du sigisbéisme échappe ici complètement à l’observateur. Comme l’a montré Roberto Bizzochi, cette pratique constitue le produit historique du mariage contraint d’Ancien Régime et d’une aspiration à la liberté touchant les élites féminines italiennes du siècle des Lumières48. Mais l’anecdote est intéressante en ce qu’elle révèle un profond écart d’acculturation entre les Français voyageurs et les Français résidents dans les cours de la péninsule. Elle véhicule également une attaque implicite de la moralité italienne, révélant ainsi que l’écriture anecdotique se donne souvent pour objectif parallèle l’analyse des mœurs et la critique sociale.

L’anecdote comme support de la critique sociale

  • 49 Latapie F. de P., Éphémérides, 7e cahier, 28 septembre 1775. Ces opinions n’empêcheront en rien Lat (...)
  • 50 Latapie F. de P., Éphémérides, 5e cahier, 13 juillet 1775. L’opposition personnelle entre Latapie e (...)
  • 51 D’Alembert en tire les conséquences lorsqu’il écrit : « Le premier avantage que les gens de lettres (...)

30Usant de son alphabet crypté comme d’un bouclier permettant de se prémunir de lecteurs indiscrets, Latapie n’hésite pas à dépeindre les traits les plus sombres de ses contemporains, y compris ses propres compagnons de voyage. D’Alberto Fortis, savant voyageur vénitien avec lequel il parcourt les territoires méconnus de l’île d’Elbe et du Giglio, l’auteur des Éphémérides écrit : « [Il] EST en vérité, et cela passe la permission UN BIEN MAUVAIS SUJET. Je ne trouve pas qu’IL S’OCCUPE COMME DEVRAIT LE FAIRE UN VRAI NATURALISTE49. » Du savant père Jacquier, qui est l’un de ses principaux interlocuteurs à Rome, Latapie se défie progressivement et multiplie les anecdotes visant à discréditer sa réputation scientifique, jusqu’au jour où il finit par dire de lui : « Fi ! le vilain homme que le Père Jacquier, si tous les géomètres lui ressemblaient, je crois que j’en viendrais à haïr la géométrie50. » L’anecdote constitue donc aussi une arme redoutable aux mains des Républicains des lettres, dont l’une des maladies congénitales est de se déprécier les uns les autres pour mieux accroître leur propre réputation51.

  • 52 Voir Lever M., Donatien Alphonse François, marquis de Sade, Paris, Fayard, 2011.

31En dehors de la sphère savante, l’anecdote représente également un puissant instrument pour discréditer des élites aristocratiques dont l’ascendant politique et social ne paraît plus justifié au regard de la dépravation de leurs mœurs. Rappelons à ce titre que si les Éphémérides de Latapie ne sont pas contemporaines des romans de Sade, elles le sont en revanche des affaires scandaleuses qui contribuèrent aux premiers emprisonnements du divin marquis52. L’anecdote suivante rapportée de Venise par Latapie semble de fait n’avoir rien à envier aux plus scabreux des écrits sadiens :

  • 53 Latapie F. de P., Éphémérides, 12e cahier, 9 décembre 1776.

Nous causions ce matin des goûts dépravés de certains personnages. L’abbé [Fortis] m’a conté les goûts extraordinaires de deux nobles vénitiens, et du feu général Carafa. Celui-ci aimait la mère du noble Gritti, et il n’était jamais aussi heureux que quand il pouvait obtenir d’elle que PAR UN TROU FAIT AU PLANCHER ELLE LUI CHIÂT SUR LE VISAGE. Plus la matière était liquide et susceptible de se répandre, plus CET HOMME ÉTAIT RAVI. Pour cela il lui faisait manger des sucreries, AFIN DE LUI DONNER LE DEVOIEMENT. Le Procurateur Morosini n’est content que quand sa maîtresse VEUT BIEN LUI CHIER DANS SA BOUCHE. Les extravagances humaines sont quelquefois au-delà de l’imagination. L’autre noble vénitien se faisait mettre une selle et une bride, et marchait à quatre pattes. Sa maîtresse montait sur la selle, et le faisait marcher à coups de fouet. CELA SEUL POUVAIT REVEILLER SES SENS53.

  • 54 Voir Darnton R., Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Pa (...)
  • 55 Voir Chauvard J.-F., « La décadence de Venise : les avatars d’un mythe historiographique », Fontana(...)

32Les registres pornographiques et scatologiques ici mobilisés sont loin de constituer une exception dans les écrits du temps. Très présents dans la littérature pamphlétaire et clandestine des décennies prérévolutionnaires, ils participent, comme l’ont montré les travaux de Robert Darnton, d’un art de la calomnie visant au discrédit des élites politiques de la fin de l’Ancien Régime54. En l’occurrence, la décadence politique de la Sérénissime République de Venise, tant de fois dénoncée au fil du XVIIIe siècle55, se trouve implicitement associée à la décadence morale de ses dirigeants. L’exposé du vice n’est cependant pas dissocié dans les Éphémérides de la mise en avant des vertus, et donc d’une utilisation de l’anecdote comme justificatrice des formes nouvelles de la célébrité.

L’anecdote comme forme justificatrice de la célébrité

  • 56 Voir Lilti A., Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014.
  • 57 Chamfort N., Maximes, pensées, caractères et anecdotes, Paris, 1796, p. 38.

33Les anecdotes rapportées dans les Éphémérides rendent compte d’une dimension de l’espace public des Lumières peu souvent explorée par les études habermassiennes : celle de la curiosité grandissante pour la vie privée des personnes célèbres. Les recherches d’Antoine Lilti révèlent aujourd’hui que la notion de célébrité n’est pas une donnée anhistorique mais le fruit d’évolutions récentes56. Devenue d’usage courant dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, cette forme nouvelle de notoriété outrepasse non seulement la gloire réservée aux héros antiques et à leurs dignes émules, mais également la réputation, circonscrite à un processus de reconnaissance entre pairs, pour s’élargir à un vaste public dont les contours demeurent indéfinis. La célébrité, comme la définit Chamfort dans un de ses aphorismes, « c’est l’avantage d’être connu de ceux qui ne vous connaissent pas57 ». Or, l’anecdote constitue un aiguillon privilégié de la célébrité, dans la mesure où elle donne l’illusion d’une proximité avec la personne célèbre, créant entre elle et le public une forme d’intimité à distance.

  • 58 Voir Darnton R., « Le courrier des lecteurs de Rousseau : la construction de la sensibilité romanti (...)

34À partir des années 1770, l’image publique et privée de personnalités célèbres tend à devenir l’objet d’une véritable industrie culturelle à travers l’Europe, comme le montrent les cas de Rousseau, Franklin, Newton ou Montesquieu58. Ayant passé sa jeunesse aux côtés de ce dernier, Latapie s’attachera tout au long de son existence à défendre l’homme de vertu qu’était selon lui l’auteur de l’Esprit des Lois, allant jusqu’à instituer à la fin de sa vie un prix en son hommage connu sous le nom de Rosière de La Brède, distribué chaque année depuis 1823 jusqu’à aujourd’hui. L’épisode tiré des Éphémérides que nous souhaitons mettre en avant est intéressant en ce qu’il révèle la manière dont l’histoire et la littérature utilisent conjointement une anecdote apocryphe pour renforcer cette mise en récit de la grandeur.

  • 59 « Tratto sublime di generosità del Signor Montesquieu pubblicato dal Signor Mingard », Scelta di op (...)
  • 60 Voir Kinservik M., Sex, scandal and celebrity in late eighteenth-century England, New York, Palgrav (...)
  • 61 Latapie F. de P., Éphémérides, 12e cahier, 18 novembre 1776.
  • 62 Mercier L. S., Montesquieu à Marseille, Neuchâtel, Société typographique, 1784 (et réédité à Paris (...)
  • 63 Voir Desgraves L., Montesquieu, Paris, Mazarine, 1986, p. 19-20.

35Le 18 novembre 1776, alors qu’il se trouve à Venise, Latapie traduit en français dans son journal de voyage une longue anecdote concernant Montesquieu à Marseille, publiée l’année précédente dans le périodique milanais Scelta di opuscoli interessanti tradotti da varie lingue59. Cette source d’information renvoie à l’intérêt croissant des journaux de l’époque pour la vie des personnes célèbres, sur le modèle du Town and Country Magazine fondé par Alexander Hamilton à Londres en 1769, qui peut être considéré comme un ancêtre de nos modernes tabloïds60. L’anecdote présumée authentique affirme que Montesquieu, se promenant un jour sur les quais de Marseille, rencontra un jeune marin désespéré, qui lui raconta que son père avait été capturé lors d’un voyage en mer et réduit en esclavage dans les États barbaresques. Quelques mois plus tard, le jeune homme voit son père revenir au domicile familial, et s’évanouit de bonheur à sa vue. Deux années après, il apprendra que la délivrance de son père a été financée par l’homme qu’il avait rencontré sur le port, et que cet homme n’est autre que l’auteur de l’Esprit des Lois61. Cette histoire fut à ce point diffusée dans les milieux lettrés de la fin des années 1770 et du début 1780 que Louis-Sébastien Mercier choisit en 1784 d’en faire le sujet d’une pièce en trois actes intitulée Montesquieu à Marseille62. En réalité, comme l’a montré Louis Desgraves dans sa biographie de Montesquieu, ce récit est en tous points apocryphe, et résulte de l’extrapolation d’un don charitable que le philosophe a fait au couvent de La Merci de Bordeaux, qui œuvrait au rachat des captifs63.

  • 64 Hume D., Traité de la nature humaine. Essai pour introduire la méthode expérimentale dans les sujet (...)
  • 65 Voir Locquin J., La Peinture d’histoire en France de 1747 à 1785, Paris, Arthena, 1978 ; Bonnet J.- (...)
  • 66 Jaucourt L. de, « Héros », dans Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et de (...)
  • 67 Voir Lilti A., « The Writing of Paranoïa: Jean-Jacques Rousseau and the Paradoxes of Celebrity », R (...)

36Sur le fond, l’anecdote constitue une réappropriation de motifs développés dans les toiles de Greuze, dans les Contes moraux de Marmontel, mais aussi dans Le Traité de la nature humaine de Hume, qui tend à élargir le sens donné à la vertu en montrant combien il peut s’épanouir dans le champ de la vie privée64. Tandis que les monarchies continuent à se référer au modèle traditionnel du héros antique, comme en témoignent leurs commandes en matière de grande peinture d’histoire, les sociétés civiles tendent à s’emparer du modèle du grand homme porteur de plus larges vertus65. Ainsi le chevalier de Jaucourt dans l’Encyclopédie condamne-t-il le héros guerrier pour porter au pinacle le grand homme vertueux66. Cette évolution ne doit pas conduire à masquer l’ambivalence des anecdotes lorsqu’elles se font vectrices de la célébrité : simples phénomènes d’opinion, elles n’hésitent pas à transiger avec l’authenticité des faits, et demeurent réversibles d’un jour à l’autre. Lorsqu’elle n’intervient pas de manière posthume, comme dans le cas Montesquieu, la célébrité construite au régime de l’anecdote peut se révéler aliénante, et génératrice d’une paranoïa dont Jean-Jacques Rousseau fera de son vivant l’amère expérience67.

  • 68 Voir sur des thématiques proches Jouhaud C., Les Pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradox (...)

37Sur la forme, l’épisode imaginaire de Montesquieu à Marseille rend compte d’une porosité de l’histoire et de la littérature lorsqu’elles s’emparent d’anecdotes illustrant la vie privée des grands hommes. De l’article de presse à la pièce de théâtre en passant par le journal de voyage, l’emboîtement des mises en récit procède d’une imbrication devenue inextricable entre le réel et le fictionnel68.

38N’en déplaise aux Encyclopédistes, les anecdotes ne se résument donc plus dans la seconde moitié du XVIIIe siècle à ces « histoires secrètes de faits qui se sont passés dans l’intérieur du cabinet ou des cours des Princes », définition qui semble mieux correspondre au temps de Brantôme qu’à celui de Latapie. Touchant aussi bien aristocrates et prélats que savants, hommes de lettre, hommes du peuple ou salonnières, les anecdotes recensées dans les Éphémérides procèdent d’un contrôle social des réputations puissamment diffracté par les sociabilités cosmopolites de l’Italie du Grand Tour. Cette dernière prend ainsi une large part dans le processus de sécularisation des formes de la vie culturelle et de publicisation de la vie privée qui caractérisent alors l’espace européen.

39Contribuant à l’émergence d’un regard anthropologique sur les peuples et à la fixation de grandes caractérologies nationales, les anecdotes participent désormais d’un espace public de la critique qui embrasse ouvertement les formes de la vie privée des personnes célèbres, et sont utilisées comme un puissant miroir social pour la construction des grandeurs morales et savantes.

Notes

1 Mallet E.-F., « Anecdote », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson et Cie, 1751, tome 1, p. 452-453.

2 Sur la carrière de Latapie, voir en particulier Beriac J.-P., « Un savant du siècle des Lumières : François de Paule Latapie, 1739-1823 », Révolutions en Aquitaine, de Montesquieu à Frédéric Bastiat, Bordeaux, 1990, p. 633-649 ; Minard P., La Fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998 ; Montègre G., « Voyage et entrée en communication à l’époque des Lumières. La correspondance italienne de François de Paule Latapie », dans Beaurepaire P.-Y. et Hermant H. (dir.), Entrer en communication de l’âge classique aux Lumières, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 219-240.

3 Les manuscrits originaux sont conservés par les descendants de la famille Latapie, mais on peut en consulter une copie tardive à la Bibliothèque municipale de Bordeaux, Fonds patrimoniaux, Ms 1651 à 1664, en attendant l’édition critique des Éphémérides que je prépare en 3 volumes aux éditions Classiques Garnier.

4 Voir le bilan qu’en donne Stéphane Van Damme, « Farewell Habermas ? Deux décennies d’études sur l’espace public », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Stéphane Van Damme, Historiographie et méthodologie, mis en ligne le 28 juin 2007. URL :. [http://dossiersgrihl.revues.org/682;DOI:10.4000/dossiersgrihl.682]

5 Cette approche, qui tend à se muer en un véritable horizon d’attente, dont la Corinne ou l’Italie de Madame de Staël fixe en 1807 les contours, a été largement préparée dans les écrits de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Voir à ce sujet Herman J., Peeters K. et Pelckmans P. (dir.), Dupaty et l’Italie des voyageurs sensibles, Amsterdam, Rodopi, 2012.

6 Voir Bertrand G., Le Grand Tour revisité. Pour une archéologie du tourisme. Le voyage des Français en Italie, milieu XVIIIe siècle – début XIXe siècle, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2008.

7 Latapie F. de P., Éphémérides, 4e cahier, 8 avril 1775.

8 Claude Nicolas Gaudry, oncle maternel de Nicolas de Condorcet. Il prit part à l’éducation de ce dernier qui était orphelin de père, et séjourna en Italie en 1775.

9 Les lettres capitales mettent en évidence les passages exacts que Latapie avait choisi de crypter dans le manuscrit, au moyen d’un alphabet imaginaire inspiré du grec.

10 Rappelons que la première de ces épithètes sert à désigner des individus extérieurs à la péninsule, et la seconde des voyageurs venant d’un autre État italien que celui dans lequel ils séjournent.

11 À l’occasion de son séjour à Berlin, D’Alembert confie ainsi à Julie de Lespinasse le 5 juillet 1763 : « Je mène ici une vraie vie de chanoine, mais la société (si on en excepte celle du Roi, qu’on ne peut voir qu’à certaines heures) serait à la longue fort insipide et comme nulle » (Œuvres et correspondances inédites de D’Alembert, Henry C. [éd.], Genève, Slatkine, 1967, p. 280-281). Le 18 mars 1769, Pietro Verri écrit pour sa part depuis Milan à son frère Alessandro installé depuis peu à Rome : « J’ai honte de t’écrire les nouvelles mesquineries de notre pays. […] Vous êtes le centre des regards de l’Europe » (nous traduisons, d’après Carteggio di Pietro e Alessandro Verri dal 1766 al 1797, Greppi E. et Giulini A. (éd.), Milan, Cogliati, 1911-1942, tome 2, p. 198).

12 Propos rapportés par Dupaty Ch., Lettres sur l’Italie en 1785, Paris, De Senne, 1788, tome 2, p. 144.

13 Sur la cour d’ambassade de Bernis à Rome, voir Montègre G., La Rome des Français au temps des Lumières. Capitale de l’antique et carrefour de l’Europe. 1769-1791, Rome, Collection de l’École française de Rome, 2011, p. 199-276.

14 Antiquaire romain actif dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, employé comme gardien du musée Kircher créé en 1651 dans le Collegio Romano des Jésuites.

15 La Porte Du Theil F. J. G., « Exposé des recherches littéraires relatives à l’histoire de France, que j’ai faites à Rome par l’ordre et sous la direction, d’abord de M. Bertin ministre et Secrétaire d’Etat, ensuite de M. le garde des Sceaux, depuis le mois d’octobre 1776 jusqu’au mois d’août 1783 », Mémoires de littérature, tirés des registres de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Imprimerie Nationale, 1793, tome XLVI.

16 Bibliothèque nationale de France, Manuscrits, coll. Moreau, 317, fol. 34-35.

17 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 28 août 1776.

18 Stendhal, Chroniques italiennes, éd. Dominique Fernandez, Paris, Gallimard, 1973. Des sept chroniques retenues dans cette édition, cinq se déroulent à Rome ou dans ses environs, et deux à Naples. Leur chronologie oscille entre 1559 et les années 1820.

19 Louis-Joseph de Mailly (1744-1810), marquis de Nesle.

20 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 28 juillet 1776.

21 Voir Lilti A., Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

22 Nougaret P. J. B., Anecdotes du règne de Louis XVI, 1774-1776, Paris, Bastien, 1776. Voir Bély L., La Société des princes. XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1999.

23 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 11 juin 1776. Jean-Claude Pingeron (v. 1730-1795), qui fut ingénieur auprès de l’armée polonaise, et collaborateur de divers périodiques, accomplit de nombreux voyages en Italie et dans le Levant.

24 Nougaret P. J. B., Voyages intéressants dans différentes colonies françaises, espagnoles, anglaises, etc., contenant des observations importantes relatives à ces contrées et un mémoire sur les maladies les plus communes à Saint-Domingue, leurs remèdes et le moyen de s’en préserver moralement et physiquement, avec des anecdotes singulières qui n’avaient jamais été publiées, le tout mis au jour d’après un grand nombre de manuscrits, Londres – Paris, Bastien, 1788.

25 Giuliana Falconieri, princesse de Santacroce, entretint dans la Rome de la seconde moitié du XVIIIe siècle une sociabilité salonnière réputée pour son cosmopolitisme et sa francophilie. Elle défraya la chronique par ses liaisons sentimentales avec les ambassadeurs de France et d’Espagne auprès du Saint-Siège : le cardinal François de Bernis et José Moñino, comte de Floridablanca.

26 Latapie F. de P., Éphémérides, 14e cahier, 10 février 1777.

27 Dupaty C., Lettres sur l’Italie en 1785, Paris, De Senne, 1788, tome 2, p. 26.

28 Latapie F. de P., Éphémérides, 8e cahier, 3 décembre 1775.

29 Burke E., Recherche philosophique sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Saint Girons B. (éd.), Paris, Vrin, 2009.

30 Voir Faroult G., Leribault C. et Scherf G., L’Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 2010, p. 328-367.

31 Voir Dagen J., « Philosophie de l’Histoire », dans Delon M.(dir.), Dictionnaire européen des Lumières, Paris, PUF, 1997, p. 538-543.

32 Exilé en Italie en 1756, suite à ses écrits défendant les prérogatives du clergé contre les Parlements, l’abbé Bertrand Capmartin de Chaupy (1720-1798) y mena deux décennies durant de longues recherches de terrain sur l’antiquité, qui lui permirent de publier à Rome en 1767 sa Découverte de la maison de campagne d’Horace.

33 Latapie F. de P., Éphémérides, 13e cahier, 11 janvier 1776.

34 Voir Levi G., « Les usages de la biographie », Annales ESC, novembre-décembre 1989, no 6, p. 1325-1336.

35 Voir Bourguinat E., Le Siècle du persiflage : 1734-1789, Paris, PUF, 1998.

36 Latapie F. de P., Éphémérides, 4e cahier, 6 mai 1775.

37 Latapie avait connu la famille du marquis de Langeron à Paris par l’intermédiaire du clan Montesquieu, dont il était le protégé. Aglaé de Langeron (1759-1827) épousera finalement en 1779 le duc Charles de Damas.

38 Latapie F. de P., Éphémérides, 4e cahier, 16 avril 1775.

39 Ibid., 3e cahier, 14 février 1775.

40 Ibid., 11e cahier, 2 août 1776.

41 Voltaire, Essai sur les mœurs et l’esprit des nations et sur les principaux faits de l’histoire depuis Charlemagne jusqu’à Louis XIII, Pomeau R. (éd.), Paris, Classiques Garnier, 1990.

42 Voir Duchet M., Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995.

43 Latapie F. de P., Éphémérides, 10e cahier, 13 avril 1776. La perception ambivalente du bandit par les voyageurs gagne à être mise en parallèle avec celle du petit peuple de Naples. Voir Chevallier E., « Le lazzarone napolitain vu par les voyageurs étrangers du XVIIIe siècle : est-il bon, est-il méchant ? », Bulletin de l’Association amicale des anciens élèves de l’ENS de Fontenay-aux-Roses, no 90, 1970, p. 18-29.

44 Latapie F. de P., Éphémérides, 11e cahier, 21 juillet 1776.

45 Vittoria Sforza Cesarini (1743-1778), dont le mari possédait le duché d’Arce et Sora.

46 Maximilien François d’Autriche (1756-1801), fils de l’impératrice Marie-Thérèse et frère de Marie-Antoinette, qui accomplit un voyage en Italie à l’été 1775.

47 Latapie F. de P., Éphémérides, 5e cahier, 3 août 1775.

48 Bizzocchi R., Cicisbei. Morale privata e identità nazionale in Italia, Rome – Bari, Laterza, 2008.

49 Latapie F. de P., Éphémérides, 7e cahier, 28 septembre 1775. Ces opinions n’empêcheront en rien Latapie de continuer à fréquenter l’auteur du Voyage en Dalmatie à l’occasion de son séjour à Venise, et de demeurer son correspondant jusqu’à la fin du siècle.

50 Latapie F. de P., Éphémérides, 5e cahier, 13 juillet 1775. L’opposition personnelle entre Latapie et François Jacquier, célèbre pour ses commentaires de Newton, recoupe la frontière qui tend à s’ériger au fil du siècle entre la culture expérimentale comme socle de l’histoire naturelle, et le calcul comme fondement de la physique mathématique.

51 D’Alembert en tire les conséquences lorsqu’il écrit : « Le premier avantage que les gens de lettres trouvent à se répandre dans le monde, c’est que leur mérite est, sinon plus connu, au moins plus célébré, et qu’ils sont jugés à un autre tribunal que celui de leurs rivaux » (D’Alembert, « Essai sur la société des gens de lettres et des grands », Mélanges de littérature, d’histoire et de philosophie, Berlin, 1753, tome II, p. 93). Sur le statut social des « intellectuels » des Lumières et la problématisation de leurs controverses, voir Roche D., Les Républicains des Lettres : gens de culture et Lumières au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1988 ; Fabiani J.-L., « Controverses scientifiques, controverses philosophiques. Figures, positions, trajets », Enquêtes, 5, 1997, p. 11-34 ; Lilti A., « Querelles et controverses. Les formes du désaccord intellectuel à l’époque moderne », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, no 25, 2007, p. 13-28.

52 Voir Lever M., Donatien Alphonse François, marquis de Sade, Paris, Fayard, 2011.

53 Latapie F. de P., Éphémérides, 12e cahier, 9 décembre 1776.

54 Voir Darnton R., Édition et sédition : l’univers de la littérature clandestine au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard 1991 ; Id., Le Diable dans un bénitier : l’art de la calomnie en France, 1650-1800, Paris, Gallimard, 2010.

55 Voir Chauvard J.-F., « La décadence de Venise : les avatars d’un mythe historiographique », Fontana A. et Saro G. (dir.), Venise. 1297-1797. La République des castors, Fontenay Saint-Cloud, ENS éditions, 1997, p. 211-233.

56 Voir Lilti A., Figures publiques. L’invention de la célébrité (1750-1850), Paris, Fayard, 2014.

57 Chamfort N., Maximes, pensées, caractères et anecdotes, Paris, 1796, p. 38.

58 Voir Darnton R., « Le courrier des lecteurs de Rousseau : la construction de la sensibilité romantique », Le grand massacre des chats. Attitudes et croyances dans l’ancienne France, Paris, Robert Laffont, 1985, p. 201-238 ; Rosso C., La Réception de Montesquieu ou les Silences de la harpe éolienne, Paris, Libreria goliardica, 1989 ; Franklin B., Moi, Benjamin Franklin : citoyen du monde, homme des Lumières, J. Audouze (éd.), Paris, Dunod, 2006 ; Shank J.-B., The Newton Wars and the Beginning of the French Enlightenment, Chicago, The University of Chicago Press, 2008.

59 « Tratto sublime di generosità del Signor Montesquieu pubblicato dal Signor Mingard », Scelta di opuscoli interessanti tradotti sa varie lingue, Milan, 1775, vol. XI, p. 37.

60 Voir Kinservik M., Sex, scandal and celebrity in late eighteenth-century England, New York, Palgrave Macmillan, 2007.

61 Latapie F. de P., Éphémérides, 12e cahier, 18 novembre 1776.

62 Mercier L. S., Montesquieu à Marseille, Neuchâtel, Société typographique, 1784 (et réédité à Paris en 1785).

63 Voir Desgraves L., Montesquieu, Paris, Mazarine, 1986, p. 19-20.

64 Hume D., Traité de la nature humaine. Essai pour introduire la méthode expérimentale dans les sujets moraux, A. Leroy (trad. et éd.), Paris, Aubier, 1946, 2 volumes.

65 Voir Locquin J., La Peinture d’histoire en France de 1747 à 1785, Paris, Arthena, 1978 ; Bonnet J.-C., Naissance du Panthéon. Essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

66 Jaucourt L. de, « Héros », dans Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une société de gens de lettres, Paris, Briasson et Cie, 1766, tome 8, p. 182-183.

67 Voir Lilti A., « The Writing of Paranoïa: Jean-Jacques Rousseau and the Paradoxes of Celebrity », Representations, 103, été 2008, p. 53-83.

68 Voir sur des thématiques proches Jouhaud C., Les Pouvoirs de la littérature : histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

Auteur

Agrégé d’histoire, est maître de conférences à l’université de Grenoble-Alpes. Auteur de La Rome des Français au temps des Lumières (École française de Rome, 2011), il s’intéresse particulièrement aux relations unissant, au XVIIIe siècle, science, histoire et littérature, et prépare l’édition critique en 3 volumes des Éphémérides italiennes de Latapie, pour les éditions Classiques Garnier.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540