Version classiqueVersion mobile

L'anecdote entre littérature et histoire

 | 
Geneviève Bouzinac
, 
Camille Esmein-Sarrazin
, 
Gaël Rideau
, 
et al.

Quatrième partie. Transmission, circulation et usages sociaux de l'anecdote

La « nouvelle-anecdote » en circulation entre la France, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche : une contribution singulière de M. et de Mme d’Ussieux

Monique Moser-Verrey

Résumé

De 1772 à 1784, Louis d’Ussieux publie trente-six nouvelles dont six ont été aussitôt traduites en allemand. Ces nouvelles développent des anecdotes tirées de l’histoire des croisades, des guerres de Religion, des voyages, etc. Tout en ciblant le corpus disponible en allemand, de même qu’une nouvelle empruntée par d’Ussieux à un auteur allemand, cette étude permet de reconnaître le style de l’auteur par opposition à celui de son épouse et d’apprécier leur attachement à la nation française.

Texte intégral

Le Décaméron françois et les Nouvelles françaises

  • 1 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, Paris, J.-P. Costard, 1772. Ussieux L. d’, Le Décaméro (...)

1Louis d’Ussieux publie entre 1772 et 1775 un recueil de nouvelles en deux volumes1 intitulé Le Décaméron françois. Comme son nom l’indique, ce recueil comprend dix nouvelles. La préface les situe dans la lignée des recueils de nouvelles initiée par Boccace en Italie sous le nom de Décaméron, mais le titre précise la nationalité française de la collection. C’est bien le recueil qui est français et non le sujet des nouvelles, car celles-ci sont munies de sous-titres génériques qui exhibent beaucoup d’autres nationalités. Ainsi des anecdotes de provenances variées se trouvent au cœur de ces nouvelles. Elles ont été produites et vendues peu à peu par cahiers séparés chez divers éditeurs parisiens (Costard, Delalain, Merlin, Dufour et Brunet) avant d’être réunies sous forme de recueil. Ces cahiers sont particulièrement luxueux, étant chacun muni d’un frontispice, d’une vignette et d’un cul-de-lampe. Les gravures en taille-douce sont d’une très belle qualité et ont contribué à la diffusion européenne de ces ouvrages.

  • 2 Ussieux L. d’, Historische Erzählungen, aus dem Französischen des Herrn d’Ussieux, Erster Band, Be (...)
  • 3 Ussieux L. d’, Historische Erzählungen, Heidelberg, Pfähler, 1778.
  • 4 Erzählungen für unsere Müssiggänger, Frankfurt und Leipzig, 1795. Ce recueil contient : Berthold, (...)
  • 5 Aucun nom d’auteur ne se trouve sur la page de titre, mais une note d’imprimeur disant « d’Ussieux (...)
  • 6 Tourneux M., Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meis (...)
  • 7 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, no 3, Berthold, prince de Moravie, anecdote historique(...)
  • 8 Adelung J. C., Allgemeines Verzeichnis neuer Bücher: Mit kurzen Anmerkungen. Nebst einem gelehrten (...)

2Ceci dit, Le Décaméron françois a été repris à la même époque sans illustrations en France, mais aussi en Hollande et en Allemagne où certains éditeurs publient en français. Puis, l’on trouve bientôt des traductions partielles du recueil en néerlandais et en allemand. Le premier recueil en allemand paraît à Berne2 en 1776. Il est repris à Heidelberg3 en 1778, puis à Francfort et Leipzig4 de façon quasi anonyme5 dans une série adressée en 1795 aux oisifs. En fait, ce type de lectorat désœuvré est déjà évoqué en septembre 1772, car La correspondance littéraire de Grimm décrit Le Décaméron françois comme « une nouvelle mine que M. d’Ussieux vient d’ouvrir pour la récréation des oisifs6 ». Les premiers traducteurs en langue allemande ont tiré quatre histoires7 de cette mine. Johann Christoph Adelung en fait l’éloge dès 1777 : « Des d’Ussieux Erzählungen sind angenehm und lehrreich. Es sind hier ihrer vier ; Berthold, Prinz von Mähren, Rüdiger und Victor von Sabran, Thelaire eine mexicanische Geschichte, und Clementia von Entragues8. »

  • 9 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 6, Les princes d’Arménie, nouvelle, Paris, Dufour, (...)

3Un cinquième cahier du Décaméron françois a aussi paru dans une version allemande de façon indépendante à Vienne en 1778. Il s’agit de la nouvelle qui ouvre le second volume du recueil, Les Princes d’Arménie9. Contrairement aux versions suisses, bien diffusées en Allemagne, mais anonymes, celle-ci est signée par son traducteur. L’acronyme IAEVG, qui figure sur la couverture, signifie Jacob Anton Edler von Ghelen, soit l’éditeur et libraire Ghelen lui-même.

  • 10 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 1, Amsterdam, Paris, Brunet, 1775 : « Avertissement », n. (...)
  • 11 Ussieux L. d’, Neue historische Erzählungen des Herrn von Ussieux. Erste Erzählung. Leipzig, in de (...)

4Encouragé par le succès de son Décaméron françois, d’Ussieux produit dès 1775 un second recueil d’anecdotes, élargi à trois volumes, sous le titre de Nouvelles françaises. Le premier cahier paraît à Amsterdam et se trouve à Paris chez Brunet. Le lieu de parution pourrait être fictif, car les cahiers suivants paraissent à Paris chez le même éditeur et à la même adresse10. Contrairement aux autres cahiers du recueil, le premier texte ne possède pas de page de titre indépendante, mais on trouve le titre en regard du frontispice sous la vignette : Louis de Bourbon, prince de Condé. Anecdote historique. En Allemagne, ce nouveau cahier annonçant une nouvelle série (Neue historische Erzählungen) paraît à Leipzig la même année11. Mais la première histoire (Erste Erzählung) est restée la seule de la série annoncée. Il va sans dire que ces traductions allemandes, beaucoup moins prestigieuses que le produit original, sont fort difficiles à trouver aujourd’hui.

  • 12 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 3, no 11. Dubois et Gioconda. Nouvelle corse, Paris, Brune (...)
  • 13 Teubern H. E. von, Dubois und Gioconda, eine corsische Erzählung, Leipzig und Züllichau, bey der W (...)
  • 14 Astbury K., The Moral tale in France and Germany (1750-1789), Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 20 (...)
  • 15 Coulet H., Nouvelles du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 200 (...)

5Il faut enfin signaler un mouvement inverse, car Dubois et Gioconda. Nouvelle corse12, qui ouvre le troisième volume des Nouvelles françaises de d’Ussieux, s’inspire d’un modèle allemand. Hanns Ernst von Teubern avait, en effet, publié en 1767 un conte illustré intitulé Dubois und Gioconda, eine corsische Erzählung13. Katherine Astbury a déjà souligné la reprise par d’Ussieux de ce conte moral allemand de goût français14, mais il reste à voir s’il s’agit d’une simple traduction ayant trouvé sa place dans un recueil qui recycle également des nouvelles et des histoires secrètes du xviie siècle français, comme l’indique Henri Coulet15, ou d’une véritable réécriture. Il faut en tout cas se méfier du produit mis en ligne par Google, car on y trouve le nom de Hanns Ernst von Teubern sur le cahier des Nouvelles françaises publié par d’Ussieux.

  • 16 Traun C. E. von, Thelaire. Ein Trauerspiel in fünf Aufzügen. Von C. G. T., Wien, Joseph Gerold, 17 (...)
  • 17 Pour plus de précisions sur ce genre initié par d’Ussieux, voir Godenne R., Histoire de la nouvell (...)

6En résumé, ma recherche a permis de réunir un corpus de six « nouvelles-anecdotes » publiées pour la première fois en français entre 1773 et 1775, puis en allemand entre 1775 et 1778. L’une de ces traductions a aussi été adaptée pour la scène dès 178016. Enfin, un conte moral allemand datant de 1767 a fait son entrée en 1781 dans le dernier volume de nouvelles publié par d’Ussieux. Si l’on peut affirmer, à la suite de René Godenne, que Louis d’Ussieux est l’inventeur de la « nouvelle-anecdote17 », cette fusion des deux genres signale l’ancrage de ses récits dans l’histoire de même que leur caractère réaliste, car l’anecdote n’est pas un conte, pas plus d’ailleurs que le conte moral. Voilà ce qui plaît plus particulièrement au lectorat germanophone.

7À partir de 1774, d’Ussieux publie chez Pierre-Prudence Brunet qui est le principal éditeur des Nouvelles françaises. Mais celui-ci fait faillite en 1777. Cette circonstance explique peut-être le retard de la parution du troisième volume. Enfin, comme Brunet meurt en 1781, on comprend que d’Ussieux ait dû trouver un autre éditeur pour satisfaire ses souscripteurs et que les traductions allemandes n’aient pas suivi. Le premier recueil en langue allemande, paru en Suisse en 1776, devait en fait plaire au public germanophone, car il est repris par un autre éditeur en 1778, puis connaît en 1795 l’édition anonyme dont nous disposons. Qu’est-ce qui caractérise le choix heureux des premiers traducteurs ? En montrant les sujets et le style des nouvelles retenues, je tâcherai de répondre maintenant à la question de savoir dans quelle mesure il s’agit d’anecdotes, comment elles se rapportent à l’histoire et en vertu de quels éléments on peut dire que M. d’Ussieux en est l’auteur.

Anecdotes tirées de l’histoire des croisades

  • 18 Voir à ce sujet Moser-Verrey M., « L’anecdote historique en texte et en image : d’Arnaud et d’Ussi (...)
  • 19 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, no 3, op. cit., p. 168.
  • 20 Ibid., p. 104.

8Berthold, prince de Moravie, l’anecdote ouvrant le recueil allemand Erzählungen für unsere Müssiggänger, est une anecdote historique tirée de l’histoire de la chrétienté. Dans le cahier publié par d’Ussieux, ce point de vue est appuyé par un cul-de-lampe orné de nuages et de rayons, propres à l’iconographie religieuse18. Cette anecdote révèle les désordres survenus au XIIIe siècle à la cour de Hongrie pendant que le roi André II était parti en croisade pour la Palestine. La moralité découlant de la triste histoire des intrigues de cour causées par les passions de Berthold souligne que « l’absence d’un roi fut toujours funeste à son peuple19 ». Tout imprégné de la pensée des Lumières, l’incipit de l’anecdote condamne d’ailleurs la crédulité des princes européens à l’époque des croisades ainsi que « la politique de Rome20 » qui conseillait, voire ordonnait, cette émigration vers l’Asie.

  • 21 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 9, op. cit., p. 193.

9Puis, le recueil en langue allemande présente à la suite de cette anecdote historique, critique du règne d’André II, une nouvelle française dont l’action se situe également au XIIIe siècle, à l’époque où « Louis IX régnait déjà depuis quelques années21 ». Dans Roger et Victor de Sabran, l’auteur fait l’éloge du règne de Saint Louis, puis raconte l’histoire de deux frères jumeaux et néanmoins rivaux, parce qu’ils aiment tous deux Émilie, la fille du connétable Amauri qui les prépare à obtenir l’ordre de la chevalerie. À peine armés chevaliers, ils se battent au sujet d’Émilie, mais le bon roi Louis les sépare et les envoie pour deux ans éprouver leur valeur en Orient auprès des Templiers. Contrairement au roi des Hongrois, le roi de France est donc présent à sa cour et sait y faire régner l’ordre. Roger et Victor sont tous deux vaillants, mais Victor est plus impulsif et jaloux, tandis que Roger est doux, généreux et poète. C’est lui qui triomphera sans le vouloir, après bien des épreuves, de son jumeau vindicatif. Cependant, le chagrin d’avoir tué son frère ne l’empêchera pas d’épouser sa dame.

10En ce qui concerne le rapport à l’histoire de ces deux récits évoquant le Moyen-Âge, il faut noter que les règnes d’André II et de Louis IX sont esquissés dans l’incipit et légèrement développés au cours du récit, mais ni Berthold, ni Roger et Victor ne sont munis de notes renvoyant à l’avis d’historiens ou à quelque autre source que ce soit. Cependant, le projet éditorial de d’Ussieux est parfaitement reconnaissable, car il annonce dans sa préface :

  • 22 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, Préface, op. cit., p. x-xi.

un Recueil d’anecdotes mises en action, & presque toutes tirées de l’Histoire. Quand l’on s’est permis de varier ou de multiplier les situations des personnages dont les noms sont consacrés dans les fastes historiques, on a observé de ne point altérer leur caractere, non plus que celui de la Nation qui leur a servi de théâtre. Si l’on demande quel but s’est proposé l’Auteur, dans cet ouvrage, il répond : j’ai voulu imprimer à l’esprit les traits les plus saillants de l’Histoire, intéresser les ames sensibles en faveur de la vertu malheureuse, & prémunir contre les égarements où peuvent entraîner des passions violentes & sans frein22.

Anecdotes tirées de l’histoire des guerres de Religion

  • 23 Gevrey F., « Guerres de religion et anecdotes dans les nouvelles historiques du XVIIIe siècle de M(...)
  • 24 Ibid., p. 335.

11Curieusement, la traduction allemande la plus ancienne et la plus rigoureusement contemporaine de l’original en français ouvre le second recueil de d’Ussieux, celui des Nouvelles françaises. Ainsi, la librairie en langue allemande offre les Neue historische Erzählungen des Herrn von Ussieux (Nouveaux récits historiques de M. d’Ussieux) avant ses Historische Erzählungen (Récits historiques). L’anecdote historique en question est consacrée à Louis de Bourbon, prince de Condé. Dans sa version française intitulée Louis de Bourbon. Prince de Condé. Anecdote historique, elle a retenu l’attention de Françoise Gevrey qui l’inscrit dans une série de nouvelles historiques évoquant les guerres de Religion au XVIIIe siècle. Le sujet n’est pas nouveau, mais « le ton très particulier de ces nouvelles de fin de siècle23 » étonne. Il est spectaculaire dans le sens où la nouvelle est dite « influencée par l’esthétique de l’épopée et du drame24 » et dès lors centrée sur des « scènes » et des « tableaux ». Ces termes, qui annoncent des stratégies de visualisation des passions et de l’interaction, alors à la mode, apparaissent dans le texte de d’Ussieux tout comme celui de « théâtre ». Voici comment Condé, suivi d’une armée de calvinistes réunie par La Renaudie, s’adresse à son adversaire :

  • 25 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 1, op. cit., p. 61.

Je te trouve donc sur un théâtre digne de moi, s’écrie Condé ! C’est par la fourberie & la lâcheté que tu cherchas jusqu’à ce jour à me combattre : ces armes te sont inutiles maintenant ; sers-toi de ton épée ; qu’elle décide entre nous25.

  • 26 Ibid., p. 9 en note.

12Or ce « théâtre » se situe à Orléans où l’auteur, qui se dit « romancier26 », concentre l’action. On est à la cour de François II peu avant sa mort en 1560. Son ministre François de Lorraine, duc de Guise, l’a convaincu que Louis de Bourbon veut le renverser avec l’appui des calvinistes et qu’il faut donc l’éliminer. Mais comme Condé ne quitte pas Nérac, place forte des protestants, il s’agit de lui tendre un piège pour l’attirer à Orléans. Une feinte réconciliation lui est proposée par les Guise et ce méfait lance l’action qui mettra en vedette, outre la valeur du guerrier et chef d’armée déjà aperçue, la sagesse et le courage des femmes qui lui sont chères, Éléonore de Roye, son épouse, et Renée de France, duchesse de Ferrare, sa grand-tante.

  • 27 Loc. cit.
  • 28 Voir ici même, dans l’article de Yann Lignereux, l’importance de cette anecdote pour définir le di (...)
  • 29 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 1, op. cit., p. 28. Racine J., Athalie, Acte II, scène 5.

13Plusieurs moyens rhétoriques et graphiques sont mis en œuvre pour héroïser ces femmes. Leur vaillance est illustrée sur le frontispice et l’en-tête, ainsi que dans quelques tableaux élaborés verbalement. Puis, l’auteur leur prête des discours remarquables. L’épouse de Condé pressent, par exemple, le piège qui lui est tendu et insiste sur un présage funeste. Trois fois, le portrait de son époux, qu’elle comparait aux traits de leur fils, s’est mis à saigner et, en voulant repousser ce mirage, elle a ensanglanté sa main. L’auteur se défend dans la note déjà citée de « révolter la philosophie de ses lecteurs27 » en rappelant la crédulité du XVIe siècle, l’astrologie judiciaire mise en vogue par Catherine de Médicis et en citant une anecdote semblable relatée par Henri IV28. Par ailleurs, l’éloquence d’Éléonore de Roye s’appuie sur celle de la célèbre Athalie de Racine à qui elle emprunte un hémistiche : « O Dieu, s’écrie-t-elle, c’est le sang de mon époux. Par-tout je le retrouve, “partout il me poursuit”29. » Enfin, après trois tentatives de meurtre sur la personne de Condé, son épouse vient convaincre, par son éloquence, les États assemblés à Orléans de demander la grâce de Louis plutôt que sa mort. Et, sur le champ, Catherine de Médicis commence sa régence par ce beau geste. Les femmes de ce récit ont décidément le pouvoir de conjurer la mort.

  • 30 Ussieux L. d’, Neue historische Erzählungen, op. cit., p. 2.

14La traduction d’une autre anecdote reliée aux guerres de Religion clôt le recueil Erzählungen für unsere Müssiggänger. Il s’agit de Clémence d’Entragues, ou le siège d’Aubigny. L’auteur y glorifie aussi la fidélité et le courage d’une huguenote, mais célèbre avant tout l’humanité d’Henri IV et sa capacité de faire la paix avec l’ennemi. Sur le frontispice, on aperçoit le bon roi décorer Clémence d’Entragues de son cordon, car elle a su mener avec succès la résistance de la ville d’Aubigny à l’assaut des bataillons du maréchal de la Châtre qui venait de changer de camp et de s’allier aux ligueurs. L’en-tête montre Clémence armée d’un casque, d’une cuirasse et d’une lance en train de haranguer les citoyens. Le jeune comte d’Aubigny est prêt à combattre malgré le chagrin qu’exprime Rosalie, sa fiancée, qui est aussi la fille du maréchal. Heureusement pour ce jeune couple, de la Châtre devra finalement se rendre à l’armée d’Henri IV et ce « père du peuple » les unira. L’action se situe en 1591 et le rapport à l’histoire est appuyé d’une exposition de l’événement extraite de l’Histoire du Berri de Thaumas de la Thaumassière puis détaillée à travers quinze notes explicatives, soigneusement numérotées dans la traduction allemande. Ces notes retracent essentiellement la biographie des personnages historiques nommés et offrent plusieurs anecdotes à leur sujet. Tout en héroïsant des femmes, les « nouvelles-anecdotes » évoquant les guerres de Religion appuient un « intérêt national » souligné comme tel dans l’avertissement ouvrant le recueil des Nouvelles françaises et compris dans la traduction allemande comme un avantage : « ein Nationalvorteil30 ».

  • 31 Ussieux L. d’, Les Héros français, où le siège de Saint-Jean-de-Lone, drame héroïque, Amsterdam, P (...)

15On est tenté de comprendre ces deux anecdotes, chargées de références aux historiens et de notes justifiant l’inventio de l’auteur, comme des canevas de drames historiques. À la même époque, d’Ussieux publie aussi, dans la même veine nationale, un drame héroïque31 dont l’action est située en Bourgogne vers 1643 au moment où le Grand Condé oppose l’armée française à l’armée impériale.

Anecdote tirée de l’histoire des voyages

  • 32 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 10, op. cit., p. 276-278.
  • 33 Moser-Verrey M., « La tragédie de la conquête du Mexique selon Louis d’Ussieux », Moser-Verrey M. (...)

16Ce type de dramatisation d’une anecdote historique se retrouve dans le cahier intitulé Thélaïre, nouvelle mexicaine qui complète le recueil Erzählungen für unsere Müssiggänger. Le sujet de Thélaïre est emprunté à une anecdote racontée dans une note de l’Histoire générale des voyages de l’abbé Prévost. Sans que le passage soit cité par d’Ussieux, il est facile à retrouver parce qu’un long commentaire sur les superstitions liées au culte du soleil, tiré du même volume, est donné en note avec sa référence32. De plus, il y a dans l’Histoire générale des voyages une superbe illustration qui met en avant l’esclave indigène dont Cortés avait fait sa maîtresse, non sans la faire baptiser du nom de Marina. J’ai déjà eu l’occasion de montrer que cette nouvelle développe l’anecdote en tragédie33.

  • 34 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 10, op. cit., p. 278, note.
  • 35 Traun C. E. von, Thelaire, op. cit., p. 78.

17Les cinq actes aperçus alors se retrouvent presque entièrement dans la tragédie publiée à Vienne en 1780. Tandis que la nouvelle privilégie l’amour réciproque de Cortés et de Marina à qui il restitue le nom princier de Thélaïre, von Traun réduit l’épisode de la remise des esclaves indigènes à Cortés et de son intimité avec Marina à une seule scène, tandis qu’une dizaine de scènes montrent le conquistador face à ses troupes, puis révèlent la conjuration qu’il maîtrise grâce à son amante. Cette complication vient en second lieu dans la nouvelle. Pour la scène, von Traun en détache le rôle joué par les indigènes, regroupés dans les bois, et notamment par Altimozin, qui doit enlever Thélaïre ignorant qu’ils sont frère et sœur. Dans les deux œuvres, le nœud de l’action figure la pratique du sacrifice humain chez les indigènes, appelés Américains ou Mexicains dans la nouvelle, mais « sauvages » (die Wilden) dans le texte allemand. Marina, la traîtresse, doit être égorgée par le grand prêtre en présence du général mexicain Quetlavaca (Quetlacawa) qui au dernier moment reconnaît sa fille et l’arrache à son triste sort. Cependant, l’armée de Cortés a vaincu celle des indigènes et dans le quatrième acte, Quetlavaca déguisé en soldat espagnol se réapproprie sa fille pour l’empêcher d’épouser Cortés. Mais au cinquième acte il finira par la tuer d’une flèche empoisonnée dans la nouvelle et d’un poignard (Dolch) dans la pièce. En général, von Traun se soucie moins que d’Ussieux de « saisir l’esprit et les mœurs des Indiens34 » et s’étend davantage sur le rejet de leurs mœurs jugées contre nature. Dans la pièce, la confrontation entre Cortés et Quetlacawa, qui précède le suicide du noble Mexicain, lui fait incarner « l’horreur de toutes les honnêtes gens » (« der Abscheu von allen, was nur redlich denken kann35 ».) La pièce de théâtre allemande développe davantage le côté martial de l’anecdote et rejette absolument les mœurs des sauvages oubliant même certains de leurs attributs distinctifs.

L’écriture de Mme d’Ussieux

  • 36 Voir ma discussion de ce témoignage dans Moser-Verrey M., « Wieland imité par les d’Ussieux ou l’a (...)

18La question de savoir quelle part il faut attribuer à Mme d’Ussieux dans l’élaboration des deux recueils de nouvelles publiés sous le nom de son mari n’a pas encore été entièrement éclaircie. Un témoignage de Charles Joseph de Mayer, l’éditeur du Cabinet des fées, nous apprend qu’elle aurait publié deux volumes de « nouvelles intéressantes » et que celle qui s’intitule Les Princes d’Arménie l’a particulièrement intéressée36. L’action de cette nouvelle se situe en Perse au moment où Cambyse accède au pouvoir après la mort du grand Cyrus. Ce roi cruel ne pense qu’à se venger de Tygrane, roi d’Arménie, à cause d’une vieille jalousie. Mais son fils Mytrane l’empêchera d’abuser de son pouvoir et mettra sa vie en jeu pour faire régner la justice. La traduction allemande, parue à Vienne, hésite entre les mots « Erzählung » et « Geschichte » pour rendre le sous-titre générique « nouvelle ». Sur la page de titre on préfère Erzählung des Herrn d’Ussieux, mais sous la vignette on lit Geschichte des Herrn d’Ussieux, comme c’est le cas pour Thélaïre dans le recueil de 1795. On voit, en tout cas, qu’en allemand le mot « Nouvelle » n’est pas encore courant à l’époque. Puis, le récit est attribué à M. d’Ussieux quoi qu’en ait dit le chevalier de Mayer.

  • 37 Pour plus de détails sur cette adaptation, voir ibid., p. 108 sq.
  • 38 Teubern H. E. von, op. cit., p. 12.
  • 39 Ibid., p. 3.
  • 40 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 3, no 11, op. cit., p. 7.
  • 41 Teubern H. E. von, op. cit., p. 2.
  • 42 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 3, no 11, op. cit., p. 6.
  • 43 Ibid., p. 54-56.
  • 44 Ibid., p. 61.

19Mme d’Ussieux est mieux connue pour ses adaptations de l’allemand, notamment celle du Don Sylvio de Wieland reprise dans Le cabinet des fées. Sa traduction est très libre et réaménage le roman allemand pour qu’il convienne à l’esprit français37. Dubois et Gioconda, le onzième cahier des Nouvelles françaises, prend tout autant de libertés avec son modèle allemand. En 1767, Hanns Ernst von Teubern propose une anecdote inscrite dans l’actualité politique de la résistance qu’oppose Pascal Paoli, chef de l’armée corse, aux troupes françaises venues prendre possession des lieux. Ce patriote est nommé dans le texte allemand38, tandis que son nom est tu dans la version française. Fiorenzo, le lieu près duquel se trouve le camp des Français, est nommé dans les deux textes, mais les montagnes d’Olmeta (Ollmettischen Gebirge39), où l’officier français Dubois fréquente une beauté corse appelée Gioconda, deviennent des « monts couverts d’oliviers40 » dans la version française. De même, Dubois est indispensable à son armée à cause de sa connaissance de la langue du pays (seine Kenntnis der Landessprache41), tandis que le texte français loue plutôt « l’étendue de ses connaissances42 ». Les précisions qui nourrissent le réalisme du récit de Teubern sont effacées au bénéfice d’une saveur plus dégagée. Mais l’adaptation ne se limite pas à des détails, car la fin de l’histoire est entièrement changée. Malgré son incipit bucolique annoncé par le fleuron de la page de titre qui rappelle le mythe d’Endymion, l’anecdote de Teubern illustre une morale martiale selon laquelle le soldat ne doit pas se laisser distraire de son devoir patriotique par l’amour. Dubois sera exécuté et Gioconda mourra de chagrin. Mais, dans l’histoire réécrite par Mme d’Ussieux, l’amour de Gioconda ne parvient pas seulement à empêcher le combat entre son frère et son amant, comme le montre le frontispice, il parvient aussi à la douer de toute l’éloquence nécessaire pour sauver in extremis l’honneur et la vie de Dubois43 et même pour réconcilier les Corses avec les Français44. Ce nouvel épisode, qui héroïse la jeune femme, rappelle l’éloquence d’Éléonore sauvant Louis de Bourbon. Les culs-de-lampe confirment enfin la divergence des deux dénouements. On y voit l’agressivité teutonne s’opposer à la douceur française. [Fig. 1]

Fig. 1 : Culs-de-lampe comparés

Fig. 1 : Culs-de-lampe comparés

À gauche : H. E. von Teubern, Dubois und Gioconda, eine corsische Erzählung (1767), p. 102. [Bayerische Staatsbibliothek]
À droite : Louis d’Ussieux, Dubois et Gioconda. Nouvelle corse (1781), p. 61. [Université de Montréal, Bibliothèque des livres rares et collections spéciales]

M. d’Ussieux auteur des recueils

  • 45 Ussieux L. d’, Neue historische Erzählungen, op. cit., p. 14.
  • 46 Il y en a trois sur dix dans Le Décaméron françois et deux sur seize dans les Nouvelles françaises(...)
  • 47 Voir à ce sujet Gevrey F., « La théâtralité dans les Nouvelles françaises de Louis d’Ussieux (1775 (...)

20En ce qui concerne la pratique de la traduction en France et en Allemagne, notre corpus montre à l’évidence que les belles infidèles fleurissent en France, tandis qu’en Allemagne les « nouvelles-anecdotes » de Louis d’Ussieux bénéficient de versions exactes. Là où l’on peut relever une erreur, celle-ci repose simplement sur un défaut de lecture. C’est le cas lorsqu’une note renvoie, par exemple, au dixième chant de la Henriade plutôt qu’au deuxième45. En écriture gothique on peut facilement confondre « zweete avec zehnte ». Il est également frappant de constater que la moitié des nouvelles traduites sont munies de notes renvoyant à des livres d’histoire ou évoquant M. de Voltaire. Cette proportion n’est pas représentative des recueils de d’Ussieux, car les nouvelles annotées forment plutôt l’exception46. Il semble que l’érudition qui donne à voir le lien entre l’anecdote littéraire et l’anecdote historique plaît au lectorat germanophone. Quant à l’évocation de M. de Voltaire dans les notes, elle n’est pas plus innocente que celle de M. d’Arnaud dans la préface du Décaméron françois. Les œuvres de ces deux auteurs prolifiques sont généralement traduites en allemand dès leur parution en français. Enfin, la dramatisation de la matière anecdotique est suffisamment frappante dans les nouvelles de d’Ussieux47 pour que l’une d’entre elles ait été réécrite en allemand sous forme de tragédie.

  • 48 Coulet H., « Préfaces et commentaires dans le récit court au XVIIIe siècle », dans Kozul M., Herma (...)
  • 49 Ibid., p. 149.

21Si le nom de M. d’Ussieux circule largement à travers la France et l’Europe grâce aux recueils de nouvelles et d’anecdotes dont il est le concepteur, on peut se demander dans quelle mesure il est l’auteur des textes publiés. En fait, il est convenu de l’accuser de plagiat et Henri Coulet le donne en exemple des nombreux auteurs qui « publient sous leur nom ce qu’ils ont pillé chez autrui48 » tout en concédant que les textes courts circulent et sont du domaine public. Enfin, il rappelle utilement qu’au sens étymologique du terme l’auteur est simplement le garant de la nouvelle diffusée49. On peut raisonnablement penser que M. d’Ussieux est l’auteur des nouvelles chargées de notes savantes. Les autres sont peut-être de la plume de Mme d’Ussieux qui se cache sous le nom de son mari, chose fort courante à l’époque. L’homme de lettres appuie, en l’occurrence, de son autorité ce qui est raconté selon un plan dont il a instruit le lecteur d’avance dans sa préface et son avertissement. Puis, comme on l’a vu, ses publications lui échappent et d’autres « passeurs » d’anecdotes traduisent ses cahiers, les adaptent et composent de nouveaux recueils sans plus mentionner une autorité parfaitement inconnue dans leur pays.

22Pour conclure, on peut affirmer que les traducteurs allemands des « nouvelles-anecdotes » de Louis d’Ussieux ont extrait de ses deux recueils des anecdotes ou des histoires secrètes reliées à des périodes de l’histoire de la monarchie pouvant plus facilement intéresser le lectorat des cours allemandes. L’accent est mis sur l’histoire des croisades et sur l’histoire des guerres de Religion qui peuvent conforter la prévention protestante du public, mais la veine courtoise est également exploitée et l’héroïsation des femmes vise plus particulièrement un lectorat féminin également lecteur des romans de chevalerie et à l’aise en ce qui concerne l’histoire de la Perse grâce aux romans de Mlle de Scudéry. La dramatisation des anecdotes, voulue par d’Ussieux, donne souvent un très beau rôle aux femmes comme le confirme la réécriture de la fin de l’histoire de Dubois et Gioconda, mais les victimes de la violence masculine existent aussi, que l’on pense à Thélaïre, la malheureuse princesse mexicaine. En fait, l’anecdote dramatisée ou « mise en action » selon les termes de Louis d’Ussieux, peut donner lieu à des nouvelles, mais aussi à des drames et à des tragédies. Ces amplifications de l’anecdote ne font plus simplement sourire un public d’initiés mais veulent instruire et édifier un public de lecteurs élargi à l’Europe des Lumières tout entière.

Notes

1 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, Paris, J.-P. Costard, 1772. Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, Paris, Dufour, 1774.

2 Ussieux L. d’, Historische Erzählungen, aus dem Französischen des Herrn d’Ussieux, Erster Band, Bern, bey der typographischen Gesellschaft, 1776.

3 Ussieux L. d’, Historische Erzählungen, Heidelberg, Pfähler, 1778.

4 Erzählungen für unsere Müssiggänger, Frankfurt und Leipzig, 1795. Ce recueil contient : Berthold, Prinz von Mähren. Eine historische Anekdote, p. 1-92 ; Rüdiger und Victor von Sabran. Eine französische Erzählung, p. 93-168 ; Thelaire. Eine mexicanische Geschichte, p. 169-250 ; Clementia von Entragues, oder Die Belagerung von Aubigny. Eine französische Anekdote, p. 251-360.

5 Aucun nom d’auteur ne se trouve sur la page de titre, mais une note d’imprimeur disant « d’Ussieux, Erzähl. I. Bd. » apparaît au bas de chaque 16e page.

6 Tourneux M., Correspondance littéraire, philosophique et critique par Grimm, Diderot, Raynal, Meister, Etc., Paris, Garnier Frères, 1879, t. 10, p. 66.

7 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, no 3, Berthold, prince de Moravie, anecdote historique, Paris, J.-P. Costard, 1773, p. 103-168 ; t. 2, no 9, Roger et Victor de Sabran. Nouvelle française, Paris, P. P. Brunet, 1774, p. 193-244 ; t. 2, no 10, Thélaïre. Nouvelle mexiquaine, Paris, Brunet, 1775, p. 245-312 ; t. 1, no 4, Clémence d’Entragues ou Le siège d’Aubigny, anecdote française, Paris, Delalain, 1773, p. 169-244.

8 Adelung J. C., Allgemeines Verzeichnis neuer Bücher: Mit kurzen Anmerkungen. Nebst einem gelehrten Anzeiger. Auf das Jahr 1777, Leipzig, bey Siegfried Lebrecht Crusius, 1777, vol. 1, p. 128, no 289. « Les récits de d’Ussieux sont agréables et instructifs. Il y en a quatre : Berthold, prince de Moravie, Roger et Victor de Sabran, Thelaïre, nouvelle mexicaine et Clémence d’Entragues. » (Ma traduction.)

9 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 6, Les princes d’Arménie, nouvelle, Paris, Dufour, 1774, p. 1-66. Die Armenischen Prinzen. Eine Erzählung aus dem Französischen des Herrn d’Ussieux von I. A. E. V. G., Wien, In der Ghelenschen Buchhandlung, 1778.

10 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 1, Amsterdam, Paris, Brunet, 1775 : « Avertissement », n. p., Louis de Bourbon. Prince de Condé. Anecdote historique, p. 1-70.

11 Ussieux L. d’, Neue historische Erzählungen des Herrn von Ussieux. Erste Erzählung. Leipzig, in der Johann Carl Müllerischen Buch-und Kunsthandlung, 1775 : Nachricht, p. 3; Ludwig von Bourbon, Prinz von Conde. Eine historische Anekdote, p. 5-80.

12 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 3, no 11. Dubois et Gioconda. Nouvelle corse, Paris, Brunet, 1781, p. 5-61.

13 Teubern H. E. von, Dubois und Gioconda, eine corsische Erzählung, Leipzig und Züllichau, bey der Waysenhaus – und Frommannischen Handlung, 1767. Fleuron et cul-de-lampe.

14 Astbury K., The Moral tale in France and Germany (1750-1789), Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 2002/07, p. 50.

15 Coulet H., Nouvelles du XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2002, p. 1468-1469.

16 Traun C. E. von, Thelaire. Ein Trauerspiel in fünf Aufzügen. Von C. G. T., Wien, Joseph Gerold, 1780. L’acronyme renvoie à Carl Emanuel Graf von Traun.

17 Pour plus de précisions sur ce genre initié par d’Ussieux, voir Godenne R., Histoire de la nouvelle française au XVIIe et au XVIIIe siècles, Genève, Librairie Droz, 1970, p. 202 sq.

18 Voir à ce sujet Moser-Verrey M., « L’anecdote historique en texte et en image : d’Arnaud et d’Ussieux », dans Gestes admirables ou la culture visuelle de l’imprimé / The Visual Culture of Print, Eighteenth-Century Fiction, 23/4, 2011, p. 712 et 724.

19 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, no 3, op. cit., p. 168.

20 Ibid., p. 104.

21 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 9, op. cit., p. 193.

22 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 1, Préface, op. cit., p. x-xi.

23 Gevrey F., « Guerres de religion et anecdotes dans les nouvelles historiques du XVIIIe siècle de Mlle de La Force à Louis d’Ussieux », dans Berchtold J. et Fragonard M.-M. (éd.), La Mémoire des guerres de religion. La concurrence des genres historiques XVIe-XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2007, p. 334, n. 36.

24 Ibid., p. 335.

25 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 1, op. cit., p. 61.

26 Ibid., p. 9 en note.

27 Loc. cit.

28 Voir ici même, dans l’article de Yann Lignereux, l’importance de cette anecdote pour définir le discours royal d’Henri IV.

29 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 1, op. cit., p. 28. Racine J., Athalie, Acte II, scène 5.

30 Ussieux L. d’, Neue historische Erzählungen, op. cit., p. 2.

31 Ussieux L. d’, Les Héros français, où le siège de Saint-Jean-de-Lone, drame héroïque, Amsterdam, Paris, Lejai, 1774.

32 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 10, op. cit., p. 276-278.

33 Moser-Verrey M., « La tragédie de la conquête du Mexique selon Louis d’Ussieux », Moser-Verrey M. et Davis P. (éd.), Les Européens des Lumières face aux indigènes. Image et textualité. Études littéraires, vol. 7, no 3, 2006, p. 87.

34 Ussieux L. d’, Le Décaméron françois, t. 2, no 10, op. cit., p. 278, note.

35 Traun C. E. von, Thelaire, op. cit., p. 78.

36 Voir ma discussion de ce témoignage dans Moser-Verrey M., « Wieland imité par les d’Ussieux ou l’adaptation de productions étrangères à Paris autour de 1770 », dans Ferrand N. (dir.), Traduire et illustrer le roman au XVIIIe siècle, Oxford, Voltaire Foundation, SVEC 2011/05, p. 100.

37 Pour plus de détails sur cette adaptation, voir ibid., p. 108 sq.

38 Teubern H. E. von, op. cit., p. 12.

39 Ibid., p. 3.

40 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 3, no 11, op. cit., p. 7.

41 Teubern H. E. von, op. cit., p. 2.

42 Ussieux L. d’, Nouvelles françaises, t. 3, no 11, op. cit., p. 6.

43 Ibid., p. 54-56.

44 Ibid., p. 61.

45 Ussieux L. d’, Neue historische Erzählungen, op. cit., p. 14.

46 Il y en a trois sur dix dans Le Décaméron françois et deux sur seize dans les Nouvelles françaises.

47 Voir à ce sujet Gevrey F., « La théâtralité dans les Nouvelles françaises de Louis d’Ussieux (1775-1783) », Tangence, no 96, 2011, p. 85-98.

48 Coulet H., « Préfaces et commentaires dans le récit court au XVIIIe siècle », dans Kozul M., Herman J. et Pelckmans P. (éd.), Préfaces romanesques, Louvain, Peeters, 2005, p. 143.

49 Ibid., p. 149.

Auteur

Professeure associée à l’université de Montréal. Ses travaux portent actuellement sur la nouvelle illustrée au XVIIIe siècle. Elle vient de publier Isabelle de Charrière : salonnière virtuelle. Un itinéraire d’écriture au XVIIIe siècle, Paris, Hermann, 2013.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search