Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Quatrième partie. Transmission, circulation et usages sociaux de l'anecdote

Quelques hypothèses sur les leçons de l’anecdote : le cas des anecdotes dramatiques du xviiie siècle

Sophie Marchand

Résumé

Au XVIIIe siècle fleurissent des recueils d’anecdotes dramatiques, qui élaborent une culture du théâtre en rupture avec les approches classiques et participent d’une historiographie alternative. Cet article entend montrer comment la vogue du discours anecdotique sur le théâtre contribue à renouveler la perception historique de celui-ci, mais également s’interroger sur la valeur épistémologique de tels textes et sur l’usage qui peut en être fait, par l’historien et le théoricien du théâtre.

Texte intégral

  • 1 Témoignage d’un travail en cours, cet article reprend en partie en les synthétisant plusieurs artic (...)

1Durant le dernier tiers du XVIIIe siècle fleurissent les recueils d’anecdotes dramatiques, compilations rapportant (selon un ordre alphabétique, chronologique ou thématique, parfois même sur le simple mode de la juxtaposition) des incidents survenus au cours des représentations ou éclairant la genèse des œuvres et la personnalité des artistes. Souvent extraits des périodiques, des mémoires ou des correspondances, ces textes destinés à un public d’amateurs élaborent, au gré de leur circulation et de leurs reprises successives, une culture du théâtre, par le biais d’historiettes plus ou moins fiables, mais porteuses d’une théorie subreptice en rupture avec les approches classiques du fait dramatique. Ces recueils participent ainsi d’une historiographie alternative, foncièrement non canonique. C’est elle que je souhaiterais étudier, en montrant comment la vogue du discours anecdotique sur le théâtre a pu contribuer à renouveler au XVIIIe siècle la perception historique de celui-ci, mais aussi en m’interrogeant sur la valeur épistémologique de tels textes et sur l’usage qui peut en être fait, par l’historien comme par le théoricien du théâtre. Comment, en somme, étudier ces textes ? Et que peuvent-ils nous apprendre1 ?

2Même si l’on trouvait dans les ana du XVIIe siècle ou dans les recueils d’historiettes des récits consacrés aux représentations ou aux agents du spectacle, on n’observe une spécialisation théâtrale des anecdotes qu’à partir des années 1730, époque où de grands ouvrages de synthèse tentent de dresser l’histoire du théâtre en France depuis ses origines, sous forme de catalogues fixant la mémoire des œuvres et de la vie théâtrale, passée et contemporaine. Telle est l’ambition des frères Parfaict, des Recherches sur les théâtres de France depuis l’année 1160 et jusqu’à présent de Beauchamps (1735), de la Bibliothèque des théâtres contenant le catalogue alphabétique des pièces, avec des anecdotes de Maupoint (1733). Mouhy, avec ses Tablettes dramatiques en 1752, et de Léris, avec son Dictionnaire portatif des théâtres en 1754, poursuivront dans cette voie.

  • 2 Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France, Paris, Prault, 1735, préface, t. I, np.
  • 3 Annales dramatiques ou dictionnaire général des théâtres, par une Société de gens de Lettres, Paris (...)
  • 4 [Parfaict F. et Cl.], Histoire du théâtre français depuis son origine jusqu’à présent…, Amsterdam, (...)
  • 5 Ibid., t. V, p. i.
  • 6 Ibid., t. VIII, p. x ; t. XI, p. ii
  • 7 Ibid., t. XIII, p. iv-v.
  • 8 Grimm et al., Correspondance littéraire, Tourneux M. (éd.), Paris, Garnier Frères, 1877, t. I, p. 2 (...)
  • 9 Ibid., t. I, p. 380 et t. I, p. 18.

3La présence des anecdotes dans ces sommes historiques est d’abord discrète et problématique, tant l’anecdote, associée à l’idée d’histoire secrète, est, dans les esprits, riche de potentialités sulfureuses. Beauchamps prévient qu’il « ne [s’est] permis quelques légères anecdotes qu’à l’égard des auteurs qui ne vivent plus2 ». Mais c’est précisément cette sécheresse anecdotique qui lui sera reprochée par les Annales dramatiques3. L’Histoire du théâtre français depuis son origine jusqu’à présent des frères Parfaict (1735-1749) est emblématique de cette évolution des attentes du lectorat. Si la préface du premier volume se contente de mentionner qu’on « trouvera ensuite tout ce qu’on a pu rassembler de faits historiques et anecdotes sur les auteurs et les acteurs4 » – le terme anecdotes désignant ici plutôt le caractère inédit des informations –, celle du tome V annonce « des faits extrêmement curieux ; et beaucoup plus connus que ceux qui les ont précédés5 ». Dès le milieu des années 1740, la présence d’anecdotes devient un argument publicitaire décisif6. L’entreprise, qui se voulait à l’origine histoire des œuvres dramatiques, se présente alors comme « en quelque sorte l’histoire générale de l’esprit et des mœurs des hommes », dans la mesure où, selon ses auteurs, « le théâtre est un tableau qui représente […] les vertus, les vices, les modes et les goûts du siècle7 ». La Correspondance littéraire estime malgré tout que l’« ouvrage est exact, mais il n’est que cela » et se propose, en conséquence, de « recueillir quelques anecdotes qui y sont répandues » et « de leur donner un peu plus d’agrément qu’elles n’en ont8 ». Le même journal reproche à l’auteur d’une Table chronologique des pièces du Théâtre Italien de ne donner que des extraits très ennuyeux, et « pas une seule idée riante, pas une anecdote curieuse, pas une saillie ingénieuse9 ».

  • 10 Voir Histoire universelle des théâtres de toutes les nations, depuis Thespis jusqu’à nos jours, par (...)
  • 11 Œuvres complètes de M. Palissot, nouvelle édition, Londres/Paris, Bastien, 1779, t. VI, p. 7-8.
  • 12 Ibid., p. 15-16.

4Le public, las des nomenclatures sèches et de l’exactitude austère, assure le succès des ouvrages assaisonnés de sel anecdotique. La présence des anecdotes s’affiche dans les titres et les prospectus et le nombre des compilations se trouve multiplié par leur succès en librairie10. Palissot, en 1779, observe que « Les ouvrages dramatiques sont devenus une branche si considérable de la gloire nationale qu’on s’est intéressé aux plus petites particularités qui les concernent. […] on a recueilli des anecdotes sur toutes les pièces qui ont été données à nos différents spectacles et même sur celles qui n’ont pas été représentées. On a multiplié les Répertoires, les Dictionnaires, et jusqu’aux Almanachs des Théâtres11 ». Conserver la mémoire des anecdotes dramatiques, c’est, pour lui, contribuer à « l’Histoire littéraire de [son] siècle12 ».

  • 13 Année littéraire, 1775, VII, lettre 1, p. 20.
  • 14 Année littéraire, 1784, II, lettre 9, p. 121.

5Cette histoire s’écrit désormais au jour le jour, sans ambition totalisante, mais dans le souci de rendre compte au plus près de l’expérience des spectacles. Parallèlement à l’accroissement de la place accordée aux anecdotes dans les sommes historiques, on observe au milieu du XVIIIe siècle une floraison des comptes-rendus anecdotiques dans les journaux : une rubrique « Anecdotes » est créée dans le Mercure de France en juillet 1768, en plus de la chronique des spectacles. Les Calendriers historiques, Annales du théâtre, Almanachs des spectacles, Étrennes de Thalie aux amateurs de spectacles ou choix d’anecdotes et bons mots des théâtres, formes éditoriales nouvelles qui témoignent de l’engouement croissant du public pour tout ce qui touche à la vie et à la sociabilité théâtrales se multiplient. Tout se passe comme si le théâtre, art de l’incarnation et pratique sociale, relevait d’une historicité spécifique et d’un ancrage dans l’expérience quotidienne, dont l’anecdote serait particulièrement apte à rendre compte. L’Année littéraire considère ainsi que le Calendrier historique […] des théâtres « n’est pas une frivolité », mais offre, dans la collection que forme la succession des volumes annuels, « une histoire très complète de tous nos théâtres13 ». Et c’est bien parce qu’il est « une scène mobile, un tableau mouvant », que l’art dramatique offre une « ample matière pour un historien14 ».

  • 15 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, Paris, Veuve Duchesne, 1775, 3 t.

6Rien d’étonnant, dès lors, à ce que, dans les années 1770, l’anecdote gagne son autonomie historique et éditoriale, et s’émancipe de son cadre savant ou journalistique. En 1775, Clément et Laporte rassemblent sous le titre d’Anecdotes dramatiques une somme de récits célèbres, déjà maintes fois publiés, qui a vocation à faire date et à servir de référence. Destinée aux « amateurs de théâtre », cette compilation alphabétique entend fournir non seulement des historiettes piquantes, mais l’histoire complète et rigoureusement informée des spectacles15, fondant précisément sur la fixation anecdotique l’essor d’un autre type de discours historique. Ce type de compilation se perpétuera jusqu’à la fin du XIXe siècle, bientôt concurrencé toutefois par d’autres formes de publications (Foyers et coulisses, Physiologies…), qui accentuent le caractère anecdotique des informations transmises, marquant leur recentrement sur la petite histoire, voire l’histoire scandaleuse du théâtre, et affichant une vocation principalement plaisante ou démystificatrice. Au XIXe siècle, l’anecdote semble ainsi changer de sens et de fonction historiographique : avec la vogue des anecdotes-mots d’esprit, la prédilection pour les historiettes galantes, avec, en somme, la volonté d’évincer le théâtre au profit des coulisses, se fait jour une conception de l’anecdote comme mémorial résurrecteur d’un XVIIIe siècle rococo, que l’on trouve notamment chez les frères Goncourt, et qui, sans doute, est davantage porteuse d’une lecture idéologique de la fin de l’Ancien Régime que d’une théorie subreptice ou excentrique du théâtre.

  • 16 Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, Cronk N. et Mervaud Ch. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire(...)

7Ce rapide survol de l’histoire des anecdotes dramatiques comme pratique éditoriale laisse percevoir l’ambivalence et l’instabilité épistémologique de ce type de sources. Le tableau historique brossé par les anecdotes est d’emblée contesté et présenté comme scientifiquement contestable. En historiographe, Voltaire dénonce, dans les Questions sur l’Encyclopédie, « ces petits contes dont on a voulu orner l’histoire » et qui « la déshonorent16 ». Le critique de L’Année littéraire observe, pour sa part, à propos des Anecdotes des Beaux-Arts :

  • 17 Année littéraire, op. cit., 1776, V, lettre 2, p. 53. Voir aussi 1776, III, lettre 14, p. 319-320.

Rien ne prouve mieux […] la frivolité de notre siècle que ce goût pour les anecdotes de toute espèce dont on préfère aujourd’hui la lecture à celle des historiens les plus exacts et les plus profonds : ce n’est plus l’instruction mais l’amusement qu’on cherche dans les livres ; […]. Sous le spécieux prétexte de tempérer un peu, pour les gens du monde, la sécheresse des connaissances historiques, des auteurs complaisants ont extrait tous les faits hasardés, apocryphes et romanesques qui se trouvent rapportés dans une foule d’écrivains suspects et sans autorité : […] et c’est dans ces doctes ouvrages qu’on étudie aujourd’hui l’histoire17.

  • 18 Ibid., p. 37-39.
  • 19 Grimm, Correspondance littéraire, op. cit., avril 1767, t. VII, p. 286.
  • 20 Lettres sur quelques écrits de ce temps, par M. [Fréron], nouvelle édition, Londres – Paris, Duches (...)

8Les anecdotes risquent d’autant plus d’égarer la science qu’elles récusent l’ordonnancement rationnel et la cohérence discursive. Le chroniqueur ajoute : « si ces faits ne se trouvaient pas isolés, et comme jetés au hasard ; si l’auteur les eût liés ensemble dans une histoire suivie et raisonnée ; […] son livre en serait beaucoup plus utile, sans être moins amusant ». Et il regrette que « de cette foule de traits confusément épars et sans aucune liaison les uns avec les autres, l’esprit ne remporte aucune idée claire et distincte18 ». Même reproche dans la Correspondance littéraire à l’égard des Anecdotes françaises : « Si vous cherchez un esprit philosophique dans ce fatras, vous en serez pour votre recherche19. » « Prodigues de faits, avares de réflexions20 », les recueils anecdotiques rendent compte d’un art rendu à l’expérience de tous et fixent les moments clefs d’une histoire du théâtre vécue, non façonnée rétrospectivement. La diffraction et la fragmentation des récits traduisent un parti pris fort, faisant apparaître la richesse et la globalité d’un art qui relève moins de la description intellectuelle que de l’expérience et accueillant tous les aspects de la pratique dramatique sans chercher à les hiérarchiser.

  • 21 Voir Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit. : « Un livre comme celui-ci do (...)
  • 22 Anecdotes françaises…, seconde édition, Paris, Vincent, 1768, p. iv-viii.
  • 23 Annales dramatiques, op. cit., p. viii-ix.
  • 24 Dictionnaire d’anecdotes…, nouvelle édition, Riom, J.-C. Salles, 1817, t. II, p. 16, « Historiette  (...)

9Les anecdotiers revendiquent cette manière originale d’appréhender le discours historique et posent volontiers en vulgarisateurs21, s’enorgueillissant « d’intéresser l’esprit en l’amusant » et de rejeter en notes « tout ce qui semble n’appartenir qu’à l’érudition22 ». Et ils se présentent plus volontiers comme des compilateurs23 que comme des historiens. L’anecdote devient, en somme, le charme de l’histoire, « un de ces petits faits qu’un historien sème quelquefois dans le cours d’une histoire […] pour faire connaître plus particulièrement les mœurs et le caractère d’une nation […]24 ».

  • 25 Parfaict, Histoire du théâtre français, op. cit., t. XI, p. 30.
  • 26 Voir Maupoint, Bibliothèque des théâtres, Paris, Prault, 1733, p. 84 ; Parfaict, op. cit., t. XI, p (...)
  • 27 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. 379.
  • 28 Voir Année littéraire, 1789, III, lettre VII, p. 108.

10Quelle importance, dès lors, si ces faits ne sont pas toujours rigoureusement exacts, et si leur valeur épistémologique se trouve soumise à débat ? L’historiographie prise en charge par l’anecdote apparaît d’emblée comme une histoire contestée. Dès les premières sommes historiques, les auteurs s’efforcent d’établir la réalité des faits dramatiques et de rectifier les erreurs de leurs prédécesseurs. Les frères Parfaict corrigent Beauchamps à propos du Gentilhomme Guespin : « Cet auteur, qui joint très rarement des faits anecdotes aux titres des pièces insérées dans son catalogue, a d’autant plus de tort d’avoir employé celui-ci que par l’ordre chronologique de son ouvrage il devait en sentir la fausseté. […] Les deux vers qu’on met dans la bouche des deux plaisants du parterre sont pris […] d’Andronic, tragédie de M. de Campistron : Le Gentilhomme Guespin parut dès l’année 1670 et la première représentation d’Andronic est du jeudi 8 février 168525. » Il n’est pas rare qu’un bon mot, relaté à propos d’une pièce par un anecdotier, soit convoqué pour justifier la chute d’une autre pièce chez un de ses concurrents. Est-ce Coriolan ou Argélie de l’abbé Abeille qui dut son échec à ce vers maladroit : Vous souvient-il, ma sœur, du feu roi notre père ?, auquel un plaisant, raillant le silence de l’actrice, aurait rétorqué : Ma foi s’il m’en souvient, il ne m’en souvient guère26 ? Les flottements de ce type sont légion et, au fil du temps et des recueils, s’instaure chez les anecdotiers une désinvolture parfaitement assumée. Clément et Laporte rapportent une anecdote sur Le Flatteur de Rousseau, « Quoique [ils soient] très convaincus de [sa] fausseté27 ». Parfois, c’est l’anecdote seule qui justifie la trace mémorielle d’une pièce, comme dans le cas de la Cléopâtre de Marmontel28. On ne s’étonnera guère, dès lors, que les données circonstancielles, nombreuses dans les premiers recueils et fondamentales dans l’affichage d’une revendication scientifique, disparaissent presque entièrement des compilations au XIXe siècle, au profit de la perpétuation de fables devenues archétypales.

  • 29 Voir Cros E., La Sociocritique, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 196-197 : « micro-système sémiotico-id (...)

11C’est que la valeur épistémologique des anecdotes dramatiques ne réside pas dans leur référentialité et leur véridicité : le problème n’est pas de savoir si l’anecdote traduit fidèlement la réalité d’un événement passé, mais, en partant du principe que toute anecdote est foncièrement un discours, et un discours commun, de s’interroger sur les raisons qui président à la fixation d’un fait et à sa perpétuation historique. Dans ses erreurs mêmes, comme dans sa mauvaise foi et ses petits arrangements avec l’histoire, l’anecdote témoigne d’une pensée et d’une vision du théâtre, d’une histoire vécue et transmise par les acteurs et les récepteurs du spectacle, considérés aussi bien individuellement qu’en tant qu’entité collective. Le récit anecdotique relève dès lors non seulement de l’histoire factuelle de l’art, mais aussi de celle, éminemment culturelle, des représentations collectives et des mentalités. Le contenu narratif des anecdotes s’apparente ainsi à une élaboration légendaire, révélatrice des représentations qui régissent le rapport d’une époque à son théâtre. À ce que la sociocritique nomme parfois idéologème29.

12Quelle est alors cette histoire ou cette mémoire culturelle du théâtre élaborée par le tissage anecdotique ? Histoire ponctuelle et fragmentée, l’anecdote fait saillir des faits qu’elle pose comme signifiants. Mais quel est le type d’événement susceptible de cristalliser l’attention des observateurs de la vie théâtrale et de mériter la fixation anecdotique ? Qu’est-ce, en somme, pour les praticiens et les observateurs du théâtre au XVIIIe siècle, qu’un événement théâtral ?

  • 30 Ce dévoilement fragmentaire d’une histoire faite de crises, d’affrontements et de ruptures épouse l (...)
  • 31 Annales dramatiques, op. cit., t. I, p. 403, « Atys ». Voir aussi, à propos de Timocrate de Th. Cor (...)
  • 32 Annales dramatiques, op. cit., t. VIII, p. 326 ; Laporte et Clément, Anecdotes dramatiques, op. cit (...)
  • 33 Collé Ch., Journal et Mémoires, H. Bonhomme (éd.), Paris, 1868, t. II, p. 235.
  • 34 Voir, par exemple, Grimm, Correspondance littéraire, op. cit., avril 1771, t. IX, p. 288.
  • 35 Suppression des banquettes sur la scène en 1759, observation de la vérité du costume, etc.
  • 36 Voir Cousin dAvalon, Comédiana, op. cit., p. 65-66 ; Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dra (...)
  • 37 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. 547.
  • 38 Grimm, Correspondance littéraire, t. XI, p. 490-491, juillet 1777.

13Plus que l’histoire des pièces, les anecdotes retiennent des faits qui s’inscrivent dans l’histoire de la vie des spectacles et qui, loin des canons littéraires, invitent à repenser le rapport, dans la modélisation historiographique du théâtre comme expérience, de la norme et de l’exception, du rituel et de l’accident : l’anecdote semble ainsi désigner le moment historique et textuel où, dans la pensée du processus spectaculaire et de la séance théâtrale, l’accident prend le pas sur la norme, comme étant mieux à même de suggérer l’essence d’un art rendu à son ancrage social30. Les anecdotes du XVIIIe siècle dressent l’histoire des événements singuliers par lesquels le théâtre (mais aussi, à travers lui, le public) se modifie et se définit, dans l’espace social autant que dans le champ esthétique. Elles datent les succès et les échecs retentissants31 des pièces qui « font époque dans l’histoire du théâtre » comme Le Siège de Calais de de Belloy32 ou Les Philosophes de Palissot, comédie qui est, à elle seule, « une anecdote de théâtre dont on se souviendra toujours33 ». Elles célèbrent des représentations ponctuelles, où un acteur a brillé ou s’est ridiculisé34. Elles dressent la liste des innovations scéniques et des progrès techniques35. Elles tiennent la chronique des habitudes réceptrices (invention du sifflet en 1680, à l’occasion d’Aspar de Fontenelle36, appel de l’auteur sur scène, à l’occasion de Mérope de Voltaire37), et recensent l’évolution des goûts du public (vogue des spectacles horribles à partir de Gabrielle de Vergy38) ou des usages institutionnels.

14Conformément à la tradition, qui voit en elles une « clef secrète » de l’histoire, les anecdotes dramatiques permettent de prendre en considération des objets constitutifs du fait théâtral jusqu’alors relégués en marge des poétiques. Le mépris patent, dans les recueils anecdotiques, pour les critères poétiques de l’appréhension du phénomène dramatique, la volonté de sortir d’une approche strictement littéraire du spectacle s’accompagnent, dans un renversement spectaculaire des partis pris classiques, d’un intérêt inédit pour les impensés et les à-côtés de l’historiographie antérieure : le jeu, la technique, la matérialité de la fabrique de l’illusion, l’entreprise théâtrale, les questions financières, les contingences biographiques. Investies du rôle de fixation d’un art éphémère, dont on admet désormais volontiers qu’il est fait non seulement de mots, mais de chair, de temps et d’histoire, les anecdotes dressent le catalogue des choses vues au théâtre, manifestant une prédilection pour le détail. À travers l’anecdote, se joue aussi la naissance d’un discours autonome sur le spectacle, et par conséquent la reconnaissance publique de l’inscription du théâtre dans la vie sociale et économique. Cette mise en lumière des arcanes du spectacle se double de la volonté de révéler une petite histoire qui est parfois une histoire scandaleuse : vie privée des acteurs, cabales, censures, allusions… Lorgnette des spectacles, l’anecdote en laisse alors entrevoir la matérialité « impure », contribuant à forger nombre de préjugés et de figures mythiques qui informeront l’imaginaire social et littéraire au XIXe siècle.

15Mais l’infléchissement historiographique majeur opéré par les anecdotes ne se trouve pas là. La fixation anecdotique s’attache généralement à des pièces qui datent des innovations relatives, pour la plupart, à l’histoire matérielle des spectacles ou à celle du théâtre comme pratique sociale. Rien d’étonnant alors à ce qu’elles nous soient majoritairement inconnues, et ne recoupent guère le panthéon littéraire. Leur titre n’est souvent que le prétexte à raconter quelque chose qui les dépasse et tout se passe comme si les anecdotes déployaient une autre histoire que l’histoire littéraire du théâtre, fondée sur d’autres critères, habitée par d’autres références, renvoyant à une autre définition de l’art dramatique. Accompagnant les mutations théoriques de la pensée théâtrale des Lumières et le projet esthético-politique des Philosophes, les anecdotes se révèlent, par là, susceptibles d’effleurer une certaine essence du phénomène théâtral, repensé sous un angle empirique et anthropologique.

16L’anecdote fixe l’événement, au détriment d’une approche de l’art fondée sur le rituel et l’académisme. Certains topoi anecdotiques, comme la partition symbolique de l’espace théâtral entre scène, salle et coulisses, les rapports entre comédiens et public ou la question de l’illusion, illustrent avec insistance la mise à mal du rituel lors des spectacles du XVIIIe siècle. Ce que disent majoritairement les récits anecdotiques, c’est l’accident, l’imprévu, la perturbation, d’un théâtre qui déborde de la fiction dans la salle, d’un spectacle qui ne reste pas sagement à la place que lui a assignée le dogme aristotélicien. Il y a événement, et donc anecdote, à partir du moment où, à l’occasion d’un accident ou d’une crise, s’éprouvent la nature sociale et éphémère d’un théâtre conçu comme art du présent et les enjeux de celui-ci, résolument liés à l’inscription du spectacle dans la cité et l’expérience.

  • 39 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. ii-iii.
  • 40 Etienne C.-G. et Martainville A., Histoire du théâtre français depuis le commencement de la Révolut (...)
  • 41 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. ii-iii.

17Dès lors, le public se voit accorder une place centrale dans l’histoire des spectacles. Clément et Laporte affirment que « c’est aux spectacles qu’une Nation se fait le mieux connaître39 » ; et dans leur Histoire du théâtre français sous la Révolution, Étienne et Martainville reconnaissent qu’« écrire en France l’histoire du théâtre, c’est tracer l’histoire morale du peuple40 ». Moins qu’une histoire des œuvres, des artistes ou des conditions matérielles de la création, se dessine dans les anecdotes une histoire du public41, de son évolution, de ses goûts, de ses moyens d’expression et, en dernier lieu, de son accession à une représentation politique indirecte. Concédant une place égale à ce qui se produit sur la scène et dans la salle, les anecdotes signalent l’émergence d’une entité collective dont la cérémonie théâtrale paraît parfois n’être que le faire-valoir. De là à ce que l’anecdote apparaisse comme un laboratoire utopique dans lequel se plairait à se mirer cette collectivité en manque de représentativité, il n’y a qu’un pas, et l’on peut penser que le succès des anecdotes tient non seulement à la célébration d’une force publique suscitée par le protocole spectaculaire, mais aussi à un mode d’écriture qui réitère et pérennise le miracle de cet avènement social.

18Le prisme anecdotique permet donc de mettre à nu les divers régimes d’historicité du théâtre et de renouveler le regard porté sur les pratiques artistiques qui le constituent. Surtout, il a le mérite de capter et de fixer ce qui, dans l’expérience du théâtre, est le plus fugitif, le plus difficilement descriptible : la magie de l’incarnation scénique, l’alchimie éphémère de l’effet, la sensation d’une crise fondatrice où se joue l’adéquation d’une forme artistique à son époque. Porteuse d’une sève qui, si elle n’est pas celle de la vérité scientifique, est celle de la vie et du plaisir, l’anecdote permet de ressusciter, dans une histoire vivante et incarnée, un autre théâtre que celui que nous donne généralement à penser l’histoire littéraire.

  • 42 Hannetaire, Observations sur l’art du comédien…, seconde édition, corrigée et augmentée de beaucoup (...)

19Ce déplacement de la réflexion s’incarne dans le choix d’une modalité discursive qui ne va pas de soi. Car ce qui fait sens aussi dans le discours anecdotique sur le théâtre, c’est la forme même qu’il emprunte, et qui commande une herméneutique particulière. L’étude des anecdotes dramatiques impose, me semble-t-il, de passer outre plusieurs présupposés épistémologiques, correspondant à autant de grilles de lecture réductrices du propos anecdotique et de son régime de signification : le préjugé d’insignifiance, tout d’abord, né d’une interprétation anachronique de l’adjectif « anecdotique », mais auquel n’échappe pas, dès le XVIIIe siècle, quelqu’un comme Servandoni d’Hannetaire, qui déclare que les anecdotes sont « de ces choses trop indifférentes par elles-mêmes pour devoir y apporter une scrupuleuse attention42 » ; la réduction historiographique, d’autre part, qui tendrait à évacuer la question du sens de l’anecdote au profit de celle de la vérité du fait narré ; mais aussi, et surtout, l’hypothèse instrumentale qui, faisant de l’anecdote la transposition allégorique d’une théorie ou la simple illustration d’un principe, postule la transparence non seulement de l’événement rapporté, mais aussi du récit qui en rend compte, et nous dispense dès lors de penser l’anecdote, nous invitant plutôt à nous pencher sur les discours dont elle serait porteuse. On peut penser pourtant que l’anecdote n’est pas un moyen comme un autre de faire advenir un savoir ou un point de vue sur le théâtre. Pas plus qu’elle ne se réduit à l’émanation d’une doctrine préexistante.

  • 43 Voir, par exemple, le Dictionnaire d’anecdotes, op. cit., article « déclamation », t. I, p. 243-246

20Ce qui apparaît d’emblée à la lecture des recueils et en observant les modifications subies par un même récit au cours de ses reprises successives, c’est que la plupart des anecdotes résistent aux tentatives d’inféodation doctrinale et à leur identification à une thèse univoque. L’annexion des anecdotes à des discours critiques et théoriques se révèle presque toujours réductrice, voire dénaturante. Le commentaire, la formalisation taxinomique, l’ajout de titres constituent autant de manipulations de nature à remettre en cause le fonctionnement textuel propre à l’anecdote et le pacte de lecture qu’elle détermine. Utilisée comme exemple ou comme preuve43, l’anecdote gagne peut-être un sens explicite, mais perd une bonne part de sa saveur.

21Nombreux sont d’ailleurs, en l’absence de commentaire conclusif ou de leçon explicite, les cas de polysémie ou d’indécidabilité, qui autorisent des interprétations divergentes et parfois même contradictoires d’une même anecdote. La reprise et la circulation de ces textes, que ce soit en synchronie ou en diachronie, attestent le lien aléatoire qui unit le fait narré et son interprétation. Désaccords, malentendus, mais aussi relectures polémiques et indétermination foncière jalonnent le cheminement d’une même anecdote, sans pourtant en réduire la valeur ou la portée heuristique, bien au contraire. Et finalement, l’application théorique de l’anecdote se révèle souvent moins évidente que les potentialités du fait à suggérer quelque chose sur le protocole de la représentation et sur l’essence même du théâtre comme phénomène social, potentialités immédiatement perceptibles, qui activent chez le lecteur une perplexité féconde, une réflexion plus profonde et plus vaste.

  • 44 Longin, Traité du sublime, chap. V, 7.3 : « La marque infaillible du Sublime, c’est quand nous sent (...)

22Car le ou les sens de l’anecdote ne saurai(en)t relever d’une essence ou d’une intentionnalité originelle. À mille lieues de toute transparence, l’anecdote est foncièrement opaque et intransitive, et sa vertu épistémologique réside bien moins dans son contenu que dans son fonctionnement discursif. Prenant sens dans la lecture qui en est faite et dans la signification que lui confère son insertion syntagmatique, l’anecdote vaut moins comme émanation d’une doctrine que comme principe et enjeu théoriques. Elle ne transmet pas un sens, mais le porte en germe et le suscite dans l’acte de lecture. Elle requiert et active ainsi chez son lecteur un « sens de l’anecdote » (à la manière dont on peut parler de « sens de l’humour ») et fonctionne moins sur le mode de l’élucidation que sur celui de l’activation d’une pensée (d’une manière inchoative et dynamique que l’on peut rapprocher de la définition du sublime longinien44).

  • 45 Voir notamment : Vialleton J.-Y., « À propos de la mort tragique de Montfleury : la poésie dramatiq (...)

23Aussi est-il révélateur que l’anecdote dramatique se présente presque toujours comme un texte sans auteur. Non seulement l’inscription discursive du narrateur apparaît comme minimale, s’effaçant derrière un souci d’objectivité et une concentration narrative extrême, mais les mêmes anecdotes se trouvent reprises de recueil en recueil, si bien que leur attribution originelle semble secondaire, comparée à la valeur de leur contenu. L’anecdote, en fait, élabore un discours qui est bien moins un discours littéraire qu’un idéologème. Passée entre toutes les mains, savoir partagé, l’anecdote marque la réappropriation du discours sur le théâtre par le collectif. Aussi est-elle, en quelque sorte, une forme-caméléon, traduisant, par les variations de la fonction et de la valeur qu’on lui attribue dans le champ historique ou spéculatif, l’évolution des principes qui informent le discours sur le théâtre. Un des pans du travail sur ces anecdotes doit ainsi consister à suivre certains récits au fil des recueils, durant tout le XVIIIe et le XIXe siècles, en analysant leurs variations textuelles et les commentaires et les interprétations différentes auxquels elles donnent lieu. Le pendant et le complément de cette démarche serait celle menée par Jean-Yves Vialleton, qui met au jour dans certaines anecdotes l’existence d’un « étymon » renvoyant à des invariants anthropologiques de l’expérience du spectacle45. Dans les deux cas, l’anecdote vaut moins comme fait que comme discours, et comme révélateur, sur un mode à la fois oblique et excentrique, d’une anthropologie du spectacle.

24Irréductible à la littérature comme à l’histoire, élaborant un mode de signification au croisement de ces deux types de discours, l’anecdote dramatique nous adresse donc une sorte de défi épistémologique, à la mesure du bouleversement théorique dans l’appréhension du fait dramatique qui se produit au XVIIIe siècle et qu’elle contribue à manifester et à incarner.

Notes

1 Témoignage d’un travail en cours, cet article reprend en partie en les synthétisant plusieurs articles que j’ai précédemment publiés sur la question des anecdotes dramatiques et de leur interprétation : Marchand S., « Le métier d’anecdotier : l’inscription des recueils d’anecdotes dans le champ littéraire », dans Bahier-Porte C. et Jomand-Baudry R. (dir.), Écrire en mineur au XVIIIe siècle : un art de la tension ?, Paris, Desjonquères, 2009, p. 264-276 ; Marchand S., « Anecdotes dramatiques et historiographie du théâtre au XVIIIe siècle », dans Martin R. et Nordera M. (dir.), Les Arts de la scène à l’épreuve de l’histoire : les objets et les méthodes de l’historiographie, Paris, Honoré Champion, 2011, p. 127-137 ; Marchand S., « Le sens de l’anecdote », dans Lecercle F., Marchand S. et Schweitzer Z. (dir.), Anecdotes dramatiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, PUPS, « Theatrum mundi », 2012, p. 27-40.

2 Beauchamps, Recherches sur les théâtres de France, Paris, Prault, 1735, préface, t. I, np.

3 Annales dramatiques ou dictionnaire général des théâtres, par une Société de gens de Lettres, Paris, Babault, Capelle et Renand, 1808, t. I, p. 492.

4 [Parfaict F. et Cl.], Histoire du théâtre français depuis son origine jusqu’à présent…, Amsterdam, Aux dépens de la compagnie, 1735, t. I, p. 21.

5 Ibid., t. V, p. i.

6 Ibid., t. VIII, p. x ; t. XI, p. ii

7 Ibid., t. XIII, p. iv-v.

8 Grimm et al., Correspondance littéraire, Tourneux M. (éd.), Paris, Garnier Frères, 1877, t. I, p. 244.

9 Ibid., t. I, p. 380 et t. I, p. 18.

10 Voir Histoire universelle des théâtres de toutes les nations, depuis Thespis jusqu’à nos jours, par une société de gens de lettres, Paris, Vve Duchesne, 1779, Prospectus, p. 5-6. Et [Delacroix, J.-Fr.], Anecdotes anglaises, Paris, Vincent, 1769, p. v-vi.

11 Œuvres complètes de M. Palissot, nouvelle édition, Londres/Paris, Bastien, 1779, t. VI, p. 7-8.

12 Ibid., p. 15-16.

13 Année littéraire, 1775, VII, lettre 1, p. 20.

14 Année littéraire, 1784, II, lettre 9, p. 121.

15 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, Paris, Veuve Duchesne, 1775, 3 t.

16 Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, Cronk N. et Mervaud Ch. (éd.), Œuvres complètes de Voltaire, t. 38, Oxford, Voltaire Foundation, 2007, « Ana, anecdotes », p. 313, p. 281 et p. 310.

17 Année littéraire, op. cit., 1776, V, lettre 2, p. 53. Voir aussi 1776, III, lettre 14, p. 319-320.

18 Ibid., p. 37-39.

19 Grimm, Correspondance littéraire, op. cit., avril 1767, t. VII, p. 286.

20 Lettres sur quelques écrits de ce temps, par M. [Fréron], nouvelle édition, Londres – Paris, Duchesne, 1752, t. I, p. 343.

21 Voir Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit. : « Un livre comme celui-ci doit être fait pour tout le monde et surtout pour les gens qui lisent peu », t. I, p. iii.

22 Anecdotes françaises…, seconde édition, Paris, Vincent, 1768, p. iv-viii.

23 Annales dramatiques, op. cit., p. viii-ix.

24 Dictionnaire d’anecdotes…, nouvelle édition, Riom, J.-C. Salles, 1817, t. II, p. 16, « Historiette ».

25 Parfaict, Histoire du théâtre français, op. cit., t. XI, p. 30.

26 Voir Maupoint, Bibliothèque des théâtres, Paris, Prault, 1733, p. 84 ; Parfaict, op. cit., t. XI, p. 438-440 ; Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. 230. Autre hésitation, concernant le bon mot « J’y suis pour mes vingt sous », associé aux Deux Amis de Beaumarchais ou au Fabricant de Londres de Fenouillot de Falbaire. Cousin d’Avalon l’attribue successivement à ces deux pièces (Comédiana, Paris, Marchand, 1801, p. 114 et Beaumarchaisiana, Paris, Davi et Locard, 1812, p. 132).

27 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. 379.

28 Voir Année littéraire, 1789, III, lettre VII, p. 108.

29 Voir Cros E., La Sociocritique, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 196-197 : « micro-système sémiotico-idéologique sous-jacent à une unité fonctionnelle et significative du discours. Cette dernière s’impose, à un moment donné, dans le discours social, où elle présente une récurrence supérieure à la récurrence moyenne des autres signes. Le micro-système ainsi mis en place s’organise autour de dominantes sémantiques et d’un ensemble de valeurs qui fluctuent au gré des circonstances historiques. »

30 Ce dévoilement fragmentaire d’une histoire faite de crises, d’affrontements et de ruptures épouse les nouvelles conceptions, foncièrement anti-académiques, de l’histoire littéraire, chez Diderot et Mercier notamment.

31 Annales dramatiques, op. cit., t. I, p. 403, « Atys ». Voir aussi, à propos de Timocrate de Th. Corneille, Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. II, p. 225 ; Chamfort et Laporte, Dictionnaire dramatique, Paris, Lacombe, 1776, t. III, p. 274 ; Beauchamps, Recherche sur les théâtres de France, op. cit., t. II, p. 262.

32 Annales dramatiques, op. cit., t. VIII, p. 326 ; Laporte et Clément, Anecdotes dramatiques, op. cit., t. II, p. 170-171.

33 Collé Ch., Journal et Mémoires, H. Bonhomme (éd.), Paris, 1868, t. II, p. 235.

34 Voir, par exemple, Grimm, Correspondance littéraire, op. cit., avril 1771, t. IX, p. 288.

35 Suppression des banquettes sur la scène en 1759, observation de la vérité du costume, etc.

36 Voir Cousin dAvalon, Comédiana, op. cit., p. 65-66 ; Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. 140.

37 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. 547.

38 Grimm, Correspondance littéraire, t. XI, p. 490-491, juillet 1777.

39 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. ii-iii.

40 Etienne C.-G. et Martainville A., Histoire du théâtre français depuis le commencement de la Révolution…, Paris, Barba, 1802, t. I, p. iv.

41 Laporte J. et Clément J.-M. B., Anecdotes dramatiques, op. cit., t. I, p. ii-iii.

42 Hannetaire, Observations sur l’art du comédien…, seconde édition, corrigée et augmentée de beaucoup d’anecdotes théâtrales et de plusieurs observations nouvelles, s. l., Aux dépens d’une société typographique, 1774, p. 116.

43 Voir, par exemple, le Dictionnaire d’anecdotes, op. cit., article « déclamation », t. I, p. 243-246.

44 Longin, Traité du sublime, chap. V, 7.3 : « La marque infaillible du Sublime, c’est quand nous sentons qu’un discours nous laisse beaucoup à penser. » (F. Goyet [éd.], Paris, Librairie Générale Française, coll. « Bibliothèque classique », 1995, p. 81-82.)

45 Voir notamment : Vialleton J.-Y., « À propos de la mort tragique de Montfleury : la poésie dramatique entre illusion prosaïque et folie poétique », Littératures classiques, no 44, hiver 2002, p. 215-237 ; Vialleton J.-Y., « Les anecdotes sur le comédien classique : pour une approche comparative », dans Lecercle F., Marchand S. et Schweitzer Z. (dir.), Anecdotes dramatiques de la Renaissance aux Lumières, Paris, PUPS, « Theatrum mundi », 2012.

Auteur

Maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’université Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur l’histoire et la théorie du théâtre à l’époque des Lumières ainsi que sur la vie théâtrale à l’articulation des enjeux esthétiques, historiques et idéologiques. Elle prépare un livre sur les anecdotes dramatiques comme matrice d’une pensée originale du théâtre au XVIIIe siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search