Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Quatrième partie. Transmission, circulation et usages sociaux de l'anecdote

L’anecdote dans la correspondance de Mme du Deffand, de Mme de Choiseul et de l’abbé Barthélemy : choses vues, choses entendues

Marianne Charrier-Vozel

Résumé

L’anecdote et le genre épistolaire entretiennent un lien privilégié ; signe de connivence entre les correspondants, l’anecdote participe d’un art de la conversation achevé. Au fil des lettres échangées entre Mme du Deffand, Mme de Choiseul et l’abbé Barthélemy de 1761 à 1780, Mme de Sévigné s’impose comme un modèle à imiter. Après avoir étudié les fonctions de l’anecdote dans le dialogue épistolaire, nous montrons comment l’anecdote s’inscrit à la croisée de l’Histoire collective et des mémoires.

Texte intégral

  • 1 Philipon-la-Madelaine L., Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, ou instructions générales e (...)
  • 2 Correspondance Complète de Mme du Deffand avec la Duchesse de Choiseul, l’abbé Barthélemy et M. Cr (...)
  • 3 Ibid., Lettre du 27 mars 1771, vol. 1, p. 381.

1Dans le Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, L. Philipon-la-Madelaine identifie « quatre sortes de narrations », dont « l’une tient à l’histoire, l’autre à l’éloquence, la troisième au genre tempéré, la quatrième au style familier. […] Celles qu’embellit le style familier doivent être faciles et gaies : tels sont le conte, la fable, l’anecdote de société1 ». Nous proposons de nous intéresser à l’anecdote dans la correspondance familière échangée de 1761 à 1780, entre Mme de Choiseul, Mme du Deffand et l’Abbé Barthélemy2, épistoliers amateurs des Mémoires de Mme de Maintenon dont le succès s’explique précisément, selon l’abbé, par le plaisir que les lecteurs éprouvaient en découvrant « beaucoup d’anecdotes qu’on ne savait pas encore3 ».

2Il s’agira notamment de montrer le lien privilégié établi entre l’anecdote et le genre épistolaire. Quelles sont les fonctions de l’anecdote dans la correspondance échangée entre les trois amis ? Enfin, comment l’anecdote s’inscrit-elle à la croisée de l’Histoire collective et des mémoires ?

Anecdote et style épistolaire

  • 4 Maber R., « L’anecdote littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles : les ana », Montandon A. (dir.), L’ (...)

3Dans « L’anecdote littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles : les ana4 », Richard Maber explique, par leur caractère oral ou pseudo-oral, le succès des ana qui se présentent comme des fragments de conversation de Grands Hommes recueillis par leurs amis. Définie traditionnellement comme une conversation entre absents, la lettre présente ainsi, avec l’anecdote, une filiation évidente que ne manquent pas de relever les théoriciens du style épistolaire, Mme de Sévigné s’imposant au fil du temps comme un modèle à imiter.

  • 5 Lanson G., Choix de lettres du XVIIe siècle, Paris, Hachette et Cie, 1898, p. 513.
  • 6 Milleran R., Le Nouveau Secrétaire de la Cour, contenant une Instruction pour se former dans le st (...)
  • 7 Barral P., Sevigniana ou Recueil de pensées ingénieuses, d’anecdotes littéraires, historiques & mo (...)
  • 8 Grimarest, J.-L. Le Gallois de, Traité sur la manière d’écrire des lettres et sur le cérémonial. A (...)

4Avant Gustave Lanson qui cite intégralement la désormais très célèbre « petite historiette5 » du courtisan victime de la moquerie du roi, René Milleran souligne, dans le Nouveau secrétaire de la cour6, paru pour la première fois en 1714, la qualité du style de « l’immortelle » Mme de Sévigné. Notons qu’en 1756, l’abbé Barral publie les Sevigniana, ou Recueil de pensées ingénieuses, d’anecdotes littéraires, historiques & morales, tirées des lettres de Madame la marquise de Sévigné7. L’art de l’anecdote s’accorde, en effet, particulièrement avec la brièveté requise dans les lettres : « glisser sur les pensées sur les sujets, sur les objets, parler de tout, […] ne rien approfondir » caractérisent le ton et l’esprit de la bonne compagnie8.

5Au XVIIIe siècle, la lettre dont les meilleurs passages font l’objet de multiples lectures, est un objet qui circule de main en main. Le recours à l’anecdote dans la lettre relève donc, pour le théoricien Philipon-la-Madelaine, d’une sociabilité achevée :

  • 9 Philipon-La-Madelaine L., op. cit., p. 28.

L’application d’une anecdote à ce qui fait le sujet de l’entretien dans un cercle y ranime l’attention : de petits contes de même donnent du mouvement et de la grâce à une lettre, surtout quand ils sont courts et pleins de sel9.

  • 10 Grimarest, J.-L. Le Gallois de, op. cit., p. 32-33.

6Opposée au style diffus, l’anecdote s’adresse à un lecteur ou à un auditeur qui partage avec l’épistolier le même goût. La pointe sur laquelle s’achève le récit est un effet de rhétorique qui participe de l’art de la conversation si prisé au siècle des Lumières. Signe d’une connivence entre l’épistolier et son lecteur, la pointe délivre, à la fin de l’anecdote, le sens du récit en quelques mots. Dans le dialogue établi entre l’épistolier et son lecteur, l’anecdote apparaît comme un art de la flatterie à l’égard de celui ou de celle qui partage le même esprit. Selon Grimarest, « c’est aussi faire beaucoup de plaisir à ce Lecteur de lui laisser à deviner ce que, suivant la portée de son esprit, il peut entendre sans expression. C’est lui donner une louange flateuse dont il est toûjours touché, puisque c’est supposer qu’il a de l’intelligence10 ».

  • 11 Lanson G., Choix de lettres du XVIIIe siècle, Paris, Hachette et Cie, 1918, p. 408-413.

7L’abbé Barthélemy, dès le début de la correspondance échangée pendant dixneuf années avec Mme du Deffand, apparaît comme un épistolier particulièrement doué dans l’art de l’anecdote, ce que confirme la postérité, puisque Gustave Lanson, dans les Choix de lettres du XVIIIe siècle11, retient l’anecdote de l’abbé Leboeuf adressée par l’abbé, le 5 juillet 1769, au baron de Gleichen, ainsi que celle de la chasse à Chanteloup, envoyée à Mme du Deffand, le 7 juin 1770, enfin, celle des œufs brouillés de Mme de Lauzun, datée du 20 mars 1771. Dans la relation triangulaire formée avec Mme du Deffand et Mme de Choiseul, l’abbé Barthélemy qui prend l’initiative, à partir du 6 mai 1769, d’écrire les chroniques de Chanteloup, est un ami fidèle, à qui revient la fonction de divertir la marquise qui a perdu la vue dès 1753. Héritier de Mme de Sévigné, l’abbé Barthélemy est un anecdotier talentueux aux yeux de Mme de Choiseul :

  • 12 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre du 13 mai 1769, p. 204.

Comme vous dites fort bien, l’abbé qui peut tout faire, hors de l’ennui, trouvera encore le moyen de placer quelques traits qui, grâce à son coloris, sauront vous amuser, comme, par exemple, un cheval dont je suis tombée subitement amoureuse, des ânes par lesquels j’ai été poursuivie, une pouline qui s’amuse à faire avorter des vaches, et M. Christophe qui vient m’en rendre compte à ma toilette12.

8Au fil des lettres, Mme de Sévigné s’impose comme un modèle inaccessible qui fascine Mme du Deffand, comme le révèle la lettre du 17 août 1771, envoyée à Mme de Choiseul :

  • 13 Ibid., vol. 3, Lettre du 17 août 1777, p. 287. Rappelons la supercherie épistolaire de mai 1766, q (...)

Vous a-t-on raconté la fuite des Valentinois de chez madame Mazarin, et leur retraite chez M. de Monaco ? Si j’écrivais en effet comme madame de Sévigné, ce serait un beau sujet de lettre ; mais je suis bien éloignée d’avoir son talent, et j’ai l’imagination aussi froide que la sienne avait de chaleur, vous trouverez bon que je ne vous en dise rien13.

9Victime de la mélancolie, la marquise esquisse par touches successives, qui deviennent leitmotiv épistolaire, l’autoportrait d’une femme indifférente à tout. Peu de faits, d’anecdotes personnelles : Mme du Deffand est prisonnière de l’ennui, pensée obsédante et désenchantement qui opèrent un détachement du monde. Ainsi ses lettres foisonnent d’anecdotes suggérées, embryons de récits dont le discours épistolaire n’accouchera pas. À propos de l’aventure de Mme de Tavannes en avril 1772, du sort de M. de Rennes le 5 août 1772, ou bien encore du mariage du prince de Craon et de celui du comte d’Artois, Mme du Deffand s’en remet à ceux pour qui écrire n’est pas une « corvée ». En 1771, la plainte de la marquise établit les modalités d’un contrat épistolaire dans lequel l’anecdote apparaît comme une infraction :

  • 14 Mme du Deffand, op. cit., vol. 3, Lettre du 14 septembre 1777, p. 293.

Si j’avais quelques talents pour écrire, je pourrais m’amuser à me rappeler le passé et à en faire des anecdotes ; mais quand on n’a ni talent, ni mémoire, ni yeux, et bientôt plus d’oreilles, il faut se contenter de végéter avec son Tonton, dont la compagnie n’est pas la pire de toutes14.

10Dans un jeu de miroirs, l’abbé Barthélemy renvoie à son amie le reflet de la plume stérile :

  • 15 Ibid., Lettre du 31 octobre 1777, p. 300.

Je ne fais rien, je ne lis rien, je n’entends rien, je ne sais rien ; je serais bien surpris que toutes ces négations pussent produire quelque nouvelle, quelque anecdote, quelque intérêt15.

11L’anecdote s’invite, dans les lettres de Mme du Deffand, lorsque les faits s’imposent par leur caractère singulier. Le commentaire « je dois vous dire » opère comme un connecteur qui annonce l’insertion du récit dans le discours épistolaire.

Fonctions de l’anecdote

  • 16 Roukhomovsky B., Lire les formes brèves, Paris, Armand Colin, 2005, coll. « Lettres sup. », p. 6.

12Après avoir esquissé le lien que l’anecdote épistolaire entretient avec la sociabilité, je propose de m’intéresser à ses fonctions. Dans Lire les formes brèves, Bernard Roukhomovsky, distinguant la brièveté du diariste, celle du moraliste et celle du portraitiste, en suggère les différents usages16.

13La réception du courrier constitue un sujet privilégié de l’anecdote épistolaire qui inscrit la lettre familière dans l’instant présent, en saisissant des instants éphémères, ces petits « riens » de la vie quotidienne qui remplissent le vide de l’absence. La fonction première de l’anecdote est bien de divertir et de distraire en rapportant une scène qui laisse libre cours à l’imagination et à la fantaisie :

  • 17 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre 8 mai 1769, p. 201.

Aujourd’hui on est revenu aux énigmes ; des gens ont prétendu que le premier logogriphe était bon, mais Gatti a toujours soutenu que c’était bureau, puisqu’il coupe le cul. La grand’maman s’imagine que vous avez autant d’esprit qu’elle et que vous connaîtrez au simple exposé la maladie des fraisiers ? Il faut vous dire que cette maladie est produite par des vers blancs qui lui coupent la racine. Or, voyez le danger que court le pauvre baron, car, entr’autres risques, ces vers blancs produisent des hannetons, et s’il n’y prend garde, les métamorphoses se feront dans son estomac, et dans quelques jours nous lui verrons sortir des hannetons par la bouche17.

14Rapportée le 21 septembre 1771, l’anecdote du bidet satisfait un plaisir libidinal :

  • 18 Ibid., vol. 2, Lettre du 21 septembre 1771, p. 47.

Connaissez-vous la duchesse de Luxembourg ? La maréchale de ce nom nous conta hier qu’une personne lui avait dit que cette duchesse ressemblait à la fille d’un petit commandant de place, qui fait la coquette et la fille de qualité, et qui disait à son galant « Ma mère n’aime point les odeurs ; j’ai eu toutes les peines du monde à obtenir d’elle la permission d’avoir un bidet ; elle ne veut pas que je me serve d’eau de lavande ; mais, pour y suppléer, je râpe de la muscade ! » Je ris en écrivant cette folie. J’ai deviné de qui elle était, et vous le devinez sans doute, M. de Gontaut18.

15Le discours de l’amitié se nourrit de l’évocation de ces moments plaisants ; Mme du Deffand aime les anecdotes rapportées par l’abbé Barthélemy dont la gaieté est communicative. Le 4 septembre 1774, l’épistolier rapporte, en imitant le style de Mme de Sévigné, la visite incongrue de M. de la Chaise, gentilhomme du Poitou qui vient l’entretenir des talents de son fils :

  • 19 Ibid., vol. 3, Lettre du 4 septembre 1774, p. 143.

C’est l’ennuyeux le plus parfait qui existe, il me parla tout hier de son fils qui est au collège de Vendôme, qui a 15 ans, qui a remporté le prix de la prose, celui des vers, celui d’amplification, etc. ; qui viendra ne viendra pas passer la vacance avec lui, qui est maintenant dans un régiment provincial ; qui… qui… qui… Ce matin, étant encore dans mon lit, voilà encore M. de la Chaise. […] Si nous avions été à la chasse à tir, je lui aurais tiré un coup de fusil à la bouche pour lui couper la langue. Nous avons été chasser le daim et nous n’avons rien vu19.

16Les anecdotes du 30 avril 1760 et du 9 mai 1769 peignent, en quelques lignes, un autre personnage cocasse, le docteur Gatti, invité régulier de Chanteloup. Du point de vue formel, elles se rapprochent alors du caractère pour esquisser, le 16 juillet 1772, le portrait physique et moral d’un autre habitant de Chanteloup, le domestique Christophe. Dans la lettre du 15 janvier 1774, l’anecdote rapportant une scène « tragique » entre Mme de Choiseul et le petit musicien Louis, peint l’autoportrait d’une femme sensible.

  • 20 Glaudes P., « “Ceci n’est pas une anecdote.” Approche pragmatique et typologique de l’anecdote. À (...)

17L’anecdote donne également à penser tout en débarrassant la lettre de longues considérations morales ; elle participe d’une stratégie de « l’argumentation indirecte » qu’identifie Pierre Glaudes dans « Ceci n’est pas une anecdote. Approche pragmatique et typologique de l’anecdote. À propos de L’Abyssinien de Léon Bloy20. » Les multiples anecdotes sur la vie à Chanteloup, où règnent dans une vision idéalisée, la liberté, la paix et l’amitié, suggèrent, dans un effet de contraste, l’hypocrisie et la médiocrité de la cour. Ainsi le bon mot de Mme de Mirepoix que rapporte Mme du Deffand, le 22 avril 1771 :

  • 21 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre du 22 avril 1771, p. 404.

Madame de Mazarin est très-assidue. Elle n’abandonne point le projet de s’introduire. On ne veut point d’elle, on le lui dit très-clairement ; elle ne fait pas semblant d’entendre ; un jeu continuel. […] On parlait devant elle de gens qui font les importants, les politiques, les beaux esprits. « Ah oui, dit-elle, ce sont des personnages de serres chaudes. » J’adopte cette définition. Je la trouve applicable à bien des gens21.

18Les anecdotes évoquant les multiples chutes, notamment de cheval, suggèrent la vanité et la fragilité de la vie humaine. Dans le cadre de la réflexion politique que mène Mme de Choiseul avec son amie, la chute de cheval entre en écho avec celle, au sens figuré, du contrôleur général Terray en 1774. Enfin, la célèbre anecdote que l’abbé Barthélemy rapporte, le 20 mars 1773, au sujet des œufs brouillés de Mme de Lauzun, établit le lien entre l’anecdotique, la sphère privée et la sphère publique :

  • 22 Ibid., vol. 2, Lettre du 20 mars 1773, p. 373.

La vie est si uniforme qu’elle ne peut donner lieu à des récits différents. Madame de Lauzun part demain, voilà le grand événement de ce pays-ci : savez-vous que personne en France ne possède à un plus haut degré une qualité que vous ne lui connaissez pas, celle de faire des œufs brouillés […]. Hier matin, époque à jamais mémorable dans l’histoire des œufs, pendant le déjeuner, on apporta tous les instruments nécessaires à cette grande opération, […] et voilà madame de Lauzun qui d’abord tremble et rougit, et qui ensuite, avec un courage intrépide, casse ses œufs, les écrase dans une casserole […]. L’expérience fut faite en petit, car il n’y avait que six œufs ; on l’essayera aujourd’hui en grand. Si elle réussit de même, c’est une supériorité décidée22.

19Cette anecdote, tirée de la vie quotidienne, pose implicitement le salon de Mme de Choiseul en rival de celui de Mme Geoffrin qui cuisine une célèbre omelette au lard pour ses invités. Révélant à Mme du Deffand un aspect inconnu de Mme de Lauzun, elle attribue à Chanteloup un intérêt digne des plus grandes cours royales.

20Dans les lettres de l’abbé Barthélemy, les parties de chasse de Chanteloup font l’objet de nombreux récits à la gloire du duc de Choiseul, un Grand Homme ; le 7 juin 1770, l’épistolier propose le tableau pittoresque d’un « spectacle » unique tant il est « beau » ; avec humour, l’abbé Barthélemy fait apparaître l’écart entre le caractère épique de la narration et la réalité :

  • 23 Ibid., vol. 1, Lettre du 8 mai 1769, p. 201.

Le sonneur de cloches d’Amboise, qui se trouvait là par hasard, dit qu’il avait vu un sanglier s’enfoncer dans un taillis voisin ; nous l’entourâmes, et sans une grosse pluie qui tombait depuis une heure sur nous, nous l’aurions forcé. Je crois pourtant que ce sanglier était un hanneton23.

  • 24 Ibid., vol. 2, Lettre du 10 octobre 1772, p. 269.

21Le 10 octobre 1772, la métaphore filée donne son charme au récit : « Les hommes, et la grand’maman qui ne peut pas les quitter, sont sortis pour aller à la petite guerre. Ils ont marché contre les nations des perdrix, faisans et lièvres24. »

22Sur la scène épistolaire, l’anecdote opère le rapprochement entre l’Histoire collective et les coulisses de la vie privée.

Anecdotes et Histoire

  • 25 Hadjadj D., « L’anecdote au péril des dictionnaires », dans Montandon A. (dir.), op. cit., p. 16.
  • 26 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre du 2 juin 1771, p. 441.

23Dans « l’Anecdote au péril des dictionnaires25 », Dany Hadjadj souligne, en effet, que, selon Antoine Furetière, « l’anecdote rapporte les histoires secrètes et cachées des princes dans le domestique ». Insérées dans les lettres, les anecdotes que raconte Mme du Deffand évoquent également la vie quotidienne d’hommes ou de femmes publics, établissant ainsi une complicité entre les épistoliers qui appartiennent à la même communauté de gens avisés et informés des arcanes du pouvoir. Cette complicité épistolaire s’impose d’autant plus dans la correspondance échangée avec Mme de Choiseul, que son époux disgracié guette le moindre signe qui pourrait annoncer son retour à la cour. Mais le 4 janvier 1771, Mme de Choiseul annonce qu’entourée d’espions, elle n’utilisera plus les services de la poste, leur préférant ceux des messagers ; elle renonce à recourir aux chiffres que lui a envoyés son amie. Le lendemain, Mme du Deffand demande de brûler les lettres dans lesquelles elle parlera « de son intérieur, des ministres, ou des affaires publiques ». Au printemps, la marquise fait preuve d’une extrême prudence tandis qu’au début de l’été, l’abbé Barthélemy lui-même recommande la plus grande discrétion au sujet de la visite impromptue de M. de l’Isle à Chanteloup : « Voici une petite anecdote dont il ne faut pas parler du tout. M. de l’Isle est ici. Il va faire un petit tour en Poitou ; et, comme il n’a point de permission, nous ne parlons pas de son arrivée26. »

  • 27 Ibid., vol. 1, Lettre du 28 mars 1771, p. 382.

24Au XVIIIe siècle, l’anecdote entretient un lien étroit avec l’Histoire qu’exploitent pleinement les lettres de Mme du Deffand. La marquise apprécie particulièrement la lecture des Mémoires de Mme de Nemours, tandis que l’abbé Barthélemy et Mme de Choiseul s’intéressent aux écrits de Saint-Simon et de Sully. Le 28 mars 1771, la marquise évoque l’intervention de M. Duclos, qui « en qualité d’historiographe […] a fait l’histoire de cette Académie. Il en rapporta toutes les anecdotes ; il parla de l’élection d’un M. de Lamoignon. À ce nom, ce fut un claquement de mains, des battements de pieds, enfin un tel applaudissement, que jamais il n’y en a eu de pareil. M. de Malesherbes était présent, et tous les regards se fixèrent sur lui. Rien n’est plus flatteur, rien n’est plus sensible j’en eus les larmes aux yeux27 ». Bachaumont raconte également, dans les Mémoires secrets, le 21 mars 1771, cette anecdote, manifestation publique du soutien apporté à Chrétien Guillaume de Lamoignon de Malesherbes, qu’une lettre de cachet exila dans son château après la diffusion des Remontrances.

25Mais aux nouvelles publiques connues de tous parce que déjà diffusées, Mme de Choiseul préfère celles de source privée que Mme du Deffand recueille lors des soupers organisés chez elle ou chez Mme de Lauzun, Mme de Luxembourg et Mme de la Vallière. La marquise rapporte dans ses lettres, les anecdotes également entendues lors des visites qu’elle fait chez les d’Aiguillon à Rueil, ou chez les Caraman à Roissy. Résidents à Marly, et faisant partie de l’entourage du roi, les Beauvau s’imposent comme de précieux informateurs.

  • 28 Ibid., vol. 1, Lettre du 15 avril 1771, p. 402.

26Mme d’Aiguillon, dont le fils brigue les Affaires Étrangères, fait l’objet de nombreuses anecdotes. En avril 1771, Mme du Deffand la compare avec ironie et pour le plus grand plaisir de Mme de Choiseul, à « Agrippine […] avec la différence que le trône de son Néron ne lui aura pas coûté de crimes ; mais elle pourra bien être une de ses victimes28 ». Grâce aux lettres de son amie restée à Paris, Mme de Choiseul pénètre dans l’intimité royale dont elle est exclue depuis la disgrâce de son époux. Le 21 octobre 1771, Mme du Deffand rapporte l’accident d’un vigneron au cours duquel le roi fait preuve d’une grande générosité. L’épistolière a assisté à la scène alors qu’elle partageait une calèche avec Mme la Dauphine. Le 26 juillet 1776, la visite de Marie-Antoinette chez les Caraman, qui habitent près de Saint-Joseph, fait l’objet d’une anecdote dont l’épistolière prend plaisir à souligner le caractère secondaire et marginal :

  • 29 Ibid., vol. 3, Lettre du 26 juillet 1774, p. 136.

La reine vint samedi tout à côté de Saint-Joseph, chez les Caraman, pour voir leur jardin. […] Elle y resta une heure et demie, y fit la collation, et charma tout le monde. Voilà des petits faits que vous ne pouvez savoir que par moi, et […] il n’y a peut-être que moi assez puérile pour vous les raconter. Mais c’est causer avec vous ; c’est le meilleur emploi que je puisse faire de mon temps, et je ne m’aperçois pas que je vous fais perdre le vôtre29.

27Le 10 juin 1777, l’accident de chasse dont est victime Louis XVI est rapporté dans le cadre d’une lettre envoyée par M. de Beauvau, et que copie Mme du Deffand. L’anecdote s’achève sur l’évocation du courage du roi dont la plaie a beaucoup saigné.

  • 30 Ibid., vol. 2, Lettre du 21 octobre 1772, p. 263.

28Les nouvelles qui ne sont pas encore publiées ou qui ne le seront jamais, car elles n’affectent pas le cours de l’Histoire, tirent leur source de ce qui est vu et entendu par un témoin qui atteste de l’authenticité des faits rapportés. Ainsi « l’extrême affliction du postillon de la vieille madame Véron » à la mort de son ami intime, s’achève par le commentaire suivant, dans la lettre du 21 octobre 1772 : « Rien n’est si vrai que cette anecdote, qui mérite bien sa place dans la correspondance. Je l’ai entendu conter à madame Veron belle-fille30. »

  • 31 Ibid., vol. 2, Lettre du 28 juillet 1772, p. 463.

29Néanmoins, l’époque instable et trouble, incite à se méfier des apparences et des paroles rapportées : « Toutes les nouvelles qu’on débite le matin sont détruites le soir, chacun donne ses spéculations comme des faits véritables ; rien n’est plus ennuyeux que les conversations31. »

  • 32 Charrier-Vozel M., « Politiquer par lettres : Mme du Deffand et Mme de Choiseul », Itinéraires. Li (...)

30L’étude de la correspondance de Mme du Deffand met au jour la filiation étroite entre la lettre, l’anecdote et l’Histoire. Du point de vue de la rhétorique, la lettre et l’anecdote se plient aux règles de la brièveté, suivant une esthétique du trait emprunté au modèle de la conversation mondaine que Mme du Deffand, éternelle mélancolique, rejette non sans ambiguïté. Dans la correspondance échangée avec Mme de Choiseul, l’abbé Barthélemy s’impose comme l’héritier de Mme de Sévigné, épistolière modèle dont les extraits de lettres ont été utilisés afin de constituer un recueil d’anecdotes et de pensées ingénieuses qui connut un grand succès dès le début du xviiie siècle. Les nombreuses anecdotes rapportées par l’abbé Barthélemy alimentent les chroniques de Chanteloup, témoignages d’une sociabilité provinciale concurrente de la cour royale où s’écrit l’Histoire. L’anecdote, dans les lettres de l’abbé, remplit non seulement une fonction de divertissement, mais également une fonction politique, Mme du Deffand ne manquant pas d’en lire les meilleurs passages dans son salon. L’anecdote épistolaire participe ainsi, au même titre que les Mémoires, à l’écriture de l’Histoire. La forme de l’anecdote permet, en effet, une lecture discontinue particulièrement appropriée au caractère ostensible de la lettre. Mme de Choiseul trouve enfin, dans les lettres de son amie, des nouvelles qui lui donnent l’illusion, alors que son mari est disgracié, de la proximité avec le pouvoir32.

Notes

1 Philipon-la-Madelaine L., Manuel épistolaire à l’usage de la jeunesse, ou instructions générales et particulières sur les divers genres de Correspondances ; suivies d’exemples puisés dans nos meilleurs écrivains, Paris, Imprimerie de Brasseur Ainé, seconde édition, An XIII, p. 353.

2 Correspondance Complète de Mme du Deffand avec la Duchesse de Choiseul, l’abbé Barthélemy et M. Craufurt, publiée par M. le Marquis de Saint-Aulaire, Paris, Michel Lévy Frères, Libraires Éditeurs, 1866, 3 vol.

3 Ibid., Lettre du 27 mars 1771, vol. 1, p. 381.

4 Maber R., « L’anecdote littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles : les ana », Montandon A. (dir.), L’Anecdote, Actes du colloque de 1988, Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Blaise-Pascal, Nouvelle série, fascicule 31, 1990, p. 99-108.

5 Lanson G., Choix de lettres du XVIIe siècle, Paris, Hachette et Cie, 1898, p. 513.

6 Milleran R., Le Nouveau Secrétaire de la Cour, contenant une Instruction pour se former dans le style épistolaire ; le cérémonial des lettres & les Regles de bienséance qu’il faut observer dans les Lettres que l’on écrit : avec les titres dont on qualifie toutes sortes de personnes ; & les Inscriptions, Souscriptions & Suscriptions dont le Roi & la Reine se servent, lorsque Leurs Majestés écrivent aux Princes étrangers, des Lettres familieres sur toutes sortes de sujets, avec des Réponses, Nouvelle édition, A Rouen, chez Jean Racine Libraire, 1787.

7 Barral P., Sevigniana ou Recueil de pensées ingénieuses, d’anecdotes littéraires, historiques & morales, tirées des lettres de Madame la marquise de Sévigné, avec des remarques pour l’intelligence du texte, à Grignan, i. e., Paris, 1756.

8 Grimarest, J.-L. Le Gallois de, Traité sur la manière d’écrire des lettres et sur le cérémonial. Avec un discours sur ce qu’on appelle Usage dans la langue Françoise, Paris, Vve Estienne, 1735, p. 3.

9 Philipon-La-Madelaine L., op. cit., p. 28.

10 Grimarest, J.-L. Le Gallois de, op. cit., p. 32-33.

11 Lanson G., Choix de lettres du XVIIIe siècle, Paris, Hachette et Cie, 1918, p. 408-413.

12 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre du 13 mai 1769, p. 204.

13 Ibid., vol. 3, Lettre du 17 août 1777, p. 287. Rappelons la supercherie épistolaire de mai 1766, qui consiste à envoyer à H. Walpole une fausse lettre de Mme de Sévigné. Mme du Deffand promet également les 26 et 30 novembre 1766, d’envoyer la traduction de la lettre du procès de Fouquet.

14 Mme du Deffand, op. cit., vol. 3, Lettre du 14 septembre 1777, p. 293.

15 Ibid., Lettre du 31 octobre 1777, p. 300.

16 Roukhomovsky B., Lire les formes brèves, Paris, Armand Colin, 2005, coll. « Lettres sup. », p. 6.

17 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre 8 mai 1769, p. 201.

18 Ibid., vol. 2, Lettre du 21 septembre 1771, p. 47.

19 Ibid., vol. 3, Lettre du 4 septembre 1774, p. 143.

20 Glaudes P., « “Ceci n’est pas une anecdote.” Approche pragmatique et typologique de l’anecdote. À propos de L’Abyssinien de Léon Bloy », dans Montandon A. (dir.), op. cit., p. 31.

21 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre du 22 avril 1771, p. 404.

22 Ibid., vol. 2, Lettre du 20 mars 1773, p. 373.

23 Ibid., vol. 1, Lettre du 8 mai 1769, p. 201.

24 Ibid., vol. 2, Lettre du 10 octobre 1772, p. 269.

25 Hadjadj D., « L’anecdote au péril des dictionnaires », dans Montandon A. (dir.), op. cit., p. 16.

26 Mme du Deffand, op. cit., vol. 1, Lettre du 2 juin 1771, p. 441.

27 Ibid., vol. 1, Lettre du 28 mars 1771, p. 382.

28 Ibid., vol. 1, Lettre du 15 avril 1771, p. 402.

29 Ibid., vol. 3, Lettre du 26 juillet 1774, p. 136.

30 Ibid., vol. 2, Lettre du 21 octobre 1772, p. 263.

31 Ibid., vol. 2, Lettre du 28 juillet 1772, p. 463.

32 Charrier-Vozel M., « Politiquer par lettres : Mme du Deffand et Mme de Choiseul », Itinéraires. Littérature, textes et cultures, no 2, Paris, L’Harmattan, 2012, « Intime et politique », p. 11-24.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search